Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'écrivain et l'imprimeur

 | 
Alain Riffaud

Louis-Antoine Caraccioli ou les amusements typographiques d’un moraliste mondain

Didier Travier

Texte intégral

  • 1 Desportes N., Bibliographie du Maine…, Le Mans, Pesche, 1844, p. 241-244. Rebut D., « La vie et le (...)
  • 2 Fumaroli M., Quand l’Europe parlait français, Paris, de Fallois, 2001, ch. 19. Jacques M., Louis-A (...)
  • 3 L’ensemble a fait l’objet d’une réédition récente assez défectueuse, incomplète en particulier de (...)
  • 4 Jacques M., Louis-Antoine Caraccioli écrivain et voyageur, p. 364-381. Ou, avec un contenu sensibl (...)

1Les expérimentations typographiques du marquis de Caraccioli offrent un exemple des rapports entre écriture et imprimerie à la fois singulier et approprié au lieu de ce colloque puisque, en dépit de ses ascendances italiennes et d’une vie partagée entre Paris et des séjours à l’étranger, Louis-Antoine Caraccioli est lié au Mans par sa naissance en 1719 et par sa formation, jusqu’en 1739, au collège des Oratoriens de la ville1. Il n’est pas utile ici de présenter en détail ce littérateur prolifique – plus de 80 titres – que Marc Fumaroli et avant lui la thèse de Martine Jacques ont tiré de l’obscurité où l’avaient plongé les sarcasmes des encyclopédistes2. Toute notre attention portera sur ses trois livres imprimés en couleur bien connus des bibliophiles : Le livre à la mode, dans ses versions verte et rouge (dont le texte diffère totalement) et Le livre de quatre couleurs3. Ces gadgets typographiques qui entrent au service d’un projet de critique morale – Martine Jacques parle d’« analyse optique des mœurs4 » – retiendront ici doublement notre attention : par le discours d’un écrivain qui y imagine, sur un ton ludique et parodique, une apparence physique nouvelle du livre ; par le travail d’un imprimeur qui s’efforce de mettre en œuvre, jusqu’à un certain point au moins, ce programme théorique.

  • 5 BnF, Ms français 22161, f. 10v°. Cité par Droixhe D., Une histoire des Lumières au pays de Liège : (...)
  • 6 On trouvera ci-dessous la description de ces différentes éditions avec, pour ne pas alourdir, une (...)
  • 7 C’est ainsi qu’un nouvelliste allemand à Paris, Schütze, parle du Livre à la mode ou du Livre de qu (...)
  • 8 LQC, p. 80.

2La première édition du Livre à la mode est imprimée en vert (ill. 1). L’ouvrage, paru sans indication de date, fait l’objet d’une recension dans l’Année littéraire, la gazette de Fréron, au tome III de 1759. On sait par ailleurs grâce au journal de d’Hémery, inspecteur de la Librairie, qu’il circulait en deux formats, in-8° et in-12, dès les premiers jours de l’année 17595. La comparaison de deux exemplaires conservés à la bibliothèque de Besançon montre en outre que le format in-12 a fait l’objet de deux éditions qui présentent la même collation mais une composition typographique et, au moins aujourd’hui, une teinte différente (ill. 3-4). À ma connaissance, il existe de même trois éditions en rouge – Caraccioli dit « rose » ou « vermillon » – deux au format in-12 et une au format in-8° ; elles portent les dates transparentes de 1000700509 et 100070060 (ill. 2). Enfin Le livre de quatre couleurs a connu une première édition en 114 pages qui est citée dans le tome III de 1760 de l’Année littéraire. Il en existe une seconde de même format mais en 110 pages6. Il y eut donc, en un temps vraisemblablement très resserré, au moins huit éditions en couleur, ce qui prouve le succès des « fameux livres7 ». On a parfois attribué aussi à Caraccioli la paternité du Livre jaune, publié « à Cocupole, l’an du cocuage d’Adam 5759 », mais celle-ci est rejetée par la critique et – s’en étonnera-t-on ? – par l’auteur lui-même8.

  • 9 Das Buch nach der Mode aus dem Französischen übersetzet, Grünblatt, aus der Buchdruckerey des Frühl (...)
  • 10 El libro a la moda traducido del frances al castellano, Madrid, en la emprenta del Consejo de India (...)
  • 11 Amann E., « Scarlet Letters : Translation, Fashion and Revolution in 1790s Spain », Dieciocho : His (...)
  • 12 Modnaâ kniga. čast’I[-II] russkago perevodu, Moskva, v” Universitetskoj tipografìi u N. Novikova, 1 (...)

3Une évaluation complète du phénomène supposerait également d’en repérer les diverses traductions. Il existe au moins deux éditions en allemand9. En Espagne, la réception ne paraît pas antérieure à 1784 avec une traduction du livre vert puis une adaptation, imprimée en noir, du même ouvrage par Luis de Eijoecente et une autre, anonyme, du livre rose10. Une étude récente a montré le rôle joué par cette littérature dans le mouvement dandy des currutacos11. On signalera aussi une traduction russe de 1789 imprimée en noir et sans les ornements du perroquet et du rosier dont l’emplacement est seulement indiqué12.

La récréation d’un écrivain

4L’intention de l’auteur, dans ses livres en couleur, est transparente. Elle figure en toute lettre dans la devise du Livre de quatre couleurs : « Ridendo dicere verum quid vetat ? ». Il la fait en outre énoncer à deux des personnages d’un dialogue du Livre à la mode, version rouge :

  • 13 LR, p. 67.

Il m’a beaucoup plu, dit l’un à propos du livre vert, en ce que, sous prétexte de vanter les modes et les frivolités de notre siècle, il couvre de ridicule petits-maîtres et petites-maîtresses, auteurs romanesques et futiles, et se raille agréablement de notre persiflage et de nos airs affectés. […] Quand un livre, surenchérit l’autre, tend à corriger les mœurs, le badinage en est toujours bon ; souvent même il fait plus de fruit qu’un ouvrage austère, et parce qu’il est plus généralement lu, et parce qu’il n’a point la tournure d’un sermon, contre lequel on se tient ordinairement en garde13.

