Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'écrivain et l'imprimeur

 | 
Alain Riffaud

Entre la plume et la presse : l’intellectuel au XVe siècle

Frédéric Barbier

Texte intégral

Prolégomènes : pourquoi l’auteur ?

  • 1 Febvre L., Martin H.-J., L’Apparition du livre, 3e éd., postf. Frédéric Barbier, Paris, Albin Mich (...)

1La trajectoire des travaux en histoire du livre (terme générique que j’emploie ici par commodité) est passée en France depuis une cinquantaine d’années (je prends comme point de référence la sortie de la première édition de l’Apparition du livre, en 19581) par un certain nombre de phases successives. Notons d’abord que l’histoire du livre n’existe pas, en règle générale, en tant que discipline universitaire, et que par conséquent la question se pose toujours, de ses rapports avec les grands domaines scientifiques dont elle a à traiter : l’histoire (moderne et contemporaine), l’histoire littéraire, voire les langues et littératures étrangères (par ex. la « germanistique »), sans oublier les sciences de l’information et de la communication.

L’histoire du livre « à la française »

  • 2 Martin H.-J., Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (15098-1701), G (...)
  • 3 Dans la tradition fondée par Daniel Mornet sur « Les enseignements des bibliothèques privées, 1750 (...)

2Rien de surprenant, dans cette perspective, si l’histoire du livre « à la française », souvent développée d’abord par des historiens, a été conçue comme une branche d’une histoire économique et sociale qui dominait très largement la conjoncture intellectuelle des années 1950-1960 (je rappelle que la thèse d’Henri-Jean Martin sur Livre, pouvoir et société à Paris au xviie siècle date de 1969)2. On a donc compté les ateliers typographiques pour élaborer une géographie des presses et compté les éditions pour construire des courbes de production ; parallèlement, on a étudié les systèmes d’encadrement de la profession ; enfin, on a commencé à aborder la question de la consommation des livres, notamment par le biais des inventaires de bibliothèques3. Paradoxalement, et même si l’objectif ultime était celui d’une « histoire des mentalités », le livre lui-même en tant qu’objet et le texte se sont trouvés quelque peu négligés par ces approches plus spécifiquement historiennes.

Critique et ouverture

  • 4 Un modèle a contrario est donné par Emmanuel Le Roy Ladurie, Anette Smedley-Weill, André Zysberg, (...)
  • 5 Mellot J.-D., L’Édition rouennaise et ses marchés (v. 1600 – v. 1730) : dynamisme provincial et ce (...)
  • 6 Darnton R., L’Aventure de /Encyclopédie, 1775-1780 : un best seller au siècle des Lumières, nelle (...)
  • 7 Histoire de l’édition française, dir. Henri-Jean Martin, Roger Chartier, 1re édition, Pari (...)

3Un second moment s’ouvre dans les années 1970. Il reste d’abord marqué par la poursuite des travaux antérieurs, mais aussi par l’approfondissement de leur critique. Par exemple pour la statistique de la production, on a pris mieux conscience de l’inadéquation des sources jusque-là systématiquement exploitées, notamment à cause du système juridique très complexe qui est celui de l’édition au xviiie siècle, mais aussi de l’incomplétude des collections conservées dans les grandes bibliothèques4. Les recherches conduites dans la perspective traditionnelle d’une histoire économique et sociale ont ainsi été renouvelées – même s’agissant de monographies urbaines traditionnelles, comme le montre éloquemment l’exemple de Rouen au xviie siècle étudié par Jean-Dominique Mellot5, ou encore d’histoires d’entreprises, comme l’illustre le cas spectaculaire de la Société typographique de Neuchâtel (la STN) à l’époque des Lumières, cas étudié par Robert Darnton6. Un grand nombre de recherches a abordé les périodes plus tardives (les xixe et xxe siècles), parfois par le biais de monographies d’entreprises pour lesquelles on disposait éventuellement de sources originales (rappelons que l’imec est créé en 1988). Cette histoire que l’on pourrait dire classique du livre culmine dans la décennie 1980 avec la sortie de l’Histoire de l’édition française7, qui constitue un bilan des connaissances accumulées autant qu’elle désigne les zones vierges et les travaux encore à réaliser (par ex., il a rarement été souligné que l’HEF ne comprend aucun chapitre explicitement consacré à la période révolutionnaire…).

  • 8 Barbier F., L’Empire du livre. Le livre imprimé et la construction de l’Allemagne contemporaine, 1 (...)
  • 9 Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deuts (...)
  • 10 Viala A., Naissance de l’écrivain : sociologie de la littérature à l’âge classique, 1re édition, P (...)

4Deux problématiques nouvelles ont par ailleurs commencé à être plus systématiquement explorées au cours de ces décennies. D’une part, au moment même où l’Histoire de l’édition française était publiée, la recherche a pris une dimension comparatiste qui est aujourd’hui devenue fondamentale. Dans cette perspective peuvent être posées les questions de l’intégration et de l’identité, mais aussi celles des réseaux, des pratiques de sociabilité, etc.8. Parallèlement, et de manière peut-être plus systématique que précédemment, les historiens du livre ont développé une forme d’interdisciplinarité à laquelle leur domaine se prête particulièrement bien. Des recherches de sociologie, de théorie littéraire, voire de philosophie dans un sens plus général, ont eu ici une grande influence dans cette perspective : après Max Weber, pensons par exemple aux travaux de Pierre Bourdieu sur la distinction, aux « lieux de mémoire » de Pierre Nora, aux théories d’Engelsing sur les « révolutions de la lecture » ou encore à la « publicité » habermasienne, voire à la somme des Concepts fondamentaux en histoire publiée par Koselleck et ses collègues9. Les théories sur le champ littéraire sont elles aussi à prendre en compte ici, et la publication, en 1985, du livre d’Alain Viala sur la Naissance de l’écrivain10 a marqué une étape importante de ces réflexions. Il convient de mentionner encore les travaux sur l’intertextualité conduits par ou sous l’impulsion de Gérard Genette. Ces deux domaines spécifiques, du champ littéraire et de la construction du texte, touchent très directement la question de l’auteur.

  • 11 Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, dir. Henri-Jean Martin, Jean Vezin, Pari (...)
  • 12 Dont, récemment paru : Riffaud A., « L’énigme éditoriale de L’Amour tyrannique de Scudéry, ou De l (...)

5On comprend que, dans cette conjoncture, une attention renouvelée ait été portée au problème de la lecture et de ses pratiques, en essayant de déborder la simple approche statistique ou descriptive. D’une part, c’est la sociologie des textes telle qu’elle est envisagée par Roger Chartier, de l’autre c’est l’attention approfondie donnée aux formes des livres (la « mise en texte » alias la « mise en livre ») comme encadrant les pratiques d’appropriation des textes que ceux-ci proposent11. Ces réflexions, poursuivies depuis lors, rejoignent bien sûr la problématique classique de la bibliographie matérielle, mais elles la renouvellent aussi pour partie en amenant les chercheurs à s’interroger sur le caractère relatif de concepts jusque-là figés comme ceux d’« édition », voire de « texte » et, bien évidemment d’« auteur ». Nous avons là, me semble-t-il, un des fondements épistémologiques du colloque qui nous réunit au Mans. Les travaux poursuivis par notre collègue Alain Riffaud constituent le modèle de ce que l’on peut faire dans cette direction12.

Les années 1989-2009

6Nous pourrions symboliquement ouvrir notre troisième période en 1989, avec la chute du Mur de Berlin et la problématique posée par l’intégration d’une Europe jusqu’alors très profondément divisée. Il me semble que trois éléments doivent être plus particulièrement mis en exergue.

  • 13 Les Trois révolutions du livre, dir. Frédéric Barbier, Genève, Librairie Droz, 2001. Les T (...)
  • 14 Barbier F., L’Europe de Gutenberg. Le livre et l’invention de la modernité occidentale (x (...)
  • 15 Mellot J.-D., art. cité note 1.
  • 16 La bibliographie récente rend compte de cet intérêt. Voir par ex. : Qui écrit ? Figures de l’auteu (...)

