Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nues, nuées, nuages

 | 
Jackie Pigeaud

Les Nuées, dans Les Nuées d’Aristophane

Yves Touchefeu

Texte intégral

1Les Nuées furent représentées à Athènes une première fois en 423 avant J.-C., puis dans une seconde version entre 421 et 417. Comme chacun le sait, la verve comique d’Aristophane est dirigée dans cette pièce contre Socrate, qui s’y trouve présenté comme le grand maître des nouveaux savoirs de la sophistique, artificieux et trompeurs.

2La pièce met en scène l’Athénien Strépsiade, affolé par la passion ruineuse de son fils Phidippide, fou de chevaux. Strépsiade cherche le moyen de ne pas payer les dettes accumulées par son fils. Il rêve de renvoyer les créanciers en leur faisant la démonstration qu’ils n’ont pas le droit de réclamer leur dû. Strépsiade vient donc demander à Socrate de lui apprendre le secret du « Raisonnement injuste ». Il découvre un Socrate suspendu dans une corbeille pour penser plus subtilement, un Socrate qui lui explique que Zeus n’existe pas, et que les seules divinités sont les Nuées (hai néphélai).

3Ces Nuées constituaient le chœur de la comédie. Vingt-quatre choreutes, déguisés en femmes-nuées, incarnaient donc dans l’espace théâtral ces figures par essence mouvantes, emportées dans d’incessantes métamorphoses. Aristophane avait trouvé là une très belle idée de théâtre. Ces Nuées qu’on aime imaginer ondulant dans des vêtements amples et flottants, agitant des voiles ou des gazes, animaient l’orchestra d’une présence étonnante, réjouissante, authentiquement spectaculaire.

4Mais que disaient ces Nuées aux spectateurs athéniens ? Comment leur parlaient-elles ? À quelles représentations, à quelles images, à quelles réflexions les conduisaient-elles ?

5Ces déesses-nuées sont une pure invention d’Aristophane. Elles n’ont aucune réalité dans la mythologie et la religion traditionnelles. La tradition grecque connaît d’autres figures féminines filles de l’Eau : les Néréides, filles de Nérée, descendantes de Pontos, Flot-Marin ; les trois mille Océanides aux fines chevilles, filles d’Okéanos et de Téthys, mais nos Nuées n’existent que dans la gratuité festive du théâtre. Habiles à prendre toutes les formes comme le dit Socrate (« elles deviennent tout ce qu’elles veulent », v. 347), elles ne se laissent pas facilement cerner dans un système interprétatif univoque. Elles invitent à des réflexions ouvertes, et leur fonction dans la pièce est marquée d’une ambiguïté voulue par le dramaturge.

6Nous verrons ainsi d’abord comment s’ouvre le champ des représentations appelées par les Nuées, dans le jeu des métaphores et des références culturelles. Nous pourrions découvrir ensuite que, si les Nuées semblent accompagner la déraison de la sophistique, elles entendent en vérité défendre les « vrais dieux » de la religion traditionnelle.

Le sens des Nuées : une pluralité festive de références culturelles

7Nous aimons aujourd’hui à voir dans ces Nuées la concrétisation des métaphores qui disent qu’à trop réfléchir ou à trop rêver, l’esprit s’embrume, la tête se perd dans les nuages et la raison s’égare dans les raisonnements fumeux.

  • 1 Les citations de Nuées sont données dans la traduction (parfois légèrement modifiée) de Hilaire Va (...)

8C’est d’ailleurs ce sens qui nous est suggéré quand nous entendons Socrate présenter les Nuées à Strépsiade : « Elles nous dispensent savoir, dialectique, entendement, langage prestigieux et verbeux, art de frapper et de séduire. » Et Strépsiade de se réjouir par avance : « Voilà donc pourquoi, après avoir entendu leur voix, mon âme a pris son vol et aspire déjà à subtiliser, à bavarder sur de la fumée ! » (v. 316-3201). Quelques vers plus loin, Socrate prolongeait ainsi son éloge des Nuées : « elles repaissent un tas de sophistes, devins de Thurion, artistes, médecins, oisifs chevelus occupés de leurs bagues et de leurs ongles, tourneurs de strophes pour les chœurs cycliques, mystificateurs aériens, oisifs qu’elles nourrissent à ne rien faire, parce qu’ils les chantent dans leurs vers » (v. 331-334).

9Gardons-nous cependant de penser que l’imaginaire athénien, au ve siècle avant J.-C., ait été modelé comme le nôtre. Au temps d’Aristophane, ces Nuées évoquaient aussi d’autres réalités, d’autres savoirs et d’autres rêves.