  • 14 LR, p. 58.
  • 15 LR, p. 57.
  • 16 LR, p. 56.

5Vivant en un temps et un lieu où « il ne faudrait […] qu’un signe de croix pour perdre une personne de réputation14 », le moraliste ne peut administrer aux gens du beau monde des sermons à la Bourdaloue. Il doit donc adopter, selon le mot d’Anne Richardot, « une stratégie de séduction ». La recette est, dira-t-on, vieille comme la morale mais la nouveauté est ici que le badinage ne concerne pas seulement le style et la forme littéraire mais aussi l’aspect physique de l’ouvrage. Quoi de plus efficace en effet pour combattre la futilité des modes qu’un livre qui soit lui-même un objet à la mode, qui ait « l’honneur de reposer quelques minutes sur le sopha de la Duchesse de *** et sur la toilette du Chevalier de ***15 » ? Et c’est précisément par l’artifice typographique de la couleur que l’écrivain va atteindre ce but. L’impression en couleur flatte les sens d’une époque réputée sensuelle et le changement de couleur, prémédité dès l’édition verte, répond à la versatilité des goûts car telle « couleur, maintenant à la mode, ne durera peut-être qu’une heure et vingt minutes16 ». La couleur fait ainsi passer le livre du ciel éternel des idées au monde changeant des apparences sensibles.

  • 17 LV, p. 31.
  • 18 LR, p. 51.
  • 19 LQC, p. 79.

6Le livre en couleur est donc d’abord conçu à l’image du lecteur mondain qu’il vise. Il s’accorde aux « jolis rubans » qu’il porte, à la pièce où il se tient « égayée par les plus charmantes dorures et par les plus vives couleurs », aux mets bariolés qu’il consomme, à ses yeux surtout, non pas les yeux grossiers de province mais ces « yeux de Paris, c’est-à-dire des yeux fins, délicats et sémillants [qui] ne doivent se reposer que sur des objets agréables17 ». Imprime-t-on le livre en vert ? Il est assorti à l’éventail ou au perroquet des dames, aux velours et aux péruviennes des messieurs. Issu de l’imprimerie du printemps, à Verte-Feuille, à l’emblème du perroquet, il sied à merveille à une époque qui s’entiche de toute nouvelle pousse. Le voici à présent couleur de rose ou fardé du « plus beau des vermillons », il reflète les « visages, magnifiquement et furieusement enluminés » des petits-maîtres et des petites-maîtresses18. Devenu « livre bigarré » – livre caméléon si l’on veut après avoir été livre perroquet – il « contribue à la variété » qui règne en maître19. Arme secrète du moraliste, le livre en couleur apparaît ainsi comme un miroir dans lequel l’époque peut, sans y prendre garde, apercevoir ses propres travers et être reconduite à sa vérité.

  • 20 LV, p. 34.
  • 21 LR, p. 57.
  • 22 LR, p. 53.
  • 23 LV, p. 44.
  • 24 LR, p. 52.
  • 25 LV, p. 37. LR, p. 57.
  • 26 LV, p. 37.

7Cette fonction révélatrice, les ouvrages du marquis de Caraccioli l’exercent aussi à l’égard du statut réservé au livre par un siècle superficiel dans lequel un bel esprit sait « faire un poème dans huit jours, un roman dans trois, et fronder dans un quart d’heure toute la religion et toutes ses preuves20 ». Récréation qui n’aurait coûté que quatre soirées à son auteur21, Le livre à la mode enchantera celui qui, en guise de lecture, « jette un œil à demi ouvert sur un livre tout joli ; […] en lit deux lignes, et […] cause ensuite une demi-heure22 ». Aussitôt oublié – car « je voudrais qu’on me citât une personne qu’une lecture ait convaincue et convertie23 » – ce colifichet typographique finira bientôt « papillote […] chez le petit-maître à frisure en cabriolet, bouchon de quelque jolie fiole chez nos coquettes à eaux de lavande et de bergamote, enveloppe de boucles à brillants chez quelques laquais du bon ton24 ». Ou pourquoi pas, car l’imagination de Caraccioli est sur ce point sans limite, miroir de poche, jupon de papier ou pâte de dentifrice25 ? S’il rejoint une bibliothèque, car il est « du bel air » d’en avoir une, on ne trouvera en celle-ci que romans, pièces de théâtre, lectures faciles, à commencer par de petits dictionnaires et des journaux, littérature de distraction, philosophie matérialiste ou estampes, obscènes de préférence26.

  • 27 LV, p. 31.

8Fini donc le temps ringard des « imprimeurs gothiques » « qui ne connaissaient que le bon sens et la vertu27 », l’on ne juge plus désormais les livres que sur leur apparence :

  • 28 LV, p. 29.

Je gage contre qui voudra que tout imprimeur qui saura rajeunir les titres des mauvais bouquins, et les réimprimer en jaune, ou en gris-de-lin, gagnera beaucoup plus que s’il avait Bacon, Locke et Newton même à débiter28.

  • 29 LV, p. 32.
  • 30 LV, p. 31.

9L’imprimeur capable d’imiter en sa partie le succès du vernis Martin, cet ersatz de laque qui triomphe dans l’ameublement, « s’acquerra bientôt une gloire supérieure à celle des Estienne et des Elzévir29 ». La survie de la connaissance ne tiendra plus qu’à l’ingéniosité extravagante des imprimeurs : « on va faire des livres comme des toiles peintes, et l’esprit de nos savants paraîtra reverdir. » Car « l’ignorance, dont nous déplorons les effets, n’a peut-être d’autre cause que notre manière ridicule d’imprimer30 ». Avec l’inévitable part d’illusion de toute nostalgie, Caraccioli pense ainsi être le témoin d’une désacralisation du livre qu’il met en scène de manière parodique dans ses livres en couleur, ce que Marc Fumaroli exprime remarquablement :

  • 31 Fumaroli M., op. cit., p. 329.

