Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'écrivain et l'imprimeur

 | 
Alain Riffaud

L’auteur, l’imprimeur et les autres : éditer les œuvres complètes de Cicéron (1533-1540)

Raphaële Mouren

Texte intégral

1Les philologues, les humanistes travaillant à éditer et commenter les textes de l’Antiquité sont des auteurs comme les autres lorsqu’il s’agit d’étudier leurs rapports avec leurs imprimeurs. Les livres sont parfois financés par de puissants mécènes, mais de nombreux livres sont édités par l’imprimeur-libraire seul, à qui son expérience assure la réussite de son entreprise. Le nom de l’éditeur scientifique contribue parfois au succès commercial du livre, s’ajoutant ou même se substituant à l’intérêt de l’auteur antique qu’il propose.

2Nous étudierons les rapports entre l’auteur et l’imprimeur en Italie dans les années 1530, à propos de l’édition des œuvres complètes de Cicéron. Nous disposons d’exemples sans doute rares et exceptionnels, grâce à la correspondance de l’humaniste italien Piero Vettori qui nous permet d’étudier ici ses rapports avec la maison d’édition Giunti.

3Nous verrons qu’éditer un livre ne se résume pas au simple rapport direct entre l’auteur et l’imprimeur, mais qu’interviennent intermédiaires, frères, cousins, concurrents…

L’idée d’un livre

4Piero Vettori, né en 1499 et mort en 1585, publie des textes antiques pendant cinquante ans. Ses débuts sont loin d’être balbutiants, puisque pour son premier essai, il met en œuvre presque seul l’édition des œuvres complètes de Cicéron, parue en 1536 à Venise, chez les Giunti, en plusieurs volumes in folio. Comment ce projet a-t-il été conçu et mené à bien ? Quelles en sont les suites ?

  • 1 « Tornato a Firenze pensò, stando pur sempre fisso negli studi, di poter giovare alla patria et an (...)

5Sur l’histoire de cette édition, les sources sont, comme souvent, contradictoires. D’après le petit-fils de Vettori, qui écrit sa biographie en 1585, à sa mort, pour aider à préparer l’éloge funèbre qui serait prononcé lors de ses funérailles, Piero a décidé de lui-même de travailler à l’édition des lettres de Cicéron, pour être utile « à sa patrie mais aussi aux autres nations », car les éditions existantes étaient remplies de fautes1.

  • 2 Voir sur cette période essentiellement Lo Re Salvatore, La crisi della libertà fiorentina : alle o (...)

6Au moment où il se lance dans l’étude de Cicéron, Piero Vettori a un peu plus de trente ans. Qu’a-t-il fait jusqu’alors ? Il a étudié les langues latine et grecque auprès des maîtres de Florence, déjà en décadence dans le domaine, Andrea Dazzi, Marcello Virgilio Adriani, sans doute aussi Antonio Francini. Il a participé à la République florentine, de 1527 à 15302 ; ambassadeur et orateur de la République, il a participé aux combats de défense de la ville auprès de Mario Colonna, a été un des défenseurs de Niccolo Capponi lorsque celui-ci était accusé de trahison. En 1533, au moment où, d’après son petit-fils, il entreprend l’édition des lettres de Cicéron, il rentre de deux ans d’exil prudent dans la propriété agricole familiale du village de San Casciano in Val di Pesa. Membre d’une des principales familles de l’oligarchie florentine, connue dans la ville depuis au moins le début du xive siècle, cousin de Francesco Vettori, l’ami de Machiavel, l’ambassadeur de la République, et de son frère Paolo, amiral des galères pontificales, il ne semble pas avoir besoin de chercher un travail rémunérateur, un poste de professeur ou de percepteur. Bien entendu, son petit-fils, lorsqu’il écrit le récit de sa vie, voit en lui l’homme de quatre-vingt-cinq ans qui vient de mourir, l’humaniste universellement reconnu de la République des lettres et apprécié des princes, qui n’a plus de difficultés depuis au moins trente-cinq ans pour éditer les livres qu’il veut. C’est vrai en 1585, beaucoup moins en 1532-1533.

7De retour à Florence, sans véritable difficulté financière, Vettori reprend donc ses études classiques et se lance dans la préparation d’une édition scientifique de Cicéron. Les épîtres dédicatoires des divers volumes de l’édition qui est effectivement publiée quelques années plus tard, dont deux sont adressées à son ami Bartolomeo Cavalcanti, nous apportent des précisions utiles. La raison essentielle de son intérêt pour l’œuvre de Cicéron vient d’un manuscrit que lui a prêté Cavalcanti, l’actuel Laurentianus 49,9. Ce manuscrit était déjà connu d’Agnolo Poliziano au siècle précédent. Or Vettori admire le travail de Poliziano – il a toujours respecté les mêmes principes d’édition, ceux de la correctio ope codicis – et prend ainsi directement sa suite dès son premier travail scientifique, en utilisant un manuscrit déjà étudié par son modèle.

  • 3 Euripidis Electra nunc primum in lucem edita. Cum Privilegio Pontificio, et Caesareo ad Dec (...)

8Une raison précise pousse donc Vettori à entreprendre ce travail d’édition. Trouver un manuscrit exceptionnel ou inédit est souvent, dans sa longue carrière, le motif principal qui le conduit à mener à bien une édition scientifique : l’Electre d’Euripide en 1543, les tragédies d’Eschyle en 1557, Clément d’Alexandrie en 1550, Salluste en 15763

9Piero Vettori dispose d’un manuscrit transmettant des variantes importantes, qui lui permettent d’améliorer le texte ; il commence à le collationner avec les éditions précédentes des lettres, sans doute aussi avec d’autres manuscrits, et à corriger le texte grâce à ce manuscrit, ope codicis et non pas ope ingenii, par reconstruction des passages fautifs. Il n’est pas certain qu’il envisage dès le début d’éditer son travail : il ne fait que reprendre l’étude des auteurs anciens en reproduisant la méthode d’étude et de correction des textes antiques que lui ont appris ses maîtres.

La situation à Florence

  • 4 Dionisotti Carlo, « Stampe giuntine », dans Id., Machiavellerie, Torino, Einaudi, 1980 (Einaudi Pa (...)
  • 5 Pomponius Mela, Iulius Solinus, Itinerarium Antonini Aug. Vibius Sequester, P. Victor de Regionibu (...)
  • 6 À la suite d’une erreur de Carlo Dionisotti dans les « Stampe giuntine », pourtant dédiée à la cri (...)

10Quelles sont les étapes qui vont conduire à l’édition de son travail ? Une fois lancé dans la préparation du texte, Vettori, s’il a le projet de l’éditer, essaie de trouver un imprimeur. On pense spontanément à l’imprimeur qui occupe alors à Florence le terrain de l’édition humaniste depuis plus de vingt ans, Filippo Giunti. L’imprimerie Giunti existe depuis la fin du xve siècle. Dans les années 1515-1520, elle a mené à bien un programme d’édition d’auteurs antiques. Les pièces liminaires de ces livres nous apprennent que travaillaient alors pour les Giunti plusieurs humanistes florentins, pour la plupart professeurs d’humanités dans la ville, comme Antonio Francini, Frosino Bonini et Marcello Vergilio Adriani. On voit aussi que ce programme d’éditions antiques avait été l’occasion d’un ensemble de dédicaces fort intéressantes à étudier d’un point de vue sociologique. Carlo Dionisotti s’y était arrêté4. Il est notable en effet que ces éditions de textes classiques et de grammaires ont été dédicacés à de jeunes oligarques florentins, qui ont à l’époque entre quinze et vingt ans, au rang desquels Piero Vettori et ses amis destinés à mener par la suite des carrières administratives dans le futur Grand-duché médicéen : Filippo Strozzi, Averardo Serristori, Luigi Alamanni, Lorenzo Benivieni… L’épître de l’édition de Pomponius Mela et Solin est dédicacée à Piero Vettori en 1519, l’année de ses vingt ans, en hommage à son intérêt pour le grec, par Frosino Bonini, l’éditeur scientifique5. Son cousin Piero di Paolo, fils de l’amiral des galères pontificales, a reçu lui aussi un livre en dédicace : une édition de la grammaire de Lascaris préparée par Frosino Bonini, en 15156 ; l’épître était signée de Bernardo Giunti lui-même. Il y rappelait que leurs deux familles étaient liées depuis longtemps par des liens d’amitié : « antiquae parentum nostrorum amicitae ». Carlo Dionisotti avait pu consulter des documents d’archives sur ces liens qui unissaient les deux familles Vettori et Giunti. Il s’avère que Lucantonio Giunti, qui était installé comme imprimeur à Venise, avait demandé de l’aide à Francesco Vettori lorsque celui-ci était ambassadeur de Florence auprès du pape Léon X pour tenter de restreindre le privilège accordé à Alde Manuce par Alexandre VI, Jules II et Léon X lui-même.

  • 7 Dionisotti C., op. cit., p. 181-182.

11Il y a donc à Florence une famille d’imprimeurs ayant déjà l’expérience de l’édition des auteurs antiques, installés dans la ville depuis trente-cinq ans, liés à la famille Vettori… et pourtant Cicéron est publié ailleurs. Pourquoi ? Il faut tout d’abord préciser que s’il n’est pas édité à Florence, Cicéron sort bien des presses des Giunti, à Venise. Lucantonio Giunti s’y était installé autour des années 1480 et, d’abord vendeur de papier, était devenu imprimeur en 1484. Son frère Filippo avait fait de même à Florence, à partir de 1497, remplacé par son fils Bernardo en 15177.

  • 8 Decia D., Delfiol R., Camerini L., I Giunti tipografi editori di Firenze, vol. 1, 1497-1570 : anna (...)
  • 9 Ibid., n° 221 et 222.
  • 10 M. T. Ciceronis Quaestionum Tusculanarum Libri quinque nuper recogniti & typis diligenter e (...)
  • 11 L’édition était considérée comme douteuse dans les annali, mais Edit16 en décrit plusieurs exempla (...)
  • 12 I Giunti tipografi editori di Firenze… op. cit., n° 231.
  • 13 Lo Re S., op. cit., p. 191.

