Version classiqueVersion mobile

Les journaux de la vie littéraire

 | 
Pierre-Jean Dufief

Première partie. Poétique et écriture du journal de la vie littéraire

Le registre et la source, traits du Journal de J.-H. Rosny aîné

Jean-Michel Pottier

Texte intégral

1Présenter le Journal de Rosny aîné revient à ouvrir les archives d’un inconnu. Qu’on en juge simplement par les deux seules apparitions encore actuelles de cet écrivain prolixe, polygraphe, souvent bien informé de la chose scientifique. Aujourd’hui, Rosny aîné semble demeurer dans les mémoires par un acte et par un livre. L’acte est la conception et la rédaction du Manifeste des Cinq, un violent factum dirigé contre Zola au moment de la parution en feuilleton de La Terre, en 1887. Le livre est un roman préhistorique, La Guerre du feu, longtemps présenté comme une nouveauté, mais aujourd’hui replié dans les rayons des bibliothèques pour la jeunesse.

2Jeune homme, Rosny aîné est parti de Belgique pour réaliser un rêve : conquérir le grand Ouest. Il s’est arrêté dix ans en Angleterre où il est devenu télégraphiste, employé diligent de la Submarine Telegraph Company (comme le sera son héros Marc Fane). Plutôt que de poursuivre la conquête, Joseph-Henri Boex, dit Rosny, décide de gagner la France. Il s’y installe dès le début de l’année 1884, en compagnie de son frère, commence à publier (« La Calvaire », une histoire d’inceste, dans la Revue Moderniste), passe à la Revue Indépendante, conquiert le Grenier d’Edmond de Goncourt et s’éloigne définitivement de Zola. Son premier roman, Nell Horn de l’Armée du Salut, paru chez Albert Savine en 1886, sera suivi de cent quarante autres, écrits en collaboration avec son frère jusqu’en 1908, puis tout seul jusqu’à sa mort en 1940.

3Rosny aîné est un homme de la fidélité. Fidélité à un pays, la Belgique, qu’il fréquentera tout au long de sa vie, malgré une naturalisation demandée à la France, fidélité à un homme, Edmond de Goncourt, dont il contribuera à perpétuer le souvenir au sein de l’académie Goncourt dont il devient le Président de 1926 à 1940, fidélité à son rôle de père qu’il assurera toute sa vie, fidélité enfin à l’écriture, pour le meilleur et parfois pour le pire, tant la production peut paraître écrasante.

4Le Journal de Rosny aîné, tenu depuis les années 1880 jusqu’en 1940, de manière irrégulière, témoigne de cette fidélité sans faille. Soixante-sept années nous séparent de la disparition de l’écrivain. Jusqu’à ces dernières années, ce Journal est resté dans l’ombre pendant près de cinquante ans. Que le manuscrit ait été conservé, rien que de très normal. Pourtant, il convient de s’interroger sur le terme de journal appliqué au dossier manuscrit de Rosny aîné. On peut aussi se demander comment est construit le journal et comment il est écrit et s’est écrit. C’est à l’histoire de cette construction qu’il faut procéder maintenant en précisant que le moment est particulièrement opportun : le manuscrit est désormais déposé et protégé des aléas du hasard.

5Avant que d’entrer dans la famille des journaux littéraires, les cahiers de Rosny aîné forment d’abord un dossier manuscrit riche aux multiples facettes. La première question à évoquer porte en effet sur cet aspect. Cela pris en compte, il sera possible de pénétrer plus avant dans la matière même du Journal, ce registre destiné à rendre compte de la vie d’un écrivain et de son univers. Cela fait, il sera temps d’évoquer la fonction principale que le temps a donnée à ce qu’il convient de nommer le Journal de Rosny aîné qui apparaît non pas seulement comme un registre un peu statique, mais comme une véritable source créatrice.

Un manuscrit

6Avant toute chose, le Journal de Rosny aîné est un manuscrit. Ce fait est à placer en exergue avant de parler de quelque manière que ce soit du Journal en lui-même. Cela constitue même sa toute première caractéristique, son statut antérieur, sa forme initiale. Plus qu’une étape, il s’agit d’une qualité qui détermine l’ensemble de la signification du document.

L’état du manuscrit

7Comment caractériser l’ensemble regroupé sous le nom de Journal de Rosny aîné ?

8Les documents qui ont été conservés présentent une grande hétérogénéité : calepins, carnets, cahiers, jusqu’au registre identique à ceux qu’on utilisait chez les comptables. Tentative de discours organisé, partant des premiers souvenirs, puis se diluant lentement dans d’autres directions, objet souvent partagé avec Marie Borel, sa seconde épouse qui apportait sa propre contribution.

