Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Retours à Marcel Schwob

 | 
Christian Berg
, 
Monique Jutrin
, 
Agnès Lhermitte
, 
et al.

Quatrième partie. Amitiés et affinités

Marcel Schwob et Willem Byvanck

Christian Berg

Texte intégral

  • 1 Quarante-trois lettres autographes (1889-1895) de Byvanck à Schwob sont conservées à Paris à la Bi (...)

1C’est sous l’égide de François Villon que Marcel Schwob et Willem G. C. Byvanck nouèrent des relations épistolaires, au début de 1889 ; elles ne prendront fin qu’en février 1905, quelques jours avant le mort de Schwob. Dans la dernière lettre que celui-ci adressa à son correspondant, il est encore question de Villon et du Grand Testament. La boucle était bouclée, une amitié de plus de quinze années prenait fin dont une ample correspondance croisée, restée inédite, constitue le précieux témoignage1.

2Léon Daudet qui fit, grâce à Schwob la connaissance de Byvanck, donne du philologue hollandais le portrait suivant dans un livre de souvenirs publié en 1915 :

  • 2 Léon Daudet, L’Entre-deux-guerres. Souvenirs des milieux littéraires, politiques, artistiques et m (...)

Byvanck est un esprit vaste, lumineux et précis. Sa critique construit, agglomère, synthétise, tout en demeurant passionnée et vivante à l’extrême. Derrière l’œuvre, il recherche l’homme tel qu’il est, non tel qu’il se montre. Il fait preuve, dans cette poursuite originale, d’une ingéniosité sans seconde. Il est idéoplastique comme un platonicien. Imaginez un méditerranéen repris par la Réforme, luttant contre elle et transportant ce débat intérieur dans sa vision des lettres et des arts, et vous aurez une notion approchée de ce très important cerveau. Il connaît à fond quatre littératures, la hollandaise, la française, l’anglaise et l’allemande, sans compter la possession complète de l’antiquité romaine et grecque. Comme un corsaire à l’avant du bateau, il jouit du spectacle changeant du monde, en attendant que le soleil se couche. Il y a beaucoup à apprendre dans sa fréquentation2.

  • 3 Voir F. J. W. Drion, « W. G.C. Byvanck.1848-1925 », Jaarboek van de Maatschappij der Nederlandse L (...)
  • 4 Carte postale de Byvanck à Schwob, 8 avril 1892 (Institut).
  • 5 Une liste très complète des écrits de Byvanck a été dressée par A. J. De Mare, Lijst der geschri f(...)
  • 6 Leiden, De Breuk & Smits, 1882, 229 p.

3Willem Geertrudus Cornelis Byvanck (1848-1925), philologue et historien de formation, obtint en 1879 à l’université de Leiden le titre de docteur-ès-lettres avec une thèse consacrée à l’historiographie romaine et rédigée, comme il se doit, en latin3. Il n’a rien à envier à son correspondant parisien en matière d’érudition : elle couvre au moins quatre aires linguistiques, sans compter les langues et littératures classiques. Il n’hésite pas à apprendre le russe afin de pouvoir lire Dostoïevski ou Tourgueniev dans le texte4. À l’époque de ses premiers contacts avec Marcel Schwob, il est professeur d’histoire et de géographie au Gymnasium de Leiden. Il collabore régulièrement à d’importantes revues culturelles comme De Locomotief, De Nederlandsche Spectator, Los en Vast (dont il est un collaborateur régulier5). Il publie en 1886 son premier article dans De Gids, qui était à l’époque l’une des revues les plus influentes des Pays-Bas et dont il fut l’un des principaux rédacteurs de 1893 à 1906. En 1882, il fait paraître un premier essai sur François Villon, Spécimen d’un essai critique sur les œuvres de François Villon. Le Petit Testament6.

  • 7 Cet archiviste-paléographe (1843-1926) est l’éditeur du Livre des métiers d’Étienne Boileau. Gloss (...)
  • 8 Lettre de Schwob à Byvanck du 11 mars 1889 (Leiden).
  • 9 Byvanck avait généreusement indiqué, sur la couverture de son livre, qu’il tenait « quelques exemp (...)

4C’est le vice-président de la Société de Linguistique de Paris, François Bonnardot7, qui signale le travail de Byvanck à Schwob8. Ce dernier se met en rapport avec le philologue hollandais pour « obtenir une audience » : non seulement il demande à Byvanck de lui envoyer un exemplaire de son essai9, mais il aimerait surtout entrer en correspondance « au sujet d’une autre question qui touche François Villon : celle du Jargon » :

  • 10 Francisque Michel, Études de philologie comparée sur l’argot et sur les idiomes analogues parlés e (...)
  • 11 Auguste Vitu, Le Jargon du xvesiècle, étude philologique, Paris, Charpentier, 1884.
  • 12 Lucien Schöne, Le Jargon et jobelin de maître François Villon, Paris, Lemerre, 1888.
  • 13 Lorédan Larchey, Dictionnaire historique, étymologique et anecdotique de l’argot parisien, Paris, (...)
  • 14 A Delvau, Dictionnaire de la langue verte. Argots parisiens comparés, Paris, Dentu, 1866.
  • 15 Lettre de Schwob à Byvanck du 11 mars 1889 (Leiden).

Je m’occupe depuis quelque temps de cette question : j’ai vu que vous vous serviez pour votre travail qui doit être très avancé du livre de Francisque-Michel10 et des travaux de Vitu11 et de Lucien Schöne12. J’ai lu votre livre avec un si grand plaisir et j’apprécie tant le sens critique dont vous faites preuve, que je désire avant tout vous prémunir dans la faible mesure où mes connaissances spéciales me le permettent en présence de votre érudition si étendue.
Les travaux actuels sur l’Argot – études de Fr. Michel, Lorédan Larchey13, Delvau14 etc. – sont extrêmement insuffisants et conçus à un point de vue faux. Leur position à tous consiste à interpréter les termes argotiques au moyen de métaphores. J’espère pouvoir vous démontrer par l’envoi de notes nombreuses que cette manière de considérer les langues secrètes est erronée.
Le travail que j’entreprends est considérable – c’est une Histoire de l’Argot en France. Vous voyez qu’il comprend naturellement les ballades de Villon. La méthode que j’ai adoptée m’oblige à collationner tous les textes argotiques du xve et xvie siècles dans les éditions successives15 […].

Une linguistique de l’argot

  • 16 Marcel Schwob, « Préface » dans M. Schwob et Georges Guieysse, Étude sur l’argot français, Paris, (...)

5Schwob travaillait à l’époque, en compagnie de son ami Georges Guieysse, qui mit fin à ses jours en mai de cette année, à une étude sur l’argot français qui sera publiée dans les Mémoires de la Société de Linguistique de Paris en juin 1889. Pour la publication en volume de l’étude, Schwob avait ajouté une préface dans laquelle il remercie Byvanck pour « ses précieuses indications » et ses « avis bienveillants », tout en précisant qu’ils étaient arrivés simultanément, sur les mêmes sujets, « aux mêmes résultats », mais « par des méthodes directement opposées16 ».