12À Florence, la maison Giunti, qui a continué ses activités normalement pendant la République florentine (1527-1530), fonctionne depuis au ralenti : un seul livre publié en 1530 (Quintus Curtius Rufus8), deux livres en 1531 (la réédition des discours de Machiavel et de l’Appien de 15209) ; quatre livres en 1532 (les Tusculanes10 de Cicéron, Machiavel, Boccace et Luigi Alamanni) comme en 1533 (Machiavel, Boccace, Iacopo Sannazaro et enfin Galien et Hippocrate en recueil11), mais aucun livre en 1534 ni en 1535, et un seul en 1536 (saint Antonin12). L’édition des auteurs de l’Antiquité est dans la politique éditoriale de la maison depuis toujours, et le reste tout au long du xvie siècle. Mais à Florence, au début des années 1530, la situation n’est pas favorable. Le siège de 1530, qui a mis fin aux trois années de république, a eu des conséquences économiques, et il n’y a plus de public humaniste et étudiant pour certains livres ; Bernardo Giunti a interrompu son activité pour aller quelque temps travailler chez son oncle à Venise13.

La situation à Venise

  • 14 Dionisotti C., op. cit., p. 182.
  • 15 M. T. C. Epistolae familiares nuper accuratius et recognitae, et emendatae, verba graeca la (...)
  • 16 Il le dit dans l’épître dédicatoire adressée à Maffeo Leoni : l’extrait est édité par Cataldi Pala (...)
  • 17 M. Tullii Ciceronis epistolae ad Atticum, ad M. Brutum, ad Quintum fratrem, summa diligenti (...)
  • 18 Ibid.

13La situation n’est pas la même à Venise14. Dans la capitale d’une république prospère et politiquement stable – même si elle a connu des années mouvementées avec la Ligue de Cambrai –, la question qui se pose dans l’atelier d’un imprimeur-libraire n’est pas celle de l’édition en volume séparé des lettres de Cicéron. Certes, c’est ainsi que sont généralement éditées ces lettres : les Lettres familières d’un côté, les Lettres à Atticus et Brutus de l’autre. À Venise sort en 1533 une nouvelle édition des Lettres familières, qui va connaître une grande postérité : le jeune Paul Manuce, qui a entrepris simultanément une carrière d’imprimeur et une carrière d’humaniste, mène à bien scientifiquement et matériellement ce livre l’année même de la réouverture de l’imprimerie familiale, restée fermée depuis la mort en 1529 d’Andrea Torresani d’Asola qui, avec son fils Gian Francesco, avait fait fonctionner la maison d’édition qu’il avait fondée avec Alde Manuce depuis la mort de ce dernier en 151515. Paul Manuce a passé presque trois ans à préparer son édition, avec l’aide de son maître Gian Battista Egnazio16. Il a reçu aussi l’aide de Giovanni Pierio Valeriano Bolziano, Lazzaro Bonamico et Benedetto Lampridio, tous deux amis de Vettori. Il s’agit d’un travail sérieux d’édition scientifique, fondé sur l’étude du texte et l’utilisation des témoins subsistants et des éditions précédentes. Les Lettres à Atticus suivront, et les deux livres connaîtront de nombreuses rééditions17. La qualité de l’édition fera l’objet d’une rude polémique entre Paul Manuce et Piero Vettori quelques années plus tard18. Quoi qu’il en soit, il n’y a pas besoin en 1533 de rééditer ces lettres à Venise.

  • 19 Sur Viglius Zuichemus (1507-1577), voir Erbe M., Contemporaries of Erasmus : a biographical regist (...)
  • 20 La dernière édition aldine datait de 1522.V. Zuichemus à B. Amerbach, Padoue, 15 janvier 1533, éd. (...)
  • 21 V. Zuichemus à B. Amerbach, Padova, 22 février 1533, éd. Hartman A., op. cit., lettre 1719, p. 187 (...)

14En revanche, il manque alors une édition complète des œuvres de Cicéron. La même année, l’imprimeur bâlois Bonifacius Amerbach écrit à Viglius Zuichemus à Padoue pour savoir si une édition des œuvres de Cicéron est en cours à Venise19. Zuichemus répond le 15 janvier que la maison aldine (à laquelle sans doute pense Amerbach en interrogeant son ami) n’arrive à produire rien de bon, par manque de moyens ou par incurie. L’imprimerie en effet est encore fermée, et ne rouvre qu’en mars de la même année. Il a entendu dire qu’une édition des lettres de Cicéron est en cours, ajoute-t-il, car il n’y en a plus d’exemplaire à vendre, mais il n’espère pas une édition commentée ou annotée20. Un mois plus tard il ajoute que les Manuce-Torresani ont envisagé de lancer une édition complète de Cicéron mais qu’ils ont finalement décidé de s’en tenir aux Lettres familières. Le bruit court que les imprimeurs Giunti, eux aussi, préparent une édition des œuvres de Cicéron : ils disposent pour ce faire de corrections au texte portées par l’humaniste Andrea Navagero21.

  • 22 M. T. Ciceronis orationum volumen primum, [Venetiis, in aedibus Aldi, et Andreae soceri, me (...)
  • 23 D’après l’épître dédicatoire de l’ouvrage, signée par Gianfrancesco d’Asola : Q. Horatii Flacci po (...)
  • 24 Hypothèse défendue à plusieurs reprises par C. Dionisotti : voir Cataldi Palau A., op. cit., p. 85 (...)
  • 25 Voir plus loin n. 60 p. 140.

15Navagero a en effet préparé l’édition des discours de Cicéron, parue en 1519 chez les Torresani en trois volumes in-octavo22. Elle fait partie de l’édition des œuvres complètes que lancent les Giunti en 1533. Navagero a travaillé à plusieurs reprises pour l’imprimerie Manuce, participant à l’édition scientifique de Quintilien (1514), Virgile (1514), Lucrèce 1515), Horace (1519)23, à la réédition en trois volumes des Héroïdes d’Ovide… Il a servi de plume à Gianfrancesco d’Asola, écrivant la préface signée par ce dernier à l’édition de Térence de 1517 que la mort d’Alde avait laissé inachevée24. Navagero est peut-être aussi l’éditeur des Lettres familières publiées à plusieurs reprises par les Manuce-Torresani : la responsabilité de cette édition ne lui est attribuée que par Antonio Francini dans une lettre à Piero Vettori du 4 juillet 153425. Cette édition des Lettres n’est pas utilisée pour l’édition complète qui est lancée, mais nous n’avons aucune information sur les raisons de cette décision.

  • 26 Cataldi Palau A., op. cit., p. 142-145.
  • 27 En 1561 Paul Manuce, dans une lettre à son frère Manuzio, explique que Tommaso Giunti lui apporte (...)
  • 28 C’est ce qu’on apprend d’une lettre de Bernardo Giunti, alors à Venise, à Bartolomeo Cavalcanti, d (...)

16Les Torresani sont en compétition avec les Giunti depuis longtemps, comme le montrent les critiques répétées que porte contre ceux-ci dans ses préfaces Gian Francesco d’Asola, beau-frère d’Alde Manuce, à partir de 1515. Il les accuse de sortir de mauvaises éditions et même de contrefaire les livres aldins, en particulier la grammaire grecque d’Alde, réimprimée à deux reprises avec une marque typographique contrefaite26. Les deux familles se réconcilieront bien des années plus tard27. Une querelle, née entre les frères de Navagero et les Torresani, empêche cette édition aldine des œuvres complètes que tout le monde attend28. Or il semble bien qu’Andrea Navagero est le seul à avoir récemment préparé une nouvelle édition d’une partie des œuvres de Cicéron à ce moment-là. Il faut donc, pour disposer de son travail, s’accorder avec ses héritiers, et le compléter en trouvant un humaniste prêt à préparer une nouvelle édition, de préférence de qualité.

17Deux des principaux éditeurs vénitiens spécialisés dans le domaine envisagent en même temps de se lancer dans ce projet de grande envergure : il n’y a donc sans doute pas d’édition complète de Cicéron disponible chez les imprimeurs-libraires vénitiens, ni sans doute ailleurs en Italie. La rivalité ancienne entre les deux maisons tourne au profit des Giunti, pour plusieurs raisons. La première est la faiblesse des Manuce : après quatre ans de désaccords, période pendant laquelle Paul Manuce, désormais présent aux côtés des Torresani, a été en outre malade plusieurs mois, les deux familles héritières de l’officine aldine ne réussissent à se mettre suffisamment d’accord pour imprimer des livres qu’en 1533. Entre 1533 et 1538, pendant leurs quelques années de fonctionnement en collaboration, ils impriment peu de livres, peu d’éditions nouvelles, et aucune de cette importance. La seconde raison est que les Giunti ont déjà à disposition une partie des textes, comme l’a entendu dire Zuichemus.

  • 29 Camerini P., Annali dei Giunti, volume primo, Venezia, parte prima, Firenze, Sansoni Antiquariato, (...)

18Mais les discours de Cicéron ne suffisent pas à faire une édition complète : il manque encore les traités philosophiques, les traités rhétoriques et la correspondance. Il apparaît clairement que l’objectif est de mettre en vente une édition des œuvres complètes qui ne soit pas constituée de volumes déjà disponibles, préparés par un ou plusieurs humanistes. Les Manuce-Torresani comme les Giunti disposent en effet de volumes dépareillés qui pourraient, une fois réunis, constituer des œuvres complètes. Ainsi Lucantonio Giunti, lorsqu’il publie en 1536 le volume des traités philosophiques du Cicéron appartenant aux œuvres complètes, édite en même temps une autre édition de ces mêmes traités, reprise d’une édition de 152529. Les imprimeurs ont un projet bien plus ambitieux : procurer une nouvelle version, meilleure et corrigée, de l’ensemble des œuvres de Cicéron.

L’idée d’un livre

  • 30 « […] par l’intermédiaire d’amis communs », c’est-à-dire sans doute Francini lui-même : P. Vettori (...)

19Comment les deux projets, si différents dans leur conception, se sont-ils rencontrés ? Piero Vettori se décide rapidement à imprimer son travail, semble-t-il. Sans doute à Florence, ceux qui s’intéressent aux études antiques, et en premier lieu les amis, les anciens professeurs de Piero en sont informés, ainsi que Bernardo Giunti, qui transmet la nouvelle à un de ses principaux collaborateurs, Antonio Francini. Ce dernier se trouve alors à Venise au service des Giunti qui, profitant de l’occasion, sollicitent Vettori, comme le raconte ce dernier dans l’épître dédicatoire du troisième volume des œuvres de Cicéron30. Cela nous laisse penser que Vettori, qui n’a jamais enseigné ni édité, a déjà acquis une réputation d’humaniste suffisante pour qu’on n’hésite pas à lui confier une charge aussi lourde.

