Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

J.-K. Huysmans

 | 
Samuel Lair

Chapitre XI. Joris-Karl Huysmans et Julius Zeyer, un même cheminement spirituel dans les littératures française et tchèque

Václava Bakešová

Texte intégral

  • 1 Voir H. Voisine-Jechová, Histoire de la littérature tchèque, Fayard, Paris, 2001.

1Le cheminement spirituel de Joris-Karl Huysmans et sa conversion au catholicisme sont souvent mis en analogie avec la vie et l’œuvre d’un auteur tchèque, contemporain de Huysmans : Julius Zeyer (1841-1901). Bien que son père soit d’origine française et que ses œuvres soient souvent inspirées par la tradition française, il n’est certainement pas très connu en France. Permettez-moi donc, tout d’abord, de présenter brièvement ce représentant important de la littérature tchèque du Renouveau national1.

  • 2 Paragraphe écrit par Mme Miroslava Novotná (maître de conférence à la Faculté de Pédagogie, Univer (...)

Julius Zeyer, écrivain tchèque de la seconde moitié du xixe siècle, est toujours considéré dans les pays tchèques comme un des écrivains tchèques les plus francisés, non seulement de cette époque, mais aussi des époques suivantes. C’était un personnage exceptionnel dans la société de la fin du xixe siècle. Son père, un Français, était un aristocrate à l’esprit très pratique, dévoué corps et âme à ses activités commerciales et industrielles. Sa mère descendait d’une vieille famille juive de Prague. Dans la famille Zeyer, on parlait allemand, mais son atmosphère était très éloignée de l’esprit germanique, car Mme Zeyer voulait que ses enfants, et surtout Julius, son plus jeune fils, apprennent le tchèque. Julius Zeyer, comme beaucoup d’écrivains de son époque, voyageait beaucoup. Il était particulièrement attiré par la France, du fait des origines de sa famille, mais également par d’autres pays, essentiellement ceux de l’Europe romane, ainsi que la Russie. En voyageant, il ne cessait pas de trouver et de rechercher l’inspiration en feuilletant des études, des mémoires dans les bibliothèques, en visitant des musées, des galeries et en rencontrant des artistes2.

  • 3 Ve stínu Orfea. Julius Zeyer a rodina Kalašových v dopisech. (À l’ombre d’Orphée. Julius Zeyer et (...)
  • 4 Voir la lettre 185. (Op. cit.)
  • 5 Voir Přátelství básníka a malířky. Vzájemná korespondence Julia Zeyera a Zdenky Braunerové. (L’ami (...)

2Il existe un grand nombre de lettres où Zeyer décrit non seulement les expériences de ses voyages et de ses lectures, mais aussi ses opinions. On peut clairement observer la progression de ses quêtes spirituelles, de ses crises et de sa conversion au catholicisme. Il est certain qu’il a connu l’œuvre de Joris-Karl Huysmans. Par exemple, dans la lettre 123 à la famille Kalaš, il écrit : « En route est pour moi personnellement très important, pour vous, ce sera peut-être quelque chose d’étrange et de bizarre3. » Dans sa propre bibliothèque, il avait Là-bas, mais, bien entendu, il avait l’occasion de lire également les autres romans de Huysmans. Mis à part En route, il écrit aussi aux Kalaš au sujet de La Cathédrale4. Beaucoup d’informations sur ses relations françaises peuvent être trouvées également (et logiquement) dans sa correspondance avec Zdenka Braunerova qui a connu personnellement Huysmans par l’intermédiaire de son beau-frère E. Bourgès5.

  • 6 M. C. Putra, voir la note n° 9.
  • 7 F. X., Šalda, « Několik slov o Juliu Zeyerovi », dans Šaldův zápisník 3/1930-31, Prague, Českoslo (...)
  • 8 Rappelons qu’au cours de la période communiste (1948-1989), on ne parlait pas des attraits spirit (...)