  • 17 Marcel Schwob, « Étude sur l’argot français » dans Œuvres, op. cit., p. 706.

6Schwob fait allusion à la thèse très neuve développée dans l’Étude sur l’argot français selon laquelle l’argot serait une langue artificielle « destinée à n’être pas comprise par une certaine classe de gens17 ». Il insiste sur ce point auprès de Byvanck qui, de toute évidence, n’est guère disposé à suivre son jeune correspondant sur cette voie :

  • 18 Lettre de Schwob à Byvanck du 16 mars 1889 (Leiden). Souligné par Schwob.

Tout d’abord, une langue secrète est destinée à ne pas être entendue. Ce point élémentaire a été trop souvent négligé. C’est donc une langue artificielle, et dans son histoire il faudra tenir compte de deux éléments : une transformation des procédés artificiels, une transformation en quelque sorte naturelle, et subie par le langage tout entier. Suivant une méthode inverse à la vôtre – pour des raisons qu’il serait trop long d’énumérer ici, – je me suis décidé à partir dans mes recherches de l’argot actuel. J’ai donc fait sur l’argot parlé actuellement des études pour découvrir les procédés artificiels18.

7Schwob, dans sa lettre, explique à son correspondant sa méthode, qu’il appelle « inductive » et « a priori » :

  • 19 Ibidem.

L’argot a deux procédés : transformation morphologique et sémantique. La première s’opère par l’adjonction de suffixes artificiels, la seconde par filiation synonymique.
[…]
Ainsi les suffixes ordinaires [qui] servent à former des mots nouveaux, ont une valeur au point de vue du sens. Les suffixes argotiques servent à défigurer les mots existants. Le sens péjoratif qui s’attache à ces suffixes ne prend naissance que dans le passage du mot déformé de l’argot à la langue populaire – il est peut-être un souvenir de la basse origine du mot. Ces suffixes très transportables sont en nombre assez restreints (actuellement). […] Je passe maintenant à ce que j’ai appelé la filiation synonymique. Ceci consiste à donner à un mot adopté une série de transformations synonymiques souvent greffées sur des transformations morphologiques19.

  • 20 Marcel Schwob, Œuvres, op. cit., p. 714.
  • 21 Ibidem, p. 715.
  • 22 Sur Michel Bréal voir la note que Paul Valéry lui consacra en 1898 dans le Mercure de France où il (...)

8Ce sont les lignes de force de l’Étude sur l’argot français. Contrairement à leurs devanciers, Schwob et Guieysse estiment que ce n’est pas parce que l’argot est une langue artificielle qu’elle ne doit pas intéresser la linguistique. Bien au contraire : son étude peut nous apprendre beaucoup de choses sur les langues dites spontanées ou « naturelles ». Une première observation porte sur les effets de généralisation des transformations opérées sur les mots : la défiguration sert d’élargissement au sens, car « l’argot est une langue pauvre au point de vue des choses signifiées, mais riche en synonymes20 ». Cette prolifération du signifiant par rapport aux référents donne à penser que le mot ne dépend pas de l’objet ou de l’idée, puisque par transformation la chaîne des signifiants augmente sans que le nombre de référents ou de signifiés augmente pour autant. Les techniques de défiguration des mots gagnent du champ grâce à l’analogie, et surtout par l’apparition de sortes d’automatismes ou de « schèmes artificiels » que sont les « groupes de lettres qui n’acquièrent une signification précise que par le contexte de la phrase21 ». Et d’invoquer la « loi de l’analogie », que Schwob et Guieysse doivent à Michel Bréal22. Mais s’ils retiennent l’analogie pour expliquer certaines déformations, ils en attribuent d’autres – appelées produits « profondément artificiels » – à « la trace de mains mystérieuses qui ont toujours dirigé l’argot » :

  • 23 Marcel Schwob, Œuvres, op. cit., p. 715-716.

De cette élite intellectuelle sont partis le mot d’ordre de l’anagramme, et la transformation de l’anagramme, procédé littéraire, pour en faire un procédé populaire, et l’invention de suffixes ou leur généralisation, et enfin la juxtaposition dans le langage artificiel le plus moderne de l’anagramme transformé et du suffixe23.

  • 24 Dan Savatovsky, « Naissance d’une linguistique de l’argot », ELA. Revue de didactologie des langue (...)
  • 25 M. Schwob, Œuvres, op. cit., p. 726.
  • 26 Lettre de Byvanck à Schwob du 24 mars 1889 (Institut).

9L’étude de Schwob et de Guieysse constitue la première tentative d’une linguistique formelle de l’argot ; sans refuser la méthode historique, Schwob et Guieysse « entendent la subordonner à la méthode linguistique, c’est-à-dire à l’analyse synchronique des faits de langue24 » qu’ils appellent d’ailleurs dans leur mémoire « la méthode expérimentale25 », par opposition à la méthode historique qui est encore celle de Byvanck : « Pour moi, écrit celui-ci à Schwob, tout ceci sont des problèmes de l’histoire de la langue, que je traite comme tels en suivant les termes dès le début de la langue jusqu’à celle de nos jours26. »

  • 27 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale (publié par Charles Bally et Albert Sechehay (...)
  • 28 Dan Savatovsky, « Naissance d’une linguistique de l’argot », op. cit., p. 157.
  • 29 Schwob et Guieysse avaient suivi les cours de Saussure à l’École Pratique des Hautes Études, Schwo (...)
  • 30 Dan Savatovsky, « Naissance d’une linguistique de l’argot », op. cit., p. 158.
  • 31 Voir à ce sujet Christian Berg, « Signes de signes : Marcel Schwob et le « rapport mystérieux des (...)

10Ferdinand de Saussure a sans nul doute dû dresser l’oreille lorsque Schwob a présenté à la Société de Linguistique de Paris, dont il était le secrétaire, son mémoire sur l’argot français ainsi que quelques autres travaux. Cette étude sur la dérivation « par analogie » dans une langue artificielle constitue en fait un exemple de réflexion syntagmatique qui annonce la fameuse position saussurienne que la langue serait « un système libre, organisable à volonté, dépendant uniquement d’un principe rationnel27 ». L’étude de Schwob et de Guieysse montre bien, estime Dan Savatovsky, « sur un mode hyperbolique, que toute langue humaine se présente à des degrés divers comme le produit de la volonté humaine et de l’artifice28 ». Dans l’esprit de Saussure29, les deux jeunes linguistes n’accordent à l’histoire qu’une fonction de « contrôle », « une fois les régularités formelles bien établies et à condition de la désencombrer de l’étymologisme30 ». Très tôt donc, Schwob se rend compte des possibilités infinies de substitution et d’analogie du signe31 et découvre, presque de façon expérimentale, les effets de dérivation syntagmatique qui sont à l’œuvre dans la langue et dont les mécanismes contredisent l’ancienne conception de l’explication diachronique qui dominait encore, – mais plus pour très longtemps, – la linguistique.