  • 31 Voir sur l’étude que fait de la position de Bernardo Giunti Lo Re S., op. cit., p. 188-189.

20La mise en œuvre de ce projet a aussi un aspect politique, qui, dans les années qui suivent le retour des Médicis à Florence, ne peut être laissé de côté. Bernardo Giunti fait partie des représentants de la « vieille Florence », ainsi que plusieurs amis de Vettori, dont Bartolomeo Cavalcanti, le propriétaire du merveilleux manuscrit des lettres de Cicéron. Vettori lui-même, comme tant d’autres, n’est pas encore rallié aux Médicis, car c’est Côme Ier qui, après l’assassinat d’Alexandre de Médicis et son arrivée au pouvoir, le sollicite à la fin de l’année 1537 pour enseigner, et lui confie au fil des ans des charges honorifiques. Bernardo Giunti quitte quelques mois Florence en 1530, peut-être autant pour des raisons économiques que politiques : pendant son séjour à Venise, il est en correspondance avec les premiers fuoriusciti, exilés antimédicéens qui pour certains ne reviendront jamais à Florence31.

  • 32 Osmond P., « Jacopo Corbinelli and the Reading of Sallust in Late Renaissance France », Medievalia (...)
  • 33 Voir Mouren R., « Les acteurs du livre érudit à la Renaissance », dans Circulation des matières pr (...)

21Cicéron peut dans ce cadre, au moment où il reste des défenseurs d’une République florentine opposés à un principat en cours de renforcement, être l’auteur symbolique de la république romaine sur le point de disparaître, dont l’édition n’est alors pas si anodine. Cavalcanti insiste auprès de Vettori pour qu’il accepte de se lancer dans ce projet. Les contemporains peuvent donner une signification politique à cette édition apparemment humaniste, comme ils le feront en 1576, quand Piero Vettori, qui s’est consacré depuis quarante ans à l’édition des auteurs grecs, prépare l’édition de Salluste chez les Giunti. Certes, désormais, et depuis longtemps, professeur appointé par le grand-duché, sénateur, précepteur des fils de Côme Ier, il édite ce livre’ex bibliotheca medicea’: à partir d’un manuscrit important trouvé dans la bibliothèque des Médicis. Mais que Vettori, qui a perdu des amis proches dans des conjurations menés contre les Médicis (en particulier celle de 1522), édite la Conjuration de Catilina, n’est pas vu par tous ses lecteurs comme une coïncidence : Iacopo Corbinelli, exilé en France après la participation de son frère à la conjuration de 1559, proche de la cour du roi Henri III, écrit sur son propre exemplaire : « Il Vettori ha stampato questo libro aproposito della congiura di Firenze32. » Qu’il s’agisse de la conjuration de 1522 ou de celle de 1559 dont les derniers rebondissements datent de 1575, peu importe. Le choix même de la Conjuration de Catilina et de la Guerre de Jugurtha n’est pas anodin ; le choix du républicain Cicéron ne l’est sans doute pas non plus en 1533, avant l’assassinat d’Alexandre de Médicis en 153733.

22Voici donc qu’entre l’auteur et l’imprimeur se sont déjà dressés un propriétaire de manuscrits, un cousin imprimeur, un héritier fâché, l’ombre de la République défunte… nous ne sommes pourtant pas au bout de la liste.

Le suivi de l’édition

  • 34 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 28 juin 1533, éd. Lo Re S., op. cit., p. 285. Salvatore Lo Re a (...)
  • 35 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 28 juin 1533, éd. Lo Re S., ibid., p. 285.

23Une fois la proposition envoyée de Venise, elle est acceptée très vite par Vettori. Se pose alors la question du suivi de l’édition : l’auteur est loin des presses et ne pourra suivre lui-même les étapes de la fabrication, relire et corriger les épreuves, répondre à une question de l’imprimeur… Il faut donc trouver un intermédiaire. Pour sa première expérience d’édition, Vettori bénéficie de l’aide de l’intermédiaire idéal : Antonio Francini, qui, dans les années 1515-1520, a donné des cours à Florence et préparé pour les Giunti l’édition de textes antiques : sa spécialité est donc celle qui va devenir celle de Vettori, l’édition scientifique des auteurs antiques, mais il est aussi responsable d’édition et correcteur. Après la prise de Florence en 1530, Francini, comme tant d’autres, est parti à Venise où il travaille à faire fonctionner l’imprimerie Giunti, qui lui donne bien plus de travail qu’à Florence34. Informé par Bernardo Giunti du projet d’édition des Lettres à Atticus, il écrit à Vettori dès le mois de juin 1533 pour s’en féliciter35. Il en parle sur le champ aux humanistes présents à Venise, Lazzaro Bonamico, Benedetto Lampridio et Giangiorgio Trissino, qui tous connaissent Vettori : ils se réjouissent et l’encouragent. Le projet de Vettori est donc accepté sur-le-champ.

  • 36 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 28 juin 1533, éd. Lo Re S., ibid., p. 286.

24Francini s’emploie aussitôt à chercher des bons manuscrits dans les bibliothèques de Venise, auxquelles il a aisément accès, pour aider Vettori dans l’établissement même du texte : il n’en trouve pas, car malheureusement la ville est bien moins riche en manuscrits latins qu’en manuscrits grecs36.

25Dès le lancement de cette édition des Lettres à Atticus, et peut-être même un peu avant, Vettori est informé d’un projet de réédition des Discours de Cicéron préparés par Navagero : c’est Bernardo Giunti qui en informe les humanistes de Florence et leur montre un essai d’impression. Francini, qui en parle à Vettori dès sa première lettre de juin 1533, promet d’envoyer bientôt une véritable épreuve et met en valeur la qualité du travail de la maison Giunti :

  • 37 « Penso frapochi dì mandarvene la vera mostra, in una carta tanto bella che forse direte non haver (...)

Je pense vous envoyer dans quelques jours une vraie épreuve, sur un papier si beau que vous direz peut-être n’en avoir jamais vu de plus beau ; nous ferons vos Lettres à Atticus sur le même papier, et nous les ferons en tous points comme vous voudrez. Nous nous sommes réjouis des discours avec M. Pietro Bembo, nous nous réjouirons des Lettres avec vous. Quand vous aurez vu les discours, si vous désirez les faire comme eux, nous le ferons ; si vous préférez autrement, ce sera à vous de décider, car je désire vous contenter37.

  • 38 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 22 août 1534, 2 mars 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 293, 299 ; B (...)

26Dans ses lettres, Francini répète souvent à quel point les imprimeurs sont à l’écoute de Vettori, qui peut prendre toutes les décisions sur l’édition : le papier, le format… Pendant tout le temps que dure le projet, il cherche pour Vettori des manuscrits, les fait copier ou collationner, le tient informé de ses recherches même s’il imagine que le Florentin a certainement mis de côté ces travaux pour se consacrer à Cicéron. Il lui envoie tout ce qui paraît à Venise et même des livres qu’il commande ailleurs pour lui, et se charge, à sa demande, de faire copier des manuscrits à l’attention du cardinal Cervini38.

  • 39 Voir note précédente.
  • 40 Il ne s’agit sans doute pas encore des œuvres philosophiques de Cicéron mais, vu la suite de la le (...)
  • 41 « Rallegromene assai, ché farrete quello che non posso né mai ho possuto, impedito dalla povertà, (...)

27On met donc en œuvre une opération de séduction, menée à Florence par Bernardo Giunti, à Venise par l’ancien professeur de Vettori. Pas d’hésitation sur l’exagération afin de le séduire et de le convaincre : « Delle Orationi habbiam esultato con messer Pietro Bembo [qui suivait de près le projet], delle Epistole esulteremo con voi. » Voilà donc ce Florentin, pas si jeune mais bien obscur en dehors du petit cercle des oligarques cultivés de Florence, hissé directement sur le même sommet que Pietro Bembo. Il a carte blanche, lui dit-on39. Faut-il qu’ils soient aux abois ! En effet si Vettori disait qu’il veut un petit in octavo en italiques, ce que de toutes façons ils n’ont pas le droit de faire vu le privilège dont jouissent les Manuce, leur projet d’œuvres complètes serait bien compromis… Les rumeurs sont utilisées : Francini a entendu dire (toujours par Bernardo Giunti, n’en doutons pas) que Vettori « suit les choses de philosophie40 ». Il en est heureux : « je m’en réjouis beaucoup, car vous ferez ce que je ne peux ni n’ai jamais pu faire, empêché par la pauvreté41 ». Un peu d’émotion devant le tableau de cet homme penché sur les presses giuntines quand il ne fait pas cours, et qui n’a jamais pu se lancer dans un grand œuvre. Francini flatte en même temps l’intérêt pour le grec de Vettori, lui promettant de l’aider s’il a besoin de manuscrits de la bibliothèque de Bessarion, lui faisant miroiter des textes inconnus…

28Deux semaines plus tard, le 12 juillet 1533, Francini écrit à nouveau à Vettori. Tout est joué : Vettori, après avoir résisté, accepte finalement de prendre en charge les œuvres complètes. Francini met en partie cet accord sur le « buono animo inverso li amici » de Vettori, dont la résistance n’est pas due à son manque d’intérêt pour le projet, mais à des inquiétudes sur le temps nécessaire pour le mener à bien :

  • 42 « […] la resistentia vostra, fatta a principio del ragionamento, non nasceva per non voler (...)

Votre résistance au début de la discussion ne venait pas du fait que vous ne vouliez pas faire une œuvre si remarquable et honorable, comme, je pense, ou plutôt je suis sûr, qu’elle sera, mais seulement parce qu’il ne vous semblait pas disposer de temps suffisant par rapport à vos études42.