3Julius Zeyer et Joris-Karl Huysmans se ressemblent par de nombreux traits, non seulement sur le plan biographique, mais aussi sur le plan artistique, plus précisément au niveau des thèmes de leurs œuvres. Tous les deux constituent des pierres uniques et irremplaçables dans la mosaïque des personnalités littéraires de leur époque. Leur création littéraire se veut une contribution au développement de cette littérature présentant des héros qui évoluent dans leur opinion spirituelle, qui subissent des luttes intérieures, et qui surmontent finalement les obstacles6 pour s’ouvrir à cette paix qu’apporte la vie spirituelle. Souvent, leurs personnages reflètent leurs propres combats intérieurs et peuvent être classés dans le groupe des romans de type autobiographique. La première analogie entre la vie et l’œuvre de ces deux auteurs est présentée dans les textes critiques de František X. Šalda, critique littéraire tchèque très important de la première moitié du xxe siècle7. Plus tard, c’est surtout Martin C. Putna, dans les années 19908, qui travaille sur la littérature tchèque d’inspiration catholique, et la replace dans le contexte de la littérature mondiale, surtout française, anglaise et allemande.

Le contexte de l’époque en France et dans les pays tchèques

  • 9 Voir plusieurs œuvres sur les conversions d’intellectuels en France, rappelons par exemple R. Gri (...)
  • 10 M. C. Putna, Česká katolická literatura 1848-1918 (La littérature tchèque catholique dans les ann (...)
  • 11 Voir J. Bednářová, Josef Florian a jeho francouzští autoři. (Josef Florian et ses auteurs françai (...)

4Tandis qu’en France, on désigne la période allant de 1880 jusqu’à 1930 comme celle où les artistes9 se sont convertis au catholicisme, les pays tchèques ont été alors peu touchés par cette vague de conversions. Martin C. Putna parle même de Zeyer comme du seul converti « qui ait franchi le seuil de l’Église catholique10 ». Jitka Bednářová mentionne encore d’autres cas, mais elle souligne que chez eux, la conversion a gardé son caractère individuel11. En France, nous trouvons des convertis dans presque tous les domaines de la vie, y compris la littérature. On parle même de la conversion des intellectuels comme d’un phénomène social, suscité par les encycliques de Léon XIII Aeterni patris (1879) et Rerum novarum (1891). Rappelons les noms des premiers convertis réagissant contre la politique du gouvernement laïc de la IIIe République et contre le matérialisme positiviste : par exemple Léon Bloy, Paul Claudel, Paul Verlaine, Paul Bourget, Ferdinand Brunetière, François Coppée, Joris-Karl Huysmans. Les artistes convertis de la nouvelle vague, dans les premières années du xxe siècle, réagissent contre la politique anticléricale du gouvernement Combes. Ce sont dans la plupart des cas les fils spirituels des premiers, citons : Jacques et Raïssa Maritain (les filleuls de Léon Bloy), Adolphe Retté (qui se convertit après avoir lu En route de Huysmans), Charles Péguy, Francis Jammes, Ernest Psichari. En découvrant une nouvelle relation possible avec Dieu, ils redécouvrent en même temps les valeurs traditionnelles et leur solidité qu’on avait oubliée dans une société laïque. En outre, par leur retour officiel à « la Maison du Père », ils manifestent leur désaccord avec la politique en vigueur.

  • 12 R. Griffiths, Révolution à rebours, éd. cit., p. 13.
  • 13 Ibid., p. 13.

5Les œuvres littéraires des convertis font partie de ce mouvement que Richard Griffiths appelle le « renouveau littéraire catholique12 ». Il explique qu’il s’agit « des écrivains qui, pour la première fois depuis deux siècles, allient de profondes convictions religieuses à un véritable talent littéraire13 ». La littérature revient donc, dans les années 1880, aux sujets religieux qui apparaissent dans tous les genres (roman, poésie, théâtre) et qui montrent des valeurs et des éléments nouveaux. Les écrivains convertis ne veulent accepter aucun compromis, leurs réactions sont parfois très fortes dans les débats sur la tradition ou sur leur opposition à la politique républicaine (surtout, à coup sûr, chez Léon Bloy).