10Les contemporains d’Aristophane connaissaient ainsi une figure de la mythologie qui portait aussi ce nom de « Nuée », Néphélé. Epouse du roi Athamas, Néphélé a eu deux enfants, Hellè et Phrixos. Puis Athamas l’a repoussée pour épouser Ino, fille de Cadmos. Ino persuade alors son mari qu’il doit sacrifier son fils Phrixos pour que son royaume retrouve sa prospérité perdue. Alors que le sacrifice se prépare, Néphélé (ou Zeus) envoie un bélier d’or qui sauve les enfants en les emportant sur son dos, et les conduisant très loin, à l’Est, vers le pays de la Colchide. C’est l’histoire de la Toison d’or qui commençait alors… Mais Athamas devait connaître d’autres épreuves. Subissant la colère de Néphélé, mis en accusation par ses sujets et sur le point d’être sacrifié par eux, il n’était sauvé que par l’advenue d’Héraklès. Sophocle avait fait jouer sur ce sujet un Athamas.

11Dans notre pièce, alors que les Nuées venaient d’entrer en scène, Socrate préparait Strépsiade à entrer en relation (et même en union) avec elles, et lui tendait une couronne. Strépsiade s’exclamait alors :

Pourquoi une couronne ? Ah Socrate, ne va pas faire de moi un autre Athamas et me sacrifier. – Non, répondait Socrate, mais cela nous le faisons à tous ceux qui se font initier. (v. 252-258)

12Il suffisait donc d’un nom : Athamas, pour faire surgir dans la mémoire des spectateurs cette histoire dans laquelle intervenait aussi une Néphélé, outragée et redoutable.

  • 2 Simon Byl, Les Nuées d’Aristophane, Une initiation à Eleusis en 423 avant notre ère, L’Harmattan, (...)

13« Nous faisons cela à tous ceux qui se font initier » (« tous teloumenous ») : cette initiation à laquelle Socrate invite Strépsiade peut être lue comme une parodie des mystères d’Eleusis. Simon Byl a constitué sur cette question un dossier très concluant, rassemblant et commentant tous les indices textuels, au fil de la pièce, qui désignaient par jeu les initiations pratiqués à Eleusis2.

14Or Simon Byl relève que le sanctuaire d’Eleusis connaissait aussi une histoire de nuée. Cette histoire, mentionnée dans une scolie au vers 303, était rapportée par Hérodote qui, dans les temps où fut jouée la pièce d’Aristophane, venait de publier son Enquête. On lit en effet, dans le huitième livre de cette Enquête, qu’à la veille de la bataille de Salamine, une nuée prophétique, imposante, s’était élevée du sanctuaire d’Eleusis, pour annoncer la défaite des Perses. Voici le récit de l’étrange événement :

  • 3 Littéralement, une voix : phoné.
  • 4 Littéralement, divine est cette voix qui résonne : theion to phteggomenon.
  • 5 Hérodote, VIII, 65, traduction Andrée Barguet, Folio, 1964.

D’après Dicéos, fils de Théocydès, un Athénien banni devenu personnage important chez les Mèdes en ce temps là, quand les soldats de Xerxès ravageaient l’Attique, abandonnée de ses habitants, il se trouvait lui-même, en compagnie du Lacédémonien Démarate, dans la plaine de Thria ; il vit alors approcher un nuage de poussière qui venait d’Eleusis, tel qu’en pourrait soulever une troupe de quelque trente milliers d’hommes ; tous deux se demandaient, surpris, qui donc pouvait soulever cette poussière, mais soudain ils entendirent des accents3 dans lesquels Dicéos pensa reconnaître l’hymne d’Iacchos que l’on chante dans les mystères. Démarate, qui ne connaissait pas les rites en usage dans les mystères d’Eleusis, lui demanda d’où provenaient ces accents [littéralement, cette voix qui résonnait : to phteggomenon touto] ; il lui répondit : « Démarate, l’armée du roi va subir un coup terrible et rien ne l’en peut sauver ; de toute évidence, puisque l’Attique est déserte, ces accents proviennent d’êtres surnaturels4 quittant Eleusis pour secourir Athènes et ses alliés. S’ils se portent sur le Péloponnèse, Xerxès lui-même sera en péril avec ses forces du continent ; s’ils se tournent vers les navires qui sont à Salamine, le roi risque fort de perdre sa flotte. Les Athéniens célèbrent tous les ans ces fêtes d’Eleusis en l’honneur de la Mère et de la Fille ; tout Athénien et tout Grec qui le souhaite s’y fait initier. Ce que tu entends, ce sont les chants par lesquels ils invoquent Iacchos pendant les fêtes. » […] Et la poussière et les voix formèrent un nuage qui s’éleva dans les airs et se dirigea sur Salamine et la flotte grecque, ce qui leur fit comprendre que la flotte de Xerxès allait périr5.

15Strépsiade aussi entend la voix (phonè, v. 292) des Nuées, avant même de les découvrir ; il a été frappé par ces femmes aux voix résonnantes (autai ai phtexamenai, v. 314-315). Un peu plus tard, après avoir été interpellé par le chœur, il s’étonne : « O Terre, quelle voix résonnante (O Gè, tou phhtegmatos), qu’elle est sacrée, auguste, prodigieuse. »

16Dans cette relation parodique qui se tissait entre la scène comique et le sanctuaire d’Eleusis, l’entrée en scène des Nuées évoquait dans un jeu amusé cette voix puissante et cette grande Nuée prophétique venue du sanctuaire pour prédire la défaite des Perses.

