Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Protée en trompe-l'œil

 | 
Anne Rolet

Résumés des articles en français et en anglais

Texte intégral

1Andersson Benedikte

2 « Quand Ronsard fait parler Protée »

3La figure de Protée que construit l’élégie à la reine Elisabeth I de Ronsard n’est pas seulement une trouvaille pour acclimater la mythologie antique à l’éloge de la souveraine anglaise. La mise en scène du dieu marin et en particulier le traitement de sa parole présentent des analogies avec d’autres pièces de Ronsard datant de la même période (« Les parolles que dist Calypson » ; « L’Orphée » ; « Élégie à H. L’Huillier » et l’» Élégie à Mylord Robert Du-Dlé ») et révèlent une réflexion sur les fondements de la parole poétique.

4Ronsard’s treatment of the figure of Proteus in the elegy to the queen Elisabeth is not motivated only by the need to adapt antic mythology to the praise of the english sovereign. Analogies with other Ronsard’s pieces from the same period (« Les parolles que dist Calypson » ; « L’Orphée » ; « Élégie à H. L’Huillier » and the « Élégie à Mylord Robert Du-Dlé ») reveal that major questions on the poetic word are here at stake.

5 D elattre Charles

6 « Protée insaisissable, entre mythe et fiction »

7Dans la lignée des travaux de J.-P. Vernant et M. Detienne, Protée est généralement défini comme une figure mythique de la mêtis, à laquelle renvoient sa qualité de Vieux de la Mer doté du pouvoir de divination et ses facultés de métamorphose. Mais Protée est d’abord un personnage de l’Odyssée, dont la définition dépend des caractéristiques métamorphiques de l’épopée elle-même : il est un produit de la fiction littéraire, et ses facultés se comprennent comme le résultat des procédés de composition de l’Odyssée. À ce titre, ce n’est pas tant la métamorphose que les jeux d’identité qui définissent Protée, comme bien d’autres personnages de l’épopée, et jusqu’à l’aède lui-même.

8Following the work of J.-P. Vernant and M. Detienne, the figure Proteus has frequently been interpreted as a mythical embodiment of metis thanks to his status as the Old Man of the Sea and a seer combined with his ability to transform himself. But Proteus is first of all a character in the Odyssey and any attempt to define him must take into account the metamorphic characteristics of the epic itself : as a product of literary fiction, his abilities may be understood as the reflection of the compositional techniques of the Odyssey. It is, therefore, the play of identities, rather than metamorphosis, that defines Proteus, just as they define other characters in the epic, including the poet himself.

9 D eramaix Marc

10 «  Proteus uaticinans. Poétique et théologie de Protée dans l’oeuvre de Sannazar (1457-1530) lecteur de Virgile »

11Cette étude expose comment le poète napolitain Iacopo Sannazaro ou Sannazar (Naples, 1457-1530), intime du théologien kabbaliste Egidio da Viterbo ou Gilles de Viterbe (Viterbe, 1469-Rome, 1532), réinventa dans son œuvre tant latine que vernaculaire la version virgilienne du mythe de Protée pour en faire, dans une poétique théologique, un symbole du temps humain conjoint à la transcendance divine mais aussi une allégorie de la uarietas.

12This study aims at showing how the neapolitan poet Iacopo sannazaro (Naples, 1457-1530), intimate friend of the kabbalist theologian Giles of Viterbo (Viterbo, 1469-Rome, 1532), reinvented in both latin and vernacular poems the myth of Proteus in its virgilian version as to make out of it, in a theological poetics, a symbol of human time imbued with divine transcendance but also an allegory of uarietas.

13 F abre -S erris Jacqueline

14 « D’Homère à Gallus : Protée, une variation virgilienne sur une figure poétique des Amores , Silène ? »

15Le personnage de Protée et le discours qu’il tient à Aristée à la fin des Géorgiques 4 ne renvoient pas seulement à Homère, mais à Gallus : ce sont des variations sur le personnage et le chant de silène dans la Bucolique 6, une figure poétique tirée des Amores, que Virgile avait mise en scène dans un texte conçu à la fois comme un hommage et une réponse à la poétique gallienne.

16The character of Proteus and his speech to Aristaeus at the end of the Georgics don’t refer only to Homer but to Gallus : both are variations on the character and the song of Silenus in Eclogue 6, a poetic figure taken from the Amores, that Virgil had put on stage in a text conceived at the same time as an homage and an answer to Gallan poetic.