  • 32 Marcel Schwob, Œuvres, op. cit., « Le jargon des Coquillards en 1455 », p. 737.
  • 33 Annexés à la lettre de Byvanck à Schwob du 21 mai 1890 (Institut).
  • 34 Voir à ce sujet « Le jargon des Coquillards en 1455 » et « Glossaire du jargon de la Coquille » da (...)
  • 35 Lettre de Schwob à Byvanck du 12 mai 1890 (Institut).
  • 36 Lettres de Byvanck à Schwob du 21 mai 1890 (Institut).

11Les mois qui suivent voient une intensification de l’échange de lettres entre les deux philologues, d’autant que Schwob prépare une communication sur « Le jargon des Coquillards en 1455 » et s’apprête à publier un Glossaire du jargon de la Coquille, sans oublier la mise à jour qu’il effectue avec l’historien Auguste Longnon aux Archives Nationales de documents essentiels sur la vie de Villon. Byvanck, qui est tout à fait disposé à conseiller ou à informer son cadet, est largement mis à contribution. Schwob n’omet par ailleurs jamais, dans ses travaux, de rendre hommage à « l’érudition inépuisable32 » de son correspondant : dans le Glossaire du jargon de la Coquille, il est fait presque à chaque page référence aux remarques, corrections et suggestions du philologue néerlandais. Celui-ci ne ménage d’ailleurs pas ses efforts et répond par 14 feuillets de notes33 à l’envoi que lui fait Schwob, le 12 mai 1890, de la « copie des pièces de Dijon concernant le jargon34 » : « Je serais extrêmement heureux pour ma part de votre assistance. Vous avez une très grande connaissance du xve siècle que je n’hésite pas à vous la réclamer, persuadé que vous n’épuiserez pas en une fois le trésor des sciences que vous avez su amasser35. » Byvanck se montre peu sourcilleux quant à l’usage que fait Schwob de ses notes : « Croyez bien que je vous cède toutes mes observations en pleine propriété et qu’il n’est nullement besoin de me nommer » lui écrit-il le 17 juillet 1889 et d’ajouter, quelques mois plus tard : « Ne croyez pas que j’ai aucune ambition ou vanité littéraire, j’aime bien mieux que mon nom ne soit pas prononcé36. »

  • 37 Lettre de Byvanck à Schwob du 17 juillet 1889 (Institut).
  • 38 Lettres de Schwob à Byvanck des 6 avril et 6 octobre 1890 (Leiden).

12Les relations sont au beau fixe, et marquées par une profonde connivence : « je sens qu’il y a une secrète sympathie qui m’attire vers vous et qui me garantit que vous me comprendrez, même sans paroles » confie Schwob à Byvanck le 12 octobre 1890. Les deux hommes désirent se rencontrer, mais un voyage de Schwob à Hilversum, où Byvanck réside depuis juillet 188937, doit être annulé pour des raisons financières38.

  • 39 W. G.C. Byvanck, « Varia » : E. Estaunié, Bonne Dame. Jules Renard, L’Écornifleur, De Gids, 1892, (...)
  • 40 Ibidem, « Parijsche notities. Een onbekende meester. I. Paul Claudel. II. Tête d’or. III. La Ville(...)
  • 41 Ibid., « Léon Daudet. « Haerès » », De Nederlandsche Spectator, 1892, n° du 10 décembre.
  • 42 Ibid., « J.H. Rosny. Een studie in modern leven », De Gids, 1893, I, p. 329 et sq.

13Quelques amis littéraires de Schwob étaient déjà entrés en correspondance avec Byvanck qui préparait une série d’articles sur de jeunes écrivains français comme Jules Renard et Edouard Estaunié39, Paul Claudel40, Léon Daudet41 ou Joseph Henri Rosny42. Byvanck les appelle déjà ses « amis » dans une lettre du 2 février 1890 :

Rappelez-moi au souvenir des amis Daudet, Pottecher, Claudel, je pense à eux, je n’ai pas le bonheur de pouvoir beaucoup parler d’eux avec d’autres amis, car ma vie est assez solitaire. Est-ce qu’il y eu une révolution au Mercure de France ? Je me suis abonné à la Revue pour lire Renard, je réclame, je n’y lis plus de sa prose au lieu de cela du Stéphane Mallarmé et de vraies inepties. Expliquez-moi cette énigme quand vous serez retourné [sic] de Genève et indiquez-moi où je trouverai du Renard. Est-ce que vous voyez encore M. Michel Bréal ?

14C’est donc à travers et grâce à Schwob que Byvanck prend pied dans le réseau littéraire et artistique qui va désormais orienter et déterminer ses préférences. Son livre d’enquête ou de reportage sur la vie culturelle parisienne en 1891 se situe dans le droit fil de ses rapports épistolaires qui permettent de remonter la filière, de comprendre ses choix et d’expliquer les liens qui se sont tissés.

  • 43 W. G.C. Byvanck, Poëzie en leven in de 19de eeuw. Studiën op het gebied der letterkunde, Haarlem, (...)
  • 44 Lettre de Byvanck à Schwob du 24 janvier 1891 (Institut).
  • 45 Dans De Gids, n° de mai 1905, « Marcel Schwob (1867-1905) », p. 349 (notre traduction).
  • 46 « Vous savez que je lis à peu près le hollandais – pas brillamment, mais suffisamment pour compren (...)

15Par ailleurs, Byvanck déployait dans les revues néerlandaises une importante activité d’essayiste dont un recueil d’articles intitulé Poëzie en leven in de 19de eeuw. Studiën op het gebied der letterkunde43 (« Existence et poésie au xixe siècle. Études littéraires ») nous offre un bon aperçu. Byvanck s’y veut moins historien que sociologue et déclare s’intéresser avant tout aux rapports que l’artiste entretient avec la société industrielle au xixe siècle. Sa connaissance approfondie de diverses langues et littératures lui permet de mettre en parallèle Heine et Carlyle, Newman et Balzac, Hebbel, Clough et Baudelaire, Emerson et Walt Whitman. Byvanck indique à Schwob que l’idée principale de ces essais est « la courbe que le talent (ou le génie) décrit face à la société durant notre siècle44 ». Plus tard, dans un long article nécrologique consacré à son ami disparu, Byvanck écrira que Schwob fut pour lui « ce lecteur qu’une pensée attend depuis toujours45 ». En effet, Schwob, polyglotte, lit le néerlandais, ce qui lui permet d’apprécier les travaux de son ami écrits en cette langue46.

  • 47 Il doit s’agir du « Déclin du mensonge » (« The Decay of Lying », 1891).
  • 48 Lettre de Schwob à Byvanck, s.d. [novembre 1891] (La Haye). Dans une lettre non datée [mars-avril (...)
  • 49 Lettre de Schwob à Byvanck, s.d. [avril 1892] (La Haye).
  • 50 Lettre de Schwob à Byvanck du 25 janvier 1891 (La Haye).
  • 51 Lettre de Schwob à Byvanck de février 1892 (La Haye).