29Francini insiste tout particulièrement sur le caractère exceptionnel de ce travail, comme pour féliciter encore davantage Vettori ou pour s’assurer qu’il a bien compris les enjeux ; il rappelle qu’il semblait jusqu’alors impossible de trouver quelqu’un qui se lançât dans l’aventure de préparer cette édition, y compris financièrement :

  • 43 « Io a principio presi dispiacere quando stavi così sopra di voi, non perché io non vi dicessi tut (...)

Moi au début j’ai été peiné […] parce que je ne savais pas quand nous aurions pu fournir des caractères aussi beaux, avec des hommes qui pussent et voulussent faire une dépense aussi importante – car si vous y réfléchissez bien ces œuvres coûteront plus de mille ducats –, c’est pourquoi je craignais, si on laissait passer cette occasion, de ne plus jamais voir les œuvres de Cicéron43.

30Francini parle des questions essentielles, souvent abordées dans les correspondances entre humanistes et imprimeurs :

  • 44 « Et di più dubitavo che queste vostre già durate molti anni fatiche non dormissino per qualche te (...)

Et de plus je craignais que vos travaux menés depuis déjà de longues années dormissent pour quelque temps ou vous fussent pris par quelqu’un d’autre d’une manière ou d’une autre44.

  • 45 T. Giunti à P. Vettori, Venezia, 7 février 1537, éd. Lo Re S., ibid., p. 311.

31Francini lie ainsi l’édition des Lettres à Atticus à l’acceptation par Vettori de prendre en charge l’intégralité du corpus cicéronien. Les remarques de Francini, qui est à la fois un éditeur scientifique et l’employé des imprimeurs, soulignent les sujets qui importent aux humanistes et qu’ils abordent dans nombre de leurs lettres : si l’on veut mener à bien un beau livre, il faut du beau papier et de beaux caractères. Ainsi quatre ans plus tard, quand le projet touche à sa fin, Tommaso Giunti prend soin d’utiliser pour imprimer les dernières feuilles, les corrigenda, le même beau papier que celui qui a été utilisé tout au long du livre, et en informe Vettori45. Une autre question qui inquiète souvent les humanistes est celle de voir leur travail imprimé sans leur autorisation, ou sans leur nom. Vettori évite ce risque :

  • 46 « Ma se le cose seguiteranno come io spero, io conseguirò quanto desideravo, et altri non potrà to (...)

Mais si les choses procèdent comme je l’espère, j’avancerai comme je le voulais, et personne ne pourra vous prendre vos travaux46.

  • 47 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 12 juillet 1533, éd. Lo Re S., ibid., p. 288.
  • 48 Ibid.

32Vettori sait bien, dès son premier livre, imposer ses choix. Il est d’accord pour conserver l’apparence typographique du volume des Discours, « fare le opere strette con li margini netti », mais il a décidé d’ajouter à l’édition ses Adnotationes, commentaires philologiques et relevés de leçons intéressantes trouvées dans des manuscrits – une ébauche d’apparat critique en quelque sorte. Il veut les éditer dans un volume séparé. Bien entendu Francini approuve47 : il sait bien que les commentaires nouveaux d’un humaniste assureront une meilleure vente. Vettori prend à la lettre les offres de service de Francini, et lui envoie des listes de manuscrits à consulter et collationner. Francini tente alors en vain de convaincre Vettori de venir séjourner deux mois à Venise pour suivre l’édition, ce que ce dernier ne fera jamais48. Les Giunti s’adaptent, et s’organisent entre Venise et Florence. Tommaso et Bernardo Giunti, Antonio Francini assurent le suivi au jour le jour sur la presse et organisent des incessants échanges de courriers et visites pour apporter et renvoyer les épreuves relues et corrigées par Vettori, avec l’aide d’humanistes à Venise et d’amis de Vettori à Florence.

  • 49 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 20 janvier 1534, éd. Lo Re S., ibid., p. 289.
  • 50 Voir sur ce sujet Mouren R., « Sébastien Gryphe et Piero Vettori. », op. cit. p. 294.
  • 51 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 8 février 1534, éd. Lo Re S., op. cit., p. 290.
  • 52 Ibid.

33Six mois plus tard, en janvier 1534, Francini se réjouit de l’avancement des travaux. Les premières feuilles envoyées par Vettori ont été transmises pour avis à l’humaniste Lazzaro Bonamico, qui approuve ses choix philologiques49. Francini sait par Bernardo Giunti que Vettori a fini de préparer les Lettres familières, dont vient de sortir à Venise, dit-il, une très mauvaise édition : il s’agit de l’édition de Paul Manuce, dont Francini attribue à tort la paternité à Gian Battista Egnazio50. La première feuille imprimée des discours, dont le texte n’a pas été préparé par Vettori, lui est envoyée dès qu’elle sort des presses, le 8 février 1534 (elle a été commencée autour du 22 janvier). On espère qu’il aime le papier et les caractères, qui seront utilisés pour les Lettres51. Les Discours sont ainsi placés aussi sous la responsabilité de Vettori. On lui réclame les Lettres familières, à remettre à Bernardo Giunti à Florence en indiquant comment il veut qu’elles soient imprimées, car Francini souhaite tout particulièrement connaître son avis52.

  • 53 Mouren R., ibid., p. 287-339.
  • 54 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 4 juillet 1534, éd. Lo Re S., op. cit., p. 291.

34Toute la stratégie d’Antonio Francini consiste donc à se mettre sur un pied d’amitié, et parfois même de protection, vis-à-vis de Vettori : il commence toutes ses lettres par de longues protestations d’amitié et des excuses pour l’espacement de ses lettres, de manière plus appuyée que ce que l’on peut voir habituellement dans les échanges épistolaires. Il fait tout pour contenter l’éditeur débutant et lui simplifier la vie. Mais lorsque Vettori va trop loin, il faut l’arrêter : Francini, embarrassé, lui écrit en juillet 1534. Un point important de l’édition des Familières est que Vettori en a changé le titre, en reconstruisant un titre corrigé à partir de manuscrits anciens (ce qui sera en partie confirmé par ses amis romains quelques années plus tard53). Les Epistole familiari, ou Epistole a diversi, deviennent les Familiari, ce que Francini ne conteste pas mais au contraire approuve vigoureusement. Le problème, c’est la page de titre. Que mettre ? On ne peut pas laisser sans titre, explique Francini. On est loin des premiers incunables… Tout le monde connaît ce livre sous le titre d’Epistole familiari : Francini propose d’utiliser partout, à l’intérieur du livre, le titre reconstitué par Vettori, mais de traiter différemment la page de titre, « quello che serve a’librari et al vulgo ». Bien sûr la décision finale revient à Vettori, mais Francini insiste beaucoup54.

  • 55 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 22 août 1534, éd. Lo Re S., ibid., p. 292.
  • 56 Ibid.

35Vettori défend longuement son point de vue sur le titre des Familières. Francini recule, écrivant en août 1534 qu’il est tout à fait d’accord avec « la fantasia vostra », et que son intervention à ce sujet n’avait pour objet que de « satisfare alli nostri librari » : il en attribue la responsabilité aux Giunti eux-mêmes55. Francini tente toutefois d’apaiser la polémique naissante entre Vettori et les Giunti en racontant que Lazzaro Bonamico pense comme Vettori, mais considère que l’affaire est de peu d’importance56.

  • 57 La description complète du volume se trouve p. 146.

36La page de titre de l’ouvrage, réunissant les Lettres familières et les Lettres à Atticus, Brutus et Q. Cicéron, ne porte pas la trace de cette polémique. Il commence en effet ainsi : Tertius tomus Marci Tullii Ciceronis epistolarum libros continet57

37En revanche, le verso de la page de titre, qui détaille le contenu du tome, contient une formule compliquée, sans doute le résultat des discussions entre les imprimeurs et l’auteur :

Tertius hic tomus continet
M. Tullii Epistolarum

  • 58 « Ce troisième volume contient les quinze livres des lettres de Cicéron envoyées à divers (dont le (...)

Libros XV ad diversos missarum : inter quos
unus est. M. Cœlii ad Ciceronem, quos omnes recen-
tiores novo &parum illis apto nomine familia-
res appellarunt58.

  • 59 L’hypothèse est proposée par William Pettas, au conditionnel : « He may have been responsible for (...)
  • 60 A. Francini à Piero Vettori, Venezia, 4 juillet 1534, éd. Lo Re S., op. cit., p. 291. L’attributio (...)

38Francini, humaniste lui-même, apporte son aide à Vettori en cherchant à lui fournir des collations à partir de manuscrits. Il a peut-être lui-même préparé l’édition des Lettres familières parue en 1515 à Florence59. Il collationne le texte de Vettori avec l’édition précédente de Navagero, et indique les variantes en marge de l’épreuve, demandant à Vettori d’enlever ce qui ne lui plaît pas60. Ce qui pourrait paraître étrange est que Francini fait cette collation après avoir reçu le texte préparé par Vettori : il n’agit donc pas à la demande de ce dernier, mais en ayant sous les yeux l’édition victorienne. Peut-être trouve-t-il que certains choix de son ami sont trop audacieux, et tente-t-il ainsi de corriger quelques passages. Malheureusement, nous ne savons pas quelle suite Vettori donne à ce travail, qui dépasse quelque peu les attributions du correcteur. Francini n’en parle plus par la suite.

  • 61 A. Francini à Piero Vettori, Venezia, 19 juin 1535, éd. Lo Re S., ibid., p. 293-294.
  • 62 Ibid., p. 294-295.
  • 63 Ibid., p. 296. 29 janvier 1536. Vettori fait habituellement ainsi, en partie parce que son (...)
  • 64 A. Francini à Piero Vettori, Venezia, 2 mars 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 300.
  • 65 B. Giunti à P. Vettori, Venezia, 10 juin 1536, éd. Lo Re S., op. cit., p. 304.

