Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L'écrivain et l'imprimeur

 | 
Alain Riffaud

Une collaboration à distance : Jean-Jacques Rousseau et Marc-Michel Rey

Dominique Varry

Texto completo

  • 1 Furno M. dir., Qui écrit ? Figures de l’auteur et des co-élaborateurs du texte xve-xviiie siècle, (...)
  • 2 Vercruysse J., « Marc-Michel Rey, libraire des Lumières », Histoire de l’édition française. Tome I (...)
  • 3 Poulain M., « Lo scrittore, l’editore, il censore, il lettore : saggio sui paratesti della Nouvell (...)
  • 4 Leigh R. A. dir., Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, Genève, Institut et Musée Volt (...)
  • 5 Pour des raisons de commodité, nous ne donnons que les numéros des lettres citées. On les retrouve (...)

1Comment travaillaient ensemble un auteur et son imprimeur-libraire au siècle des Lumières ? Les rares contrats d’édition conservés ne nous le disent pas. Les quelques traités d’imprimerie du temps n’en soufflent mot. Les auteurs sont en général peu diserts sur le sujet. Dans la grande majorité des cas, quand les deux partenaires vivaient dans la même ville, leurs échanges et arrangements se faisaient oralement, et ne laissaient pas de traces. Pourtant, ces « co-élaborations » du texte, pour citer Martine Furno1, interrogent l’historien, toujours embarrassé pour répondre, de façon de plus en plus lancinante. L’étude de la collaboration de deux genevois exilés, Jean-Jacques Rousseau et Marc-Michel Rey, nous permet d’apporter quelques éléments au débat. On ne présente pas Jean-Jacques Rousseau. Quant à Marc-Michel Rey (1720-1780), même s’il n’a pas encore livré tous ses secrets, il est en particulier connu par les travaux de Jeroom Vercruysse2. Nous avons choisi d’évoquer ici, grâce à leurs échanges épistolaires, la façon dont l’hôte de Montmorency et le libraire d’Amsterdam, ont œuvré dans les années 17601762 à la publication de La Nouvelle Héloïse, de L’Émile, et du Contrat social. Si d’autres ont déjà interrogé la collaboration auteur-libraire à propos de certains de ces textes3, nous demeurons persuadé qu’un examen systématique de la correspondance de Rousseau avec les libraires de son temps, et tout particulièrement avec Rey, est de nature à nous apprendre beaucoup sur la façon dont un auteur et son imprimeur-libraire pouvaient travailler ensemble. L’étude de la collaboration entre Rousseau et Marc-Michel Rey est rendue possible par la publication de la monumentale Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau éditée sous la direction de Ralph Alexander Leigh (1915-1987), Fellow du Trinity College de Cambridge4. C’est elle qui constitue la source principale de cette communication5. Après avoir montré comment circulaient lettres et épreuves, leur étude révélera un auteur très interventionniste, et quelques pratiques des ateliers du temps. Effaçons-nous donc devant ce dialogue des deux partenaires.

Les échanges épistolaires

  • 6 Lettre 935.
  • 7 Lettre 953.

2Entre un auteur séjournant à Paris ou à Montmorency et son libraire établi à Amsterdam, le lien le plus courant et le plus pratique à l’époque était celui du courrier. Mais plutôt que de confier toutes leurs lettres à la poste, ils usaient de canaux officiels peut-être plus rapides mais certainement plus sécurisés. Pour La Nouvelle Héloïse, Marc-Michel Rey prit l’initiative de demander à Malesherbes, Directeur de la Librairie, de bien vouloir servir de boîte aux lettres pour sa correspondance avec Rousseau. Dans une missive du 1er février 17606, il en prévenait Rousseau : « […] Je vous ay mandé par le Canal de Mr de Malesherbes qu’il a accepté ma proposition ce qui me fait beaucoup de plaisir […] ». De Montmorency, Rousseau remerciait d’ailleurs Malesherbes pour cet arrangement le 6 mars 17607 :

[…] Je n’ai donc point été surpris de la permission que vous avez donnée à M. Rey mon libraire de vous adressez les épreuves du fade recueil qu’enfin je fais imprimer ; je suis même tout disposé à croire et à m’en glorifier, que cette grace est plus accordée à moi qu’à lui. […] Les épreuves lües, refermées à mon adresse, et mises à la poste me parviendront exactement. Si les pacquests étoient fort gros, nous avons un Messager qui va quatre fois la semaine à Paris, et dont l’entrepos est à l’hôtel de Grammont, rue St Germain l’Auxerrois : tous les pacquets qu’on y porte à mon addresse me parviennent fidellement aussi, et même quelquefois plustot que par la poste, parce que le Messager retourne le même jour. Recevez, Monsieur, avec mes très humbles excuses les assurances de ma reconnoissance et de mon profond respect. JJ Rousseau.

  • 8 Lettre 956.

