Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'écrivain et l'imprimeur

 | 
Alain Riffaud

Montesquieu et les imprimeurs de L’Esprit des lois (1748-1758)

Cecil Patrick Courtney

Texte intégral

  • 1 La source essentielle pour l’histoire de la publication de cette édition et des éditions de 174917 (...)
  • 2 Voir, pour Vernet, Graham Gargett, « Jacob Vernet éditeur de Montesquieu : la première édition de (...)
  • 3 Vernet, Lettre à Monsieur le Premier Sindic (Archives d’État de Genève, Registre de la Compagnie d (...)

1La première édition de l’Esprit des lois, publiée en octobre 1748 par Barrillot et fils, libraires-imprimeurs à Genève, a été imprimée dans des conditions loin d’être idéales1. Montesquieu, qui était à Bordeaux à ce moment-là et tenait à ne pas attirer l’attention des autorités françaises sur son ouvrage, a refusé tout contact direct, même par correspondance, avec Barrillot, qui ignorait l’identité de l’auteur du texte qu’il imprimait. Pour surveiller l’impression de l’édition, Montesquieu comptait sur un intermédiaire, rôle qu’il confia au pasteur Jacob Vernet, professeur de belles-lettres à l’Académie de Genève2. Vernet était très fier d’avoir été choisi pour cette tâche ; dans une lettre composée en 1760, il fera allusion à son travail sur la correction des épreuves et à la correspondance qu’il a entretenue avec Montesquieu3.

  • 4 Guasco O. di, Lettres familières (1767), note de Guasco à la lettre de Montesquieu du 30 mai 1747 (...)

2Malheureusement, Vernet considérait son rôle moins comme celui d’un humble correcteur d’épreuves que d’un conseiller littéraire ; d’après l’abbé de Guasco, ce professeur genevois, qui croyait qu’on parlait un meilleur français en Suisse qu’en France, se permettait même de corriger le français de Montesquieu4. Guasco exagère, peut-être, mais ce qui est certain, c’est que Vernet a mal corrigé les épreuves et qu’il a imposé certaines modifications au texte : il supprima la division de l’ouvrage en six parties et réussit à convaincre Montesquieu de retirer l’Invocation aux Muses, qui avait été conçue pour être imprimée en tête du Livre II.

3Ce qui a compliqué le travail sur l’édition, c’est que l’imprimeur était à ce moment malade et accablé de problèmes financiers. Barrillot mourut en juin 1748 ; son fils, qui avait beaucoup de bonne volonté, a pris la relève, mais Montesquieu a rendu sa tâche difficile en lui envoyant, avec beaucoup de retard, le manuscrit du texte de trois livres supplémentaires qui n’avaient pas été prévus à l’origine, et en exigeant l’insertion de nombreux cartons, ce qui a nécessité la recomposition d’une partie du texte.

  • 5 Vernet à Montesquieu, 4 novembre 1748 (Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1141-1143).
  • 6 Montesquieu à William Domville, 4 mars 1749 (Minute autographe reproduite dans Œuvres, éd. Masson, (...)

4L’édition étant achevée d’imprimer vers la fin octobre 17485, Montesquieu a dû en recevoir un exemplaire peu de temps après. Le livre, deux gros volumes in-4°, avait de belles pages de titre ornées de la marque de Barrillot, mais malheureusement, le texte était défiguré par de nombreuses coquilles. D’après Montesquieu son livre avait été « estropié à Genève6 »

48G. Première édition. Genève, Barrillot & Fils, 1748, in-4°

  • 7 Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1143.

5Vernet, s’étant rendu compte, probablement à la dernière minute, des imperfections de l’édition, écrit à Montesquieu le 4 novembre 1748 : « Quoiqu’il y ait peu de fautes d’impression dans le livre du jour, il s’en est pourtant glissé quelques-unes […] Cependant, à tout prendre, vous serez content, j’espère7. » Dans une lettre du 8 septembre 1749, Vernet revient sur ce problème :

  • 8 Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1257.

Mais je n’avais point choisi le libraire qui, quoique très intelligent, s’est malheureusement trouvé mal en fonds et qui est même mort dans le cours de l’impression. Tous ces contretemps à la fois ont nui à l’exécution. C’est un désagrément pour le public, ce n’en est presque pas un pour vous, tant votre ouvrage peut soutenir d’impressions qui répareront le défaut de la première8.

6Vernet, on le voit, s’efforce de convaincre Montesquieu que les imperfections de la première édition ont peu d’importance et seront facilement corrigées par des réimpressions.

  • 9 Dans tous les articles bibliographiques sur L’Esprit des lois on date cette édition de décembre 17 (...)
  • 10 Une demande de privilège est déposée par Laurent Durand le 7 novembre 1748 (Registre des privilège (...)
  • 11 Les deux premiers errata sont décrits d’une manière sommaire par Gébelin, p. 143-145 ; une étude d (...)
  • 12 Voir Varry D., « Les imprimeurs-libraires lyonnais et Montesquieu », Le Temps de Montesquieu, p. 4 (...)

7Montesquieu n’est pas d’accord ; il se décide à agir toute de suite en préparant une liste d’errata. Cette tâche était d’autant plus urgente que Barrillot avait déjà distribué un très grand nombre d’exemplaires et qu’il sera bientôt question de publier une réimpression parisienne de l’ouvrage. Une liste de trente-cinq corrections a été expédiée à Barrillot, qui l’a imprimée et distribuée aux acheteurs de son édition ; une deuxième liste, contenant les mêmes corrections, a été imprimée à la fin du tome II de la réimpression parisienne publiée en janvier 17499 sous l’adresse : « À Geneve, chez Barillot fils » (Barillot avec un seul r), mais qu’on peut attribuer au libraire Laurent Durand10. Il existe également une troisième liste d’errata, qui contient cinq corrections supplémentaires, et une quatrième, découverte récemment, qui ajoute sept nouvelles corrections à la liste des quarante11. Ces corrections supplémentaires figurent également parmi les errata imprimés dans une autre édition in-4° de 1749 qui date probablement de mars et porte la fausse adresse : « A Leyde, Chez les Libraires associés » (il s’agit d’une édition lyonnaise imprimée par Aimé Delaroche pour Pierre et Benoît Duplain)12.

8La publication de l’ouvrage par Barrillot à Genève en 1748, suivie de la préparation des premières réimpressions in-4° de 1749 et des feuillets d’errata, représente la première phase de l’histoire de l’impression et de la publication de L’Esprit des lois.

Deuxième phase

  • 13 Voir, pour les éditions de cette deuxième phase, Courtney C. P., « L’Esprit des lois dans la persp (...)

9La deuxième phase commence tout de suite après : Montesquieu se décide à dresser une liste exhaustive d’errata et à l’envoyer aux libraires ou libraires-imprimeurs qui ont l’intention de réimprimer l’ouvrage en France et à l’étranger13.

  • 14 Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, Nouvelle édition, c (...)
  • 15 Huart à Montesquieu, [début mars 1749], (Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1198).