17 F ord Philip

18 « Protée à la Renaissance : interprétations allégoriques »

19Tiré de trois sources principales du monde antique, Homère, Virgile et Ovide, le mythe de Protée fut interprété de façons diverses par les lecteurs de la Renaissance. En commençant par les traditions transmises par Héraclite le Rhéteur, cet article explore la façon dont une variété d’humanistes et de mythographes de la Renaissance, y compris Budé, Alciat, Rhodiginus, Giraldi, Dorat et Conti ont lu et interprété cette fable selon des modes d’interprétation morales, historiques et autres.

20Drawn from three principal sources in the ancient world, Homer, Virgil, and Ovid, the myth of Proteus was interpreted in a variety of ways by Renaissance readers. starting with the traditions handed down by Heraclitus the Rhetor, this paper explores how a range of Renaissance humanists and mythographers, including Budé, Alciato, Rhodiginus, Giraldi, Dorat, and Conti, read and interpreted the fable according to moral, historical, and other modes of allegorical interpretation.

21 F uhrer Therese

22 « Protée : lectures et interprétations chez les Pères de l’Eglise »

23Les auteurs chrétiens des premiers siècles utilisent généralement la figure de Protée comme métaphore pour caractériser un individu plein de ruse et d’artifice ou dont le comportement est incohérent. Dans un contexte philosophique, Protée devient le symbole de la mutabilité et de l’instabilité du monde matériel, ainsi qu’une allégorie des passions que l’on doit dominer. Cet article cible son propos sur l’utilisation de Protée comme allégorie de la vérité révélée mais également comme une image de Satan.

24Early Christian authors use the figure of Proteus in a general sense as a metaphor to characterize someone’s cunning, tricky or inconsistent behaviour. In philosophical contexts Proteus is a symbol for the mutability and instability of the material world and an allegory of the passions which have to be overcome. The focus of this paper is on Augustine’s use of Proteus as an allegory of the revelation of truth, but also as an image of the satan.

25 G iraudet Vincent

26 « L’un et le multiple : Protée ou le style métamorphique chez Nonnos de Panopolis »

27Par l’utilisation, dans le prologue des Dionysiaques, de la figure de Protée comme emblème de la poikilia, Nonnos annonce paradoxalement l’hybridité générique de son poème, c’est-à-dire la tendance à faire de l’un à partir du multiple. Néanmoins, la tendance inverse se manifeste, dans ce prologue comme dans les autres scènes de métamorphoses, par un style proprement « métamorphique », qui peut se voir comme une variante du « jeweled style ».

28By using Proteus, in the Prologue of his Dionysiaca, as a symbol of poikilia, Nonnus paradoxically announces the generic hybridity of his poem, i.e. the tendency to make one out of many. Nonetheless, the opposite tendency manifests itself, in this prologue as in the other metamorphosis episodes, in a properly « metamorphic » style, which can be seen as a variant of the « jeweled style ».

29 G ourmelen Laurent

30 « Protée tel qu’en lui-même :
les métamorphoses de la parole poétique ( Odyssée , IV, 351-586) »

31Pour sa première apparition dans la littérature, au Chant IV de l’Odyssée, Protée se révèle tel qu’en lui-même. Le récit de Ménélas, brillant et complexe, impose les pouvoirs d’une parole poétique en perpétuelle métamorphose, à l’image même du personnage qu’elle évoque. Celui-ci, déjà très nettement caractérisé, comme il le demeurera constamment par la suite, échappe à toute définition univoque. Il est pourtant « saisi » par Ménélas, mais seul le héros pourra voir Protée qui demeure « caché » en un vers énigmatique, offert à toutes les interprétations, comme le montrent les diverses traductions qui en ont été données.

32Proteus first appears in Odyssey 4. and we can discover his own identity. The Menelas’narrative, brilliant and complex, shows the powers of perpetual transforming poetic words, like Proteus himself. This one is yet very clearly, but not definitely characterized as ever he will be. He is however « holden » by Menelas, but only the hero will be able to see Proteus who remains « hidden » in an enigmatic and differently interpreted line, as we can see by reading his various traductions.

33 I card Noëlle

34 « Protée ou l’iconographie impossible »

35La littérature grecque et romaine donne de Protée l’image d’un être complexe, tantôt dieu marin proche de Nérée et de Triton, tantôt roi d’Egypte, tantôt principe physique. C’est probablement dans l’incertitude sur sa nature réelle qu’il faut chercher les raisons de son absence dans l’iconographie contemporaine des textes.