3Pour sa part, Malesherbes répondait, le 10 mars 17608 :

C’est un bien médiocre service à vous rendre, Monsieur, que de vous faire remettre les feuilles de votre ouvrage qui vous sont envoyés de Hollande. Il n’y a aucun homme de lettres un peu connu à qui je ne procure la même facilité et j’aurois désiré d’avoir des occasions plus importantes de vous marquer tout le cas que je fais de vous.
Ce service tel qu’il est ne m’est aucunement onéreux, mes lettres m’arrivent franches de port, ainsi vous ne devés avoir sur cela aucun scrupule. Vous n’en devés pas avoir d’avantage sur le tort que cela pourroit faire à la ferme des postes. Dans le département que j’ay, ce n’est point abuser de la franchise ni du contre seing que de m’en servir pour les paquets des gens de lettres. Je vous feray remettre le plus promptement que je pourray ceux qui m’arriveront à votre adresse. […]

  • 9 Lettre 988.

4Au-delà du caractère pratique de cet arrangement, on remarquera qu’il faisait potentiellement de Malesherbes le premier lecteur des épreuves d’un ouvrage pour lequel il aurait ultérieurement à accorder une autorisation de diffusion dans le royaume. De fait, Malesherbes n’eut guère le loisir que de lire quelques feuilles de loin en loin, car les pesanteurs de sa charge et les rythmes soutenus des allers-retours d’épreuves ne lui permirent pas de lire l’ouvrage en totalité. Davantage qu’un artifice de censure préalable on doit voir dans cet « arrangement » une aide autant matérielle que pécuniaire à l’auteur et au libraire. On soulignera aussi que l’opération fut surtout un travail supplémentaire pour les commis du Directeur de la Librairie. Il arriva d’ailleurs que certains courriers se perdissent, ce qui ralentit et les échanges épistolaires menés sur un rythme régulier et soutenu, à flux tendu, et le travail de l’imprimeur, comme Rey l’écrivait à Rousseau le 15 mai 17609 :

[…] La perte d’un courier nous fait perdre 3 à 4 jours, qu’il est impossible de remplacer où de gagner, je prendrai la Liberté d’ecrire à Monsieur De Malesherbes qu’il donne ses ordres pour que les feuilles vous soyent envoyées Sans renvoy où sens delay, par le prejudice que cela m’occasionne […] Vous me dites avoir fait partir le 8 L’épreuve H avec la bonne feuille D. Ce pacquet ne m’est point parvenu et je n’ai rien receu de tout l’ordinaire dernier […]

5Pour L’Émile comme pour le Contrat social, ouvrage dont Malesherbes devait d’ailleurs interdire l’entrée en France après avoir lu l’exemplaire que Rey lui avait envoyé, l’auteur et son libraire choisirent une voie plus discrète : le courrier diplomatique de l’ambassade de Hollande à Paris. La correspondance Rey-Rousseau passait alors par le truchement de Monsieur Duvoisin, chapelain de cette ambassade, résidant rue Jacob. Jean-Jacques Duvoisin, natif d’Yverdon, fut pasteur de l’église wallonne de Bois-le-Duc du 4 avril 1740 au 5 avril 1759, date à laquelle il fut nommé second chapelain à Paris par les États-Généraux de Hollande. Il devait recevoir le titre de chapelain perpétuel de l’ambassade le 11 février 1768. Marié en premières noces à Marie-Françoise Le Fauconnier, originaire de Caen, dont il eut une fille en 1764, il est aussi connu pour avoir épousé, le 25 février 1767, Anne fille de Jean Calas.

L’auteur Rousseau : un éternel insatisfait

  • 10 Lettre 945.
  • 11 Lettre 952.

6Avec un auteur résidant à Montmorency et un libraire installé à Amsterdam, les plus petits détails de la fabrication des ouvrages devaient être discutés par lettres. À travers ces courriers, Rouseau se révèle comme un auteur extrêmement exigeant, rarement satisfait, et, avouons-le, assez exaspérant. Le 28 février 176010, Rey lui adressait « […] un echantillon du Caractere, forme, que j’ay pris pour L’Impression de votre ouvrage [La Nouvelle Héloïse], afin de pouvoir faire 6 parties a peu près égales, aussi tot votre réponse receüe, l’on y travaillera […] ». Le 6 mars11, Rousseau répondait longuement. S’il donnait son aval au choix des caractères, il critiquait le format choisi et la qualité du papier, puis exigeait un changement de titre courant, tout en essayant déjà d’extorquer un tirage de tête non prévu par le libraire :

  • 12 Leigh souligne, à propos de ces demandes concernant le titre courant, que Rey n’a satisfait qu’à l (...)

J’ai receu, Monsieur, avec vôtre lettre du 28 fevr l’échantillon du caractère et formât que vous avez choisi. Le caractère est fort bien ; je pense que vous prendrez le petitromain pour les notes, afin qu’elles soient lisibles. Le format me paroit trop étroit pour sa longueur ou trop long pour sa largeur. À moins qu’il n’y ait à cela des proportions fixes, ce que je ne sais pas, je crois que vous en pouvez prendre une plus élégante. Je ne sais si le papier de l’échantillon est celui que vous comptez employer ; il me paroit assés vilain. Au reste ; faites pour le mieux ; je vous laisse le maître de tout ; mais j’espère que vous voudrez bien me faire tirer quelques exemplaires en beau papier. Le titre courant des pages ne doit point être Lettres de deux Amans &c. mais La nouvelle Héloïse. C’est aussi le titre qu’il faut substituer à celui de la seconde partie et des suivantes12 […]

  • 13 Lettre 1037.

