Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'écrivain et l'imprimeur

 | 
Alain Riffaud

Trois polygraphes face aux libraires à la fin du XVIIIe siècle : Pierre-Joseph Buc’hoz, Nicolas Rétif de la Bretonne et Louise-Félicité de Keralio

Sabine Juratic

Texte intégral

  • 1 Sarrazin V., « L’auteur éditeur de ses œuvres à la fin du xviiie siècle ; aspects légaux et économ (...)
  • 2 Ibid., p. 349. Selon un sondage effectué par V. Sarrazin à partir des annonces commerciales du Jou (...)

1Dans le régime très encadré de la librairie française de l’époque moderne, l’édition d’un ouvrage est rarement le fruit de la seule relation entre un écrivain et un imprimeur, mais résulte le plus souvent des rapports établis entre trois acteurs, l’auteur, le libraire et le typographe, selon un équilibre complexe toujours susceptible d’être transformé par l’introduction de modifications des règles du jeu. La détermination par l’État, à partir de la fin du xviiie siècle, des villes du royaume susceptibles d’accueillir des ateliers typographiques et la fixation du nombre d’imprimeries dans chacune de ces localités avaient ainsi, tout en favorisant une amélioration de l’équipement technique des entreprises subsistantes, contribué à accroître la séparation entre les fonctions d’imprimeur et de libraire. À la fin du xviiie siècle, l’adoption, par plusieurs arrêts du Conseil d’État du 30 août 1777, d’une nouvelle réglementation limitant la durée des privilèges d’édition et reconnaissant aux écrivains des droits perpétuels sur leurs œuvres leur ouvrait la possibilité de prendre eux-mêmes en charge la commercialisation de leurs ouvrages, ce qui jusqu’alors leur était interdit par le monopole des libraires. Désormais « Tout auteur qui obtiendra en son nom le privilège de son ouvrage aura droit de le vendre chez lui, sans qu’il puisse, sous aucun prétexte vendre ou négocier d’autres livres. » Comme l’a montré Véronique Sarrazin dans une étude suggestive, ces dispositions ont encouragé des écrivains à s’engager plus directement qu’auparavant dans le processus d’édition1, mais leurs attitudes se sont différenciées selon les registres d’expression, le domaine des Sciences et celui des Belles-Lettres apparaissant comme les plus touchés par ces pratiques d’auto-publication2.

2Cette étude se propose de revenir sur les effets concrets de l’entrée en vigueur de ces règles plus favorables aux auteurs, à travers la mise en perspective de trois expériences d’écrivains – inégalement connus – cultivant différents centres d’intérêt : la médecine et l’histoire naturelle pour Pierre-Joseph Buc’hoz, l’histoire pour Louise de Keralio, la littérature pour Nicolas Rétif de la Bretonne. Car, en dépit de la variété des genres textuels dans lesquels s’exprime chacun d’entre eux, un certain nombre de traits communs rapproche leurs itinéraires. Tous trois sont des écrivains prolifiques qui n’hésitent pas à se lancer dans des entreprises éditoriales ambitieuses. Leur fort engagement personnel dans l’édition de leurs textes influe sur le contenu et la composition de leurs ouvrages et sur la forme matérielle donnée à leurs publications. Ces auteurs partagent enfin un penchant – voire, dans le cas de Rétif et Buc’hoz, une complaisance certaine – à recourir à l’imprimé pour gloser sur l’histoire de leurs propres livres.

3Une rapide reconstitution bio-bibliographique de leurs différents parcours est nécessaire avant de pouvoir analyser, à travers l’évolution des conditions de publication de leurs ouvrages au cours des deux décennies pré-révolutionnaires, comment se redessinent alors les rapports entre écrivains, typographes et libraires et quelle a pu être l’incidence des changements intervenus à cette époque sur les processus de notoriété et de légitimation de la fonction d’auteur.

Trois écrivains féconds

  • 3 Gilot M., « Buchoz Joseph », Sgard J. (dir.), Dictionnaire des journalistes, notice 129, p. 169-17 (...)
  • 4 Ibid.

4Issus d’horizons géographiques et de milieux sociaux très divers, nos trois auteurs ont pour point commun d’avoir abondamment écrit et publié à Paris dans le dernier tiers du xviiie siècle. Le plus âgé, Pierre-Joseph Buc’hoz, est né en 1731 à Metz, il est fils d’un bourgeois de la ville, Pierre Bughaut, receveur de la commanderie de Malte3. Après des études de droit à l’université de Pont-à-Mousson il est avocat au parlement de Metz, puis, épouse en 1755 la fille du médecin et botaniste Nicolas-François Marquet. Lui-même devient docteur en médecine en 1759 puis médecin ordinaire du roi Stanislas, et choisit de se consacrer, comme son beau-père, à la botanique. Il est nommé agrégé et démonstrateur de botanique au Collège royal des médecins de Nancy, ville où il contribue à l’établissement du Jardin des plantes et où il publie ses premiers ouvrages, en particulier un Traité historique des plantes qui croissent dans la Lorraine et les Trois Evêchés, diffusé par souscription à partir de 1762. Après la mort de Stanislas, il gagne Paris en 1767 avec les titres de médecin de Monsieur et de médecin du comte d’Artois et poursuit dans la capitale une intense activité d’auteur, d’éditeur et de vulgarisateur scientifique en médecine, botanique et minéralogie. Ni les difficultés économiques rencontrées à l’occasion de la publication de certains de ses ouvrages, ni son échec à l’entrée à l’Académie des sciences en 17794, ne semblent entamer sa détermination. Considérable, sa production reste cependant difficile à évaluer exactement tant Buc’hoz est familier des pratiques de réemploi et de recomposition d’images, de textes ou de fragments déjà publiés. Lui-même dresse à plusieurs reprises l’inventaire de ses propres publications et, conscient du caractère exceptionnel de leur nombre, juge nécessaire de s’en justifier dans un avis annexé à une Liste chronologique de ses ouvrages imprimée vers 1787 :

  • 5 Liste chronologique des ouvrages publiés par M. Buc’hoz, s.l.n.d. [c. 1787], p. 64.