10Parmi les premiers à recevoir cette nouvelle liste est le libraire-imprimeur parisien Pierre-Michel Huart, qui venait de publier, en association avec son confrère Nicolas-François Moreau, une édition des Considérations14 et avait reçu une espèce de permission tacite de réimprimer L’Esprit des lois, à condition que cette publication ne paraisse pas être imprimée en France15. Cette édition, deux volumes in-4°, comprend une Table des matières et une carte ; elle a paru en mai 1749, sous la fausse adresse : « À Genève, chez Barrillot et fils ».

  • 16 Barrillot à Montesquieu, 17 mars 1749 (Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1210-1211).
  • 17 Montesquieu à Domville, 4 mars 1749 (Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1195).
  • 18 Voir, sur cette édition, Shackleton R., « John Nourse and the London edition of the Esprit des loi (...)

11Montesquieu envoie également sa liste de corrections à Genève, où Barrillot avait été autorisé par Vernet à préparer deux réimpressions de l’édition de 1748, l’une en deux volumes in-4°, l’autre en trois volumes in-8°16. En corrections, « au nombre de deux ou trois cents17 », sont envoyées par l’intermédiaire de François de Bulkeley à William Domville, à Londres, pour les transmettre au libraire-imprimeur londonien John Nourse, qui publiera en mai ou juin une édition en deux volumes in-8°, avec des pages de titre qui portent, non seulement l’adresse de Barrillot, mais aussi une imitation de sa marque18.

  • 19 Edimbourg, National Library of Scotland, ms. VI/47 (lettre reproduite dans Œuvres, éd. Masson, t. (...)
  • 20 Caledonian Mercury, novembre 1749.

12Vers la fin de l’été 1749, il est question d’une édition écossaise. Le 3 septembre Montesquieu annonce à David Hume qu’il va lui transmettre une copie de la liste de corrections qu’il avait déjà envoyée à Paris et en Angleterre et il précise que ces corrections sont au nombre de 37419. L’édition écossaise, en deux volumes in-8°, datée de 1750, sera publiée en novembre 174920, David Hume et un certain Monsieur Alexandre ayant joué le rôle d’intermédiaires entre Montesquieu et la maison d’édition de Hamilton et Balfour d’Edimbourg.

  • 21 L’édition de Chatelain comporte un « Avertissement » avec un certain nombre de corrections qui aur (...)

13Parmi les autres éditions de 1749 dont les imprimeurs ont reçu la liste des corrections, il faut compter probablement celle d’une édition in-8° en trois volumes publiée sous l’adresse de Barillot (avec un seul r) ; il s’agit vraisemblablement d’une nouvelle réimpression parisienne publiée par Durand. Il y a aussi deux autres éditions de 1749, pour lesquelles les imprimeurs semblent avoir eu accès à la liste de corrections : une réimpression de l’édition Huart de 1749 en trois volumes in-8° publiée à Amsterdam par Chatelain et une autre, en deux volumes in-4°, qui se base sur l’édition Barrillot in-8° de 1749 et porte sur la page de titre l’adresse : « À Amsterdam, La Compagnie21 ».

14Les libraires qui ont reçu ces corrections annoncent, sur leurs pages de titre, et parfois dans la préface, qu’ils vont livrer au public une édition supérieure aux éditions précédentes. Huart écrit dans l’« Avertissement » à son édition :

50E. Édition d’Édimbourg, Hamilton & Balfour, 1750 [=1749], in-8°

Nous donnons une nouvelle Edition de l’Esprit des Loix, dont nous pouvons assurer sans témérité, que le Public sera plus content que des précédentes : elle est infiniment plus correcte, plus finie, & plus ornée. On n’y verra aucune des fautes typographiques, qui défiguroient celles-là presque à chaque page. L’Auteur a eu la bonté de nous envoyer un Errata de sa main, auquel nous nous sommes exactement conformés. Il a même porté l’éponge jusques sur quelques légères négligences de style, mais toûjours sans faire aucune altération au fond des matieres, qui sont traitées trop judicieusement, pour qu’il soit dans le cas d’y rien réformer. […]

15Mais tout de suite après il aborde un sujet délicat :

  • 22 Pour ces trois corrections, voir ci-dessous, note 36.

Bien loin de donner une édition aucunement mutilée ou frelatée, nous avons poussé la délicatesse, jusqu’à ne pas vouloir réformer par des cartons, quelques endroits pour lesquels l’Auteur nous a envoyé de nouvelles corrections depuis l’impression. Les cartons n’ont point de faveur dans le Public, on y auroit crû bien du mystère. Cependant afin de satisfaire tout à la fois le Public & l’Auteur : voici les trois plus essentielles de ces corrections venues après. […]22. Les autres corrections ne méritent pas même place dans un Errata, parce que ce sont moins des corrections proprement dites, que des retouches.

16C’est-à-dire que les corrections envoyées par Montesquieu sont arrivées trop tard pour que l’imprimeur puisse les insérer toutes à leur place dans le texte et que Huart n’a pas l’intention d’avoir recours à des cartons ou à des listes d’errata.

17Barrillot, lui aussi, fait allusion au problème posé par l’arrivée tardive des errata ; dans une lettre du 15 février 1749, il écrit à Montesquieu ;

  • 23 Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1182.

Nous avons, suivant vos ordres, distribué et distribuerons le premier errata à toutes les personnes qui ont acquis de nos exemplaires ; nous nous en sommes servis ensuite pour rendre la seconde édition plus correcte ; le deuxième [errata] n’étant arrivé qu’après que l’impression étoit déjà commencée, nous n’avons pu l’y faire entrer qu’en partie23.

18Quant aux listes envoyées en Angleterre, on peut lire, dans une lettre du 4 juin de Domville à Montesquieu : « C’est avec grand plaisir que je vous envoie un exemplaire de L’Esprit des loix. On m’assure qu’il est fort correct & qu’on y a inséré avec soin toutes les corrections que j’ai reçues de M. Bulkeley. » Mais Domville se trompe : ce n’est qu’à partir de la page 91 du tome I et de la page 57 du tome II que le texte est corrigé.

19Plus intéressante encore est l’édition écossaise, où l’on trouve dans l’« Avis au Lecteur » de précieuses précisions sur l’utilisation des corrections :

Comme par l’impatience du public une partie considérable de l’ouvrage s’est trouvée imprimée avant que les corrections de l’Auteur nous fussent parvenues (malgré que nous les ayons attendues autant qu’il étoit possible), nous avons fait imprimer de nouveau les feuilles où l’Auteur paroît avoir fait des changemens ou additions un peu considérables : ceux qui ne sont pas insérés dans leurs places se trouveront à la fin de chaque tome.