7Le 29 juin 176013, Rousseau intervenait à nouveau fermement sur la mise en page, insatisfaisante à ses yeux :

J’ai receu hier au soir avec vôtre lettre du 22e les feuilles C et D du T. 2 l’épreuve ci-jointe et le modèle du titre. Je le trouve trop confus, et je crois qu’on y peut remedier en plusieurs manières. 1. Il y a trop de lettres capitales ; ces mots, habitans d’une petite Ville au pied des Alpes seront mieux en caractère Romain et ceux-ci, recueillies et publiées, en caractére italique. 2. Vous avez laissé une place immense pour la vignette ; il ne faut point de vignette, l’épigraphe même entre deux petits fleurons doit en tenir lieu. 3. Je suis d’avis que le titre se partage et qu’il y en ait deux au lieu d’un. Le prémier n’aura que ces mots. Julie ou la nouvelle Héloïse. Prémiére partie. Le second titre comprendra le reste. En un mot, il faut absolument trouver quelque expédient pour que le titre Simple ou double contienne tout ce que j’y ai mis, et pourtant qu’il ne soit pas confus. […]

  • 14 Lettre 1648.
  • 15 Lettre 1661.
  • 16 Lettre 967.
  • 17 Lettre 969.

8Rousseau se révèlait également très pointilleux sur le choix des réglets choisis par Rey. Lors de l’impression du Contrat social, le 23 janvier 176214, Rousseau écrivait : « […] Je n’aime pas ces reglets en fleurons dont vous avez séparé le texte des notes ; l’œil les confond avec des lignes d’écriture ; un reglet tout uni vaudrait beaucoup mieux […] ». Ce à quoi Rey répondait penaud le 1er février suivant15 : « […] Je verrai de changer les reglets entre le texte & les notes […] ». Rousseau était tout aussi exigeant pour ce qui avait trait aux vignettes des pages de titre. Les échanges à ce sujet furent nombreux. On sait ainsi que si la première édition du Contrat social comporte trois états et deux pages de titre, c’est parce que la vignette de la Justice debout les yeux bandés ne plaisait pas à Rousseau que certains exemplaires se virent ornés d’une autre gravure : la Liberté assise. Ce dernier, n’hésitait pas à exiger, pour sa collection, un exemplaire de toutes les vignettes et gravures utilisées dans ses ouvrages. Pour sa part, Rey tenait beaucoup aux vignettes des pages de titre, ainsi qu’en témoigne cet extrait d’une lettre du 7 avril 176016 : « […] Je désirerois mettre des vignettes aux titres, voulez-vous m’en donner les sujets ? […] ». Ce faisant, il s’attirait une longue réponse, en date du 17 avril17, dans laquelle Rousseau faisait part de ses exigences :

[…] Vôtre projet de vignettes ne me rit pas trop. Les vignettes aux titres des livres rendent ces titres confus, et c’est ce qui arrivera infailliblement à la premiére partie dont le titre est un peu chargé. D’ailleurs il faudroit trouver des sujets rélatifs au caractère de l’ouvrage et c’est ce qui n’est point aisé. Il faudroit que les figures fussent élégantes et légères, et c’est ce que la vignette du discours sur l’inégalité ne me laisse espérer ni de vos dessinateurs ni de vos graveurs. En général les figures, et surtout celles qui demandent de l’expression sont très difficiles à rendre dans des vignettes parce que l’espace est trop petit. Dans un recueil tel que le nôtre des vignettes maussades gâteroient tout. C’étoient des estampes qu’il nous faloit ; tous les sujets en étoient piquans, elles auroient été charmantes ; c’eût été peu être le plus agréable recueil d’estampes qu’on eut fait en ce siécle, et je suis très sûr qu’elles seules eussent fait la fortune du livre. Au reste, comme excepté la pre [tildé] partie les titres des autres laisseront beaucoup de blanc, si vous y voulez mettre des vignettes envoyez m’en des épreuves, je vous dirai mon avis. Bonjour, Monsieur, je vous embrasse.

  • 18 Lettres 971 et 973.
  • 19 Lettre 1706.
  • 20 Lettre 1719.

9Après avoir déjà bataillé contre les vignettes destinées à La Nouvelle Héloïse, et en particulier contre le projet de Rey de mettre au titre une reproduction de son cachet18 à la devise « Vitam Impendere Vero », Rousseau récidivait pour les ouvrages suivants. A la suite de longs échanges, Rey écrivait le 10 mars 176219 : « Je suis mortifié mon cher Rousseau que la vignette vous plaise si peu, pour en faire usage je fait mettre un fau titre ou il y aura du Contrat Social & le grand titre ne tiendra que le Surplus rangés comme vous me l’avez indiqué […]. » Ce à quoi Rousseau répondait le 2520 : « […] Puisque vous avez fait faire une nouvelle vignette vous m’obligerez de m’en envoyer une épreuve à part pour la mettre dans mon porte-feuille […]. »

  • 21 Lettre 984.