7D’abord, c’est l’entrée dans une « révolution des médias » dont la formulation même est devenue un lieu commun mais dont l’existence invite l’historien à s’interroger dans une optique renouvelée sur les phénomènes du passé. Le colloque de Lyon, en 1998, a montré qu’il y avait en effet eu des « révolutions » antérieures des médias, dans lesquelles l’imprimerie a joué un rôle central, tandis que l’exposition du CNAM en 2002 mettait en scène leur succession13. Il me semble que nous nous plaçons, avec le colloque du Mans dans la logique de la perspective ainsi ouverte : chaque période de mutation entraîne une reconfiguration profonde de catégories touchant non seulement l’économie du média (production, diffusion, consommation), mais aussi son encadrement social et institutionnel (les questions de propriété littéraire, de censure, etc.) et, d’une manière générale, tout ce qui relève de ce que l’on désigne comme constituant le champ littéraire. La période de la « révolution gutenbergienne » n’échappe pas à la règle14. La question de la spécificité du livre (ou du périodique, ou du journal, si l’on veut bien dépasser les affirmations de principe)15, et celle de l’auteur16 sont bien évidemment au cœur de la problématique ainsi ouverte.

  • 17 Barbier F., « Les codes, le texte et le lecteur », dans La Codification : perspectives transdiscip (...)
  • 18 Ces problématiques ont été d’abord explorées par Henri-Jean Martin, notamment dans un important ar (...)

8La réception et la construction du sens regroupent une deuxième constellation de réflexions liant les conditions de production des textes et celles de leur appropriation. Ces phénomènes ressortissent de logiques d’actualisation répondant à des conjonctures elles-mêmes différentes – voire, parfois, de ce que j’ai appelé la « distorsion de sens » et que la publication des 95 thèses par Luther en 1517 illustre de manière exemplaire17. Je me borne ici à rappeler un seul exemple, qui montre la manière dont l’étude des textes dans le long terme dévoile des systèmes d’actualisation successifs correspondant à des renouvellements de sens et à des renouvellements de publics : le Calendrier des bergers n’a pas d’auteur désigné, mais il répond, sous forme d’imprimé à partir de 1491 (Paris, Guy Marchant), à la demande d’une clientèle de non-clercs (c’est un texte en langue vulgaire) relativement fortunée. Au xvie siècle, le lectorat s’étend à la clientèle bourgeoise de Paris et d’un certain nombre de villes de province. On sait comment, dans les premières décennies du xviie siècle, le modèle de connaissance représenté par le Calendrier ne saurait plus correspondre à une pensée scientifique en profond renouvellement, et comment le texte, en quelque sorte déclassé, passe dans les collections de la « Bibliothèque bleue ». Mais on sait aussi comment, à partir de la seconde moitié du xviiie siècle, les textes de cette même « Bibliothèque » font l’objet d’une réappropriation « distinguée » (pensons aux romans de chevalerie lus par Madame Du Deffand) et savante. Et, dans la seconde moitié du xixe siècle, ils disparaîtront pratiquement complètement de la culture dite « populaire18 ».

  • 19 Barbier F., « La Nef des fous au xve siècle : un projet de recherche », dans HCL, 2007, n (...)

9Enfin, il n’est pas possible de ne pas mentionner la question des sources documentaires, très profondément renouvelées par les développements de ce que l’on désigne comme les nouvelles techniques d’information et de communication (les NTIC) : la disponibilité massive d’opac de plus en plus riches pose toujours, voire de plus en plus, la question de la fiabilité de certaines informations bibliographiques, mais elle fournit aussi au chercheur une masse documentaire jusque-là inaccessible. Il en va de même avec l’essor de la numérisation et la mise en place de bibliothèques numériques plus ou moins bien coordonnées : même si l’historien du livre a a priori toujours besoin d’être confronté aux objets eux-mêmes, donc aux livres, il va de soi que la documentation disponible autorise des questionnements et des élargissements qui jusqu’à présent étaient restés pratiquement hors de portée. L’enquête engagée depuis quelques années sur le Narrenschiff (la Nef des fous) de Sébastien Brant en donne une bonne illustration19.

10Notons pour conclure sur ce premier point que, si le tableau sommaire d’une conjoncture scientifique impose de fait une séquentialisation chronologique, il n’en reste pas moins que les orientations privilégiées par chacune des périodes que j’ai proposé de distinguer ne sont en rien (et ne doivent en rien être) exclusives les unes des autres.

Le problème des intellectuels, Sébastien Brant et le Narrenschiff

La première révolution du livre : un nouveau paradigme

  • 20 Uwe Neddermeyer, Von der Handschrift zum gedruckten Buch, Wiesbaden, Harrassowitz, 1998, 2 vol.
  • 21 Incunabula short title catalogue, en consultation libre à l’adresse : http://www.bl.uk/cat (...)
  • 22 Barbier F., « 1452 : une date en Europe », dans 500 de ani de la prima carte tiparita pe teritoriu (...)
  • 23 Question discutée notamment par Febvre et Martin mais aussi par les historiens du livre russes : V (...)

11Sans développer l’argumentation susceptible de démontrer l’existence d’une « révolution gutenbergienne », il convient de rappeler quelques points liminaires. Certes, le changement impulsé par Gutenberg et par ses épigones les prototypographes européens est nécessairement donné par ce qui le précède et qui le rend possible – qu’il s’agisse de ce que d’aucuns ont désigné comme la « Renaissance scribale » ou de l’accroissement massif de la production de manuscrits au xve siècle20. Pour autant, avec la typographie en caractères mobiles (l’innovation de procédé), le changement est bien présent : l’ISTC21 recense pratiquement trente mille titres publiés en cinquante ans (145222-1501), et ce chiffre constitue une fourchette d’estimation basse puisqu’il ne prend en compte que les titres effectivement conservés. Si nous adoptons un chiffre moyen de tirage de cinq cents exemplaires, qui ne paraît pas hors de propos, ce ne sont donc pas moins de quinze millions d’unités bibliographiques qui sont mis en circulation en Europe en un demi-siècle23. L’Europe apparaît ainsi comme le premier continent à avoir été soumis aux effets d’une médiatisation de masse.

  • 24 Grimm H., « Die Buchführer des deutschen Kulturbereichs und ihre Niederlassungsorte in der Zeitspa (...)
  • 25 Barbier F., « Aux xiiie-xve siècles : l’invention du marché du livre », (...)

12Même en laissant de côté la question du prix de vente, les conséquences de l’invention dépassent de beaucoup ce que l’on pouvait en attendre, et ce qu’en attendait ses promoteurs eux-mêmes. D’abord, c’est toute une branche d’activités qui apparaît et qui se développe rapidement, celle de la typographie en caractères mobiles, branche que ses conditions de fonctionnement rendent hautement capitalistique : pour imprimer et surtout pour « éditer », selon le mot que l’on emploiera plus tard, il faut disposer de capitaux, permettant non seulement d’engager les investissements indispensables, mais surtout d’attendre des rentrées d’argent qui ne peuvent en général se faire qu’à échéance de plusieurs mois sinon de plusieurs années après la publication elle-même. Dès lors que l’on publie en quantités considérablement augmentées, la diffusion devient un problème crucial : des réseaux de revendeurs et de représentants doivent être mis en place24, avant que n’apparaissent autour des années 1500 les premières boutiques spécialisées – les librairies proprement dites. Conjointement, c’est l’organisation de l’acteur principal du nouveau système, à savoir le marché du livre25 : la population des lecteurs potentiels reste bien certes toujours minoritaire, mais elle s’accroît proportionnellement, et surtout les pratiques de lecture (lecture en groupe, etc.) font que le texte imprimé touche un effectif certainement supérieur à celui de ses seuls lecteurs à proprement parler.