Retournant l’ambition originelle de l’imprimerie humaniste (sauver les textes classiques des effets du temps en les gravant sur du papier, comme les inscriptions antiques avaient été éternisées dans le marbre), Caraccioli mettait en évidence par cet encrage ironique et bizarre la frivolité du livre moderne de poche, objet de consommation hâtive et jetable. Il la mimait jusqu’à la caricature, non pour la flatter ni pour la condamner, mais pour la conduire à reconnaître ce qu’elle voulait ignorer : son propre principe de vanité31.

  • 32 LV, p. 28.

10L’originalité du livre en couleur tient donc à ce qu’il simule comme objet ce qu’il dénonce comme discours : la réduction de l’être du livre à son paraître. Il énonce ainsi et met en œuvre le principe d’une correspondance entre la forme matérielle et la signification, entre l’esprit de l’écrivain et la lettre de l’imprimeur : « ne convient-il pas que l’impression d’un livre réponde au livre même et que des lettres toutes jolies expriment de jolies pensées32 ? »

  • 33 LV, p. 30.

Je voudrais, commente-t-il, que chaque ouvrage s’annonçât sous la forme qui le caractérise. Rien ne m’a fait plus enrager que de voir un almanach imprimé de la même manière que les ouvrages de Fontenelle. Chaque animal ne doit-il pas conserver sa couleur et son poil33 ?

11Caraccioli s’amuse alors avec une évidente gaieté à décliner dans cette optique toutes les possibilités offertes par la typographie en couleur, sans au demeurant rechercher une symbolique univoque. L’impression en noir est bonne pour les « philosophes profonds » aux « idées tristes et rembrunies », mais elle ne sied pas aux « écrivains pleins de grâces et d’élégances, nés pour réjouir le beau monde ». Le noir sera encore réservé à la satire assassine mais, pour l’éloge, on préfèrera le dire avec du rose. On peut aussi imaginer un nuancier des genres littéraires : par exemple, le bleu pour les contes, ceux, suppose-t-on, de la bibliothèque troyenne, le jaune pour les ouvrages licencieux et le vert printanier, précisément pour les productions à la mode. Idem pour les gazettes qui auraient chacune le teint de son origine géographique. Caraccioli, en un temps qui voit naître les premiers journaux de mode, en imagine aussi les fascicules à la couleur de la saison :

  • 34 LR, p. 55.

Je veux former une collection de livres qui retrace un parterre, et qui serve en même temps de toilette et de bibliothèque à nos petits-maîtres. Aussi, j’avertis le public que je travaille maintenant à donner régulièrement tous les mois le Journal de la mode, et que chaque journal aura sa couleur particulière. Janvier en noir, février en brun, mars en gris, avril en vert, mai en lilas, juin en ponceau, juillet en cramoisi, août en bleu, septembre en violet, octobre en jaune, novembre en moire dorée et décembre en feuille morte34.

  • 35 LV, p. 46.

12À l’image de son lecteur et de son contenu, le livre peut aussi bien refléter la personnalité de l’auteur : le noir annonce le curé, le cramoisi un souverain, le jaune (d’or bien sûr) un financier. Car « si chaque domestique porte la livrée du maître à qui il appartient, et si chaque soldat porte l’uniforme de son régiment, il est à propos qu’un livre annonce par quelque marque distinctive, son auteur35 ».

13Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Le primat du paraître ne saurait s’en tenir à la seule typographie. Déjà les imprimeurs ont été devancés par les relieurs.

  • 36 LV, p. 29.

Tout livre a maintenant sa tranche dorée ou, tout au moins, marbrée, et la couverture n’a point d’autres couleurs à prétendre que le rouge, le vert ou le bleu. Ce serait perdre une bibliothèque que d’y faire rentrer des volumes rembrunis, comme on en voyait dans le temps passé36.

  • 37 LV, p. 44.
  • 38 LV, p. 29.
  • 39 LV, p. 32.
  • 40 LV, p. 29.

14Mais le relieur est encore trop conservateur car c’est la forme elle-même du codex qui pourrait être renouvelée, en inventant par exemple des livres jeux de cartes composés de « petits ouvrages in-seize, en forme d’almanach », chacun contenant l’abrégé d’un auteur37 ou, mieux, des livres éventails38. Comme article à la mode et accessoire permettant une subtile dialectique du masqué-démasqué, l’éventail auquel Caraccioli consacre un chapitre de son Livre de quatre couleurs, n’est-il pas en effet l’emblème du siècle ? Un livre total devrait en outre s’adresser à tous les sens, en étant par exemple parfumé, ce qu’il finira de toute manière par devenir au contact des gandins pommadés qui le feuilletteront. Quant à la typographie elle-même, elle offre des ressources presque infinies. Ainsi l’austère Encyclopédie aurait plus de succès « si chaque article était distingué par la couleur, et si toutes les lettres d’un seul mot avaient chacune leur nuance, et formaient une parole magnifiquement émaillée39 ». Dans le même esprit, on pourrait imprimer chaque mot à la couleur qui lui convient : « cerise » en rouge, « jolies femmes » en rose et « financier » en lettres d’or. L’alphabet lui-même pourrait être remplacé par des idéogrammes, de fleurs par exemple, chacune imprimée à sa couleur40. Ainsi naîtrait un livre parterre ou mosaïque qui ne demanderait plus à être lu mais seulement à être vu.