10La qualité de la composition, examinée lors de la correction des épeuves, et celle du papier constituait d’autres sujets de récriminations de la part de l’auteur… alors que le libraire reprochait parfois à ce dernier d’avoir laissé passer des fautes grossières ! Il semble d’ailleurs qu’il y ait eu de la part de chacun des deux protagonistes une certaine méconnaissance des symboles de correction typographique en usage dans le pays du partenaire, d’où des erreurs fâcheuses ! Le 11 mai 176021, Rousseau se lamentait :

Vous m’envoyez des epreuves pleines de fautes horribles, sur du papier qui boit si fort qu’on n’y sauroit écrire ; cela n’est-il pas désolant ? Précisément cela tombe sur la feuille G qui avec la suivante est celle de tout l’ouvrage dont la correction importe le plus. J’ai fait ce que j’ai pu pour rendre mes corrections claires ; mais je sens qu’il faut bien de l’attention et de la bonne volonté pour les trouver telles. Je vous supplie instamment qu’on y veille avec le plus grand soin, surtout pour ces deux feuilles ou independamment des fautes, je suis forcé de faire beaucoup de changemens. S’il y a quelque chose sur quoi vous restiez en doute, renvoyez plustot une seconde épreuve ; car quoiqu’il arrive il faut que ces deux feuilles soient correctes, et il faut s’il vous plait, vous résoudre à y faire autant de cartons qu’il y restera de fautes […]

  • 22 Lettre 993.

11Ce à quoi Rey rétorquait le 19 mai22 :

J’ai fait de mon mieux pour suivre exactement vos corrections, Si malgré mes soins il en reste quelqu’une ne les attribuez pas au manque de vigilance mais à l’impossibilité, si j’ose me servir du terme, d’etre parfait, malgré vos corrections il vous en echape a vous-même que je corrige quand j’ay le bonheur de les voir, en relisant l’epreuve faite sur la votre, dans les 3 feuilles que je vous ay adressée il y en a 3, si vous etiez persuadé que je fait mon possible pour l’exactitude de cet ouvrage vous me pardonneriez facilement les fautes qui m’échape. Dorenavant les epreuves seront faites Sur du papier qui ne boira pas, je donnerai toute mon attention a la feuille G, que vous m’avez renvoyé afin qu’elle soit conforme a vos corrections, quoi que vos marques ne soye pas precisement celles qui sont en usage ici, je crois vous comprendre et j’espere que tout ira bien […]

  • 23 Lettre 1101.

12Les bonnes résolutions du libraire amstellodamois n’empêchaient pas son auteur de continuer à déplorer les fautes dans des courriers ultérieurs, dont cette lettre du 14 septembre 176023, dans laquelle il posait la question d’éventuels errata :

Vos bonnes feuilles sont pleines de fautes enormes dont plusieurs font des contresens qui me désolent, et ce qu’il y a de plus étonnant c’est que je suis sur que plusieurs de ces fautes n’étoient point dans les épreuves. Je juge qu’on les aura faites en remaniant. Quelque ridicule qu’il soit de mettre un errata dans un Roman, je vois avec bien du chagrin que nous ne pourrons nous en passer dans celui-ci. Comme cet errata sera fort ample je pense que nous pourrions le mettre à la tête du tome 3. pour le grossir toujours d’autant. Qu’en pensez-vous ? […]

  • 24 Lettre 999.

13Il est enfin un paramètre qui préoccupait les deux partenaires : celui du temps et des délais qu’il importait de raccourcir au maximum dans leur intérêt commun. L’immobilisation des formes le temps du voyage aller-retour entre Amsterdam et Montmorency était un handicap qu’il fallait limiter, ce qui obligeait Rousseau à une lecture très rapide, dont il se plaignait à son libraire le 9 mai 176024 :

[…] Il n’est pas étonnant qu’il m’échappe des fautes ; car pour les corriger il faudroit relire plusieurs fois l’épreuve à tête reposée, et à peine ai-je le tems de la bien lire une [sic] ; surtout celle qui m’arrive le samedi, et quand il faut vous écrire. Quoi qu’il en soit, j’aime mieux que vous laissiez mes fautes, que de faire des corrections qui ne soient pas sur le MS, parce qu’il vous est impossible de distinguer surement les fautes qui m’échapent de celles que je veux laisser […]

  • 25 Lettre 993.

14De son côté, Rey rappelait bien, le 19 mai 176025, que tout retard dans l’acheminement des épreuves corrigées pouvait faire chômer les compositeurs et les pressiers :

[…] Je vous remercie de l’attention que vous avez de ne point retarder les epreuves, tout est rangé ici qu’on attend la feuille au jour qu’elle doit etre de retour & si elle n’arrive pas les ouvriers sont a ne rien faire, au moins les pressiers, outre qu’il ne sera pas possible de regagner le tems que ce renvoy nous aura fait perdre […]

  • 26 Lettre 1003.

