Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

J.-K. Huysmans

 | 
Samuel Lair

Chapitre IV. Les rêves de Durtal

Carine Roucan

Texte intégral

  • 1 David Martens, « L’Onirisme chez Huysmans : clés de lecture » Les Lettres Romanes, tome LVI – n° (...)

1Les rêves peuplent et hantent les romans de J.-K. Huysmans, notamment dans À Rebours et dans En Rade. Dans son article sur l’onirisme huysmansien1, David Martens souligne l’évolution du rêve dans les œuvres de Huysmans. Dans les premiers romans, le mot « rêve » n’est employé que dans son acception de « désir », ceci peut s’expliquer par le fait que le naturalisme considère que le récit de rêve est trop subjectif et trop coupé du réel. Dans son dernier roman naturaliste, À vau-l’eau, Huysmans met en scène pour la première fois dans son œuvre un personnage qui « rêvasse », avant de créer des Esseintes que Huysmans affirme avoir

  • 2 J.-K. Huysmans, « Préface écrite vingt ans après le roman », À rebours, Gallimard, « Folio », 1977 (...)

profil[é] fuyant à tire-d’aile dans le rêve, se réfugiant dans l’illusion d’extravagantes féeries, vivant, seul, loin de son siècle, dans le souvenir évoqué d’époques plus cordiales, de milieux moins vils2.

2Ainsi, le rêve est à mettre en relation avec l’envie de fuir et l’envie de vivre « n’importe où hors du monde », comme le montrent des Esseintes et Jacques Marles qui sont tentés par la réclusion. Durtal rêve d’une vie monastique et effectue deux séjours, l’un à La Trappe de Notre-Dame de l’Âtre, l’autre à l’abbaye de Solesmes, où s’il n’est pas seul, il est en tout cas loin du monde.

3Ce besoin de fuir fait de Durtal un continuateur de des Esseintes, mais qui aurait trouvé son échappatoire dans la vie monastique, hors du monde, sans pour autant être seul. En effet, la vie d’ermite de des Esseintes le rend malade, l’idée de s’isoler avec sa femme ne convient pas à Jacques Marles, Durtal, lui, trouve la solution dans le monastère.

  • 3 J.-K. Huysmans, En Route, in Le Roman de Durtal, Éditions Bartillat, 1999, p. 432.
  • 4 Y. Vade, « Onirisme et symbolisme : d’En Rade à La Cathédrale », Revue des Sciences Humaines, n° 1 (...)

4Une différence cependant avec les deux héros précédents : des Esseintes et Jacques Marles ont déjà leur projet de vie alors que Durtal erre à la recherche d’un mieux, et il est d’abord hostile à la proposition de l’abbé Gévresin qui lui propose de se retirer à la Trappe de Notre-Dame de l’Âtre3. Cette errance détermine toute la psychologie du personnage et l’écriture des quatre romans de conversion car on passe de personnages qui ont fui, qui ont changé de vie et qui se rendent compte de ce qui ne leur convient pas, à un personnage qui cherche comment vivre et qui explore son âme à la recherche de lui-même, dans une perspective religieuse. Le rôle et la place du rêve s’en trouvent alors modifiés. Jacques Marles est le premier des personnages huysmansiens à s’interroger sur le sens du rêve, Durtal continue à rêver, ou plutôt à faire des rêveries, et Yves Vadé souligne que le rêve est dévalorisé à partir d’En Rade jusqu’à La Cathédrale, car Durtal renonce au rêve comme il renonce à la magie pour explorer le monde spirituel4. Penchons-nous sur la manière dont Durtal dévalorise et laisse le rêve de côté, sur ce que cela induit dans le traitement du personnage et de l’écriture.

Le rêve d’un ailleurs

5Comme nous l’avons dit, le mot « rêve » n’est d’abord employé par Huysmans que dans son acception de rêve, mais à partir d’À vau l’eau, notre auteur explore le sème d’imagination, puisque les rêves de ses personnages sont la projection de leur univers mental.

  • 5 P. Larousse (éd.), Grand Dictionnaire universel du xixe siècle (articles « rêver », « rêve », « rê (...)