15On comprend, au terme de cette présentation, ce qui rapproche et différencie Caraccioli des recherches ultérieures d’une typographie expressive. Comme elles, il pose le principe d’une nécessaire adéquation du signifiant et du signifié et le met en pratique dans ses propres ouvrages, ce qui leur confère leur singularité et leur efficacité. Mais il s’agit moins de rechercher une unité de la forme et du contenu comme un plus haut degré de sens que de regretter la superficialité d’une époque qui fait si grand cas de la forme et si peu du contenu. Caraccioli ne revendique pas tant une promotion du signifiant vers le signifié qu’il ne constate une déchéance du signifié vers le signifiant. Il demeure néanmoins que par le plaisir ludique qu’il prend à non seulement imaginer des livres visuels mais encore à les faire, jusqu’à un certain point, imprimer, Caraccioli réhabilite en quelque manière par la pratique ce qu’il dénonce par le discours : le livret-objet.

La création d’un imprimeur

  • 41 Supplément au catalogue. Livres nouveaux, ou nouvellement réimprimés, année 1761, qui se vendent c (...)
  • 42 Je remercie Mme Sabine Juratic pour les informations qu’elle m’a communiquées sur Duchesne.
  • 43 De Theux de Montjardin X., Bibliographie liégeoise …, Nieuwkoop, De Graf, 1973 (reprod. de l’éd. d (...)
  • 44 Groupe d’étude du dix-huitième siècle de l’université de Liège (GEDHS), Base Môriâne [en ligne], L (...)
  • 45 « Un bandeau de Depas contribue également à établir que certains volumes de Caraccioli portant le (...)

16En dépit de la mention alléchante du livre rose qui promet une « nouvelle édition marquetée, polie et vernissée », l’idée ambitieuse d’un livre émaillé ne fut jamais mise à exécution. Il ne faut cependant pas minimiser la performance constituée par l’impression des trois ouvrages en couleur qui, à ma connaissance, constituent une première dans l’histoire du livre. L’édition n’avait en effet guère connu jusqu’à lui que le noir et rouge, pour les pages de titre et les ouvrages de liturgie surtout. Ces expérimentations piquent la curiosité et posent la question du ou des ateliers d’imprimerie d’où elles sont sorties. Les recensions parues dans l’Année littéraire précisent que les ouvrages sont en vente chez Duchesne, information reprise par Barbier et divers autres bibliographes. De fait, on trouve les livres « verd » et « couleur de rose » au catalogue de la librairie de la rue Saint-Jacques parmi les « livres nouveaux, ou nouvellement réimprimés, depuis l’année 1759, jusqu’à la présente année [1761]41. » Ils se vendent au prix de 2 l. 8 s. la paire. Le livre de quatre couleurs est de même proposé parmi les nouveautés de 1761 pour 1 l. 10 s. Nicolas-Bonaventure Duchesne était l’un des gros libraires parisiens du moment. Son fonds était même si important qu’il mourut en 1765 … écrasé sous une pile de livres ! Mais il n’était pas lui-même imprimeur42. La solution de l’énigme est indiquée par la Bibliographie liégeoise de Xavier De Theux de Montjardin qui propose d’attribuer la paternité des livres en couleur à Jean-François Bassompierre, imprimeur à Liège43. De fait, on peut retrouver, grâce à la base Môriâne, l’ornement au perroquet qui figure sur la page de titre des trois éditions vertes dans le Tableau de l’empire Ottoman de Joseph de La Porte imprimé par Bassompierre en 175444. Ce prince de la contrefaçon a publié du reste de nombreuses autres œuvres de Caraccioli : on en trouve au catalogue de la BnF plus d’une trentaine d’éditions entre 1759 et 1765 et l’usage se perpétue avec sa veuve. Il convient toutefois de prendre garde au fait qu’une partie non négligeable d’entre elles ont de fausses adresses qui correspondent en réalité, selon un jeu de contrefaçons croisées, à des impressions parisiennes ou rouennaises45

17L’origine liégeoise des livres en couleur est confirmée par Daniel Droixhe qui cite le témoignage de d’Hémery et le met en relation avec la réputation de l’atelier de bien maîtriser la technique de l’encrage. Le passage mérite d’être cité in-extenso :

  • 46 Droixhe D., Une histoire des Lumières au pays de Liège, p. 94.

L’imprimeur maîtrisait en effet particulièrement la technique de l’encrage. Son gendre Jean Vanden Berghen, qui exerçait à Bruxelles, fit de la réclame dans la Gazette des Pays-Bas pour la « très bonne encre très forte » qu’il vendait « dont feu son Beau Pere le sieur JF Bassompierre, Imprimeur de S.A.C. le Prince-Eveque de Liege, lui a laissé le secret ». « Les imprimeurs qui savent la ménager, n’en usent que très peu, parce que le noir qui en est très fin, y entre en abondance. » Bassompierre avait démontré son savoir-faire en faisant paraître à la date de 1759 Le livre à la mode, imprimé tantôt en encre rouge, tantôt intégralement en vert. L’ouvrage se présentait en quelque sorte comme un cadeau pour les étrennes, puisque le journal de d’Hémery, note au 4 janvier 1759 : « Le livre à la mode, brochure in-12 ou 8° imprimée en verd à Liège, distribuée icy avec permission tacite. » Bassompierre tenta la performance et l’inédit l’année suivante en donnant Le livre de quatre couleurs, encré en jaune, vert, brun et orange. On a dit aussi que le rouge employé par le Liégeois offrait une teinte plus franche que dans certaines éditions françaises où il se rapproche davantage de l’orange, ce qui pourrait servir de critère – très relatif -d’identification46.

18La qualité d’impression des livres en couleur est saluée au xixe siècle par un œil du métier dans un article des Annales de la typographie, l’auteur en louant le « vert de belle nuance » et le « rose magnifique » :

  • 47 Alkan aîné, « Impressions polychromes », Annales de la typographie française et étrangère, 15 sept (...)

nous croyons qu’il ne serait guère possible de se procurer un si beau rose ni d’imprimer aussi bien, en dépit même des nouveaux procédés introduits, depuis près d’un demi-siècle, dans nos imprimeries. Ces encres de couleur […] se broyaient à l’instant de s’en servir, et nous pensons que l’on ne s’en trouvait pas plus mal […]47.

  • 48 Besançon 245301, Avignon Res 532 (1), Dijon FA I-799.