15Comme tous les auteurs, Rousseau était pressé de voir se terminer la fabrication de ses livres, afin qu’ils fussent mis sur le marché à une période favorable, et prennent de vitesse les éventuels contrefacteurs. C’est la raison pour laquelle, il pressait le 28 mai 176026 Rey de hâter la parution de La Nouvelle Héloïse :

[…] Je ne dois cependant pas vous cacher qu’il vous importeroit plus que vous ne pensez d’achever promptement et de distribuer avant l’hiver ; car outre que la réputation de ce recueil commence à chanceler et qu’on n’en voudra plus s’il tarde à paroître ; Je sais qu’il doit paroitre durant l’hivers des nouveautés capables d’absorber l’attention du public. Je vous conseille de faire tous vos efforts pour les prévenir. C’est la derniére fois que je vous en parlerai. Adieu.
J’ai eu beau sécher le papier avec le plus grand soin. Il boit toujours.

  • 27 Lettre 1100.

16Si Rousseau pressait Rey d’aboutir au plus vite, ce dernier était dans les mêmes dispositions, mais pour des raisons similaires et par crainte des aléas climatiques. Avec le gel des canaux, l’hiver risquait d’empêcher l’acheminement des ouvrages nouvellement imprimés vers leur clientèle française. Ainsi, le 12 septembre 176027, Rey se faisait-il l’écho de ses craintes :

J’avois fait mon Compte mon Cher de finir votre ouvrage avec le mois d’8bre prochain, je commence a douter qu’il le Soit par les diferents contretems qui sont arrivé, il ne nous reste que 7 semaines, & il y a près d’un tome & demi à Composer, & deux à tirer, ce contre tems me fait une peine infinie a cause de l’hyver & Si malheureusement les exemplaires que je dois envoyer à Paris etoient arrêtés par les glaces ce Seroit pour moi un malheur irreparable, vous pouvez etre persuadé que nous ferons tous nos éforts pour ne point perdre de tems, faite de votre mieux pr n’etre point retardé & j’espere que l’hyver ne viendra pas Si tot. […]

  • 28 Lettre 1739.

17C’est à l’occasion de la parution du Contrat social, que Rey nous informait le 12 avril 176228 de la durée d’acheminement entre Amsterdam et Paris, soit environ trois semaines :

[…] Les Contract Social partent demain par Dunkerque, si le navire n’a pas de malheur dans la Route, il y sera entre cy & la 8ne, il n’en faut que 15 de Dunkerque à Paris ; ainsi que les balles peuvent y etre les premiers jours de May […]

Le travail et les pratiques d’atelier

  • 29 Varry D., « Les deux Nicolas, ou Lecture croisée de témoignages sur le monde de l’imprimerie des L (...)

18La correspondance Rey-Rousseau est également précieuse en ce qu’au-delà de ce cas précis elle apporte des informations rares sur la marche des ateliers d’imprimerie de l’époque artisanale. Nombre de lettres révèlent, au détour d’une phrase, des détails en apparence insignifiants, mais utiles à l’historien du livre en ce qu’ils précisent et complètent ce que ses sources essentielles, les manuels d’imprimerie de l’époque, les articles de l’Encyclopédie, voire les rares témoignages autobiographiques d’imprimeurs-libraires29 ne disent pas.

  • 30 Grâce à Jeroom Vercruysse, nous savons que Rey se fournissait en caractères chez Enschedé à Haarle (...)
  • 31 Lettre 935.

19Une première information intéressante a trait, comme nous venons de le signaler, aux conditions météorologiques, qui pouvaient retarder voire empêcher l’approvisionnement des imprimeries en matières premières30 comme l’envoi et la livraison des ouvrages imprimés. Rey évoque ainsi à plusieurs reprises le gel et le dégel des canaux. Ainsi, le 1er février 176031 écrivait-il à Rousseau :

[…] nos Caneaux sont encore fermez & il n’y a pas en ville de papier tel qu’il me le faut pr son Impression, il faut donc que j’attende que les Glaces nous laisse la navigation libre pour pouvoir en recevoir, j’espere que cela ne tardera pas, en attendant je vay me ranger avec l’Imprimeur […].

  • 32 Lettre 945.

20Quelques semaines plus tard, le 28 février32, les canaux étaient ouverts, mais Rey mentionnait une autre entrave à son travail, la situation politico-militaire qui avait tari le nombre des ouvriers compétents :

[…] nos eaux etant ouvertes presentement, je puis recevoir du papier […] Je vous fais mes excuses Si je vous ay fait attendre, deux choses m’ont empêché, le défaut de papier & la Guerre qui nous a anlevé ce qu’il y avoit de meilleurs en ouvriers, qui sont rare actuellement […].

  • 33 Lettre 1623.

21Une autre information précieuse concerne le nombre de feuilles imprimées, chacune correspondant à un cahier de l’ouvrage en cours de fabrication, envoyées pour relecture et correction à Rousseau. Les formes et les fontes correspondant à chacune d’elles étaient immobilisées durant tout le temps de l’envoi, de la correction, et du retour des épreuves. Il fallait limiter au maximum cette immobilisation qui empêchait d’autres compositions et impressions. Par ailleurs, une des hantises du libraire et de l’imprimeur était les additions ou modifications importantes de texte que l’auteur pouvait introduire au moment des épreuves, ce qui pouvait obliger à recomposer. On comprend le soulagement de Rey quand il remerciait Rousseau, le 4 janvier 176133, d’avoir anticipé sur cette étape :

[…] Vous faite très bien de m’envoyer ces additions à tems, quand elles arrivent après la composition c’est tout un remue ménage pour les y faire entrer Sans compter que nous Sommes exposés a faire de nouvelles fautes par le remaniement […].

