Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'écrivain et l'imprimeur

 | 
Alain Riffaud

Deux radicaux anglais aux prises avec l’imprimerie : Julian Hibbert (1800-1834) et Benjamin Nayler (1796-1875)

Wallace Kirsop

Texte intégral

  • 1 Charlottesville, University Press of Virginia.
  • 2 Brève notice non signée dans The Papers of the Bibliographical Society of America, t. 86, 4, décem (...)
  • 3 Oxford, Clarendon Press.
  • 4 Charlottesville, university Press of Virginia.

1De toute évidence une étude des écrivains anglais face à leurs imprimeurs devrait se concentrer sur les grands noms de la littérature d’outre-Manche. Au xixe siècle déjà la documentation est très abondante : manuscrits conservés, placards corrigés, lettres reçues des éditeurs, archives personnelles, manuels typographiques et tout le reste. Mais c’est un domaine bien exploré – et exploité – par les spécialistes. Quand Allan Dooley a publié en 1992 son ouvrage Author and Printer in Victorian England1, on lui a reproché de se cantonner dans les dossiers les plus connus et de ne pas sortir des chemins battus2. Vu l’immensité du champ, la critique est un peu injuste, d’autant plus que Dooley fait un effort considérable pour tenir compte des prescriptions des manuels de l’époque. Pourtant il est certain qu’il entre en concurrence avec toute une série de monographies brillantes et solides, notamment en ce qui concerne les romanciers : Robert Patten, Charles Dickens and His Publishers de 19783 et Peter Shillingsburg, Pegasus in Harness : Victorian Publishing and W. M. Thackeray, également de 19924. Abandonnons donc cette voie royale et tournons-nous plutôt du côté des auteurs mineurs et marginaux. Au risque d’apporter quelque chose de modeste – une simple note – nous aurons le plaisir d’examiner deux cas curieux qui montrent la diversité du monde de l’imprimé anglophone entre 1820 et 1875.

2Qu’est-ce qui relie deux personnages nés à la fin du xviiie siècle ? Certes, ils appartiennent l’un et l’autre au courant radical de la pensée anglaise post-napoléonienne. En même temps il faut admettre que cette famille d’esprits ne se laisse pas définir aisément, et les deux exemples choisis vont en démontrer la complexité. Ce qu’il faut retenir surtout, c’est que, en dehors des prises de position politiques et religieuses, il y a les réalités d’une imprimerie en mutation lors de la « deuxième révolution du livre ». Toutefois nos deux hommes se trouvent des deux côtés de la ligne de démarcation, car ils sont à la fois auteurs et éditeurs. C’est dire qu’ils perçoivent le phénomène d’une façon tout à fait spéciale. Et puis – avouons-le – il y a un hasard qui a présidé à la sélection : d’une part un ouvrage déniché chez un libraire de Melbourne au début des années 1960, d’autre part un nom rencontré dans des recherches menées sur le livre australien d’avant 1871. Nous verrons qu’il est difficile de tirer de grandes conclusions de deux études de cas bien disparates.

Julian Hibbert

3À bien des égards Julian Hibbert reste mystérieux. Son nom est absent des dictionnaires biographiques, ce qui veut dire, en somme, que personne ne s’est donné la peine d’entreprendre une enquête fouillée sur sa vie et sur sa carrière. Pour des raisons évidentes ce n’est pas à Melbourne qu’on peut espérer combler cette lacune, mais il est tout de même possible d’indiquer quelques éléments et de suggérer des pistes à suivre.

  • 5 T. 9, 4, hiver 1960, p. 446-451.
  • 6 Voir, entre autres, Pengelly R. S. et West J., « Julian Hibbert, Printer », Notes and Queries, 12e(...)

4La bibliographie n’est pas abondante, mais elle contient, à côté d’aspects obscurs et conjecturaux, quelques certitudes. Ce sont les spécialistes qui rencontrent Hibbert : les étudiants de la typographie grecque, les chercheurs qui s’occupent de l’athéisme britannique à la traînée des Lumières françaises, les historiens des presses londoniennes utilisées par des particuliers, ou, tout simplement, les bibliophiles. En effet c’est dans The Book Collector que J. S. L. Gilmour a publié l’article moderne le plus détaillé : « Some Uncollected Authors XXVI : Julian Hibbert, 1800-18345. » On y trouve des descriptions bibliographiques des ouvrages réclamés par ou attribués à Hibbert et en outre un résumé de ce qu’on sait de l’auteur-imprimeur, en partie grâce à des articulets parus dans Notes and Queries au début du xxe siècle6.

