Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thomas Hardy, figures de l'aliénation

 | 
Thierry Goater

Deuxième partie. Réification

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Après s’être appuyé sur le caractère fétiche de la marchandise chez Marx, Georg Lukács fut le prem (...)
  • 2 Ibid., p. 203.

1Non seulement le sujet chez Hardy est souvent étranger au monde qui l’entoure, aux autres, il court aussi le risque de devenir étranger à lui-même, voire d’être réduit à néant par ce que l’on pourrait appeler un processus de réification1. Le monde nie sa liberté, son essence, sa vérité ontologique. En lui imposant ce processus il nie sa qualité de sujet, le transforme en objet. C’est pourquoi on peut parler, à certains égards, de « phase ultime de l’aliénation2 ». Ce faisant, elle développe chez lui un sentiment d’impuissance et de non-sens. Cette forme d’aliénation présente, comme l’extranéation, des aspects métaphysiques et sociaux. De même que la fiction naturaliste française et anglaise mais contrairement à ce que certains critiques ont montré, l’œuvre de Hardy illustre le rôle prépondérant joué par la société dans l’écrasement de l’individu. Les « Romans de caractère et d’environnement » se distinguent toutefois des ouvrages d’Emile Zola, de George Moore ou de George Gissing, par la présence d’une dimension métaphysique plus grande, qui leur confère une forte valeur tragique. Dans l’œuvre hardyenne, l’homme semble perdre sa liberté de sujet au profit d’une nature et d’une fatalité étouffantes qui ôtent tout sens à sa vie. La société, quant à elle, renforce le processus de réification à un niveau à la fois vertical et horizontal. L’individu entretient avec le travail et l’idéologie environnante des rapports qui peuvent avoir pour effet de l’emprisonner. Ce phénomène est souvent relayé par les autres individus dans des rapports humains biaisés, inégaux. Décentrement de l’homme, asservissement social et assujettissement relationnel sont les principales formes de réification dans la fiction de Thomas Hardy.

Notes

1 Après s’être appuyé sur le caractère fétiche de la marchandise chez Marx, Georg Lukács fut le premier à utiliser le concept de réification dans ses analyses (Histoire et conscience de classe (1922), traduit de l’allemand par Kostas Axelos et Jacqueline Bois, Paris, Éditions de Minuit, 1960, p. 110-141). Considérée encore comme une de ses manifestations, la réification tendrait de plus en plus à remplacer l’aliénation comme notion car elle serait plus « objective ». Comme le montre Rosner (« Aliénation, Fétichisme, Anomie », art. cit., p. 183-184 et 201), le concept de réification demeure tout aussi ambigu que celui d’aliénation. De plus, elle qualifierait les produits humains, matériels ou spirituels, qui deviendraient ainsi des « données » sur lesquelles l’homme n’aurait plus de pouvoir. Pour notre part, nous conservons à la réification son statut de manifestation de l’aliénation, parmi d’autres. En outre, si nous ne rejetons pas a priori son acception pour les objets réifiés, nous ne la privilégions pas. Dans nos analyses, les personnes seront qualifiées de réifiées quand elles perdent leur statut de sujet pour acquérir celui d’objet.

2 Ibid., p. 203.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540