On sera peut-être surpris de la quantité d’ouvrages que M. Buc’hoz a mis au jour : mais lorsqu’on réfléchira que c’est le fruit des travaux de son pere, de son beau-pere et des siens ; c’est-à-dire que c’est le résultat de plus de 120 ans d’étude, on ne sera plus étonné de la fécondité de ses productions. Au surplus, quand on renonce à tous les plaisirs de la vie, comme a fait M. Buc’hoz, & lorsqu’on s’occupe continuellement sans relâche, on est capable de surpasser même le vraisemblable5.

  • 6 Dissertation en forme de supplément à toutes les dissertations analytiques publiées par M. Buc’hoz(...)

5Buc’hoz recense à cette date 82 titres représentant quelque 260 volumes, dont 54 in-folio pour la plupart agrémentés de planches gravées. Quelques années plus tard, à l’époque de la Révolution, sa production s’est enrichie de 16 nouveaux titres et réunit 273 volumes, dont 66 in-folio6. Et jusqu’à l’année de son décès, survenu en 1807, le naturaliste continuera à faire régulièrement paraître de nouvelles publications.

  • 7 Sur les aspects professionnels de la biographie de Rétif, voir, dans une bibliographie foisonnante (...)
  • 8 Rétif de la Bretonne N.-E., Œuvres complètes, Genève, Slatkine, 1988, 207 vol., (réimpression en f (...)

6Une telle productivité ne le laisse pas en reste vis-à-vis d’un écrivain comme Rétif de la Bretonne, son exact contemporain, puisque ce dernier, fils d’un marchand laboureur bourguignon, est né en 1734. La trajectoire de Rétif, suffisamment connue pour qu’il ne soit pas nécessaire de s’y attarder longuement, le conduisit, on s’en souvient, à travailler d’abord comme apprenti, puis comme compagnon chez l’imprimeur Fournier à Auxerre avant de venir à Paris en 1755 exercer les mêmes fonctions à l’Imprimerie royale et dans d’autres ateliers typographiques de la capitale7. La publication de son premier opus, La Famille vertueuse, ouvrage assez imposant pour un début puisqu’il compte déjà quatre volumes in-12, marque son entrée en littérature en 1767. Rétif inaugure ainsi une carrière d’écrivain très prolifique puisque pratiquement pas une année ne s’achèvera jusqu’à sa mort en 1806 sans que paraissent un ou plusieurs de ses ouvrages dont quelques-uns tels Le Paysan perverti (1776) ou Les Contemporaines (1780-1785) rencontrent un réel succès. La réimpression en fac-similé de ses œuvres complètes, impressionnante avec ses 207 volumes reliés représentant près de 62 000 p.8, donne la mesure de la générosité de sa plume.

  • 9 Les détails de sa biographie ont été précisés par l’une de ses descendantes Mazel G., « Louise de (...)

7Face à ces deux mastodontes, Louise-Félicité de Keralio, se singularise par son sexe, par son âge – née en 1756, elle appartient à une autre génération –, par son milieu social et par une production imprimée globalement moins importante. Longtemps ignorée comme écrivain avant d’être récemment réhabilitée par les recherches d’historiennes féministes9, elle appartient à une famille de l’aristocratie libérale cultivée puisqu’elle est issue par son père, Louis-Félix de Keralio, de la noblesse militaire bretonne et par sa mère, Marie-Françoise Abeille, d’une famille d’ingénieurs du roi. Avant elle, ses deux parents se sont illustrés dans la carrière des lettres, sa mère comme auteur de plusieurs romans, et son père comme traducteur et comme écrivain spécialiste des pays du Nord. Professeur à l’École militaire, il a prodigué à sa fille une éducation soignée puisqu’elle a appris le latin, l’italien et l’anglais et sait lire le grec. En dépit de l’écart qui paraît séparer Louise de Keralio de Buc’hoz et Rétif, il semble intéressant de confronter son cas à celui de ces deux écrivains, car la jeune femme démarre précocement, et à un rythme soutenu, une activité de traductrice et d’auteur d’ouvrages surtout historiques. Dès 1775, à l’âge de 19 ans, elle fait paraître une traduction de l’Essay sur les moyens de rendre les facultés de l’homme utiles à son bonheur de John Grégory, mais son activité s’intensifie surtout dans la décennie 1780, au cours de laquelle se succèdent ses publications. Elle assure d’abord l’achèvement de la traduction, commencée par Lefèvre de Villebrune, de l’Histoire du grand duché de Toscane sous le gouvernement des Médicis, publiée en neuf volumes in-12 de 1782 à 1784, puis donne le premier tome d’une traduction des Voyages dans les Deux-Siciles, d’Henri Swinburne. À partir de 1786 commencent à paraître ses deux œuvres majeures, une Histoire d’Elisabeth reine d’Angleterre, en cinq volumes in-8°, et les premiers tomes de la Collection des meilleurs ouvrages français, composés par des femmes, prévue en trente-six volumes dont douze seulement verront le jour. Si l’on ajoute à ces titres, la traduction de l’État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force de John Howard parue en 1788, ce sont donc cinq entreprises éditoriales d’envergure, représentant près de trente volumes publiés, auxquelles a été associée ou qu’a entièrement réalisées Louise de Keralio en moins d’une dizaine d’années. Lorsque la Révolution éclate elle met ses forces au service d’une autre forme d’écriture en s’engageant à partir du 13 août 1789 dans la publication d’un périodique, le Journal d’état et du citoyen, puis prend ouvertement fait et cause pour la république après son mariage, en mai 1790, avec le jacobin François Robert, qui sera député à la Convention en 1792. Avant cette période au cours de laquelle son engagement politique prend le dessus sur ses travaux littéraires, l’activité d’écrivain à la fois abondante et multiforme de Louise-Félicité de Keralio, relève, au même titre que celle de Buc’hoz et Rétif, d’un mode d’écriture « polygraphique » assez répandu en leur temps. Une certaine proximité se dessine aussi dans les conditions matérielles de fabrication et de diffusion des ouvrages de ces trois auteurs, car tous ont cherché à s’affranchir de la tutelle des libraires et ont fait usage, selon des modalités différentes, de la liberté concédée par les arrêts de 1777 de commercialiser eux-mêmes leurs œuvres.