20Dans les rééditions de Huart, de Barrillot et de Nourse, il n’a pas été question, sans doute pour des raisons non seulement esthétiques, mais aussi financières, de faire imprimer des cartons ou des feuillets d’errata. L’imprimeur écossais, d’autre part, dont le but était de livrer au public un texte plus exact que tous les précédents, accepta d’imprimer des cartons et d’ajouter un feuillet d’errata à la fin de chaque volume. Il s’agit, au total, de 82 corrections, dont 15 dans les cartons et 67 dans les errata.

21La divergence entre ce chiffre et les quelque 300 corrections dont il est question dans la lettre de Montesquieu à Hume s’explique facilement : le chiffre de 82 corrections ne tient pas compte de celles que l’imprimeur écossais a pu faire lui-même, ou de celles qui ont pu être insérées dans les pages dont la composition n’avait pas été terminée. Mais, cela ne veut pas dire que cette édition soit parfaite : on y trouve un bon nombre de coquilles et parfois l’imprimeur interprète mal les corrections proposées par l’auteur.

  • 24 Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1297.

22La deuxième phase de cette histoire se termine par l’envoi d’un certain nombre de corrections toutes nouvelles à Huart pour une édition de 1750 en trois volumes in-12 (publiée sous la fausse adresse de Barrillot ou de Nourse) qui reprend la table des matières analytique ainsi que la carte de l’édition de 1749 et rétablit la division de l’ouvrage en six parties. Montesquieu y fait allusion dans une lettre du 8 avril 1750 adressée à Grosley : « l’édition la plus exacte est la dernière édition imprimée en 3 vol. in-12, à Paris, chez Huart, libraire, rue Saint-Jacques, près la Fontaine Saint-Séverin24 ».

Troisième phase

23Le travail de correction du texte de L’Esprit des lois continuera à occuper Montesquieu pendant les dernières années de sa vie. Il s’agit maintenant, non seulement d’ajouter des corrections au texte de l’édition de 1748, mais d’effectuer une révision plus générale pour tenir compte de la critique religieuse que l’ouvrage avait attirée. Ce travail a été interrompu par sa mort en 1755 et l’édition révisée, préparée par des tiers, ne paraîtra qu’en 1757, publiée à Paris par Huart et Moreau (sous l’adresse de « Londres, chez Nourse ») en quatre volumes in-12 et ensuite dans la grande édition de 1758 des Œuvres de Montesquieu publiée par les mêmes éditeurs en trois volumes in-4° (sous l’adresse de « Leipsick, chez Arkstée et Merkus »). C’est ce texte de 1757/1758 qui sera désormais reproduit dans toutes les éditions de L’Esprit des lois, y compris les éditions critiques modernes.

  • 25 Œuvres de Montesquieu, Londres, Nourse [Paris, Huart et Moreau], 1767, 3 vol. in-4°, t. I, p. 16.

24D’après l’avocat François Richer, la révision du texte « a été faite d’après les corrections que M. de Montesquieu avait lui-même remises aux libraires avant sa mort25 ». Mais dans un article publié dans L’Année littéraire en 1776, ce même Richer présente l’histoire de l’édition d’une manière différente :

  • 26 L’Année littéraire, 1776, VI, p. 43.

M. de Montesquieu est mort le 10 février 1755. Il avait lui-même préparé une nouvelle édition de son livre L’Esprit des lois. Il y avait fait des changements, dont quelques-uns étaient de simples corrections de style ; d’autres tendaient à éclaircir certains passages sur lesquels un de ses critiques avait cru trouver prise. M. de Secondat, son fils, vint à Paris, et trouva dans les papiers de son illustre père, ces corrections et ces changements. Il se proposa de faire exécuter l’édition que M. de Montesquieu avait préparée, et crut devoir y joindre un éloge qu’il composa dans cette intention. Il remit le tout à M. Moreau et le chargea d’imprimer et de faire paraître cette édition26.

  • 27 Voir Weil F., « L’Esprit des lois devant la Sorbonne », Revue historique de Bordeaux et du departm (...)
  • 28 Réflexions sur le rapport de Mgr Bottari, Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 648.

25Comme pour toutes les éditions précédentes, les erreurs sont nombreuses. Mais ce qui est plus inquiétant, c’est que les révisions qu’on peut contrôler en consultant le petit nombre de corrections de Montesquieu qui ont été conservées dans ses manuscrits ne sont pas toujours suivies par les éditeurs avec une fidélité totale27. Il y a donc des raisons d’avoir des doutes sur la manière dont le fils de Montesquieu et l’imprimeur Moreau ont révisé le texte. Notons également qu’au moment où Montesquieu a entrepris ce travail de révision, il était attaqué par les Jésuites, poursuivi par la Sorbonne et il savait, depuis le début de l’année 1750, que la Congrégation de l’Index menaçait de condamner son ouvrage. Dans une lettre au cardinal Passionei du 2 juin 1750, il annonce l’envoi de quelques observations sur le rapport préparé par Mgr Bottari, où il affirme qu’« il supprimera et expliquera, dans une nouvelle édition qu’il ne tardera pas à donner les endroits qu’on s’est efforcé de rendre suspects par une interprétation sinistre28 ».

26Il semble donc que ce travail de révision corresponde moins à la véritable intention de l’auteur qu’à un désir de réduire autant que possible toute confrontation avec la critique religieuse de l’époque.

Le texte

  • 29 Il s’agit du manuscrit conservé à la BnF (Naf 12832-12835), publié dans une édition critique par C (...)

27Montesquieu et ses imprimeurs avaient le même but : livrer au public le texte le plus exact possible de L’Esprit des lois. Pour cela il aurait fallu une étroite collaboration entre auteur et imprimeur pour la correction des épreuves, surtout lorsqu’il s’agissait de modifications importantes à apporter au texte. Mais Montesquieu, nous l’avons vu, avait l’habitude d’envoyer ses listes de corrections trop tard et rien n’indique qu’il se soit donné la peine de s’occuper personnellement des épreuves. Ses manuscrits, notamment celui de la version de L’Esprit des lois antérieure à celle envoyée à Barrillot en 174729, sont couverts de corrections autographes de l’auteur ; mais pour corriger les textes imprimés, il pensait qu’il suffisait de dresser des listes de corrections ponctuelles et de faire confiance à l’imprimeur ou à des tiers. Malheureusement, se borner à des corrections ponctuelles, c’est fermer les yeux devant la corruption progressive du texte par les réimpressions successives.

28Il était inévitable que cette manière de surveiller à distance l’impression de l’ouvrage ait eu pour résultat un texte inexact. Même les listes imprimées de trente-cinq, quarante et quarante-sept errata comportent encore des coquilles et il n’est pas surprenant que parfois les imprimeurs n’aient pas toujours réussi à interpréter correctement les listes mises en circulation par Montesquieu.

Une édition critique moderne ?

29Les imprimeurs de la période 1748-1758 nous ont livré dix-huit textes différents, dont aucun ne peut être considéré comme entièrement satisfaisant. L’imprimeur moderne peut-il faire mieux ? Poser cette question, c’est poser la question de la possibilité d’une édition critique et le problème du choix du texte de base.

