Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Retours à Marcel Schwob

 | 
Christian Berg
, 
Monique Jutrin
, 
Agnès Lhermitte
, 
et al.

Troisième partie. Vies imaginaires

Le trésor déterré : Marcel Schwob et le dilemme des temps tardifs

Gernot Krämer

Texte intégral

  • 1 Paul Léautaud, « Marcel Schwob » in Mercure de France, 54, 1905 (15 mars 1905), p. 163.

1Dans son éloge posthume de Marcel Schwob, Paul Léautaud parle de la « mélancolie d’un homme pour qui rien n’était neuf1 ». Schwob était convaincu que dans le domaine de la littérature tout était déjà dit. Tout nouveau livre était ainsi pour lui condamné à être, d’une manière ou d’une autre, la répétition, la réécriture ou bien la contrefaçon d’un autre. En tant que critique, il aimait rechercher les antécédents généalogiques des textes qu’il abordait. Il stupéfiait ses interlocuteurs par l’agilité avec laquelle il mettait en évidence la corrélation entre différents livres et démontrait la dépendance mutuelle des auteurs. À titre d’exemple on peut citer encore Paul Léautaud, dans cet extrait de son Journal littéraire :

  • 2 Paul Léautaud, Journal littéraire, Paris 1986, vol. I, p. 115 (23 février 1904).

Toute une soirée d’admirable conversation de la part de Schwob. Nous parlons de la filiation des écrivains, de l’influence etc. Il me dit la filiation de Rabelais : les Quinze joies du mariage, Pétrone, un peu Lucien, un peu Cicéron, Villon. […]. Puis il me parle des influences que lui-même a subies, tombant juste avec ce que je pensais : Platon, quatre pages du Banquet, Daniel de Foë, Poe, énormément, Flaubert, dans les commencements, jusque, non compris, Spicilège. […] Histoire de l’article de Schwob, tout jeune homme, sur Jules Verne, dans lequel il écrivait que ce dernier avait trouvé ses idées dans Poe, tel ouvrage venant de tel ouvrage de Poe, tel de tel, tel de tel et tel de tel autre. Il me lit ensuite des pages du poète..., puis, pour me faire voir la filiation de Poe avec D. de Foë, l’ouvrage de ce dernier sur La Peste de Londres. L’influence est flagrante. C’est le même son des mots, le même agencement, la même atmosphère spirituelle2.

  • 3 Œuvres, p. 692.
  • 4 Paul Léautaud, « Marcel Schwob », art. cit., p. 163.

2Comme le montrent clairement les propos cités par Léautaud sur les influences qui ont marqué son œuvre propre, Schwob était parfaitement conscient des reprises et répétitions dans ses propres écrits, et excellait à les appliquer et à les cultiver de diverses manières. « Tout art est interprétation », écrivait Schwob dans la préface à sa traduction d’Hamlet3. On pourrait y voir une idée directrice de sa propre création. Paul Léautaud laisse entendre dans son éloge posthume combien l’idée de l’originalité a dû sembler naïve à quelqu’un comme Schwob : « [D]’avoir pénétré et démonté le secret de tant de livres, le mot d’originalité devait le faire sourire en lui-même4 ». Dans son essai Marcel Schwob parmi ses livres, Pierre Champion écrit ceci :

  • 5 Pierre Champion, « Marcel Schwob parmi ses livres » in Catalogue de la Bibliothèque de Marcel Schw (...)

Marcel Schwob ne croyait pas au don de création, et pour tout dire, à l’originalité. Il savait que tout avait été dit, et oublié. Son art, c’était le don de choisir et d’amalgamer. Il retrouvait l’origine de tous les livres. Il n’ignorait pas que les siens étaient faits des débris de beaucoup d’autres. « Rien n’est nouveau en ce monde que les formes », aimait-il à répéter, et il enseignait que nous n’avons plus qu’à bien écrire5.

  • 6 Marcel Schwob – Werk und Poetik, Bielefeld, Aisthesis Verlag, 2005.
  • 7 Visiblement Hobbs ne savait pas que ce qui avait servi de référence biographique à Schwob était le (...)

3Dans mon travail consacré à Marcel Schwob – Œuvre et Poétique6, j’ai entrepris d’examiner les nouvelles à partir de ces « débris » d’autres livres et d’utiliser ainsi un procédé qui, comme nous l’avons vu, n’était pas étranger à Schwob lui-même. Surtout dans Vies imaginaires, Schwob ne se limite que rarement à une source unique. Il procède plus volontiers à un mélange, souvent plein de fantaisie et d’esprit, de deux ou plusieurs intertextes. En général l’un fournit le lieu, l’époque et le(s) personnage(s) de l’histoire, alors que l’autre texte apporte un certain motif, un point de vue particulier, un épisode ou un personnage supplémentaire, et fournit donc en quelque sorte la levure qui permet de faire lever la pâte (de l’histoire). Dès 1962, Gloria Lindsay Hobbs avait déjà observé et décrit le procédé dans la Vie de Stede Bonnet. Celle-ci suit une dramaturgie dictée par un autre texte dissimulé, Don Quijote de Cervantes7.

4Dans ce qui suit je voudrais mettre en évidence ce procédé à partir de l’examen de trois nouvelles tirées des Vies imaginaire et montrer ensuite, à l’aide d’une nouvelle tirée de Coeur double, comment il constitue, par anticipation, le noyau même du texte.

Sufrah, Géomancien

  • 8 Œuvres, p. 392.
  • 9 Schwob a peut-être utilisé la traduction aussi célèbre que controversée d’Antoine Galland au début (...)
  • 10 La nouvelle consacrée à Sufrah est la seule des Vies imaginaires dont le sujet soit un personnage (...)

5« L’histoire d’Aladdin conte par erreur que le magicien africain fut empoisonné dans son palais et qu’on jeta son corps noirci et craquelé par la force de la drogue aux chiens et aux chats8. » Dès la première phrase, Schwob mentionne la source à laquelle il emprunte son sujet9. En la qualifiant d’emblée d’erronée afin de présenter une version personnelle et prétendument vraie de l’histoire, il se situe dans la sphère d’une ambiguïté intentionnelle pour ce qui concerne le statut de la fiction. D’une part il traite en effet avec un sérieux ironique le conte d’Aladdin et la lampe magique si riche en prodiges et invraisemblances ; d’autre part, cette manière d’insister sur la vérité de ce qui est de toute évidence à la fois faux et fictif rappelle un procédé bien connu de la littérature picaresque : la confirmation continue par l’auteur ou le conteur du caractère réel de ce qui est relaté équivaut au clin d’œil avertissant le lecteur de son caractère fictif10.

  • 11 Selon Jean-Pierre Bertrand et Gérald Purnelle, Schwob a probablement emprunté ce nom à un homme de (...)

