Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thomas Hardy, figures de l'aliénation

 | 
Thierry Goater

Première partie. Extranéation

Introduction de la première partie

Texte intégral

  • 1 Menachem Rosner, « Aliénation, Fétichisme, Anomie », traduit de l’anglais par Brigitte Navelet, Fr (...)
  • 2 Nous forgeons ce concept pour les besoins de notre étude : alors que « extranéité » possède un sen (...)
  • 3 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace (1957), Paris, Presses Universitaires de France (Quadrig (...)

1L’aliénation de l’homme lui est intrinsèque et résulte paradoxalement de sa libération : en transcendant la nature par la conscience et la raison, il brise les carcans d’une contingence qu’il apprend à dominer peu à peu. Dans un même mouvement cependant, il anéantit l’harmonie relative qu’il entretenait avec son milieu naturel et en vient à ressentir la finitude liée à sa condition. L’homme devient un étranger dans la nature qui l’a vu naître. Chez Hardy, l’environnement humain ne parvient guère à atténuer cette aliénation originelle et semble au contraire la renforcer, condamnant l’homme à une étrangeté au monde et aux autres. Les « Romans de caractère et d’environnement » décrivent une société qui, par ses évolutions et ses conservatismes à la fois, écarte les plus faibles et les marginaux : les uns sont jugés inutiles et les autres menacent l’ordre socioéconomique. Cette société contribue d’autre part à déraciner ceux qu’elle a déchus comme ceux qu’elle a promus, en les contraignant à errer ou à habiter des espaces qui leur demeurent étrangers. Et ce déracinement paraît s’inscrire au plus profond des structures sociales et humaines : les liens sociaux traditionnels que représentent la communauté, la famille et le couple se désintègrent et le monde semble perdre toute intelligibilité. Ces phénomènes risquent d’engendrer un sentiment d’extranéité1. Les romans et nouvelles de Thomas Hardy dépeignent l’« extranéation2 » grandissante de l’homme. Nous étudierons ce processus, qui implique une notion d’espace, à travers les lieux que le sujet occupe, qu’il désire occuper ou dont il est exclu, en procédant donc souvent à une « topo-analyse3 ». Exclusion et exil constituent les deux principales formes de l’extranéation du sujet hardyen.

Notes

1 Menachem Rosner, « Aliénation, Fétichisme, Anomie », traduit de l’anglais par Brigitte Navelet, Freudo-Marxisme et Sociologie, Colloque de « L’homme et la société », Paris, Anthropos (10/18), 1974, p. 188.

2 Nous forgeons ce concept pour les besoins de notre étude : alors que « extranéité » possède un sens passif (le résultat observable), « extranéation » prendra un sens actif (le processus lui-même).

3 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace (1957), Paris, Presses Universitaires de France (Quadrige), 1992, p. 27.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540