39En juin 1535, l’impression des Lettres est terminée. Ne manquent plus que celles que Vettori a envoyées dans un second temps, et que l’on n’a pas pu insérer à leur place. Francini décide de les éditer séparément, « da poterle legare dovunque vorrà che le farà legare », sauf si Vettori préfère une autre solution (qu’il doit trouver lui-même, Francini ne proposant rien d’autre61). En juillet 1535, Bernardo Giunti demande à Vettori de regarder le volume qu’il vient de lui envoyer en compagnie de Francini qui, malade, a dû prolonger un séjour à Florence62. En janvier 1536, on lui assure qu’on a pris en compte ses demandes de correction, et pour la première fois il est question d’argent : Vettori doit se faire payer chez les Giunti de Florence la copie des Annotations, c’est-à-dire, sans aucun doute, la mise au propre de ses notes pour envoi à l’imprimeur63. Ce n’est sans doute pas si simple car en octobre il réclame le paiement pour le copiste, son ami Ludovico Buonaccorsi. Qu’il se rassure ! La plus grande partie a été payée, il ne reste qu’un petit reliquat dû, lui écrit de Florence Tommaso Giunti. Autre bonne nouvelle, trois jours plus tard (1er février) : Francini a obtenu de la Sérénissime un privilège de quatorze ans pour les Annotations. Il est question des exemplaires sur grand papier, imprimés pour offrir : Vettori en voudrait un pour le cardinal Cervini, mais Francini, qui en a d’abord imprimé six, en a déjà fait retirer six de plus, et tous ces livres sont déjà réservés, dont un pour Vettori lui-même. Mais bien sûr, on fera tout ce qu’on pourra pour le contenter64. On le tient informé des choix qui sont faits et du rythme d’avancement. En juin 1536, Bernardo Giunti, lui réclamant ses adnotationes, l’informe des choix qui sont faits pour leur impression : on utilise un module de caractères plus petit, les imprimeurs disposant des caractères nécessaires pour imprimer les mots grecs. Il nous donne de précieuses informations sur le rythme du travail, en précisant qu’ils ne réussissent pas à imprimer plus d’une forme par jour, c’est-à-dire un demi-feuillet (recto ou verso seulement65).

  • 66 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 20 janvier 1534, éd. Lo Re S., ibid., p. 289.
  • 67 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 4 juillet 1534, éd. Lo Re S., op. cit., p. 292.
  • 68 Ibid.

40Les lettres envoyées à Piero Vettori par Antonio Francini, Bernardo et Tommaso Giunti ont pour utilité principale de suivre de près l’avancement du travail. À côté des efforts permanents pour lui faciliter la tâche et aplanir ses difficultés, ses correspondants s’efforcent toujours de vérifier où il en est et, très vite, de le presser. Bernardo et Benedetto Giunti, à Florence, sont en contact avec Vettori et tiennent informés les Vénitiens de l’avancement de son travail. Le 20 janvier 1534 Francini, informé par Bernardo Giunti que Vettori a déjà fini d’établir le texte des Lettres familières, lui précise le programme : on va commencer sur le champ à imprimer les Discours, et les Lettres suivront66. Le 8 février Francini lui demande de remettre le texte des Familières à Bernardo Giunti. Le 4 juillet, tout en demandant à Vettori de relire les Lettres familières en regardant les variantes de Navagero, il lui réclame les Lettres à Atticus, car il sait par Bernardo Giunti qu’elles sont prêtes67. Vettori pourra envoyer en même temps ses corrections à l’édition des Discours68. Cette correspondance, encore une fois, nous informe précisément sur le rythme et l’organisation du travail entre les presses et l’humaniste : plusieurs textes sont menés de front en parallèle, ce qui permet d’attendre la relecture de l’auteur sans bloquer les presses.

  • 69 B. Giunti à P. Vettori, Venezia, 30 juillet 1535, éd. Lo Re S., ibid., p. 295.

41Francini parti à Florence quelques mois, c’est Bernardo Giunti qui prend la plume à partir de juillet 1535 pour écrire à Vettori. Le ton reste amical, mais change un peu. Il lui conseille de se mettre tout de suite à la préparation de son volume d’annotations, car il mettra sans doute plus de temps qu’il ne le pense pour le mener à son terme. Mais si on ne réussit pas à les éditer juste après le volume de correspondance, ce n’est pas bien grave, cela peut attendre69 ! Une fois encore, on peut mesurer à quel point les imprimeurs ménagent leur auteur, y compris dans le domaine où généralement les échanges peuvent être parfois assez désagréables, celui du respect des délais.

  • 70 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 2 mars 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 299.
  • 71 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 4 mars 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 301.
  • 72 B. Giunti à P. Vettori, Venezia, 29 avril 1536, éd. Lo Re S., ibid. p. 302.
  • 73 Ibid., p. 303.
  • 74 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 3 juin 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 303.
  • 75 B. Giunti à P. Vettori, Venezia, 10 novembre 1536, éd. Lo Re S., La crisi…, ibid., p. 309.

42En mars 1536 Vettori semble trouver que le travail est lent, et qu’il faut avancer plus vite. Francini le rassure : on est presque au bout du livre (il s’agit des œuvres philosophiques) ; et il en profite pour lui demander les « libri oratorii », les traités de rhétorique, pour que le travail ne soit pas interrompu sur la presse70. Francini continue à montrer à Vettori qu’on lui donne satisfaction en tout, et que tout est fait pour avancer au mieux. Francini précise toutefois deux jours plus tard qu’il est sur le point de finir la première partie des œuvres philosophiques, priant Vettori de lui envoyer la suite par le premier courrier, sinon il les « mettra dans un grand désordre71 ». En avril 1536 Bernardo Giunti attend les adnotationes, indispensables car il ne veut pas imprimer les livres sans ces commentaires humanistes72. Il lui laisse un délai pour ce faire, le temps des festivités florentines pour la venue de Charles-Quint73. Francini les réclame à nouveau en juin : les imprimeurs arrivent à la fin des traités oratoires, et en ont besoin pour continuer leur travail74. En novembre il en manque encore75.

  • 76 B. Giunti à P. Vettori, Venezia, 29 avril 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 302.
  • 77 Ainsi lorsqu’il envoie, pourtant très en retard, ses adnotationes : T. Giunti à P. Vettori, Firenz (...)

43On s’efforce de tout donner à relire et corriger à l’humaniste, au point d’interrompre l’impression de la Rhétorique à Herennius pour commencer le De claris oratoribus, en attendant son avis sur la première76. Francini n’omet jamais d’indiquer qu’il a bien reçu les dernières corrections et les a intégrées dans le texte, et Vettori rappelle régulièrement ses exigences de relecture et correction77.

  • 78 B. Giunti à P. Vettori, Venezia, 29 avril 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 302.
  • 79 « […] perché noi vogliamo vendere e incorporare ogni cosa insieme, e non vender nessuna parte sepa (...)
  • 80 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 3 juin 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 303 ; « […] e dipoi non ab (...)
  • 81 Ibid.
  • 82 T. Giunti à P. Vettori, Firenze, 13 septembre et 18 octobre 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 306-307. (...)

44En avril 1536, on commence à demander à Vettori ses épîtres dédicatoires78 : les imprimeurs en effet n’ont pas mis en vente les volumes au fur et à mesure qu’ils étaient terminés, comme le précise Bernardo Giunti en juin79. Les épîtres des trois premiers volumes sont réclamées à nouveau le 3 et le 10 juin : ce jour-là, on arrive à la fin de la Rhétorique, et d’ici huit à dix jours les imprimeurs n’auront plus rien à faire80. On demande aussi à l’humaniste quel titre doivent porter ces volumes : Bernardo Giunti écrit lui-même et précise qu’il manque « les 3 premiers cahiers de chaque tome81 ». Pourtant, en septembre, et même en octobre, on attend encore82

45Ces échanges sur le retard des uns et des autres, s’ils sont dans ce cas précis exprimés de façon fort civile, sont un thème habituel des échanges entre imprimeurs et auteurs, qui peuvent parfois tourner à l’aigre, car lorsque l’auteur accuse l’imprimeur d’avoir traîné, celui-ci répond immanquablement qu’il a attendu les préfaces pendant des semaines…

  • 83 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 9 novembre 1536, éd. Lo Re S., op. cit., p. 308.
  • 84 T. Giunti à P. Vettori, Firenze, 18 octobre 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 307.
  • 85 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 9 novembre 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 308.
  • 86 Giovanni Francesco Zeffi, chargé de ce travail de relecture et de correction, écrit à Vettori pour (...)
  • 87 T. Giunti à P. Vettori, Venezia, 7 février 1537, éd. Lo Re S., op. cit., p. 311.
  • 88 Tommaso Giunti à P. Vettori, Venezia, 28 avril 1537, éd. Lo ReS S., ibid., p. 313.

46Vettori ne simplifie pas la vie des imprimeurs, revenant à plusieurs reprises sur ses travaux pour les corriger. Au printemps 1536 il envoie de nouvelles castigationes, c’est-à-dire des adnotationes : Francini ne peut les intégrer toutes, car certaines auraient dû être insérées dans des passages déjà imprimés. En novembre 1536 Francini a en main des corrections aux Lettres familières, pourtant imprimées sans doute à la fin de l’année 153483. Tommaso, le fils de Bernardo Giunti, intervient en octobre 1536, de Florence où il écrit à Piero Vettori dans sa propriété agricole. Ce dernier a vu plusieurs volumes et signalé des erreurs : Tommaso Giunti propose alors d’imprimer des corrigenda, faciles à insérer même si elles occupent un feuillet entier84. Tommaso, un peu plus ferme que Francini, conseille à Vettori de s’en remettre à lui pour cette question : il veut sans doute pouvoir mettre rapidement les livres en vente. Lorsque le temps presse, le projet arrivant à son terme, les imprimeurs se montrent moins accommodants : ainsi lorsqu’on envoie à Vettori les premières feuilles portant les Annotations, Francini lui écrit : « Vous aurez vu les annotations : si la forme vous a plu, j’en serai heureux ; autrement, vous et moi prendrons notre mal en patience85. » Tommaso suit désormais de plus en plus le projet, seul à partir de la mort de Francini début 1537. Il fait relire le travail de Vettori à d’autres humanistes en leur demandant les corrections qu’ils pensent utiles86 : nous ne savons malheureusement ce que pense Vettori de cette démarche. C’est lui qui indique au Florentin que ses corrigenda sont en cours d’impression sur le même papier que le reste des volumes. Même à la toute fin du projet, les imprimeurs cherchent toujours à ménager Vettori en lui transmettant les informations propres à le contenter : ils avaient l’intention de continuer à travailler avec lui, comme on le verra87. Une fois les volumes mis en vente, il l’informe qu’on a offert des exemplaires du volume d’Adnotations en hommage à Pietro Bembo et à Benedetto Lampridio. Des trente exemplaires envoyés à Rome, presque tous sont vendus en avril 1537. On en a envoyé de Florence dans toutes les grandes villes italiennes, bien entendu, et vingt-cinq en Espagne, où les Giunti sont installés. Ils se vendent bien, « e se potessimo star 2 o 3 anni senza concorenza ! Pur bisogna star alla fortuna », conclut Tommaso88.