13Bien évidemment, le marché du livre préexiste à la typographie en caractères mobiles – c’est même une des conditions de son apparition –, comme le soulignait déjà Richard de Bury, et bien évidemment aussi la logique de la commande se continue à l’époque de l’imprimerie – il n’est que de penser à la masse des impressions réalisées pour l’Église, bréviaires, missels, etc. Mais, avec le changement d’échelle, les logiques de marché s’imposent de plus en plus au cœur du système. Parmi les conséquences les plus sensibles, on trouve le développement de la concurrence – dont rend compte l’évolution de la géographie des presses au xve siècle –, mais aussi, en contrepoint, la recherche de l’innovation de produit. L’imprimerie avait été inventée pour permettre une multiplication plus facile de ce qui existait déjà, à savoir des manuscrits ; mais le fonctionnement du marché et de la concurrence impose progressivement une recherche de l’innovation de produit qui explique comment, si la technique apparaît effectivement autour de 1450, le produit nouveau, en l’espèce du livre imprimé en tant que quelque chose de différent du manuscrit, n’apparaît et ne s’impose progressivement qu’à échéance d’une génération, donc autour de 1480. Même si la conjoncture de l’innovation évolue dans le long terme, passant par des phases plus ou moins positives ou négatives, le processus, on le sait, se prolonge en s’amplifiant jusqu’à aujourd’hui.

14Je mentionne pour mémoire une dernière conséquence de l’invention : comme à chaque « révolution des médias », l’élargissement massif du marché provoque en effet des conséquences inattendues en termes d’encadrement. La tension devient en effet plus sensible entre les plages de liberté nouvelles (lire plus facilement toutes sortes de textes) dégagées par la technique, les effets ainsi provoqués sur le public, et la volonté de contrôler le phénomène. Les professionnels cherchent à se prémunir ou à se faire protéger contre la concurrence parfois déloyale que représentent ce que l’on appellera par commodité les premières contrefaçons. D’autre part, le fait que tout un chacun puisse lire, ou se faire lire, pratiquement sans contrôle pose bientôt la question du caractère licite de cette liberté même, et se trouve à l’origine de la mise en place de structures de contrôle et de censure.

15Mais le statut de l’auteur est lui aussi déplacé par cet ensemble massif de phénomènes.

Les intellectuels du xve siècle ?

  • 26 Le Goff J., Les Intellectuels au Moyen Âge, nouvelle éd., Paris, Le Seuil, 1985 (« Points ») (1re (...)

16La thèse que je défendrai ici tient en deux points : il s’agit de proposer l’idée de l’émergence précoce de la figure de l’intellectuel, dès le xve siècle, et d’articuler ce phénomène avec le processus même de la « première révolution du livre ». J’écris Les intellectuels, et non pas Des intellectuels parce que ceux-ci seront définis moins par une catégorisation socio-profesionnelle qui existait évidemment au Moyen Âge, comme l’a montré Jacques Le Goff26, que par la fonction qu’ils cherchent à remplir auprès d’un public lui-même de plus en plus large.

  • 27 Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française.
  • 28 2e éd., Paris, Armand Colin, 1992 (« Collection U »).

17En français, l’adjectif d’« intellectuel » employé pour désigner des personnes « dont la vie est consacrée aux activités de l’esprit27 » se rencontre d’abord chez Tocqueville, puis en 1866, et il se trouve dans le même temps substantivé. Bien évidemment, dans l’historiographie française, la figure classique de l’intellectuel est liée à l’action d’Emile Zola dans le cadre de l’Affaire Dreyfus : cette thèse classique est celle exposée par Pascal Ory et par Jean-François Sirinelli dans leur manuel sur Les Intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jours28. Avec la célèbre « Lettre » publiée dans L’Aurore littéraire, artistique, sociale le 13 janvier 1893, c’est, disent les deux auteurs, le « baptême de l’intellectuel », même si le mot lui-même n’est repris que quelques semaines plus tard, d’abord dans la Revue blanche et surtout dans Le Journal (numéro du 1er février 1893). Quant à sa signification, elle articule la typologie socio-professionnelle (les créateurs, les médiateurs et les éducateurs) et l’intervention critique sur le terrain du politique, autrement dit dans « le débat sur la cité ». En définitive, l’intellectuel serait une figure de l’époque contemporaine dont la spécificité réside dans le magistère de son engagement par rapport à un public de masse.

  • 29 Sous titré Essai d’histoire comparée, Paris, Le Seuil, 1996 (« L’Univers historique »).

18Même si Christophe Charle, dans ses Intellectuels en Europe au xixe siècle29, élargit l’espace géographique et chronologique ainsi défini à l’Europe et à la période postérieure à 1815, tout en développant une perspective comparatiste novatrice fondée sur l’analyse d’histoire sociale, les formules proposées par lui ne remettent pas réellement en cause le dessin de la courbe, avec un apogée atteint à la fin du xixe siècle : 1893 marque le moment de « cristallisation » (p. 262), ce qui précède depuis les années 1860, en France du moins, est de l’ordre de la « genèse », tandis que la période 1815-1860 est définie comme « le temps des prophètes » – on remarquera l’inspiration biblique de certains termes. Un des apports les plus innovants du livre est cependant d’ouvrir sur une très brève analyse d’histoire du livre (p. 44-48), puisque l’imprimé constitue bien sûr le premier média du temps et que l’action des « intellectuels » ne pourra se définir que par la résonnance assurée par celui-ci (notamment la presse périodique).

  • 30 2e éd., Paris, Le Seuil, 2002.
  • 31 Les Passions intellectuelles, Paris, Fayard, 2002-2007, 3 vol.

19Dans leur Dictionnaire des intellectuels français30, Jacques Julliard et Michel Winock proposent une définition de l’intellectuel qui répond en tous points à ce schéma : l’intellectuel est l’écrivain, le scientifique, l’artiste ou l’universitaire qui, à un moment ou à un autre de sa vie, « s’est mêlé de ce qui ne le regarde pas » (selon le mot de Sartre) et qui est intervenu sur la scène publique pour faire connaître telle ou telle position à caractère politique. Un intellectuel exerce par conséquent une activité de l’esprit, à travers laquelle « il entend proposer à la société tout entière une analyse, une direction, une morale que ses travaux antérieurs le qualifient pour élaborer ». Malgré les remarques proposées par les deux auteurs, en introduction, sur la chronologie, le Dictionnaire des intellectuels français commencera en définitive lui aussi en 1893. Rappelons enfin le travail consacré par Élisabeth Badinter aux Passions intellectuelles31, qui déplace l’analyse au xviiie siècle, en plaçant au centre du débat, dans une perspective habermasienne, la montée en puissance de l’opinion publique dans les principaux pays d’Europe occidentale.

20Retenons de ces travaux quatre caractéristiques majeures :

21D’abord, la plus évidente, la définition socio-professionnelle de l’intellectuel comme étant celui exerçant un certain type de profession tournée vers le travail de l’esprit. Cette définition de base pose d’entrée la question de la liberté possible, dans la mesure où l’intellectuel tire en principe ses ressources de la rétribution de son travail et où, par conséquent, il dépend d’une certaine manière des conditions dans lesquelles il exerce celui-ci.

22Le deuxième point porte sur l’engagement de l’intellectuel en vue de la promotion d’une certaine position ou de la diffusion d’un certain message dans l’espace public.

23Le troisième point, le plus important pour nous, découle du précédent : pour être efficace, le travail de l’intellectuel comporte une dimension de publicité, au sens allemand du terme (Öffentlichkeit). L’intellectuel doit nécessairement s’adresser à un public, le public de ses auditeurs dans un cours universitaire ou autre, mais aussi et de plus en plus le public anonyme et médiatisé qui est celui de ses lecteurs. Son action se trouve donc nécessairement liée au monde des médias (au sens large du terme). De plus, le message diffusé ne représente pas un texte abstrait (le J’accuse de Zola), mais bien un objet concret, tel que mis en texte sur une page et dans un livre ou autre : l’appel, « J’accuse », se présente en très gros corps, il est suivi d’un point d’exclamation et de trois points de suspension (qui ne sont pas dans le texte), et il barre sur six colonnes denses toute la manchette du numéro de L’Aurore).

