Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les journaux de la vie littéraire

 | 
Pierre-Jean Dufief

Deuxième partie. Journaux, carnets, mémoires de la vie littéraire

Les Cahiers de jeunesse de Renan (1845-1846). De l’enseignement de la littérature à l’idéal littéraire

Jean Balcou

Texte intégral

  • 1 Je regrette de n’avoir pu consulter à temps les 268 feuillets manuscrits, BNF, n. a. fr. 11 478.
  • 2 Les titres ont été traduits en français par l’éditeur.
  • 3 La correspondance générale pour la période (t. I et t. II, Paris, Champion, 1995 et 1998) est à co (...)
  • 4 « Ces cahiers sont mes vomitoires. J’y vomis ma pensée. C’est pénible ! Par brouées ; aussi je vie (...)

1Les Cahiers de jeunesse et les Nouveaux cahiers de jeunesse ont été publiés en 1906-1907 d’abord dans des revues puis sous forme de deux ouvrages successifs. C’est seulement en 1960 qu’ils seront réunis dans le tome IX des Œuvres complètes1. Cette première publication fut un événement. Renan était mort en 1892 mais sa renommée était toujours aussi vive comme en témoigne le vibrant hommage qui lui est alors rendu en pleine chambre des députés par Jaurès. Il s’agit d’un ensemble important composé de 9 cahiers portant chacun un titre en hébreu sauf le troisième et le dernier qui sont en grec2 ; suit un appendice. Chaque cahier se déroule sous la forme de notes numérotées de longueur inégale. L’ouvrage entre naturellement dans la catégorie des journaux intimes pour ses échappées sentimentales vers la Bretagne perdue, son travail d’analyse, particulièrement dans le domaine des associations d’idées et des rêves, et surtout pour la confrontation passionnée qu’entretient l’auteur avec lui-même, dans le secret de soi à soi. Pour avoir vécu sept ans au séminaire il était bien préparé à ce genre de la confession. Commencée en juin 1845, interrompue par les dernières vacances à Tréguier, s’achevant en 1846, cette somme s’organise comme une sortie de crise, une crise qui a failli le tuer. Au printemps 1845 il a renoncé au sous-diaconat, il a passé l’été chez sa mère, en octobre il a rompu avec Saint-Sulpice : tels sont les faits, mais qui recouvrent bien des tourments dont il a fallu se libérer. Le voici enfin qui, à 22 ans, se retrouve à la rentrée de 1845-1846 comme répétiteur au pair à la pension Crouzet. Le voici donc seul face à lui-même et à son avenir. Non, il ne sera pas tout à fait seul puisque la chance lui a donné comme voisin à la pension un jeune homme de quatre ans son cadet, en qui il va se reconnaître idéalement, qui sera le compagnon de route de sa vie, Marcelin Berthelot. Or de ce dernier il ne sera nullement mention dans les Cahiers, tant l’auteur y veut rester dans le face à face le plus intime, le plus tendu, avec lui-même, « Moi-même » étant d’ailleurs le titre révélateur du cinquième de ces Cahiers. N’oublions pas non plus que la correspondance avec la mère là-bas à Tréguier, et surtout avec la sœur Henriette là-bas en Pologne, contribue à donner aux Cahiers l’éclairage et le complément nécessaire particulièrement sur le déroulement des études suivies3. Mais l’essentiel pour lui, et qui fait l’essentiel du journal, c’est bien, en ces instants décisifs, la mise en jeu de ses propres facultés et leur mise en valeur. Il s’agit bien de gérer une sortie de crise pour conquérir non seulement une carrière, ce qui relève surtout de la correspondance, mais un destin. Or si cette carrière, une carrière intellectuelle, se prépare dans l’Université, ce destin se forge au-delà, un destin qui le confronte fatalement à la littérature qui, dès lors, devient un objet important des Cahiers. De là, d’un bout à l’autre, d’un point à l’autre, une exaltation se construisant sur de rageuses déceptions. Car ce journal où il se construit et qui le construit, il s’en sert aussi, selon son expression, comme d’un « vomitoire4 ». Voyons comment cette double réaction scande la représentation dans les Cahiers d’un monde intellectuel perçu par un « pauvre pion » d’exception suivant des cours de lettres : sa position personnelle, son exigence d’idéal littéraire, n’en ressortira qu’avec plus d’éclat.