6Dans Là-Bas, Durtal fait des rêves nocturnes et se laisse bercer par des rêveries diurnes. Les rêves ont lieu pendant le sommeil et sont composés d’une suite d’images sans ordre, qui ne laissent qu’un souvenir confus qui ne peut servir de base à un récit suivi ; les rêveries sont au contraire à moitié volontaires, elles sont le produit d’une imagination qui divague5. Or, Huysmans abandonne le récit de rêve à proprement parler, pour privilégier les rêveries, qui lui permettent de laisser ses personnages imaginer un monde plus conforme à leur être.

Durtal et ses rêveries littéraires

7Le chapitre VIII de Là-Bas est une longue rêverie au sujet de l’histoire de Gilles de Rais. Ainsi, Durtal qui affirme avoir du mal à écrire son ouvrage sur Barbe-Bleue, s’enfonce dans des rêveries le ramenant à Tiffauges, où il s’est rendu, et le transportant au Moyen Âge :

  • 6 J.-K. Huysmans, Là-Bas, in Le Roman de Durtal, op. cit., p.119

Il profita de ce répit pour se remettre au travail, mais il avait trop présumé de ses forces ; quand il voulut commencer son chapitre sur les crimes de Gilles de Rais, il constata qu’il était incapable de souder deux phrases. Il s’évaguait à la poursuite du Maréchal, le rejoignait, mais l’écriture dans laquelle il le voulait cerner demeurait lâche et inerme, criblée de trous.
Il jeta sa plume, s’enfonça dans un fauteuil et, rêvassant, s’installa à Tiffauges […]6.

8Cette rêverie est une fuite dans l’espace et dans le temps, hors de la réalité puisqu’elle prend le relais de l’écriture, qui se montre très difficile pour Durtal. Nous pouvons également associer à la rêverie le souvenir, puisque Durtal se remémore son séjour à Tiffauges, et la création, l’imagination prenant le pas sur l’acte créateur, comme si elle se suffisait à elle-même, comme si l’écriture devenait inutile. Cependant, l’écriture n’est pas abandonnée : Huysmans prend à charge l’écriture de l’histoire imaginée par Durtal, les deux instances, auteur et personnage, se superposent et se partagent les rôles, Durtal rêve et imagine l’histoire que Huysmans écrit.

Le rêve et les transpositions d’art

9La rêverie est liée au souvenir et à l’art tout au long des romans de conversion, comme nous le montrent les réactions de Durtal face la Crucifixion de Mattheus Grünewald :

  • 7 Là-Bas, op. cit., p. 28.

Et il frissonna dans son fauteuil et ferma presque douloureusement les yeux. Avec une extraordinaire lucidité, il revoyait ce tableau, là, devant lui, maintenant qu’il l’évoquait ; et ce cri d’admiration qu’il avait poussé, en entrant dans la petite salle du musée de Cassel, il le hurlait mentalement encore, alors que, dans sa chambre, le Christ se dressait, formidable, sur sa croix, dont le tronc était traversé, en guise de bras, par une branche d’arbre mal écorcée qui se courbait, ainsi qu’un arc, sous le poids du corps7.

10Durtal va plus loin que se souvenir de cette « révélation du naturalisme », il la revit, en re-créant les images de cette expérience, en re-créant même le tableau de Grünewald, en le faisant vivre dans son imagination. Cette hypotypose se caractérise par la transfiguration du Christ en arbre et par les nombreux verbes de mouvements qui font de Durtal un spectateur de la crucifixion. Nous pouvons également remarquer que Durtal ferme « douloureusement les yeux », ce qui signifie qu’il se place dans une attitude qui veut se rapprocher de celle du sommeil, et que ces rêveries, volontaires, lui demandent cependant un effort d’imagination, pour se laisser transporter dans d’autres lieux et dans d’autres âges.

11Un autre type d’hypotypose concerne la musique, lorsque Durtal écoute le De Profundis à Saint Sulpice. Durtal crée des images pour décrire la musique et compose un tableau vivant, proche de l’hallucination :

  • 8 En Route, op. cit., p. 55.

La seconde moitié du dernier mot restait encore en suspens, mais au lieu de se détacher, de tomber à terre, de s’y écraser telle qu’une goutte, elle semblait se redresser d’un suprême effort et darder jusqu’au ciel le cri d’angoisse de l’âme désincarnée, jetée nue, en pleurs, devant son Dieu8.