16Byvanck doit ses contacts parisiens à Schwob, mais ce dernier fit grâce à lui d’importantes découvertes littéraires. La correspondance nous apprend ainsi que c’est Byvanck qui lui fit lire Intentions d’Oscar Wilde : « C’est plein de talent, estime Schwob : en somme, nous pensons tout cela en France sous une forme moins paradoxale. L’“apothéose du mensonge47” : il y a encore trop de Baudelaire là-dedans48. » Ibsen fut une autre découverte : « Je vous dois beaucoup, car vous m’avez fait lire tout Ibsen qui m’a prodigieusement éclairé. Comme vous l’avez bien dit dans Poëzie en Leven, c’est le plus grand poète du siècle49. » Schwob partage l’enthousiasme de son ami pour Walt Whitman, « à peu près inconnu en France » en 1891 « et que j’aime un peu comme vous dites que Baudelaire a aimé Poe50 ». De toute évidence, Byvanck se charge de ravitailler l’insatiable lecteur qu’était Schwob en livres en langue anglaise et allemande : « Je viens de recevoir les deux Whitman ! écrit Schwob à Byvanck en février 1892. Comment vous remercier, je vous suis profondément reconnaissant de cela, de tout ce que vous faites pour moi, de tout ce que vous m’avez appris51. »

Un Hollandais à Paris en 1891

17À plusieurs reprises, Byvanck avait fait part à Schwob de son désir de faire un séjour de quelques semaines à Paris. Schwob s’offre à le loger, mais Byvanck préfère un hôtel ou un garni situé dans les environs du domicile de son ami. L’arrivée de Byvanck est fixée et Schwob dresse le programme du séjour. Dès le mois de mars 1891, il lui annonce :

  • 52 John O’Neill (1837-1895), poète et critique anglais. Voir à son sujet Sylvain Goudemare, Marcel Sc (...)
  • 53 Extrait d’une lettre de Schwob à Byvanck (mars 1891) citée par ce dernier dans son article nécrolo (...)

J’ai tout arrangé pour être libre de travailler – renoncé d’avance à mes vacances – convoqué à Paris M. O’Neill52 qui y viendra, – promis votre visite à Jean Richepin, – prévenu Paul Verlaine que nous l’irions voir,- arrangé les excursions pour vous montrer les bas-fonds de Paris et vous permettre de poursuivre sur le vif vos études. Nous verrons Aristide Bruant longuement et ces différents morceaux de Villon, des paroles il est vrai, mais qui ont quelque chose de lui, vous permettront de le reconstituer53.

  • 54 Lettre de Byvanck à Schwob du 19 mars 1891 (Institut).
  • 55 Voir la lettre de Schwob à Byvanck de [mars] 1891 (La Haye) : « vous serez condamné à faire une pe (...)

18« Quel programme vous m’offrez, répond Byvanck le 19 mars 1891. Si j’avais des ailes, je volerais. Voir Verlaine, que j’aime tant, dont la collection de poésies en éditions originales est un des ornements de ma bibliothèque, voilà un rêve dont je ne puis encore croire qu’il se réalisera. […] Et les autres que vous me nommez. Mais attendez-vous à voir un ours, un solitaire, qui ne sait pas se laisser aller dans la conversation. Un ours qui a préféré une pauvreté relative et l’indépendance à une position sociale et un bien-être relatif54. » Willem Byvanck arrive le 7 avril 1891 et restera un mois à Paris. Schwob lui sert de cicérone, mais s’emploie surtout à l’introduire auprès de personnalités aussi diverses que Catulle Mendès, Aristide Bruant, Jean Moréas, Claude Monet, Maurice Barrès, Auguste Rodin, Eugène Carrière, Paul Verlaine, Georges de Porto-Riche, Joseph Henri Rosny, Jules Renard, Alphonse Allais, Maurice Donnay ou Rodolphe Salis ; la liste est loin d’être complète, car elle comportait sans doute aussi les philologues, médiévistes et linguistes que comptait l’entourage de Schwob à l’époque : Michel Bréal, l’oncle Léon Cahun ou Auguste Longnon55. Byvanck, par ailleurs, désirait poursuivre à Paris ses recherches sur Villon et sur Charles d’Orléans.

  • 56 Lettre de Schwob à Byvanck, sans date [septembre-octobre 1891] (La Haye).
  • 57 Lettres de Byvanck à Schwob du 19 septembre 1891 et du 12 février 1892 (Institut).

19De ce séjour bien rempli, Byvanck désire tirer rapidement un livre publié aux Pays-Bas et qui s’intitulera Paris 1891. Notities. Dès septembre, il signe un contrat avec l’éditeur S. C. Van Doesburgh à Leiden, auquel il fournit entre septembre et décembre les différents chapitres de son livre qui paraît au début de 1892. Il tient Schwob au courant de la progression de son travail en lui envoyant au fur et à mesure sur épreuves les chapitres déjà composés. Schwob ne cache pas son enthousiasme : « Je suis enchanté des “Notes”. Vous avez su prendre “l’essence” des conversations sans l’ombre d’un reportage. C’est un tour de force56. » Byvanck explique à Schwob qu’il tente d’éviter le « reportage » pour « faire des portraits vivants » et qu’il tente avant tout de rattacher les œuvres et les auteurs « au grand courant intellectuel du xixe siècle57 ».

  • 58 W. G.C. Byvanck, Un Hollandais à Paris en 1891. Sensations de littérature et d’art, Paris, Perrin, (...)
  • 59 Ibidem, p. 54. Dans leur Étude sur l’argot français, Schwob et Guieysse pensent que « ce sont les (...)

20Le livre de Byvanck se présente comme un mélange très vivant de reportage, de journalisme littéraire, d’histoire des idées et d’enquête philologique. Le lecteur ne peut qu’être frappé par la grande diversité de ton et de situations : nous sommes tantôt au café, au restaurant ou au cabaret, dans un salon bourgeois, dans un atelier d’artiste ou tout simplement en rue. Nous lisons ce qui semble être des comptes rendus ou même des transcriptions de conversations avec les écrivains ou artistes portraiturés. Byvanck y ajoute volontiers une note philologique : il pousse même la curiosité jusqu’à jeter « un coup d’œil dans l’atelier de l’artiste » en s’intéressant aux brouillons de vers de la main d’Aristide Bruant. Et de se livrer à une véritable étude génétique des variantes des paroles de certaines chansons, comme celles du célèbre « À Biribi58 ». L’argot employé par le chansonnier de la Butte Montmartre reçoit une attention particulière. Byvanck et Schwob, incorrigibles, prennent chez Bruant des leçons d’argot et relèvent par exemple que le chansonnier se renseigne auprès des filles de joie « sur les dernières créations de leur argot59 ».

21La lecture des épreuves de Parijs 1891. Notities enthousiasme Schwob qui veut voir le livre traduit et publié le plus rapidement possible à Paris :

  • 60 Lettre de Schwob à Byvanck, non datée [novembre 1891] (La Haye). C’est Schwob qui souligne. À cett (...)