9Quatre types de documents composent le dossier manuscrit. En quantités relativement importantes, apparaissent des feuillets isolés provenant de calepins, reconnaissables aux fines dentelures de leur partie supérieure, de simples feuilles de papier hâtivement pliées, le verso d’une lettre reçue ou le dos d’une enveloppe. Ces pièces constituent un ensemble particulièrement difficile à organiser, à classer, à dater. Un second type de documents correspond à des carnets tantôt recouverts d’une couverture rigide, tantôt dépourvus de couverture. Dans ce dernier cas, il s’agit alors d’un ensemble de feuilles de format 10 x 16, pliées en deux et reliées par le milieu à l’aide d’un fil de cuisine. Le contenu en est très divers, passant de la résolution d’équation à un brouillon de lettre à Edmond de Goncourt, d’une réflexion sur les influences respectives de Goncourt et de Zola à un mot sur la fraternité. Certains carnets ont une relative autonomie, comme le carnet écrit en 1891 qui relate un voyage en train de Paris à Marseille. Un troisième type de documents consiste en un ensemble d’une dizaine de cahiers, aux formats totalement différents et qui couvrent des périodes très diverses : une année pour l’un, quelques mois pour un autre, trois années pour le troisième. Ils sont datés, ce qui simplifie assurément leur mise en relation. Cependant, la technique d’utilisation amène souvent Rosny aîné à en compléter un, tout en en commençant un nouveau. Leur apparence varie, elle aussi, de l’un à l’autre : un cahier artisanal, bricolé à l’aide de feuilles de papier bleu réutilise les versos d’un long texte en vers, un grand cahier blanc, un registre de compte amputé de sa couverture… Une progression se laisse cependant deviner : à mesure que l’on avance dans le temps, le support s’agrandit et s’épaissit ; quant à l’écriture, elle a tendance à s’amenuiser et s’écraser de plus en plus contre la ligne. Ce mouvement culmine avec le dernier type de document, le plus grand, le plus épais, le plus précieux, au dire de la famille de l’écrivain et qu’elle considérait comme son véritable Journal.

  • 1 Il est tout de même permis d’hésiter au moment de relier cet ensemble aux autres pièces évoquées. (...)

10Ce « Journal » ainsi nommé par les familiers de Rosny aîné, est constitué d’un imposant cahier-registre en usage chez les comptables. Il s’ouvre sur une longue séquence narrative évoquant les premiers souvenirs d’enfance, les apprentissages scolaires, les expériences de la guerre 1914-1918, ses voyages en Belgique, en Suisse, en Angleterre. Ces deux cents pages d’une calligraphie serrée, de plus en plus serrée contre la ligne, laissent à penser que l’ensemble des feuillets épars, des calepins, carnets et cahiers conservés, loin d’apparaître comme un ensemble génétiquement ordonné (de l’ébauche au texte définitif), composent les différentes pièces d’un tout et peuvent être imbriquées ou enchâssées pour constituer, avec les deux livres de souvenirs, Torches et Lumignons et L’Académie Goncourt, un témoignage de premier ordre sur le monde littéraire et sur les années 1885 à 19401.

11La lecture de ces documents révèle deux étages temporels bien distincts. D’une part, un ensemble dominant de cahiers construits selon l’ordre chronologique ; d’autre part, au sein de ces cahiers, la reprise de notes déjà écrites. À deux reprises, au moins, il est fait allusion aux carnets dont se sert l’écrivain sur le terrain. Il est possible également de trouver des mentions ponctuelles : « Repris de… », « note de… »

Les conditions de la découverte

12L’histoire a commencé par une recherche initiale sans rapport direct avec l’établissement d’un texte de Journal. Cette phrase dit assez bien tout ce que représente la mise au jour d’un Journal. D’une part, la découverte d’un ensemble d’archives doit assez au hasard d’une recherche. D’autre part, il est évident que le Journal n’est pas présent sous cette forme dans un tiroir de maison d’écrivain. Il est le résultat d’une intervention extérieure. Présents à l’esprit, les propos de Jean-Philippe Miraux dans son livre sur l’Autobiographie, ne laissent de tourmenter le chercheur, pourtant heureux d’avoir découvert un ensemble important :

  • 2 Miraux (Jean-Philippe), L’Autobiographie, Écriture de soi et sincérité, collection 128, Nathan Uni (...)

Initialement écrit dans l’intimité, il n’est pas destiné à être publié. Si des actions compromettantes, des actes indélicats, des tromperies, des mensonges, des trahisons ont été commis, le diariste peut les consigner sans pour cela prendre le risque de la honte publique ou de l’opprobre. Une fois le journal refermé, les mots garderont jalousement le silence ; la seule indiscrétion serait le fait d’héritiers indélicats ou de chercheurs peu scrupuleux2.

  • 3 Cette liste peut être prolongée par une seconde touchant des collaborations moins ouvertement frat (...)

13L’idée première était de proposer une réflexion sur la littérature en collaboration. Pour permettre cette recherche, il s’agissait de constituer un inventaire des auteurs ayant créé tout ou partie de leur œuvre en collaboration. Or cette pratique semblait particulièrement à l’ordre du jour dans la seconde moitié du xixe siècle, sans doute à l’exemple des frères Goncourt (Tharaud, Margueritte, Delly, Fischer, Bonneff, Rosny3). La recherche a vite buté sur l’absence de sources manuscrites, moyen d’entrer évidemment dans le véritable travail de collaboration. Du moins était-ce une première hypothèse de travail. C’est grâce à Robert Borel-Rosny, le petit-fils de Rosny aîné, qu’un travail plus précis a été possible. Mais c’est aussi à ce moment-là qu’est apparu un ensemble manuscrit important et encore peu connu. Cela suffisait pour réorienter provisoirement le travail.

