Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thomas Hardy, figures de l'aliénation

 | 
Thierry Goater

Quatrième partie. Les éclats de la représentation

Introduction de la quatrième partie

Texte intégral

1Tel qu’il apparaît dans la diégèse, l’univers hardyen, est marqué par la fragmentation, l’arbitraire et l’absurdité. Comment l’écrivain peut-il représenter l’aliénation de l’homme dans un monde aliéné ? Doit-il l’inscrire dans une forme organisée, cohérente qui transcende cette aliénation ? Peut-il ou doit-il au contraire renoncer à cette sublimation artistique et accentuer ainsi l’aliénation du monde en la doublant d’une aliénation esthétique ? Si l’on considère que la littérature ne peut se laisser appréhender en dehors des structures de sa production, on peut imaginer des parallèles entre l’œuvre et la société qu’elle représente.

2On observe en effet en littérature, à un niveau extradiégétique, des processus d’aliénation comparables à ceux que l’on observe au niveau intradiégétique : relégation des œuvres dans les coins obscurs des bibliothèques, voire interdiction de publication ou publication sous une forme expurgée ; (auto)réification par les normes idéologiques et les conventions esthétiques par exemple. La littérature se présente comme un espace textuel où s’établissent des rapports entre trois forces principales : l’auteur/narrateur qui produit et délivre un discours donné, un lecteur/narrataire qui le reçoit et le consomme et enfin la société qui organise cet échange.

3Ces relations mettent en mouvement des désirs parfois communs mais souvent contradictoires : désirs d’une société voyant dans l’œuvre un formidable instrument de reproduction et de consolidation de ses structures, désirs de lecteurs soucieux de voir leur monde représenté de façon peu inquiétante et souhaitant en même temps lire leurs angoisses et leurs pulsions inavouables, désirs encore d’un auteur partagé entre la volonté d’être publié, vendu, lu et donc lisible, celle de se rassurer lui aussi sur son pouvoir représentatif et celle enfin d’exprimer une vision plus dérangeante de la société et de l’art.

  • 1 Peter Widdowson, op. cit., p. 13.

4La théorie selon laquelle tout texte est ontologiquement instable1 vaut a fortiori pour une œuvre hardyenne à l’identité incertaine et divisée. Thomas Hardy hésite de façon constante entre une représentation « classique » organisée et rassurante et une représentation « moderne » déstructurée et déstabilisante. Ses fictions témoignent de nombreuses fractures autant idéologiques qu’esthétiques qui ont longtemps suscité les plus vives critiques. Nous nous proposons à présent de mettre en relief ces déchirements et d’essayer, quand cela est possible, de les expliquer. Ponctuellement, nous ferons référence à l’auteur et au(x) lecteur(s), mais le plus souvent nous nous intéresserons davantage aux instances discursives et donc intra-textuelles, à savoir le narrateur, le narrataire et l’œuvre en tant que discours et texte.

5Les « Romans de caractère et d’environnement » nous font entendre les voix dissonantes d’un narrateur partagé entre d’un côté, la censure, le souci de la vraisemblance et de la cohérence, et de l’autre, la figuration du désir, de la différence et de l’hétérogénéité. Les récits mettent aussi à mal l’illusion romanesque en donnant à voir des spectacles narratifs et textuels distanciés et brisés. Ce faisant, le romancier ne nous invite-t-il pas à reconsidérer les modes de production et de consommation du texte et du discours de la représentation ?

Notes

1 Peter Widdowson, op. cit., p. 13.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540