Il faut absolument que votre beau livre paraisse en France presque en même temps qu’en Hollande. Je me suis donc occupé : 1° d’un éditeur 2° d’un lancement. Ci-joint une lettre de Perrin (l’éditeur de Maurice Barrès) qui accepte de publier la traduction, et une lettre de Barrès qui fera sur votre livre un premier papier au Figaro. Il va sans dire que je lui donnerai moi-même une forte poussée dans L’Écho de Paris. D’ailleurs, le succès est certain, tant il est intéressant de voir juger « impartialement » le mouvement littéraire contemporain. […] Il faut donc que vous m’envoyiez aussitôt que possible la traduction de ce que vous avez déjà fait. Ne vous préoccupez nullement de la forme : écrivez sur du papier divisé en deux dans le sens de la marge, et je reverrai soigneusement le tout. Je corrigerai les placards ici et je vous enverrai à réviser les bonnes feuilles […] Peut-être sera-t-il bon que vous ayez en France une préface. Je songe à Anatole France ou à Maurice Barrès60.

  • 61 W. G.C. Byvanck, « Un Hollandais à Paris en 1891. Poésie Romane », Mercure de France, numéro d’avr (...)
  • 62 Ibidem, « Paul Verlaine », Revue bleue. Revue politique et littéraire, n° 13, 26 mars 1892, p. 385 (...)

22Schwob s’occupera des pré-originales dans les revues parisiennes : en avril 1892 le Mercure de France publie un extrait du chapitre consacré à Moréas et à sa toute nouvelle École Romane61 et la Revue Bleue publie le 26 mars 1892 quelques pages consacrées à Verlaine62. Schwob, pour l’occasion, se charge d’écrire les chapeaux de présentation et présente son ami de façon très flatteuse aux lecteurs des revues. Il incite Byvanck à traduire rapidement son texte en français, lui-même, on l’a vu, s’engageant à s’occuper du « polissage » de la version française. La correspondance nous apprend que ce fut finalement Schwob qui relut et corrigea les épreuves. C’est fin avril 1892 que parut Un Hollandais à Paris en 1891, un mois ou deux à peine après la publication de la version néerlandaise à Leiden.

  • 63 Sylvain Goudemare, op.cit., p. 125.
  • 64 Lettre de Byvanck à Schwob du 20 janvier 1892 (Institut) : « Je n’ai ni dans la préface du livre h (...)
  • 65 Voir Sylvain Goudemare, op.cit., p. 104.

23La hâte de Schwob de voir paraître le livre à Paris révèle qu’il ne s’agissait pas simplement de rendre service à un ami ; il est certain que l’ouvrage possédait aux yeux du jeune écrivain une importance institutionnelle et sans doute aussi promotionnelle. Sylvain Goudemare a bien vu que le livre était aussi celui de Marcel Schwob63 puisque c’est essentiellement son entourage parisien que Byvanck nous dépeint64, au moment même où l’écrivain se trouve au début de sa carrière littéraire et journalistique. Le livre est préfacé par Anatole France, qui avait soutenu les débuts littéraires de Schwob et salué la publication de Cœur double65.

  • 66 Un Hollandais à Paris, op.cit., p. 226.
  • 67 Ibidem, p. 295.
  • 68 Ibid., p. 248.
  • 69 Lettre de Schwob à Byvanck, s.d. [janvier 1892] (La Haye).

24Schwob est omniprésent dans Un Hollandais à Paris où deux chapitres lui sont entièrement consacrés. C’est une véritable tribune, car Byvanck y laisse discourir son ami qui expose longuement pourquoi, à son avis, ses chers Coquillards sont « à leur manière une des incarnations de la pensée intime » du xive siècle66 et explique, en termes presque saussuriens, que ce qui l’intéresse vraiment en linguistique « c’est la connaissance de l’action des forces qui agissent à un moment donné sur cet état social que nous appelons le langage67 ». L’un des récits de Cœur double, « Le loup », fait l’objet d’une analyse fouillée par Byvanck qui n’a aucun mal à identifier le mythe d’Œdipe comme l’un des principaux intertextes du conte68. La correspondance nous apprend aussi que Schwob lisait des passages des épreuves du livre à ses amis, afin de mesurer l’effet produit69.

  • 70 Edouard Estaunié, Souvenirs (éd. établie par Gilbert Cesbron), Genève, Droz, 1973, p. 44.
  • 71 Paul Léautaud, « Marcel Schwob », Mercure de France, n° du 1er mars 1905, p. 161-175.

25Elle ne nous apprend presque rien, par contre, sur les réactions immédiates que le livre suscita dans la presse, Byvanck ayant séjourné à Paris au mois de mai 1892, donc peu après la parution du livre chez Perrin. Edouard Estaunié se souviendra, trente ans plus tard, dans ses Souvenirs, qu’Un Hollandais à Paris « fit grand bruit70 ». En 1905, après la mort de Schwob, Paul Léautaud, dans un article nécrologique, placera le livre de Byvanck au même niveau que le Livre des masques de Remy de Gourmont et le qualifiera de « document le plus complet et le plus pittoresque sur la littérature contemporaine71 ». Joris-Karl Huysmans par contre, interrogé lors de la sortie du livre par son correspondant hollandais Ary Prins, émit l’avis suivant :

  • 72 Joris-Karl Huysmans, Lettres inédites à Ary Prins, 1885-1907, Genève, Droz, 1977, p. 240 (lettre d (...)

Ce livre est la joie de Paris. Ce malheureux garçon s’est fait mettre dedans par de bas journalistes, on lui a montré les gens de lettres de café, – et il s’est imaginé qu’il avait vu quelque chose. C’est manifestement, un simple serin72.

  • 73 Voir à ce sujet Sylvain Goudemare, op.cit., p. 117 qui cite un extrait de l’article.
  • 74 Alfred Vallette, « Un Hollandais à Paris en 1891 », Mercure de France, n° du 1er avril 1892, p. 28 (...)
  • 75 Sylvain Goudemare, op. cit., p. 116-117.

26C’est aussi l’avis de Bernard Lazare dans Les Entretiens politiques et littéraires73. Mais Schwob avait bien préparé le terrain et de façon générale le livre fut bien accueilli : Alfred Vallette tint ses promesses et consacra à Un Hollandais à Paris un article très favorable dans le Mercure de France74 ; La Revue Blanche, l’Idée libre et bien sûr le Phare de la Loire, parmi bien d’autres, saluèrent cordialement le livre75.

  • 76 Numéro de mars 1892, p. 313-315. Voir à ce sujet Nop Maas, De Nederlandsche Spectator. Schetsen ui (...)
  • 77 « Il apparaît clairement de tout ceci que Monsieur Byvanck joue la comédie et qu’il a inventé de t (...)
  • 78 W. G.C. Byvanck, Parijs 1891. Notities, Leiden, Van Doesburgh, 1892, « Voorrede », p. V-VI.