14Puisqu’il est question ici de Journal, il est un point essentiel à préciser d’emblée : durant la vie de Rosny aîné, l’écrivain lui-même, puis son petit-fils, après lui, ont fait allusion aux documents retrouvés et présentés ici.

15Une série d’indices qu’on pourrait qualifier d’externes indiquent l’existence d’un tel journal, dont rien ne dit, par ailleurs, le volume et l’état d’avancement.

16Plusieurs fois, uniquement après la mort de Rosny aîné, il a été question de l’existence d’un journal intime de l’écrivain. Robert Borel-Rosny, le premier, l’affirme incidemment dans la vaste introduction qu’il place en tête des Portraits et Souvenirs, lorsqu’il évoque les événements de 1939 :

  • 4 J.-H. Rosny aîné, Portraits et souvenirs, Compagnie des Arts Graphiques, 1945 (ouvrage posthume). (...)

Rosny aîné a préféré la paisible campagne du Berry à la nerveuse capitale. La petite ville de Selles-sur-Cher sert de refuge provisoire au président de l’Académie Goncourt. C’est là qu’il note dans son journal intime : « La Sirène. Le Tocsin. La mobilisation générale. Sur notre grand et ancien pays toute la menace des Temps féroces – et peut-être pire4. »

17De même, une anthologie des textes de Rosny aîné, parue en 1961, comportait des extraits d’un Journal inédit, intégré à un projet inédit, Le Monde humain. Dans cet ensemble, plusieurs pages, publiées par Robert Borel-Rosny évoquent le second conflit mondial dont l’évidence ne fait plus de doute. Accompagné de sa secrétaire, Raymonde Jardé, Rosny aîné quitte précipitamment Paris pour Selles-sur-Cher où il trouve refuge durant quelques semaines avant de revenir, fatigué et malade, à son domicile parisien de la rue de Rennes.

18À cette série d’indices externes s’ajoutent de multiples signes internes, émis par Rosny aîné. Lui-même mentionne des « Cahiers » qui lui servent de support pour travailler en consignant des notes. Il est certain qu’il donne ici des indications portant sur sa méthode de travail.

  • 5 J.-H. Rosny aîné, Torches et Lumignons, Mémoires de la vie littéraire, éditions de la Force frança (...)

Mes cahiers de notes sont remplis de ces paysages qui se font et se défont dans les vapeurs, dans ces vapeurs légères sans quoi toute vie continentale ou insulaire serait abolie en peu de saisons5.

19La remarque pourrait sembler anodine, purement anecdotique, si elle n’avait été préparée par une autre, plus précise encore :

  • 6 Ibid., p. 11.

Mes cahiers fourmillent de notes, prises dans les rues, dans les champs, dans les réunions publiques, au café, dans mon home, où je relatais la vie de mes enfants, et encore mes propres actes et ma propre mentalité. Ainsi, le réalisme se mêlait intimement et constamment au plus chimérique idéalisme6.

20Spectacle et analyse, réalisme et idéalisme, rêves et choses vues ou entendues : les Cahiers de Rosny Aîné, tels qu’ils apparaissent sous sa plume fondent sa démarche d’écriture. On peut à ce sujet rapprocher l’attitude de Rosny aîné de celle d’Alphonse Daudet qui, lui aussi mentionne la présence de cahiers et de carnets.

21De même, des indications rapides confirment l’existence d’une méthode de travail fondée sur l’importance de notes consignées.

22Tout à la fin de Torches et Lumignons, il revient sur sa technique d’écriture à l’occasion d’une rencontre avec Georges Clemenceau, qui, apprenti romancier, l’interroge :

[…] Est-ce vous travaillez au hasard ?
– Avec beaucoup de méthode au contraire. Mais la mienne. bonne seulement pour moi et peu définissable.
– Mais le plan ? exclama-t-il en piétinant. le plan de Nell Horn ?
– Des notes d’abord… des scènes de la vie prises sur le vif… des descriptions de rues… de parcs… Tout est encore vague… puis, un jour, le récit central… Nell Horn et sa famille… l’arrivée de Juste… l’abandon… la misère… J’ai recommencé ce plan bien des fois… et ça ne peut vous servir à rien.

23L’intérêt majeur de ce passage, outre qu’il nous informe sur quelques données de la méthode de travail, souligne une des difficultés de la génétique textuelle : les notes, affirme Rosny Aîné, sont essentielles, les plans, aussi. Mais la maturation constitue une étape cruciale, un moment de « brouillon mental » déterminant qui ne laisse cependant pas de trace objective, une sorte de blanc génétique.