2Pour notre échappé du séminaire le monde extérieur était loin d’être un monde étranger. Les Souvenirs d’enfance et de jeunesse nous feront voir comment la littérature du temps forçait les portes sacrées : pour le séminaire de Saint-Nicolas, voici Michelet, Lamartine, Hugo ; pour le séminaire d’Issy voilà Cousin, Jouffroy, Pierre Leroux, Augustin Thierry. Rappelons enfin que ses remarquables qualités intellectuelles avaient autorisé notre sulpicien à suivre le cours de langues sémitiques du professeur Quatremère au Collège de France. Sa fonction actuelle chez le père Crouzet consiste à superviser les travaux des élèves du lycée Henri IV confiés à la pension et par là même le travail de leurs maîtres ; les études qu’il mène de front le mettent vraiment au contact direct du milieu universitaire : il est donc de deux côtés, et sans complexes, prêt à mordre.

3Il y a du La Bruyère chez ce jeune Renan quand il croque les professeurs, en les nommant de leur nom, des élèves qu’il surveille : « oncques ne vis, pastiche-til, rien de plus sot, de plus pédant, d’une fadeur plus exaspérante » (p. 207). Ce professeur de sixième lui donne des spasmes, qui fait traduire Horace à des bambins en les mettant en garde contre les pièges de la métonymie : il est vrai qu’il commet « des publications pédagogiques ». Ce professeur de seconde, auteur à rentabilité chez Firmin-Didot, s’enthousiasme pour les médiocres moralistes du genre Duclos, Vauvenargues, etc., « types de la France étiolée », qui font alors fureur dans le milieu. Ce professeur de rhétorique « singe l’homme grave » pour compenser le vide de sa pensée. Rien ne serait plus comique que ces types d’« agrégé(s) tout frais », qui ne sont autre chose que des « rhéteurs et grammairiens », s’ils n’avaient « la sotte prétention de se poser comme les premiers hommes, les hommes solides ».

  • 5 Dans les années 1860 Sainte-Beuve et Renan deviendront deux grands amis.

4Ces professeurs de Henri IV, Renan avoue ne les connaître qu’à distance, à travers leurs élèves. Ce qui ne sera pas le cas des professeurs de la Sorbonne, qu’il voit de près, qu’il jauge, et que, pour tel ou tel, comme il dit, il le « perce », il le « perfore », car il veut savoir ce qui se cache sous l’apparence. C’est qu’il craint de s’en laisser imposer, et il y a de quoi, surtout quand on assiste à une soutenance de thèse. Ce petit monde, en réalité, a pour trait commun l’art de l’affectation, et, sous le masque, peu de consistance. Des exceptions, certes, tel Ozanam, si sérieux, mais solitaire ; Damiron ou Garnier, cet expert dans l’enseignement de la psychologie, et qui l’a pris sous son aile ; Egger, qui le guidera dans les lettres anciennes. Mais prenons quelques autres, jusqu’aux plus connus. La tête de Turc est manifestement Saint-Marc Girardin. Il « fait le beau » ; il joue au modeste pour cacher son amour-propre ; il joue à l’homme libre alors qu’il n’y a rien de plus policé ; il apprécie les textes licencieux pourvu qu’ils restent classiques (p. 269) ; il crie quand on s’en prend à ses auteurs favoris : cet « imbécile », rage Renan, « est bien l’être le plus nauséabond que je connaisse » (p. 193). Voyez Rossignol, le professeur de grec, s’épuisant à concilier commentaire savant et commentaire esthétique pour aboutir à « un misérable avortement » (p. 176). Voyez cet « acritique » de Barthélemy Saint-Hilaire qui dans ses cours « répudie les hommes de religion » : « Quelle honte, rage encore Renan, de se laisser influencer et réactionner par ces idiots ! » (P. 187.) Quant au fameux Victor Cousin5, dont on vient de rééditer le fameux cours de 1818, il n’a plus de cesse que de se laisser « remorquer » à la suite de toutes les belles idées qui se présentent, des grands hommes qui défilent. Décidément « l’éclectisme » n’est plus ce qu’il était, et le philosophe s’est mis « hors philosophie » (p. 279). Terminons sur un trait d’époque cher à ces messieurs : la propension à attaquer le christianisme, mais en sachant s’arrêter à temps.