  • 34 Lettre 978.

22D’ordinaire, les épreuves mettaient une huitaine de jours à parvenir à Rousseau, qui les corrigeait immédiatement avant de les retourner, ce qui prenait une nouvelle semaine. Une fois l’ouvrage un peu avancé, Rey envoyait ensemble une « épreuve », c’est-à-dire une feuille nouvellement composée, et une « bonne feuille », que nous appellerions aujourd’hui « seconde épreuve ». Lors de l’impression de la Nouvelle Héloïse, Rey augmentait encore le nombre de feuilles à corriger par envoi à partir du 2 mai 176034 :

Je vous prie, mon Cher Rousseau, de retarder le moins possible les epreuves, d’orenavant il en partira 3 par semaines, leur prompt retour accellera l’execution, il n’y a pas assé de fonte pour aller audela de 6 feuilles.

  • 35 Lettre 979.

23Dans ce cas précis, le dernier membre de la phrase est une véritable pépite pour l’historien du livre. Rey nous avoue en effet qu’en cette seconde moitié du xviiie siècle, un atelier d’imprimerie moyen ne disposait de caractères en nombre suffisant que pour composer six feuilles in-octavo avant d’être obligé de les redistribuer pour composer à nouveau. À titre comparatif, un atelier du xvie siècle ne pouvait composer que deux feuilles et demie. On comprend dans ces conditions que le moindre retard, ou la perte d’une épreuve, pouvait être lourd de conséquences : chômage forcé et surcoûts. C’est ce que précisait Rey à Rousseau le lendemain 3 mai 176035 :

[…] Si vous avez des corrections a m’envoyer je vous prie de le faire le plutot que faire se pourra, afin que l’imprimeur ne soit point arreté. Cette Lettre partira le 5 avec l’epreuve G., je vous ay fait parvenir par Le courrier de hier C. bonne feuille & L’Epreuve F.
Soyez je vous prie exact a me renvoyer les epreuves, si vous manquez un courier nous perdons 3 & meme 4 jours, pour la raison qu’il n’y a pas assé de fontes pour faire au dela de 6 ou 7 feuilles, & qu’il faut de nécessité imprimer pour pouvoir distribuer & aller en avant, com[tildé]e je fait tirer 6 000 exemplaires sur chaque feuille, c’est tout ce que les pressiers peuvent faire, que de tirer les 3 feuilles dans la semaine […].

  • 36 Lettre 981.

24Ce à quoi Rousseau répondait le 8 mai 176036 qu’il faisait diligence, et ne pouvait aller plus vite :

Il m’est impossible, Monsieur, de vous renvoyer les épreuves avec plus d’exactitude et de diligence que je l’ai fait jusqu’ici, car je les ai toujours renvoyées par le Courrier immédiatement suivant celui où je les ai reçües. Par exemple, L’épreuve E m’est arrivée lundi 5 au soir, et l’épreuve F le lendemain ; je les mets aujourdui jeudi à la poste de montmorenci, afin qu’elles partent de Paris par le Courrier de demain. J’en ai usé et en userai de même pour toutes les autres. Si donc elles ne m’arrivent pas ou ne vous retournent pas en tems dû, ce n’est pas ma faute […].

  • 37 Lettre 984.

25Le 11 mai 17637, nous donnant une nouvelle indication du rythme de travail que les envois occasionnait, il ajoutait :

[…] Soyez très sûr qu’il n’y a point eu et qu’il n’y aura point de retard de ma part. Ayant receu hier fort tard cette épreuve j’y ai passé la nuit pour la renvoyer ce matin afin qu’elle soit à tems à Paris pour le Courrier de demain […].

26Un dernier exemple de l’intérêt de cette correspondance pour la connaissance des pratiques d’atelier concerne les cartons, ces feuillets corrigés composés et insérés après coup pour remplacer des feuillets fautifs. Il a trait à la fin du Contrat social, imprimé en 1762, qui aurait connu trois textes différents successifs : une version initiale, inconnue, que Rousseau demanda à remplacer par un texte sur le mariage comme contrat social, avant d’en exiger de Rey le retrait et le remplacement par un carton. L’échange des lettres, demandes contradictoires de Rousseau et réponses de Rey qui obtempère, souligne et la difficulté du travail à distance et la tyrannie des délais.

  • 38 Lettre 1707.

27Le 11 mars 1762, Rousseau demandait à Rey de modifier les dernières pages de son ouvrage pour introduire son paragraphe sur le mariage38 :

  • 39 Allusion à l’exécution le 19 février 1762 à Montauban, du ministre François Rochette et des trois (...)