24Enfin, la fiction romanesque n’est pas exempte d’allusions parfois très précises. Marc Fane, roman parisien, raconte, de manière autobiographique, le parcours d’un jeune télégraphiste, sa volonté de se faire connaître, sa tentative d’entrer en politique. Pour l’aider, le romancier imagine le personnage de l’oncle Honoré, image du sage et de la référence. Celui-ci tient quotidiennement une chronique familiale :

  • 7 J.-H. Rosny aîné, Marc Fane, roman parisien, Librairie moderne, Maison Quentin, 1888, p. 173.

Le soir, après le dîner, c’était la coutume de la famille de conter ce qu’Honoré dénommait les annales puériles. Il inscrivait les principales dans un registre, sous deux titres : Préhistoriques et historiques, selon que l’acte appartenait à l’époque où la mémoire de l’enfant était faite ou non faite. Là les mots de chaque période, les dentitions, les inventions matérielles ou morales des petits cerveaux, les manières de vivre, de phraser, de mentir, les maladies, les chutes graves, une histoire plus curieuse, sans doute, et plus intellectuelle que tant d’annales de peuples7.

25On comprend bien ici le lien entre l’écriture et son ancrage dans une réalité vécue. L’inventaire établit par Marc Fane correspond en tout point aux notes rapidement jetées sur le papier qui évoquent tantôt la chute de Nono, le premier fils de Rosny aîné ou un mot d’enfant.

Comment essayer de présenter le texte du Journal ?

26Bien que les Cahiers de Rosny aîné ne ressortissent que partiellement au Journal intime, il convient de fixer des principes de méthode qui ont guidé notre travail : un principe de respect de la chronologie, un principe de cohérence, un principe de lisibilité.

27Les quatre premiers Cahiers présentent une unité chronologique qui doit être conservée :

Cahier 1 : 1881-1886
Cahier 2 : 1886-1887 (1889)
Cahier 3 : 1887-1888
Cahier 4 : 1889-1894 (1897)

28Bien que quelques nuances doivent être apportées, l’axe chronologique est respecté, ce qui permet de suivre une relative progression, en dépit de la discontinuité propre aux notes. L’ensemble correspond à l’entrée de Rosny Aîné dans la vie littéraire de son temps, une entrée mouvementée, on l’a compris, mais dont les échos sont, ici, assourdis. Le Cahier 1 présente, sous forme d’une série de notes laconiques et en strates, un statut particulier en ce qu’il concentre six années, peu exploitables autrement que sur un plan strictement biographique (événements familiaux quotidiens, annonces de naissances, de décès, de départ, visites, informations pécuniaires), mais qui correspondent à la première affectation des Cahiers, « notier de famille », comme le dit Rosny aîné lui-même. Les trois autres Cahiers, plus développés, sont organisés en un système linéaire de dates, suivies de notes ou de séquences de notes, variables en longueur. Il n’est pas toujours sûr que des notes, placées à la suite d’une date correspondent précisément à la date indiquée.

29Un second principe a présidé à nos choix d’édition : celui de la cohérence. Il a semblé que sur le plan thématique, les premiers Cahiers se répondaient en affirmant l’importance de la vie littéraire et familiale. Dans Torches et Lumignons, Rosny Aîné en témoigne :

  • 8 J.-H. Rosny aîné, op. cit., p. 20.

Ma vie intime se condensait sur mes enfants. Nell Horn, Le Bilatéral, Marc Fane, décèlent la joie que j’avais d’assister à la croissance de leur corps et de leur intelligence, l’inquiétude aussi qui naît perpétuellement de la fragilité de ces petites créatures, qui ont reçu la puissance prodigieuse de croître, ce qui est une victoire sur tout l’univers, mais aussi une faiblesse qui les livre à la multitude funeste des êtres Infinitésimaux8.

30La suite du Journal semble délaisser la vie littéraire. Toujours présente, elle n’est plus l’objet d’une reconstruction aussi nette. Quelques mentions sont fixées qui seront abondamment développées lors de la conception des deux livres de mémoires de la vie littéraire : Torches et Lumignons et L’Académie Goncourt. En revanche, avec l’intervention de plus en plus importante au sein du Journal de Marie Borel, la seconde épouse de Rosny aîné, les séquences descriptives se multiplient : visites détaillées, évocation des voyages en Suisse, description des jardins. Au simple reportage de la vie littéraire succède un dialogue dont la vie littéraire ne devient plus qu’une occasion.

31Sur le plan formel également, les Cahiers recèlent une cohérence : ils constituent trois étapes d’écriture, de la bribe la plus factuelle à l’ébauche d’une réflexion argumentée, en passant par le travail atomisé de la note. Trois niveaux de construction, mais aussi trois étages du travail d’écriture, donnant l’image du mouvement même du texte et de son organisation.