  • 7 T. 57, p. 623-624.

5Hibbert appartenait à une famille de grands bourgeois, marchands des Antilles. Après des études à Eton, au Collège de la Sainte Trinité de l’université de Cambridge et à Lincoln’s Inn, il a consacré ses loisirs fortunés à ses véritables passions : la libre-pensée, le rationalisme, l’athéisme et le radicalisme politique. À un moment où l’État britannique réprimait l’hétérodoxie avec une grande sévérité, Hibbert faisait des dons très importants – jusqu’à mille livres sterling à la fois – à des imprimeurs et à des agitateurs condamnés par la loi. C’est de cette façon qu’il a été amené à appuyer l’effort de Richard Carlile, éditeur du Republican, et à protéger James Watson, le futur « Chartiste ». Le patricien fait donc partie de l’histoire de la classe ouvrière. Il y dévouait non seulement son argent, mais aussi sa plume. Sous divers pseudonymes il donnait des articles au Republican, et il a signé un texte publié en 1826 et resté incomplet : A Dictionary of Modern Anti-Superstitionists. Une esquisse de la vie et des œuvres du baron D’Holbach est sortie des presses de James Watson après la mort de Hibbert en 1834. Watson, dont la notoriété est telle qu’il figure dans l’Oxford Dictionary of National Biography7, est au centre de l’activité typographique de Hibbert qui nous intéresse.

  • 8 Londres, British Museum, p. 14-15 et ill. 47.
  • 9 New Castle, Delaware, Oak Knoll Press, 1996, p. 132, 135, 137.
  • 10 Myers R., Harris M. et Mandelbrote G. (dir.), The London Book Trade : Topographies of Print in the (...)

6Disons-le tout de suite, les « expériences » du mécène, aidé par Watson, ne sont pas restées inaperçues. Déjà en 1927 Victor Scholderer avait inclus un échantillon du travail du « dilettante » dans Greek Printing Types 1465-1927. Facsimiles from an Exhibition of Books illustrating the development of Greek printing shown in the British Museum8. Soixante-dix ans plus tard on retrouve Hibbert dans le chapitre « Greek Type Design : The British Contribution » donné par John H. Bowman à l’ouvrage collectif Greek Letters from Tablets to Pixels9. Dans un contexte un peu différent, David Chambers, traitant le sujet « Private Printing in London in the Nineteenth Century » pour un ensemble d’essais tournant autour de la librairie londonienne, n’a pas pu passer sous silence l’officine de Kentish Town10. Mais, si les grandes lignes sont connues, on peut tout de même poser des questions accessoires.

  • 11 À la page de titre on voit « Printed in uncial letters as a typographical experiment, and publishe (...)
  • 12 Voir, par exemple, Stower C., The Printer’s Grammar ; or, Introduction to the Art of Printing, Lon (...)
  • 13 The Book of the Orphic Hymns, p. ii.
  • 14 Ibid., p. xi-xvi. Pour étudier des échantillons du grec de Hibbert, le lecteur est renvoyé aux exe (...)
  • 15 Cote : Winterbottom F28.
  • 16 Cote : Hare : 45 : 153.

7En 1827 Hibbert avait donné au monde le premier produit de son imprimerie : The Book of the Orphic Hymns11. Il y a deux préfaces rédigées avec le mélange de candeur, de désinvolture et d’humour qu’on reconnaîtra comme étant caractéristique du style de Hibbert. La première s’adresse aux hellénistes. L’on y remarquera une manie qui est peut-être particulière au travail de composition de Watson – des traits d’union en fin et en début de ligne quand un mot est divisé. Inutile de dire que ce n’est pas une habitude recommandée par les manuels de l’époque12 ! Hibbert avoue qu’il s’est inspiré d’inscriptions plutôt que de manuscrits13. La critique est désarmée, mais à quel prix ? La deuxième préface est destinée à ceux qui en savent encore moins que l’auteur14. Des deux exemplaires examinés d’une édition qui n’est pas facile à retrouver même en Angleterre, celui de l’Université de Durham (collection Winterbottom), est dans son cartonnage d’origine avec une étiquette imprimée au dos15 tandis que celui de Trinity College, Cambridge (collection Hare), a été relié à une date postérieure16. Les signatures sont assez fantaisistes, mais le fait qu’aucun cahier ne dépasse une demi-feuille de papier vélin in-octavo daté 1822 suggère que la presse elle-même était de taille réduite. Les analyses sont à poursuivre…

  • 17 À la page de titre on a l’indication « Printed A.D. 1828 Price, one Guinea. », et au verso on lit (...)
  • 18 Collection Wallace Kirsop.
  • 19 Cote : 28.462.
  • 20 Cote : Ff.37.202.
  • 21 Cote : R33603.
  • 22 Cote : 524.g.19.
  • 23 Cote : 211/P3.
  • 24 Cote : B.10/8243.
  • 25 Cote : 88P71/XE28.
  • 26 Cote : PA4368/D64/1828.
  • 27 Voir Kirsop W., Manuscrits et imprimés : une cohabitation équivoque, Melbourne, Centre for the Boo (...)

