Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nues, nuées, nuages

 | 
Jackie Pigeaud

Quelques emplois de nebula, nimbus, nubes et de leurs dérivés

Étienne Wolff

Texte intégral

  • 1 A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, 4e éd., Paris, Klincksieck (...)

1Il y a en latin quatre mots qui expriment plus ou moins directement la notion de nuage : ce sont nebula, nimbus, nubes, et caligo. Je laisserai de côté caligo, qui désigne une fumée noire, un brouillard opaque et noir, d’où l’obscurité, les ténèbres. Et je me concentrerai sur les trois autres mots, qui selon Ernout-Meillet sont apparentés1. Je voudrais me pencher sur certaines de leurs acceptions.

  • 2 De là le sens de « oublie » que le mot a pris dans plusieurs langues romanes, voir W. Meyer-lübke, (...)
  • 3 De même parle-t-on en français d’un nuage de tulle ou de mousseline.
  • 4 À partir d’une édition incorrecte d’Ausone, où dans la préface au poème Cupido cruciatus on lit ne (...)

2Nebula, mot surtout poétique, signifie « brouillard, nuage », mais plutôt avec une idée de faible densité, comme le suggère Lucrèce VI, 102-104, où il explique que la substance des nuages (nubes) ne peut être aussi dense (tam condenso corpore) que celle de la pierre ou du bois, ni aussi déliée (tam tenues) que celle des brouillards (nebulae) et des fumées qui s’envolent (fumique uolantes). Aussi le mot nebula peut-il désigner par extension ou métaphore différentes sortes de matières fines ou transparentes2. Publilius Syrus, cité par Trimalcion (Pétrone, Satyricon 55, 6), parle ainsi d’un nebula linea, « nuage de lin3 », qui fait suite à un uentus textilis, « vêtement qui n’est qu’un souffle ». Il s’agit dans les deux cas d’habits indécents dont on pare une jeune mariée. Nebula peut également désigner une plaque de métal très mince : ainsi dans une épigramme de Martial (VIII, 33, 3). Un certain Paulus avait fait don au poète d’une coupe d’or ; mais le métal précieux en était si mince que celui-ci le compare par dérision à des choses particulièrement fines et, notamment, à la lamelle ou feuille d’or qui recouvre les machines de théâtre (hac fuerat... nebula... pegma perunctum, « c’est de cette gaze que ta machine était revêtue naguère »). On sait que Martial se montre très caustique envers ceux qui lui offrent des cadeaux peu généreux ; il s’amuse en même temps ici à un type d’épigramme connu de l’Anthologie grecque, et qui consiste en l’évocation comique d’une personne ou d’une chose extrêmement petite (voir aussi XI, 18). Ovide (Fastes V, 270) emploie nebula pour désigner la fine couche d’écume ou de mousse qui se constitue dans le tonneau au moment de la fermentation : nebulae dolia summa tegunt, « une mousse recouvre la surface du vin dans les jarres ». Nebula peut aller jusqu’à désigner une chose insignifiante ou sans valeur4. Perse (Satires V, 7) parle de nebulas, pompe ou emphase prétentieuse et vide, à propos des auteurs de tragédie (grande locuturi nebulas Helicone legunto, « que, pour alimenter leur grandiloquence, ils fassent sur l’Hélicon récolte de brouillard ») ; dans le même sens, Horace (Art poétique 230) employait nubes (ne... /aut, dum uitat humum, nubes et inania captet, « que non plus, en évitant de ramper, il ne coure pas après les nuages et le vide »). De manière beaucoup plus originale, chez Plaute (Poenulus 274), l’esclave Milphion, qui n’apprécie pas Adelphasie dont son maître est amoureux, déclare qu’il ne donnerait pas un verre de nebulai pour coucher sept nuits avec elle (quoius ego nebulai cyatho septem noctes non emam) ; vu le contexte, il faut par nebula comprendre « mauvais vin, piquette ».