  • 14 Ibid., p. 342.
  • 15 Voir Frédéric Gugelot, op. cit., p. 227.
  • 16 Le terme est de F. Gugelot, op. cit., p. 227.

6Les conversions d’intellectuels en France ont encore un autre aspect que nous ne pouvons pas omettre : l’engagement religieux. Selon Paul Claudel, le devoir d’un chrétien, c’est de « mettre son talent au service de Dieu14 ». Les chrétiens reconnaissent cette mission car elle découle de l’évangile. Les intellectuels français convertis à la fin du xixe ou au début du xxe siècles sont donc poussés à découvrir leurs propres talents et comment les mettre au service de l’Église actuelle. À cette époque, ils se sentent tous obligés de renforcer la position de l’Église soit en la défendant directement, soit en témoignant de leurs propres expériences spirituelles. Les témoignages de conversion acquièrent désormais une grande importance car le converti « prouve l’actualité de son discours et sa pérennité » et devient ainsi vecteur du message de l’Église au cœur de la société15. On parle même de la naissance d’un nouveau genre littéraire, le « récit de conversion16 », qui peut prendre la forme soit documentaire, soit romanesque. Ce genre est caractérisé par deux buts : les intellectuels veulent, d’une part, témoigner que leur cheminement a débouché sur un accomplissement concret, c’est-à-dire la rencontre avec Dieu, et, d’autre part, donner de leur témoignage une présentation absolument authentique. Ils veulent révéler ainsi la victoire de Dieu et l’action de sa grâce au cœur du siècle contemporain. Les ambitions littéraires, dans l’origine de ces récits, ne sont qu’au second plan, bien qu’elles soient tout aussi intéressantes. Dans le cas de Huysmans, En Route, son récit de conversion proprement dit, est du point de vue littéraire très apprécié, on le considère comme le meilleur exemple du genre. Ajoutons enfin que beaucoup de convertis interdisent la publication de leurs œuvres antérieures. Or Huysmans autorise leur réédition en expliquant alors l’étape de son cheminement au moment où elles étaient en train de naître.

  • 17 Voir Bednářová, J., op. cit. CDK, Brno 2007, p. 397-398.

7Dans les pays tchèques (faisant partie à cette époque de l’Empire austro-hongrois), la situation était différente. La religion catholique représentait la conviction officielle des oppresseurs, monarchistes autrichiens. Être catholique, cela symbolisait de ne pas soutenir les Tchèques dans leurs luttes pour obtenir l’autonomie politique. Le développement de la pensée et de la création catholiques se faisait donc dans un autre sens que celui qu’ils suivaient en France. Il n’y a pas eu tout d’abord les conversions puis, après coup, un récit travaillé ; au contraire, des événements littéraires ou culturels influencent l’orientation spirituelle des personnes17. Si on peut parler aussi d’un renouveau catholique, il faut se rendre compte de la situation politique tchèque et du retard avec lequel les tendances catholiques apparaissent.

  • 18 Voir Correspondance 1900-1914/Léon Bloy et Josef Florian, Préface de Jeanne Boussac-Termier, Laus (...)

8Il existe finalement au moins deux courants littéraires liés au catholicisme : « Katolická moderna », un mouvement moderniste catholique, et la maison d’édition « Dobré dílo – Opus bonum » de Josef Florian, un grand ami de Léon Bloy18. Le but des représentants de la première tendance, c’était d’élever le niveau de la littérature tchèque en s’inspirant des cultures étrangères pour que la littérature nationale puisse devenir comparable aux littératures des nations plus favorisées de cette époque-là. Le travail d’Opus bonum a été beaucoup plus important, pour la naissance de la première génération moderne d’intellectuels catholiques tchèques, que ne l’a été l’œuvre des modernistes. Julius Zeyer appartenait au groupe des modernistes, mais il n’était pas d’accord avec eux sur plusieurs points. L’autre camp, les intellectuels d’Opus bonum qui critiquaient vivement les modernistes (Florian parle même d’« une secte avortée »), n’appréciait guère Zeyer. Il était donc dans une position malheureuse, mais il est devenu néanmoins l’idéal du poète converti au catholicisme.