6Dans les Mille et une nuits, le magicien africain – que Schwob appelle Sufrah11 –, se met en route vers la Chine. Grâce aux arts géomantiques, c’est-à-dire en lisant lignes et figures dans le sable, il a appris que la lampe magique, dont la possession rend infiniment riche, s’y trouve. Le jeune vaurien Aladdin doit lui apporter la lampe enfouie sous terre dans une cachette. Son intention de laisser Aladdin dans la grotte après avoir reçu la lampe échoue et il rentre ainsi en Afrique comme il en était venu, alors qu’Aladdin, découvrant par hasard le pouvoir de la lampe, peut se libérer, devenir riche et puissant puis épouser la fille du « Sultan » de la Chine. Des années plus tard, le magicien apprend la survie d’Aladdin et sa fabuleuse ascension et repart en Chine. Déguisé en marchand de lampes, il obtient la lampe et déplace le palais d’Aladdin et la princesse en Afrique. Aladdin qui possède encore une bague magique réussit à le suivre, empoisonne le magicien avec un verre de vin et ramène le palais en Chine avec l’aide du génie très serviable de la lampe.

  • 12 La description détaillée du procédé témoigne de l’intérêt profond de Schwob pour la magie noire et (...)
  • 13 Œuvres, p. 393.
  • 14 Ibidem.

7Telle est la situation de départ dans la nouvelle ; Marcel Schwob la laisse sous-entendue, et évite ainsi d’alourdir le texte par une répétition du récit. Il permet toutefois au magicien de survivre, s’écartant ainsi de sa source. Quand celui-ci se réveille de sa stupeur, il est seul dans le désert, livré à une mort certaine. À la tombée de la nuit lui vient l’idée de dessiner une figure géomantique dans le sable afin de connaître son destin12. Celle-ci lui indique une issue favorable, mais aussi un malheur qui la précéderait : « Mais dans la huitième maison, qui est la maison de la Mort, vint se placer la figure du Rouge, qui annonce le sang ou le feu, ce qui est de présage sinistre13. » La figure de « juge », tirée ensuite des deux témoins, est celle de la Prison, d’où il déduit (par erreur) « qu’il trouverait la gloire, avec grand péril, dans un lieu clos et secret14 ».

8Sufrah se rend compte qu’il ne s’est jamais demandé à qui appartenaient initialement la lampe magique et les trésors abandonnés sous terre. Une seconde figure géomantique, qu’il lit selon les lettres d’alphabet, lui révèle les lettres « S.L.M.N. » et lui apprend que la personne recherchée est un roi. Sufrah en conclut que le génie de la lampe a obéi au roi Salomon. Puis il croit percevoir que Salomon repose tout près, dans une chambre souterraine, et qu’il porte à son doigt l’anneau de bronze octroyant l’immortalité. Le lendemain matin, il se rend à l’endroit désigné. Il dessine un cercle dans le sable et prononce des formules invocatoires ; la terre tremble, s’ouvre et laisse apparaître une dalle de marbre avec un anneau de bronze. Après avoir saisi l’anneau et invoqué trois fois le nom Salomon, il voit la dalle se soulever. Il descend un escalier étroit et passe sain et sauf, en répétant le « nom magique », les deux chiens crachant du feu pour pénétrer ensuite dans la chambre. Quand Sufrah lui retire du doigt l’anneau de bronze, le corps immortel du roi s’effrite. En même temps, Sufrah « éructa […] tout le sang de sa vie » quand il enfile l’anneau – ainsi se réalise le présage de la « figure du rouge » – et tombe à terre. La porte de fer se referme et les chiens cracheurs de feu veillent sur le magicien devenu à présent immortel.

  • 15 Henry Rider Haggard, King Solomon’s Mines. With an Introduction by Roger Lancelyn Green, London an (...)
  • 16 Dans une situation souterraine semblable, le thème de l’immortalité joue aussi un rôle central dan (...)
  • 17 Henry Rider Haggard, King Solomon’s Mines, p. 227.

9C’est Schwob lui-même qui mentionne la référence à l’histoire d’Aladdin et renforce le statut d’hypertexte de son texte par des reprises et citations de toute une série de détails (la description du palais, l’incantation magique, le chemin vers la chambre souterraine). Mais quel est le lien avec le roi Salomon, personnage biblique, à part le fait qu’il est question, de différentes manières, du roi Salomon dans les histoires des Mille et une nuits ? Visiblement Schwob s’est ici inspiré de Henry Rider Haggard et de son roman d’aventures King Solomon’s Mines (1885) qui relate une quête du trésor du roi Salomon. Les participants à l’expédition fictive le supposent en Rhodésie, dans les mines de diamants de Kimberley dont ils possèdent un plan sommaire qui date de 1590. Les épisodes auxquels se réfère Schwob se trouvent vers la fin du roman15. Guidés sournoisement par la sorcière Gagool, la seule à connaître le chemin, les trois ingénus protagonistes anglais pénètrent effectivement dans la chambre aux trésors de Salomon. La pierre qui pèse des tonnes ne peut être déplacée que par Gagool. À l’entrée de la chambre ils découvrent des dynasties entières de rois africains pétrifiés et momifiés sous forme de stalactites16. Tandis que, subjugués, les Anglais baignent dans les diamants, Gagool tente de se dérober secrètement. Bien qu’écrasée par la porte de pierre, elle parvient à enfermer les intrus sous terre. Le narrateur reconnaît le caractère sans issue de la situation dans cette « accursed treasure chamber that was to be our grave17 ». Les protagonistes ne s’échappent plus tard que de justesse et le peu qu’ils emportent des légendaires trésors leur suffit à finir leur vie dans l’aisance.

  • 18 Voir Roger Lancelyn Green, Introduction, p. 14.

10Rider Haggard s’en tient étroitement à la recette de Treasure Island de Stevenson, publié deux ans plus tôt, comme il l’a expliqué lui-même. Étant donné le succès sensationnel de King Solomon’s Mines en son temps, dépassant même celui de son modèle18, il est peu probable que Schwob lui-même ait voulu que ces jeux d’une textualité allusive passent inaperçus. En utilisant ensemble les deux motifs – recherche de trésor et enfermement dans une chambre aux trésors souterraine – Schwob complète, avec un nouvel épisode, les contes des Mille et une nuits, dont la structure en épisodes porte un potentiel de prolifération inépuisable.

Gabriel Spencer, Acteur

  • 19 L’orthographe du nom varie : dans les documents d’état civil de l’époque, il est toujours écrit av (...)
  • 20 J. Payne Collier (éd.), The Diary of Philip Henslowe, from 1591 to 1609. Printed from the original (...)
  • 21 Memoirs of Edward Alleyn, ed. by J. Payne Collier, London, Publications of the Shakespeare Society (...)