8L’ouvrage suivant – Plutarchus, and Theophrastus, on Superstition17 – soulève d’autres problèmes. D’une part on revoit les mêmes particularités de la composition faite par Watson. D’autre part tout au long du texte il y a des corrections inscrites à la main. Ce qui se constate dans l’exemplaire de Melbourne18 est répété dans d’autres, à la Bodléienne d’Oxford19, à la Cambridge University Library20, à la John Rylands Library de Manchester21, à la British Library22, à la Manchester Central Library23 (livre donné par Richard Carlile à un ami le 14 février 1830), à la Thomas Fisher Rare Book Library de l’université de Toronto24 et à la Columbia university Library25. En revanche, à la Cornell university Library26, on repère quelques mots imprimés qui ont été effacés sans remplacement. Hibbert est de l’école de Descartes et de Mlle de Gournay : la plume est le moyen le plus expéditif pour corriger les fautes27. On ne découvre donc pas – sauf erreur – de corrections sous presse ou de cartons. Mais, comme on le verra, l’auteur ne renonce pas aux listes de corrigenda et d’addenda.

  • 28 Voir surtout Plutarchus, p. iii (ill. 1).

9Dès le début de la préface le procédé est clair, et il ne fait qu’accentuer le caractère désabusé et, à vrai dire, savoureux de cette confession d’un échec à peu près total. On l’a déjà fait remarquer, mais on a là une réelle histoire exemplaire de la manière dont on peut faire faillite dans l’édition. Les pages suivantes fournissent des chiffres : le coût de la composition, de l’impression, du papier, du satinage et du cartonnage d’un côté, de l’autre la mévente28. Malgré tout, Hibbert était assez riche pour se tirer d’affaire, mais après la crise de 2008-2009 nous savons que les leçons de l’histoire économique sont facilement oubliées…

  • 29 .. T. 11, 1, 7 janvier 1824. British Library cote : 4016.bb.37.
  • 30 Plutarchus, p. [1] du texte qui suit le 4e appendice (ill. 2).

10Les annotations manuscrites – analogues à celles qu’on voit dans un numéro du Republican revu par Hibbert29 – continuent, et l’auteur-éditeur maintient sa fureur ironique jusqu’à la fin. Même dans les dix pages de corrections imprimées il y a des ajouts à la main30. Hibbert, obstiné, ne renonce pas et goûte son humiliation jusqu’à la lie – avec plus d’une dose de sarcasme, il faut bien l’admettre.

1. Julian Hibbert, Plutarchus, and Theophrastus on Superstition, p. iii.

2. Julian Hibbert, Plutarchus, and Theophrastus on Superstition, « Corrigenda and Addenda », p. [1].

Benjamin Suggitt Nayler

  • 31 Sur Nayler en général et notamment sur sa carrière en Angleterre et en Australie voir Kirsop W., « (...)

11Benjamin Suggitt Nayler (ill. 3) est venu au radicalisme et à la libre-pensée par une voie très différente31. Né à Darlington dans le Nord-Est de l’Angleterre et fils d’un tanneur qui est en même temps prédicateur méthodiste, il n’appartient nullement au milieu social des Hibbert. Son père et son grand-père maternel, George Merryweather, également prédicateur, sont des amis de John Wesley. Benjamin est baptisé dans l’église anglicane de Darlington, et il est élève à Houghton-le-Spring dans une « grammar school » fondée au seizième siècle par le réformateur Bernard Gilpin. Mais à la maison on fait des lectures théologiques sérieuses, et Shakespeare est interdit totalement. Il va sans dire qu’à cette époque Oxford et Cambridge sont hors d’atteinte pour un non-conformiste, et Benjamin va proclamer beaucoup plus tard avec une certaine agressivité qu’il a une culture moderne et non pas gréco-latine.

