Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'écrivain et l'imprimeur

 | 
Alain Riffaud

L’auteur, l’éditeur et l’imprimeur à la fin de l’Ancien Régime

Françoise Weil

Texte intégral

1Dans la France de l’Ancien Régime le circuit du livre imprimé ne comprend pas seulement l’écrivain et le libraire. Les acteurs sont nombreux : l’auteur, le ou les copistes, le libraire-éditeur, le libraire-imprimeur, le censeur (si le livre paraît « avec approbation et privilège du Roi »), le correcteur, le relieur, le marchand-libraire ou le colporteur.

L’auteur

  • 1 Foucault M., « Qu’est-ce qu’un auteur ? » dans Bulletin de la Société française de philosophie, 19 (...)
  • 2 Malesherbes, Mémoires sur la librairie, Paris, 1809, p. 37.
  • 3 Correspondance littéraire inédite de Louis Racine avec René Chevaye, Paris et Nantes, 1858, p. 26.

2Son nom n’apparaît pas toujours sur la page de titre. Selon Michel Foucault, « les textes, les livres, les discours ont commencé à avoir réellement des auteurs dans la mesure où l’auteur pouvait être puni1 ». Pourtant Malesherbes écrivait en 1759 : « Il y a quantité d’auteurs qui ne veulent pas être connus quoique leur ouvrage ne contienne rien de répréhensible2. » Ainsi Louis Racine écrivait le 3 juillet 1744 à son ami René Chevaye, poète à ses heures : « Je vous garderai le secret que vous me demandez […] Vous avez sans doute des raisons particulières pour vouloir rester inconnu3. »

Le copiste

3Il pouvait s’agir d’un secrétaire de l’auteur. C’est le cas pour Montesquieu. Et les copistes n’étaient pas toujours à l’abri des accusations d’inexactitude.

Le libraire-éditeur

4Quand Diderot écrivait dans sa Lettre sur le commerce de la librairie « J’ai à peu près exercé la double profession d’auteur et de libraire », c’est au libraire-éditeur qu’il pensait, à celui que nous appelons aujourd’hui éditeur. Et quand un auteur parle de son libraire, il ne s’agit pas du commerçant à qui il commande des livres, mais de son éditeur.

5Le libraire-éditeur est un véritable entrepreneur, responsable d’éditions, financièrement et juridiquement.

  • 4 Bibliothèque historique de la ville de Paris, ms. CP 3998.

6Dans un mémoire de 1774 les libraires se désignaient eux-mêmes « comme des négociants qui, au lieu de placer leur argent à la banque ou dans l’agiotage des denrées nécessaires aux besoins physiques, se chargent de fournir à ceux de l’esprit4 ».

  • 5 Balcou J., Le Dossier Fréron. Correspondances et documents, Genève et Saint-Brieuc, s. d., p. 33.

7Fréron affirmait en février 1751 : « Ces messieurs se tiennent tous et sont intéressés à maîtriser les auteurs et à leur faire observer des marchés qui ne sont avantageux que pour eux, c’est pour cela qu’ils sont pour la plupart si riches et les auteurs si pauvres5. »

Le libraire-imprimeur

8Les libraires pouvaient être également imprimeurs, mais il fallait avoir été reçu d’abord libraire avant de devenir imprimeur.

  • 6 Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, ms. 1095, p. 5.

9En 1769 la Société typographique de Neuchâtel se présentait comme « une fabrique de livres, c’est-à-dire une bonne imprimerie au service des libraires qui voudront l’employer6 ».

10Trublet écrivait de Paris à Formey qui était à Berlin :

  • 7 Correspondance passive de Formey, éd. Paris et Genève, 1996, p. 237.

Les imprimeurs ont chacun leur orthographe et ils s’opiniâtrent à la suivre plutôt que celle de l’auteur […] Je n’emploie presque jamais l’y mais vous savez qu’elle était fréquente dans l’ancienne orthographe et les imprimeurs y tiennent encore7.

11Le mot « imprimeur » pouvait désigner soit un libraire-imprimeur soit un ouvrier imprimeur. »

  • 8 Correspondance littéraire du président Bouhier, éd. H. Duranton. Lettres de Mathieu Marais, Saint- (...)