11Une seule circonstance a permis que le nom de l’acteur Gabriel Spencer19, mentionné nulle part ailleurs, survive à l’oubli : Ben Jonson qui fut, après Shakespeare, l’auteur dramatique le plus important de l’Angleterre élisabéthaine, le battit en duel. Et à part son nom on ne sait pas grand-chose sur lui : il apparaît plusieurs fois dans le journal de Philip Henslowe, directeur de théâtre qui dirigeait la troupe dont faisait partie Spencer, où il est mis en rapport avec les listes de débiteurs et les cautions versées aux comédiens membres de la troupe20. Dans une lettre à l’acteur Edward Alleyn, Henslowe regrette la mort d’un collègue : « I haue lost one of my company wch hurteth me greatly ; that is gabrell for he is slayne in hogesden fylldes by the hands of bengemen Jonson bricklayer21. »

  • 22 Ibidem., p. 50. – Memoirs of the Principal Actors, by J.-P. Collier, Biographical fragments of lea (...)
  • 23 « 1598. Gabriell Spencer, being slayne, was buryed the xxiiijthe of Septemb. – Hogge Lane. » Memoi (...)
  • 24 Aubrey, Brief Lives, ed. from the original manuscripts and with an introduction by Oliver Lawson D(...)
  • 25 Notes of Ben Jonsons Conversations with William Drummond, London, Publications of the Shakespeare (...)
  • 26 Voir Pierre Champion, Catalogue de la Bibliothèque de Marcel Schwob, op. cit., no 322, p. 74.

12C’est J. Payne Collier qui, le premier, a identifié ce « gabrell » comme étant Gabriel Spencer, se fondant simplement sur le fait qu’à partir de cette date il n’apparaît plus dans le journal de Henslowe22. À un autre endroit il rapporte qu’il a découvert une inscription concernant un enterrement dans le registre de l’église St. Leonard’s du quartier Shoreditch de Londres23. John Aubrey (dont les Brief Lives sont commentés en détail par Schwob dans sa préface aux Vies imaginaires) rapporte par erreur dans son ébauche sur la vie de Jonson, que celui-ci a tué le poète Marlowe24, et William Drummond qui mentionne l’incident dans ses Conversations with Ben Jonson ne cite aucun nom25. Tous les travaux cités jusqu’ici – il s’agit de publications de la Shakespeare Society of London – se trouvaient dans la bibliothèque de Schwob26.

  • 27 Dans la traduction de Schwob : voir Œuvres, éd. Champion, Paris 1927-29, vol. V, p. 262.

13Le personnage historique choisi par Schwob pour en tracer la Vie imaginaire est donc presque entièrement indéfini et insaisissable : on sait seulement qu’il fut « acteur » et « tué par Ben Jonson ». La nouvelle se base sur une synthèse d’éléments divers. Tout d’abord Schwob semble bien avoir remarqué, en travaillant à sa traduction parue en 1895, que le nom « Gabriel Spencer » se trouve aussi dans le roman de Defoe, Moll Flanders : c’est le pseudonyme que se donne la protagoniste lorsqu’elle exerce, habillée en homme, le métier de voleur27. Malgré le caractère véritablement fortuit de cette homonymie, Schwob reprend le motif du changement de sexe par travestissement, et ceci même par deux fois : d’une part Gabriel, enfant, observe avec fascination les entrées en scène d’un « homme habillé en femme » (il s’agit de sa mère) ; d’autre part, adolescent, il joue des rôles de femme à cause de son apparence efféminée au théâtre du « Rideau Vert ». Le milieu « immoral » dans lequel grandit Gabriel, caractérisé par une manière théâtrale de s’exhiber et par une existence bohème partagée entre prostitution et petite délinquance, rappelle fortement le milieu dans lequel Defoe fait grandir Moll Flanders. Comme pour donner lui-même une indication au lecteur, Schwob appelle les trois demoiselles insouciantes habitant dans la maison de la mère, Poll, Doll et Moll.

  • 28 Voir James Orchard Halliwell-Phillipps, Outlines of the Life of Shakespeare, London 1885, p. 330.
  • 29 Aubrey, Brief Lives, p. 177.
  • 30 Quand Shakespeare porta à la scène pour la première fois au printemps 1597 le gros chevalier dans (...)

14Le « Rideau Vert » est chez Schwob une allusion au théâtre Curtain où il était exceptionnellement permis aux acteurs hommes de porter des habits de femme28. John Aubrey le mentionne dans sa biographie de Ben Jonson, tout en employant la variante du nom que Schwob reprend par la suite : « [He] acted and wrote, but both ill, at the Green Curtaine, a kind of Nursery or obscure Play-house somewhere in the Suburbes (I thinke towardes Shoreditch or Clarkenwell29). » Les acteurs qui visitent la mère de Gabriel chez elle et lui citent des vers de leurs pièces, l’amènent au théâtre où le petit Gabriel découvre l’univers dérangeant des pièces de Shakespeare, évoqué par Schwob en une demi-page : Hamlet, Roi Lear, Falstaff (que Schwob fait apparaître en tant que Sir John Oldcastle, ce qui est juste d’un point de vue historique30), et d’autres encore.

  • 31 Collier, J. Payne (éd.), The Diary of Philip Henslowe, p. 218.

15Au centre de la nouvelle il y a toutefois l’épisode d’une rencontre avec Gamaliel Ratsey, voleur de grand chemin. Gabriel entreprend avec ses amis William Bird, Edward Juby et les deux Jeffes (Schwob a choisi ces noms dans le journal de Henslowe31) une tournée d’été pour jouer à la campagne. Ils sont interpellés en route par un homme armé qui se présente comme étant « Gamaliel Ratsey, par la grâce de Dieu voleur de grand chemin » et demande leur argent. Pauvres, les acteurs répondent qu’ils n’en ont point ; Ratsey leur demande alors de jouer pour lui Hamlet, car Ophelia lui semble être le rôle idéal pour la « Demoiselle » (c’est-à-dire Gabriel). Il récompense généreusement la troupe avec quarante Shillings en se nommant « roi Gamaliel ». Le lendemain matin il leur reprend l’argent en redevenant le « voleur » Gamaliel.

  • 32 « The Ratsey-Episode », p. 285 sq. Voir également à ce sujet : Collier’s Bibliographical Cat. III. (...)

16Cet épisode n’est pas inventé par Schwob, mais seulement modifié, enjolivé et relié fictivement avec Gabriel Spenser et sa troupe. Halliwell-Phillipps le raconte dans Outlines of the life of Shakespeare (ce livre se trouvait également dans la bibliothèque de Schwob32). Pour ce qui concerne les modifications radicales opérées par Schwob, celui-ci présente notamment Gamaliel, lui aussi, comme acteur. Son changement de rôle diabolique est le revers de l’illusion de l’art du théâtre qu’on a savouré auparavant et le nom « Gamaliel » semble faire écho à « Gabriel ». Grâce à cet artifice, Schwob dote l’épisode d’une profondeur et d’une ambiguïté qu’il n’a pas chez Halliwell-Phillipps.