  • 30 Montesquieu, De l’esprit des lois, éd. Jean Brethe de La Gressaye, Paris, Les Belles Lettres, 1950 (...)

30Pour l’édition des textes, on le sait, il n’y a pas de méthode universelle, mais on peut distinguer trois approches. La première, l’approche traditionnelle de toutes les éditions de L’Esprit des lois depuis 1757/1758, y compris les éditions critiques modernes de Jean Brethe de La Gressaye et de Robert Derathé30, est de prendre pour texte de base la dernière édition corrigée par l’auteur. Théoriquement, cette édition représenterait mieux que toutes les précédentes les derniers vœux de Montesquieu.

  • 31 Voir, pour cette approche Greg W. W., « The rationale of copy-text », Studies in Bibliography 3 (1 (...)

31La deuxième approche, celle de la tradition anglo-américaine de Walter Greg et Fredson Bowers, prend pour texte de base la première, ou l’une des premières éditions, qui serait plus proche du manuscrit et, théoriquement, représenterait mieux l’intention de l’auteur que les éditions ultérieures ; ces dernières, si elles ont vraiment été corrigées par l’auteur, peuvent fournir des corrections ponctuelles, mais normalement elles comportent des erreurs de transmission31.

  • 32 Voir McGann J., A critique of modern textual criticism, Chicago university of Chicago Press, 1983 (...)

32Une troisième approche, celle de certains spécialistes historicistes modernes, réclame un retour à l’observation des faits, à la réalité et au respect des documents. Il faudrait, d’après cette approche, rejeter l’idéalisme de la recherche du texte conforme à l’intention de l’auteur ainsi que l’éclectisme du système Greg-Bowers et prendre comme texte de base un texte qui a une existence historique32.

33Commençons par examiner la possibilité d’une édition critique établie d’après les principes anglo-américains. On pourrait prendre pour texte de base la première édition et en corriger les erreurs, non seulement en éliminant les coquilles évidentes et en acceptant les corrections fournies par les errata, mais également en insérant dans le texte les corrections authentiques qui se trouvent dans les éditions ultérieures. Il s’agirait donc de corriger les 374 fautes dont parle Montesquieu dans la lettre à Hume et en même temps de tenir compte des corrections plus tardives.

  • 33 Il ne faudrait pas que l’éditeur moderne se laisse intimider par le nombre de fautes à corriger : (...)
  • 34 On peut se servir aussi, dans certains cas, du manuscrit de L’Esprit des lois.
  • 35 Si la même variante, par rapport à l’édition de 1748, se trouve dans toutes les éditions de 1749 ( (...)

34Mais est-il possible de repérer les 374 fautes ? En réalité, avec un peu de patience, on peut identifier plus ou moins toutes ces erreurs33. On peut commencer par les quarante-sept erreurs signalées dans les errata. Ensuite, il suffit de lire le texte pour repérer quelque deux cents erreurs très évidentes (fautes d’orthographe, de grammaire, répétition du même mot, etc.). Les errata et les cartons de l’édition d’Edimbourg nous permettent d’identifier assez rapidement d’autres erreurs et on peut se servir également (mais avec prudence) des errata fournis par les éditions in-4° et in-8° d’Amsterdam34 ainsi que des variantes des éditions pour lesquelles Montesquieu a préparé des listes de corrections35.

35Pour rester fidèle au système Greg-Bowers, il faudrait aussi y ajouter la carte et la Table des matières de l’édition Huart de 1749 ainsi que la division en six livres restituée dans l’édition in-12 de 1750. Il faudrait même remettre à sa place l’« Invocation aux Muses », qui n’a été publiée pour la première fois que vers la fin du dix-huitième siècle. Mais il est certain que la construction d’une telle édition critique serait inacceptable à de nombreux lecteurs, notamment aux partisans d’une édition historique, aux yeux desquels ce texte, avec toutes ces corrections et additions importées d’éditions postérieures, serait un monstre éclectique qui n’a jamais existé dans la réalité.

  • 36 Il s’agit de corrections importantes : Livre X, chapitre 8, §2 ; Livre XXIV, chapitre 6, §2 et Liv (...)
  • 37 Cf. Bowers F., « Multitple authority. New problems and concepts of copy-text », The Library, 27 (1 (...)

36Une autre possibilité, en prenant l’édition de 1748 comme texte de base, serait de se borner aux corrections essentielles. Il est évident que la liste que Montesquieu a envoyée aux imprimeurs comporte non seulement la correction de simples coquilles mais en même temps des révisions suggérées par la relecture de l’ouvrage et qui apportent au texte des modifications de sens et de style. Il est difficile d’identifier d’une manière certaine les corrections qui modifient le style de l’original, mais parmi les révisions qui changent le sens du texte et représentent une évolution dans la pensée de Montesquieu, on peut citer les trois corrections indiquées par Huart dans l’« Avertissement » à son édition de 174936. En respectant cette distinction entre la correction de coquilles et les révisions du texte, il devrait être possible d’établir un texte plus ou moins conforme aux épreuves de la première édition37. Mais si une reconstruction approximative de ces épreuves est possible, il n’en est pas ainsi du manuscrit utilisé par l’imprimeur, notamment en ce qui concerne l’orthographe et la ponctuation, puisque les imprimeurs suivent les normes de leur atelier. Notons, cependant, que la ponctuation très légère de l’édition de 1748 est souvent très près de celle du manuscrit antérieur, tandis que dans les éditions postérieures on trouve une ponctuation très lourde.

37Encore une autre possibilité est l’application de ce qu’on pourrait appeler une version modérée du système Greg-Bowers. On pourrait prendre comme texte de base, non la première édition, mais l’édition Huart de 1749 en deux volumes in-4°, celle qui est accompagnée d’une carte et d’une Table des matières. Cette édition comprend la plupart des corrections des premiers errata ainsi qu’un très grand nombre de celles signalées par l’édition d’Edimbourg. Elle comporte également de nombreuses coquilles, mais si on se bornait aux corrections essentielles et n’insérait dans le texte ni les corrections tardives (celles de 1750 ou de 1757/1758), ni la division de l’ouvrage en six parties ou l’« Invocation aux Muses », on aurait une édition qui reconstitue celle de Huart de 1749, telle qu’elle aurait existé si Huart avait reçu les corrections à temps (et si Montesquieu en avait corrigé les épreuves). Cette édition serait acceptable aux partisans modérés du système Greg-Bowers et il se peut qu’elle soit aussi acceptable aux éditeurs historicisants qui, tout en insistant sur un texte historique, ne s’opposent pas à la correction des coquilles, qu’ils considèrent moins comme des déformations de l’intention de l’auteur que des erreurs techniques commises par les compositeurs.

  • 38 Cf. l’observation de G. Thomas Tanselle sur les deux approches (celle qui se base sur l’intention (...)