3L’adjectif nebulosus peut renvoyer de même à quelque chose de fin et de mince, notamment un tissu, ainsi chez Fulgence le Mythographe (Mitologiae I, praef. = 8, 8-9 Helm) : adstiterant itaque sirmate nebuloso tralucidae ternae, « c’est ainsi que, en groupe de trois, elles se tenaient, diaphanes dans leur longue robe vaporeuse » ; ou dans les Vies des Pères du Jura (I, 17 MGH = 55 SC), reductis namque nebulosi tegminis uestimentis, où il s’agit du diable, qui, sous la forme d’une femme séduisante, « a retroussé le tissu vaporeux de ses vêtements ». Le sens de l’adjectif est un peu différent chez Ausone (Epistulae XVIII, 5 Peiper = I, 5 Green), où un oiseau est pris dans des filets quae uespertinis fluitant nebulosa sub horis, « qui flottent, fins (= avec leurs mailles fines), au moment du soir ». Ausone a peut-être choisi cet adjectif par un jeu étymologique savant : nebula transcrit en effet le grec néphélè ; or néphélè, outre son sens de « nuage », désigne aussi en grec une sorte de filet très fin pour la chasse aux oiseaux.

  • 5 A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, p. 434. Les auteurs précis (...)

4Nebula a un dérivé inattendu, le substantif nebulo, « bon à rien, vaurien ». Pour Ernout-Meillet5, un nebulo c’est d’abord un « esprit fumeux ou nuageux », et par suite un « bon à rien ». Mais les textes anciens orientent en fait dans une direction différente. Le grammairien Nonius (18, 24-26) écrit : « On appelle nebulones et tenebriones ceux qui jettent sur leurs mensonges et leurs machinations une sorte de nuage (nebulam quandam) et des ténèbres, ou ceux qui les trouvent commodes et utiles pour fuir ou pour voler. » Et il cite (19, 1) un passage de Lucilius (Satires XIV, 11 = 467-468 Marx), où un questeur est qualifié de lucifugus, nebulo, id genus sane, « ennemi du jour, ami des ténèbres, tout à fait de ce genre ». De son côté Festus, dans l’abrégé de Paul Diacre (163, 2-3), donne deux explications qui se rejoignent : nebulo s’applique à quelqu’un qui n’a pas plus de valeur qu’un nuage, ou chez qui on ne peut discerner aucun mérite (nebulo dictus est, ut ait Aelius Stilo, qui non pluris est quam nebula, aut qui non facile perspici possit qualis sit, nequam, nugator). Donat dans son commentaire à Térence propose les deux interprétations de Nonius (nebulo = voleur) et Festus (nebulo = homme sans valeur ou vaurien) et en ajoute une troisième (nebulo = homme mou, sans énergie) : il commente en effet nebulonem (ad Eunuque 269 ; voir aussi 785) par uel furem quia nebulas obiciat, uel mollem ut nebulam, uel inanem ac uanum, ut nebula est.

  • 6 Ibid., p. 434.
  • 7 On sait que le livre XIV fait alterner un cadeau riche et un cadeau pauvre : or le Nimbus uitreus (...)