17De retour à Londres, le Gabriel de Schwob fait la connaissance d’une jeune fille qui prend soin de lui, ce qui éveille la jalousie de son ami, le maçon Ben Jonson. Il entraîne Gabriel à Hoxton Fields afin de l’affronter en duel. Gabriel blesse Jonson au bras avec sa lame « plus longue de dix pouces », mais Gabriel eut le poumon traversé. Ce n’est qu’en faisant valoir son éducation de clerc que le gagnant du duel put échapper à la potence.

  • 33 « Il se nommait Ben Jonson, et il était fort orgueilleux de son éducation, étant clerc, et ayant q (...)

18La description de Ben Johnson et celle du duel mortel chez Schwob reposent visiblement sur des sources multiples, et avant tout sur l’ébauche d’Aubrey et les Conversations with Ben Jonson de Drummond33. La vraie raison de la confrontation entre Spencer et Jonson n’étant pas connue, Schwob propose la jalousie. Il évite toute allusion à l’œuvre de l’écrivain dramatique, lequel avait déjà en 1598 écrit plusieurs pièces (aujourd’hui disparues) pour la troupe de Henslowe avant de s’en séparer à la suite de ce duel.

  • 34 John Alden Green (éd.), Marcel Schwob : Correspondance inédite, Genève 1985, p. 133 (lettre du 27 (...)

19Les éléments et personnages que Schwob tresse ensemble se trouvent réunis avec une densité remarquable dans A Book of Scoundrels de Charles Whibley, que je considère pour cette raison comme le nucleus de la nouvelle. D’après une lettre à Mallarmé, Schwob connaissait Whibley depuis avril ou mai 1894 et ils sont restés amis jusqu’à sa mort34. Whibley était pressenti comme traducteur de l’histoire de la littérature française que Schwob projetait d’écrire au printemps 1896 à l’usage du lectorat anglais. Dans l’introduction à son Book of Scoundrels, une chronique sur les bandits célèbres, Whibley souligne les conquêtes de l’Angleterre dans l’art du vol et du brigandage, lequel avait commencé à fleurir sous le règne d’Elisabeth I, en s’inspirant de la manière ironique de Thomas de Quincey dans son essai On Murder Considered as one of the Fine Arts :

  • 35 Charles Whibley, A Book of Scoundrels, New Edition, New York, E. P. Dutton & Co, 1912, p. 2 (éd. o (...)

Though the art displayed all the freshness and curiosity of the primitives, still it was art. With Gamaliel Ratsey, who demanded a scene from Hamlet of a rifled player, and who could not rob a Cambridge scholar without bidding him deliver an oration in a wood, theft was already better than a vulgar extortion. Moll Cutpurse, whose intelligence and audacity were never bettered, was among the bravest of the Elizabethans. Her temperament was as large and as reckless as Ben Jonson’s own35.

  • 36 Ibidem, p. 59. Whibley fait allusion à la pièce de théâtre The Roaring Girl de Thomas Middleton, d (...)

20Moll Cutpurse (1584 ?-1659), citée par Whibley, s’appelait en réalité Mary Frith et était célèbre comme falsificatrice, pickpocket et chef de bande, autant pour l’audace qu’elle montrait lors de ses actions que pour ses habits d’homme. Whibley lui consacre tout un chapitre de son livre et l’évoque en ces termes : « the incomparable Roaring Girl, free of the playhouse, who perchance presided with Ben Jonson over the Parliament of Wits36 ». Sa vie a inspiré à Daniel Defoe son roman Moll Flanders.

Katherine la Dentellière, fille amoureuse

  • 37 Pierre Champion, Marcel Schwob et son temps, p. 121.

21Toujours aussi vague quant aux sources de Marcel Schwob, Pierre Champion désigne une « lettre de rémission » conservée aux Archives nationales comme le point de départ de cette nouvelle37. Cependant il ne dit rien ni de la personne ni du procédé. Il se peut que Schwob ait utilisé une telle lettre de rémission, mais l’examen des noms de personnes et de lieux cités dans Katherine la Dentellière nous met sur une autre voie : ils proviennent tous du Grand Testament de François Villon.

22Katherine la Dentellière s’appelle chez Villon « Katherine la Bourcière » et c’est une des femmes à qui s’adresse la Ballade et doctrine de la belle Heaulmière aux filles de joye. D’un point de vue biographique, la ballade n’offre au premier abord aucun éclaircissement, si ce n’est que le surnom fait supposer qu’avant de faire carrière dans la prostitution, elle avait confectionné des bourses.

  • 38 Schwob lui-même a vécu dans ce quartier entre 1890 et 1895, plus exactement dans la rue de l’Unive (...)
  • 39 Œuvres, éd. Champion, vol. VI, Mélanges d'histoire littéraire et de linguistique, p. 211 sqq.

23Marcel Schwob situe l’enfance et l’adolescence de Katherine à Saint-Benoît-le-Bétourné, dans cette communauté située tout près de la Sorbonne où, d’après ce que nous en savons, a grandi François de Montcorbier (ou des Loges) dans la maison de son père nourricier, le vicaire Guillaume de Villon38. Par trois fois Schwob a décrit tout le milieu qui vivait autour de cette église aujourd’hui disparue : dans cette Vie ; dans son essai sur Villon pour la Revue des Deux Mondes ; de façon plus subtile, au début de son étude, restée inachevée et publiée en 1913 par Pierre Champion, intitulée François Villon, sa vie et son temps39.

  • 40 Œuvres, p. 409.
  • 41 C’est dans son essai que Schwob donne la source de ce détail. Il s’agit du Livre de compte du prie (...)
  • 42 François Villon, Le Testament, vers 543, 549, 1579, 1580 (Œuvres, éd. Auguste Longnon, 4e éd. revu (...)
  • 43 Œuvres, p. 409.

24Schwob commence la nouvelle par cette phrase : « Elle naquit vers le milieu du quinzième siècle, […] par un hiver où il fit si froid que les loups coururent à travers Paris sur les neiges40. » A partir de ce détail repris dans l’essai sur Villon, on peut situer la naissance (bien entendu fictive) de Katherine en 143841. Les noms de ses camarades de jeu chez Schwob sont Perrenette, Guillemette, Ysabeau et Jehanneton, tous empruntés à la Ballade de la belle Heaulmière et la Ballade de la grosse Margot42. Katherine grandit sous la protection d’une vieille femme qui l’initie au métier de dentellière, tandis que ses amies exercent les métiers indiqués chez Villon par leurs surnoms : « Plus tard, elle ouvragea de son métier, Jehanneton étant devenue chaperonnière, Perrenette lavandière, et Ysabeau gantière, et Guillemette, la plus heureuse, saucissière, ayant un petit visage cramoisi qui reluisait comme s’il eût été frotté avec du sang frais de porc43. » On lit dans la Ballade et doctrine de la belle Heaulmière aux filles de joye (les italiques indiquant ce qui a été emprunté par Schwob) :

Or y pensez, belle Gantiere
Qui m’escoliere souliez estre,
Et vous, Blanche la Savetiere,
Or est il temps de vous congnoistre.
Prenez a destre et a senestre ;
N’espargnez homme, je vous prie :
Car vielles n’ont ne cours ne estre,
Ne que monnoye qu’on descrie.