Comparaison des œuvres de Huysmans et de Zeyer

  • 19 Voir R. Dumesnil, La Publication des Soirées de Médan. Edgar Malfere, SFELT, Paris 1933, p. 145.

9Dans la dernière décennie de sa vie, Zeyer ne cache pas son désir d’apaiser son âme, d’entrer dans la « maison du Père ». Il écrit des œuvres qui reflètent son évolution spirituelle. L’étape où il était en plein chaos, est représentée surtout par les romans Jan Maria Plojhar et La Maison à l’étoile qui se noie. La conversion de l’auteur est décrite dans le poème Les triples mémoires de Vit Choraz. La période de la conviction chrétienne et du besoin d’exprimer les thèmes typiquement catholiques peut être étudiée dans Trois légendes sur la croix ou bien dans d’autres œuvres (La Jardin marial ; Alexej, homme divin ; Christine miraculeuse etc.). Si Huysmans comprend l’ensemble de son œuvre comme une autobiographie romancée19, Zeyer ne travaille pas en suivant la chronologie de son propre cheminement spirituel. Il publie par exemple La Maison à l’étoile qui se noie un an plus tard que plusieurs de ses professions de foi faites dans les lettres à ses amis (1897). Le 5 décembre 1896, il explique ainsi à un de ses amis, le sculpteur Frantisek Bilek, ses désirs spirituels :

  • 20 S. Batůšek, « Velikonoce Julia Zeyera » (Les Pâques de Julius Zeyer) dans Katolické noviny (Le jo (...)

J’attends votre œuvre avec impatience. Devant votre Christ, j’adorerais et prierais.
Qui regardera sa face, criera sûrement du fond de son âme : Mon Seigneur20 !

10De même, Trois légendes sur la croix sont publiées quelques années plus tôt que Jan Maria Plojhar ou La Maison à l’étoile qui se noie, romans de quêtes spirituelles.

11Maintenant, à la base des trois grandes étapes (1/quête de la foi, 2/conversion, 3/période chrétienne) qui ont marqué les cheminements de Huysmans et de Zeyer, et qui leur ont inspiré chacune un livre différent, nous pourrons mettre en parallèle trois romans de Huysmans, avec trois romans de Zeyer, en les regroupant par deux pour chaque étape :

À rebours – Jan Maria Plojhar

12Des Esseintes, entouré de livres, d’objets d’art, de pierres précieuses, cherchant des expériences inconnues ou des odeurs inhabituelles, etc., ne trouve pas la paix dans ses quêtes artistiques et esthétiques, il se sent désespéré, mais, vers la fin du roman, il commence à se poser la question de Dieu et du christianisme :

  • 21 Huysmans, À Rebours, Paris, U. G. E., 1993, p. 335.

Seigneur, prenez pitié du chrétien qui doute, de l’incrédule qui voudrait croire21

  • 22 J. Zeyer, Jan Maria Plojhar, Vyšehrad, Prague 1950, p. 340.