5Quant aux programmes, ils sont à l’image du milieu. Pour illustrer le cours de morale, on voit le professeur de Henri IV recourir à Plick et Plock d’Eugène Sue, car « c’est historique », voire à Paul de Koch. Mais ce sont surtout les programmes de l’Université qui sont en question. Comment donner encore à composer dans la langue de Cicéron des vers latins sur des sujets invraisemblables ! Pourquoi tant s’intéresser aux auteurs décadents ? Pourquoi se complaire à « tripoter » (p. 272) les éternels classiques, encore ne s’agit-il pas des plus grands, à la sauce moraliste ? Qu’est-ce que cet engouement soudain pour les misérables écrits de Port-Royal ? Certes tout n’est pas à condamner, loin de là. Il se trouve qu’en littérature, les cours sur le Moyen Âge assuré par Ozanam et Gérusez sont les plus appréciés de tous, et donc mal vus du doyen Le Clerc, de l’ensemble des collègues. En tout cas, Renan s’en délecte, y retrouvant le puissant charme des littératures primitives. Il se délecte encore plus des cours de psychologie de Garnier : il se permet, étudiant anonyme, de lui écrire ses observations et le cours du maître devient peu à peu un échange étonnant avec son obscur interlocuteur. Garnier le recevra chez lui, l’encouragera, lui dictera des notes à publier, lui promet une belle carrière comme professeur de philosophie. Mais ce qui met en nouvelle rage notre étudiant qui griffonne le soir même sur son cahier : « Rien que cela ! Ah ! Bon Dieu ! Cela suffit extérieurement. Mais intérieurement ! Ah ! Si tu avais dit un philosophe ! » (p. 223).

6Quel constat, en définitive, pour les programmes et les maîtres de l’Université ? « Tous nos cours, note Renan, ne sont qu’histoires littéraires et commentaires. » Déduisons pour la coterie universitaire : « Bizarrerie qu’au xixe siècle, pour dire sa pensée au public, il faille se cacher derrière un autre » (p. 177). Le blâme ne suffit pas, qui en appelle au châtiment : « Il faut souffleter cette creuse et pédante Université » (p. 193). Il est pourtant clair que la diffusion de la culture passe d’abord par l’initiation de l’enseignement supérieur. Mais la science est d’un autre ordre, elle est de l’ordre des savants. Et la littérature aussi est d’un autre ordre, elle est de l’ordre des auteurs. C’est-à-dire, de part et d’autre, de l’ordre des créateurs.

7Dans le domaine proprement littéraire, les facultés réceptrices de l’ancien séminariste sont malgré tout forcément circonscrites. Renan est jeune et ses préoccupations portent vers deux domaines différents. D’abord il est exceptionnellement doué pour le monde des idées et c’est l’agrégation de philosophie qu’il passera. En second lieu, il est encore plus doué pour la philologie des langues sémitiques : il se spécialise au Collège de France et à la Bibliothèque royale, perfectionne son allemand, car l’Allemagne est pour le jeune savant la référence obligée. Ainsi dans chacun de ces domaines il est déjà reconnu par ses pairs. La littérature est donc forcément reléguée à l’arrière-plan. Il semble, en outre, que, par rapport à la décennie précédente, les années 1845-1846 ne rayonnent guère, ne soient, comme l’écrit notre auteur, qu’une période « de transition ». Il n’en est pas moins vrai qu’on trouve dans les Cahiers des commentaires principalement sur la critique et, à un moindre degré, sur le roman. À quoi l’on ajoutera quelques varia d’importance. C’est qu’à l’arrière-plan brûle toujours le feu littéraire.