19Il note cependant des changements de tons dans Le livre de quatre couleurs, qui peuvent provenir « de la manière de mélanger ces couleurs, de les broyer, de toucher avec les balles, et peut-être du changement d’ouvriers ». De fait on observe sur plusieurs exemplaires des différences d’intensité, surtout pour l’orangé. Ajoutons à la difficulté d’obtenir une encre constante, la question de son éventuelle altération dans le temps. L’in-12 vert pose à cet égard un problème particulier. Trois des différents exemplaires examinés appartiennent à l’édition qui fait débuter la dernière page par le mot « flexions »48 ; ils présentent tous une couleur « dorée » ou « brune » différente du vert de l’autre édition (ill. 3-4). S’agit-il de la couleur d’origine ou plus probablement d’une encre instable qui aurait uniformément passé ? Ne serait-il pas en effet absurde d’imprimer sciemment d’une couleur différente un livre qui s’affirme comme vert ?

20La difficulté de l’impression en couleur est encore illustrée par l’édition du livre rose constituée de XXXII, 88 p. à l’égard de laquelle notre typographe du xixe siècle se montre particulièrement sévère :

ce ne peut être qu’une contrefaçon : l’impression rouge en est horrible, détestable ; des lettres et des mots entiers sont bouchés ou empâtés. On dirait que l’encre a été faite avec de la brique pilée ; et enfin ce rouge est encore plus mauvais que celui que l’on emploie quelques fois dans les imprimeries de la capitale.

  • 49 Le bandeau du f. A2 n’est pas répertorié dans les bases Maguelonne et Fleuron.

21L’hypothèse d’une contrefaçon est confirmée par l’examen des caractères, des usages typographiques – avec emploi de chiffres romains pour la signature, même si le feuillet A2 reproduit est signé en chiffre arabe (ill. 13-14) – et du rosier qui orne la page de titre (ill. 11-12), copié sur celui de Bassompierre. Nous n’avons pas su identifier sa provenance49. Toutes les autres éditions, y compris la dorée, paraissent en revanche bien être de Bassompierre.

  • 50 Nous ne nous hasarderons pas à les dénommer : l’Année littéraire dit « en jaune, en bleu, en rouge (...)

22La formule utilisée par le Livre de quatre couleurs ajoute à la difficulté de fabrication des encres, des contraintes de composition. Chacune des cinq parties du livre (la préface, les trois chapitres et le « Testament de Messire Alexandre Hercule Epaminondas ») est en effet imprimée dans une couleur différente, la même couleur étant toutefois utilisée pour la première et la dernière section (ill. 6-9)50. L’imprimeur, pour optimiser son travail, doit donc s’arranger pour que chaque unité puisse être imprimée à partir d’un nombre entier de feuilles. Ayant choisi le format in-8° pour les deux éditions, il peut l’imposer en feuille entière et faire des cahiers de 8 feuillets ou par demi-feuille et obtenir deux cahiers identiques de 4 feuillets. C’est la raison pour laquelle, les deux éditions sont à une exception près – je laisse de côté la page de titre – composées de cahiers de 8 et de 4 feuillets dont l’alternance presque régulière a pu les faire confondre avec des in-12. La seule exception concerne le malheureux cahier D de l’édition de 114 pages qui contient la fin du chapitre premier et comprend 6 feuillets dont un entièrement blanc. L’édition de 110 p., qui est donc pour cette raison vraisemblablement postérieure, corrige ce défaut en recomposant le texte sur 21 lignes au lieu de 20, ramenant ainsi le cahier D à 4 feuillets. Dans le même temps, le compositeur évite, par une habile répartition des espaces, que l’ajout d’une ligne supplémentaire n’entraîne, à la fin des autres chapitres qui occupent le même nombre de feuillets dans les deux éditions, une page blanche qui aurait privé du contraste des couleurs. On trouve bien un feuillet blanc à la fin de la plus longue section, mais c’est alors sans gravité puisqu’il s’agit aussi de la fin du volume. Pour la préface, en revanche, qui fait 17 lignes dans les deux éditions, le compositeur suit quasi exactement son modèle.

  • 51 Fertel M.-D., La science pratique de l’imprimerie, Saint-Omer, Fertel, 1723, partie IV, ch. IV.
  • 52 Y2 49342, 8-LI3-27, RES-Z-3351, 8-Z LE SENNE-5172, RES P-Z-1398, RES P-Z-2610 (1).
  • 53 Les exemplaires de la BnF de l’édition de 114 p. présentent les deux états, comme ceux de la bibli (...)

23La polychromie véritable n’a été utilisée que pour la page de titre du Livre de quatre couleurs. L’impression d’une même feuille en plusieurs couleurs réclame de multiples précautions dont on peut se faire une idée en lisant les développements consacrés par Martin-Dominique Fertel à l’impression en noir et rouge : des fenêtres doivent être découpées dans la frisquette en regard des passages rubriqués et les « taquons » ainsi obtenus sont placés sous les caractères ou sur le tympan pour créer une différence de hauteur favorable ; l’impression bicolore suppose un double passage en presse avec substitution de cadrats aux caractères déjà imprimés et, évidemment, de minutieux repérages51. Dans le cas de la page de titre du Livre de quatre couleurs, il a donc fallu quatre passages sous la presse typographique et un cinquième sous une presse à taille-douce pour la vignette gravée sur cuivre. Pour limiter la lourdeur de l’opération, il convenait donc de séparer la page de titre du reste de l’ouvrage. Dans les deux éditions, la page de titre appartient, avec le faux titre, à un cahier de deux feuillets. En imposant comme pour un in-8° en demi-feuille, il fallait composer deux fois le titre et le faux titre pour remplir la forme. De la sorte, on tirait d’une feuille quatre cahiers de titre, regagnant par ce biais une partie du temps perdu par la répétition des passages en presse. On peut repérer les deux compositions typographiques de la page de titre de l’édition de 114 p. en comparant les différents exemplaires de la BnF52 qui présentent deux filets doubles différents, l’un de 42 mm et l’autre de 47 mm. Une autre différence – la présence ou l’absence de point d’interrogation après « quid vetat » – relève, quant à elle, d’une correction en cours d’impression, puisqu’on trouve les deux états associés aux deux types de filets. L’impression de deux pages de titre sur chaque face de la feuille obligeait de même, au moment du passage dans la presse à taille-douce, à recourir pour son illustration à deux vignettes différentes. Les deux mêmes vignettes ont du reste servi aux deux éditions53 (ill. 5-6). La comparaison des exemplaires met encore en évidence les difficultés inhérentes au repérage des impressions polychromes puisque l’on y observe des différences dans l’espacement et le centrage des lignes.