36In greek and roman literature, Proteus is a complicated creature, sometimes a sea-god close to Nereus and Triton, sometimes a king of Egypt, sometimes the embodiment of a principle. The reasons for his absence in the iconography contemporary with texts probably lies in the uncertainty about his real nature.

37 K efallonitis Stavroula

38 « Protée, figure amphibie de l’historiographie grecque »

39Proposant une déconstruction du mythe homérique de Protée, Hérodote participe au surgissement de ce personnage dans l’historiographie grecque. Doté d’une identité kaléidoscopique, Protée apparaît alors comme une figure amphibie, capable d’évoluer dans les paludes de récits mêlant mythe et histoire. Ce personnage interroge les limites génériques du récit auquel il participe, en même temps que le genre et le registre littéraires auxquels l’auteur associe son œuvre et notamment, pour l’historien, sa position par rapport à l’usage du mythe.

40Proposing a deconstruction of the Homeric myth of Proteus, Herodotus contributes to the appearance of this character in the Greek historiography. Endowed with a kaleidoscopic identity, Proteus appears then as an amphibian figure, able to evolve in the swamps of narratives mixing myth and history. This character questions the generic limits of the narrative in which he is involved and at the same time the literary genre and the register to which the author links his work, in particular, for the historian, his position with regard to the usage of the myth.

41 L afond Muriel

42 « Lectures de Protée dans les commentaires serviens : entre silence et saturation »

43Devant la difficulté d’interprétation que constitue la présence de Protée à la fin des Géorgiques, le lecteur moderne peut être tenté de se tourner vers Servius, le célèbre commentateur antique. Or, déjouant toutes les attentes, celui-ci n’accorde que peu de place au personnage prophétique à cet endroit des commentaires, alors qu’il développe ailleurs de longues remarques sur cette figure, même quand elle n’apparaît pas dans le texte virgilien. Entre la profusion et l’absence, Servius construit une figure originale de Protée, par un subtil jeu d’échos avec la sibylle, le tout au service de la défense du poète.

44Many and various have been the interpretations about the presence of Proteus at the ending of the Georgics. Some expect to find help in the Servius’commentaries but in vain : however, contrary to all expectations, the scholiast says nothing here of interest about the seer. On the other hand, we can find elsewhere full passages about Proteus, even if he wasn’t mentioned in the Virgilian lines. Between the overabundance and the lack of information, servius has created a very original figure of the seer, always for the sake of Virgil.

45 L e B lay Frédéric

46 « Protée et Pythagore dans la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate »

47La Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate attribue au sage pythagoricien une origine divine, puisqu’il serait, selon l’auteur, le fils du dieu Protée. Les conditions de cette naissance extraordinaire sont décrites avec un luxe de détails qui renvoient à d’autres traditions affirmant l’ascendance divine des hommes destinés à éclairer ou guider l’humanité, qu’il s’agisse de Platon ou de Jésus. Les analogies reliant tous ces récits de naissances divines sont frappantes et expliquent en partie le trouble dans lequel un texte comme celui de Philostrate pouvait plonger les premiers chrétiens. Ce qui fait en revanche l’originalité de ce récit, c’est le choix de Protée comme figure paternelle. Cette divinité occupe un rôle somme toute modeste dans la mythologie des Anciens et sa présence ici doit nous interroger. Est-elle liée au pythagorisme ? Il conviendrait alors de déceler la présence de cette divinité dans la pensée de l’école, ce qui n’est pas chose aisée. Ou bien s’agit-il tout simplement d’une invention de Philostrate destinée à placer son texte et son personnage sous la tutelle symbolique de cette divinité aux multiples visages ?

48According to his biographer Philostratus, Apollonios of Tyana was the son of the God Proteus. His birth is described with the same details that can be found in other traditions about the divine ascendance of men whose fate was to lead and light the way for the rest of humanity, such as Plato or Jesus. The analogies existing between all of these traditions and mythologies explain the confusion that the first Christians could have felt when confronted with Philostratus’text. But what adds to the originality of this account is the use of Proteus as paternal figure. As a god, he in fact plays a very modest role in ancient mythology and his presence in Philostratus’account has to be questioned. If he is linked in any way to pythagorism, we would have then to detect and trace his presence in pythagorean thought, which is not an easy task. It could also be a mere invention of Philostratus, aiming to place both the text and its main character under the symbolic authority of this multifaceted divinity.