12Surtout « imprimer » était employé abusivement au lieu de « faire imprimer ». On pouvait ainsi écrire à propos du catalogue de Briasson : « Les livres qui sont de son impression » ou à propos de Desaint : Il « a imprimé une Bible » comme « un fort bon imprimeur8 ». Or ni Briasson ni Jean Desaint n’ont jamais été reçus imprimeurs.

13Cette confusion sans doute volontaire, cette ignorance affectée de l’existence de l’imprimeur confirment l’importance du libraire-éditeur.

Le censeur

14« Le censeur examine, approuve ou refuse l’ouvrage. »

15À l’époque de Malesherbes il y avait plus de 130 censeurs. L’auteur d’un manuscrit refusé pouvait parfois négocier avec le censeur ou demander un autre censeur.

La lecture des épreuves par l’auteur

16On lit dans l’Encyclopédie à l’article « épreuve » : « La première épreuve se doit lire à l’imprimerie sur la copie […] La seconde, qu’on envoie à l’auteur ou au correcteur, devrait uniquement servir pour suppléer à ce qui a été omis à la correction de la première… »

17« Mais », continue l’article, « presque tous les auteurs ne voient les épreuves que pour se corriger eux-mêmes et font des changements qui en occasionnent une troisième [épreuve] et quelquefois même une quatrième ».

18Dans les deux premiers exemples ci-dessous (Voltaire et Diderot) il s’agit plus que de simples corrections et presque de collaboration entre l’auteur et l’imprimeur : la proximité des résidences facilite évidemment cette collaboration. Mais certains auteurs attachaient certainement plus d’importance que d’autres à ces relectures. Et nous n’avons pas toujours les témoignages des correspondances.

  • 9 Les citations de la correspondance de Voltaire sont celles de la seconde édition, d’où le D suivi (...)

19Voltaire est un cas unique, à la fois parce qu’il s’intéresse à la lecture des épreuves et parce qu’il est voisin des Cramer9. Il arriva en 1755 à Genève qu’il quitta ensuite pour Ferney. Il travailla avec les Cramer pendant plus de vingt ans. Il corrigeait sans cesse. « On est dans la nécessité d’imprimer ses ouvrages sous ses yeux » (D 7000). « Je travaille à mes ouvrages à mesure qu’on les imprime » (D 6810). Il se considère comme l’employé de Cramer, son « garçon » : « votre vieux garçon qui travaille pour vous depuis 15 ans » (D 16163). Il fait le travail d’un correcteur : « Tâchez de trouver un correcteur d’imprimerie. Je suis d’ailleurs un très mauvais reviseur de feuilles » (D 13799). « Il faudrait trouver un correcteur appliqué et habile » (D 17515).

  • 10 Dictionnaire général de Voltaire, Paris, 2003, pages 885, 886 et 889.

Il est fort loin d’être un ignorant en matière de fabrication d’un livre. Comme l’a souligné Jeroom Vercruysse, Voltaire apporte un soin réellement jaloux à la qualité de ses textes […] Devant la moindre bévue, il éclate le plus souvent en injures […] et entreprend des démarches pour faire interdire ou arrêter le débit en France […] Cette insatisfaction perpétuelle n’est pas un signe de désinvolture, bien au contraire elle représente le parti de l’insatisfaction créatrice10.

20Diderot tient au courant Sophie Volland de son travail :

  • 11 Diderot, Correspondance, éd. L. Versini, Paris, 1997, p. 197.
  • 12 Diderot, op. cit., p. 320.
  • 13 Les libraires.
  • 14 Diderot, op. cit., p. 344-345.
  • 15 Diderot, op. cit., p. 350.
  • 16 Diderot, op. cit., p. 357.

Avant-hier […] Lebreton m’a enlevé pour aller travailler chez lui depuis onze heures du matin jusqu’à onze heures du soir. C’est toujours la maudite histoire de nos planches11 (23 ou 25 février 1760).
Il est décidé que nous imprimerons en pays étranger et que je n’irai pas. Rien n’empêchera […] que les feuilles ne nous viennent et que nous ne puissions revoir l’ouvrage à notre aise12 (11 novembre 1760).
Cette terrible révision est finie. J’y ai passé 25 jours de suite, à dix heures de travail par jour. Mes corsaires13 ont tous leur manuscrit sous les yeux. C’est une masse énorme qui les effraie. Ils surfont eux-mêmes mon travail […] S’ils avaient envie de le payer, ce travail, ils le déprimeraient14 (12 septembre 1761). J’étais enfermé dans un appartement très obscur, à m’user les yeux à collationner des planches avec leurs explications, à achever de m’abêtir pour des gens qui ne me donneraient pas un verre d’eau lorsqu’ils n’auront plus besoin de moi15 (22 septembre 1761).
Les libraires ont rougi de leur dureté. Je crois qu’ils m’accorderont pourtant par volume de planches le même honoraire mesquin qu’ils me font par volume de discours16 (28 septembre 1761).