24Le surcoût considérable lié à la polychromie explique qu’elle soit restée cantonnée à la page de titre et que Caraccioli n’ait pas pu réaliser son rêve d’un livre marqueté. Une telle peinture typographique aurait certainement coûté beaucoup plus que les modiques trente sols indiqués au catalogue de Duchesne. À défaut, l’imprimeur a cherché à coller à l’ambition de l’auteur d’une adéquation entre la forme et le contenu par le choix des ornements typographiques et la composition de la page de titre. Le livre à la mode vert est placé sous la marque du perroquet et un rosier garnit naturellement l’édition rose. L’exemple le plus abouti est la page de titre du Livre de quatre couleurs : titre composé sur quatre lignes, devise fractionnée en quatre segments entourant la vignette, adresse « aux quatre éléments, de l’imprimerie des quatre-saisons, 4444 » et bien sûr impression en quatre couleurs (ill. 10). Quant aux deux vignettes, elles ont été choisies pour leur lien avec le sujet. L’une montre, sur un nuage et en compagnie d’un chérubin, une femme dévêtue tenant un miroir, ce qui évoque le thème de la toilette traité dans le deuxième chapitre du livre (ill. 5). L’autre représente Minerve entourée de quatre angelots et renforce la structure quaternaire de la page. La figure de Minerve et des arts n’était du reste certainement pas le plus mauvais patronage pour un ouvrage mettant en scène le savoir-faire typographique.

  • 54 Voir pour une première approche de cette question Malais N., « Typo, couleurs et fantaisie », Le m (...)

25Les études récentes ont souligné l’ambiguïté de Caraccioli à la fois critique de son époque et pleinement homme de son temps. Loin d’être seulement un moraliste s’avançant masqué sous les volutes du style rocaille, il goûte au plus haut point la sociabilité, l’amabilité et même la légèreté de cette civilisation que Paris a répandue dans toute l’« Europe française » et dont il dénonce seulement les excès. Cette dualité se retrouve dans son rapport à l’imprimerie. Sa recherche ironique d’un livre tout en apparence tend à mettre en évidence la décadence d’une époque où la mode l’emporte sur la vertu, le feuilletage sur la lecture et l’objet-livre sur le texte. Mais il prend un plaisir trop évident à la recherche d’un livre total où forme et contenu se répondent pour qu’on y voie un simple stratagème de prédicateur et ses expérimentations seraient sans doute bien plus extravagantes encore s’il n’était brimé par les contraintes techniques et économiques du temps. Par cette ambivalence, les divertissements typographiques de Caraccioli et Bassompierre, sans antécédents véritables et sans postérité immédiate, peuvent apparaître rétrospectivement comme les signes avant-coureurs d’une double évolution dans l’histoire du livre : la prise en compte de plus en plus impérieuse, dans les stratégies commerciales, de l’aspect visuel des livres, parfois jusqu’au tape-à-l’œil dans certains cartonnages d’éditeurs et, aux marges de cette production industrielle, la recherche d’une « typographie expressive » qui, associée aux ambitions de la « poésie visuelle », donnera naissance à des chefs-d’œuvre de l’art du livre, comme la monumentale Prose du transsibérien illustrée par Sonia Delaunay54.

1. Édition verte in-8° (Le Mans, Res Maine 8° 7909).

2. Édition rouge in-8° (Le Mans, Res Maine 8° 7442).

3. Édition verte in-12 (Besançon 245300).

4. Autre édition verte in-12 (Besançon 245301).

5. L’une des deux vignette utilisées pour Le livre de quatre couleurs (Le Mans, Res Maine 8° 8215). Échantillon des couleurs :

10. Le livre de quatre couleurs, édition de 114 p. (Besançon 245371).

11. Édition rouge in-12 datée 1000700509 (Le Mans, Res Maine 8° 8215).

12. Édition rouge in-12 datée 100070060 (Bari, Bibliothèque nationale Sagarriga Visconti-Volpi 113 B 13).

13. Édition rouge in-12 datée 1000700509 (Le Mans, Res Maine 8° 8215).

14. Édition rouge in-12 datée 100070060 (Bari, Bibliothèque nationale Sagarriga Visconti-Volpi 113 B 13).

Notes

1 Desportes N., Bibliographie du Maine…, Le Mans, Pesche, 1844, p. 241-244. Rebut D., « La vie et les œuvres du marquis Louis-Antoine Caraccioli né au Mans en 1719 », Bulletin de la société d’agriculture, sciences et arts de la Sarthe, t. 40, 1905-1906, p. 284-295.

2 Fumaroli M., Quand l’Europe parlait français, Paris, de Fallois, 2001, ch. 19. Jacques M., Louis-Antoine Caraccioli écrivain et voyageur, thèse sous la dir. de F. Moureau, Paris, université de Paris IV, 2000. Jacques M., « L.-A. Caraccioli et son œuvre : la mesure d’une avancée de la pensée chrétienne vers les Lumières », Dix-huitième siècle, n° 34, 2002, p. 289-302.