49 L eclercq -M arx Jacqueline

50 « Protée au Moyen Âge. Une survie aléatoire et ambiguë »

51Protée est peu présent dans la littérature du Moyen Âge, malgré le fait que la mer et ses habitants mythiques y tiennent une place non négligeable. C’est dans l’Empire byzantin que son souvenir resta le plus vivace, à en juger par deux allusions que Jean Psellos y fit dans sa correspondance. Mais dans le monde latin, il est uniquement mentionné dans le Liber monstrorum (c. 700) et dans quelques traités mythographiques postérieurs. Par ailleurs, Protée est totalement absent de la littérature exégétique et didactique bien que les Pères de l’Église l’aient utilisé comme image de l’homme versatile, trompeur et insaisissable, voire comme incarnation satanique. Peut-être survécut-il quand même d’une certaine manière dans l’imaginaire médiéval comme archétype de « l’homme marin ».

52Proteus is little present in in the literature of the Middle Ages in spite of the fact that the sea and its mythic inhabitants has a substantial place in that literature. It is in the Byzantine Empire that he has the most lively role, if we can judge by the two allusions that John Psellos makes to Proteus in his correspondance. But in the Latin world, he is only mentioned in the Liber Monstrorum (ca 700) and in some later mythographic treatises. In other respects, Proteus is totally absent in exegetical and didatic literature, though the Fathers of the Church have interpreted him as the image of the versatile man, a deceiver and ungraspable, even in a satanic incarnation. Perhaps he survives (nonetheless or all the same) in some way in the medieval imagination as the archetype of the Marin Man or Man of the Sea.

53 L e P enuizic François

54 « Protée ou la peur dans la métamorphose. L’exemple d’Apulée »

55Protée n’est jamais nommé dans les Métamorphoses d’Apulée, mais il y rôde, conforme à sa légende, sous des apparences diverses où on le devine plutôt qu’on ne le saisit. L’étude de plusieurs figures « protéennes » dans le roman montre en particulier la part inquiétante que contient l’idée de métamorphose, ce qui influence la construction du récit elle-même.

56Proteus is never mentioned in Apuleius’s Metamorphoses, but he wanders about them, true to his legend, under various aspects where he can be guessed rather than seen. The study of some « protean » figures in the novel shows the fearful side contained in the idea of metamorphosis, including some effects in the narrative construction.

57 M aréchaux Pierre

58 « La réception de Protée dans les mythographies et les commentaires d’Ovide entre 1350 et 1550 : l’histoire d’une dissociation »

59Dans la mythographie et l’ovidianisme médiévaux et humanistes, la figure de Protée est elle-même protéiforme. Plusieurs familles d’interprétations se dessinent : Boccace, fidèle à une triple lecture évhémériste, physique et morale où culminent les fonctions du roi, de l’arpenteur et du sage, à la fois devin et stoïcien, met à jour la carte des interprétations qui vont prévaloir jusqu’au xviie siècle. Certaines sont des filiations (Servius, Théodontius, Hygin), d’autres des héritages (Regius, Rabelais, Bersuire, Torrentinus). Il semble parfois que le mythe finit par quitter sa dimension sapientiale pour mimer l’acte même de l’enarratio mythographique. De Boccace à Passerat s’impose alors une vision de Protée comme emblème à peine caché des herméneutes. Ainsi l’Histoire de l’allégorisme protéen nous fait réfléchir sur la manière dont naissent et renaissent des interprétations qui ont la constance irrégulière des étoiles.

60In the Medieval and humanistic periods, mythography and ovidian commentaries show the protean aspect itself of Proteus. some fields of interpretation are thus defined. Boccaccio remains faithfully devoted to his triple evhemeristic, physical and ethic interpretation in which culminate the structural functions of the king, the surveyor and the wise man who is at once stoic and diviner. He brings to light a net work of interpretations which will prevail until the17th century. Some of them are apparently filiations (Servius, Theodontius, Hyginus), others legacies Regius, Rabelais, Berchorius, Torrentinus). It sometimes seems that myth finally abandons its character of wisdom to imitate the process of mythographical enarratio. From Boccaccio to Passerat then the idea of Proteus as a discreet symbol of hermeneuts asserts itself. So the History of protean allegoricism forces us to reflect on the way interpretations as irregularly constant as stars are born and reborn.