38Revenons maintenant à la solution proposée par les éditeurs qui choisissent comme texte de base la dernière édition corrigée par l’auteur. Mais répondons d’abord aux partisans d’une édition historique : à notre avis le projet d’établir un texte conforme à l’intention de l’auteur est parfaitement légitime38, surtout dans le cas de L’Esprit des lois où, pendant les années 1748-1758, presque toute la documentation disponible sur la préparation des éditions portent sur cette intention, qui était, nous l’avons vu, essentiellement de corriger et réviser le mauvais texte de 1748. Nous avons vu également que les libraires et imprimeurs ont, sans doute pour des motifs différents, partagé cette intention, qui est mise en vedette sur leurs pages de titre. Par exemple, l’édition Huart de 1749 s’intitule : De l’esprit des lois… Nouvelle édition, corrigée par l’auteur & augmentée d’une table des matières & d’une carte géographique, pour servir à l’intelligence des articles qui concernent le commerce. Sur les pages de titre des éditions Barrillot de 1749 on lit : Nouvelle édition. Revüe & corrigée, avec des changemens considérables donnés par l’auteur ; sur celle de Nourse : Nouvelle édition faite sur les corrections de l’auteur ; et sur celle de l’édition d’Edimbourg : Avec les dernières corrections & illustrations de l’auteur.

  • 39 Il existe aussi des éditions de 1753 et 1755 (voir ci-après Appendice 1), mais elles ne comportent (...)
  • 40 Voir ci-après, Appendice 2. Notons que ce nouveau classement : 50PH-01, 02 et 03, représente une r (...)
  • 41 Dans les éditions 50PH-01 et 50PH-02 le texte des p. 238-239 du tome II sont invertis.
  • 42 Dans les exemplaires non cartonnés on lit : « Elles [les bêtes] ont des Loix positives, parce quel (...)

39La dernière édition de L’Esprit des lois corrigée par Montesquieu, celle qu’il a décrite comme « la plus exacte », est, nous l’avons vu, l’édition en trois volumes in-12, publiée par Huart en 175039. Il s’agit d’une réimpression de l’édition Huart de 1749, ou plus exactement de trois réimpressions différentes. Le relevé de plusieurs séries de variantes significatives qui témoignent d’états textuels successifs par lequel chaque réimpression introduit de nouvelles leçons qui se transmettent à la suivante nous permet d’établir la filiation de ces trois réimpressions (que nous désignons par les sigles 50PH-01, 50PH-02 et 50PH-03)40 dont on connaît plusieurs émissions, avec des pages de titre datées de 1750 ou de 1751 et qui portent l’adresse de Barrillot (ou de Barillot avec un seul r) ou de Noursse (avec deux s). Peu soignées et composées de volumes imprimés probablement dans différents ateliers, ces éditions comportent des erreurs de mise en page41, des fautes de ponctuation qui déforment le sens et, notamment dans le premier livre, des coquilles très grossières qui dans certains exemplaires sont corrigées au moyen d’un carton42.

  • 43 Dans les éditions précédentes on lit : « Ce sera une chose très heureuse dans l’aristocratie si, p (...)
  • 44 Montesquieu a fait cette correction à la suite des remarques de M. de Palavicini, ministre plénipo (...)

40La dernière (50PH-03), se distingue par une correction importante absente de toutes les éditions précédentes. Il s’agit de la modification d’un passage du chapitre 3 du livre II où Montesquieu corrige les observations peu favorables qu’il avait faites sur le gouvernement de Gênes43. On se demande si c’est en pensant à cette correction, dont l’authenticité n’est pas douteuse44 et qui sera reprise dans l’édition de 1757/1758, qu’il a déclaré que l’édition Huart de 1750 in-12 était l’édition la plus correcte.

41Choisir comme texte de base la dernière édition corrigée par l’auteur, c’est choisir 50PH-03, dont le texte, malheureusement, est plus corrompu par des erreurs de transmission que les deux autres réimpressions. Pour la corriger, il faudrait remonter parfois, non seulement à l’édition Huart de 1749, mais même à l’édition Barrillot de 1748. Il faudrait, aussi, prendre une décision concernant la ponctuation et l’orthographe à suivre. La ponctuation, qui est beaucoup plus lourde que dans les éditions antérieures, n’est pas identique dans les trois réimpressions. Quant à l’orthographe, la réimpression 50PH-02 utilise habituellement des graphies traditionnelles (par exemple sçavoir avec ), tandis que dans les deux autres on trouve des graphies plus modernes (savoir avec s).

  • 45 Quelques exemples (nous citons la leçon des trois 50PH suivie de celle des éditions précédentes) : (...)

42Un très grand nombre de ces erreurs sont des fautes déjà présentes dans l’édition Huart de 1749 ; on peut les corriger facilement. Il est plus difficile, d’autre part, de résoudre le problème posé par les variantes « indifférentes » ou « neutres », c’est-à-dire celles qui ne se trouvent dans aucune édition précédente et peuvent être des corrections nouvelles de l’auteur ou tout simplement des erreurs du typographe45. Un certain nombre de ces variantes sont acceptées dans le texte de l’édtion de 1757/1758 ; mais ce n’est pas là une garantie de leur authenticité, puisque cette édition a tendance à suivre celle de 1750.

43Il faudrait donc opérer un choix pour la ponctuation et l’orthographe ainsi qu’accepter ou rejeter les variantes « indifférentes » ; c’est-à-dire que, dans l’établissement du texte, on ne peut pas éliminer toute subjectivité.

44Établir une édition critique, en prenant comme texte de base l’une ou l’autre de ces trois réimpressions, qui représenterait la dernière intention de l’auteur, pose des problèmes difficiles. Les partisans du système Greg-Bowers demanderont pourquoi on voudrait choisir un texte corrompu qui, étant la dernière d’une succession de réimpressions, accumule inévitablement des erreurs de transmission. Quant aux critiques historicistes il est probable qu’ils préféreraient l’édition de 1748 ou celle de 1757/58, toutes deux étant d’une importance historique indiscutable. C’est la première (ou la réimpression in-4° de Durand) qui est citée dans les nombreux pamphlets des années 1749-1750 pour et contre Montesquieu, tandis que peu de lecteurs citent celle de 1750. Quant à l’édition 1757/1758, elle est, du point de vue de la diffusion et de la réception et de l’ouvrage, un véritable monument historique : depuis 250 ans elle représente le texte authentique, la vulgate, de L’Esprit des lois.

45Une édition qui prendrait comme texte de base la première nous permettrait de suivre, dans les variantes, les corrections successives et l’évolution du texte de 1748 à 1758. Les autres éditions, basées par exemple sur celles de 1749, 1750 ou de 1757/1758, présenteraient, dans le texte ou dans les notes, les mêmes variantes, mais en fonction du texte de base choisi. Quant à la présentation de l’édition, imprimer les variantes en appendice serait les consigner à l’oubli ou au moins les dévaloriser. Dans une édition critique moderne la solution la plus pratique est de les imprimer au bas de la page, mais une autre possibilité est une présentation génétique linéaire qui tienne compte non seulement des imprimés mais aussi du manuscrit.