24Enfin, dès lors qu’ils cherchent à exercer une certaine action, les intellectuels peuvent s’organiser de manière plus ou moins cohérente et consciente en groupes (on parlerait aujourd’hui de lobbying), dans lesquels on trouvera notamment les auteurs, journalistes et autres, mais aussi les professionnels du livre, libraires et imprimeurs-libraires, voire parfois des artistes et des illustrateurs.

25Dès lors que la chronologie du phénomène n’est pas regardée comme nécessairement dépendante de celle du lexique et du concept, l’émergence du modèle de l’intellectuel moderne apparaît ainsi comme liée, en Occident, au développement de la révolution gutenbergienne, parce que celle-ci lui offre les moyens d’exercer son magistère auprès d’un public considérablement élargi et de plus ou en plus souvent anonyme – le public lui-même moderne.

Sébastien Brant comme intellectuel

26Le concept d’intellectuel se comprend ainsi comme un paradigme développant sa propre généalogie, d’Alcuin à Abélard et à Guillaume Fichet, aux philosophes des Lumières, à Zola et aux intellectuels du xxe siècle. Dans cette théorie, l’intellectuel moderne est celui qui se définit non plus par rapport au prince et au petit groupe de décideurs qui entoure celui-ci, ou par rapport à ses élèves ou auditeurs, mais bien au public moderne, plus ou moins anonyme, auprès duquel il cherche à promouvoir par la rhétorique une action de prosélytisme. Il s’adresse au plus grand nombre, et privilégie non plus l’oral, mais bien la médiation de l’écrit et surtout de l’imprimé. Le cas de Sébastien Brant paraît constituer l’un des premiers exemples correspondant à ce modèle.

  • 32 Ritter F., Histoire de l’imprimerie alsacienne aux xve et xvie(...)

27Je ne m’arrête pas sur la biographie de Brant (1457-1521), sinon pour souligner que Brant est bien évidemment un intellectuel au sens premier du terme, c’est-à-dire un clerc gradué de l’université, un professeur ordinarius exerçant à Bâle et un auteur. Mais Brant est aussi un intellectuel au sens politique du terme : il est engagé dans l’action et dans la critique, et l’une des figures marquantes du parti impérial (favorable à Maximilien) alors même que l’émergence de l’État moderne pose en termes nouveaux dans les pays germanophones (dont Bâle) la question du statut et du rôle du souverain. C’est d’ailleurs cet engagement qui sera à l’origine du retour de Brant à Strasbourg après la bataille de Dornach et la signature du traité de Bâle reconnaissant l’indépendance de fait des cantons confédérés et leur séparation d’avec le Saint-Empire (1499). Que Brant soit étroitement lié au petit monde des imprimeurs-libraires bâlois de la fin du xve siècle n’est pas douteux – comme il le sera aux imprimeurs-libraires strasbourgeois après son retour dans sa ville natale32.

28Même s’il est peu satisfaisant de se limiter à la production imprimée de notre auteur au xve siècle telle qu’elle est décrite par le Gesamtkatalog der Wiegendrucke (GW)33 et par l’ISTC, celle-ci ne s’en révèle pas moins comme relativement spécifique. Parmi les caractéristiques qui montrent que Brant a travaillé dans l’optique d’une forme de propagande et en étroite collaboration avec ses libraires-imprimeurs, trois éléments apparaissent comme particulièrement importants. D’abord, la place des plaquettes (Flugschriften) : le Gesamtkatalog recense vingt-deux plaquettes publiées sous le nom de Sébastien Brant. Leur analyse permet de faire deux observations complémentaires : douze titres sur vingt-deux sont en latin et dix en langue vulgaire, ce qui dans ce dernier cas correspond à un taux remarquablement élevé (45 %)34. De plus, la grande majorité des plaquettes sont illustrées d’une ou de plusieurs gravures sur bois (dix-neuf titres, soit 86 %). Pour Brant, comme pour son « éditeur », il s’agit de proposer des textes relativement bon marché, qui suivent l’actualité, et de dépasser le lectorat traditionnel des clercs pour toucher un public plus large que celui des acheteurs traditionnels de livres. Au total, quinze plaquettes sont à l’adresse de Bâle (68 %), un indicateur plus difficile à interpréter mais qui témoigne aussi de la volonté de s’inscrire dans la vie contemporaine de la cité.

  • 35 Brant S., Narrenschiff, éd. Friedrich Zarncke, Leipzig, 1854 (reprint, Darmstadt, Wissenschaftlich (...)
  • 36 Allemand ou bas-allemand : l’édition en dialecte bas-allemand est celle de Lübeck, [Mohnkopfdrucker (...)

29Plus important encore, ces éléments qui caractérisent les plaquettes dont Brant est l’auteur se retrouvent dans ses livres. Brant est connu par sept titres, représentés en trente-deux éditions connues, dont vingt-six pour le seul Narrenschiff35, les autres titres ne connaissant chacun qu’une édition unique. Or, sur ces trente-deux éditions, dix-huit sont en langue vulgaire (allemand, français, néerlandais, soit 56 % du total : on notera qu’il ne s’agit que d’éditions du Narrenschiff36) ; enfin, pratiquement toutes les éditions sont illustrées (trente sur trente-deux, soit un taux de 94 %). On peut donc dire que les publications de Brant se caractérisent par des particularités qui témoignent de la volonté de notre juriste de s’adresser à un public de non spécialistes – mais aussi de donner à l’allemand un statut de langue humaniste comparable à celui de l’italien. Dans le même temps, le Narrenschiff constitue dans cet ensemble un bloc qui a sa propre spécificité.

« Les bons camarades »

30La formule des « bons camarades », utilisée par Lucien Febvre, illustre excellemment un point, que je rappelle ici rapidement : Brant s’insère dans un groupe d’intellectuels, dont un certain nombre d’amis, parmi lesquels on retrouvera certains de ses collègues et de ses élèves, mais aussi des artistes (quand on peut les repérer), des hommes politiques ainsi que des imprimeurs et des libraires. Parmi les élèves et futurs collègues, le plus connu est naturellement Jacob Locher « Philomusus », traducteur du Narrenschiff en latin. Brant est aussi un proche d’Amerbach, pour lequel il préparera des éditions de saint Augustin, peut-être une édition des œuvres de Pétrarque (1496) et surtout le monumental Corpus juris canonici de 1500. Mais il est encore lié à d’autres parmi les grands imprimeurs ou libraires de la ville, Furter, Petri et Froben, sans oublier le principal, Johann Bergmann de Olpe : Froben, Amerbach et Bergmann sont d’ailleurs choisis par lui pour être les parrains de ses enfants. Enfin, le plus célèbre des artistes qu’il côtoie à Bâle est naturellement le jeune Dürer, mais d’autres interviennent aussi, dont l’identité reste inconnue (le « Maître de Hainz Narr ») et avec lesquels il a étroitement et directement collaboré.

31Un des lieux privilégiés de la sociabilité des humanistes et intellectuels bâlois est constitué par les ateliers des imprimeurs-libraires, à l’entour desquels se rassemble un groupe d’auteurs à proprement parler, mais aussi d’éditeurs scientifiques, de savants, de traducteurs, etc., travaillant à fournir l’atelier en textes à imprimer. Les deux parties tirent profit de ces échanges : pour alimenter leurs presses, les maîtres imprimeurs ont impérativement besoin de ceux qui soit écrivent eux-mêmes, soit surtout ont les compétences nécessaires pour éditer scientifiquement les textes, préparer les préfaces, éventuellement les annotations, établir les traductions, etc. Quant aux auteurs et autres techniciens des textes, on peut bien supposer qu’ils trouvent dans l’imprimerie une source de revenus éventuellement intéressante. De plus, l’association d’un nom célèbre à tel ou tel atelier constitue un élément de publicité particulièrement intéressant – comme le démontre l’exemple d’Alde Manuce et de son « académie » à Venise, comme le démontrera bientôt, à Bâle, celui d’Érasme et de son imprimeur, Johann Froben. Même s’il jouit d’une aisance apparemment confortable, Brant remplit un tel rôle auprès de différents ateliers bâlois de la fin du xve siècle : par l’ISTC, nous connaissons, vingt-quatre titres d’ouvrages, auxquels il a collaboré, sous une forme ou sous une autre.