32Le troisième principe que nous avons retenu, celui de la lisibilité du texte, ouvre sur trois types de lectures possibles : dans un cas – le Cahier 1 – le lecteur embrasse l’ensemble des événements d’une même date, mais étalés sur plusieurs années ; ailleurs, le déroulement de la lecture se fait plus linéaire, en jouant éventuellement avec la discontinuité des notes. Cette multiplicité des modes de lecture nous a semblé suffisamment intéressante pour qu’elle puisse être représentée, ce qui autorisait une profondeur que n’aurait pas atteinte un unique enjeu biographique.

33Les supports montrent bien qu’une publication en l’état n’est pas envisageable. L’ensemble couvre une période importante de 1880 (première manifestation du projet de Rosny aîné) à 1940 (jusqu’aux derniers moments de la vie de l’écrivain). Pour mener à bien le travail entrepris, il a fallu opérer des choix et, principalement, en limitant dans le temps le choix des documents.

34Le choix des quatre Cahiers présentés répond enfin à une volonté de permettre d’articuler les Cahiers les uns par rapport aux autres : ainsi, le Cahier 1 apparaît-il comme un réflecteur, au sens optique du terme, des Cahiers 2, 3 et 4. Le premier Cahier permet en effet de bien réfléchir les cahiers intermédiaires en en soulignant la spécificité. Sur le plan de l’histoire personnelle, les quatre Cahiers couvrent la période de l’entrée de Rosny aîné sur la scène littéraire. L’année 1894 qui clôt le quatrième cahier rappelle à maintes reprises la distance que l’écrivain prend avec le milieu Goncourt comme le note Edmond de Goncourt, lui-même, dans son Journal.

Un registre (formes de la note)

35Qu’apportent ces Cahiers, pièces constitutives d’un Journal important ? Il faut en passer par une analyse du contenu pour en apprécier l’impact. En cela, ils apparaissent comme un registre général. La définition du mot n’est pas sans intérêt pour notre propos. Le dictionnaire Robert donne le premier sens du mot : « Cahier sur lequel on peut noter des faits des noms, des chiffres dont on veut garder le souvenir. » L’origine latine du registre apparaît au travers du verbe *regerere, « porter en arrière ». La dimension temporelle est ici immédiatement apparente et met bien en évidence le travail de la mémoire qui se construit tout au long des notes.

  • 9 Jacques Neefs, « Carnets de romanciers (Flaubert, Zola, James) », Littérature, n° 80, décembre 199 (...)

36Lieu de l’indécis et du trouble, les notes constituent l’unité du Cahier puis, l’ensemble une fois stabilisé, du Journal lui-même. Pour Jacques Neefs, les carnets « n’ont que l’existence intermédiaire de la note, ils sont composés de « textes » qui ont la place incertaine de ce qui peut être transformable en récit9. La note est partielle, déterminée, partie d’un tout.

37En général, les notes présentes dans les cahiers de Rosny aîné sont relativement courtes. Comme il le montrera dans ses réponses aux multiples enquêtes littéraires auxquelles il se faisait un devoir de fournir des réponses brèves, mais directes, Rosny aîné travaille vite. Il ne s’attarde pas au regard intérieur ; aucune complaisance ne l’anime. Les seules mentions vraiment intimes consistent en quelques remarques sur son état de santé et, parfois sur ses enfants. Seules quelques notes dépassent les deux ou trois lignes nécessaires au traitement de l’information évoquée. L’écrivain établit peu de liens des unes aux autres : chaque note est contenue entre deux traits de plume horizontaux, barrant souvent la page. L’épaisseur et l’insistance du trait traduisent la rapidité du geste et offrent une sorte de ponctuation régulière, parfois rageuse, à moins que le trait ne cherche à signifier un moment de pause. Toutes les notes néanmoins présentent les mêmes caractéristiques.

  • 10 Voir en ce sens Antoine Compagnon, « Disproportion de Proust », in Louis Hay (dir.), Carnets d’écr (...)

38La première caractéristique des notes du Journal est la variété des formes adoptées. Esquissons-en rapidement une typologie sommaire10. On distingue tout d’abord la notation simple, réaliste qui apparaît comme un pur constat, une chose vue ou une remarque rapide « On me dit : « on vous a pardonné un premier livre bien fait, n’allez pas espérer qu’on vous pardonnera le second. »

39On trouve également la liste, une des formes privilégiée du fragment : on en voit un exemple au tout début du Journal, en date du 21 avril 1880 :

Etoiles filantes. Dates. Origines ? Aérolithes. Les orbites météoriques. La poussière cosmique. Les générations avortées : la grande menstrue. Les mondes infimes. Junon, Pallas, etc. L’orbite entre Mars et Jupiter. La lacune interplanétaire.

40Est aussi présent le fragment descriptif qui correspond souvent à des réminiscences ou à un portrait :

Ah : ce Porel… c’est un bonhomme charmant !… c’est lui qui met tout en scène, trouve tout. mime tout. un homme qui trouve des manies psychologiques. Il nous dit qu’il voudrait gagner bocou (sic) d’argent pr (sic) se payer un four !