61 P rioux Evelyne

62 « Géographie symbolique des errances de Protée : un mythe et sa relecture politique à l’époque hellénistique »

63L’Alexandra de Lycophron comporte un long excursus consacré à la figure de Protée. Cet épisode nous invite à poser le problème des attaches idéologiques de Lycophron et à comparer son œuvre à celle de trois de ses éventuels contemporains : Posidippe de Pella, Callimaque et Théocrite qui, sous le règne de Ptolémée II, se penchèrent tous trois sur les traditions relatives à Protée. Différents documents permettent en effet de penser que des lectures symboliques ou politiques de l’image de Protée ont été élaborées au début de l’époque hellénistique. Si cette réactivation du mythe de Protée commence peut-être dès le tournant des ive et iiie siècles av. J.-C., les œuvres de Posidippe, de Callimaque et de Théocrite permettent de mettre en évidence le rôle décisif que Ptolémée II Philadelphe et son épouse Arsinoé II jouèrent dans la relecture politique et religieuse des traditions relatives à Protée.

64In the Alexandra, Lycophron devotes a long passage to the adventures of Proteus and this episode raises many questions about Lycophron’s intents and about the poem’s ideological background. This paper aims at comparing Lycophron’s Proteus with a series of passages selected from the works of three of his possible contemporaries : Posidippus, Callimachus and Theocritus – three poets who wrote under the patronage of Ptolemy II and who demonstrated a clear interest in the figure of Proteus. Several sources enable us to think that allegorical and political interpretations of the myth of Proteus may have been developed in the early hellenistic period. Although this renewed interest in the figure of Proteus may have started as early as in the late 4th century BC, the works of Posidippus, Callimachus and Theocritus tend to show that the politics of Ptolemy II Philadelphus and his sister-wife Arsinoe played a key role in the revival of this myth and in the invention of its political and religious readings.

65 R abreau Daniel

66 « Le Protée d’Edme Bouchardon (1735-1739), une iconographie à réévaluer au bassin de Neptune de Versailles ? »

67La figure de Protée au bassin de Neptune de Versailles (1735-1739) parachève un des grands décors des jardins de Louis XIV. Il inaugure l’iconographie propre à son successeur, son arrière-petit fils Louis XV, le futur Bien-Aimé. Mais le chef-d’œuvre du sculpteur Edme Bouchardon s’éloigne des images suscitées par la tradition textuelle d’Homère et de Virgile et s’inspire du « berger du troupeau de Neptune » introduit dans Phaëton, opéra de Lully, encore représenté au début du xviiie siècle, notamment pour célébrer à Paris le premier contrat de mariage de Louis XV (1721). Avec le bronze de Protée, Bouchardon – il réalise ensuite un marbre de L’Amour pour le salon d’Hercule – s’observe comme un imagier inventif, également soucieux de régénérer un art « à l’antique », épuré, au service d’un nouvel idéal monarchique à partager et non plus à imposer.

68The statue of Proteus in the fountain of Neptune at Versailles puts the finishing touches to one of the greatest garden designs ordered by Louis XIV. It marks the beginning of the iconographical preferences associated with his successor, his great-grandson, the future Bien-Aimé (beloved) Louis XV. But in executing his masterpiece, the sculptor Edme Bouchardon moved away from the images suggested by the Homeric and Virgilian textual traditions, drawing inspiration from the figure of « the shepherd of Neptune’s flock », introduced into Lully’s opera Phaëton. This work was still being performed in the early 1600s, in particular to celebrate the first wedding contract of Louis XV in Paris. With his bronze Proteus, followed by a marble statue of Love for the Hercules Salon, Edme Bouchardon showed himself to be a resourceful artist, keen to regenerate an art which still drew on the aesthetic values of Antiquity and to put it to the service of a new monarchical ideal.

69 R olet Anne

70 « Le Protée d’André Alciat et les Protée d’Achille Bocchi dans le Symbolum à Renée de France et les manuscrits : variations emblématiques, entre philologie et théologie »

71La rareté des représentations figurées de Protée à la Renaissance avant les gravures de Bernard Salomon pour illustrer Ovide incite le lecteur à se pencher avec intérêt sur l’utilisation allégorique de ce dieu en contexte emblématique, en particulier chez les humanistes italiens de langue latine, André Alciat et Achille Bocchi. Outre une analyse interprétative des épigrammes, nous mènerons en particulier l’enquête sur les solutions iconographiques proposées par leurs illustrateurs pour figurer une divinité complexe, si difficile à saisir. Là où Alciat privilégie une interprétation symbolique personnelle de Protée qui met en scène sa conception de l’histoire et de la philologie, Bocchi, tout en rendant hommage à son prédécesseur, privilégie une approche plus théologique voire nicodémiste de Protée en offrant son symbolum à la duchesse Renée de Ferrare, favorable aux idées évangéliques. Nous suivrons l’itinéraire de son poème à travers les manuscrits.