Et vous, la gente Saulciciere
Qui de dancier estre adestre,
Guillemete la Tapiciere,
Ne mesprenez vers vostre maistre :
Tost vous fauldra clorre fenestre ;
Quant deviendrez vielle, flestrie,
Plus ne servirez qu’ung viel prestre,
Ne que monnoye qu’on descrie.

  • 44 Vers 533-552.

Jehanneton la Chapperonniere,
Gardez qu’amy ne vous empestre ;
Et Katherine la Bourcière,
N’envoyez plus les hommes paistre44

  • 45 « Elle aimait pareillement les testons, les blancs, et surtout les écus d’or. C’est ce qui fit qu’ (...)

25Grâce à un simple déplacement sémantique, Schwob fait du surnom donné à Katherine un leitmotiv du texte : Katherine est une coquette vaniteuse et pour cette raison obsédée par l’argent. Par le mot « argent » il relie sa vie à un autre personnage de Villon, dont on peut historiquement prouver l’existence, à savoir Casin Cholet45. Dans son essai sur François Villon qui ouvre Spicilège, Schwob écrit :

  • 46 Œuvres, p. 551.

Ce Casin Cholet qui était grand querelleur, se battit avec un autre compagnon de Villon, Guy Tabarie, avant 1456, et plus tard, en 1465, le 8 juillet, s’amusa à donner faussement l’alarme aux Parisiens, la nuit, criant : « Boutez-vous tous en vos maisons, et fermez vos huis, car les Bourguignons sont entrez dedans Paris ! » Pour ce méfait, il fut emprisonné au mois d’août suivant, et fustigé de verges par les carrefours. Il était alors sergent au Châtelet46.

  • 47 Le Lais : « Item, au Loup et a Cholet/Je laisse a la fois ung canart/Prins sur les murs, comme on (...)
  • 48 Œuvres, p. 410.
  • 49 Les recherches sur Villon l’ont identifiée comme la propriétaire d’une cantine populaire située pr (...)

26Cholet apparaît chez Villon aussi bien dans le Lais que dans le Testament. Dans le Lais, Villon lègue à l’ami un canard et un « tabart », et dans le Testament il est également mis en relation avec une poule et un tabart47. Le sens de ces deux allusions n’est pas clair. Dans sa nouvelle, Schwob donne une explication en faisant de Cholet un voleur de volailles qui dissimule sous son manteau les proies volées à l’extérieur de la ville et les vend à une commerçante portant le surnom « la Machecroue48 ». Dans le Testament elle est citée pour ses plats de volailles (1051-105349).

  • 50 Œuvres, p. 409. Les autres hôtels mentionnés par Schwob comme « la pomme du pain » ou « l’hôteller (...)

27Katherine devient la favorite de Cholet qui lui trouve une chambre et la visite la nuit. Il est son proxénète : elle se montre à la fenêtre avec des yeux noircis au charbon et des joues blanchies au plomb. Les pots, tasses et plats remplis de fruits qu’elle sert à ses clients généreux, sont volés aux auberges des alentours. Schwob se sert ici des motifs de la Ballade de Villon de la Grosse Margot qui seront adaptés librement par Brecht dans la « Ballade du proxénète » de l’Opéra de quat’sous (1928). Au lecteur attentif, Schwob donne lui-même un indice en mentionnant quelques lignes plus tôt « l’hôtel de la Grosse Margot » parmi les hôtels du quartier50.

  • 51 Voir le passage cité ci-dessus de l’essai de Schwob sur Villon, Œuvres, p. 551.
  • 52 Œuvres, p. 411.

28Un jour, le proxénète disparaît, après avoir mis en gage les vêtements de Katherine. Celle-ci apprend par ses amis qu’il a été fouetté en public et chassé de la ville. Ici Schwob se réfère de nouveau à la vie du vrai Casin Cholet, de sorte que cet épisode dans la vie de la Katherine fictive peut être daté d’août 146551. À partir de là commence sa déchéance : elle entre aux étuves, s’en échappe et devient prostituée sur les routes. On continue d’abord à l’appeler « Katherine la Dentellière », bien qu’elle n’exerçât plus ce métier depuis longtemps, pour la surnommer, à la fin, « Museau ». Dans un contexte totalement modifié jaillit dans la dernière phrase de la nouvelle le surnom que porte Katherine chez Villon : « Une nuit, un ruffian qui contrefaisait l’homme de guerre, coupa la gorge de Museau pour lui prendre sa ceinture. Mais il n’y trouva pas de bourse52. »

  • 53 Auguste Longnon, Étude biographique sur François Villon, d’après les documents inédits conservés a (...)
  • 54 Voir par exemple la première des dix conférences tenues par Schwob pendant l’hiver 1904/1905 à l’É (...)
  • 55 Voir la notice de Schwob sur la Ballade de la Belle Heaulmière : « Dans la belle heaulmière, le li (...)

29Marcel Schwob, comme beaucoup de médiévistes de son temps, pensait que le grand défi de la recherche sur Villon consistait à identifier les noms qui émaillent son œuvre. Cette démarche remonte à l’étude d’Auguste Longnon, publiée en 1877, et qui avait révélé pour la première fois que beaucoup de personnes auxquelles Villon fait allusion ne sont ni inventées ni rendues méconnaissables à l’aide d’un nom fictif. Dans de nombreux cas, Longnon a pu justifier l’existence historique des personnes citées. Mais il n’a pu mener son enquête à bien pour chaque cas : celui de Katherine et des autres filles de joie est resté mystérieux53. Marcel Schwob considérait le travail de Longnon comme un tournant et s’y rapportait donc souvent54. Il fait peu de doute que cet exemple a orienté en partie ses propres recherches55. Schwob a donc inventé ce que les archives ne révélaient pas.

Mérigot Marchés

30L’une des nombreuses nouvelles où se dissimule la réflexion sur l’intertextualité et à travers elle – implicitement –, celle sur l’originalité, est « Mérigot Marchés » dans Cœur double. Le 12 juillet 1392, le narrateur et son compère, Jehannin de la Montaigne, rencontrent dans un hôtel minable d’Auvergne Robin le Galois. Celui-ci leur dresse le tableau suivant de ses pillages commis sous le commandement des chefs Geoffroy Tête-Noire et Mérigot Marchés :

  • 56 Œuvres, p. 146.