  • 17 Grimm, Correspondance littéraire, philosophique et critique, éd. M. Tourneux, Paris, 1877-1882, to (...)

21Trois ans plus tard, Diderot découvrait la « trahison » de Lebreton. Voici ce que raconte Grimm : « Lebreton s’érigea avec son prote à l’insu de tout le monde en souverain arbitre et censeur de tous les articles de l’Encyclopédie. On les imprimait tels que les auteurs les avaient fournis ; mais, quand M. Diderot avait revu la dernière épreuve de chaque feuille et qu’il avait mis au bas l’ordre de la tirer, M. Lebreton et son prote s’en emparaient, retranchaient, coupaient, supprimaient tout ce qui leur paraissait hardi ou propre à faire du bruit17… »

  • 18 Voir Wilson Arthur M., Diderot, sa vie et son œuvre Paris, 1995, p. 391.

22Au total trois articles supprimés, 41 modifiés18.

23Diderot écrivit à Lebreton le 12 novembre 1764 :

  • 19 Diderot, op. cit. p. 486.

Vous m’avez lâchement trompé deux ans de suite […] Je fais si peu de cas de mon exemplaire que, sans une infinité de notes marginales dont il est chargé, je ne balancerais pas à vous le faire jeter au milieu de votre boutique. Encore s’il était possible d’obtenir de vous les épreuves afin de transcrire à la main les morceaux que vous avez supprimés19.

24Heureusement pour nous, un bibliophile américain, Douglas H. Gordon, découvrit en 1933 l’exemplaire de Lebreton et publia avec Norman Torrey en 1947 The censoring of Diderot’s Encyclopedie and the re-established text.

  • 20 Correspondance littéraire de Louis Racine, p. 39.

25Louis Racine, fils de Jean Racine, occupait en province un emploi de commis dans les finances. Il prépara une nouvelle édition de ses Œuvres et écrivit de Soissons le 27 décembre 1744 à son ami René Chevaye : « Le libraire m’a enfin envoyé les deux premières feuilles de la nouvelle édition, je compte qu’il la continuera sous mes yeux le mois prochain, je vais le passer à Paris20. »

  • 21 Correspondance littéraire de Louis Racine, p. 47.
  • 22 Correspondance littéraire de Louis Racine, p. 61.

26Il écrit le 28 juin 1745 : « J’ai corrigé depuis peu de jours l’épreuve qui contient le dernier chant21 », et le 16 janvier 1747 : « Le premier (volume) ne paraîtra que dans deux mois. C’est pourquoi l’exemplaire qui vous sera remis sera en feuilles ; et ne vous pressez pas de le faire relier, parce qu’en quelques endroits il maculerait. Il s’est glissé plusieurs fautes dans une édition qui n’a point été faite sous mes yeux. Si l’errata qu’on imprime actuellement et que je compte qui sera joint à votre exemplaire ne s’y trouvait point, vous le demanderez, et vos libraires doivent le demander aussi pour eux22. »

La lecture des épreuves par une tierce personne

27Pierre-Joseph Thoulier d’Olivet fut un des plus fidèles correspondants du président Bouhier. Installé à Paris, il n’hésita pas à rendre service à plusieurs reprises à Bouhier qui n’envisageait certainement pas de faire le voyage de Dijon à Paris pour surveiller l’impression de ses ouvrages. Tous deux étaient amoureux des auteurs latins qu’ils se plaisaient à traduire. L’abbé d’Olivet avait traduit en français les Entretiens de Cicéron sur la nature des dieux et Bouhier y avait ajouté ses propres commentaires. L’ouvrage fut publié à Paris en 1721 chez Jacques Estienne. L’abbé d’Olivet se chargea de la lecture des épreuves.