Fabriquer et diffuser

  • 10 BnF, ms. fr. 22081 (pièces 188, 188bis, 189), « État des imprimeries de Paris contenant le nombre (...)
  • 11 Archives nationales, (ci-après An) F12 2192 (2), « Visite et état des imprimeries de Paris contena (...)

8Une fois obtenue la permission de publication, deux solutions s’offraient, avant l’entrée en vigueur des arrêts de 1777, à un écrivain qui voulait éditer un de ses textes : soit il se chargeait lui-même de le faire imprimer, mais devait, dans ce cas, traiter avec un libraire pour la mise en vente de l’ouvrage pour son compte, soit il cédait son manuscrit à un libraire mais perdait ensuite tout droit sur l’exploitation du titre. Les dispositions adoptées en 1777 lui offrent une nouvelle possibilité : celle d’assurer lui-même la diffusion de son livre. La reconstitution de la chronologie des publications de nos trois auteurs, les renseignements qu’ils livrent eux-mêmes sur leurs expériences d’édition et les informations que l’on peut tirer d’une série de procès-verbaux de visites d’inspection effectuées dans les imprimeries de Paris au cours des années 1769-177110 et 1786-178811 indiquent que chacun d’eux a fait usage, selon des modalités variées, des diverses solutions qui lui étaient accessibles.

  • 12 Pinault-Sørensen M. et Sørensen B., « Recherches sur un graveur de l’Encyclopédie : Defehrt », Rec (...)
  • 13 Liste chronologique, op. cit., n° 53, p. 40.

9Pierre-Joseph Buc’hoz, par exemple, après la publication de ses deux thèses de médecine en 1758 et 1759, engage une première entreprise d’envergure à Nancy avec l’édition du Traité historique des plantes qui croissent dans la Lorraine et les Trois Evêchés. Son ouvrage, imprimé à Nancy et dédié au roi de Pologne, paraît à partir de 1762. Prévu initialement en vingt volumes, il en comporte dix lorsqu’il est achevé en 1770, et il est illustré de deux cents planches gravées réalisées aux frais de particuliers dont le nom est mentionné au bas de chaque illustration (ill. 1). Le roi de Danemark a ainsi payé la réalisation de dix planches, son ministre, le baron de Bernstoff et le comte de Moltke, chacun deux12 tandis que l’abbé de Besse de la Richardie, chanoine et grand chantre de la cathédrale de Metz, prend en charge la gravure représentant le jardin royal des plantes de Nancy. Le recours au mécénat, technique usuelle de financement des ouvrages richement illustrés, demeurera pour Buc’hoz une pratique courante, au point qu’il dédiera en 1781 chaque planche de l’un de ses recueils de gravures, Les Bouquets de Flore, « aux différents Mécenes, tant vivans que morts, de l’Auteur13 ».

1. Pierre-Joseph Buc’hoz, Traité historique des plantes qui croissent dans la Lorraine & les trois Évêchés, [Nancy], F. Messin, 1762-1770, in-4°, 10 vol. Illustration du tome II, pl. 30, « Tithymale ». Sous chaque planche figurent le nom et, le cas échéant, les armes du mécène qui en a permis la réalisation, ici, Jean Charles François, comte de Lavaulx, baron de Vrécourt, chambellan du roi de Pologne.
(© Bibliothèques-Médiathèques de Metz / Département Patrimoine.)

  • 14 Suite des Lettres sur l’utilité des minéraux dans la société civile.

10La politique d’édition du naturaliste ne se limite pourtant pas seulement à des entreprises de prestige, mais il y associe, surtout après sa venue à Paris, la publication de plusieurs périodiques et de toutes sortes d’autres ouvrages, dictionnaires, traités de médecine, d’histoire naturelle ou d’économie rurale et manuels à vocation pratique, généralement de format plus réduit et beaucoup plus sobres dans leur présentation. Ces différentes opérations le mettent en relation avec plusieurs libraires et imprimeurs de la capitale, comme en témoignent les visites effectuées dans les ateliers parisiens par le syndic et les adjoints de la communauté professionnelle en 1769, 1770 et 1771. La fréquence des mentions du nom de Buc’hoz dans les procès-verbaux d’inspection est révélatrice de la diversité de ses intérêts et des liens multiples qu’il entretient avec certains libraires ou imprimeurs sans que se distingue nettement un interlocuteur attitré. En 1769 par exemple, le libraire Humblot fait imprimer deux des ouvrages du naturaliste, un Manuel des plantes dans l’atelier de Chardon et un Traité sur l’hydropisie chez Quillau. Dans le même temps Durand neveu préside à l’impression de son périodique des Lettres sur les minéraux chez Gueffier. En 1771, Buc’hoz est surtout en relation avec le libraire Jean-Pierre Costard, nouveau venu dans la profession. Celui-ci fait imprimer le Dictionnaire vétérinaire par Ballard et le périodique La Nature considérée sous ses différents aspects14 par Couturier. Au cours de cette première époque, le botaniste ne semble donc en contact avec les imprimeurs que par l’entremise des libraires.

  • 15 Buc’hoz P.-J., Histoire générale du règne végétal, ou Nouveau dictionnaire physique & économique d (...)
  • 16 Bégin E. A., Biographie de la Moselle, Metz, Verronais, 1829, t. I, cité par gilot M., op. cit., p (...)
  • 17 Buc’hoz P.-J., Dissertation sur l’Histoire générale du règne végétal et sur les catastrophes malhe (...)

11Les comptes rendus d’inspection des années 1786-1788 traduisent une évolution : désormais, c’est Buc’hoz lui-même qui fait imprimer ses traités sur la Médecine des animaux et sur la Culture des arbres chez la veuve Valade, et ses Dissertations chez Lambert. Dans l’intervalle sont intervenus plusieurs événements, l’entrée en vigueur de la réglementation de 1777, l’échec de Buc’hoz à l’admission à l’Académie des Sciences, mais surtout la faillite de Costard, qui avait commencé à publier par souscription la monumentale Histoire générale du règne végétal15, prévue en trente-six volumes in-folio dont douze de planches. En laissant à Buc’hoz une dette de 30 000 l. Costard a grandement contribué à le convaincre de « sortir de la dépendance où le tenait les libraires16 » et de faire imprimer lui-même ses ouvrages qu’il vend désormais à son domicile et chez les marchands qui acceptent de les prendre en dépôt17.