Il dit qu’en ce monde il n’est temps, ébattement ni gloire que de guerroyer à la façon des Compagnons. Tous les jours, dit-il, nous avions nouvel argent. Les vilains d’Auvergne et de Limousin nous pourvoyaient et nous amenaient les blés, la farine, le pain tout cuit, l’avoine pour les chevaux et la litière, les bons vins, les bœufs, les brebis, et les moutons tout gras, la poulaille et la volaille. Nous étions gouvernés et étoffés comme rois ; et quand nous chevauchions, tout le pays tremblait devant nous. Tout était nôtre, allant et retournant56.

31Le fragment, placé dans la bouche de Robin le Galois, mériterait des guillemets pour une autre raison encore que celle du discours direct. Il s’agit en fait d’une citation tirée du 14e chapitre du quatrième livre de la Chronique de Jean Froissart, le grand chroniqueur de la guerre de Cent Ans. C’est Mérigot lui-même qui y regrette avec un cynisme nostalgique son passé de « chevalier-pilleur ». Marcel Schwob a uniquement modifié l’ordre des phrases, modernisé l’écriture et adapté certains mots au nouveau contexte.

32Déjà quelque peu exalté par le vin, Robin confie son secret à ses deux nouveaux amis : il avait appris que le trésor de Mérigot Marchès était enfoui dans une rivière à proximité. Il voudrait le partager avec eux pour les récompenser de leur aide au repêchage. À la tombée de la nuit les compères se mettent en route. Peu de temps après, un homme les rejoint. Robin le présente comme un vieux camarade avec qui ils sont contraints de faire un bout de chemin afin de n’éveiller en lui aucun soupçon. Deux autres compagnons d’autrefois avec des apparences plus que louches les rejoignent par la suite. Quand ils approchent la rivière de Vanve, une voix terrifiante chante : « Mérigot ! Mérigot ! » Ils dominent toutefois leur peur superstitieuse et commencent à creuser un gué vers le trésor. Ils réussissent à sortir de la boue un coffre de bois à ferrure. Le couvercle est déjà défoncé et en ouvrant ils ne trouvent rien d’autre que limon, pierres plates et du frai d’anguilles. Sur la rive d’en face, ils aperçoivent une femme qui disparaît dans la brousse. C’est, d’après Robin, la femme de Mérigot. Les hommes sont tous d’accord pour dire que la voix venait d’elle et qu’elle avait emporté le trésor.

  • 57 Froissart emploie une variante du nom : Aimerigot Marcel. Sa Chronique, de même que de nombreux au (...)

33Au premier abord, il apparaît que Schwob travaille dans cette nouvelle avec deux sources : la Chronique de Froissart, qui contient un récit très détaillé sur Mérigot57, et le Registre criminel du Châtelet, qui comporte son procès (et qui a probablement servi de modèle à Schwob aussi pour la nouvelle « Le “Papier Rouge” »). Cependant le texte suit en secret un autre modèle : toute la scène sur la rive de la Vanve jusque dans ses infimes détails est une réplique de la scène centrale consacrée à la recherche du trésor dans le 32e chapitre de Treasure Island de Robert Louis Stevenson. Quand les pirates, seuls rescapés du temps du Captain Flint, et que n’unissent que l’avidité et la méfiance réciproque, se rapprochent du lieu où devrait être enfoui le trésor, une voix plaintive chante en appelant : « Darby M’Graw ! Darby M’Graw ! » Effrayés à mort, ils reconnaissent après quelques réflexions la voix de Ben Gunn, le seul pirate autrefois abandonné sur l’île. Ceci les encourage à continuer. Mais à l’endroit désigné, ils ne trouvent qu’une fosse éboulée où l’herbe a déjà poussé sur les planches d’une boîte cassée. Il apparaîtra par la suite que c’était Ben Gunn qui les avait précédés et emporté le trésor.

34Le même effroi mélangé de fascination éprouvé par l’équipe de Flint dans le roman de Stevenson, se retrouve chez les compagnons de Mérigot ; tandis que les premiers frémissent en se rappelant les derniers moments de Flint, le narrateur de Schwob a continûment devant les yeux l’image de la tête de Mérigot embrochée sur une lance qu’il a vue à Paris. La description des « compagnons » ressemble à celle des pirates chez Stevenson, lesquels se caractérisent surtout – mis à part leur langage grossier – par leurs déficiences physiques. L’homme aux oreilles coupées correspond au mendiant aveugle chez Stevenson. Jim Hawkins, le jeune héros de Treasure Island, découvre en frémissant la poigne dure comme un étau de l’aveugle ; la même chose arrive au narrateur de Schwob, quand l’étranger, dont l’habit rappelle son modèle, lui saisit le poignet. John Silver, le plus grand adversaire de Jim parmi les pirates de Stevenson, est unijambiste alors que le personnage de Schwob est manchot. Un coup de sabre lui a coupé la bouche, comme il a tranché chez Stevenson la joue du vieux boucanier (chap.1).

  • 58 Je me réfère à un mot portant l’empreinte de Marcel Thiébaut qui, dans son essai, donne une large (...)

35Au bout du compte, il s’agit d’une curieuse accumulation par répétition de motifs se trouvant dans le livre préféré de Schwob, celui de Stevenson à qui il a dédié Cœur double. Le narrateur de Schwob entreprend pour ainsi dire une seconde fois la recherche du trésor déjà décrite par Stevenson. On se croirait déjà chez Jorge Luis Borges et on pense à son Pierre Ménard qui passe sa vie à « inventer » mot par mot, virgule par virgule, des parties de Don Quijote, donc, de facto, à le copier. Comme chez Stevenson, le trésor est déterré dans la version de Schwob quand les chercheurs atteignent le but. Mais chez Schwob, par la simple imitation, cet incident prend un second sens : c’est en quelque sorte la paternité, l’originalité qui s’est échappée. La malédiction des temps tardifs consiste en ceci que les trésors de la littérature sont eux aussi déterrés. C’est pourquoi il me semble parfaitement possible de lire « Mérigot Marchés » comme une sorte de métaphore de tout le dilemme du « schwobisme58 ». Un dilemme que Marcel Schwob avait appris à mieux affronter de livre en livre et dont il a tiré dans son œuvre peut-être la plus achevée, Vies imaginaires, des possibilités insoupçonnées qui annoncent sans ambages la littérature postmoderne.

Notes

1 Paul Léautaud, « Marcel Schwob » in Mercure de France, 54, 1905 (15 mars 1905), p. 163.

2 Paul Léautaud, Journal littéraire, Paris 1986, vol. I, p. 115 (23 février 1904).

3 Œuvres, p. 692.