32Globalement, la conclusion est nette : Brant est un savant, mais aussi un intellectuel développant une action de critique, cherchant à agir dans le devenir de son temps et, contrairement par exemple à un Guillaume Fichet à Paris, à s’adresser au plus grand nombre. En ce sens, il est aussi un intellectuel qui a parfaitement compris et assimilé les conditions de fonctionnement et le rôle décisif du nouveau média que constitue l’imprimé.

Le Narrenschiff, entre l’auteur et l’éditeur

Le Narrenschiff

33Chacun sait que le Narrenschiff, donné pour la première fois à Bâle en 1494, est un livre remarquable en ce que, d’abord, il est écrit et publié en langue vulgaire par un clerc, professeur d’université. Il s’agit d’un texte de critique morale, et dans une certaine mesure de critique sociale (par exemple s’agissant de la représentation des religieux), qui propose, à travers la théorie des fous, un tableau de la condition humaine avec l’objectif d’amender celle-ci et de permettre à chacun de s’approcher autant que possible du salut. Rien de plus étonnant, et même de plus scandaleux, que de voir le clerc se mettre en scène lui-même à la tête de la compagnie des fous en la personne du célèbre bibliomane, le fou qui est entouré de livres mais qui se contente de les épousseter parce qu’il ne comprend rien à ce qu’ils contiennent (ill. 1). Bien entendu, la seconde caractéristique principale de l’ouvrage réside dans la somptuosité de son illustration : chacun des quelque cent dix chapitres est illustré par une gravure mettant en scène la « folie » correspondante.

1. Sebastian Brant, Das Narrenschiff [latin : Stultifera navis], Basel, Johann Bergmann, [1er VIII] 1497.
Deuxième édition latine du Narrenschiff :
le fou bibliomane [Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris].

34Pourquoi ces choix en apparence paradoxaux ? Parce que le Narrenschiff est un livre de morale, et qu’il s’agit de porter la bonne parole au plus grand nombre – un certain nombre des thèmes abordés dans le texte relèvent d’ailleurs de la sensibilité de la Pré-Réforme, à commencer par l’idée de s’adresser à celui que Luther désignera, quelques années plus tard, comme l’« homme de la rue » (der gemeine Mann). Même si l’objectif est plus complexe, puisque Brant vise aussi à donner à l’allemand comme langue littéraire un statut analogue à celui de l’italien et à « accommoder » (comme le dira Jakob Locher) les muses sur les bords du Rhin, l’emploi de la langue vulgaire se donne à comprendre dans le cadre d’une politique éditoriale mûrement réfléchie : on s’adresse au public de ceux qui ne connaissent pas, ou pas suffisamment, le latin, et qui ne sont pas des clercs.

35Le Narrenschiff est donc un objet exceptionnel, en ce qu’il manifeste la prise en compte en toute connaissance de cause par les professionnels, l’auteur et le libraire, du nouveau processus de médiatisation induit par la typographie. Le résultat est lui aussi exceptionnel : nous connaissons vingt-six éditions incunables du Narrenschiff, donc des éditions qui ont été publiées en sept années à peine – entre le 1er mars 1494 pour la première édition allemande et le 6 juin 1500 pour la dernière édition publiée au xve siècle, en l’occurrence une traduction du texte en néerlandais sortie des presses du Parisien Guy Marchant (Der zotten ende der narrenscip). Si nous conservons l’hypothèse d’un tirage de cinq cents exemplaires par édition, ce serait donc treize mille exemplaires du texte de Brant qui auraient été mis en circulation en une demi-douzaine d’années à peine. Le Narrenschiff est un des premiers exemples de best-seller que l’on connaisse, et ce statut manifeste bien la réussite de la politique éditoriale engagée par les responsables de la publication.

Le rôle de l’auteur

  • 37 La Narragonie désigne étymologiquement le pays des fous (< alld der Narre, le fou). Schluraffen (...)
  • 38 Je remercie Monsieur Grellety-Bosviel de m’avoir signalé ce point.

36L’examen précis de la mise en livre du Narrenschiff montre non seulement que Brant a participé directement à l’édition proprement dite, mais même qu’il a expressément écrit son texte en fonction des caractères matériels du livre imprimé. Notons d’abord que le nom de l’auteur ne figure pas à la page de titre de la première édition allemande. Celle-ci fonctionne comme un frontispice, en ce sens qu’elle présente le thème : un navire est en train d’être armé, qui emmènera tous ceux qui le souhaitent au pays de Narragonie, c’est-à-dire une sorte de pays de cocagne (le navire sera aussi qualifié de Schluraffenschiff, f. t4r°)37. À cette nouvelle, les fous se rassemblent partout dans le pays et gagnent la côte dans des chariots (registre supérieur), puis ils s’embarquent au cri de « Ad Narragoniam » et en chantant leur joie (« Gaudeamus omnes » : notons le caractère potentiellement subversif consistant à introduire ces premières notes de l’introit du 3e dimanche de l’avent comme chant de rassemblement des fous38). Le récit consistera à passer, en quelque sorte, l’équipage en revue. Cette page de titre est suivie au verso d’un faux-titre avec, circonstance remarquable, un court texte en latin : Hi sunt qui descendunt mare in navibus… : la publication en langue vulgaire ne signifie pas que le lectorat potentiel n’a aucune connaissance du latin. Puis vient le prologue (Vorrede), où l’on trouve enfin le nom de l’auteur.

37Dans le corps du texte, chaque page est encadrée de deux bandeaux de bois gravés. Le texte se présente en vers, avec une courte analyse en tête, surmontant l’illustration. Sous celle-ci, le titre du chapitre est en plus gros corps, avant le texte lui-même, à trente lignes à la page. Au début du volume, la gravure vient toujours sur la page de gauche. La plupart des chapitres font deux pages et sont donc lisibles d’un coup d’œil pour celui qui ouvre le livre, à la manière d’un petit tableau commenté. Certains font quatre pages, comme le chapitre « Von ler der kind » : une page pour la gravure et le début du texte, puis trois pages de texte (certains chapitres sont encore plus longs : par ex. « von erfarung aller land » (l(3) v°) occupe six pages). Ceci met en évidence un point essentiel : lorsqu’il a rédigé, Brant a calibré son texte en fonction du dispositif du livre imprimé et en fonction de la présence des éléments d’illustration et de décoration eux-mêmes conçus spécifiquement pour l’édition. L’ouvrage a été organisé dès l’origine par lui comme un livre très illustré : la mise en page montre que Brant s’est représenté son texte de la manière la plus matérielle, comme devant être un texte illustré et disposé sur deux pages en vis-à-vis. On sait d’ailleurs qu’il a très certainement collaboré avec les artistes, auxquels il a donné des directives précises sur les différents détails de chaque image.

38L’objectif est de faire impression sur le lecteur, et le texte est donc conçu et rédigé en fonction du calibrage qui sera celui du volume. Brant, en relations étroites avec le libraire, lequel est peut-être l’imprimeur, apparaît comme un auteur très attentif à utiliser toutes les possibilités qui lui sont offertes par le média nouveau. La conclusion est immédiate : le Narrenschiff n’est pas un texte en soi, mais bien un livre, autrement dit un texte d’emblée conçu dans le cadre d’une mise en livre bien déterminée et sous une forme matérielle bien précise. La présence du Register (f. v(5)r°-v(6)r°) témoigne de ce que l’ouvrage est adapté à une lecture extensive et non pas intensive : le Register reprend, cahier par cahier, les intitulés des chapitres. Mais dès lors que la « belle page » est au verso (donc à gauche), il est plus difficile d’utiliser un registre fondé sur une foliotation ici absente : un exemplaire praguois témoigne d’ailleurs de la difficulté d’appliquer le repérage par la foliotation à l’édition allemande, dans laquelle les chapitres commencent au verso d’un feuillet.