3 L’ensemble a fait l’objet d’une réédition récente assez défectueuse, incomplète en particulier de la fin du Livre de quatre couleurs : Richardot A. (éd.), Le livre à la mode suivi du Livre de quatre couleurs, Saint-Étienne, université de Saint-Étienne, 2005 (Société française d’étude du xviiie siècle). Nous citerons les textes de Caraccioli dans cette édition, en utilisant les abréviations suivantes : LV (Livre à la mode, éd. verte), LR (Livre à la mode, éd. rouge) ; LQC (Livre de quatre couleurs).

4 Jacques M., Louis-Antoine Caraccioli écrivain et voyageur, p. 364-381. Ou, avec un contenu sensiblement identique, « Le livre de quatre couleurs et Le livre à la mode de L.-A. Caraccioli : spectre social et écriture prismatique », Interfaces, n° 9, 1996, p. 85-106.

5 BnF, Ms français 22161, f. 10v°. Cité par Droixhe D., Une histoire des Lumières au pays de Liège : livre, idées, société, Liège, université de Liège, 2007, p. 94.

6 On trouvera ci-dessous la description de ces différentes éditions avec, pour ne pas alourdir, une seule localisation pour chacune. C’est l’occasion d’exprimer ma gratitude aux nombreux collègues qui ont bien voulu vérifier leurs exemplaires.
Le livre à la mode, A Verte-Feuille, de l’imprimerie du printems, au Perroquet, l’année nouvelle, XXII, 86 p., in-12 (A-H8/4, I6), imprimé en vert (Besançon 25300, avec la p. 86 commençant par les mots « chaque page » ; Besançon 245301, avec la p. 86 commençant par les mots « flexions, on imaginât »).
Le livre à la mode, A Verte-Feuille, de l’imprimerie du printemps, au Perroquet, l’année nouvelle, XX, 79, [1 bl.] p., in-8° (A-F8, G2), imprimé en vert (Le Mans Res Maine 8° 7909).
Le livre à la mode. Nouvelle édition, marquetée, polie & vernissée, En Europe, chez les libraires, 1000700509, XXXVIII, 88, [2 bl.] p., in-12 (A-K8/4, L4), imprimé en rouge (Le Mans Res Maine 8° 8215 (1)).
Le livre à la mode. Nouvelle édition, marquetée, polie & vernissée, En Europe, chez les libraires, 100070060, XXXII, 88 p., in-12 (A-K6), imprimé en rouge (Bibliothèque nationale Sagarriga Visconti-Volpi de Bari 113 B 13).
Le livre à la mode. Nouvelle édition, marquetée, polie & vernissée, En Europe, chez les libraires, 100070060, XXXVI, 79, [1 bl.] p., in-8° (A-G8, H2), imprimé en rouge (Le Mans Res 8° 7442).
Le livre de quatre couleurs, Aux Quatre-Éléments, de l’imprimerie des Quatre-Saisons, 4444, [4], XXIV, 26, [2 bl.] p., p. 27-114, in-8° ([ ]2, A8, B4, C8, D6, E-H8/4, I-K8, L4), imprimé en quatre couleurs (BnF RES-Z-3351).
Le livre de quatre couleurs, Aux Quatre-Éléments, de l’imprimerie des Quatre-Saisons, 4444, [4], XXIV, 110, [2 bl.] p., in-8° ([ ]2, A-H8/4, I-K8, L4), imprimé en quatre couleurs (Le Mans Res Maine 8° 8215 (3)).

7 C’est ainsi qu’un nouvelliste allemand à Paris, Schütze, parle du Livre à la mode ou du Livre de quatre couleurs, le 2 décembre 1762. Cité par Moureau F., La plume et le plomb, Paris, Presses universitaires Paris-Sorbonne, 2006, p. 434.

8 LQC, p. 80.

9 Das Buch nach der Mode aus dem Französischen übersetzet, Grünblatt, aus der Buchdruckerey des Frühlings, beym Papegey, im neuen Jahre, [vers 1760], 115, [1] p., in-8°, imprimé en vert (Universitätsbibliothek de Göttingen, DD91 A 33099).
Das Mode Buch. Nach der allgemeinen Mode übersetzt, vermehrt, und verbessert, Grünfeld, in der Frühlings-Drukkerey zum Papagey im neuen Jahre, [vers 1760], 79 p., in-8, imprimé en vert (Staatsbibliothek de Berlin, Yy 6041).
L’ouvrage intitulé Das Buch nach der Mode, Hamburg, 1766 (Staats und Universitätsbibliothek Carl von Ossietzky de Hambourg, A 1946/13644), n’est pas de Caraccioli. Martine Jacques note que la diffusion des œuvres de Caraccioli en Allemagne n’a rien d’étonnant, « lorsqu’on a en mémoire les dédicataires des œuvres et les sources de pension du polygraphe dans l’Empire des Habsbourg » (Louis-Antoine Caraccioli écrivain et voyageur, p. 302).

10 El libro a la moda traducido del frances al castellano, Madrid, en la emprenta del Consejo de Indias, 1784, [22], 95, [1] p., in-8°, imprimé en vert (Bodleian Library d’Oxford 8° M 22(8) Art.BS).
El Libro á la moda traducido del frances al castellano, Madrid, en la imprenta del Consejo de Indias, 1785, [22], 93, [3 bl.] p., in-8°, imprimé en vert (Biblioteca nacional de España (BnE) R/7860).
Eijoecente L., Libro del agrado, impreso por la virtud en la imprenta del gusto, á la moda, y al ayre del presente siglo, Madrid, por D. Joachin Ibarra…, 1785, [12], 166 p., in-8°, imprimé en noir (BnE 2/29684).
Eijoecente L., Libro del agrado, impreso por la virtud en la imprenta del gusto, a la moda y al aire del presente siglo…, [Barcelona], por la Viuda Piferrer, vendese en su libreria administrada por Juan Sellent, [vers 1790], [12], 166 p., in-16 (BnE R/37559).
El tocador, ό El libro a la moda escrito en letra de color de rosa, pulimentado y barnizado, Madrid, en la imprenta de D. Antonio Espinosa, calle del Espejo, 1796, 95 p., in-8°, imprimé en rouge (BnE M/884(3)).