4 Paul Léautaud, « Marcel Schwob », art. cit., p. 163.

5 Pierre Champion, « Marcel Schwob parmi ses livres » in Catalogue de la Bibliothèque de Marcel Schwob, Paris, Allia, 1993, p. 21.

6 Marcel Schwob – Werk und Poetik, Bielefeld, Aisthesis Verlag, 2005.

7 Visiblement Hobbs ne savait pas que ce qui avait servi de référence biographique à Schwob était le Livre des Pirates du Capitaine Johnson qu’on a longtemps soupçonné d’être un pseudonyme de Daniel Defoe. Par ailleurs, on reconnaît clairement, dans cette nouvelle aussi, des allusions à Tom Sawyer et à Huckleberry Finn de Mark Twain.

8 Œuvres, p. 392.

9 Schwob a peut-être utilisé la traduction aussi célèbre que controversée d’Antoine Galland au début du xviiie siècle, qui a cependant le mérite d’avoir fait connaître en Europe les récits arabes. La traduction de Joseph-Charles-Victor Mardrus, qu’il connaissait, n’est parue que de 1900 à 1904 (Voir la lettre de Schwob à l’éditeur Alfred Vallette du 19 juillet 1897 ainsi que la lettre de Mardrus à Vallette du 21 novembre 1897 dans le Mercure de France, vol. 1-VII-1940-1-XII-1946, respectivement p. 230 et p. 246). À noter que l’oncle de Schwob, Léon Cahun, avait projeté une nouvelle traduction destinée à paraître chez Calmann-Lévy (voir Pierre Champion, Les Œuvres complètes de Marcel Schwob, Tome I, Préface, Paris 1927, p. lvii.)

10 La nouvelle consacrée à Sufrah est la seule des Vies imaginaires dont le sujet soit un personnage explicitement littéraire et non historique, distinction toutefois peu significative pour la manière dont Schwob se saisit de ses personnages.

11 Selon Jean-Pierre Bertrand et Gérald Purnelle, Schwob a probablement emprunté ce nom à un homme de cour au service de la Dynastie des Omeyyad, Al-Muhallab ibn Abi Sufra (Marcel Schwob, Vies imaginaires. Présentation, notes, chronologie et bibliographie par Jean-Pierre Bertrand et Gérald Purnelle, Paris, Flammarion, 2004, p. 177).

12 La description détaillée du procédé témoigne de l’intérêt profond de Schwob pour la magie noire et les pratiques occultistes dont certaines parties de sa bibliothèque apportent la confirmation. À titre d’exemple : La Géomancie du Seigneur de Cattan, Gentilhomme Genevois. Livre non moins plaiant et récréatif que d’ingénieuse invention, pour scavoir toutes choses, présentes, passées et à advenir. Avec la roüe de Pythagoras. Le tout mis en lumière par Gabriel du Préau, Paris, 1567 (Catalogue de la Bibliothèque de Marcel Schwob, p. 39, no 3).

13 Œuvres, p. 393.

14 Ibidem.

15 Henry Rider Haggard, King Solomon’s Mines. With an Introduction by Roger Lancelyn Green, London and Glasgow, Collins, 1955, chap. 16/17, p. 212-229.

16 Dans une situation souterraine semblable, le thème de l’immortalité joue aussi un rôle central dans le roman africain de Rider Haggard, She (1887).

17 Henry Rider Haggard, King Solomon’s Mines, p. 227.

18 Voir Roger Lancelyn Green, Introduction, p. 14.

19 L’orthographe du nom varie : dans les documents d’état civil de l’époque, il est toujours écrit avec un « c », chez Schwob avec un « s ». Ainsi, dans ce qui suit, j’écris « Spencer » quand il est question de la personne réelle et « Spenser » quand il s’agit du personnage dans la nouvelle de Schwob.

20 J. Payne Collier (éd.), The Diary of Philip Henslowe, from 1591 to 1609. Printed from the original Manuscript preserved at Dulwich College. Publications of the Shakespeare Society of London, vol. 7, no 28, Nendeln (Liechtenstein), Kraus, 1966 [d’abord London 1845], p. 106, 111-114, 120.

21 Memoirs of Edward Alleyn, ed. by J. Payne Collier, London, Publications of the Shakespeare Society, vol. 8, n° 1, 1841, p. 51.

22 Ibidem., p. 50. – Memoirs of the Principal Actors, by J.-P. Collier, Biographical fragments of leading Shakespearian actors, London, Publications of the Shakespeare Society, vol. 16, no 32, 1846, p. xx.

23 « 1598. Gabriell Spencer, being slayne, was buryed the xxiiijthe of Septemb. – Hogge Lane. » Memoirs of the Principal Actors, p. xxii (Introduction).

24 Aubrey, Brief Lives, ed. from the original manuscripts and with an introduction by Oliver Lawson Dick, London, Secker and Warburg, 1949, p. 177. C’est en effet dans un duel avec un acteur que Christopher Marlowe mourut au printemps de 1593.

25 Notes of Ben Jonsons Conversations with William Drummond, London, Publications of the Shakespeare Society, vol. 17, no 8, p. 18 sq.

26 Voir Pierre Champion, Catalogue de la Bibliothèque de Marcel Schwob, op. cit., no 322, p. 74.

27 Dans la traduction de Schwob : voir Œuvres, éd. Champion, Paris 1927-29, vol. V, p. 262.

28 Voir James Orchard Halliwell-Phillipps, Outlines of the Life of Shakespeare, London 1885, p. 330.

29 Aubrey, Brief Lives, p. 177.

30 Quand Shakespeare porta à la scène pour la première fois au printemps 1597 le gros chevalier dans Henry the Fourth, il portait encore ce nom. Ce n’est que suite à la plainte introduite par un noble, pour qui la mémoire de son ancêtre Sir John Oldcastle, Lord Cobham, était ainsi diffamée, que Shakespeare le rebaptisa en Sir John Falstaff. Voir Halliwell-Phillipps, p. 133.

31 Collier, J. Payne (éd.), The Diary of Philip Henslowe, p. 218.

32 « The Ratsey-Episode », p. 285 sq. Voir également à ce sujet : Collier’s Bibliographical Cat. III. 231-234.

33 « Il se nommait Ben Jonson, et il était fort orgueilleux de son éducation, étant clerc, et ayant quelques connaissances en latin. C’était un homme grand et carré, couturé de scrofule, et dont l’œil droit était plus haut que le gauche. Il avait la voix forte et grondeuse. Ce colosse avait été soldat aux Pays-Bas. » Œuvres, p. 417. – Voir par exemple William Drummond : « [H]e was a ministers son, he himself was Posthumous born a moneth after his fathers decease, brought up poorly, putt to school by a friend (his master Cambden) after taken from it, and put to ane other craft (I thinke was to be a Wright or Bricklayer) which he could not endure, then went he to ye low Countries but returning soone he betook himself to his wonted studies. In his servuce in the Low Countries, he had jn the face of both the Campes Killed ane Enimie & taken opima spolia from him, and since his comming to England appealed to the fields he had Killed his adversarie, which had hurt him jn the arme & whose sword was 10 Inches Longer than his, for the which he was Emprisoned and almost at the Gallowes. Then took his Religion by trust of a priest who Visited him jn Prison. Therafter he was 12 yeares a Papist […] » Notes of Ben Jonsons Conversations with William Drummond, London, Publications of the Shakespeare Society, vol. 17, no 8, p. 18 sq.