L’auteur comme étiquette

39Le nom de l’auteur ne figure pas au titre de l’édition allemande de 1494, ni sur la seconde édition, en 1495 (ill. 2). Mais le Narrenschiff est rapidement un succès commercial et se trouve bientôt largement connu, comme le démontre la théorie des contrefaçons réalisées pratiquement dès l’origine : du coup, le nom de l’auteur, voire la référence à Bâle, sont repris comme des arguments de vente. Le Narrenschiff de 1494 est imprimé par Grüninger à Strasbourg dans une très belle édition (dite « édition augmentée »), laquelle se trouve à son tour contrefaite à Augsbourg le 23 mai 1495 (GW 5049). La page de titre d’Augsbourg suit fidèlement le modèle de Strasbourg, et mentionne désormais expressément le nom et la qualité de l’auteur, « durch Sebastianum Brant doctor in beiden Rechten » (ill. 3).

  • 39 « Epistola Jacobi locher // Philomusi adhumanissimum fautorem suum. D. // Iohannem Bergmannū de Ol (...)

40Comme on sait, le Narrenschiffest traduit en latin (Stultifera navis) et publié, toujours par Locher, à Bâle en 1497 (GW 5054). Désormais, le nom de l’auteur apparaît au complément de titre, dans une formule très significative parce qu’elle souligne à la fois la notoriété qui est devenue celle de Brant, mais aussi la volonté de donner toutes les garanties possibles sur le caractère original du texte, dont on développe pratiquement ce que l’on pourrait appeler la traçabilité. La responsabilité des uns et des autres est expressément indiquée : l’auteur est Brant, le traducteur est Locher, mais Brant a revu son texte, tandis que Bergmann se désigne lui-même (au f. s(7)r°39 et au colophon) comme le promotor de l’entreprise, c’est-à-dire comme celui qui en a pris l’initiative et qui en a permis la réalisation. La seconde édition latine, en 1497, reprendra ce modèle (GW 5061), mais en ajoutant un certain nombre de pièces supplémentaires rédigées par Brant et dont la présence est, de manière classique, destinée à barrer la concurrence des contrefaçons – lesquelles ne peuvent évidemment pas donner la dernière version du texte (ill. 4). La première édition latine a été presque aussitôt contrefaite, à Nuremberg par Georg Stuchs, dans un ouvrage qui reprend fidèlement les formules bâloises : il s’agit d’une contrefaçon ligne à ligne, de sorte que la fausse adresse s’explique d’elle-même, mais on peut également bien penser que l’objectif est de s’approprier la notoriété des premiers responsables de ce qui est devenu un succès connu de tous. Enfin, le titre de la troisième édition allemande (1499) suivra le modèle de l’édition latine.

2. Sebastian Brant, Das Narrenschiff, Basel, Johann Bergmann, [3 III] 1495
Deuxième édition allemande du Narrenschiff : page de titre [Fondation Martin Bodmer, Genève].

3. Sebastian Brant, Das Narrenschiff, Augsburg, Johann Schönsperger, [23 V] 1495 Contrefaçon augsbourgeoise de l’édition « interpolée » en allemand du Narrenschiff réalisée par Grüninger à Strasbourg : page de titre.
[Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris].

4. Sebastian Brant, Das Narrenschiff [latin : Stultifera navis], Basel, Johann Bergmann, [1er VIII] 1497
Deuxième édition latine du Narrenschiff : page de titre [Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris].

41La filiation du texte, et la spécificité du Narrenschiffen tant que texte conçu en fonction de son support, deviennent beaucoup plus incertaine dès lors que nous passons au français, ne serait-ce d’abord que parce que la langue source est le latin et non pas l’allemand. Le nom l’auteur disparaît du titre au profit de celui de l’éditeur, comme dans le cas de Geoffroy de Marnef :

  • 40 Barbier F., « Gutenberg et la naissance de l’auteur », article cité.

Hommes mortelz qui désirez scavoir // Comment on peut en ce monde bien vivre
Et mal laisser : approchez, venez veoir // Et visiter ce présent ioieux livre
À tous estatz bonne doctrine il livre // Notant les maulx et vices des mondains
Venez-y tous et ne faictes dédains // Dudit livre nommé des folz la nef
Si vous voulez vous en trouverez maintz //Au pellican cheux geoffroy de marnef40.

  • 41 La publicité pour de Marnef est directement adaptée pour Balsarin, mais la chute est moins élégant (...)

42D’une édition française à l’autre, les chapitres ne s’organisent plus en fonction de la mise en page, mais se suivent simplement au fil du texte. La Nef traduite en français, et publiée à Lyon chez Guillaume Balsarin en août 1498 (L23F) a été préparée par un certain Jehan Drouyn, clerc d’Amiens, lequel a travaillé à partir de la première traduction française41 et de la deuxième édition latine. Or, Drouyn explique lui-même, à la fin du volume (f. o(3)r°), que l’initiative de l’édition revient au libraire lyonnais – on peut penser que Balsarin a mis à sa disposition les éditions originales sur lesquelles travailler –, et que lui-même a ajouté au texte initial des passages de son cru :

[…] Je me suis mys a trāsla // ter ce livre đ rime en prose, avec aulcūe satyre q iay trāslater de latin en frācoys. & // une aultre que de moy mesmes ay faicte en la ville & cité de lyon sur le rosne. La // rime est bōne & bien faicte, ie nay pas ce faict par arrogāce, mais pour ce q[ue] la p [ro]se //est plus familiere q[ue] la rime a gens simples et a este a la requeste de hōneste per // sonne maistre guillaume balsarin, marchāt, libraire, & imprimeur de livres, de-// mourāt a lyon sur le rosne en la rue merciere, auquel lieu on trouvera lesditz li-// vres, & aultres en quelque science que ce soit.

43Cette Nef des fous, ayant probablement eu un certain succès, sera réimprimée en 1499.

  • 42 MacFarlane J., Antoine Vérard, London, printed for The Bibliographical Society, 1899, n° 149. Cata (...)

44Le dossier Brant nous offre a contrario une dernière illustration spectaculaire du rapport de forces désormais à l’œuvre entre le libraire et l’auteur. Vers 15001503 en effet, Antoine Vérard publie à Paris un texte de Bouchet, sous le titre des Regnars traversant42… D’une manière qui nous paraîtra quelque peu dépourvue de scrupules, le grand libraire parisien, fournisseur du roi et de la cour, n’hésite pas à attribuer dans le titre la paternité de l’œuvre à l’auteur de la Nef des fous, Brant, dont il pense que le nom est plus à même que celui de Bouchet d’assurer le succès de l’ouvrage :

  • 43 Noter l’emploi du terme de facteur pour désigner l’auteur ou le rédacteur. Vérard est coutumier de (...)

Les regnars traversant // les perilleuses voyes des // folles fiances du mode // Composées par Sebastien brand, lequel composa la nef des folz // dernierement Imprimée a Paris Et plusieurs choses co-// posées par autres facteurs43 […]

  • 44 Poitiers, chez Jacques Bouchet, à l’imprimerie à la Celle & davant les Cordeliers. Et à l’enseigne (...)

45Bouchet, encore jeune (il a 25 ans) et peu connu, n’a pas les moyens de s’opposer à Vérard, mais il se plaindra plus tard du procédé, dans un passage de ses Epîtres morales et familières du traverseur44 : Vérard a prétendu que le texte était de Brant, alors que ce dernier n’a jamais su le français. L’affaire semble avoir été portée devant le Châtelet de Paris, où un arrangement aurait apparemment été trouvé :

Le premier fut les Regnards traversans // L’an mil cinq cens, qu’avois ving cinq ans
Ou feu Vérard pour ma simple jeunesse // Changea le nom, ce fut a luy finesse
L’intitulant au nom de monsieur Brand // Un Alemand en tout scavoir trèsgrand
Qui ne sceut onc parler langue francoyse // Dont ie me teu, sans pour ce prendre noise
Fors que marri ie fuz, dont ce Verard // Y adiousta des choses d’un aultre art,
Et qu’il laissa trèsgrant part de ma prose, // Qui m’est iniure, & a ce ie m’oppose
Au chastellet, ou il me paciffia // Pour un présent lequel me dédia…

46La renommée de l’auteur fait éventuellement du titre un élément à capitaliser pour le libraire, mais Brant finit paradoxalement par devenir, en France, trop célèbre pour être réellement connu.