  • 23 Jacques Estienne n’était pas imprimeur.
  • 24 Correspondance littéraire du président Bouhier. Lettres de l’abbé d’Olivet. Saint-Etienne, 1976, p (...)

Étant allé un jour dans l’imprimerie où l’on doit travailler pour nous […] J’ai revu toutes les épreuves jusqu’à trois fois […] Mon libraire23 s’était proposé de faire rouler deux presses à la fois […] mais l’imprimeur chargé du premier volume n’en fit pas une ligne24.

28C’est un autre service que l’abbé d’Olivet rendit à Bouhier en 1737 : l’abbé d’Olivet apprit par hasard qu’on réimprimait à Paris in-12 la traduction qu’avait faite Bouhier du Poème sur la guerre civile de Pétrone, qui venait de paraître à Amsterdam chez Changuion dans le format 4°.

  • 25 C’est un cas intéressant de contrefaçon française autorisée d’une édition hollandaise. Nous ignoro (...)
  • 26 Lettres de l’abbé d’Olivet, p. 258.

Cette entreprise est faite par une société de libraires, le syndic à la tête. Ils ont un privilège25, ils en sont déjà à la huitième feuille. J’en ai pris deux à part […] pour leur remontrer combien il était mal d’imprimer un auteur vivant et connu sans avoir son consentement. Mais de pareilles raisons touchent peu ces sortes de gens. J’en ai employé une meilleure pour obtenir que l’édition serait sursise jusqu’à ce qu’on ait reçu vos ordres. Je leur ai fait entendre qu’il n’était pas possible que vous n’eussiez ou des changements ou des additions à leur fournir […] Enfin ils m’ont promis de m’envoyer demain matin une de leurs feuilles imprimées, afin que vous puissiez voir ce qui en est26.

  • 27 Lettres de l’abbé d’Olivet, p. 261.

29Et dans sa lettre du 1er novembre 1737 Olivet peut écrire : « On recommencera la première feuille et on vous donnera 50 exemplaires27. » Le 22 décembre :

  • 28 Lettres de l’abbé d’Olivet, p. 262.

Comme vous avez déjà fait plusieurs autres changements et ajouté une note, je prends le parti de vous renvoyer votre original afin que vous ayez la bonté de m’en renvoyer une copie où tout se trouve dans l’état que vous souhaitez. Ce parti est le plus sûr […] Vos imprimeurs vont à pas de tortue. L’ouvrage se fait dans l’imprimerie de Simon, imprimeur du Parlement. L’ouvrier qui en est chargé n’y travaille que quand il n’y a ni mandement ni arrêt28.

30Le 13 février 1738 :

  • 29 Le père Castel était un correcteur rétribué.
  • 30 Lettres de l’abbé d’Olivet, p. 266.

Vos imprimeurs vont leur train ordinaire […] J’ai demandé à avoir l’épreuve après le père Castel29. Car, comme on travaille d’après le manuscrit, les ouvriers pourraient faire plus de fautes que d’après l’imprimé […] Vous aurez le temps de pourvoir à l’errata pendant qu’on fera la préface30.

  • 31 Sous le titre de Recueil de traductions en vers français contenant le poème de Pétrone.
  • 32 Lettres de l’abbé d’Olivet, p. 288.

31L’affaire continua de traîner et Olivet écrit le 9 juillet 1738 : « J’apprends que le volume se débite31. Je vais chez Huart lui demander comment vous n’êtes pas servi le premier. Il me répond que son relieur a ordre de relier proprement six exemplaires qu’il m’apportera tant pour vous que pour moi. » Finalement Olivet obtient 49 exemplaires en blanc, c’est-à-dire non reliés. « Ainsi, Monsieur, vous voilà imprimé sur du misérable papier, avec bien des fautes32. »

  • 33 Bnf, ms. Fr. 24.409, f°204.

32Ne pouvant faire imprimer en France son Traité de la dissolution du mariage pour cause d’impuissance à cause de l’hostilité des parlements, Bouhier le fit imprimer à Neuchâtel par Jonas George Galandre, imprimeur du Mercure suisse. Cela grâce au fondateur et rédacteur principal Louis Bourguet qui écrivit à Bouhier le 12 novembre 1734 : « Je me ferai un sensible plaisir de revoir les épreuves, quoique les éditeurs du Mercure [suisse] soient capables et fort exacts33. »

  • 34 Correspondance passive de Formey : Briasson et Trublet, Paris et Genève, 1996, p. 147.
  • 35 La deuxième édition de Berlin.
  • 36 Correspondance passive de Formey, p. 150.
  • 37 Correspondance passive de Formey, p. 158.