Voicy, mon cher Rey, vos dernières épreuves, où j’ai retranché la dernière note devenüe inutile depuis que le sort de nos malheureux frères est décidé39, et sur laquelle on vous auroit peut etre fait de plus grandes difficultés pour l’introduction que sur le reste de l’ouvrage. À cette note j’en ai substitué une autre qui la vaut bien, et qui va mieux à la racine du mal. Je vous prie instament d’avoir la plus grande attention à la correction de cette note et de la page qui S’y raporte, tant à cause de l’importance de la matière, que parce que les fautes à la fin d’un ouvrage se remarquent plus que par tout ailleurs […].

  • 40 Lettre 1711.

28Trois jours plus tard, le 14 mars40, pris de remords, il écrivait derechef à Rey pour le supplier de retirer ce paragraphe, quitte à imprimer un carton :

Je vous prie, mon cher Rey, si vous y étes encore à tems, de supprimer la dernière note sur les mariages. Et même falut-il un carton pour cela, je voudrais à toux prix que cette note fut supprimée, pour vôtre avantage comme pour le mien. Recevez mes excuses de ce nouvel embarras, mais je ne vous le donne pas sans raison. Je vous embrasse de tout mon cœur […].

  • 41 Lettre 1714.

29Entretemps, Rey répondait le 17 mars41 qu’il avait effectué la substitution demandée par le premier courrier :

Votre Lettre mon Cher Rousseau qui accompagnoit l’Epreuve V est arrivée en Son Tems, je me féllicite & vous aussi que cet ouvrage Soit fini a votre Satisfaction ; je donnerai mes Soins que la notte soit bien et vos exemplaires distribués comme vous le demandés […].

  • 42 Lettres 1717 et 1721.

30Ses courriers des 22 et 25 mars42, annonçant la fabrication du carton, alors que l’impression de l’ouvrage était achevée dans un nombre de feuilles qui correspondait à autant de cahiers complets, laissent transparaître plus qu’une pointe d’agacement contre les caprices de l’auteur. Elles nous renseignent également sur la façon dont a été imprimé ce carton, par souci d’économie, sur un quart de feuille octavo qu’il a ensuite fallu intercaler au bon endroit.

Votre lettre mon cher Rousseau du 14 Courant m’est bien parvenue, la feuille du titre ou Se trouve la notte etoit toute tirée, ainsi qu’il faut faire un quart de feuille a quoi l’Imprimeur travaille, a vous parler vray, J’en Suis faché, tout l’ouvrage fesoit 21 feuilles bien conditionnées, & présentement il y aura 1/4 de feuille séparé, que le relieur devra placer. Je me conforme à vos intentions […].

[…] le 1/4 V de feuille X ce réimprime comme vous le demandez. Sans notte […].

  • 43 Lettre 1300.

31La correspondance Rousseau-Rey nous permet de dévoiler certaines des réalités propres aux rapports normaux d’un auteur et de son éditeur de l’époque artisanale, mais méconnus parce que se déroulant le plus souvent oralement et dans une géographie très limitée. C’est en cela qu’elle est importante, au-delà même de la personnalité hors du commun de ses deux acteurs. De facto, la distance séparant Amsterdam de Montmorency nous permet d’entrevoir certains aspects que nous ne pourrions appréhender sans leurs lettres. Au-delà des informations d’ordre purement technique précieuses pour l’historien, la correspondance révèle aussi les sentiments que pouvaient éprouver les protagonistes l’un envers l’autre, leurs humeurs, voire leurs brouilles. Le 18 février 176143, Rousseau adressait un courrier de rupture à Rey :

  • 44 Celui du Contrat social.

[…] En vérité, Monsieur, en voilà trop aussi, et je n’ai que trop lieu de me croire libre de mes engagemens envers un homme qui tient si mal les siens. Je vous propose et il convient de rompre le marché que nous avions fait pour le manuscrit en question44 […] Je suis fâché que nous ne puissions pas continuer à nous accomoder ensemble ; mais après six ans de patience, on se lasse, et quant à moi je suis à bout. Je vous salue de tout mon cœur.

  • 45 Lettre 1324.

32Quelques jours plus tard, le 25 février45, Rey répondait en se justifiant :

Mon Cher Rousseau, je vous ayme & estime, ce sera pour toute ma vie, en partant de la, votre lettre du 18e Courta ne m’a pas fait grand plaisir, vous croyez avoir de justes Sujets de vous plaindre de moi & vous m’ecrivez en consequence, mais ce que je ne puis comprendre c’est que des raports soient receu chez vous comme des veritez incontestables […] Il y a 50 libraires à Paris avec lesquels je fait des affaires depuis plusieurs années, qui peuvent témoigner que je n’ay jamais fait de tort a personne, que j’ay toujours fait honneur a mes affaires, prenez garde a distinguer ce que la jalousie peut faire dire, ce qui est inévitable, mais prenez des informations serieuses, je suis assuré qu’elles seront a mon avantage. Adieu encore un Coup, vivez en paix & heureux.

  • 46 Lettre 1883.