11 Amann E., « Scarlet Letters : Translation, Fashion and Revolution in 1790s Spain », Dieciocho : Hispanic Enlightenment, n° 31-1, printemps 2008, p. 93-114.

12 Modnaâ kniga. čast’I[-II] russkago perevodu, Moskva, v” Universitetskoj tipografìi u N. Novikova, 1789, in-8° ?, 67, 68 p., imprimé en noir (BIULO NN.XI.35). Cette édition doit contenir les deux versions du Livre à la mode, chacune ayant sa page de titre, sa pagination et sa numérotation de cahiers propres.

13 LR, p. 67.

14 LR, p. 58.

15 LR, p. 57.

16 LR, p. 56.

17 LV, p. 31.

18 LR, p. 51.

19 LQC, p. 79.

20 LV, p. 34.

21 LR, p. 57.

22 LR, p. 53.

23 LV, p. 44.

24 LR, p. 52.

25 LV, p. 37. LR, p. 57.

26 LV, p. 37.

27 LV, p. 31.

28 LV, p. 29.

29 LV, p. 32.

30 LV, p. 31.

31 Fumaroli M., op. cit., p. 329.

32 LV, p. 28.

33 LV, p. 30.

34 LR, p. 55.

35 LV, p. 46.

36 LV, p. 29.

37 LV, p. 44.

38 LV, p. 29.

39 LV, p. 32.

40 LV, p. 29.

41 Supplément au catalogue. Livres nouveaux, ou nouvellement réimprimés, année 1761, qui se vendent chez Duchesne, rue Saint-Jacques, au-dessous de la fontaine Saint Jacques, au Temple du Goût, [Paris, Duchesne, 1761] (BnF DELTA 1337).

42 Je remercie Mme Sabine Juratic pour les informations qu’elle m’a communiquées sur Duchesne.

43 De Theux de Montjardin X., Bibliographie liégeoise …, Nieuwkoop, De Graf, 1973 (reprod. de l’éd. de Bruges, Desclée de Brouwer, 1885), col. 582 et 585.

44 Groupe d’étude du dix-huitième siècle de l’université de Liège (GEDHS), Base Môriâne [en ligne], Liège, université de Liège, [consulté le 9 octobre 2009], disponible sur Internet : http://www.gedhs.ulg.ac.be/moriane/index.html.

45 « Un bandeau de Depas contribue également à établir que certains volumes de Caraccioli portant le nom du Parisien Nyon ont été fabriqués chez Bassompierre. Ainsi s’est développé un jeu de contrefaçon mutuelle aboutissant à la situation suivante : des éditions “Nyon” ou avignonnaises de Caraccioli sont liégeoises, mais des impressions qui ont le nom de Bassompierre sont vraisemblablement dues au même libraire parisien. » Droixhe D., « Une contrefaçon liégeoise exemplaire : les Œuvres du philosophe bienfaisant (1764) » [en ligne], Liège, université de Liège, [consulté le 17 octobre 2009], disponible sur Internet :

http://www.gedhs.ulg.ac.be/ebibliotheque/articles/droixhe/philosophe.html.

46 Droixhe D., Une histoire des Lumières au pays de Liège, p. 94.

47 Alkan aîné, « Impressions polychromes », Annales de la typographie française et étrangère, 15 sept. 1839.

48 Besançon 245301, Avignon Res 532 (1), Dijon FA I-799.

49 Le bandeau du f. A2 n’est pas répertorié dans les bases Maguelonne et Fleuron.

50 Nous ne nous hasarderons pas à les dénommer : l’Année littéraire dit « en jaune, en bleu, en rouge & en couleur de rose ». Les Annales de la typographie y voient du « citron, bleu, terre d’Egypte et rouge mixte ». Le catalogue de la BnF propose, pour les deux éditions, orange, bleu, marron, rose ou rouge clair.

51 Fertel M.-D., La science pratique de l’imprimerie, Saint-Omer, Fertel, 1723, partie IV, ch. IV.

52 Y2 49342, 8-LI3-27, RES-Z-3351, 8-Z LE SENNE-5172, RES P-Z-1398, RES P-Z-2610 (1).

53 Les exemplaires de la BnF de l’édition de 114 p. présentent les deux états, comme ceux de la bibliothèque municipale de Lyon pour l’édition de 110 p.

54 Voir pour une première approche de cette question Malais N., « Typo, couleurs et fantaisie », Le magazine du bibliophile, n°38, juin 2004, p. 12-15.

Table des illustrations

Légende 1. Édition verte in-8° (Le Mans, Res Maine 8° 7909).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende 2. Édition rouge in-8° (Le Mans, Res Maine 8° 7442).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38661/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Légende 3. Édition verte in-12 (Besançon 245300).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38661/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende 4. Autre édition verte in-12 (Besançon 245301).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38661/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Légende 5. L’une des deux vignette utilisées pour Le livre de quatre couleurs (Le Mans, Res Maine 8° 8215). Échantillon des couleurs :
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38661/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende 6. Préface.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38661/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Légende 7. Chapitre 1.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38661/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Légende 8. Chapitre 2.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38661/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Légende 9. Chapitre 3.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38661/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Légende 10. Le livre de quatre couleurs, édition de 114 p. (Besançon 245371).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38661/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 11. Édition rouge in-12 datée 1000700509 (Le Mans, Res Maine 8° 8215).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38661/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende 12. Édition rouge in-12 datée 100070060 (Bari, Bibliothèque nationale Sagarriga Visconti-Volpi 113 B 13).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38661/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende 13. Édition rouge in-12 datée 1000700509 (Le Mans, Res Maine 8° 8215).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38661/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende 14. Édition rouge in-12 datée 100070060 (Bari, Bibliothèque nationale Sagarriga Visconti-Volpi 113 B 13).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38661/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 780k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540