27Dans son propre pays, Byvanck fut pris entre deux feux : celui des conservateurs, d’une part, comme Jan ten Brink qui estimait dans Elsevier’s geïllustreerd maandschrift76 qu’il était inutile d’accorder autant d’attention à des personnalités aussi peu connues que Marcel Schwob, Jules Renard, Maurice Barrès ou Stéphane Mallarmé. Mais Parijs 1891 ne fut pas mieux accueilli par les tenants de la nouvelle littérature, pourtant volontiers à l’affût des tendances parisiennes les plus récentes : l’un des chefs de file du De Nieuwe Gids, Lodewijk Van Deyssel, s’en prit longuement et très violemment à l’entreprise de Byvanck dans les pages de la revue néerlandaise. S’il concède volontiers que Byvanck avait présenté au public néerlandais des auteurs importants et prometteurs, il se dit choqué par la manière dont son compatriote avait opéré : celui-ci aurait « inventé » la plupart des rencontres avec les écrivains et artistes français et surtout, les propos qu’il met dans la bouche de ses interlocuteurs sont tout simplement fantaisistes77. Il est vrai qu’au seuil de la version néerlandaise de son livre, Byvanck avait eu l’imprudence de préciser que les propos rapportés en style direct n’étaient pas les reproductions littérales des paroles prononcées par les personnes interrogées : ils furent rédigés après coup et attribués ensuite aux divers interlocuteurs autant sur base des interviews que des tendances et idées principales qu’il avait cru percevoir dans leurs œuvres78. Le principe est sans doute un peu cavalier et peu philologique, mais Byvanck dégage très bien, dans un style proche parfois du reportage, les positions essentielles de ses interlocuteurs sur la création, sur l’art et sur la société. Certes, il ne s’agit pas là de déclarations consignées sur le vif, mais de synthèses souvent excellentes et qui révèlent pour le moins une profonde familiarité avec les œuvres concernées. En outre, le but que s’assignait Byvanck était de juger de « l’influence de l’état social sur la littérature », et cette préoccupation se retrouve comme un fil rouge à travers tout le livre et en assure la cohérence. D’aucune façon, l’érudit hollandais n’avait voulu réaliser une chronique littéraire ou une série d’interviews comme la célèbre Enquête sur l’évolution de la vie littéraire de Jules Huret publiée en 1891.

Au reflux de la vie

  • 79 Voir à ce sujet Sylvain Goudemare, op. cit., p. 149-151.

28La publication d’Un Hollandais à Paris constitua sans nul doute le point vif de cette amitié. Les lettres, à partir de 1893, commencent à s’espacer. Heureusement, Byvanck avait conservé précieusement trois lettres que Schwob, désespéré, lui écrivit après le décès, le 7 décembre 1893, de sa petite « Vise79 » :

  • 80 Lettres de Schwob à Byvanck non datées [janvier ou février 1894] (La Haye).

J’ai vu mourir devant moi le pauvre petit être auquel j’avais consacré ma vie, la pauvre petite qui était seule au monde et pour laquelle je travaillais. Je n’aurais jamais écrit si je n’avais su lui donner ce qu’il lui fallait […] Elle m’avait tout appris. C’est elle qui est dans mes contes, ceux que vous aimez, Maïe et Bargette et tous les autres […] Ma vie tout entière n’avait de substance que ma pauvre petite aimée. Ce que je voyais dans la rue, ce que je disais, n’avait qu’elle pour sous-entendu. Elle m’aidait à tout comprendre. Maintenant tout me paraît ne signifier plus rien […] Si vous saviez quelle affreuse et triste mort ! et quel horrible sens prennent toutes les pauvres bonnes petites paroles dont je me souviens, où je comprends maintenant un profond dévouement et une résignation silencieuse et que de tristesse, et où je ne voyais que de la bonté80.

  • 81 Note manuscrite de Byvanck (La Haye, Bibliothèque Royale, cote 135 K 1).

29En juillet 1894, Schwob et Léon Daudet rendent visite à Byvanck à La Haye ; dans une note manuscrite, Byvanck indique qu’à partir de cette époque la correspondance commença à « caler », sans raison précise d’ailleurs81. On ne relève en effet plus qu’une lettre de Byvanck à Schwob en 1895 et quelques-unes seulement de Schwob en 1897 et 1898. Un certain nombre d’entre elles est sans doute perdu ; mais dans l’une des dernières, en date du 24 mai 1904, l’auteur de Cœur double, malade, ne peut cacher son amertume :

  • 82 Lettre de Schwob à Byvanck, 24 mai 1904 (Leiden).

J’ai souvent pensé à vous durant les longues années où vous êtes resté silencieux à mon égard. Pour moi ces années ont été mauvaises et cruelles. Cela aurait été une consolation pour moi de suivre vos travaux et votre vie intellectuelle. […] J’ai trouvé beaucoup de choses sur notre Fr. Villon et sur les personnages du grand Testament. […] Adieu – croyez que je suis toujours votre ami et que je le suis resté inaltérablement comme il y a déjà douze ans82.

30Willem Byvanck, devenu entre-temps directeur de la Bibliothèque Royale à La Haye, rendit une dernière visite à son ami le 28 septembre 1904 à son domicile situé dans l’île Saint-Louis. Il en fit le récit ému dans un ample article nécrologique consacré à son ami disparu dont nous citons, pour terminer, cet extrait :

  • 83 W. G.C. Byvanck, « Marcel Schwob (1867-1905) », De Gids, n° de mai 1905, p. 334 (notre traduction)

Nous nous sommes assis près du feu, l’un en face de l’autre, en nous regardant. Le courant se rétablit toutefois très vite entre nous et nous nous reconnûmes. La voix, d’abord creuse, retrouva les accents familiers ; les yeux, tantôt encore vides, reprirent leur intensité et leur ferveur coutumières. Et voici que se dessine sur les lèvres le sourire ironique si familier et que réapparaît, tel que je l’avais vu si souvent autrefois, le petit geste de la tête et des épaules qui écarte toute manifestation de la bêtise humaine. Et bientôt le spectre hâve de mon ami malade fit place au Marcel d’autrefois.
Nous avons parlé pendant des heures. Du petit club des anciens amis, que restait-il ? – Plus personne.
Le cynique avait cherché refuge chez les socialistes et était devenu « humanitaire ». « Savez-vous quel était son idéal ? » me demanda Schwob. « Il a choisi dans ses récits le plus grand philistin et l’a pris pour modèle. » Le philosophe badin était devenu un antisémite papelard et tenace. Ses livres n’étaient que des traités. Un troisième s’était hissé dans le monde officiel pour devenir une lumière parmi les hauts fonctionnaires de la République. Un quatrième se mourait dans le sud de la France. Un cinquième bourlinguait à travers le monde. Un autre… Mais le cercle s’était défait, les liens avaient disparu.
L’homme assis en face de moi regardait dans le vide. Rêvait-il aux firmaments qu’il avait pu contempler lors de ses pérégrinations sur des océans lointains, à la solitude, qui était devenue son lot au reflux de sa vie83 ?

Notes

1 Quarante-trois lettres autographes (1889-1895) de Byvanck à Schwob sont conservées à Paris à la Bibliothèque de l’Institut de France, Fonds Champion, MS cxcvi (cote 5096) ; trente-neuf lettres autographes (1891-1898) de Schwob à Byvanck sont consultables à la Bibliothèque Royale à La Haye, Bibliothèque nationale des Pays-Bas, « Bijzondere Collecties », cote 135 K I ; vingt-trois lettres autographes appartiennent à la Bibliothèque de l’Université de Leiden, section « Bijzondere Westerse Collecties », cote BPL 2246a et BPL 2246. Nous remercions ces institutions de nous avoir permis de les consulter. Nous renvoyons dans nos notes aux diverses collections comme suit : Institut (= Bibliothèque de l’Institut de France) ; Leiden (= Bibliothèque de l’Université de Leiden) ; La Haye (= Bibliothèque Royale à La Haye).