13Jan Maria Plojhar, un Tchèque déçu, fragile, plein de soucis, part pour Rome. Il veut échapper aux problèmes matériels de sa famille et aux problèmes politiques de son pays (il a été gravement blessé parce qu’il voulait défendre l’honneur de sa nation devant un officier autrichien) ; il est poète, veut trouver une nouvelle inspiration et oublier le passé, or, ce n’est pas possible, son passé est comme une ombre qui l’accompagne partout. Un jour, il reçoit une lettre de son ancien ami Konstantin qui lui décrit sa conversion et le changement de sa vie. Jan Maria découvre son désir de devenir « un homme vrai22 ». Son désir est grand, mais, chaque fois qu’il est sur le point de le réaliser, il commence à douter et il se sent indigne. Ce n’est qu’à l’heure de sa mort qu’il se décide vraiment pour la foi, se confesse, communie et meurt. C’est grâce à l’amour profond et pur de sa femme (le mariage a eu lieu quelques minutes avant cette scène finale) qu’il devient capable de dire enfin OUI. Le prêtre qui lui donne les sacrements prononce l’absolution :

  • 23 J. Zeye,op. cit., p. 340. (trad. V. B.) Citation originale : Ačkoli jste bloudil, vrátil jste se (...)

Même si vous vous êtes fourvoyé, vous êtes revenu dans la maison du Père. Dieu éprouve nos âmes pour qu’elles deviennent dignes de la liberté qu’Il leur a obtenu. Nous, les hommes, nous tombons, mais si nous avons soif de Dieu, de sa bonté et si nous aimons notre prochain, nous sommes alors sur le chemin qui nous reconduit à l’innocence23.

14Le héros de Zeyer exprime le désir de l’auteur même. Le 24 octobre 1895, Zeyer écrit au poète Julius V. Sládek qu’il a soif de la proximité de Dieu et de son amitié.

Là-bas – La Maison à l’étoile qui se noie.

15Durtal, dans le roman Là-bas, s’intéresse au mysticisme de ses contemporains. Il discute beaucoup avec des amis d’opinions différentes, replace les informations dans un ensemble plus large, et recherche une voie pour lui-même. Il fait la connaissance horrible du satanisme, par curiosité, et, finalement, il proclame :

  • 24 J.-K. Huysmans, Là-Bas, Paris, GF Flammarion, 1991, p. 275.

Si on est logique avec soi-même, il faut croire au Catholicisme et, dans ce cas, il ne reste plus qu’à prier24.

16Or, le chemin qui sépare cette décision rationnelle de son application et de son intériorisation sera encore long.

17Severin, personnage principal de l’œuvre de Zeyer, voudrait, lui aussi, faire connaissance avec les milieux mystérieux ou même mystiques. Après un rêve, il est même atteint par le nihilisme, le néant lui a caché le sens des événements récents. Il est donc heureux de rencontrer Rojko, un étranger mystérieux, son monde intérieur lui révèle enfin certaines questions, il peut y réfléchir longtemps, mais en même temps le comportement de cet homme à moitié fou l’horrifie. Toute la maison où vit Rojko est pleine de personnages bizarres, mais qui dévoilent des niveaux différents du monde de l’au-delà. Severin quitte cette maison juste après la mort de Rojko, et la maison brûle alors. Il garde la pensée de Rojko qui lui a été présentée dans un rêve :

  • 25 J. Zeyer, Tři legendy o krucifixu. Dům u tonouci hvězdy. (Trois légendes sur la croix. La Maison (...)

Tu pars, toute ta douleur finit. Le Salut t’attend ! Tu ne resteras pas oublié25 !

En Route – Les triples mémoires de Vít Choráz

18Les deux héros vivent un changement de leur existence. Tous les deux suivent un chemin de conversion assez compliqué. Leurs histoires sont analogues à la parabole de l’Évangile sur le fils prodigue (15, 11-24).

  • 26 C’est nous qui soulignons.
  • 27 Citation tirée de l’article de L. Descaves sur Là-Bas de Huysmans publié dans l’Evénement le 25 a (...)

19Durtal, dans En Route, dans sa propre caractéristique, dit à sa manière « qu’il rôde26 seulement autour de la religion27 ». Or, à la fin, il trouve la maison du Père et il est heureux – il a trouvé, dit-il, du « chlore » pour son âme.