  • 18 Coward D., « Rétif de la Bretonne et les droits des auteurs », Études rétiviennes, n° 1, nov. 1985 (...)
  • 19 Baruch D., op. cit., p. 182.

12Grâce à son statut de compagnon imprimeur et aux relations qu’il lui procure dans les milieux du livre et auprès des gens de lettres, Rétif de la Bretonne trouve à ses débuts plusieurs libraires disposés à éditer et diffuser ses ouvrages. Pour son premier titre, il a bénéficié de la caution de la célèbre maison d’édition de la veuve Duchesne, au Temple du goût, avec laquelle il continuera à collaborer. Il traite aussi avec les libraires Humblot, Belin, Mérigot et Delalain, et avec Edme Rapenot, un de ses anciens condisciples de l’atelier de Fournier à Auxerre, ainsi qu’avec les colporteurs Gauguery ou Kolmann18. Comme Buc’hoz, il entre en contact avec Costard en 1770 et se trouve, lui aussi, victime de la faillite de libraire et subit d’autres pertes, notamment lorsque Rapenot, atteint d’aliénation mentale, meurt en 1778 sans avoir honoré ses engagements. À la suite de ces déconvenues, Rétif, pourtant d’abord hostile à cette idée, se résout comme Buc’hoz à faire fabriquer à ses frais et à diffuser lui-même la majeure partie de ses ouvrages. À cet effet, il prend d’ailleurs en location rue Saint-Jacques un local pour entreposer ses livres en 1785-178619.

  • 20 Réetif de la Bretonne N.-E., Mes Inscriptions, Cottin P. (éd.), Paris, Plon, 1889.
  • 21 Ibid., p. 197.
  • 22 « Revue des ouvrages », insérée dans certains exemplaires de La Paysanne pervertie, cité par Cotti (...)
  • 23 AN F12 2192 (2).

13L’écrivain pousse parfois plus loin encore son émancipation en se chargeant lui-même de la fabrication. Selon les notes journalières qu’il enregistre à partir de 178020, il emploie, à cette époque, certaines de ses journées à écrire le matin, à composer l’après-midi, et à relire les épreuves le soir21. À l’en croire, il lui arrive parfois d’écrire directement certains passages de ses livres dans l’imprimerie et il juge que « ces endroits faits à la casse sans copie sont toujours les meilleurs, les mieux écrits, les mieux pensés22 ». Sans explicitement apporter de confirmation à cette assertion, les inspections des années 1786 et 1787 révèlent que l’atelier de Grangé dans lequel s’impriment Les Contemporaines et Les Nuits de Paris pour le compte de l’auteur, n’a pratiquement pas d’autre ouvrage sous presse et emploie un personnel très réduit. Cette observation pourrait accréditer l’idée d’une participation étroite de Rétif au processus d’impression, ce qui ne l’empêche pas de recourir au même moment à d’autres types d’arrangements : en mars 1787 son ouvrage Les Parisiennes, est en cours de fabrication chez Chardon aux frais du libraire Guillot23. Après l’instauration de la liberté d’imprimer, Rétif pousse sa logique d’indépendance à son terme et fait l’acquisition d’une presse en 1790, puis d’une seconde l’année suivante, et du matériel nécessaire pour réaliser ses impressions « à la maison » comme l’indique les pages de titre de certains de ses livres (ill. 2).

2. [Nicolas-Edme Rétif de la Bretonne], Le Drame de la vie ; contenant un homme tout-entier. Pièce en 13 Actes des Ombres et en 10 Pièces régulières. Première partie, Imprimé à Paris, à la maison ; chés la v. Duchêne et Mérigot jeun. Louis libraires, rue St-Severin., 1793, in-8°, 5 vol.
Page de titre du tome un. Si le nom de l’auteur n’apparaît pas sur la page de titre, son identification est amplement assurée par le paratexte : un portrait gravé au frontispice, la liste de ses ouvrages et le prospectus de Monsieur Nicolas en fin de volume. La mention « imprimé à Paris, à la maison » sur la page de titre illustre la symbiose presque parfaite qui s’opère entre l’écrivain et son ouvrage, puisque le livre dans lequel il se met lui-même en scène a été imprimé sur sa propre presse. (© Bibliothèque historique de la ville de Paris).

14Le cas de Louise de Keralio se présente différemment, car, contrairement aux publications des deux auteurs précédents, presque tous ses livres paraissent après 1780. Et, si la plupart de ses traductions sont réalisées pour le compte de libraires, ses propres ouvrages sont d’emblée placés sous le signe de l’auto-édition. La solution qu’elle adopte est cependant originale puisqu’elle emprunte la voie d’une association avec un libraire. En avril 1786, Louise de Keralio constitue en effet une société avec un ancien apprenti de l’imprimeur Cailleau nommé Jean Lagrange, lequel obtient son admission dans la communauté des libraires en décembre de la même année. C’est donc sous la double adresse de Lagrange et de l’auteur que paraissent en 1786, l’ouvrage le plus abouti de Louise de Keralio, l’Histoire d’Elisabeth d’Angleterre (ill. 3) et le premier volume de la Collection des meilleurs ouvrages François, composés par des femmes, collection qu’elle a lancée par souscription. Pour l’impression de ces deux ouvrages les associés mobilisent entre 1786 et 1788 au moins cinq typographes de la capitale, Lambert et Guénard-Demonville pour l’Histoire d’Élisabeth, Couturier, Quillau et Cailleau pour la Collection des meilleurs ouvrages. Mais l’affaire est compromise par la faillite de Lagrange, à la suite de laquelle la société est dissoute le 27 mai 1789. Louise de Keralio, grâce aux garanties apportées par sa famille, accepte alors de se charger des dettes de la société et devient seule propriétaire du fonds, des livres et du matériel. Elle tente même en novembre 1789 de prendre la direction d’une imprimerie mais n’obtient pas l’autorisation du Directeur de la librairie au motif que les veuves d’imprimeur sont les seules femmes habilitées à exploiter un atelier typographique.

  • 24 Tentative vouée à l’échec pour Rétif en 1786 avec son projet du périodique Le Contradicteur. Baruc (...)
  • 25 Baruch D., op. cit, p. 159.
  • 26 Reproductions gravées par N. Thomas : au tome II, « Christine de Pisan présente le livre d’Othea à (...)