2 Léon Daudet, L’Entre-deux-guerres. Souvenirs des milieux littéraires, politiques, artistiques et médicaux, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1915, p. 297.

3 Voir F. J. W. Drion, « W. G.C. Byvanck.1848-1925 », Jaarboek van de Maatschappij der Nederlandse Letterkunde, 1927, p. 65-85. Sur Byvanck et ses principaux correspondants français, voir J. Fransen, « Paul Claudel inconnu et le Dr. W.G.C. Byvanck », Neophilologus, 1938, n° 4, p. 338-346 ; ibidem, « W.G.C. Byvanck – Marcel Schwob », Neophilologus, 1947, n° 2, p. 110-117 ; Maas Nop & Van de Schoor Rob ; « Een Hollander in Parijs. W.G.C. Byvancks Parijs 1891 », Maatstaf : maandblad voor letteren, t. 40, n° 6, juin 1992, p. 10-31.

4 Carte postale de Byvanck à Schwob, 8 avril 1892 (Institut).

5 Une liste très complète des écrits de Byvanck a été dressée par A. J. De Mare, Lijst der geschri ften van Dr. W. G. C. Byvanck, ‘s Gravenhage, [sans nom d’éditeur], 1926.

6 Leiden, De Breuk & Smits, 1882, 229 p.

7 Cet archiviste-paléographe (1843-1926) est l’éditeur du Livre des métiers d’Étienne Boileau. Glossaire-index (xiiie), Paris, Imprimerie nationale, 1879.

8 Lettre de Schwob à Byvanck du 11 mars 1889 (Leiden).

9 Byvanck avait généreusement indiqué, sur la couverture de son livre, qu’il tenait « quelques exemplaires de sa brochure à la disposition des amis de Villon qui lui en feront la demande écrite ».

10 Francisque Michel, Études de philologie comparée sur l’argot et sur les idiomes analogues parlés en Europe et en Asie, Paris, Didot, 1857.

11 Auguste Vitu, Le Jargon du xve siècle, étude philologique, Paris, Charpentier, 1884.

12 Lucien Schöne, Le Jargon et jobelin de maître François Villon, Paris, Lemerre, 1888.

13 Lorédan Larchey, Dictionnaire historique, étymologique et anecdotique de l’argot parisien, Paris, F. Polo, 1872.

14 A Delvau, Dictionnaire de la langue verte. Argots parisiens comparés, Paris, Dentu, 1866.

15 Lettre de Schwob à Byvanck du 11 mars 1889 (Leiden).

16 Marcel Schwob, « Préface » dans M. Schwob et Georges Guieysse, Étude sur l’argot français, Paris, Émile Bouillon, 1889, p. 6. Voir aussi Marcel Schwob, Œuvres, Paris, Les Belles Lettres, 2002, « Étude sur l’argot français », p. 719.

17 Marcel Schwob, « Étude sur l’argot français » dans Œuvres, op. cit., p. 706.

18 Lettre de Schwob à Byvanck du 16 mars 1889 (Leiden). Souligné par Schwob.

19 Ibidem.

20 Marcel Schwob, Œuvres, op. cit., p. 714.

21 Ibidem, p. 715.

22 Sur Michel Bréal voir la note que Paul Valéry lui consacra en 1898 dans le Mercure de France où il évoque d’ailleurs le souvenir de ses conversations avec Marcel Schwob qui « tirait je ne sais quel fil d’un mot ou d’une locution pour les rattacher au loin, au diable, à un certain coin d’un certain temps, selon les plus délicates probabilités qui se puissent imaginer » (Paul Valéry, Œuvres, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la pléiade, t. II, 1960, p. 1454).

23 Marcel Schwob, Œuvres, op. cit., p. 715-716.

24 Dan Savatovsky, « Naissance d’une linguistique de l’argot », ELA. Revue de didactologie des langues-cultures, n° 117, janvier-mars 2000, p. 158.

25 M. Schwob, Œuvres, op. cit., p. 726.

26 Lettre de Byvanck à Schwob du 24 mars 1889 (Institut).

27 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale (publié par Charles Bally et Albert Sechehaye), Paris, Payot, 1960, p. 112.

28 Dan Savatovsky, « Naissance d’une linguistique de l’argot », op. cit., p. 157.

29 Schwob et Guieysse avaient suivi les cours de Saussure à l’École Pratique des Hautes Études, Schwob en 1883-84 et en 1887-1889, Guieysse en 1888-1889.

30 Dan Savatovsky, « Naissance d’une linguistique de l’argot », op. cit., p. 158.

31 Voir à ce sujet Christian Berg, « Signes de signes : Marcel Schwob et le « rapport mystérieux des signes » », Marcel Schwob d’hier et d’aujourd’hui, études réunies par Christian Berg & Yves Vadé, Seyssel, Champ Vallon, 2002, p. 102-116.

32 Marcel Schwob, Œuvres, op. cit., « Le jargon des Coquillards en 1455 », p. 737.

33 Annexés à la lettre de Byvanck à Schwob du 21 mai 1890 (Institut).

34 Voir à ce sujet « Le jargon des Coquillards en 1455 » et « Glossaire du jargon de la Coquille » dans Œuvres, p. 729-764.

35 Lettre de Schwob à Byvanck du 12 mai 1890 (Institut).

36 Lettres de Byvanck à Schwob du 21 mai 1890 (Institut).

37 Lettre de Byvanck à Schwob du 17 juillet 1889 (Institut).

38 Lettres de Schwob à Byvanck des 6 avril et 6 octobre 1890 (Leiden).

39 W. G.C. Byvanck, « Varia » : E. Estaunié, Bonne Dame. Jules Renard, L’Écornifleur, De Gids, 1892, II, p. 209.

40 Ibidem, « Parijsche notities. Een onbekende meester. I. Paul Claudel. II. Tête d’or. III. La Ville », De Nederlandsche Spectator, 1892, numéros du 2 juillet, 23 juillet et 20 août. Claudel écrivit à ce propos à Byvanck que son article lui avait paru « quelque chose de magistral » et qu’il n’avait « jamais rien lu de pareil » (cité dans J. Fransen, « Paul Claudel inconnu et le Dr. W. G.C. Byvanck », op. cit., p. 344).