12Il est probable qu’il entreprend des tâches de comptabilité dans l’affaire de son père, qui fera faillite d’ailleurs en 1819. Ce qui est certain, c’est que vers 1817, c’est-à-dire au moment d’atteindre sa majorité, il quitte Darlington pour se rendre à Londres. Là il se lance dans des études qui vont lui permettre de devenir professeur de diction. Il suit des cours chez la grande actrice Sarah Siddons, chez « Orator » Thelwall, qui a failli être pendu pour ses activités révolutionnaires durant les années 1790, et au Théâtre Coburg, qu’on connaît maintenant sous le nom d’Old Vic. Bref il s’est révolté contre la tradition familiale tout en restant en contact plus ou moins cordial avec ses parents. C’est la première étape, et la moins documentée, d’une vie compliquée.

  • 32 Voir Kuitert L., « B. S. Nayler and the emergence of the remainder trade », Hellinga L., Duke A., (...)
  • 33 Voir, entre autres, Schoneveld C. W., Sea-Changes : Studies in Three Centuries of Anglo-Dutch Cult (...)

13Ensuite il faut distinguer quatre périodes plus ou moins longues passées dans quatre pays différents : les Pays-Bas (1820-1848), l’Angleterre et surtout Londres (1848-1855), le Pays de Galles autour de Haverford West et de Milford Haven (1855-1865), enfin l’Australie (1865-1875). Toutes les quatre sont marquées par une activité d’auteur, de conférencier, de professeur et souvent d’éditeur. Parti pour prendre des vacances à Amsterdam il finit par s’y installer et par s’y marier – en 1824 – avec l’artiste Marie-Elisabeth Liernur. Ensemble ils deviennent Nayler & Co, relieurs, libraires, éditeurs et commissaires-priseurs, à côté d’un engagement constant dans l’enseignement de la langue et de la littérature anglaises. Nayler & Co. sont des pionniers dans la diffusion de livres soldés ou vendus avec des remises importantes32, d’où l’hostilité de la corporation des libraires, qui réussit enfin à chasser le couple d’Amsterdam en 1848. En revanche les Nayler gardent de bons rapports avec plusieurs auteurs, dont des professeurs de l’Université de Leyde. La notoriété de la firme est telle que leur nom est repris au xxie siècle par une maison de La Haye spécialisée dans la vente de livres anglais et américains soldés. La liste des publications entre 1820 et 1848 comprend surtout des titres anglais et néerlandais, mais les langues française et allemande ne sont pas absentes. Benjamin Nayler lui-même figure assez souvent dans son catalogue comme auteur de pamphlets et de monographies substantielles. Pour tout dire c’est un professionnel, à la différence de l’amateur Hibbert, et il connaît très bien le monde de l’imprimerie. Il ne faut pas s’étonner que les études les plus détaillées consacrées à Nayler soient le fait d’auteurs néerlandais, notamment Cornelis W. Schoneveld et ses élèves33.

3. Portrait lithographique de B.S. Nayler par Maria Elisabeth Nayler-Liernur (Stadsarchief Amsterdam)

14À Londres Nayler continue à enseigner et à donner des conférences tout en publiant des livres sur la prononciation de l’anglais et sur la vertu morale de Shakespeare, nouvelle réaction contre sa formation méthodiste. Au Pays de Galles, où il exerce le métier de comptable, il rédige un ouvrage contre le dimanche anglais et chez Trübner en 1864 un texte très curieux – un peu à la manière des dialogues de la Renaissance – qui met en scène un débat sur La Trinité. Comme d’autres personnes qui ont perdu la foi et les certitudes de leur jeunesse, Nayler s’obstine à vouloir se justifier et sortir vainqueur d’une discussion où ses adversaires sont ses parents et son grand-père correspondant de Wesley.

15En Australie – une aventure commencée à un âge très avancé pour l’époque – ce sont de nouveau des conférences, publiées cette fois-ci dans des brochures d’une certaine envergure, un dernier livre sur la langue anglaise et une conversion en 1869 au spiritisme. Entre 1872 et le début de 1875 il dirige un « Spiritualist Lyceum » à Stawell, ville de l’Ouest du Victoria, avant de rentrer à Melbourne pour mourir toujours actif, toujours en train de faire des leçons publiques. Sa dernière publication, une brochure réclamant la création d’une société de libres-penseurs, reste introuvable pour l’instant. De belles obsèques spiritistes sont suivies par Thomas Welton Stanford, frère du fondateur de la grande université californienne, et par des hommes politiques australiens dont l’influence va durer jusque vers 1920. En fin de compte il n’est pas difficile de relier le Siècle des Lumières à un temps qui nous est relativement proche.