41Le fragment dont l’étendue plus importante permet un travail plus détaillé : on peut donner comme exemple la note concernant Suzanne Lagier, souvent évoquée dans le Journal d’Edmond de Goncourt. Il est possible de signaler aussi la visite à la Salpêtrière, à l’Institut des Jeunes Sourds, la participation au cours Lancereau ou le compte rendu d’une soirée donnée par Goncourt.

42Un dernier type de notes correspond à ce qu’entend Rosny et qu’il transcrit en le mettant particulièrement en valeur. Il s’agit la plupart du temps des tournures habituelles employées par Edmond de Goncourt ou par Alphonse Daudet :

(syntaxe de Goncourt : « Je trouve qu’il ne sacrifie pas suffisamment à l’animalcule spermatique. Je trouve. Certainement que je vous le permets, je vous y autorise même », (Expression de Daudet : « Adorable ! (en appuyant) C’était adorable… elle était adorable… (extraordinaire). C’était extraordinaire… Je me rappelle… J’ai observé » (décembre 1886) ou Zola (« Voulez-vous me laisser dire, Goncourt » (février 1887).

43Cette esquisse de typologie intègre par ailleurs une grande variété de registres : du lyrisme paternel à la satire, parfois plus proche de la salle de garde du naturalisme que du salon pommadé du xviiie siècle : en témoigne cette note concernant Goncourt :

Quels c. dissemblables si on mettait à nu Goncourt et Cladel, l’un un cul de poulet, aigu, probablement poilu, l’autre une grande rondeur, probablement blanche et glabre (24 mars 1887).

  • 11 Voir à ce sujet J.-M. Pottier, « Une façon de manifeste » : Rosny aîné et le Manifeste des Cinq, H (...)

44On comprend dès lors la violence des propos que proférera Rosny aîné dans le Manifeste et qui, en fait, traduit l’atmosphère entretenue au Grenier de Goncourt11.

45La seconde caractéristique est que la note suppose un choix. Elle est donc motivée. Qu’elle rende compte d’un aspect de la réalité observée, qu’elle traduise un essai de phrase ou rappelle un sentiment, elle naît de la décision de l’auteur mû par l’intention dominante de son projet d’écriture. Prévue pour être insérée la plupart du temps dans un ensemble qui la dépassera, la note résulte bien d’une opération sélective. Le degré d’importance, qui correspondra ou non à une utilisation, se traduit le plus souvent par un développement plus moins long de la note. Les limites que l’auteur affecte à la note, jusqu’au trait de plume définitif chez Rosny aîné, délimitent son territoire. Elles n’interdisent pas pour autant sa possible expansion ultérieure. Par son statut, elle affirme sa singularité et sa solitude. On peut se demander pourquoi cette note plutôt qu’une autre. Le choix apparaît ici comme le premier pas vers une réflexion souvent esthétique.

46La dernière caractéristique porte sur le fait que les notes sont solidaires. En considérant l’ensemble des notes, il est possible de définir des liens, des phénomènes de reprise et de développement. Rosny est habitué à créer des mondes qui se côtoient. Le Journal, en cela, est assez représentatif de son œuvre. On peut aisément regrouper les notes en trois grands ensembles.

47Il s’agit tout d’abord du monde de la famille. Le Journal apparaît comme la relation de l’exercice difficile de la paternité. Quatre enfants composent le clan : Minnie, Nono, Bibi et Paulet, quatre enfants-personnages tour à tour présentés et évoqués dans leurs chutes, leurs mots d’enfants, les anecdotes d’une vie de famille. Les notes révèlent un père attentif, souvent ému comme dans cette note de mai 1893 :

Minuit. Mes joies. Pol s’éveil. Et dmand à boir. « Qque chose pour boire ! » Je le lui donn. Et j’aime le petit confort de sa face, sa joie à boire – et le baiser que je lui donne (sic).

48Il s’agit ensuite des notes concernant la vie littéraire et en particulier du monde de Goncourt. L’essentiel des notes des cahiers qui seront édités construisent la petite société réunie un jour sur une photographie célèbre et dont il sera question à un moment ou à un autre dans le Journal : Alexis, Hennique, François de Nion, Toudouze, Georges Lecomte, Gustave Geffroy, Rodenbach, Henri de Régnier, Ajalbert et Carrière, Maximilien Luce et Emile Hennequin. Peu de femmes apparaissent ; lorsqu’elles sont présentes, elles ne retiennent guère l’attention de l’observateur : Madame Arman de Caillavet, Mesdames Dentu ou Charpentier, Suzanne Lagier, la « grosse Lagier ». Les signataires du Manifeste, Descaves, Margueritte, Bonnetain et Guiches, mais aussi Edmond de Goncourt ou Alphonse Daudet restent les plus présents. En témoigne cette note consacrée à Alphonse Daudet :

Daudet. L’écrivain et le causeur. Soirées de Champrosay. L’interruption brusque. La rapidité d’entendre sans écouter, mais aussi parfois, une grande incompréhension. La conversation a une partie d’attaque – dont cette interruption brusque fait partie. La jolie clarté des dîners de Champrosay.