8Pour ce passionné de la philosophie de l’Histoire qu’est Renan le développement de la critique tel qu’il se manifeste dans les années 1840 aurait de quoi le satisfaire. Il est vrai qu’il en reconnaît l’importance et en salue la modernité. Malheureusement les critiques ne sont pas à la hauteur. D’abord ils restent trop attachés à l’Université dont ils colportent le pédantisme et l’affectation, quand ils ne se rangent pas dans la catégorie de ceux que notre étudiant nomme « les classiques-critiques-aigres-méprisants-acariâtres » (p. 348). L’un des plus connus, Villemain, a certes récusé la vieille critique verbale mais pour briller « à tort et à travers » et n’être plus que « le caprice même » (p. 304). Nisard, pour sa part, est doublement coupable : faisant « de l’histoire littéraire l’histoire des auteurs » il oublie les nécessaires « transitions » pour nous présenter une « collection de tableaux sans lien » (p. 398) ; son classicisme arriéré le pousse « à hargner et tirer par le pan ceux-ci qui s’efforcent de créer du nouveau » (p. 350). Quant à l’illustre Sainte-Beuve, dont le Port-Royal est inauguré en 1840, qui réédite, en 1845 justement, trois volumes des Portraits littéraires, édite l’année suivante des Portraits contemporains, on ne peut pas dire non plus qu’il ne recueille que des fleurs. Certes Renan lui reconnaît de la délicatesse, du goût, de la justesse, comme lorsqu’il parle de la paresse poétique de Boileau, de l’ambiguïté du doute pascalien, de Molière qui n’est pas un auteur de livres. Mais la vérité est que Sainte-Beuve lui aussi mondanise. Il joue au plus fin avec les auteurs pour faire croire à sa supériorité, avec les lecteurs pour les amuser et les dérouter, avec les textes qu’il ne prend que d’un côté « comme un chien un tapis qu’il traîne à terre » (p. 238). Au fond, comme pour les professeurs, peu de réelle conviction. Renan aura du mal à oublier le portrait d’une desséchante et même mondanité du poète Léonard : « M. Sainte-Beuve, se désole-t-il, me peint merveilleusement ce type de frivolité spirituelle, qui me fait passer une sorte de frisson amer par la poitrine » (p. 101). Mais vers la fin des Cahiers il semble trouver la réponse du moment : si le grand critique n’échappe pas à la superficialité généralisée, « au moins, il sent et fait sentir » (p. 428).

  • 6 Lettre du 4 mai 1846 de Renan à sa mère : « [M. E. Souvestre] m’a invité de temps en temps à passe (...)

9Si le jeune Renan se dit intéressé par les possibilités du roman, a-t-il aujourd’hui vraiment le temps d’en lire ? On reviendra sur Woldemar qui l’a fasciné. Pour le moment, un seul roman, paru en juin 1846, est cité, mais plusieurs fois, et manifestement pratiqué, dans les Cahiers : Le Monde tel qu’il sera d’Émile Souvestre. Renan a connu l’auteur chez une amie de sa sœur Henriette, la directrice du Journal des jeunes personnes. Il s’agit d’un compatriote populaire, qui a écrit de charmantes choses sur la Bretagne6 et auquel Ernest aime rendre visite. Non qu’il approuve toujours la littérature qu’il pratique, illustrée encore par Le Peuple de Michelet, car elle néglige l’art pour n’être plus qu’une forme de l’« action sociale » (p. 115). Mais Le Monde tel qu’il sera le touche d’autant plus qu’il touche à sa vision optimiste du progrès scientifique. Totalement, dérisoirement désintellectualisé, mécanisé, tel sera le monde en l’an 3000. Un exemple, entre autres, des « recettes » proposées : ces « prisons cellulaires » qui sont autant de « serres à moralisation » (p. 72). Le jeune Renan en est tout effrayé. Car cette « mécanicité », comme il dit, est en opposition absolue avec tout ce qu’il croit. Notons encore que dans l’histoire de la science-fiction Le Monde tel qu’il sera retient toujours l’attention des spécialistes.

  • 7 Une note rajoutée en 1848 nous dit qu’il a fait un bien beau rêve « une nuit que je venais de fini (...)

10Renan n’apprécie guère, en revanche, le théâtre à succès de son compatriote. Il regrette que la mode rejette tout ce qui est « littéraire » pour complaire à un « public illettré ». Du moins au temps de Louis XIV et de Louis XV on allait au théâtre « en connaisseur » (p. 428). Mais Renan, il est vrai, est non un spectateur mais un lecteur. Il y a dans les Cahiers beaucoup de réflexions sur le genre. Mais retenons aussi cet aveu de l’ancien séminariste comme stupéfait de sa propre audace : « Je ne sais pourquoi j’aime et j’admire le système moderne, de M. Victor Hugo par exemple, sur l’intérêt et la grandeur du crime, dans Lucrèce Borgia, par exemple » (p. 437). Dans ce que j’appelle les varia il faut surtout ranger la poésie moderne, du moins pour le nombre de références. Car cette époque a un grand poète, Lamartine, et pour Renan, comme sans doute pour les jeunes gens de sa génération, mais dans une exceptionnelle connivence, c’est la référence sublime. Il est le poète de l’âme, des nostalgies. Il relie dans ses poèmes « la grandeur et la faiblesse de l’homme » (p. 174). Il emploie le symbole pour exprimer l’inexprimable. Il a le don des synthèses. Par rapport à Racine, enfermé dans le « cercle » du fini, il se déploie dans « l’hyperbole » de l’infini (p. 180). On ne sera pas étonné que Jocelyn soit un livre de chevet7.