15Malgré la diversité de leurs formes, les initiatives d’auto-édition expérimentées par nos trois protagonistes répondent à une volonté commune d’exercer un contrôle intellectuel et formel sur le contenu de leurs ouvrages tout en reprenant en main la maîtrise économique de leurs publications pour en tirer le meilleur parti. Tous utilisent à cet effet des techniques éprouvées. Ils ont recours pour financer leurs publications à des formes de mécénat, institutionnel, familial ou privé par le biais du système des souscriptions. Ils adoptent le principe de publication par livraison périodique et chacun s’est essayé, à un moment ou un autre, au journalisme24. Ils se sont enfin attachés à rendre certains de leurs livres plus attractifs en les agrémentant de gravures. Les grands traités d’histoire naturelle de Buc’hoz se présentent ainsi comme de véritables albums, destinés à une clientèle fortunée et à un public de bibliophiles, dans lesquels le texte occupe une place secondaire par rapport aux planches. Selon le même principe, quoique plus modestement, Rétif introduit à partir de 1777 des estampes dans ses livres à l’occasion de la publication du Quadragénaire. Il systématise ensuite ce dispositif dans les Contemporaines en associant à chaque bref récit une gravure traitant du sujet de l’anecdote rapportée. L’intention est double puisqu’il s’agit à la fois de s’adresser à un public choisi, mais aussi de réduire le risque de contrefaçon25. Si les coûts élevés occasionnés par la présence d’images contraignent Louise de Keralio à faire un usage plus parcimonieux des illustrations, celles-ci ne sont pas absentes de sa Collection et le prospectus spécifie que « pour la rendre plus agréable », chaque volume sera accompagné d’une figure gravée originale, spécialement réalisée pour l’entreprise. Dans les tomes II et III seront ainsi reproduites des peintures tirées des manuscrits de Christine de Pisan conservés à la Bibliothèque royale26.

3. Histoire d’Elisabeth, reine d’Angleterre, tirée des écrits originaux anglois, d’actes, titres, lettres & autres pièces manuscrites qui n’ont pas encore paru, par Mademoiselle de Keralio, Paris, chez l’Auteur et chez Lagrange, libraire, 1786-1788, in-8°, 5 vol. Page de titre du tome trois. La double responsabilité d’auteur et d’éditeur de Louise-Félicité Guinement de Keralio est affirmée sur la page de titre de chaque volume. Celle du tome 3 y ajoute, pour la première fois, la mention de son appartenance à l’Académie d’Arras, dans laquelle la jeune femme est élue membre honoraire le 3 février 1787.
(© Médiathèque Louis Aragon, Le Mans).

  • 27 Liste chronologique, op. cit., p. 37.
  • 28 Cité par Geffroy A., art. cité.
  • 29 Dispositifs reproduits dans Monsieur Nicolas, Testud P. (éd.), op. cit, vol. II, p. 641-889.

16Les trois écrivains se flattent enfin d’assurer une bonne qualité d’impression et une présentation soignée à leurs publications, sans que l’on dispose à cet égard de renseignements très précis sur leurs interventions auprès des imprimeurs. Buc’hoz, dans l’une des listes de ses ouvrages, vante l’édition réalisée dans l’imprimerie de Couret de Villeneuve à Orléans de ses Etrennes du printemps aux herboristes mais ajoute en commentaire qu’une cinquième édition, imprimée depuis sur papier d’Annonay chez la veuve Valade à Paris est encore supérieure « pour la partie typographique27 ». En tête du tome III de sa Collection, Louise de Keralio se plaint a contrario de ce que « la manière incorrecte dont les deux premiers volumes ont été traités par rapport à la partie typographique n’a répondu ni à mes intentions, ni à mes dépenses qui ont été les mêmes que pour une édition très soignée28 ». Rétif de son côté, fort de son savoir typographique et soucieux d’harmoniser la présentation de ses textes et leur contenu, impose aux ouvriers, ou réalise lui-même lorsqu’il imprime chez lui à partir de 1790, des règles orthographiques originales et des dispositifs de composition qui lui sont propres : à la fin de Monsieur Nicolas, dans le chapitre intitulé « Mon calendrier » il fait par exemple varier la taille des caractères des noms de personnes citées, proportionnellement à l’importance que celles-ci occupent dans son panthéon personnel29.

Reconnaissance et réception

  • 30 Mes inscripcions, Cottin P. (éd.), op. cit., p. 319-322.
  • 31 Vente mobiliaire, par M. et Mme de Keralio à Melle Abeille, 2 octobre 1789 (AN, Minutier central, (...)
  • 32 Baruch, D., op. cit., p. 233-240.
  • 33 Gilot M., art. cité.

17En dépit des efforts déployés par nos trois auteurs, leurs aventures éditoriales ont connu des fortunes diverses et plusieurs de leurs entreprises sont restées inachevées. Ainsi en est-il pour la monumentale Histoire générale du règne végétal, qui a coûté à Buc’hoz, après les faillites successives de Costard et du libraire Brunet, repreneur de l’affaire, ses diverses charges de médecin et sa bibliothèque d’histoire naturelle qu’il est obligé de mettre en vente en 1778 et 1781. Si Les Contemporaines ont rencontré le succès, Rétif a enduré lui aussi plusieurs échecs et le bilan comptable qu’il dresse de ses affaires à l’époque de la Révolution ne témoigne pas d’une réussite très brillante : ses pertes une fois défalquées, il estime à moins de 1 000 l. le revenu annuel qu’il a tiré de ses publications en vingt-quatre ans30. Quant à Louise de Keralio, la société qu’elle a conclue pour publier ses ouvrages, loin de l’enrichir, mène sa famille au bord de la ruine en 1789 et contraint son père à procéder à une vente fictive de ses meubles et de ses livres à sa belle-sœur pour les mettre à l’abri de la saisie31. Si les aléas de la Révolution éloignent ensuite la jeune femme de sa vocation d’écrivain, l’accumulation des difficultés ne semble pas avoir découragé Rétif et Buc’hoz qui maintiennent leur cap contre vents et marées jusqu’à leur décès au début du xixe siècle. Alors que sa souscription à Monsieur Nicolas n’a pas rencontré l’écho escompté, Rétif s’astreindra pendant plus de six années à imprimer les 400 exemplaires de son ouvrage sur sa propre presse32. Quant à Buc’hoz, vieillissant et ruiné, il fait encore paraître, l’année même de sa mort en 1807, des ouvrages imprimés aux frais de sa seconde épouse, laquelle, selon ses biographes, n’était autre qu’une « demoiselle qui depuis vingt-cinq ans dessinait et coloriait ses planches33 ». La vie de ces auteurs finit donc par se confondre avec l’histoire de leurs livres, et cette consubstantialité est pleinement assumée par Rétif dans son adresse au lecteur de Monsieur Nicolas : « Je suis un livre vivant : ô mon lecteur, lisez-moi ! ». Cette implication totale et revendiquée des auteurs dans l’édition de leurs livres et l’affichage de leur participation sur les pages de titre ont-ils eu une influence sur la façon dont leurs ouvrages ont été reçus ? Faute de pouvoir se prononcer sur une question aussi précise, force est de constater que l’accueil réservé à leurs publications n’est pas allé de soi, a connu des fluctuations au cours du temps et est loin d’avoir été à la hauteur de leur propre engagement.