33L’abbé Trublet se chargea à Paris de la troisième édition des Conseils pour former une bibliothèque peu nombreuse mais choisie de Formey qui avaient paru à Berlin chez Haude et Spener en 1746 puis en 1755. « Briasson veut faire une nouvelle édition de vos Conseils et c’est moi qui en ai été l’approbateur […] Son dessein est de faire quelques retranchements et quelques additions dans votre ouvrage, mais surtout des retranchements34. J’ai parcouru la nouvelle édition35 de vos Conseils […] La réimpression [de Briasson] va être suspendue pour quelques jours, pendant lesquels je ferai quelques petits changements, corrections et additions à votre ouvrage36. » Enfin : « J’en corrige les épreuves et je prends encore la liberté de faire quelques nouvelles petites corrections37. »

Disparition de l’auteur ?

34Une fois le texte imprimé, il semble échapper à tout contrôle de l’auteur et des premiers libraires. D’autant plus qu’il s’agit souvent de textes anonymes.

35Lorsqu’un ouvrage a du succès et devient un « bestseller », il est aussitôt reproduit, quel que soit son statut d’origine. L’Esprit des lois et Candide ont été imprimés à Genève et rapidement réimprimés en France et ailleurs sans permission ni privilège.

36De même que Montesquieu avait nié être l’auteur des Lettres persanes, Voltaire nia être celui de Candide : on cherchera en vain la mention de Candide dans la correspondance échangée entre Voltaire et les frères Cramer. En la même année 1759 parurent au moins 17 éditions de Candide. Nous avons pu les voir exposées à la Taylorian library lors du colloque organisé à Oxford pour les 250 ans de Candide.

37L’existence de plusieurs éditions illicites n’empêche pas toujours l’auteur de les compléter ou modifier : Montesquieu intervint sur les premières éditions de L’Esprit des loix en envoyant des errata (à qui ?) et Voltaire développa le chapitre XXII de Candide pour l’édition de 1761 dont le titre devient « …avec les additions qu’on a trouvées dans la poche du docteur ».

38Le monde de la librairie est un monde complexe ; il n’y a pas seulement des conflits entre les ouvrages autorisés et munis de privilèges, mais il y a également des conflits où les libraires parisiens défendent leurs intérêts.

39Le relieur, installé parfois dans la boutique du marchand-libraire, a le dernier mot. Il a entre les mains un certain nombre de pièces (épître, préface, avertissement, errata) souvent non paginées, et peut éventuellement décider de leur place dans les volumes. Ainsi on se demandera si c’est l’auteur ou le relieur qui est responsable de la présence des errata en tête d’un exemplaire de L’Esprit des lois.

40Les relieurs sont souvent accusés d’avoir chez eux des dépôts de livres imprimés prohibés. On fait des perquisitions chez eux. Vincent-Louis Ratillon fut mis à la Bastille en 1752 :

  • 38 Bnf, ms. Fr. 22.075, f°8.

Des gens mal intentionnés ou envieux l’ont accusé auprès de M. de Malesherbes d’avoir une imprimerie, d’y faire contrefaire des livres et de vendre des livres prohibés […] Il nie tout sur l’imprimerie mais avoue qu’il vendait des livres38.

41Les correspondances des uns et des autres, souvent publiées, nous ont révélé certains détails ; mais combien ont disparu définitivement. Le silence des auteurs sur les péripéties de la publication ne signifie pas forcément leur manque d’intérêt. Et que penser de ces remarques du président de Brosses dans ses lettres à son cousin Loppin de Gemeaux :

  • 39 Laquais ou portier de Loppin de Gemeaux.
  • 40 De Brosses, Lettres à Loppin de Gemeaux, publiées par Yvonne Bézard, Paris, 1929, p. 137, 144, 156 (...)