20Vít Choraz a vécu une passion pour une dame à Venise, mais cette femme lui envoie bientôt une lettre, au lieu de venir le rencontrer. Elle lui raconte ainsi son histoire et partage avec lui sa lecture des livres à thématique religieuse. La quête spirituelle est menée aussi bien par cette femme, que par l’homme de peu de foi. Elle lui décrit sa conversion, sa rencontre inattendue avec le Christ dans l’église d’un village inconnu, et la découverte de sa vocation. Il est profondément touché par cette déception d’amour, mais ce choc l’amène lui aussi à chercher l’Amour suprême. Grâce à ses voyages, à ses lectures, grâce à l’écoute du chant angélique des religieuses dans un couvent, il trouve la paix pour son âme.

21Il est intéressant de comparer les lectures des deux héros. Durtal et Vit lisent par exemple les mémoires d’Angèle de Foligno pour trouver refuge et encouragement. Ils sont touchés par ses pensées mystiques. Les deux auteurs, eux aussi, vénèrent cette bienheureuse. Julius Zeyer a visité Foligno en 1884.

22Terminons notre étude avec les paroles que Zeyer a écrites à l’un de ses amis, le 31 janvier 1898 en signe de sa conviction finale :

  • 28 J. Bílý, « Cesta Julia Zeyera za vírou a konfesí », dans Teologické texty 2002/1. « Le chemin de (...)

Dieu nous a donné la vie pour vivre. Il y a une différence entre une vie creuse dans le monde et une vraie vie. Le christianisme est une armure et un bouclier. Qui le garde et le porte dans son cœur, ne peut pas mourir28.

Bibliographie

Huysmans Joris-Karl, À rebours ! Le Drageoir aux épices, Paris, H. Juin, UGE, 1993.

Huysmans Joris-Karl, En Route, Paris, Gallimard, 1996.

Huysmans Joris-Karl, Là-bas, Paris, GF-Flammarion, 1991.

Zeyer Julius, Epické zpĕvy [Chants épiques], Prague, Československý spisovatel, 1998.

Zeyer Julius, Jan Maria Plojhar, Praha, Vyšehrad, 1950.

Zeyer Julius, Tři legendy o krucifixu. Dům u tonouci hvĕzdy [Trois légendes sur la croix. La Maison à l’étoile qui se noie], Praha, Československá grafická unie, 1935.

Sources :

Bakešovâ Václava, La Conversion de Joris-Karl Huysmans, Brno, FF MU, 2001.

Batůšek Stanislav, Velikonoce Julia Zeyera [Les Pâques de Julius Zeyer], dans Katolické noviny 17, 23/04/1989.

Bednářová Jitka, Josef Florian a jeho jrancouzští autorí [Joseph Florian et ses auteurs français], Brno, CDK, 2007.

Bible [La Sainte Bible], Česky ekumenický překlad, Praha, Česká biblická společnost, 1993.

Bílý Jiří, Cesta Julia Zeyera za vírou a konfesí [Le Chemin de Julius Zeyer vers la foi], Teologické texty 1, Accessible de : http://www.teologicketexty.cz/index.php?s=clanky&kod=2004-10-30%2023:13:40&tema=Vira-a-nabozenstvi-v-procesu-sekularizace, 2002.

Dumesnil René, La Publication des Soirées de Médan, Paris, Edgar Malfere, SFELT, 1933.

Gugelot Frédéric, La conversion des intellectuels au catholicisme en France 1885-1935, Paris, CNRS, 1998,

Griffiths Richard, Révolution à rebours, Paris, Desclées de Brouwer, 1971.

Journal de l’abbé Mugnier, Mercure de France, Paris, 1985.

Kempis Thomas, Čtyři knihy o následováni Krista [Les quatre livres de l’Imitation de Jésus-Christ], Brno, Cesta, 2001.

Mugnier abbé, « J.-K. Huysmans à la Trappe », dans Le Journal d’En route, Paris, 1895.

Peyere Henri, La littérature symbliste, Paris, PUF, éditions Que sais-je ?, 1987.