16Pendant plus d’un demi-siècle Nayler a affaire à des imprimeurs, et il est évident qu’il les regarde avec de moins en moins d’indulgence. D’une façon paradoxale, c’est parce qu’il écrit avec une certaine indiscipline d’autodidacte qu’on apprend des détails qui sont absents de traités plus savants. À côté d’anecdotes qui racontent les prononciations préférées par la grande Sarah Siddons, on voit signaler les fautes et les inconséquences de certains imprimeurs parmi les plus cotés de l’Angleterre victorienne. On apprend aussi comment Nayler impose sa loi à ceux qui travaillent pour lui dans les deux hémisphères.

  • 34 « Printed by C. A. Spin, for the Author ». Exemplaire consulté : British Library 12981.g.10.
  • 35 Ibid., p. 255-256.

17Déjà dans l’appendice d’un livre publié à Amsterdam en 1822 – A Rhetorical Grammar : wherein the common improprieties in reading and speaking are exposed, and the true sources of elegant pronunciation pointed out, with numerous observations peculiarly applicable to foreigners34 – Nayler aborde le problème de la composition et de la correction de son texte. Il avoue que tout n’est pas parfait. Étant donné que le compositeur ignorait complètement l’anglais et que la correction incombait à l’auteur seul, des erreurs étaient inévitables. Certaines d’entre elles avaient été introduites après la correction des épreuves. Malgré tout Nayler est satisfait, mais il insiste sur le fait que quelques innovations orthographiques sont voulues. Dans l’ensemble il s’étonne de relever une petite plutôt qu’une grosse quantité de fautes35.

  • 36 Amsterdam, Nayler & Co. Exemplaire consulté : Cambridge University Library 8760.c.153.

18L’orthographe deviendra un leitmotiv des écrits professionnels de l’auteur-éditeur. C’est un aspect de l’imprimerie qu’il surveillera de très près. Même dans un livre qu’il publie pour son ex-employé et ami l’écrivain Alberdingk Thijm en 1843 – Over de spelling van de bastaartwoorden in’t Nederduitsch – le thème n’est pas absent36.

  • 37 « Printed by King & Co. 71, High Street, Camden Town, and Published at No. 25, Paternoster Row, Lo (...)

19De retour à Londres il se livre à une critique serrée des défauts d’à peu près tout le monde, y compris les imprimeurs. En 1850 il sort à ses propres frais un écrit anonyme : An Essay on the Science of Pronunciation ; dedicated to Her Majesty, Public-Opinion, the Queen of the World : by an Advocate of Consistency37. Sur la page de titre il note cette fois-ci : « The Press Corrected by the Writer ». Mais il y a surtout une déclaration de l’attitude adoptée. Ce sont la rudesse et la franchise qui l’emportent chez Nayler. Il se sent plus doué pour dire leurs quatre vérités aux gens que pour les flatter :

  • 38 Ibid., page de titre. « Cet essai est rédigé par « un homme simple qui ne mâche pas ses mots » ; e (...)

This Essay is penned by « a plain, blunt, man » an adept at imparting hard, intelligible truths – a novice in the smooth, ambiguous phraseology of adulation ; better versed in censuring palpable errors, than in praising dubious excellences38.

20À l’index on voit l’indication suivante :

  • 39 Ibid., verso du 24e feuillet. « Imprimeurs négligents et bâcleurs (créateurs et diffuseurs d’incon (...)

Careless, Slovenly Printers (the creators and disseminators of inconsistencies and errors) Baldwin – Bentley – Bradbury & Evans – Collins & Co. – Darton, Harvey, and Co. – Davison – Dove – Galabin and Marchant – Houghton – Littlewood & Co. – Luke Hansard and Sons – Maurice – M’Gowan and Son – Nichols – Peirce – Savill – Spottiswoode – Seeley – Shackell and Arrowsmith – Shackell and Baylis – Taylor – R. & A. Taylor – Wilson & Sons – Whittingham – and hundreds more39.

  • 40 « Unobservant, or, Indifferent, or, Negligent Publishers (the abetters and promulgators of errors (...)

21Il y a une liste analogue d’éditeurs pris en flagrant délit d’inconséquences et d’erreurs40. Ce ne sont pas de simples dénonciations générales et non-motivées. Au contraire on a tous les détails, ce qui veut dire qu’il ne saurait être question de les déverser dans ce bref survol.