Éditer… et après

  • 89 L. Buonaccorsi à P. Vettori, Florence, 16 octobre 1537, British Library, Add. Ms 10264, f. 179.

47On peut penser que les imprimeurs Giunti ne traitent pas Vettori comme ils le feraient pour un humaniste installé et renommé, et que de toutes façons (on en connaît de nombreux exemples) l’auteur n’a pas beaucoup de prérogatives et de droit de propriété sur son texte. Dès cette première collaboration, pour son premier livre, Vettori se heurte aux manières de travailler des imprimeurs, parfois peu soucieux du respect dû à l’auteur. En octobre 1537 Lodovico Buonaccorsi lui écrit que Benedetto Giunti a vendu un exemplaire du Cicéron à un couvent, en promettant aux frères que Vettori lui-même y apportera de nouvelles corrections. Buonaccorsi a refusé, expliquant que Vettori ne fera pas connaître de nouvelles corrections sans en retirer le mérite89 : sans doute entend-il par là que seule une réédition corrigée portera les corrections de Vettori, dont ce dernier ne fera pas don sous forme manuscrite. Vettori ne publie jamais plus avec les Giunti de Venise. En 1540, au moment de sa dispute, par commentaires interposés, avec Paul Manuce au sujet de l’édition des Lettres familières, Vettori choisit d’éditer ses Posteriores castigationes in epistolas quas uocant familiares chez Sébastien Gryphe à Lyon, à la grande surprise de son ami Donato Giannotti :

  • 90 « Meravigliomi molto che non le diate a stampare a’Giunti, che già mi disseno che volevano stampar (...)

Je m’étonne beaucoup que vous ne les donniez pas à imprimer aux Giunti, car ils m’ont dit qu’ils voulaient imprimer les œuvres de Cicéron en petit format, et ils m’ont montré la fonte, qui était vraiment belle : mais je pense que ce n’est pas sans raison que vous l’envoyez à Gryphe90.

  • 91 Ibid.

48Giannotti sait que les Giunti cherchent à imprimer Cicéron en petit format, et Vettori ne peut lui répondre qu’il a choisi Gryphe pour son habileté à imprimer des ouvrages in-octavo et ses caractères de petit module : les Giunti sont tout à fait à même d’en faire autant, qui plus est avec des caractères neufs, semble-t-il. Giannotti toutefois n’ose pas aller plus loin dans ses questions : « però non più di questo », conclut-il91.

  • 92 Lo Re S., op. cit., p. 298 et p. 306.
  • 93 T. Giunti à P. Vettori, Firenze, 18 octobre 1536, éd. Lo Re S., op. cit., p. 307-308.
  • 94 P. Pandolfini à P. Vettori, Firenze, 15 août 1538, éd. Lo Re S., op. cit., p. 314-315.

49Il y a en effet un projet de réédition vénitienne, et les échanges de lettres continuent après 1537, jusqu’en 1540, pour préparer cette réédition. Dès 1536 Antonio Francini et Tommaso Giunti parlent de commencer, dès que Vettori a fini le volume des œuvres philosophiques, l’édition in octavo « come costi vi dissi » : il lui en a parlé de vive voix92. À partir de la fin 1536 on console même Vettori lorsqu’il trouve des erreurs en lui disant qu’on corrigera dans l’édition suivante. Celle-ci sera prête à être commencée en octobre, d’après Tommaso Giunti : les Lettres, dit-il, seront imprimées « in ottavo, in quella cancelleresca di Firenze ma alquanto migliorata », mais rien ne se fera sans l’accord de Vettori93. Le projet échoue pourtant, sans doute en partie parce que l’intérêt de Vettori s’émousse. Il est désormais professeur de grec et de latin au Studio de Florence, à la demande de Côme Ier de Médicis, et fait cours tous les matins : il a donc beaucoup moins de temps libre. Il va, surtout, très bientôt se consacrer à l’édition des auteurs grecs, à partir de 1542. Il a aussi des désaccords financiers avec les Giunti ; en 1538, il est question d’une somme de cinquante écus demandée ou proposée par Vettori (le texte n’est pas clair) face aux imprimeurs qui ne peuvent aller au-delà de trente ; Pierfilippo Pandolfini, qui suit la question à Florence en plein été pour Vettori installé à la campagne, est très surpris (d’autant plus que Bernardo Giunti lui demande de présenter l’affaire à Vettori comme si lui, Pandolfini, en était à l’origine en lieu et place de l’imprimeur) et lui suggère de menacer de faire affaire avec d’autres94.

  • 95 T. Giunti à P. Vettori, Venezia, 24 juillet 1540, éd. Lo Re S., ibid., p. 318. Mouren R., « Sébast (...)

50La dernière lettre concernant ce projet de réédition date de 1540, au moment de la sortie par Paul Manuce de son édition des Lettres familières : Vettori se désole d’avoir été pris de vitesse, car il prépare lui-même une réédition et des commentaires, mais Tommaso Giunti le console en lui disant qu’au contraire, le dernier éditeur scientifique propose le meilleur texte et qu’on voudra acheter ses corrections après celles de Manuce : pour l’imprimeur, c’est plutôt une bonne affaire ! Il est encore question de cette édition in-octavo, et Tommaso répond à Vettori qui le presse qu’il a perdu du temps de son côté en travaillant deux ans sur Galien95.

  • 96 L. Bonetti à P. Vettori, Lucca, 4 mars 1563, British Library, Add. Ms 10264, f. 154.

51La collaboration de Piero Vettori avec les Giunti de Venise prend fin à ce moment-là, après avoir donné lieu à cette magistrale édition qui fait la célébrité de Vettori. Son éditeur principal, de 1542 à sa mort, est désormais la branche florentine des Giunti. La plupart du temps, il conserve l’habitude de se faire remplacer pour le suivi des livres (un de ses étudiants les plus proches se dévouant souvent pour aller chaque jour à l’imprimerie voir l’avancement du travail), mais il noue des liens très forts avec toutes les personnes qui y travaillent : en 1563 « Lucha Bonetti, stampatore » écrit à Piero Vettori pour se rappeler à son bon souvenir ; c’est lui qui a imprimé tous les livres de l’humaniste édités par les Giunti, rappelle-t-il, et Vettori est même un des parrains de son fils. Bonetti, qui a demandé au grand-duc, après la mort de l’imprimeur Lorenzo Torrentino, de pouvoir ouvrir une imprimerie à Pise, cherche du soutien à Florence et s’adresse à Piero Vettori96.

  • 97 L’édition était pourtant moins bonne que celle de Vettori, à ce qu’on peut juger en collationnant (...)

52Antonio Francini avait raison : c’était un tour de force dans les années 1530 de lancer une édition des œuvres complètes de Cicéron. Aussitôt ces six volumes in folio édités, ils furent repris dès 1538 à Paris par Robert Estienne et en 1540 à Lyon chez Sébastien Gryphe, édition sur laquelle le nom de Vettori, inconnu certainement encore en France, était remplacé au titre par celui de Joachim Camerarius, qui menait à bien au même moment une édition de Cicéron. Même l’édition confiée par l’imprimeur Herwagen à Bâle à Joachim Camerarius l’utilisa, en ajoutant le volume des Adnotationes de Vettori à l’ensemble des volumes de Camerarius en 154097. Quant aux annotations de Vettori, que les Giunti avait tant attendues, elles étaient destinées à un succès jamais démenti jusqu’à la fin du siècle, du moins dans les éditions scolaires de Cicéron.

Annexes

description de l’édition

Seundus tomus. M. T. Ciceronis orationes habet ab Andrea Naugerio patritio Veneto summo labores ac industria in Hispaniensi Gallicaque legatione excussis permultis bibliothecis, et emendatiores multo factas, & in suam integritatem ad exemplar codicum antiquorum longe copiosius restitutas. Ne autem adulterina quæpiam impressio, librariorum forte auaritia, supponatur : haud ab re uisum est hoc cuere sigillo : præterquam quod summi Pontificis, Cæsaris, Senatus Veneti, ac cæterorum Italiæ Principum decreta, nequis id per XX annos impune faciat, uetant, Venetiis in officina Lucæ Antonii Iuntæ post germanam gallicamque editionem, 1534, [16], 840, [1] p.

2°. +8, a6-z6, &8, A6-Z6, AA6-XX6, YY8, ZZ4.

M. Tullii Ciceronis opera, omnium qua hactenus excusa sunt, castigatissima nunc primum in lucem edita, Venetiis in officina Lucæ Antonii Iuntæ, 1537 [mense Augusto 1536]. (contient les traités de rhétorique),[8], 366, [2] p.

2°. A4, A6-Z6, AA6-GG6, H4.

Tertius tomus Marci Tullii Ciceronis epistolarum libros continet, ex pervetustis exemplaribus accuratissime post omnes, quæ hactenus editæ sunt, excusiones, recognitarum. Quorum elenchum sequenti reperies pagina, Venetiis ex officina Lucæ Antonii Ivntæ anno 1536 [mense Iunio], 554, [10] p.

2°. aa6-uu6, xx4, yy6-zz6, A6-Z6, AA4.

Quartus tomus in quo Marci Tullii Ciceronis opera Philosophica, nuper ad fidem vetustissimorum exemplarium diligentissime recognita, quorum catalogum sequens indicabit pagina, Venetiis ex officina Lucæ Antonii Iuntæ anno 1536 [mense Augusto], 550, [2] p.

2°. aa6-zz6, aaa6-zzz6.

Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Venetiis, 1536. [in officina Lucæ antonii Iuntæ Florentini Anno domini 1537 mense Ianuario], 79, [2] p.

2°. A8-K8.

Index omnium qui hactenus excusi sunt locupletissimus & castigatissimus eorum quæ digna notatu visa sunt, Venetiis ex officina Luæ Antonii Iuntæ anno 1536, 48 f.