  • 8 BNF, n. a. fr. 11 482, 338 feuillets.

11La vie littéraire dans un journal intime concerne au premier chef les propres productions du diariste. Or notre Ernest n’a encore rien publié. La correspondance nous révèle qu’il compose une grammaire hébraïque, une commande de Saint-Sulpice, mais celle-ci restera à l’état de manuscrit8 ; un article de philologie sémitique n’a pu être publié dans le Journal général de l’instruction publique faute de caractères adéquats. Nous savons par ailleurs qu’en 1846 le jeune savant travaille à un mémoire de philologie comparée qui aura finalement 1 500 pages et qui lui vaudra en mai de l’année suivante le prix Volney de l’Institut. Or si les Cahiers sont naturellement remplis d’analyses philologiques de ce genre ils les inscrivent dans une permanente confrontation à la littérature, ce qui donne à celle-ci une tonalité particulière qui a quelque chose de sauvage. Cette confrontation, en effet, est animée par une remise en cause de la littérature même. Si les Cahiers sont témoignage d’une sortie de crise c’est précisément pour déboucher sur une autre exigence, qui est de demander à la littérature tout ce qu’elle peut donner. Cette exigence d’idéal s’appuie sur une réappropriation de la parole, se construit sur une redéfinition du phénomène littéraire, se rêve en projets d’écriture.

  • 9 Herder était un dieu pour le jeune Renan car précisément il voyait en lui l’écrivain de la science (...)

12Il y a, au cœur des Cahiers, à la base de son combat, un serment qui engage l’avenir de Renan : « Pour ma leçon d’ouvertureMa profession de foi » (p. 217). Il récupère ainsi l’acte qu’il aurait dû accomplir dans le cadre sacerdotal pour le transférer dans le cadre professoral qui ne peut être que celui du Collège de France. Ainsi, déjà illustrée par les exemples de Quinet et de Michelet, apparaît l’image du professeur mage. Mais la revendication de Renan va plus loin puisqu’il s’agira de reprendre « ce rôle libre et fier du libre penseur qui, dans son indépendance, ne reconnaît d’autres limites que celles mêmes de l’intelligible ». Le champ du religieux, et particulièrement du christianisme, attend ses modernes défricheurs. Pour cette mission une tribune est nécessaire, qui ne peut être qu’une chaire laïque. Rien ne vaut la parole : Jésus et Socrate, voilà les modèles. Renan a la nostalgie de ces temps primitifs où le grand inspirateur était le peuple même. Ainsi naissait, des Hébreux aux Grecs, toute une littérature partagée par tous. C’est en Allemagne que Renan trouve son génial inspirateur en le personne de Herder9 qu’il salue comme son « penseur roi » (p. 211).