  • 41 « Twenty years ago, Tegg (the most liberal of Booksellers) took umbrage at my urging him, for his (...)

22Évoquons deux exemples. Dans la partie 175 – les 24 feuillets à double colonne du volume n’ont pas de pagination – Nayler parle de la troisième édition du Printers’Practical Every-day-book de T. S. Houghton, 1843, et il constate qu’il est « replete with Inconsistencies and Errors » qu’il entreprend ensuite de montrer minutieusement. Vers 1830 le libraire d’Amsterdam reproche à Thomas Tegg, grand spécialiste londonien des ouvrages soldés et des éditions bon marché, les 1 000 erreurs d’une de ses productions. L’autre rejette avec indignation le conseil de sortir une impression corrigée41. La rencontre est d’autant plus intéressante que quarante ans plus tard Nayler va fréquenter à Melbourne dans les milieux de libres-penseurs et de spiritistes Edward William Cole (1832-1918), fondateur de la plus grosse librairie du xixe siècle et précurseur génial des « superstores » de nos jours. Il s’agit – faut-il le souligner ? – de marginaux venus d’en dehors de la corporation proprement dite. La mafia des novateurs ? Mais ils n’ont pas tous la manie du texte soigneusement et correctement imprimé.

  • 42 Londres, W. Kent & Co., 1854.
  • 43 « APPENDIX II. On the Spellings of words. » p. 225-232.

23Nayler revient à la charge quatre ans plus tard dans Time and Truth reconciling the moral and religious world to Shakespeare42. Il lui restait un demi-cahier à la fin et en ancien éditeur économe il a décidé de l’utiliser pour présenter ses vues sur l’orthographe. Sans entrer dans le détail – il se contente de renvoyer ses lecteurs à son ouvrage précédent – il dénonce encore une fois les imprimeurs anglais et en premier lieu ceux de Londres, qui sont parmi les plus grands obstacles au progrès43.

  • 44 Cote : *LT 113 F98b.
  • 45 Deux feuillets insérés devant t. 2, XVII.
  • 46 « There is, to me, a striking and lamentable falling off in the appearance of the Work. It has bee (...)

24Durant son séjour au Pays de Galles Nayler a affiché un grand enthousiasme pour l’ethnologue Luke Burke, personnage bien oublié aujourd’hui. Burke a essayé plus d’une fois de lancer des revues, dont la dernière, The Future, a mené une vie fragile entre 1860 et 1862 avant de sombrer comme les autres. Nayler, qui ne vivait pas largement, a prêté de l’argent et offert des conseils. Sa propre collection de The Future subsiste à la Bibliothèque d’État du Victoria44. On y trouve une copie manuscrite d’une lettre qu’il a envoyée à Burke de Milford le 4 mai 186245. Après avoir discuté certains arguments avancés par Burke, Nayler fournit un long post-scriptum sur les défauts du nouvel imprimeur avec sa vivacité et sa minutie habituelles46. Ni les compositeurs ni les pressiers ne sont épargnés. Il va jusqu’à dire qu’il soupçonne Burke lui-même d’être moins troublé par les soixante erreurs qu’il a relevées en seize pages. Exigeant en toutes choses concernant l’imprimerie, il reste fidèle à lui-même.

25Les diverses brochures que Nayler a sorties pendant ses années australiennes montrent bien quels sujets il aimait traiter dans ses conférences. Le ton est souvent polémique et acerbe – l’évêque anglican de Melbourne n’a rien de sensé à dire sur la Création, et du point de vue d’un professeur de diction il le présente d’une façon lamentable, et ainsi de suite. Mais il y a la générosité de son inspiration radicale : contre la peine de mort, pour un dimanche à l’européenne, pour la réforme de l’enseignement, pour les femmes. Vers la fin, il y a des plaidoyers pour le spiritisme. Partout il tient ses imprimeurs en laisse : c’est lui qui corrige les épreuves et c’est lui qui impose ses innovations orthographiques.

  • 47 Melbourne, Evans Brothers, 1869 (diffusé à Londres par Trübner & Co.).
  • 48 P. [vii] (ill. 4).
  • 49 P. [143] (ill. 5).

