Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thomas Hardy, figures de l'aliénation

 | 
Thierry Goater

Troisième partie. Auto-aliénation

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

1Dans la fiction de Thomas Hardy, des forces extérieures multiples conduisent à l’aliénation de l’homme. Ce dernier est à la fois victime de processus d’extranéation et de réification à l’œuvre dans la nature, dans la société et dans les rapports qu’il entretient avec autrui. Déplacé, exclu, asservi, réduit à l’insignifiance, il risque de devenir étranger au monde et à lui-même, de perdre le sens de la vie et sa propre identité. Dans les « Romans de caractère et d’environnement », les forces aliénantes ne se situent toutefois pas uniquement dans l’environnement mais aussi au cœur du sujet, du « caractère ». La double perspective contenue dans le titre, que l’auteur a donné a posteriori à cette section de son œuvre, se manifeste constamment dans le texte et contribue à renforcer la dimension tragique des récits et des personnages. Le sujet hardyen ne se réduit pas à une vulgaire marionnette manipulée par des forces cosmiques, métaphysiques, sociales ou relationnelles. S’il en est le jouet, il se révèle également le jouet de lui-même, de sa propre nature, de ses faiblesses et de ses inclinations.

2L’approche consistant à ne considérer que les causes de l’aliénation extérieures à l’individu serait à l’évidence partielle et partiale, en tout cas trompeuse quant à la réalité fictionnelle et à la vision de l’auteur. Celui-ci écrit dès avril 1878 :

  • 1 Florence Hardy, « The Early Life of Thomas Hardy 1840-1891 » (1928), The Life of Thomas Hardy, Lon (...)

A Plot, or Tragedy, should arise from the gradual closing in of a situation that comes of ordinary human passions, prejudices, and ambitions, by reason of the characters taking no trouble to ward off the disastrous events produced by the said passions, prejudices, and ambitions1.

3L’année de la parution de The Return of the Native, troisième roman du cycle fictionnel, Hardy définit l’intrigue romanesque, assimilée au passage à une tragédie, en termes de psychologie humaine. Le malheur de l’homme provient en partie de sa propre personnalité, de son incapacité à la maîtriser et de sa responsabilité, qu’il engage lorsqu’il fait des choix et pose des actes.

4La vision du romancier découle tout autant d’une perception personnelle que du contexte scientifique et philosophique de l’époque. On peut citer notamment la double influence du darwinisme et du positivisme, deux mouvements qui conduisent à reconsidérer l’homme, à remettre en cause son autonomie de sujet. L’homme, fruit d’une évolution, est déterminé biologiquement et sa psychologie est fondée principalement sur ses affects. Sa liberté et le pouvoir de sa raison s’en trouvent donc limités. Le libre-arbitre et le choix ne disparaissent pas pour autant mais l’homme n’en fait pas nécessairement le meilleur usage en cédant souvent à ses pulsions. Il peut aussi réagir aux forces extérieures d’aliénation en s’aliénant encore davantage : dans un monde qui le frustre, l’écrase ou le nie, il peut être tenté de fuir ou de s’affirmer par des subterfuges.

Notes

1 Florence Hardy, « The Early Life of Thomas Hardy 1840-1891 » (1928), The Life of Thomas Hardy, Londres, Studio Editions, 1994, p. 157.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540