5Nimbus, mot plutôt poétique dont la formation peut avoir été influencée par imber6, signifie « nuage chargé de pluie, pluie », puis « nuage, nuée » en général, et spécialement « nuage qui enveloppe les dieux ». Ce dernier sens est attestée par exemple chez Virgile (Enéide X, 634). Servius est plus précis quand il écrit (ad Enéide III, 587 : et lunam in nimbo nox intempesta tenebat) : proprie nimbus est qui deorum uel imperantium capita quasi clara nebula ambire fingitur, puisqu’il s’agit alors d’entourer la tête seule ; d’où plus tard, en latin chrétien, le sens de « nimbe, auréole » d’un saint ou d’un martyr (première attestation en ce sens chez Isidore, Etymologies XIX, 31, 2 : nam et lumen, quod circa angelorum capita pingitur, nimbus uocatur). Au sens figuré, nimbus peut désigner une pluie (de traits, par exemple), ou une nuée, une multitude (de soldats, par exemple). Mais à l’inverse il désigne parfois, plus rarement certes, non quelque chose de dru, d’épais, de dense, mais au contraire quelque chose de fin, de subtil. Ainsi en est-il dans la pièce XIV, 112 de Martial, intitulée Nimbus uitreus et qui décrit un vase en verre particulièrement fin, qui n’est pas un objet précieux7. L’épigramme, jouant sur les sens de nimbus, oppose le nuage venant de Jupiter, qui donnera de l’eau, à ce nuage-ci, qui donnera du vin (A loue qui ueniet, miscenda ad pocula largas / fundet nimbus aquas ; hic tibi uina dabit). L’adjectif nimbatus va apparemment jusqu’à qualifier une personne étourdie, légère, vaine. Chez Plaute, Poenulus 348, Milphio, encore à propos d’Adelphasie, déclare que plus il la regarde, plus elle lui semble nimbata et nugae merae (quam magis aspecto, tam magis est nimbata et nugae merae) ; les traducteurs hésitent : « évaporée » (A. Ernout), « surfaite » (P. Grimal). Peut-être y a-t-il en plus un jeu de mots avec le voile (amiculum, vers 349) qu’elle porte sur la tête, ceci d’autant plus que le mot nimbus peut désigner, selon Isidore de Séville (Etymologies XIX, 31, 2), une bande transversale d’or cousue sur un voile de lin, que les femmes portent sur le front (nimbus est fasciola transuersa ex auro adsuta in linteo, quod est in fronte feminarum).

  • 8 Voir A. Christol, « De phoôs éréôn à ā dyām tanosi. Note de phraséologie », Bulletin de la Société (...)

6Nubes signifie « nuage, nue », au propre et au figuré, comme le grec néphos. Les Anciens expliquaient le mot par rapprochement avec le verbe (ob)nubo, « couvrir, recouvrir », parce que les nuages recouvrent ou cachent le ciel ; ainsi chez Isidore de Séville, Etymologies XIII, 7, 2 : nubes dictae ob obnubendo, id est operiendo caelum. Et ils considéraient que le sens premier du verbe simple nubo était « voiler, couvrir » ; ainsi Arnobe, Aduersus nationes III, 31 : quod aqua nubat terram ; Donat, ad Hécyre 656 : nubere enim est operiri tegique, unde et nubes, quod tegere solent caelum, dicuntur ; Isidore de Séville, Etymologies XIII, 7, 2 : quod nubat, id est mare et terram tegat. Varron, De lingua latina V, 72, cite un mot nuptus qui signifie opertio. En revanche dans un passage difficile du Pseudo-Quintilien (Declamationes maiores I, 17) où nubes est parfois compris au sens de « voile de deuil », il s’agit en réalité du futur de nubo (te quae absoluta protinus nubes, et tempori accomodata lugubria flammeo reuertente mutabis). En tout cas le nuage nubes est un voile, de même que, dans les conceptions indo-européennes anciennes, la nuit était un voile sombre tendu sur la terre le soir et retiré le matin8.

  • 9 Une autre étymologie, également fantaisiste, faisait dériver le nom de Neptune du verbe nare, « na (...)
  • 10 Une autre etymologie, plus fondee, rattachait nuptiae au grec nympheia, et nupta a nymphè, voir ib (...)
  • 11 A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, p. 449.

7Les Anciens rattachaient à cette racine nubere /nubes le nom de Neptune, parce que l’eau couvre la terre (étymologie évidemment fantaisiste du point de vue de la linguistique moderne9), et, on l’a vu, le mot qui signifie pour une femme se marier. Varron écrit dans le De lingua Latina V, 72 : Neptunus, quod mare terras obnubit ut nubes caelum, ab nuptu, id est opertione, ut antiqui, a quo nuptiae, nuptus dictus, c’est-à-dire (trad. J. Collart) « Neptunus, du fait que la mer voile les terres, comme les nuées voilent le ciel, tire son nom de nuptus, vocable ancien, autrement dit opertio (voilage) ; de la même origine dérivent nuptiae (noces) et nuptus (mariage). » L’évolution de sens du verbe nubere était expliquée par le fait que les femmes se voilent le jour de leur mariage. Festus (174, 20-25) écrit ainsi : nuptias dictas esse ait... Aelius et Cincius, quia flammeo caput nubentis obuoluatur, quod antiqui obnubere uocarint ; et dans l’abrégé de Paul Diacre (201, 4-5) : obnubit, caput operit ; unde et nuptiae dictae a capitis opertione10. Nubere marito signifierait donc exactement « se voiler (la tête du flammeum) pour son mari, mettre le voile pour son mari » et, comme le dit Ernout-Meillet11, « l’acte du mariage aurait été désigné par la cérémonie la plus importante du rituel, celle de la prise du voile (flammeum) ». L’interprétation de Donat (ad Hécyre 656) est différente : c’est parce que les mariées s’abritent dans la même chambre à coucher que leur époux (Et melius « nuptam mecum » quasi tectam et opertam uno cubiculo mecum : nubere autem est operiri tegique). Plus étrange est Ambroise, qui explique (Abraham I, 9, 93) que nuptiae vient du fait que les jeunes filles se couvrent d’un voile par pudeur (nuptiae dictae, quod pudoris gratia puellae obnuberent).