26Le dernier ouvrage consacré à la langue anglaise, Commonsense Observations […] regarding the English Language47, ne s’écarte pas de la voie suivie jusque-là. Il y a une dédicace à Bosworth, professeur d’Anglo-Saxon à Oxford et ami de longue date, qui révèle combien de matériaux manuscrits ont dû se perdre après la mort de Nayler. Il y a une préface où l’auteur donne libre cours à sa fantaisie48. Il y a une apologie des listes d’errata, et une récitation des états de service grammatical et rhétorique de l’auteur. L’index nous donne quelques notions de l’étendue des sujets traités, mais aussi de la haine nourrie pour Webster. Voici Nayler avec tous ses préjugés et avec ses opinions tranchées. Le voici encore en train d’attaquer les imprimeurs et utilisant à cette fin des analyses tirées de son traité de 1850. Enfin, toujours conscient du fait qu’il ne faut pas gaspiller une demi-feuille, il remplit un appendice de réflexions sur l’art de lire des épreuves et sur la manière dont on surveille un prote. Nayler, qui à 73 ans ne porte jamais de lunettes, est fier de l’acuité de sa vision et finalement assez content du travail de son imprimeur melbournien49. En 1870, il vend aux enchères une bonne partie de sa bibliothèque professionnelle, et des polémiques autour du spiritisme vont occuper la plus grande partie du temps qui lui reste.

27Une conclusion est-elle possible ? Il s’agit peut-être de reconnaître que les expériences des originaux – et il faut classer Hibbert et Nayler dans cette catégorie – sont susceptibles de nous révéler bien des réalités du monde imprimé de la civilisation britannique qui se développe et s’affirme dans les générations qui suivent les guerres napoléoniennes. Contentons-nous donc de cette petite vérité.

4. Préface de B. S. Nayler, Commonsense Observations, p. [vii].

5. B. S. Nayler, Commonsense Observations, p. [143].

Notes

1 Charlottesville, University Press of Virginia.

2 Brève notice non signée dans The Papers of the Bibliographical Society of America, t. 86, 4, décembre 1992, p. 485-486.

3 Oxford, Clarendon Press.

4 Charlottesville, university Press of Virginia.

5 T. 9, 4, hiver 1960, p. 446-451.

6 Voir, entre autres, Pengelly R. S. et West J., « Julian Hibbert, Printer », Notes and Queries, 12e s., 1, 20 mai 1916, p. 410-412.

7 T. 57, p. 623-624.

8 Londres, British Museum, p. 14-15 et ill. 47.

9 New Castle, Delaware, Oak Knoll Press, 1996, p. 132, 135, 137.

10 Myers R., Harris M. et Mandelbrote G. (dir.), The London Book Trade : Topographies of Print in the Metropolis from the Sixteenth Century, New Castle, Delaware et Londres, Oak Knoll Press et The British Library, 2003, p. 153, 163-164.

11 À la page de titre on voit « Printed in uncial letters as a typographical experiment, and published for the sum of three shillings and sixpence in the year 1 827. » Au verso, en guise de colophon, on lit « Printed and Published by Julian Hibbert, No. 1, Fitzroy Place, Kentish Town. »

12 Voir, par exemple, Stower C., The Printer’s Grammar ; or, Introduction to the Art of Printing, Londres, B. Crosby and Co., 1808, p. 84-86 (« Of the Hyphen, or Division ») et Savage W., A Dictionary of the Art of Printing, Londres, Longman, Brown, Green, and Longmans, 1841, p. 197-201 (« Dividing ») et 327 (« Hyphen »).

13 The Book of the Orphic Hymns, p. ii.

14 Ibid., p. xi-xvi. Pour étudier des échantillons du grec de Hibbert, le lecteur est renvoyé aux exemples reproduits par Scholderer et par Bowman.

15 Cote : Winterbottom F28.

16 Cote : Hare : 45 : 153.

17 À la page de titre on a l’indication « Printed A.D. 1828 Price, one Guinea. », et au verso on lit « Printed by Julian Hibbert, No. 1, Fitzroy Place, Kentish Town. »

18 Collection Wallace Kirsop.

19 Cote : 28.462.

20 Cote : Ff.37.202.

21 Cote : R33603.

22 Cote : 524.g.19.

23 Cote : 211/P3.

24 Cote : B.10/8243.

25 Cote : 88P71/XE28.

26 Cote : PA4368/D64/1828.

27 Voir Kirsop W., Manuscrits et imprimés : une cohabitation équivoque, Melbourne, Centre for the Book, Monash University, 2001, p. 7, 10.

28 Voir surtout Plutarchus, p. iii (ill. 1).

29 .. T. 11, 1, 7 janvier 1824. British Library cote : 4016.bb.37.