49Il s’agit enfin du monde de l’écriture même. Nombre de notes se partagent enfin entre embryons narratifs (« le meurtre par l’oxyde de carbone (nouvelle) »), véritables amorces de textes dont il est bien difficile de savoir s’ils ont été ou non repris par la suite, et développements critiques, remarques ou notes de régie, comme disent les généticiens, autant d’insertions de commentaires portant sur le travail de l’écriture, de sa propre méthode, comme de celle de Goncourt ou d’autres : lisons Rosny aîné définissant le travail du journal chez Edmond de Goncourt :

Goncourt, sa nervosité devenant pitoyable, après avoir effaré. La vie en notes, la vie en miettes d’un pareil homme. L’œil à miettes, et l’intellect à miettes. Goncourt, un picoreur de vie ; et son vol, d’un joli moineau à petits battements d’ailes. La graine de la notule.

Une source

50Outre la part intime du Journal de Rosny aîné, l’intérêt littéraire réside en partie dans le fait que le Journal constitue une sorte de recueil ou de réserve de notes qui vont servir à la création romanesque. Cinq romans sont concernés et voient réapparaître à l’état brut ou transformé des notes du Journal : Le Termite, Marc Fane, L’Impérieuse Bonté, L’Indomptée et L’Autre Femme.

51L’élément le plus intéressant réside bien dans le travail que Rosny aîné opère dans le traitement du texte des notes. Il s’agit pour lui de reformuler, redistribuer, réorganiser, relier et réduire. Quelques exemples tirés du Termite le montreront rapidement :

52– Reformuler : l’opération est évidente pour chaque emprunt. La reformulation s’effectue aussi au travers de l’utilisation des noms de personnages, évidents au sein du Journal et masqués dans les pages du Termite. Il en va de même pour leurs propos. Notons enfin que dans l’ensemble considéré, la reformulation passe parfois par l’amplification de la note.

53– Redistribuer : par cette opération, Rosny aîné déploie de manière différente la matière romanesque. C’est le problème de l’ordre même des emprunts et de leur répartition dans le texte romanesque dont il est question. Dans Le Termite, par exemple, les emprunts ne suivent pas l’ordre chronologique du Cahier, mais l’ordre de la séquence narrative, à savoir la réunion dominicale chez Fombreuse (Edmond de Goncourt), bien que le contenu narratif soit lui-même discontinu afin de donner l’illusion d’une discussion à bâtons rompus.

54– Regrouper : Rosny aîné cherche, par là, à rendre plus cohérent tel ou tel passage. Dans Le Termite, il reprend le motif de Numa Roumestan en en faisant le cadre de son propos des pages 90 à 102, alors que les notes utilisées apparaissent de manière totalement discontinue, à cinq reprises dans le corps du Cahier. Le regroupement de notes aboutit à l’organisation d’une séquence propre.

55– Relier : en même temps que l’auteur réorganise la note ou les notes les unes par rapport aux autres, il crée un lien logique ou sémantique une fois la transposition opérée. Par exemple, dans un des premiers cahiers, l’épisode Sarcey est dissocié de celui de Bourget. Lors du passage romanesque, les deux notes sont reliées par leur juxtaposition et Rosny aîné ménage une transition.

56– Réduire : il s’agit ici de concentrer une note, en lui donnant plus d’intensité, qu’il s’agisse d’un passage important pour n’en faire qu’un détail, comme c’est le cas pour l’épisode de « La jolie petite femme », transposé à la page 234 de Marc Fane. L’insertion du passage joue d’ailleurs un rôle et tend à modifier son importance : dans le Cahier, la note que nous venons de mentionner appartient à la série des plus longues notes et acquiert par là même un relief particulier. En revanche, elle apparaît plus diluée par son insertion dans le roman.

57Il est clair que la logique du Journal ou plus précisément, sa spécificité, disparaît lors du passage au roman. Le roman gagne en richesse documentaire, grâce au Journal, qui apparaît dès lors comme un recueil de faits bruts mais encore faut-il le savoir ! Cette double procédure – de la réalité au Journal, du Journal au roman – en ruinant un peu plus le mythe de l’inspiration et de la création ex nihilo, fonde une certaine profondeur du roman rosnyen, tout en le rattachant, malgré les dénégations répétées de son auteur, à la méthode naturaliste.

58En définitive, il faut reconnaître l’importance des silences dans le journal : rien n’est dit sur le Manifeste, rien sur la collaboration, rien sur Zola (à proprement parler), rien sur l’Affaire, rien de ce qui fait que nous connaissons Rosny aîné : la préhistoire, le merveilleux scientifique. Il ne reste que des bribes échappées au massacre de l’histoire ou du hasard.

59Cependant, dans son Journal, constitué de cahiers multiples, discontinus, lacunaires mais nourriciers, apparaissent les signes de la véritable personnalité de Rosny aîné, les échos d’un temps et, au-delà, les paradoxes d’une existence avide et débordante. Ces Cahiers, documents bruts tout autant que façonnés, forment le signe patent, mais gardé longtemps secret, de l’entrée de leur auteur dans la vie littéraire de son temps.