  • 9 Là-Bas, op. cit., p. 31.

12L’œuvre d’art est un reflet de l’âme angoissée, tout comme le tableau de Grünewald était « sommé […] de sublimer la détresse infinie de l’âme9 ». Ainsi, l’œuvre d’art envahit-elle l’imaginaire de Durtal, qui lui-même envahit l’œuvre et se l’approprie, et ce n’est qu’à la condition de ce double mouvement qu’il peut y avoir correspondance entre l’œuvre et l’âme de Durtal.

13Cette rêverie est d’abord statique – Durtal reste là où il est – mais elle va par la suite le « transférer » à la Madeleine, et Durtal repart, « à fond de train, dans ses rêveries ». Cependant, il ne s’agira plus d’ekphrasis, mais de réflexions sur l’office, sur le mariage et les enterrements, sur la liturgie et le moyen âge.

Le gouffre et le château

14Les rêveries de Durtal sur les œuvres d’art lui permettent de trouver une résonance à son âme, mais il ne trouve pas d’issue. Son âme reste désespérée et il considère que ses rêveries sont inutiles :

  • 10 En Route, p. 74.

J’aurais bien dû tâcher de prier, se dit-il, cela eût mieux valu que de rêvasser dans le vide ainsi sur une chaise ; mais prier10 ?

  • 11 Ibid., p. 386.
  • 12 Ibid., p. 576.

15Les rêveries sont pour Durtal un moyen d’explorer son âme. Il ferme les yeux afin de regarder en lui-même. Sainte Thérèse d’Avila, « géographe » de l’âme, lui indique la route pour explorer le château de son âme, pour « voir cet inconcevable spectacle d’un Dieu tapi dans une âme et s’y plaisant11 ». Durtal veut lui aussi assister au spectacle qui se joue derrière le « rideau de ses yeux », mais, à la place de Dieu, il y trouve « le silence et la mort12 ». Comment dès lors continuer son introspection ? Il va trouver un recours dans la religion : il trouve une explication aux ténèbres de son âme grâce à Saint Jean de la Croix. Comme lui, il fait l’expérience de la Nuit Obscure. Cela devrait le rassurer, mais c’est justement au moment où la religion lui fournit une explication et un modèle à suivre que Durtal met peu à peu de côté son introspection. En effet, explorer son âme signifie pour lui se placer au bord du gouffre, alors qu’il sait qu’il doit se diriger vers le haut, et non vers le bas, pour trouver le salut qu’il cherche.

Introspection et fuite

  • 13 J.-K. Huysmans, La Cathédrale, in Le Roman de Durtal, op. cit., p.904

16Yves Vadé a montré que Durtal abandonne le rêve au profit de la cathédrale. Ainsi, le dernier paragraphe du chapitre XI de La Cathédrale représente selon lui la fin du recours au rêve, puisque Durtal voit sa femme de ménage à la place de la reine de Saba13. Ainsi, le rêve n’apporte plus rien à Durtal et la fonction symbolique ne fonctionne plus. Nous pouvons ajouter à cette analyse que Durtal a trouvé une autre solution : en plus de la symbolique de la cathédrale, Durtal a recours aux vies de saints, l’écriture d’hagiographies permettant la même superposition entre l’auteur et le personnage que dans les rêveries. L’exemple le plus frappant concerne la vie de Sainte Lydwine : Durtal projette d’écrire sa vie, et c’est Huysmans qui la compose. De même, les autres saints font l’objet de digressions érudites, mais Durtal ne les écrit pas. Il s’agit là d’une répartition des rôles : Durtal, le personnage, devient narrateur et raconte les vies de saints que Huysmans écrit.

17De plus, l’abandon du rêve et de la rêverie, l’abandon de l’introspection s’expliquent par une volonté de se fuir lui-même. Jusque-là, il fuyait son époque et la réalité en se transportant au moyen âge ou dans des œuvres d’art. Désormais, gêné par certaines rêveries, il veut échapper à lui-même. Les « phantasmes » de Durtal au sujet de Hyacinthe Chantelouve l’empêchaient de travailler, mais les « visions charnelles » qui l’assaillent dans les églises vont plus loin, puisqu’elles l’empêchent de prier et de se convertir. Florence le hante et son esprit s’égare dans des associations d’idées :

  • 14 En Route, op. cit., p. 360.