30 Plutarchus, p. [1] du texte qui suit le 4e appendice (ill. 2).

31 Sur Nayler en général et notamment sur sa carrière en Angleterre et en Australie voir Kirsop W., « Life Before and After Bookselling : The Curious Career of Benjamin Suggitt Nayler », The La Trobe Journal, n° 78, Spring 2006, p. 11-37, et du même, « The Elocutionist and the Lexicographer : Benjamin Suggitt Nayler reads Samuel Johnson », The Johnson Society of Australia Papers, t. 11, août 2009, p. 59-73.

32 Voir Kuitert L., « B. S. Nayler and the emergence of the remainder trade », Hellinga L., Duke A., Harskamp J. et Hermans T. (dir.), The Bookshop of the World : the role of the Low Countries in the book-trade 1473-1941, t Goy-Houten, HES & De Graaf, 2001, p. 277-284.

33 Voir, entre autres, Schoneveld C. W., Sea-Changes : Studies in Three Centuries of Anglo-Dutch Cultural Transmission, Amsterdam-Atlanta, GA, Rodopi, 1996, surtout p. 94-104, 123-163.

34 « Printed by C. A. Spin, for the Author ». Exemplaire consulté : British Library 12981.g.10.

35 Ibid., p. 255-256.

36 Amsterdam, Nayler & Co. Exemplaire consulté : Cambridge University Library 8760.c.153.

37 « Printed by King & Co. 71, High Street, Camden Town, and Published at No. 25, Paternoster Row, London. »

38 Ibid., page de titre. « Cet essai est rédigé par « un homme simple qui ne mâche pas ses mots » ; expert à communiquer des vérités dures et intelligibles – novice dans le langage mielleux et ambigu de la flagornerie ; mieux versé dans la critique d’erreurs manifestes que dans l’éloge de qualités douteuses. »

39 Ibid., verso du 24e feuillet. « Imprimeurs négligents et bâcleurs (créateurs et diffuseurs d’inconséquences et d’erreurs) Baldwin-Bentley […] et des centaines d’autres ».

40 « Unobservant, or, Indifferent, or, Negligent Publishers (the abetters and promulgators of errors and inconsistencies) Baldwin, Cradock & Joy – Baldwin & Cradock – Houghton – Hurst, Chance, and Co. – Longman & Co. – Orr & Co. – Pickering – Punch Office – Smith, Elder, & Co. – Tegg – Walker & Co. – Effingham Wilson – and hundreds more. »

41 « Twenty years ago, Tegg (the most liberal of Booksellers) took umbrage at my urging him, for his Credit’s sake, to suspend the Sale of one of his works, which was disfigured by 1,000 blemishes, to have it corrected, to reprint it, and present it to the world in a creditable state ; and on my insisting that neither He nor any other Publisher had paid due attention to the « Correction of the Press, » he inquired (as I thought somewhat peevishly) If my Critical Eye had discovered a dozen of the so called blemishes in the Diversions of Purley ? » (partie 295).

42 Londres, W. Kent & Co., 1854.

43 « APPENDIX II. On the Spellings of words. » p. 225-232.

44 Cote : *LT 113 F98b.

45 Deux feuillets insérés devant t. 2, XVII.

46 « There is, to me, a striking and lamentable falling off in the appearance of the Work. It has been « set up » by inattentive Compositors, and « printed off » by careless Pressmen. The Type seems halfworn out, and not even clean washed – in short, the Presswork has a general slovenliness stamped upon it throughout ; while the absurdities and inconsistencies in Spelling, far surpass the shortcomings in any preceding Numbers – Writer, Printer, and Publisher, have cause to be ashamed of it ! Luckily, the bad Printing, will not be perceived by One in 100, nor the discreditable Spelling by One in 1 000 ; therefore, I hope, they may not have any unfavorable influence on either the utility or diffusion of the Work. »

47 Melbourne, Evans Brothers, 1869 (diffusé à Londres par Trübner & Co.).

48 P. [vii] (ill. 4).

49 P. [143] (ill. 5).

Table des illustrations

Légende 1. Julian Hibbert, Plutarchus, and Theophrastus on Superstition, p. iii.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 989k
Légende 2. Julian Hibbert, Plutarchus, and Theophrastus on Superstition, « Corrigenda and Addenda », p. [1].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38671/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 818k
Légende 3. Portrait lithographique de B.S. Nayler par Maria Elisabeth Nayler-Liernur (Stadsarchief Amsterdam)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38671/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 4. Préface de B. S. Nayler, Commonsense Observations, p. [vii].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38671/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Légende 5. B. S. Nayler, Commonsense Observations, p. [143].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38671/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540