  • 46 Voir sur les textes, la textualité et les ressources de l’édition élecronique, Lou Burnard, Kather (...)

46L’histoire de Montesquieu et les imprimeurs de l’Esprit des lois 1748-1758 est essentiellement, d’une part, l’histoire d’un texte instable et en évolution et, d’autre part, celle de l’effort de nombreux éditeurs et imprimeurs de livrer au public un texte stable et définitif. L’édition critique moderne idéale serait une édition électronique qui nous permettrait de consulter, non un texte figé, mais plusieurs textes simultanément accompagnés de notes et de commentaires ainsi que de toutes les variantes et corrections successives46.

Appendice 1. Éditions de L’Esprit des lois, 1748-1758

Première phase

47Genève (Barrillot)

48• 1748 (48G) De l’esprit des Loix… A Genève, Chez Barrillot & Fils, s.d. 2 vol. in-4°.

49Paris (Durand)

50• 1749 (49PD) De l’esprit des Loix… A Genève, Chez Barillot, & Fils [Paris, Durand], s.d. 2 vol. in-4°.

51Lyon (Duplain)

52• 1749 (49L) De l’esprit des Loix… A Leyde, Chez les Libraires Associés [Duplain, impr. Aimé Delaroche], 1749. 2 vol. in-4°.

Deuxième phase

53Genève (Barrillot)

54• 1749 (49G-8°) De l’esprit des Loix… Nouvelle édition. Revüe & corrigée, avec des changemens considérables donnés par l’Auteur. A Genève, Chez Barrillot & Fils, 1749. 3 vol. in-8°.

55• Autre émission :… A Amsterdam, Chez Zacharie Chatelain, 1749.

56• 1749 (49G-4°) De l’esprit des Loix… Nouvelle édition. Revüe & corrigee, avec des changemens considérables donnés par l’Auteur. A Genève, Chez Barrillot & Fils, 1749. In-4°.

57• Autre émission :… A Amsterdam, Chez Zacharie Chatelain, 1749.

58• 1749 (49G-8°) De l’esprit des Loix… Nouvelle édition. Revüe & corrigée, avec des changemens considérables donnés par l’Auteur. A Genève, Chez Barrillot & Fils, 1749. 3 vol. in-8°.

59Paris (Huart)

60• 1749 (49PH) De l’esprit des Loix… Nouvelle édition. Corrigée par l’Auteur, & augmentée d’une Table des Matieres, & d’une Carte Géographique, pour servir à l’intelligence des articles qui concernent le commerce. A Genève, Chez Barrillot & Fils [Paris, Huart], 1749. 2 vol. in-4°.

61Paris (Durand ?)

62• 1749 (49P) De l’esprit des Loix… Chez Barillot, & Fils [Paris, Durand], s.d. 3 vol. in-12.

63Londres (Nourse)

64• 1749 (49LN) De l’esprit des Loix… Nouvelle édition Faite sur les corrections de l’auteur. A Genève, Chez Barrillot & Fils [Londres, Nourse], s.d. 2 vol. in-8°.

65Amsterdam (La Compagnie)

66• 1749 (49A) De l’esprit des Loix… Dernière édition, Revue, corrigée & considérablement augmentée par l’Auteur. A Amsterdam, aux dépens de la Compagnie, 2 vol. in-4°.

67Amsterdam (Chatelain)

68• 1749 (49AC) De l’esprit des Loix… Nouvelle Edition Revuë & Corrigée. A Amsterdam, Chez Chatelain, 1749. 4 vol. in-12.

69Edimbourg (Hamilton & Balfour)

70• 1750 [=1749] (50E) De l’esprit des Loix… Avec les dernieres Corrections & Illustrations De l’auteur. A Edinbourg, Chez G. Hamilton & J. Balfour, 1750. 2 vol. in-8°.

71Paris (Huart)

72• 1750-1751 (50PH-01) De l’esprit des Loix… 3 vol. in-12.

73• Exemplaires : Oxford, Bodleian : Shackleton A449-451 -Rome. Biblioteca Nazionale : N : 13.2.P.10-12.

74• 1750-1751 (50PH-02) De l’esprit des Loix… 3 vol. in-12.

75• Exemplaires : Oxford, Bodleian : Vet. A5f.1878-1880 ; Shackleton A443-445 ; A446-448 ; A455-457 -Paris, BnF : E*1299-1301.

76• 1750-1751 (50PH-03) De l’esprit des Loix… 3 vol. in-12.

77• Exemplaires : Bordeaux, Bibliothèque municipale : PF.1268/1-3 Rés. -Cambridge, University Library : Yorke d.299-301. -Paris, Arsenal : 8°J.23/1-3. -Paris, Sorbonne : C.9342. -Venise, Marciana : 207.D.182-184.

78• Trois réimpressions différentes ou composites de 49PH avec des pages de titre datées de 1750 ou 1751 sous l’adresse de Genève, chez Barrillot (ou Barillot) & fils, ou datées de 1751 sous l’adresse Londres, chez Noursse (avec deux s).

79Genève (Barrillot)

80• 1753 (53G) De l’esprit des Loix. A Genève, Chez Barrillot & Fils. 3 vol. in-12.

81• Nouvelle émission (avec réimpression des cahiers N à P et S à Z) du t. I de l’édition 49G-8° suivie d’une réimpression des t. II et III de la même édition (mais le t. II comporte une nouvelle émission des cahiers T à X du tome II de 49G-8°).

82Amsterdam (La Compagnie)

83• 1755 (55A) L’esprit des Loix… Nouvelle édition, augmentée d’un Discours & de la Défense… A Amsterdam, Par la Compagnie, 1755. 3 vol. in-12.

Troisième phase

84Paris (Huart & Moreau)

85• 1757 (57PH) De l’esprit des Loix… Nouvelle édition, Revue, corrigée, & considérablement augmentée par l’auteur. A Londres [Paris, Huart & Moreau], 1757. 4 vol. in-12.

86• 1758 (58Œ) Œuvres de Monsieur de Montesquieu. Nouvelle édition, revue, corrigée, & considérablement augmentée par l’auteur. A Amsterdam, & à Leipsick. Chez Arkstée & Merkus [Paris, chez Huart & Moreau]. 3 vol. in-4°.