8Au-delà de la constatation amusante que, selon les étymologies anciennes, nuage, nimbe, vaurien, noces et Neptune sont apparentés en latin, on constate que les mots qualifiant les nuages ont des différences sémantiques : nubes est un mot généraliste qui désigne un nuage épais, avec des acceptions figurées ; nebula, surtout poétique, signifie « brouillard », avec une tendance vers la légèreté, le fin, le vaporeux, d’où sont issus un certain nombre de sens dérivés ; nimbus, également plutôt poétique, signifie « nuage de pluie », et admet des sens figurés qui, à quelques exceptions près, sont plutôt du côté du lourd, de l’épais (pluie d’objets, etc.). En revanche il est très difficile de dégager pour ces mots une évolution de sens diachronique, dans la mesure où les acceptions rares, notamment, ne nous sont données que par des grammairiens, presque tous tardifs.

Notes

1 A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, 4e éd., Paris, Klincksieck, 1959, p. 434 et 449 ; P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1962, p. 748. La chose est cependant souvent mise en doute. Isidore de Séville rattache en tout cas nimbus et nebula à nubes. Il écrit en effet dans Etymologies XIII, 10, 3 : Nimbus est densitas nubis intempesta et obscura ; et inde nimbus a nube. Et dans Etymologies XIII, 10, 10 : Nebula inde dicta, unde et nubila, ab obnubendo scilicet, hoc est operiendo, terram, siue quod nubes uolans faciat.

2 De là le sens de « oublie » que le mot a pris dans plusieurs langues romanes, voir W. Meyer-lübke, Romanisches etymologisches Wörterbuch, 3e éd. Heidelberg, Carl Winter, 1935, n° 5866.

3 De même parle-t-on en français d’un nuage de tulle ou de mousseline.

4 À partir d’une édition incorrecte d’Ausone, où dans la préface au poème Cupido cruciatus on lit nebulam in pariete au lieu de tabulam in pariete, Erasme a créé un adage inexistant (Adages 1338), Nebulae in pariete, qu’il explique ainsi : pro re nihili somnique simillima.

5 A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, p. 434. Les auteurs précisent au reste que le rapprochement entre nebulo et nebula peut être une étymologie populaire.

6 Ibid., p. 434.

7 On sait que le livre XIV fait alterner un cadeau riche et un cadeau pauvre : or le Nimbus uitreus répond aux Crystallina, « Coupes en cristal » ; il s’agit donc d’une coupe ordinaire.

8 Voir A. Christol, « De phoôs éréôn à ā dyām tanosi. Note de phraséologie », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 81, 1986, p. 181-203.

9 Une autre étymologie, également fantaisiste, faisait dériver le nom de Neptune du verbe nare, « nager » ; voir R. Maltby, A lexicon of ancient Latin etymologies, Liverpool, Cairns, 1991, p. 409. Pour une suggestion plus vraisemblable, voir G. Dumezil, La religion romaine archaïque, Paris, Payot, 1966, p. 381.

10 Une autre etymologie, plus fondee, rattachait nuptiae au grec nympheia, et nupta a nymphè, voir ibid., p. 418.

11 A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, p. 449.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540