2°. a6-h6.

Notes

1 « Tornato a Firenze pensò, stando pur sempre fisso negli studi, di poter giovare alla patria et anche all’altre nationi, aiutando le buone lettere et così acquistarsi gloria, onde voltò tutto l’animo a questo pensiero e, perché negli studi suoi giovenili haveva osservato che l’opere di Marco Tullio errano molto scorette et questo pensiero si era risvegliato in lui nel cominciare ad insegnare al figliuolo, et che nei tempi andati non si era fatta molta diligentia per migliorarle, sebbene quelle lettere errano di gran pregio, delibero di voler far fatica intorno ad esse » : Vettori Francesco, Instruttione al signor cavaliere Salviati, [18-22 décembre 1585], Florence, Biblioteca nazionale centrale, Magl. IX, 64, p. 19.

2 Voir sur cette période essentiellement Lo Re Salvatore, La crisi della libertà fiorentina : alle origini della formazione politica e intellettuale di Benedetto Varchi e Pier Vettori, Roma, Ed. di storia e letteratura, 2006 (Studi e testi del Rinascimento europeo, 29).

3 Euripidis Electra nunc primum in lucem edita. Cum Privilegio Pontificio, et Caesareo ad Decennium. Romae, [Ant. Blado], 1545, 8°. Aeschyli tragoediae VII, quae cum omnes multo quam antea castigatiores eduntur, tum vero una, quae mutila et decurtata prius erat, integra nuncprofertur, scholia in easdem, plurimis in locis locupletata, et in pene infinitis emendata, Petri Victorii cura et diligentia, [Genève], ex officina Henrici Stephani, 1557, 4°. Κλήμεντος Άλεξανδρέος τὰ εύρισκόμενα ἂπαντα, ex bibliotheca Medicea, [cudebat Florentiæ Laurentius Torrentinus], 1550, 2°. C. Sallustii Crispi Coniuratio Catiline & Bellum Iugurthinum, E bibliotheca Medicea, Florentiae, apud Iuntas, 1576, 8°.

4 Dionisotti Carlo, « Stampe giuntine », dans Id., Machiavellerie, Torino, Einaudi, 1980 (Einaudi Paperbacks, 113), p. 184-188.

5 Pomponius Mela, Iulius Solinus, Itinerarium Antonini Aug. Vibius Sequester, P. Victor de Regionibus Vrbis Romae, Dionysius Afer de situ Orbis Prisciano interprete, impressum Florentiae per heredes Philippi Iuntae, 1519, 8°.

6 À la suite d’une erreur de Carlo Dionisotti dans les « Stampe giuntine », pourtant dédiée à la critique féroce des annales des Giunti (Decia D., Delfiol R., Camerini L., I Giunti tipografi editori di Firenze [1497-1625], 2 vol., [Firenze], Giunti Barberà, 1978-1979), le dédicataire est généralement identifié comme Piero di Iacopo Vettori (y compris par Lo Re S., op. cit., p. 190). L’adresse de l’épître ne laisse pourtant aucun doute.

7 Dionisotti C., op. cit., p. 181-182.

8 Decia D., Delfiol R., Camerini L., I Giunti tipografi editori di Firenze, vol. 1, 1497-1570 : annali, [Firenze], Giunti Barberà, 1978, n° 220.

9 Ibid., n° 221 et 222.

10 M. T. Ciceronis Quaestionum Tusculanarum Libri quinque nuper recogniti & typis diligenter excusi, Impressum Florentiae 1532, dédicace de Luca Robbia à Girolamo Benivieni : I Giunti tipografi editori di Firenze… op. cit., n° 226.

11 L’édition était considérée comme douteuse dans les annali, mais Edit16 en décrit plusieurs exemplaires : Hippocratis de victu acutorum siue Deptissana libri tres et Galeni commentaria Nicolao Lauachio medico Florentino interpraete, Florentiae, per Bernardum Iuntae Florentini, 1533 mense Augusti), 4 : <http://edit16.iccu.sbn.it>

12 I Giunti tipografi editori di Firenze… op. cit., n° 231.

13 Lo Re S., op. cit., p. 191.

14 Dionisotti C., op. cit., p. 182.

15 M. T. C. Epistolae familiares nuper accuratius et recognitae, et emendatae, verba graeca latinis expressa, varietas locorum, index, quo sigillatim omnes epistolas, et a quibus, aut ad quos scribantur, invenire facile licet, Venetiis, in aedibus haeredum Aldi Manutii, et Andreae soceri, mense octobri, 1533, 8°. Voir sur l’histoire mouvementée de la maison Manuce pendant cette période Cataldi Palau A., Gian Francesco d’Asola e la tipografia aldine : la vita, le edizioni, la biblioteca dell’Asolano, Genova, Sagep, 1998.

16 Il le dit dans l’épître dédicatoire adressée à Maffeo Leoni : l’extrait est édité par Cataldi Palau A., op. cit., p. 295.

17 M. Tullii Ciceronis epistolae ad Atticum, ad M. Brutum, ad Quintum fratrem, summa diligentia castigatæ, ut in iis menda, quæ plurima erant, paucissima iam supersint. Pauli Manutii in easdem epistolas scholia, quibus abditi locorum sensus ostenduntur, cum explicatione castigationum, quœ in his epistolis penè innumerabiles factæ sunt, Paulus Manutius aldi F. Venetiis, 1540, 8°. Les Lettres familières sont rééditées en la même année : voir Moüren R., « Sébastien Gryphe et Piero Vettori : de la querelle des Lettres familières aux agronomes latins », dans Ead. (dir.), Quid novi ? Sébastien Gryphe à l’occasion du 450e anniversaire de sa mort, actes du colloque, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2008, p. 287-339.

18 Ibid.

19 Sur Viglius Zuichemus (1507-1577), voir Erbe M., Contemporaries of Erasmus : a biographical register of the Renaissance and Reformation, vol. 3, éd. Bietenholz P. G. et Deutscher T. B., Toronto-Buffalo-London, university of Toronto Press, ad vocem.

20 La dernière édition aldine datait de 1522.V. Zuichemus à B. Amerbach, Padoue, 15 janvier 1533, éd. Hartman A., Die Amerbachkorrespondenz, IV, Die Briefe aus den Jahren 1531-1536, Basel, Verlag der Universitätsbibliothek, 1953, lettre 1704, vol. 4 p. 176-177.

21 V. Zuichemus à B. Amerbach, Padova, 22 février 1533, éd. Hartman A., op. cit., lettre 1719, p. 187-189 (citée et étudiée par Cataldi Palau A., op. cit., p. 287-288). Navagero, membre d’une famille patricienne vénitienne, est né en 1483 et mort en 1529, la même année qu’Andrea Torresani d’Asola. De 1516 à 1524, il a été responsable de la bibliothèque léguée par le cardinal Bessarion à la République, historiographe officiel de cette dernière, ambassadeur de la Sérénissime auprès de l’Empereur puis du roi de France…

22 M. T. Ciceronis orationum volumen primum, [Venetiis, in aedibus Aldi, et Andreae soceri, mense Ianuario 1519] ; M. T. Ciceronis orationum volumen secundum, [Venetiis, in aedibus Aldi, et Andreae soceri, mense Maii 1519] ; M. T. Ciceronis orationum volumen tertium, [Venetiis, in aedibus Aldi, et Andreae soceri, mense Augusto 1519], 8°.

23 D’après l’épître dédicatoire de l’ouvrage, signée par Gianfrancesco d’Asola : Q. Horatii Flacci poemata omnia. Centimetrum Marii Servii. Annotationes Aldi Manutii Romani in Horatium. Ratio mensuum, quibus Odae eiusdem Poëtae tenentur eodem Aldo authore. Nicolai Peroti libellus eiusdem argumenti, [Venetiis in aedibus Aldi, et Andreae soceri, mensi novembri 1519], 8°.

24 Hypothèse défendue à plusieurs reprises par C. Dionisotti : voir Cataldi Palau A., op. cit., p. 85. Terentius, [Venetiis, in aedibus Aldi et Andreae soceri, mense novembri 1517], 8°.

25 Voir plus loin n. 60 p. 140.

26 Cataldi Palau A., op. cit., p. 142-145.

27 En 1561 Paul Manuce, dans une lettre à son frère Manuzio, explique que Tommaso Giunti lui apporte une grande aide, en particulier en lui prêtant des caractères : cit. Cataldi Palau A., op. cit., p. 375.

28 C’est ce qu’on apprend d’une lettre de Bernardo Giunti, alors à Venise, à Bartolomeo Cavalcanti, du 9 août 1533, reproduite dans Renouard A., « Notice sur la famille des Junte et liste sommaire de leurs éditions jusqu’en 1550 », dans Id., Annales de l’imprimerie des Alde ou histoire des trois Manuce et de leurs éditions, 3e éd., Paris, J. Renouard, 1834, entre p. IV et V.

29 Camerini P., Annali dei Giunti, volume primo, Venezia, parte prima, Firenze, Sansoni Antiquariato, 1962 (Bibliothea bibliografica italica), n° 391.

30 « […] par l’intermédiaire d’amis communs », c’est-à-dire sans doute Francini lui-même : P. Vettori à N. Ardinghelli, Firenze, 13 avril 1535 : Tertius tomus Marci Tullii Ciceronis epistolarum libros…, p. [3]. Voir Lo Re S., op. cit., p. 188.

31 Voir sur l’étude que fait de la position de Bernardo Giunti Lo Re S., op. cit., p. 188-189.

32 Osmond P., « Jacopo Corbinelli and the Reading of Sallust in Late Renaissance France », Medievalia et Humanistica, 21, 1994, p. 85-110.

33 Voir Mouren R., « Les acteurs du livre érudit à la Renaissance », dans Circulation des matières premières en Méditerranée, transferts de savoirs et de techniques : actes du 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques : Relations, échanges et coopération en Méditerranée, Bastia, 14-21 avril 2003, dir. Jean-René Gaborit, Paris, les éditions du CTHS, 2009 (actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques), p. 172-190 (172).

34 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 28 juin 1533, éd. Lo Re S., op. cit., p. 285. Salvatore Lo Re a eu l’heureuse idée d’éditer en appendice de son ouvrage toutes les lettres reçues par Vettori au sujet de cette édition, dont les originaux sont conservés à la British Library. Qu’il en soit ici remercié.