Appendice 2. Stemma

Editions de L’Espris des lois 1748-1758

Editions de L’Espris des lois 1748-1758

48G = Genève, Barrillot & fils, 1748

49PH = Paris, Huart, 1749

49A = Amsterdam, La Compagnie, 1749

50E = Edimbourg, Hamilton & Balfour, 1749

49AC = Amsterdam, Chatelain, 1749

50PH = Paris, Huart 1750

49G = Genève, Barrillot, 1749

53G = Genève, Barrillot, 1753

49L = Lyon, Duplain, 1749

57PH = Paris, Huart, 1747

49LN = Londres, Nourse, 1749

58Œ = Œuvres, Paris, Huart & Moreau 1758

49PD = Paris, Durand ? 1749

Notes

1 La source essentielle pour l’histoire de la publication de cette édition et des éditions de 17491758 est la correspondance de Montesquieu de 1747 à 1748, publiée dans Montesquieu, Œuvres complètes, éd. André Masson, Paris, Éditions Nagel, 1950-1955, t. III. Voir aussi Gébelin F., « La publication de L’Esprit des lois », Revue des bibliothèques, 24 (1924), p. 125-158 ; Chabé A.-A., « L’Esprit des lois. Montesquieu au travail. Bibliographie des premières éditions », Bulletin de la Société des bibliophiles de Guyenne, 18 (1948), p. 39-64 ; Postigliola A., « La version imprimée », Montesquieu, De l’Esprit des lois, Livre I et XIII (imprimé et manuscrit), Oxford, Voltaire Foundation ; Naples, Istituto italiana per gli studi filosofici, 1998, p. ix-xxiv ; Postigliola, « Les premières éditions de L’Esprit des lois et la nouvelle édition critique », Editer Montesquieu au xviiie siècle, sous la direction de Louis Desgraves, Bordeaux, Société des Bibliophiles de Guyenne, 1999 (numéro spécial de la Revue française d’histoire du livre, 102-103 (1999), p. 107-126) ; Desgraves L., « L’impression de L’Esprit des lois à Genève 1747-1748. Achèvement de l’ouvrage et corrections », Le Temps de Montesquieu, Actes du colloque international de Genève (28-31 octobre 1998), éd. Michel Porret et Catherine Volpilhac-Auger, Genève, Droz, 2002, p. 33-41 ; Courtney C. P., « L’Esprit des lois dans la perspective de l’histoire du livre (1748-1800) », Le Temps de Montesquieu, p. 65-96.

2 Voir, pour Vernet, Graham Gargett, « Jacob Vernet éditeur de Montesquieu : la première édition de L’Esprit des lois », Revue d’histoire littéraire de la France, 91 (1991), p. 890-900 et, du même auteur, Jacob Vernet, Geneva, and the philosophes, Oxford, Voltaire Foundation, 1994 (Studies on Voltaire and the eighteenth century, 321).

3 Vernet, Lettre à Monsieur le Premier Sindic (Archives d’État de Genève, Registre de la Compagnie des Pasteurs, R28, et Gargett, art. cit., p. 892, note 7).

4 Guasco O. di, Lettres familières (1767), note de Guasco à la lettre de Montesquieu du 30 mai 1747 (Œuvres, éd, Masson t. III, p. 1086).

5 Vernet à Montesquieu, 4 novembre 1748 (Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1141-1143).

6 Montesquieu à William Domville, 4 mars 1749 (Minute autographe reproduite dans Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1195). La phrase dans laquelle se trouve le mot « estropié » est biffée, mais on ne saurait douter qu’il exprime d’une manière très exacte le sentiment de Montesquieu.

7 Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1143.

8 Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1257.

9 Dans tous les articles bibliographiques sur L’Esprit des lois on date cette édition de décembre 1748 ; mais l’examen de la correspondance de Montesquieu de janvier-février 1749 indique assez clairement qu’elle a paru en janvier 1749 : voir, par exemple, les lettres à Montesquieu des 13 et 21 janvier 1749 dans lesquelles Bulkeley parle de la préparation d’une édition parisienne de l’ouvrage.

10 Une demande de privilège est déposée par Laurent Durand le 7 novembre 1748 (Registre des privilèges et permissions simples de la Librairie, Paris, BnF, Ms fr. 21997, f. 168v, n° 3039 (cité par Edgar Mass, Literatur und Zensur in der frühen Aufklärung, Frankfurt-am-Main, Klostermann, 1981, p. 166-172). Il n’y a aucune mention dans ce registre, ni dans le Répertoire alphabétique des Registres de Librairie depuis 1738 jusqu’à l’année 1750 (BnF, Ms. fr. 21976, f. 90v, n° 3039) d’un privilège ou d’une permission simple accordé à Durand pour L’Esprit des lois ; mais étant donné que la vente de la réimpression a été tolérée par les autorités parisiennes, il est probable que le libraire a reçu une permission tacite (le registre des permissions tacites pour 1748-1749) n’a pas été conservé).

11 Les deux premiers errata sont décrits d’une manière sommaire par Gébelin, p. 143-145 ; une étude détaillée de tous les errata est en préparation sous la direction de Catherine Volpilhac-Auger.

12 Voir Varry D., « Les imprimeurs-libraires lyonnais et Montesquieu », Le Temps de Montesquieu, p. 43-63.

13 Voir, pour les éditions de cette deuxième phase, Courtney C. P., « L’Esprit des lois dans la perspective de l’histoire du livre », p. 68-73. Voir aussi (notamment pour les éditions de Londres et d’Edimbourg), Courtney, « Montesquieu et ses relations anglaises : autour de sa correspondance des années 1749-1750 sur deux éditions britanniques et deux traductions de L’Esprit des lois », Montesquieu, Œuvre ouverte (1748-1755), Actes du Colloque de Bordeaux, 6-8 décembre 2001, éd. Catherine Larrère, Cahiers Montesquieu 9 (2005), p. 145-162.

14 Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, Nouvelle édition, corrigée & augmentée par l’Auteur, Paris, Huart & Moreau fils, 1748.

15 Huart à Montesquieu, [début mars 1749], (Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1198).

16 Barrillot à Montesquieu, 17 mars 1749 (Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1210-1211).

17 Montesquieu à Domville, 4 mars 1749 (Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1195).

18 Voir, sur cette édition, Shackleton R., « John Nourse and the London edition of the Esprit des lois », Studies in the French eighteenth century presented to John Lough, éd. D. J. Mossop et al., Durham, University of Durham, 1978, p. 248-259.

19 Edimbourg, National Library of Scotland, ms. VI/47 (lettre reproduite dans Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1255, mais en omettant l’allusion aux 374 corrections).

20 Caledonian Mercury, novembre 1749.

21 L’édition de Chatelain comporte un « Avertissement » avec un certain nombre de corrections qui auraient été communiquées à l’imprimeur par l’auteur ; l’édition de La Compagnie comprend plusieurs pages d’errata qui se baseraient sur la liste de corrections envoyées par Montesquieu à Barrillot, mais qui sont en réalité accompagnées de coquilles particulières à cette édition. Rien n’indique que Montesquieu se soit mis en rapport avec les imprimeurs de ces éditions.

22 Pour ces trois corrections, voir ci-dessous, note 36.

23 Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1182.

24 Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1297.

25 Œuvres de Montesquieu, Londres, Nourse [Paris, Huart et Moreau], 1767, 3 vol. in-4°, t. I, p. 16.

26 L’Année littéraire, 1776, VI, p. 43.

27 Voir Weil F., « L’Esprit des lois devant la Sorbonne », Revue historique de Bordeaux et du department de la Gironde, 2 (1962), p. 183-191 et Catherine Volpilhac-Auger avec la collaboration de Claire Bustarret, L’Atelier de Montesquieu, manuscrits inédits de La Brède, Cahiers Montesquieu 7 (2001), p. 271-275.