Pracný Petr, Český kalendář svĕtců [Le calendrier tchèque des saints], Prague, Ewa, 1994.

Putna Martin C., Česká katolická literatura 1848-1918 [La littérature tchèque catholique 1848-1918], Prague, Torst, 1998.

Šalda František Xaver, « Nĕkolik slov o Juliu Zeyerovi » [Quelques mots sur Julius Zeyer], dans Šaldův zápisnik 3, 1930-1931, Prague, Československý spisovatel, 1991, p. 241-250.

Sources électroniques :

http://www.iencyklopedie.cz/rerum-novarum/, [cit. le 12 octobre 2007]

http://encyklopedie.seznam.cz/heslo/415154-katolicka-moderna, [cit. le 2 novembre 2007]

http://www.teologicketexty.cz/index.php?s=clanky&kod=2004-10-30%2023:13:40&tema=Vira-a-nabozenstvi-v-procesu-sekularizace, [cit. le 10 octobre 2007]

Notes

1 Voir H. Voisine-Jechová, Histoire de la littérature tchèque, Fayard, Paris, 2001.

2 Paragraphe écrit par Mme Miroslava Novotná (maître de conférence à la Faculté de Pédagogie, Université Masaryk). Voir aussi sa thèse sur l’inspiration française et les thèmes médiévaux dans l’œuvre de Julius Zeyer (Université Masaryk, Brno, 2007) ou son étude sur les inspirations médiévales de Zeyer, voir http://www.sens-public.org/IMG/SensPublic_Presov_MNovotna_Brandan_docoriginal.doc. Pour obtenir plus de détails sur la vie de J. Zeyer, voir http://www.radio.cz/fr/article/15268. Pour être plus au courant des textes concrets de Zeyer, voici quelques exemples de ses traductions en français : Inultus. Legenda pražká (Inultus. Légende pragoise), Gazette de Prague, 1920 (trad. Par J.-L. C). Jan Maria Plojhar, Revue francaise de Prague, 1931, (trad. Par G. Tilšer). Rokoko (Au temps du rococo), Gazette de Prague, 1922, (trad. Par G. Tilšer). Samko pták (Samko l’oiseau.) Légende slovaque, 1e rédaction : Gazette de Prague, 1920, (trad. J.-L. Chollet). 2e rédaction : Gazette de Prague, 1926, (trad. par P. Kutman). Pour aller plus loin sur le thème des relations de Zeyer avec la France, voir le mémoire de maîtrise de Tereza Riedlbauchová, Université Charles, Prague, 2006.

3 Ve stínu Orfea. Julius Zeyer a rodina Kalašových v dopisech. (À l’ombre d’Orphée. Julius Zeyer et les Kalaš en correspondance.) Prague, 1949, lettre 123 (trad. V. B.). Citation originale : « En route má pro mĕ zvláštni osobní interess, Vám to bude asi nĕco cizího a podivného. » Les autres mentions sur En Route, voir les lettres 149, 168 et 173.

4 Voir la lettre 185. (Op. cit.)

5 Voir Přátelství básníka a malířky. Vzájemná korespondence Julia Zeyera a Zdenky Braunerové. (L’amitié d’un poète et d’une femme-peintre. La Correspondance mutuelle de Julius Zeyer et de Zdenka Braunerova), Prague, 1941, p. 80, 84, 115.

6 M. C. Putra, voir la note n° 9.

7 F. X., Šalda, « Několik slov o Juliu Zeyerovi », dans Šaldův zápisník 3/1930-31, Prague, Československý spisovatel, 1991, p. 241-250. (« Quelques mots sur Julius Zeyer », in Le bloc-notes de Šalda. )

8 Rappelons qu’au cours de la période communiste (1948-1989), on ne parlait pas des attraits spirituels dans la littérature. Ceux qui voulaient le faire étaient obligés de ne le faire que clandestinement, à défaut de quoi ils étaient poursuivis.