47La révolution gutenbergienne déplace le rôle et le statut de l’auteur, et cela dans des directions qui peuvent parfois apparaître comme contradictoires : d’une part, le travail de l’auteur tend lui aussi à devenir une « marchandise » susceptible d’être négociée et rétribuée, comme le devient d’une manière générale le livre imprimé à la même époque. Mais, d’autre part, la constitution du diptyque bibliographique canonique associant auteur et titre exalte la figure de l’auteur en tant que le créateur d’un texte individuel, original et de la qualité duquel il apparaît comme le garant. Les conditions nouvelles de fonctionnement du champ littéraire font que la typologie de l’auteur devient dans le même temps de plus en plus complexe : la figure du « grand auteur », retenue et consacrée par l’histoire littéraire, a occulté la présence d’un grand nombre d’autres acteurs intervenant sur les textes, qu’il s’agisse des rédacteurs, des éditeurs (au sens scientifique du terme), des traducteurs, éventuellement des illustrateurs, etc. Les événements liés à la Pré-Réforme et à la Réforme constitueront à cet égard un autre moment essentiel de la réorganisation de la communauté moderne qui s’organise autour du média de l’imprimé – j’entends par communauté l’ensemble des acteurs intervenant dans le processus de « fonctionnement » du nouveau message désormais imprimé.

  • 45 Il donne en 1485 la première Danse macabre imprimée, dont le succès le pousse à la faire traduire (...)

48Mais l’intermédiaire obligé qui s’impose désormais est bien le libraire ou le libraire-imprimeur, inventeur probable de nombre de recueils à succès (pensons à un personnage comme le Parisien Guy Marchant et à son rôle dans le lancement et dans l’exploitation systématique des « Danses macabres » imprimées45), collaborateur des auteurs et intermédiaire de leurs textes auprès du public. Que certains de ces auteurs de la fin du xve siècle et du début du xvie répondent à la définition moderne de l’intellectuel, l’exemple de Brant l’illustre de la manière la plus spectaculaire : l’intellectuel utilise en toute connaissance de cause le nouveau média de l’imprimé pour toucher un public large qu’il s’agit de convaincre.

  • 46 Cf les remarques conclusives proposées par Pascal Ory et par Jean-François Sirinelli, ouvr. cité, (...)

49L’articulation entre un certain média (l’imprimé) et la figure de l’intellectuel nous intéresse d’autant plus aujourd’hui, à l’ère des « nouveaux médias », que l’on déplore volontiers le silence assourdissant d’intellectuels46 dont l’invention était aussi profondément liée que le montre l’exemple de Sébastien Brant à l’apparition du média de l’imprimé. Pourtant, le simple inventaire des transformations induites par l’imprimé à partir du milieu du xve siècle dans le dispositif des acteurs du champ littéraire, de leurs pratiques et de leurs représentations reste pour l’essentiel encore à dresser, encore plus la comparaison souhaitable d’une grande période de mutation à l’autre. C’est tout l’un des mérites du colloque organisé au Mans sur les rapports de l’auteur et de l’imprimeur que de nous avoir donné l’occasion d’aborder cette problématique.

Notes

1 Febvre L., Martin H.-J., L’Apparition du livre, 3e éd., postf. Frédéric Barbier, Paris, Albin Michel, 1999. Cinquante ans d’histoire du livre, de « L’Apparition du livre (1958) à 2008 », dir. Frédéric Barbier, István Monok, Budapest, Országos Széchényi Könvytár, 2009 (« L’Europe en réseaux / Vernetztes Europa », 5). Voir aussi : Mellot J.-D., « Qu’est-ce qu’un livre ? Qu’est-ce que l’histoire du livre ? Points de départ et perspectives », dans Histoire et civilisation du livre. Revue internationale (ci-après HCL), 2006, n° 2, p. 5-18, ill. Le dossier de correspondance envoyée par Febvre à Martin à l’occasion de la préparation de L’Apparition du livre est en cours d’édition : « Apprendre le métier d’historien : correspondance inédite adressée par Lucien Febvre à Henri-Jean Martin, 1952-1955 », éd. Frédéric Barbier, dans HCL, 2010, n° 6, p. 17-31.

2 Martin H.-J., Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (15098-1701), Genève, Droz, 1969, 2 vol. (« Histoire et civlisation du livre ») ; 2e éd., ibid., 2000, 2 vol. (« Titre courant »). Note bio-bibliographique d’ensemble sur les travaux d’Henri-Jean Martin : « Une vie de chercheur : Henri-Jean Martin », dans HCL, 2007, n° 3, p. 4-11, ill.

3 Dans la tradition fondée par Daniel Mornet sur « Les enseignements des bibliothèques privées, 1750-1780 », dans Revue d’histoire littéraire de la France, 17, 1910, p. 449-496.

4 Un modèle a contrario est donné par Emmanuel Le Roy Ladurie, Anette Smedley-Weill, André Zysberg, « La réception des langues étrangères en France : une analyse quantitative pour six langues européennes, d’après les entrées d’ouvrages à la Bibliothèque nationale de France », dans Histoire et mesure, XVII, 1-2, 2002, p. 3-46.

5 Mellot J.-D., L’Édition rouennaise et ses marchés (v. 1600 – v. 1730) : dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris, École des chartes (diff., Paris, H. Champion ; Genève, Droz), 1998.

6 Darnton R., L’Aventure de /Encyclopédie, 1775-1780 : un best seller au siècle des Lumières, nelle éd., Paris, Le Seuil, 1992 (« Points »).

7 Histoire de l’édition française, dir. Henri-Jean Martin, Roger Chartier, 1re édition, Paris, Promodis, 1982-1986, 4 vol.

8 Barbier F., L’Empire du livre. Le livre imprimé et la construction de l’Allemagne contemporaine, 1815-1914, Paris, Éd. du Cerf, 1995 (« Bibliothèque franco-allemande ») (éd. d’une thèse de doctorat d’État).

9 Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, Stuttgart, Klett [puis Klett-Cotta], 1972-1997, 9 vol. (t.1 à 8/2).

10 Viala A., Naissance de l’écrivain : sociologie de la littérature à l’âge classique, 1re édition, Paris, Éd. de Minuit, 1985.

11 Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, dir. Henri-Jean Martin, Jean Vezin, Paris, Éd. du Cercle de la librairie, 1990. Martin H.-J., Mise en page et mise en texte du livre français : la naissance du livre moderne (xive-xviie siècle), Paris, Éd. du Cercle de la librairie, 2000.

12 Dont, récemment paru : Riffaud A., « L’énigme éditoriale de L’Amour tyrannique de Scudéry, ou De l’utilité de bien connaître les imprimeurs », dans HCL, 2008, n° 4, p. 293-308, ill.

13 Les Trois révolutions du livre, dir. Frédéric Barbier, Genève, Librairie Droz, 2001. Les Trois révolutions du livre. Catalogue de l’exposition du Musée des Arts et Métiers, Paris, Imprimerie nationale, 2002.

14 Barbier F., L’Europe de Gutenberg. Le livre et l’invention de la modernité occidentale (xiiie-xvie siècle), Paris, Librairie Belin, 2006.

15 Mellot J.-D., art. cité note 1.

16 La bibliographie récente rend compte de cet intérêt. Voir par ex. : Qui écrit ? Figures de l’auteur et des co-élaborateurs du texte, xve-xviiie siècle, éd. Martine Furno, Lyon, ENS Éditions, Institut d’histoire du livre, 2009.