13D’où un rejet de la tradition française, de toute une littérature qu’il considère comme historiquement morte, et toujours amputée d’elle-même. Ainsi depuis le début du xviie siècle elle s’est cantonnée dans les salons pour se couper, sauf de rares exceptions, de la vitalité populaire et s’afficher en « grande dame à paniers et à falbalas » (p. 349). Ainsi elle s’est renfermée sur Paris pour cultiver l’artificiel et renvoyer la littérature des provinces à leur nullité. La critique s’en est ressentie non seulement pour en rester à la mondanité mais en plus pour formuler des règles a posteriori, limiter des genres, préparer aux écrivains leurs « moules » ou leurs « casiers » (p. 172, 183). Autre scission : notre littérature a séparé le sacré et le profane, n’osant ainsi s’emparer du religieux. On dirait enfin que la littérature n’était plus qu’une question de formes. Signe des littératures vieilles : leur objet même est de la littérature. Petitesse de la littérature, petitesses des littérateurs : « Je serais tenté, s’écrie Renan, de maudire le mot littérature » (p. 191). Mais non, il ne faut pas désespérer même de la littérature quand l’Allemagne nous offre un Goethe, quand le romantisme en appelle à son élargissement. Se détournant avec horreur de tous les « Chatterton-singes » qui se croient des génies et qui ne sont que des profiteurs (p. 236), Ernest revendique haut et fort son romantisme de nature, sa soif d’âme et d’infini. Et d’exiger une littérature totale, à la hauteur. Elle doit, d’une part, s’occuper d’abord du fond, embrasser, puisqu’il y a une vague de fond de l’Histoire, toutes les sciences de l’homme, être, comme il dit, « une façon de prendre la vie humaine » (p. 269). Elle doit, d’autre part, retrouver le sens d’un idéal, l’aspiration au divin, car, selon le chant de Luther, « Dieu est notre forteresse » (p. 323). La seule limite de la littérature est le beau. Mais un beau qui sera de l’ordre du religieux comme autrefois, et qui répond à un besoin de tout individu quel qu’il soit, et qui est simplement l’« instinct de tout orner » (p. 347).

14Enivré de sa liberté reconquise, l’ancien séminariste voudrait posséder plusieurs vies à la fois. L’une d’entre elles serait assurément vouée à la seule littérature. Le journal intime en est déjà une forme, mais qui, reconnaît-il, pose des problèmes d’expression, de limites volontaires. Bel exercice, tout de même ! Alors le diariste propose des canevas d’autres genres. Pour le poème, qui serait en prose, ce serait, par exemple, un poème sur l’humanité : le héros serait un Adam qui ne mourrait pas, qui traverserait les civilisations, qui se transformerait à mesure, que Dieu surveillerait pour le sauver, l’aventure se terminant sur une énorme anacoluthe (p. 181-182). Le sujet l’obsède au point qu’il le reprend sous la forme d’un poème philosophique où l’on montrerait la marche d’un esprit-type en quête de son idéal. Il franchirait, jamais rassasié, les étapes du beau, du vrai, du bien, alors qu’autour de lui des personnages mettraient en scène ces trois passions que seule la mort harmoniserait. Prédécesseur de l’auteur de Monsieur Teste, Renan rêve d’un roman ou d’un drame sans incidents extérieurs, sans péripéties, et qui soit « un pur développement psychologique » (p. 292-293). À cet égard seule la tragédie d’Athalie trouve à peu près grâce à ses yeux. C’est surtout le roman qui le fascine pour son aptitude à « faire jouer la fine psychologie, et peindre un caractère » (p. 249). Le héros qui lui sert de modèle est Woldemar du philosophe allemand Friedrich Jacobi. Ce sera un caractère d’exception, un exemple pour impressionner, évoluant dans un monde sans effet de réel, comme chez Goethe. Le plus intéressant ici est de voir comment l’auteur va s’y prendre : lettres entremêlées de pièces, fragments à l’état brut, pages du cahier tenu par le héros, bouts de confessions… On terminera sur cet appel, sans canevas, mais qui jaillit comme un pacte pour se projeter vers l’avenir : « Ah ! Mon Dieu ! qui me donnera de pouvoir faire un jour un livre du christianisme, qui dira définitivement comment il est temps de le prendre ! Je le louerai, l’exalterai, le baiserai, mais l’humaniserai » (p. 146-147).

  • 10 C’est justement en 1845 que Flaubert achève la première version de L’Éducation sentimentale. Du po (...)
  • 11 Renan, volontiers caricaturé en positiviste ou en scientiste, revendique haut son romantisme. Cito (...)