Il écoutait, ému par la naïveté de ce cantique et, soudain, en une minute, brutalement, sans y rien comprendre, la posture de petites filles à genoux sur leurs chaises, devant lui, lui suscita d’infâmes souvenirs.
Il se rebiffa, dégoûté, voulut repousser l’assaut de ces hontes et elles persistèrent. Une femme, dont les perversions l’affolaient, revint le trouver là14.

18Ces rêveries et ces visions le mènent à s’interroger sur la pureté de son âme. Cependant, les rêveries érotiques cessent lorsqu’il se trouve dans un monastère, mais il fait alors des rêves, nocturnes, qui lui échappent encore plus que ses rêveries :

  • 15 Ibid., p. 494.

Il vécut la plus épouvantable des nuits ; ce fut si spécial, si affreux, qu’il ne se rappelait pas, pendant toute son existence, avoir enduré de pareilles angoisses, subi de pareilles transes.
Ce fut une succession ininterrompue de réveils en sursaut et de cauchemars15.

  • 16 Ibid., p. 581.

19Cependant, ces « cauchemars » se révèlent être des rêves érotiques, « mieux que dans la nature », dont la jouissance procurait « un spasme de détente inouï ». Durtal se trouve libéré de toute responsabilité puisqu’il s’agit d’un rêve et non d’une rêverie. De plus, il explique ce rêve par les théories de l’incubat et du succubat, et le Père Étienne ainsi que M. Bruno lui affirment qu’il s’agit là « d’une des plus sérieuses épreuves » de Dieu16.

  • 17 J.-K. Huysmans, L’Oblat, in Le Roman de Durtal, op.cit., p. 1230.

20Les rêveries pendant l’office prennent une tout autre forme : Durtal ne rêve plus loin de l’office, mais aux alentours de la religion, qui lui permet de se transporter, « hors de lui-même par ce chant étrange et pénétrant17 ». De plus, la rêverie prend de plus en plus la forme de digressions érudites et de réflexions du personnage, qui ouvrent l’accès à la conscience de Durtal.

Conclusion

21Huysmans abandonne peu à peu le récit de rêve et la rêverie, à mesure que son personnage se convertit. Durtal parvient en effet à trouver un écho à son âme dans la religion, à travers les offices et les vies de saints. La distinction entre la rêverie et le monologue intérieur n’est pas toujours nette. De plus, le recours au monologue intérieur accentue la superposition de l’auteur et du narrateur, ajoutant celle du narrateur et du personnage, et validant ainsi l’équation du modèle autobiographique.

Notes

1 David Martens, « L’Onirisme chez Huysmans : clés de lecture » Les Lettres Romanes, tome LVI – n° 1-2, Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 2002, p. 91-113.

2 J.-K. Huysmans, « Préface écrite vingt ans après le roman », À rebours, Gallimard, « Folio », 1977, p. 59.

3 J.-K. Huysmans, En Route, in Le Roman de Durtal, Éditions Bartillat, 1999, p. 432.

4 Y. Vade, « Onirisme et symbolisme : d’En Rade à La Cathédrale », Revue des Sciences Humaines, n° 170-171, 1978, p. 244-253.

5 P. Larousse (éd.), Grand Dictionnaire universel du xixe siècle (articles « rêver », « rêve », « rêverie »), Paris, 1866-1876.

6 J.-K. Huysmans, Là-Bas, in Le Roman de Durtal, op. cit., p.119

7 Là-Bas, op. cit., p. 28.

8 En Route, op. cit., p. 55.

9 Là-Bas, op. cit., p. 31.

10 En Route, p. 74.

11 Ibid., p. 386.

12 Ibid., p. 576.

13 J.-K. Huysmans, La Cathédrale, in Le Roman de Durtal, op. cit., p.904

14 En Route, op. cit., p. 360.

15 Ibid., p. 494.

16 Ibid., p. 581.

17 J.-K. Huysmans, L’Oblat, in Le Roman de Durtal, op.cit., p. 1230.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540