  • 34 Geffroy A., art. cité.

18Malgré la reconnaissance dont témoigne l’admission de Louise de Keralio à l’Académie d’Arras en 178734 après la publication de son Histoire d’Elisabeth d’Angleterre, l’écho rencontré par sa Collection des meilleurs ouvrages de femmes semble resté confidentiel en son temps, si l’on admet du moins que le très petit nombre d’exemplaires de ces livres conservés dans les bibliothèques peut être interprété comme un indice de leur faible diffusion. En dépit de leur qualité, ce n’est que très récemment que ses travaux historiques sont sortis de l’oubli.

  • 35 Lanselle R., « Rétif de la Bretonne, ou la folie sous presse. (S’)écrire, (s’)inscrire, (s’)imprim (...)
  • 36 Testud P., Préf. à Rétif de la Bretonne, N.-E., Monsieur Nicolas, op. cit, vol. 1, p. IX.
  • 37 Varloot J., préf. à Rétif de la Bretonne N.-E., Les Nuits de Paris, Varloot J. et Delon M. (éd.), (...)
  • 38 Gilot M., art. cité.
  • 39 Palissot de Montenoy Ch., La Dunciade, chant premier, Œuvres complètes, Paris, L. Collin, 1809, t. (...)

19On observe aussi que les appréciations portées sur Rétif et sur Buc’hoz par leurs contemporains, comme par la postérité, restent fondamentalement ambivalentes et partagées. Dans un article stimulant et un rien provocateur35, Rainier Lanselle relève ainsi l’embarras que trahit à ses yeux le choix des formules utilisées par les éditeurs actuels des œuvres de Rétif pour apprécier la notoriété de l’écrivain. « Rétif de la Bretonne n’a jamais été un inconnu » affirme ainsi Pierre Testud dans la préface à son édition de Monsieur Nicolas36, tandis que Jean Varloot, présentant un recueil d’extraits des Nuits de Paris, considère que l’écrivain « est resté depuis deux siècles un méconnu37 ». Une hésitation analogue est perceptible dans la notice que Michel Gilot consacre à Buc’hoz dans le Dictionnaire des Journalistes « Il semble difficile de dire si l’on doit ou non le considérer comme un savant méconnu38. » Il est vrai que malgré la publicité faite à ses livres dans les périodiques, Buc’hoz est un savant controversé et parfois sévèrement critiqué sur le plan scientifique. Palissot, pourtant lorrain comme lui, se fait vraisemblablement l’interprète d’un jugement assez général sur les travaux du naturaliste, lorsqu’il décrit ce dernier comme un « compilateur infatigable qui a écrit sur toutes les parties de l’histoire naturelle sans y rien comprendre et qui par une espèce de phénomène dont nous ne connaissons pas d’autre exemple, a trouvé le moyen de publier plus de cent volumes et de demeurer inconnu39 ».

  • 40 Gray P. et Kirsop W. « L’art du prospectus : l’écrivain éditeur et son public », Travaux de littér (...)
  • 41 Buc’hoz P.-J., Histoire générale et économique des trois règnes de la nature, Paris, Didot le jeun (...)
  • 42 BnF S. 1403.

20Quoi qu’il en soit, la nécessité de pallier ce déficit de reconnaissance a conduit Rétif et Buc’hoz à développer en leur temps des stratégies de légitimation pour lesquelles, ils ont, encore une fois, privilégié la voie de l’imprimé. L’un et l’autre ont multiplié les paratextes à vocation publicitaire40, sous forme de prospectus, de listes commentées ou de catalogues de titres, et ont même consacré des sections entières de leurs ouvrages à l’histoire de leurs propres livres. La seizième partie de Monsieur Nicolas, est ainsi explicitement intitulée « Mes ouvrages » et retrace l’historique de chacune des publications de l’auteur. Buc’hoz, de son côté, insère, en introduction au premier tome de son Histoire générale et économique des trois règnes de la nature41 publié chez Didot jeune, Durand et Lacombe en 1777, un ensemble d’une soixantaine de pages de pièces liminaires dans lesquelles se trouvent juxtaposés la liste de ses publications, le catalogue des livres de sa bibliothèque, un « Éloge historique » de son beau-père, des « Détails sur la vie de l’auteur » retraçant par le menu ses démêlés avec les libraires et des « Anecdotes » concernant sa naissance. À la fin de sa vie, il utilise, en la détournant de sa fonction usuelle, la forme traditionnelle de la dissertation académique à des fins plus personnelles pour défendre ses intérêts et valoriser ses livres. Un recueil relié de vingt-neuf de ses dissertations, conservé la Bibliothèque nationale42, illustre la variété des écrits qu’il fait imprimer ainsi sous la forme standardisée de cahiers in-folio, vendus à son domicile ou chez les libraires dépositaires de ses livres. Dans ce recueil, les Dissertations en forme de catalogue, en forme de prospectus ou en forme d’extraits des ouvrages de M. Buc’hoz en côtoient d’autres à visée plus revendicative, telle la Dissertation sur les travaux immenses de M. Buc’hoz, Médecin, sur le peu de récompenses qu’il en a reçues, & sur les avantages qui en ont résulté à ses ennemis. La Dissertation sur les différentes anecdotes de M. Buc’hoz, qui en ont fait un vrai homme de douleurs, servant de suite à celle qu’il a publiée sur ses travaux immenses dresse enfin, sur un mode pathétique, le portrait de l’auteur en martyr de la botanique. À travers cet ensemble de textes, le naturaliste édifie une sorte de monument à sa propre gloire, combiné à un plaidoyer pro domo.