C’est un maudit métier que celui de correcteur d’imprimerie […] Vous reverrez les épreuves […] Je ne puis savoir ce qu’Amant39 a passé et ce qui fait le sujet de vos plaintes […] J’ai corrigé la moitié de vos épreuves de votre Amant […] Vous n’avez corrigé les fautes que pour vous. J’ai vu quand vous m’avez renvoyé [les cahiers] qu’ils fourmillaient de fautes, et qui pis est d’omissions […] Les nouvelles feuilles seront peut-être bientôt mises sous presse40.

  • 41 De Brosses, Lettres historiques et critiques sur l’Italie, Paris, an VII.

42Ces lettres sont datées des années 1744-1745. C’est au cours des années 17391740 que de Brosses avait effectué un voyage en Italie avec cinq de ses amis. La première édition de ses Lettres, dont certaines écrites ou remaniées après son retour à Dijon, parut en 179941. La dernière à Naples en 1991, par les soins de Letitia Norci Cangiano. Celle-ci interrogée nous confirme que de Brosses refusa toujours la publication. Faut-il comprendre que de Brosses et son cousin se livrent là à une parodie du jeu éditorial ?

Notes

1 Foucault M., « Qu’est-ce qu’un auteur ? » dans Bulletin de la Société française de philosophie, 1969.

2 Malesherbes, Mémoires sur la librairie, Paris, 1809, p. 37.

3 Correspondance littéraire inédite de Louis Racine avec René Chevaye, Paris et Nantes, 1858, p. 26.

4 Bibliothèque historique de la ville de Paris, ms. CP 3998.

5 Balcou J., Le Dossier Fréron. Correspondances et documents, Genève et Saint-Brieuc, s. d., p. 33.

6 Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, ms. 1095, p. 5.

7 Correspondance passive de Formey, éd. Paris et Genève, 1996, p. 237.

8 Correspondance littéraire du président Bouhier, éd. H. Duranton. Lettres de Mathieu Marais, Saint-Étienne, 1986, p. 186 et sq.

9 Les citations de la correspondance de Voltaire sont celles de la seconde édition, d’où le D suivi d’un numéro.

10 Dictionnaire général de Voltaire, Paris, 2003, pages 885, 886 et 889.

11 Diderot, Correspondance, éd. L. Versini, Paris, 1997, p. 197.

12 Diderot, op. cit., p. 320.

13 Les libraires.

14 Diderot, op. cit., p. 344-345.

15 Diderot, op. cit., p. 350.

16 Diderot, op. cit., p. 357.

17 Grimm, Correspondance littéraire, philosophique et critique, éd. M. Tourneux, Paris, 1877-1882, tome IX, p. 207-208.

18 Voir Wilson Arthur M., Diderot, sa vie et son œuvre Paris, 1995, p. 391.

19 Diderot, op. cit. p. 486.

20 Correspondance littéraire de Louis Racine, p. 39.

21 Correspondance littéraire de Louis Racine, p. 47.

22 Correspondance littéraire de Louis Racine, p. 61.

23 Jacques Estienne n’était pas imprimeur.

24 Correspondance littéraire du président Bouhier. Lettres de l’abbé d’Olivet. Saint-Etienne, 1976, p. 55 et 59.

25 C’est un cas intéressant de contrefaçon française autorisée d’une édition hollandaise. Nous ignorons pourquoi la première édition fut imprimée à Amsterdam.

26 Lettres de l’abbé d’Olivet, p. 258.

27 Lettres de l’abbé d’Olivet, p. 261.

28 Lettres de l’abbé d’Olivet, p. 262.

29 Le père Castel était un correcteur rétribué.

30 Lettres de l’abbé d’Olivet, p. 266.

31 Sous le titre de Recueil de traductions en vers français contenant le poème de Pétrone.

32 Lettres de l’abbé d’Olivet, p. 288.

33 Bnf, ms. Fr. 24.409, f°204.

34 Correspondance passive de Formey : Briasson et Trublet, Paris et Genève, 1996, p. 147.

35 La deuxième édition de Berlin.

36 Correspondance passive de Formey, p. 150.

37 Correspondance passive de Formey, p. 158.

38 Bnf, ms. Fr. 22.075, f°8.

39 Laquais ou portier de Loppin de Gemeaux.

40 De Brosses, Lettres à Loppin de Gemeaux, publiées par Yvonne Bézard, Paris, 1929, p. 137, 144, 156, 149.

41 De Brosses, Lettres historiques et critiques sur l’Italie, Paris, an VII.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540