28 Réflexions sur le rapport de Mgr Bottari, Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 648.

29 Il s’agit du manuscrit conservé à la BnF (Naf 12832-12835), publié dans une édition critique par Catherine Volpilhac-Auger dans Montesquieu, Œuvres complètes, t. 3-4, Oxford, Voltaire Foundation ; Napoli : Istituto italiano per gli studi filosofici, 2008.

30 Montesquieu, De l’esprit des lois, éd. Jean Brethe de La Gressaye, Paris, Les Belles Lettres, 1950-1961, 4 vol. ; De l’esprit des lois, éd. Robert Derathé, Paris, Garnier, 1973, 2 vol.

31 Voir, pour cette approche Greg W. W., « The rationale of copy-text », Studies in Bibliography 3 (1950-1951), p. 19-36 ; Bowers F., Bibliography and textual criticism, Oxford, Clarendon Press, 1964, Essays in bibliography, text and editing, Charlottesville, university of Virginia Press, 1975 ; Tanselle G. T., The rationale of textual criticism, Philadelphia, university of Pennsylvania Press, 1989.

32 Voir McGann J., A critique of modern textual criticism, Chicago university of Chicago Press, 1983 et McKenzie D. F., The Sociology of Bibliography, London, British Library, 1986. Voir aussi Gabler H. W., Bornstein G. et Pierce G. B., Contemporary German editorial theory, Ann Arbor, university of Michigan Press, 1995.

33 Il ne faudrait pas que l’éditeur moderne se laisse intimider par le nombre de fautes à corriger : quelque 300 dans un texte de plus de 1200 pages ; cf. la première édition des Considérations où il y a 59 fautes pour 278 pages (voir Montesquieu, Œuvres complètes, t. II, Oxford, Voltaire Foundation et Naples, Istituto italiano per gli studi filosofici, 2000, p. 52-54). Notons que dans certains livres de l’édition de 1748 de L’Esprit des lois il n’y a presque pas de fautes ; c’est surtout dans les livres que Montesquieu a envoyés à l’imprimeur à la dernière minute (XXVI, XXVIII, XXX et XXXI) qu’elles sont nombreuses.

34 On peut se servir aussi, dans certains cas, du manuscrit de L’Esprit des lois.

35 Si la même variante, par rapport à l’édition de 1748, se trouve dans toutes les éditions de 1749 (ou même dans la plupart de ces éditions) pour lesquelles les imprimeurs ont reçu des listes de corrections, il paraît raisonnable d’accepter cette variante comme une correction de l’auteur.

36 Il s’agit de corrections importantes : Livre X, chapitre 8, §2 ; Livre XXIV, chapitre 6, §2 et Livre 26, chapitre 5, §2. Pour une autre correction de ce genre, voir la dernière édition de 1750, Livre II, chapitre 3, §4, que nous citons ci-dessous, note 43.

37 Cf. Bowers F., « Multitple authority. New problems and concepts of copy-text », The Library, 27 (1972), p. 81-115.

38 Cf. l’observation de G. Thomas Tanselle sur les deux approches (celle qui se base sur l’intention de l’auteur et celle des critiques historicisants) : « both are necessary for a complete history of the origin and dissemination of texts ; choosing to follow one or the other should not imply that only one is worthwhile » (compte rendu de Mays J. C. C., Fredson Bowers and the Irish wolfhound, The Book Collector, 56 (2006), p. 293).

39 Il existe aussi des éditions de 1753 et 1755 (voir ci-après Appendice 1), mais elles ne comportent aucune nouvelle révision.

40 Voir ci-après, Appendice 2. Notons que ce nouveau classement : 50PH-01, 02 et 03, représente une révision de la filiation de ces éditions suggérée par les études bibliographiques précédentes de Postgliola et Courtney (c’est-à-dire que l’ordre 50PHa, b. c. est maintenant inverti pour devenir 50PH-03, 02 et 01).

41 Dans les éditions 50PH-01 et 50PH-02 le texte des p. 238-239 du tome II sont invertis.

42 Dans les exemplaires non cartonnés on lit : « Elles [les bêtes] ont des Loix positives, parce quelles sont unies par le sentiment ; elles n’ont point de Loix naturelles, parce qu’elles ne sont point unies par la connoissance. » Le texte corrigé est le suivant : « Elles ont des Loix naturelles […] ; elles n’ont point de Loix positives […] » (Livre I, chapitre 3).

43 Dans les éditions précédentes on lit : « Ce sera une chose très heureuse dans l’aristocratie si, par quelque vie indirecte, on fait sortir le peuple de son anéantissement : ainsi à Gênes la banque de Saint George qui est dirigée par le Peuple lui donne une certaine influence dans le Gouvenement, qui en fait toute la prospérité ». Dans le texte révisé la fin de ce passage est modifiée : « […] qui est dirigée en partie par les principaux (a) du Peuple, donne à celui-ci une certaine influence dans le Gouvernement, qui en fait toute la prospérité. [Note] (a) Voy. M. Addison, Voyages d’Italie page 14 ».

44 Montesquieu a fait cette correction à la suite des remarques de M. de Palavicini, ministre plénipotentiaire de la république de Gênes en France. Voir la lettre du 2 avril 1749 de Mme de Tencin à Montesquieu et sa réponse du 15 avril (Œuvres, éd. Masson, t. III, p. 1215 et 1224).

45 Quelques exemples (nous citons la leçon des trois 50PH suivie de celle des éditions précédentes) : « avant que de chercher » / « avant de chercher » (Liv. I, chap. 2, §2). – « couvrir toute la terre »/ « couvrir la terre » (Liv. II, chap. 4, §7). – « cette entreprise d’Hannon » /« cette seconde entreprise d’Hannon » (Liv. XXI, chap. 8, §2). – « un tems serein » / « un tems si serein » (Liv. XXI, chap. 8, §15). – « Loix des Barbares » / « Loix Barbares » (Liv. XXX, chap. 20, §1). – « Si un grand homme » / « Si un si grand homme » (Liv. XXX, chap. 25, §12).

46 Voir sur les textes, la textualité et les ressources de l’édition élecronique, Lou Burnard, Katherine O’Brien O’Keefe et John Unsworth (éds), Electronic textual editions, New York, Modern Language Association of America, 2006. Voir aussi Peter L. Shillingsburg, From Gutenberg to Google, Cambridge University Press, 2006.

Table des illustrations

Légende 48G. Première édition. Genève, Barrillot & Fils, 1748, in-4°
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 50E. Édition d’Édimbourg, Hamilton & Balfour, 1750 [=1749], in-8°
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Légende 57PH
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 795k
Légende 50PH-03
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38663/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 591k
Légende 58Œ.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38663/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Editions de L’Espris des lois 1748-1758
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38663/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540