21Malgré son caractère un peu artificiel, le rapprochement de ces trois expériences singulières d’écrivains met en valeur plusieurs traits communs et suggère quelques interprétations sur l’évolution de l’équilibre des relations entres auteurs, imprimeurs et libraires à la fin du xviiie siècle. À la lumière des exemples évoqués, il apparaît d’abord que, dans un grand centre d’édition comme Paris, où l’abondance des presses rend plus aisé pour les particuliers le recours aux services de nombreux typographes, les auteurs sont rarement confrontés à un seul imprimeur ou à un seul libraire, mais plus souvent à des imprimeurs et à des libraires. Le développement d’attitudes d’auto-édition que l’on observe à cette époque ne résulte pourtant pas seulement de l’usage des libertés inédites concédées aux écrivains, mais s’inscrit à l’intersection de deux courants convergents d’émancipation : car les aspirations des auteurs à l’indépendance rencontrent celles d’une nouvelle génération de gens du livre, incarnée par des personnages comme Humblot, Costard, ou Brunet, récemment entrés dans le métier, impatients de rivaliser avec les maîtres établis et désireux de se constituer rapidement un fonds et d’élargir l’éventail des ouvrages qu’ils offrent à la vente. Le phénomène est indissociable aussi de l’évolution des horizons d’attente du public, avec l’apparition de nouveaux pôles d’intérêts scientifiques, l’extension des pratiques de bibliophilie, la multiplication des périodiques ou le développement des besoins pédagogiques. Usant davantage de formes hybrides de publication associant textes et images, les ouvrages qui répondent à ces demandes échappent plus facilement au contrôle des libraires et des typographes traditionnels, mais la question de leur statut, lorsqu’ils ne sont pas sanctionnés par une instance de légitimation académique ou par la caution d’un libraire, reste posée. Enfin, il demeure difficile d’interpréter de façon satisfaisante les attitudes d’auteurs aussi prolifiques que Buc’hoz ou Rétif. Si la volonté de mieux bénéficier des retombées économiques des productions de leur esprit constitue à l’évidence la motivation initiale de leur démarche d’auto-édition, leur acharnement à s’exprimer et à se mettre en scène par la voie de l’impression évolue vers une sorte de « logorrhée typographique » qui conserve une part de mystère.

Notes

1 Sarrazin V., « L’auteur éditeur de ses œuvres à la fin du xviiie siècle ; aspects légaux et économiques », Bessire F. (dir.), L’Écrivain éditeur. 1. Du Moyen Âge à la fin du xviiie siècle, Travaux de Littérature, XIV, 2001, p. 335-360.

2 Ibid., p. 349. Selon un sondage effectué par V. Sarrazin à partir des annonces commerciales du Journal de la librairie, 41 % des titres annoncés comme publiés chez l’auteur relevaient de la catégorie bibliographique des Sciences et arts et 30 % de celle des Belles-Lettres, l’Histoire, avec 21 %, occupant la troisième position.

3 Gilot M., « Buchoz Joseph », Sgard J. (dir.), Dictionnaire des journalistes, notice 129, p. 169-170.

4 Ibid.

5 Liste chronologique des ouvrages publiés par M. Buc’hoz, s.l.n.d. [c. 1787], p. 64.

6 Dissertation en forme de supplément à toutes les dissertations analytiques publiées par M. Buc’hoz, 4 p. in folio. (BnF S. 1403 [24]).

7 Sur les aspects professionnels de la biographie de Rétif, voir, dans une bibliographie foisonnante, Rétif de la Bretonne N.-E., Monsieur Nicolas, Testud P. (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1989, 2 vol. ; Baruch D., Nicolas Edme Rétif de la Bretonne, Paris, Fayard, 1996 ; Varry D., « Les deux Nicolas, ou Lecture croisée de témoignages sur le monde de l’imprimerie des Lumières », Études rétiviennes, n° 38, décembre 2006, p. 115-130.

8 Rétif de la Bretonne N.-E., Œuvres complètes, Genève, Slatkine, 1988, 207 vol., (réimpression en fac-similé).

9 Les détails de sa biographie ont été précisés par l’une de ses descendantes Mazel G., « Louise de Keralio et Pierre-François Robert, précurseurs de l’idée républicaine », Bulletin de la Société d’histoire de Paris et de l’Ile de France, 1989, p. 163-237. Son apport littéraire et historique a fait l’objet de plusieurs études : Geffroy A., « Louise de Kéralio, traductrice, éditrice, historienne et journaliste, avant 1 789 », Brouard-Arends I. (dir.), Lectrices d’Ancien Régime, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 103-112. ; Hesse C., « Devenir républicaine. Louise de Keralio-Robert (1758-1822) » (trad. de l’anglais), Pellegrin N. (dir.), Histoire d’historiennes, op. cit., p. 203-221 ; Pellegrin N., « Une traductrice historienne. Louise de Kéralio-Robert et les voyageurs anglais », Fidecaro A., Partzsch H., Van Dijk S. et Cossy V. (dir.), Femmes écrivains à la croisée des langues, 1700-2000, Genève, Métis Presses, 2009, p. 67-90.

10 BnF, ms. fr. 22081 (pièces 188, 188bis, 189), « État des imprimeries de Paris contenant le nombre des ouvrages, apprentis, compagnons, alloués, presses etc..[…].qui se sont trouvés dans les visites qui ont été faites par les inspecteurs de la librairie. »

11 Archives nationales, (ci-après An) F12 2192 (2), « Visite et état des imprimeries de Paris contenant le nombre des ouvrages, apprentis, compagnons, alloués, presses, tant montées que roulantes », six procès-verbaux des 25 avril 1786, 22 novembre 1786, 3 mars 1787, 23 juin 1787, 3 novembre 1787 et 18 février 1788.