34 John Alden Green (éd.), Marcel Schwob : Correspondance inédite, Genève 1985, p. 133 (lettre du 27 avril 1894).

35 Charles Whibley, A Book of Scoundrels, New Edition, New York, E. P. Dutton & Co, 1912, p. 2 (éd. originale : London, William Heinemann, 1892).

36 Ibidem, p. 59. Whibley fait allusion à la pièce de théâtre The Roaring Girl de Thomas Middleton, déjà sortie en 1611 et dont le personnage principal est Moll Cutpurse.

37 Pierre Champion, Marcel Schwob et son temps, p. 121.

38 Schwob lui-même a vécu dans ce quartier entre 1890 et 1895, plus exactement dans la rue de l’Université.

39 Œuvres, éd. Champion, vol. VI, Mélanges d'histoire littéraire et de linguistique, p. 211 sqq.

40 Œuvres, p. 409.

41 C’est dans son essai que Schwob donne la source de ce détail. Il s’agit du Livre de compte du prieur de Saint-Martin-des-Champs, Jacques Seguin. Voir Œuvres, p. 546 sqq.

42 François Villon, Le Testament, vers 543, 549, 1579, 1580 (Œuvres, éd. Auguste Longnon, 4e éd. revue par Lucien Foulet, Paris 1967).

43 Œuvres, p. 409.

44 Vers 533-552.

45 « Elle aimait pareillement les testons, les blancs, et surtout les écus d’or. C’est ce qui fit qu’elle s’accointa à Casin Cholet, sergent à verge au Châtelet ; sous ombre de son office, il gagnait mal de la monnaie. » Œuvres, p. 410.

46 Œuvres, p. 551.

47 Le Lais : « Item, au Loup et a Cholet/Je laisse a la fois ung canart/Prins sur les murs, comme on souloit,/Envers les fossez, sur le tart,/Et a chascun ung gran tabart/De cordelier jusques aux piez » (185-190). Le Testament : « Et que Cholet est mal serchant,/Ung beau petit chiennet couchant/Qui ne laira poullaille en voye,/Ung long tabart et bien cachant/Pour les mussier, qu’on ne les voye. » (1113-1117).

48 Œuvres, p. 410.

49 Les recherches sur Villon l’ont identifiée comme la propriétaire d’une cantine populaire située près du Châtelet. Voir Villon, Œuvres, éd. Longnon, p. 149.

50 Œuvres, p. 409. Les autres hôtels mentionnés par Schwob comme « la pomme du pain » ou « l’hôtellerie de la Mule » sont aussi empruntés à Villon. Voir à ce propos l’index des noms propres dans l’édition de Longnon.

51 Voir le passage cité ci-dessus de l’essai de Schwob sur Villon, Œuvres, p. 551.

52 Œuvres, p. 411.

53 Auguste Longnon, Étude biographique sur François Villon, d’après les documents inédits conservés aux Archives nationales, Paris 1877. Voir en particulier le chapitre VI, p. 96-126.

54 Voir par exemple la première des dix conférences tenues par Schwob pendant l’hiver 1904/1905 à l’École des Hautes Études sur François Villon : « J’ai hâte d’en venir aux belles études de M. Longnon ; car c’est d’elles que nos leçons doivent partir comme point initial. M. Longnon eut l’idée de vérifier, au moyen des nombreux documents d’archives qui subsistent pour le xve siècle, si les personnages dont Villon nous a laissés des portraits si frappants avaient existé ou non. Il eut le bonheur – et la science – d’être récompensé de ses recherches dès les premiers pas. Et les résultats de ses premières études furent publiés dans cet Essai biographique sur F. Villon qui est le livre de chevet de tous ceux qui prétendent au titre, diraient les Anglais, de Villonian scholar. Nous aurons bien souvent à y revenir. » Œuvres, éd. Champion, vol. VI, p. 285 et sv. – Voir également son essai rédigé en anglais et repris dans l’édition de Champion, Le sens du Grand Testament, dont l’éditeur ne donne aucune information sur la première publication du texte (ibidem, p. 273-278), où on lit au sujet du travail de Longnon : « [T]he real existence of the persons whose names occur in the Great Testament was proved by authentic papers of the Record office. » (274) « All this remained a puzzle. It could only be cleared by a careful study of the persons named in the Great and the Little Testament, as well as by a close scrutiny of the social history and literature in the middle of the XVth century. » (273).

55 Voir la notice de Schwob sur la Ballade de la Belle Heaulmière : « Dans la belle heaulmière, le lieu commun, le portrait de la vieille est textuellement tiré du Roman de la Rose. Mais loin d’être une fantaisie, la belle Heaulmière fut une personne réelle, marchande des Galeries du Palais, où de jolies filles, la belle Chaperonnière, la belle Bourcière, achalandaient les magasins à la mode. » (Œuvres, éd. Champion, vol. VI, p. 328).

56 Œuvres, p. 146.

57 Froissart emploie une variante du nom : Aimerigot Marcel. Sa Chronique, de même que de nombreux autres textes sur la guerre de Cent Ans, se trouvaient dans la bibliothèque de Schwob. Voir Champion, Catalogue de la Bibliothèque de Marcel Schwob, p. 92, no 511. – Voir aussi sur Mérigot : Peter F. Ainsworth, « Ceci n’est pas un conte : the story of Merigot Marchès in the Fourth Book of Froissart’s « Chroniques » » in Fifteenth-Century Studies 16 (1990), p. 1-22, de même que : H. Moranvillé, « La Fin de Mérigot Marchès » in Bibliothèque de l’École des Chartes, 53, 1892, p. 77-87.

58 Je me réfère à un mot portant l’empreinte de Marcel Thiébaut qui, dans son essai, donne une large part à ce dilemme qu’il résume à la fin comme suit : « Nous avons mis l’accent sur cette étrange disposition d’esprit qui le portait à s’exalter sur l’imprimé plutôt que sur le réel. Il est vrai que si la critique est une littérature dont la littérature est l’objet, le schwobisme est une littérature dont la littérature est la source. Mais cette singularité n’implique pas l’absence de tout apport personnel. » Marcel Thiébaut, « Marcel Schwob », Revue de Paris, n° 67, octobre 1960, p. 140-158, ici p. 157

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540