9 Voir plusieurs œuvres sur les conversions d’intellectuels en France, rappelons par exemple R. Griffiths, Révolution à rebours, Paris, Desclée De Brouwer, 1971 ou F. Gugelot, La conversion des intellectuels au catholicisme en France 1885-935, Paris, éditions CNRS, 1998.

10 M. C. Putna, Česká katolická literatura 1848-1918 (La littérature tchèque catholique dans les années 1848-1918), Torst, Prague 1998, p. 634, (Trad. V. B.).

11 Voir J. Bednářová, Josef Florian a jeho francouzští autoři. (Josef Florian et ses auteurs français) CDK, Brno, 2007, p. 397. Note : Jitka Bednářová a soutenu sa thèse sur le même thème à la Sorbonne en 2002.

12 R. Griffiths, Révolution à rebours, éd. cit., p. 13.

13 Ibid., p. 13.

14 Ibid., p. 342.

15 Voir Frédéric Gugelot, op. cit., p. 227.

16 Le terme est de F. Gugelot, op. cit., p. 227.

17 Voir Bednářová, J., op. cit. CDK, Brno 2007, p. 397-398.

18 Voir Correspondance 1900-1914/Léon Bloy et Josef Florian, Préface de Jeanne Boussac-Termier, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1990, 189 p. (Accessible sur : http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Leon_Bloy ).

19 Voir R. Dumesnil, La Publication des Soirées de Médan. Edgar Malfere, SFELT, Paris 1933, p. 145.

20 S. Batůšek, « Velikonoce Julia Zeyera » (Les Pâques de Julius Zeyer) dans Katolické noviny (Le journal catholique) n. 17, le 23 avril 1989, p. 6. (Trad. V. B.) Citation originale : Kéž se dočkám díla Vašeho ! Před Kristem Vaším bych se klanĕl a modlil. Kdo na tu tvář patřit bude, zvolá zajisté zhloubi své duše : Můj Kriste ! A vtom zvolání, jde-li zhloubi duše, je obsažen celý svĕt, všechna láska a všechen bol a všechno nejvyšší blaho človĕka.

21 Huysmans, À Rebours, Paris, U. G. E., 1993, p. 335.

22 J. Zeyer, Jan Maria Plojhar, Vyšehrad, Prague 1950, p. 340.

23 J. Zeye,op. cit., p. 340. (trad. V. B.) Citation originale : Ačkoli jste bloudil, vrátil jste se vdům svého Otce. Bůh zkouší naše duše, aby se staly hodny té volnosti, kterou jim poskytl. My lidé klesáme, avšak prahneme-li po Bohu, tedy po dobru, a milujeme-li bližního, pak jsme na cestĕ vedoucí nazpĕt k nevinĕ.

24 J.-K. Huysmans, Là-Bas, Paris, GF Flammarion, 1991, p. 275.

25 J. Zeyer, Tři legendy o krucifixu. Dům u tonouci hvězdy. (Trois légendes sur la croix. La Maison a l’étoile qui se noie) Československá grafická unie, Praha 1935, p. 232. (trad. V. B.) Citation originale : Ty odcházíš a konečně všechen tvůj žal a bol, všechno tvoje utrpeni se konči ! Spása kyne ti. Nezapadneš v nic a tmu !

26 C’est nous qui soulignons.

27 Citation tirée de l’article de L. Descaves sur Là-Bas de Huysmans publié dans l’Evénement le 25 avril 1891, d’après P. Cogny, « Archeves de l’œuvre », dans J.-K. Huysmans, Là-Bas, éd. cit., p. 306.

28 J. Bílý, « Cesta Julia Zeyera za vírou a konfesí », dans Teologické texty 2002/1. « Le chemin de Julius Zeyer vers la foi ». Accessible sur : http://www.teologicketexty.cz/index.php?s=clanky&kod=2004-10-30%2023:13:40&tema=Vira-a-nabozenstvi-v-procesu-sekularizace.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540