17 Barbier F., « Les codes, le texte et le lecteur », dans La Codification : perspectives transdisciplinaires, Paris, Dresden, Études et rencontres du Collège doctoral européen (diff. : Genève, Droz), 2007, p. 43-73, ill.

18 Ces problématiques ont été d’abord explorées par Henri-Jean Martin, notamment dans un important article de synthèse : « Culture écrite et culture orale, culture savante et culture populaire dans la France d’ancien régime », dans Journal des Savants, 1975, p. 225-282.

19 Barbier F., « La Nef des fous au xve siècle : un projet de recherche », dans HCL, 2007, n° 3, p. 341-349, ill.

20 Uwe Neddermeyer, Von der Handschrift zum gedruckten Buch, Wiesbaden, Harrassowitz, 1998, 2 vol.

21 Incunabula short title catalogue, en consultation libre à l’adresse : http://www.bl.uk/catalogues/istc/index.html.

22 Barbier F., « 1452 : une date en Europe », dans 500 de ani de la prima carte tiparita pe teritoriul României. Lucrarile simpozionului international Carta, România, Europa, Bucuresti, Editura Biblioteca, 2009, p. 57-76, ill.

23 Question discutée notamment par Febvre et Martin mais aussi par les historiens du livre russes : Vladimir Ljublinsky, La Production de livres dans le passé, Leningrad, 1940 (en russe).

24 Grimm H., « Die Buchführer des deutschen Kulturbereichs und ihre Niederlassungsorte in der Zeitspanne 1490 bis um 1550 », dans Archiv für Geschichte des Buchwesens, 7 (1967), col. 1153-1772.

25 Barbier F., « Aux xiiie-xve siècles : l’invention du marché du livre », dans Revista portuguesa de historia do ibro, 2007, n° 20, p. 68-95 (Lisboa, Ed. Tavola Redonda).

26 Le Goff J., Les Intellectuels au Moyen Âge, nouvelle éd., Paris, Le Seuil, 1985 (« Points ») (1re éd., 1957). Libéra A. de, Penser au Moyen Âge, nouvelle. éd., Paris, Le Seuil, 1996 (« Points ») (1re éd., 1991). Verger J., Les Gens de savoir dans l’Europe de la fin du Moyen Âge, Paris, PUF, 1997.

27 Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française.

28 2e éd., Paris, Armand Colin, 1992 (« Collection U »).

29 Sous titré Essai d’histoire comparée, Paris, Le Seuil, 1996 (« L’Univers historique »).

30 2e éd., Paris, Le Seuil, 2002.

31 Les Passions intellectuelles, Paris, Fayard, 2002-2007, 3 vol.

32 Ritter F., Histoire de l’imprimerie alsacienne aux xve et xvie siècles, Strasbourg, Paris, F.-X. Leroux, 1955 (et voir le compte rendu donné par Henri-Jean Martin, dans AESC, 1957, n° 4, p. 675-678).

33 Désormais accessible en ligne : http://www.gesamtkatalogderwiegendrucke.de/.

34 Barbier F., « L’invention de l’imprimerie et l’économie des langues en Europe au xve siècle », dans HCL, 2008, n° 4, p. 21-46, ill.

35 Brant S., Narrenschiff, éd. Friedrich Zarncke, Leipzig, 1854 (reprint, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1964). Cet ouvrage s’organise en quatre parties : 1) Introduction ; 2) Texte du Narrenschiff ; 3) Étude des différentes traductions (latin, par Locher et par Bade ; différentes versions françaises ; anglais, par Alexander Barclay et par Henry Watson ; flamand) et des prêches de Geiler von Kaisersberg sur ce même thème ; 4) Commentaires.

36 Allemand ou bas-allemand : l’édition en dialecte bas-allemand est celle de Lübeck, [Mohnkopfdruckerei], 1497, 238 f., 4°. C 1239, GW 5053, Schreiber V, 3551. Niederdeutsche Bibliographie, 280. Incipit : Dat narren schyp [puis gravures : deux têtes de fous]. 108 gravures sur bois (86 x 85) à fond noir, relativement satisfaisantes par leur style, et 6 gravures (101 x 94) provenant d’une édition disparue de l’’Antéchrist.

37 La Narragonie désigne étymologiquement le pays des fous (< alld der Narre, le fou). Schluraffenschiff, mot construit sur Schlaraffenland (pays de cocagne).

38 Je remercie Monsieur Grellety-Bosviel de m’avoir signalé ce point.

39 « Epistola Jacobi locher // Philomusi adhumanissimum fautorem suum. D. // Iohannem Bergmannū de Olpe. Archidiconū Grandisuallis : huius operis promotorem ». Daté de Castello Franco Germaniae (= Freiburg), 1497.

40 Barbier F., « Gutenberg et la naissance de l’auteur », article cité.

41 La publicité pour de Marnef est directement adaptée pour Balsarin, mais la chute est moins élégante :
« hommes mortelz qui désirés scavoir // cōmēt on peut en ce mōde bien vivre //
et mal laisser, approchés venez veoir // et visiter ce présent ioyeulx livre //
a tous estatz bonne doctrine il livre // notāt les maulx & vices des mōdains //
lisés y tous & n’en faictes dédains // entre vous folz soit du soir ou matin //
sy vo9 voulés vo9 en trouverés maïtz // en la rue mercière cheulx balsarin. »

42 MacFarlane J., Antoine Vérard, London, printed for The Bibliographical Society, 1899, n° 149. Catal. bibliothèque J. de Rothschild, III, 389. Exemplaire examiné : Chantilly, IV-G 16. Voir aussi : Mary Beth Winn, Anthoine Vérard, parisian Publisher, 1485-1512 : Prologues, Poems and Présentations, Genève, Droz, 1997 (« Travaux d’humanisme et Renaissance », 313).

43 Noter l’emploi du terme de facteur pour désigner l’auteur ou le rédacteur. Vérard est coutumier de ce type de récupération : sur l’exemplaire de la Nef conservé à la BnF (Rés. Vélins 607, GW 5058), Vérard, qui a fait réaliser l’enluminure, cherche à faire passer le volume comme provenant de sa propre production. En outre, il en a fait retirer le chapitre du fou bibliomane. Je remercie Madame Emmanuelle Toulet, ancienne conservateur de la Bibliothèque du château de Chantilly, pour les informations qu’elle a très aimablement mises à ma disposition sur les « Vérard » de Chantilly (Antoine Vérard. Naissance du livre imprimé de luxe, catalogue de l’exposition du Musée Condé au château de Chantilly, 10 janvier-9 avril 2001).

44 Poitiers, chez Jacques Bouchet, à l’imprimerie à la Celle & davant les Cordeliers. Et à l’enseigne du Pélican par Jehan & Enguilbert de Marnef, 1545.

45 Il donne en 1485 la première Danse macabre imprimée, dont le succès le pousse à la faire traduire en latin par le Troyen Pierre Desrey, et à la décliner à travers les différentes éditions de la Danse macabre des hommes, des femmes, etc.

46 Cf les remarques conclusives proposées par Pascal Ory et par Jean-François Sirinelli, ouvr. cité, p. 247-249.

Table des illustrations

Légende 1. Sebastian Brant, Das Narrenschiff [latin : Stultifera navis], Basel, Johann Bergmann, [1er VIII] 1497.Deuxième édition latine du Narrenschiff :le fou bibliomane [Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 2. Sebastian Brant, Das Narrenschiff, Basel, Johann Bergmann, [3 III] 1495Deuxième édition allemande du Narrenschiff : page de titre [Fondation Martin Bodmer, Genève].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38646/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 3. Sebastian Brant, Das Narrenschiff, Augsburg, Johann Schönsperger, [23 V] 1495 Contrefaçon augsbourgeoise de l’édition « interpolée » en allemand du Narrenschiff réalisée par Grüninger à Strasbourg : page de titre.[Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38646/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 4. Sebastian Brant, Das Narrenschiff [latin : Stultifera navis], Basel, Johann Bergmann, [1er VIII] 1497Deuxième édition latine du Narrenschiff : page de titre [Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38646/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540