12 Pinault-Sørensen M. et Sørensen B., « Recherches sur un graveur de l’Encyclopédie : Defehrt », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, XV, 1993, p. 97-112 [102].

13 Liste chronologique, op. cit., n° 53, p. 40.

14 Suite des Lettres sur l’utilité des minéraux dans la société civile.

15 Buc’hoz P.-J., Histoire générale du règne végétal, ou Nouveau dictionnaire physique & économique de toutes les plantes qui croissent sur la surface du globe, contenant tous leurs noms botaniques et triviaux dans toutes les langues [….] Ouvrage orné de 1 200 planches, gravées en taille-douce […] en 36 vol. in-fol., dont 24 de discours, & 12 de planches, Paris, Costard, puis Brunet, 1772-1781. [seuls les vol. 1-13 de texte et les 12 vol. de planches ont paru].

16 Bégin E. A., Biographie de la Moselle, Metz, Verronais, 1829, t. I, cité par gilot M., op. cit., p. 170.

17 Buc’hoz P.-J., Dissertation sur l’Histoire générale du règne végétal et sur les catastrophes malheureuses de cet ouvrage, Paris, s.d.

18 Coward D., « Rétif de la Bretonne et les droits des auteurs », Études rétiviennes, n° 1, nov. 1985, p. 3-7.

19 Baruch D., op. cit., p. 182.

20 Réetif de la Bretonne N.-E., Mes Inscriptions, Cottin P. (éd.), Paris, Plon, 1889.

21 Ibid., p. 197.

22 « Revue des ouvrages », insérée dans certains exemplaires de La Paysanne pervertie, cité par Cottin P., préface à l’édition de Mes Inscriptions, op. cit., p. XIX.

23 AN F12 2192 (2).

24 Tentative vouée à l’échec pour Rétif en 1786 avec son projet du périodique Le Contradicteur. Baruch D., op. cit., p. 205.

25 Baruch D., op. cit, p. 159.

26 Reproductions gravées par N. Thomas : au tome II, « Christine de Pisan présente le livre d’Othea à Louis duc d’Orléans, fils de Charles V » ; au tome III « Christine de Pisan voit en songe la Raison, la Droiture et la Justice qui lui enseignent à bâtir la Cité des Dames ».

27 Liste chronologique, op. cit., p. 37.

28 Cité par Geffroy A., art. cité.

29 Dispositifs reproduits dans Monsieur Nicolas, Testud P. (éd.), op. cit, vol. II, p. 641-889.

30 Mes inscripcions, Cottin P. (éd.), op. cit., p. 319-322.

31 Vente mobiliaire, par M. et Mme de Keralio à Melle Abeille, 2 octobre 1789 (AN, Minutier central, étude X/784).

32 Baruch, D., op. cit., p. 233-240.

33 Gilot M., art. cité.

34 Geffroy A., art. cité.

35 Lanselle R., « Rétif de la Bretonne, ou la folie sous presse. (S’)écrire, (s’)inscrire, (s’)imprimer », Essaim, n° 16, 2006/1, p. 65-87.

36 Testud P., Préf. à Rétif de la Bretonne, N.-E., Monsieur Nicolas, op. cit, vol. 1, p. IX.

37 Varloot J., préf. à Rétif de la Bretonne N.-E., Les Nuits de Paris, Varloot J. et Delon M. (éd.), Paris, Gallimard, « Folio », 1986, p. 7.

38 Gilot M., art. cité.

39 Palissot de Montenoy Ch., La Dunciade, chant premier, Œuvres complètes, Paris, L. Collin, 1809, t. I, p. 325.

40 Gray P. et Kirsop W. « L’art du prospectus : l’écrivain éditeur et son public », Travaux de littérature, XIV, 2001, p. 361-374.

41 Buc’hoz P.-J., Histoire générale et économique des trois règnes de la nature, Paris, Didot le jeune, Durand, Lacombe ; Amsterdam, M. M. Rey, 1777.

42 BnF S. 1403.

Table des illustrations

Légende 1. Pierre-Joseph Buc’hoz, Traité historique des plantes qui croissent dans la Lorraine & les trois Évêchés, [Nancy], F. Messin, 1762-1770, in-4°, 10 vol. Illustration du tome II, pl. 30, « Tithymale ». Sous chaque planche figurent le nom et, le cas échéant, les armes du mécène qui en a permis la réalisation, ici, Jean Charles François, comte de Lavaulx, baron de Vrécourt, chambellan du roi de Pologne.(© Bibliothèques-Médiathèques de Metz / Département Patrimoine.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Légende 2. [Nicolas-Edme Rétif de la Bretonne], Le Drame de la vie ; contenant un homme tout-entier. Pièce en 13 Actes des Ombres et en 10 Pièces régulières. Première partie, Imprimé à Paris, à la maison ; chés la v. Duchêne et Mérigot jeun. Louis libraires, rue St-Severin., 1793, in-8°, 5 vol.Page de titre du tome un. Si le nom de l’auteur n’apparaît pas sur la page de titre, son identification est amplement assurée par le paratexte : un portrait gravé au frontispice, la liste de ses ouvrages et le prospectus de Monsieur Nicolas en fin de volume. La mention « imprimé à Paris, à la maison » sur la page de titre illustre la symbiose presque parfaite qui s’opère entre l’écrivain et son ouvrage, puisque le livre dans lequel il se met lui-même en scène a été imprimé sur sa propre presse. (© Bibliothèque historique de la ville de Paris).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38669/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 850k
Légende 3. Histoire d’Elisabeth, reine d’Angleterre, tirée des écrits originaux anglois, d’actes, titres, lettres & autres pièces manuscrites qui n’ont pas encore paru, par Mademoiselle de Keralio, Paris, chez l’Auteur et chez Lagrange, libraire, 1786-1788, in-8°, 5 vol. Page de titre du tome trois. La double responsabilité d’auteur et d’éditeur de Louise-Félicité Guinement de Keralio est affirmée sur la page de titre de chaque volume. Celle du tome 3 y ajoute, pour la première fois, la mention de son appartenance à l’Académie d’Arras, dans laquelle la jeune femme est élue membre honoraire le 3 février 1787.(© Médiathèque Louis Aragon, Le Mans).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38669/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 778k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540