41 Ibid., « Léon Daudet. « Haerès » », De Nederlandsche Spectator, 1892, n° du 10 décembre.

42 Ibid., « J.H. Rosny. Een studie in modern leven », De Gids, 1893, I, p. 329 et sq.

43 W. G.C. Byvanck, Poëzie en leven in de 19de eeuw. Studiën op het gebied der letterkunde, Haarlem, F. Bohn, 1889.

44 Lettre de Byvanck à Schwob du 24 janvier 1891 (Institut).

45 Dans De Gids, n° de mai 1905, « Marcel Schwob (1867-1905) », p. 349 (notre traduction).

46 « Vous savez que je lis à peu près le hollandais – pas brillamment, mais suffisamment pour comprendre » (Lettre de Schwob à Byvanck du 18 janvier 1891, Leiden). Lors de son voyage à Samoa, Schwob envisage même, grâce à sa connaissance du néerlandais, d’interviewer les prisonniers boers que la Grande-Bretagne a déportés sur l’île de Ceylan (voir Bernard Gauthier, « Le voyage vers Samoa », in Marcel Schwob. L’homme au masque d’or, Nantes-Paris, Bibliothèque municipale de Nantes – Le Promeneur, 2006, p. 141).

47 Il doit s’agir du « Déclin du mensonge » (« The Decay of Lying », 1891).

48 Lettre de Schwob à Byvanck, s.d. [novembre 1891] (La Haye). Dans une lettre non datée [mars-avril 1892] (La Haye) de Schwöb, on peut lire à ce propos : « J’oubliais de vous dire que comme je racontais à Oscar Wilde que c’était vous qui m’aviez fait lire “Intentions”, il m’a prié de vous présenter ses compliments et ses remerciements. Il serait enchanté d’entrer en relations avec vous. »

49 Lettre de Schwob à Byvanck, s.d. [avril 1892] (La Haye).

50 Lettre de Schwob à Byvanck du 25 janvier 1891 (La Haye).

51 Lettre de Schwob à Byvanck de février 1892 (La Haye).

52 John O’Neill (1837-1895), poète et critique anglais. Voir à son sujet Sylvain Goudemare, Marcel Schwob, op. cit., p. 101.

53 Extrait d’une lettre de Schwob à Byvanck (mars 1891) citée par ce dernier dans son article nécrologique publié dans De Gids en mai 1905, p. 350 ; cette lettre ne figure pas dans les collections que nous avons consultées.

54 Lettre de Byvanck à Schwob du 19 mars 1891 (Institut).

55 Voir la lettre de Schwob à Byvanck de [mars] 1891 (La Haye) : « vous serez condamné à faire une petite communication à la Société de Linguistique ».

56 Lettre de Schwob à Byvanck, sans date [septembre-octobre 1891] (La Haye).

57 Lettres de Byvanck à Schwob du 19 septembre 1891 et du 12 février 1892 (Institut).

58 W. G.C. Byvanck, Un Hollandais à Paris en 1891. Sensations de littérature et d’art, Paris, Perrin, 1892, p. 62-66.

59 Ibidem, p. 54. Dans leur Étude sur l’argot français, Schwob et Guieysse pensent que « ce sont les filles qui servent entre l’argot et la langue classique de papillons et d’abeilles » (Œuvres, p. 705-706).

60 Lettre de Schwob à Byvanck, non datée [novembre 1891] (La Haye). C’est Schwob qui souligne. À cette lettre est jointe une lettre signée et datée du 3 novembre 1891 par laquelle la Librairie Perrin s’engage à publier « en principe » « une traduction française de l’ouvrage de M. Byvanck […] sur la littérature française », ainsi qu’une lettre de Barrès, sans date, sans doute adressée à Schwöb, et qui invite celui-ci à se rendre chez l’éditeur parisien. On peut donc penser que c’est Barres qui a préparé le terrain auprès de la Librairie Perrin.

61 W. G.C. Byvanck, « Un Hollandais à Paris en 1891. Poésie Romane », Mercure de France, numéro d’avril 1892, p. 289 sqq.

62 Ibidem, « Paul Verlaine », Revue bleue. Revue politique et littéraire, n° 13, 26 mars 1892, p. 385-391.

63 Sylvain Goudemare, op.cit., p. 125.

64 Lettre de Byvanck à Schwob du 20 janvier 1892 (Institut) : « Je n’ai ni dans la préface du livre hollandais, ni dans une note de traduction, mentionné le fait que c’est spécialement à vous que j’ai du [sic] l’introduction auprès des divers personnages du livre. J’ai fait cela après, parce que j’en ai été plus libre en traitant de votre personnalité dans le corps du livre, parce que toute idée de réclame ou de prêté-rendu était écartée de cette façon. Vous êtes le plus jeune de la collection. Et c’est pour cela aussi que j’aimerais bien, s’il y avait encore de la place dans le numéro de la Revue Bleue, qu’il y parût aussi un chapitre sur Renard. Car vous aurez très bien remarqué qu’une partie des idées de Renard se promène à travers les pages du livre. Mais vous avez largement droit de précession. »

65 Voir Sylvain Goudemare, op.cit., p. 104.

66 Un Hollandais à Paris, op.cit., p. 226.

67 Ibidem, p. 295.

68 Ibid., p. 248.

69 Lettre de Schwob à Byvanck, s.d. [janvier 1892] (La Haye).

70 Edouard Estaunié, Souvenirs (éd. établie par Gilbert Cesbron), Genève, Droz, 1973, p. 44.

71 Paul Léautaud, « Marcel Schwob », Mercure de France, n° du 1er mars 1905, p. 161-175.

72 Joris-Karl Huysmans, Lettres inédites à Ary Prins, 1885-1907, Genève, Droz, 1977, p. 240 (lettre du 18 juin 1892).

73 Voir à ce sujet Sylvain Goudemare, op.cit., p. 117 qui cite un extrait de l’article.

74 Alfred Vallette, « Un Hollandais à Paris en 1891 », Mercure de France, n° du 1er avril 1892, p. 289 et « Sur “Un Hollandais à Paris en 1891” », Mercure de France, n° du 1er juin 1892, p. 162-166.

75 Sylvain Goudemare, op. cit., p. 116-117.

76 Numéro de mars 1892, p. 313-315. Voir à ce sujet Nop Maas, De Nederlandsche Spectator. Schetsen uit het letterkundig leven van de tweede helft van de negentiende eeuw, Utrecht-Antwerpen, Veen, 1986, p. 285-287, ainsi que Nop Maas & Rob Van de schoor, art.cité, p. 10-11.

77 « Il apparaît clairement de tout ceci que Monsieur Byvanck joue la comédie et qu’il a inventé de toutes pièces les conversations [rapportées dans son livre] après la lecture d’articles sur les écrivains concernés » (Lodewijk Van Deyssel, « Boekbeoordeelingen », De Nieuwe Gids, VII, 1891-1892, p. 76-83. Notre traduction).

78 W. G.C. Byvanck, Parijs 1891. Notities, Leiden, Van Doesburgh, 1892, « Voorrede », p. V-VI.

79 Voir à ce sujet Sylvain Goudemare, op. cit., p. 149-151.

80 Lettres de Schwob à Byvanck non datées [janvier ou février 1894] (La Haye).

81 Note manuscrite de Byvanck (La Haye, Bibliothèque Royale, cote 135 K 1).

82 Lettre de Schwob à Byvanck, 24 mai 1904 (Leiden).

83 W. G.C. Byvanck, « Marcel Schwob (1867-1905) », De Gids, n° de mai 1905, p. 334 (notre traduction).

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540