72Before the publication of Bernard Salomon’s engravings for Ovid’s Métamorphose figurée, there is a marked paucity of iconographical representations of the sea-god Proteus during the Renaissance. This leads us to examine with special care the allegorical meanings attributed to the god by the authors of Latin emblems, especially the humanists Andrea Alciato and Achille Bocchi. In addition to an interpretative analysis of the epigrams, our inquiry will focus on the visual presentation and the wide range of solutions chosen by the engravers in order to translate the complex power of a god who is both elusive and difficult to comprehend. While Alciato sheds light on history and philology through his particular symbolic interpretation, Bocchi on the other hand prefers a theological approach by dedicating his symbolum to Renée de France, a noblewoman with strong sympathies for evangelical ideas.

73 T rinquier Jean

74 « Protée en sa grotte ou le parti-pris des phoques »

75Les phoques jouent un rôle important dans l’histoire de Protée et de Ménélas. Ils contribuent à faire de Pharos une terre désolée, une île de naufragés. Animaux amphibies, les phoques sont des figures de médiateur ; comme eux, Protée passe des profondeurs de la mer, d’où il tire son savoir infaillible, à la terre ferme. Dans la tradition postérieure, l’étroite solidarité entre ces éléments tend à se défaire. La grotte de Protée, en particulier, devient un « operosum antrum ».

76The monk-seal plays an important role in the story of Menelas and Proteus. Its presence emphasizes the fact that Pharos is a barren island, suited to shipwrecks. Beaches and caves are traditional habitats of Mediterranean monk-seals. As amphibious animals, seals are mediators between the shore and the depths, from which the mantic wisdom of Proteus originates. In the following tradition, these elements come apart. So the cave of Proteus becomes an « operosum antrum ».

77 T ronchet Gilles

78 « Protée volubile ou l’antre des métamorphoses captives (Ovide, Métamorphoses , XI, 221-265) »

79Dans le livre XI des Métamorphoses, c’est une nouvelle figure de Protée qui s’élabore en combinant les traits du personnage que l’Odyssée puis les Géorgiques avaient dessiné : loin de se dérober, le devin donne à Pélée une maîtrise des métamorphoses qu’accomplit Thétis à sa place. En sa virtuosité, la récriture ovidienne, déjouant l’exégèse allégorique du mythe, éclaire la poétique à l’œuvre, dont elle fournit à plus d’un titre l’emblème.

80The Ovidian Proteus in the Metamorphoses is the result of a combination of features that came from the Odyssey and the Georgics. But a radical change of the parts the vates plays converts the myth into a complex poetical pattern, excluding an allegorical interpretation. The text embodies Ovid’s cleverness at creating a new story from a patchwork of old ones, and many details are emblematic of the poet’s work itself.

81 Z atta Claudia

82 « The last metamorphosis of Proteus in Euripides’ Helen  »

83Dans son Hélène, Euripide propose une version du mythe de Protée qui s’articule autour d’une question essentielle à la pièce, celle des limites de la connaissance humaine face à une réalité mouvante et insaisissable. Suivant les traces de Stésichore et d’Hérodote, Euripide modifie la version homérique et fait de Protée un souverain mortel, épris de justice mais dépourvu du don de prophétie et de la capacité à se métamorphoser. La réalité, elle, ne cesse pourtant de se modifier et, à travers une succession de stratégies, Hélène représente la métamorphose de Protée, qui passe du statut de défunt à celui de héros.

84In Helen Euripides presents a version of the myth of Proteus that hinges upon the problem, central to the play, of the limits of human knowledge vis à vis an ungraspable, shifting reality. Following Stesichorus and Herodotus, Euripides corrects the Homeric version and turns Proteus into a mortal king, endowed with justice, but devoid of oracular power and metamorphic skills. The shift of reality, however, continues and, throughout a series of strategies, Helen represents Proteus’metamorphosis of a dead man into a hero.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540