35 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 28 juin 1533, éd. Lo Re S., ibid., p. 285.

36 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 28 juin 1533, éd. Lo Re S., ibid., p. 286.

37 « Penso frapochi dì mandarvene la vera mostra, in una carta tanto bella che forse direte non havere mai vista la più bella ; nella medesima faremo le vostre Ad Atticum et faremole in tutti quelli modi che a voi piacerà. Delle Orationi habbiam esultato con messer Pietro Bembo, delle Epistole esulteremo con voi. Quando harete visto le Orationi, se vi piacerà farle come quelle, faremo ; se altrimenti, sarà rimessa in voi, ché certo ho desiderio di contentarvi » : A. Francini à P. Vettori, Venezia, 28 juin 1533, éd. Lo Re S., ibid., p. 286.

38 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 22 août 1534, 2 mars 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 293, 299 ; B. Giunti à P. Vettori, Venezia, 30 juillet 1535, ibid. p. 295.

39 Voir note précédente.

40 Il ne s’agit sans doute pas encore des œuvres philosophiques de Cicéron mais, vu la suite de la lettre, de philosophie grecque, car Francini lui parle ensuite de manuscrits grecs de la bibliothèque du cardinal Bessarion que l’on peut mettre à sa disposition.

41 « Rallegromene assai, ché farrete quello che non posso né mai ho possuto, impedito dalla povertà, fare io » : A. Francini à P. Vettori, Venezia, 28 juin 1533, éd. Lo Re S., op. cit., p. 286.

42 « […] la resistentia vostra, fatta a principio del ragionamento, non nasceva per non voler far una così egregia et tanto honorevole opera, qual penso anzi so certo sarà questa, ma solo perché non vi pareva tempo commodo rispetto alli vostri studi da poter far quanto desideravi » : A. Francini à P. Vettori, Venezia, 12 juillet 1533, éd. Lo Re S., ibid., p. 287.

43 « Io a principio presi dispiacere quando stavi così sopra di voi, non perché io non vi dicessi tutto a buon fine, ma solo perché non sapevo quando mai più noi fussimo per fornire una littera così bella, con huomini che potessino et volessino fare una così grossa spesa, ché se ben considerate queste opere costeranno più di mille ducati, donde io dubitavo che passata questa occasione di non veder più l’opere di Marco Tullio » : A. Francini à P. Vettori, Venezia, 12 juillet 1533, éd. Lo Re S., ibid., p. 287.

44 « Et di più dubitavo che queste vostre già durate molti anni fatiche non dormissino per qualche tempo o si vi ffussino da qualche altro, in qualche modo, tolte » : A. Francini à P. Vettori, Venezia, 12 juillet 1533, éd. Lo Re S., Ibid., p. 287.

45 T. Giunti à P. Vettori, Venezia, 7 février 1537, éd. Lo Re S., ibid., p. 311.

46 « Ma se le cose seguiteranno come io spero, io conseguirò quanto desideravo, et altri non potrà torre a voi le fatiche vostre. » : A. Francini à P. Vettori, Venezia, 12 juillet 1533, éd. Lo Re S., ibid., p. 288.

47 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 12 juillet 1533, éd. Lo Re S., ibid., p. 288.

48 Ibid.

49 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 20 janvier 1534, éd. Lo Re S., ibid., p. 289.

50 Voir sur ce sujet Mouren R., « Sébastien Gryphe et Piero Vettori. », op. cit. p. 294.

51 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 8 février 1534, éd. Lo Re S., op. cit., p. 290.

52 Ibid.

53 Mouren R., ibid., p. 287-339.

54 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 4 juillet 1534, éd. Lo Re S., op. cit., p. 291.

55 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 22 août 1534, éd. Lo Re S., ibid., p. 292.

56 Ibid.

57 La description complète du volume se trouve p. 146.

58 « Ce troisième volume contient les quinze livres des lettres de Cicéron envoyées à divers (dont le premier contient les lettres de Cælius à Cicéron), que tous les éditeurs les plus récents ont appelées du nom nouveau et peu adapté à ces lettres de familiares ».

59 L’hypothèse est proposée par William Pettas, au conditionnel : « He may have been responsible for the 1515 edition of Cicero’s Ad familiares » : W. Pettas, The Giunti of Florence : Merchant Publishers of the Sixteenth Century, San Francisco, Calif., B.M. Rosenthal, 1980, p. 54 (cité par Lo Re S., op. cit., p. 291).

60 A. Francini à Piero Vettori, Venezia, 4 juillet 1534, éd. Lo Re S., op. cit., p. 291. L’attribution de cette édition aldine à Navagero apparaît ici dans cette lettre, mais rien dans l’édition elle-même n’indique qui en était l’auteur.

61 A. Francini à Piero Vettori, Venezia, 19 juin 1535, éd. Lo Re S., ibid., p. 293-294.

62 Ibid., p. 294-295.

63 Ibid., p. 296. 29 janvier 1536. Vettori fait habituellement ainsi, en partie parce que son écriture est peu lisible : R. Mouren, « Sébastien Gryphe et Piero Vettori. », op. cit. p. 320-324 (et ill. 46 et 48) ; Ead., « L’identification d’écritures grecques dans un fonds humaniste : l’exemple de la bibliothèque de Piero Vettori », dans I manoscritti greci tra riflessione e dibattito, atti del V° colloquio internazionale di paleografia greca (Cremona, 4-10 ottobre 1998), éd. Giancarlo Prato, Florence, Gonnelli, 2000, p. 433-441 et pl. 1-11.

64 A. Francini à Piero Vettori, Venezia, 2 mars 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 300.

65 B. Giunti à P. Vettori, Venezia, 10 juin 1536, éd. Lo Re S., op. cit., p. 304.

66 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 20 janvier 1534, éd. Lo Re S., ibid., p. 289.

67 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 4 juillet 1534, éd. Lo Re S., op. cit., p. 292.

68 Ibid.

69 B. Giunti à P. Vettori, Venezia, 30 juillet 1535, éd. Lo Re S., ibid., p. 295.

70 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 2 mars 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 299.

71 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 4 mars 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 301.

72 B. Giunti à P. Vettori, Venezia, 29 avril 1536, éd. Lo Re S., ibid. p. 302.

73 Ibid., p. 303.

74 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 3 juin 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 303.

75 B. Giunti à P. Vettori, Venezia, 10 novembre 1536, éd. Lo Re S., La crisi…, ibid., p. 309.

76 B. Giunti à P. Vettori, Venezia, 29 avril 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 302.

77 Ainsi lorsqu’il envoie, pourtant très en retard, ses adnotationes : T. Giunti à P. Vettori, Firenze, 13 septembre 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 306.

78 B. Giunti à P. Vettori, Venezia, 29 avril 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 302.

79 « […] perché noi vogliamo vendere e incorporare ogni cosa insieme, e non vender nessuna parte separata » : Bernardo Giunti à P. Vettori, Venezia, 10 juin 1536, éd. Lo Re S., Ibid., p. 304.

80 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 3 juin 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 303 ; « […] e dipoi non abiamo che fare altro » : B. Giunti à P. Vettori, Venezia, 10 juin 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 304.

81 Ibid.

82 T. Giunti à P. Vettori, Firenze, 13 septembre et 18 octobre 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 306-307. Comme tous les ans à cette époque de l’année, Vettori était dans sa propriété agricole, ce qui explique que Tommaso Giunta doive lui écrire.

83 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 9 novembre 1536, éd. Lo Re S., op. cit., p. 308.

84 T. Giunti à P. Vettori, Firenze, 18 octobre 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 307.

85 A. Francini à P. Vettori, Venezia, 9 novembre 1536, éd. Lo Re S., ibid., p. 308.

86 Giovanni Francesco Zeffi, chargé de ce travail de relecture et de correction, écrit à Vettori pour l’en informer en détail. Il insiste en particulier sur l’implication personnelle de Tommaso Giunti dans le projet d’imprimer des bonnes éditions corrigées, et explique à Vettori comment il a procédé ; il a collationné le texte de Vettori avec celui de l’édition aldine de 1521 du texte : G. F. Zeffi à P. Vettori, Venezia, 5 juin 1537, éd. A. M. Bandini, Cl. Italorum et Germanorum Epistolae ad Petrum Victorium senatorem Florentinum nunc primum ex archetypis in lucem erutae recensuit Victorii uitam adiecit […], 3 tomes en 2 vol, Florentiae, [s. n.], 1758, tome 1, lettre 1, p. 1-3.

87 T. Giunti à P. Vettori, Venezia, 7 février 1537, éd. Lo Re S., op. cit., p. 311.

88 Tommaso Giunti à P. Vettori, Venezia, 28 avril 1537, éd. Lo ReS S., ibid., p. 313.

89 L. Buonaccorsi à P. Vettori, Florence, 16 octobre 1537, British Library, Add. Ms 10264, f. 179.

90 « Meravigliomi molto che non le diate a stampare a’Giunti, che già mi disseno che volevano stampare le opere di M. Tullio in stampa piccola, et monstraronmi la lettera, che certo era bella : ma penso che non senza cagione le mandiate al Gryfio » : D. Giannotti à P. Vettori, Roma, 30 septembre 1540, dans Donato Giannotti, Lettere italiane, éd. Furio Diaz, Milano, Marzorati, 1974 (Scrittori italiani, sezione storica e politica), p. 61-62.

91 Ibid.

92 Lo Re S., op. cit., p. 298 et p. 306.

93 T. Giunti à P. Vettori, Firenze, 18 octobre 1536, éd. Lo Re S., op. cit., p. 307-308.

94 P. Pandolfini à P. Vettori, Firenze, 15 août 1538, éd. Lo Re S., op. cit., p. 314-315.

95 T. Giunti à P. Vettori, Venezia, 24 juillet 1540, éd. Lo Re S., ibid., p. 318. Mouren R., « Sébastien Gryphe et Piero Vettori… », op. cit., p. 332-333.

96 L. Bonetti à P. Vettori, Lucca, 4 mars 1563, British Library, Add. Ms 10264, f. 154.

97 L’édition était pourtant moins bonne que celle de Vettori, à ce qu’on peut juger en collationnant le texte des Lettres familières.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540