33Comme on le sait, la brouille ne fut que passagère, et Rey fut bien l’éditeur du Contrat social. Alors que cet ouvrage tout juste paru venait d’être interdit d’entrée en France, le Parlement de Paris condamnait l’Émile le 8 juin 1762, et ordonnait l’arrestation de Rousseau. On sait comment ce dernier, prévenu, quitta Montmorency dans la nuit du 8 au 9 juin, pour gagner Yverdon. Pour raison de force majeure, la collaboration entre les deux hommes s’interrompit un temps, mais leurs lettres témoignent encore des sentiments d’estime et d’amitié qui les unirent dans leur collaboration éditoriale. Ayant appris la condamnation et la fuite de Rousseau, Rey lui faisait parvenir ce billet daté du 17 juillet 176246 :

[…] Je vous plain de toute mon Ame de vous Sentir exposés à tant de désagrements avec une Santé si faible, j’espere que tout Se calmera, qu’on vous laissera en paix. Je suis de Cœur tout à vous.

  • 47 Lettre 2219.

34Rousseau lui répondait le 8 octobre 176247 depuis sa retraite de Môtiers :

[…] Je suis vraiment peiné de tous les désagrémens, faux fraix, et contrefaçons qui peuvent vous rendre onereux le Contrat social. Je voudrois bien que vous y trouvassiez vôtre compte ; cet ouvrage fait assez de bruit, ce me semble, pour que malgré des éditions contrefaites, les vôtres ne restent pas à vôtre charge ; je le desire de tout mon cœur. Nos Montagnes sont déjà couvertes de neige. J’ai froid, je suis triste, je pisse mal ; à cela près tout va passablement vû la situation. Mille amitiés et respects à vos Dames ; baisez pour moi la chére petite. Je vous embrasse de tout mon cœur.

Notas

1 Furno M. dir., Qui écrit ? Figures de l’auteur et des co-élaborateurs du texte xve-xviiie siècle, Lyon, ENS-Éditions et Institut d’histoire du livre, 2009.

2 Vercruysse J., « Marc-Michel Rey, libraire des Lumières », Histoire de l’édition française. Tome II : le livre triomphant 1660-1830, sous la direction d’Henri-Jean Martin et Roger Chartier, Paris, Promodis, 1984, p. 322-323.

Idem., « Typologie de Marc-Michel Rey », Wolfenbütteler Schriften zur Geschichte des Buchwesens, 1981, n° 4, 1981, p. 167-185.

3 Poulain M., « Lo scrittore, l’editore, il censore, il lettore : saggio sui paratesti della Nouvelle Héloïse », I Dintorni del testo. Approci alle periferie del libro. Atti del convegno internazionale Roma 15-17 novembra 2004, Bologna 18-19 novembre 2004. A cura di Marco Santoro, Maria Gioia Tavoni, Roma, Edizioni dell’Ateneo, 2005, tome 1, p. 39-53.

4 Leigh R. A. dir., Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, Genève, Institut et Musée Voltaire, Madison, The University of Wisconsin Press, puis Oxford, The Voltaire Foundation, 1965-1998, 52 volumes.

5 Pour des raisons de commodité, nous ne donnons que les numéros des lettres citées. On les retrouvera aux tomes VII (1760), VIII (janvier-mai 1761), X (janvier-mai 1762), XI (juin-juillet 1762) et XIII (septembre-octobre 1762). Orthographe et graphies ont été respectées.

6 Lettre 935.

7 Lettre 953.

8 Lettre 956.

9 Lettre 988.

10 Lettre 945.

11 Lettre 952.

12 Leigh souligne, à propos de ces demandes concernant le titre courant, que Rey n’a satisfait qu’à la première.

13 Lettre 1037.

14 Lettre 1648.

15 Lettre 1661.

16 Lettre 967.

17 Lettre 969.

18 Lettres 971 et 973.

19 Lettre 1706.

20 Lettre 1719.

21 Lettre 984.

22 Lettre 993.

23 Lettre 1101.

24 Lettre 999.

25 Lettre 993.

26 Lettre 1003.

27 Lettre 1100.

28 Lettre 1739.

29 Varry D., « Les deux Nicolas, ou Lecture croisée de témoignages sur le monde de l’imprimerie des Lumières », Études rétiviennes, n° 38, décembre 2006, p. 115-130.

30 Grâce à Jeroom Vercruysse, nous savons que Rey se fournissait en caractères chez Enschedé à Haarlem, et en papier aux armes d’Amsterdam auprès du moulin Jardel en Périgord.

31 Lettre 935.

32 Lettre 945.

33 Lettre 1623.

34 Lettre 978.

35 Lettre 979.

36 Lettre 981.

37 Lettre 984.

38 Lettre 1707.

39 Allusion à l’exécution le 19 février 1762 à Montauban, du ministre François Rochette et des trois frères Grenier. Le 9 mars, le Parlement de Toulouse venait de prononcer la sentence de mort de Calas, mais cette nouvelle n’était pas encore connue à Montmorency.

40 Lettre 1711.

41 Lettre 1714.

42 Lettres 1717 et 1721.

43 Lettre 1300.

44 Celui du Contrat social.

45 Lettre 1324.

46 Lettre 1883.

47 Lettre 2219.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540