60Peut-on pour autant ne considérer le Journal de Rosny aîné sous l’angle exclusif du journal littéraire ? Faut-il en rester au Journal « tranche de vie » ou au « Journal à miettes », comme Rosny aîné le dit du Journal de Goncourt ? Rien n’est moins sûr. C’est paradoxalement à l’équipière de Rosny aîné qu’il convient de laisser le dernier mot. Dans une note assez longue, Marie Rosny cite un passage des Essais de Montaigne : parlant de son père, Montaigne rappelle l’habitude qu’il avait prise d’ordonner

  • 12 Montaigne, Essais, livre I, chapitre 34, D’un défaut de nos polices, LCF (La Pochothèque), 2001, p (...)

à celui de ses gens qui lui servait à écrire un papier journal à insérer toutes les survenances de quelque remarque et, jour par jour, les mémoires de l’histoire de sa maison : très plaisante à voir quand le temps commence à en effacer la souvenance, et très à propos pour nous ôter souvent de peine12.

61Au moment de proposer la lecture du Journal de Rosny aîné, il est important de se souvenir de ce propos de Montaigne : « plaisant à voir et très à propos pour nous ôter souvent de peine. »

62Ajoutons tout aussitôt que le Journal de Rosny aîné porte bien sa signature, celle qu’on retrouve dans les romans préhistoriques, dans ses romans sociaux ou dans ceux du merveilleux scientifique : un texte tourné vers le passé parce qu’il est mémoire et document ; un texte tourné vers le futur parce qu’il est programme et expérience.

Notes

1 Il est tout de même permis d’hésiter au moment de relier cet ensemble aux autres pièces évoquées. En effet, la forme même du registre laisse à penser que le projet de Rosny aîné dépasse la simple discontinuité de la prise de notes pour aller dans la direction d’une construction plus chronologique.

2 Miraux (Jean-Philippe), L’Autobiographie, Écriture de soi et sincérité, collection 128, Nathan Université, 1996.

3 Cette liste peut être prolongée par une seconde touchant des collaborations moins ouvertement fraternelles mais qui pourraient s’y rapporter comme celles qu’on pourrait nommer « pseudo-fraternelles » (Marius-Ary Leblond, Vast et Ricouard, Erckman-Chatrian). En s’éloignant encore du nœud fraternel, on peut évoquer les collaborations plus commerciales (celles du nègre et de son employeur, comme celles que Willy ou Alexandre Dumas mirent en place) et les liens plus précis encore, correspondant aux commandes faites dans les transpositions de romans au théâtre, par exemple (Zola et Busnach ; Goncourt et Ajalbert, ou Vidal et Byl). On peut enfin parler des collaborations plus amicales et plus ludiques (les romans « steeple-chase » : Le roman des Quatre, La Croix de Berny, X… roman impromptu). Voir à ce titre Michel Lafon & Benoît Peeters, Nous est un autre, Enquête sur les duos d’écrivains, Flammarion, 2006.

4 J.-H. Rosny aîné, Portraits et souvenirs, Compagnie des Arts Graphiques, 1945 (ouvrage posthume). Plusieurs pages de ce journal ont été publiées dans une anthologie parue sous l’égide de Pierre Moreau, mais en étroite collaboration avec Robert Borel-Rosny et son épouse. Les extraits couvrent la toute fin de la vie de Rosny aîné, du 1er septembre 1939 au 8 janvier 1940. Rosny aîné devait disparaître le 16 février 1940, après une courte maladie. Voir J.-H. Rosny aîné, Choix de textes, introduction de Pierre Moreau, La Colombe, 1961.

5 J.-H. Rosny aîné, Torches et Lumignons, Mémoires de la vie littéraire, éditions de la Force française, 1921, p. 19. Voir également à propos de la méthode de travail de Rosny aîné, J.-M. Pottier, « La recherche d’un manifeste ou “Comment j’ai fait mes romans sociaux”, Une conférence inédite de Rosny aîné », Les Cahiers naturalistes, 80, 2006, p. 133-166.

6 Ibid., p. 11.

7 J.-H. Rosny aîné, Marc Fane, roman parisien, Librairie moderne, Maison Quentin, 1888, p. 173.

8 J.-H. Rosny aîné, op. cit., p. 20.

9 Jacques Neefs, « Carnets de romanciers (Flaubert, Zola, James) », Littérature, n° 80, décembre 1990, Paris, Larousse, 1990, p. 57.

10 Voir en ce sens Antoine Compagnon, « Disproportion de Proust », in Louis Hay (dir.), Carnets d’écrivains I, Paris, éditions du CNRS, 1990, p. 164-167.

11 Voir à ce sujet J.-M. Pottier, « Une façon de manifeste » : Rosny aîné et le Manifeste des Cinq, Histoires littéraires, 27, 2006, p. 99 à 111.

12 Montaigne, Essais, livre I, chapitre 34, D’un défaut de nos polices, LCF (La Pochothèque), 2001, p. 347.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search