15Les Cahiers de jeunesse sont un point de départ pour Renan : une sortie de crise provoquant la prise de conscience d’une énorme potentialité. Un esprit désenchaîné et déchaîné se confronte à la singularité (le mot « singulier » est récurrent) de problèmes à résoudre. Or parmi ces problèmes il y a celui de la littérature. Ce qu’il trouve précisément de singulier dans le cas de la littérature française c’est son obsession du goût, sa complaisance à la mondanité, la médiocrité professorale de ses ambitions, un lectorat trop marqué par l’école. Reconnaissons que tout cela est souvent caricaturé mais reconnaissons aussi que ce jeune Renan est lui-même un cas ; on dirait qu’il vient d’une autre planète, du monde celtique, germanique, biblique. Il se trouve dans ces années 1845-1846 dans une espèce de creux, que certains autour de lui nomment décadence : « La France s’ennuie10, a-t-on dit. Oui, c’est très vrai », note-t-il mais en même temps pour s’en étonner. Disons qu’elle semble faire du sur-place, ou même qu’elle rétrograde en revenant à un classicisme qui n’est plus de saison : sur l’échec des Burgraves la Lucrèce de Ponsard triomphe. Mais on ne revient pas en arrière, pas plus pour la littérature que pour la politique qu’une forme neuve comme le socialisme est en train de féconder (p. 436). Cette période de creux dont on peut avoir le sentiment est, en réalité, en cette veille de 48, une période de transition, d’attente de quelque chose. Car on était en train de vivre un extraordinaire développement, qui est une sorte de révolution, des sciences et des idées. C’est pourquoi Renan, qui attend tellement de la littérature, momifie notre littérature pour lui redonner vie. Les Cahiers de jeunesse sont alors une revendication de vie littéraire, d’une vérité de vie. Deux œuvres majeures de Renan et du siècle y sont en projection, qui illustrent son idéal littéraire. C’est, bientôt en chantier, L’Avenir de la science, dont le sous-titre, Pensées de 1848, éclaire l’origine et la signification révolutionnaires. Ce sera, en 1863, la Vie de Jésus qui témoigne de la stupéfiante audace de nous rendre par la grâce de la littérature nourrie au suc de la science un Jésus vivant, pleinement vivant. Dans la préface de son édition Jean Gaulmier en est conduit à considérer cette Vie de Jésus de Renan comme un point culminant du romantisme11.

Notes

1 Je regrette de n’avoir pu consulter à temps les 268 feuillets manuscrits, BNF, n. a. fr. 11 478.

2 Les titres ont été traduits en français par l’éditeur.

3 La correspondance générale pour la période (t. I et t. II, Paris, Champion, 1995 et 1998) est à confronter avec les Cahiers car elle concerne surtout la carrière : rappelons que Renan passe le baccalauréat en janvier, la licence en octobre de la même année, l’agrégation de philosophie en août-septembre 1848 où il sera reçu premier. On rajoutera les Travaux de jeunesse (BNF, n. a. fr. 11 479 et 11 480, 685 et 713 feuillets) étudiés par Jean Pommier et des Notes de cours, 11 481, 729 feuillets. Quand on voit tout ce que ce jeune homme fait par ailleurs dans les domaines les plus spécialisés, on est forcé de dire qu’il a une capacité monstrueuse.

4 « Ces cahiers sont mes vomitoires. J’y vomis ma pensée. C’est pénible ! Par brouées ; aussi je viens et reviens par saccades, croyant n’avoir jamais bien récuré le fond » (p. 141).

5 Dans les années 1860 Sainte-Beuve et Renan deviendront deux grands amis.

6 Lettre du 4 mai 1846 de Renan à sa mère : « [M. E. Souvestre] m’a invité de temps en temps à passer la soirée avec lui, et j’en profite, car c’est un homme d’une bonté de caractère, et d’une douceur de mœurs vraiment ravissantes. »

7 Une note rajoutée en 1848 nous dit qu’il a fait un bien beau rêve « une nuit que je venais de finir le livre Jocelyn, le mariage céleste de la fin » (p. 248).

8 BNF, n. a. fr. 11 482, 338 feuillets.

9 Herder était un dieu pour le jeune Renan car précisément il voyait en lui l’écrivain de la science idéale qui dans son œuvre englobait la religion. Son Histoire de la poésie des Hébreux venait alors d’être traduite en France. Il est révélateur que les Cahiers s’ouvrent sur des analyses littéraires de la Genèse comme si le jeune Renan nous annonçait sa propre genèse.

10 C’est justement en 1845 que Flaubert achève la première version de L’Éducation sentimentale. Du point de vue des productions, on constate la vogue des romans feuilletons.

11 Renan, volontiers caricaturé en positiviste ou en scientiste, revendique haut son romantisme. Citons cet acte d’identification des Cahiers : « Je suis né romantique […] il me faut l’âme, quelque chose qui me mette au bord de l’abîme » (p. 201).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540