17Mais ces Nuées qui semblaient ainsi faire signe vers la tradition, celle de la mythologie ou des mystères éleusiniens, pouvaient aussi évoquer des idées bien différentes venues de cette modernité philosophique qu’Aristophane entendait dénoncer.

  • 6 La parodos est le moment de l’entrée en scène du chœur.

18Dans la prière que Socrate adresse aux Nuées juste avant la parodos6, il invoque en même temps que ces « vénérables déesses », l’Air infini et le brillant Ether :

O maître souverain, Air infini, qui soutiens la Terre suspendue dans l’espace, brillant Ether, et vous, vénérables déesses, Nuées, qui portez le tonnerre et la foudre, levez-vous, apparaissez, ô maîtresses ! (v. 264-265)

19Un peu plus tard, Socrate explique à Strépsiade médusé qu’évidemment Zeus n’existe pas et que le Tourbillon éthérien (aitherios Dinos) est le roi du cosmos, qui fait mouvoir les Nuées (vers 379-381). Au milieu de la pièce, nous l’entendons s’emporter en ces termes contre Strépsiade :

Non par la Respiration, par le Chaos, par l’Air, non je n’ai jamais vu d’homme aussi rustre, aussi inepte, aussi gauche, aussi oublieux ! (v. 628-630)

20Plus tard, dans les Grenouilles (représentées en 405), Aristophane prêtera à Euripide des propos similaires : « Ether, ma nourriture, pivot de la langue, Compréhension, narines au flair subtil, faites que je réfute comme il faut les arguments que je critiquerai. » (v. 892-894)

  • 7 Voir l’étude de Francis Ronsmans, dans le recueil Mythe et Philosophie dans les Nuées d’Aristophan (...)

21Tous ces termes renvoyaient aux théories alors exposées à Athènes, dans les années 430-420, par Diogène d’Apollonie, qui s’inscrivait dans la tradition des physiciens ioniens et recyclait en quelque manière des idées formulées par ses prédécesseurs (en particulier Anaximène). Dans une langue claire, démonstrative (très éloignée de la beauté hermétique cultivée par Démocrite), il expliquait que l’Air était le principe premier. Les convictions défendues par Socrate donnaient à voir, dans le miroir déformant de la Comédie, ces idées qui trouvèrent alors à Athènes un écho surprenant. C’est en raison même de cette notoriété sans doute qu’Aristophane choisit de prêter à son Socrate de comédie des propos bien éloignés de préoccupations toutes différentes de celles du vrai Socrate7.

22Les Nuées, qui évoquaient comme nous l’avions vu des images et des réalités traditionnelles de la culture grecque, pouvaient aussi apparaître dans une lumière venue de la nouvelle philosophie et de la sophistique.

23L’interprétation qui semble osciller ainsi entre deux pôles pourrait retrouver une orientation stabilisante dans la réponse à cette question : les Nuées étaient-elles en elles-mêmes la cible de la verve comique ? Se trouvaient-elles emportées dans la condamnation comique portée contre Socrate ?

Les Nuées, puissances rusées au service des vrais dieux de la tradition grecque

24Puissances rusées en effet, ces Nuées peuvent donner l’impression qu’elles sont définies par les lubies de la nouvelle philosophie. Henri van Daele, le traducteur de l’édition Budé a quelque raison, bien sûr, d’écrire : « Les Nuées, qui forment le chœur, et qui conseillent à Strepsiade d’aller étudier chez Socrate, symbolisent les pensées ondoyantes, vagues et subtiles du maître. »

  • 8 Lambros Couloubaritsis, « Initiation et pédanterie », dans le recueil Mythe et Philosophie dans le (...)

25Prolongeant cette lecture, Lambros Couloubaritsis estime que les Nuées sont comme l’envers des Muses dans la grande tradition grecque : loin de conduire sur les chemins de la véritable culture et de la poésie, elles seraient dénoncées dans notre pièce comme les inspiratrices de la sagesse apparente des Sophistes et de leurs faux savoirs8. Convaincu par la démonstration de Simon Byl sur la parodie des mystères d’Eleusis, et sur la présence implicite de cette nuée éleusinienne dont Hérodote faisait le récit, Lambros Couloubaritsis estime que l’intention parodique s’accompagne d’une volonté démystificatrice qui dénoncerait cette nuée fabuleuse. La désacralisation des légendes concernant Eleusis s’ajouterait ainsi à la dénonciation de la sophistique :

  • 9 Idem, p. 82

Aristophane apparaît ici doublement démystificateur : il démystifie les illusions de ceux qui croient aux fausses légendes et aux faux savoirs, d’une part en désacralisant ce qui est faussement attribué au sacré, et, d’autre part, en démythifiant ce qui est faussement assigné au savoir9.

26Les Nuées seraient-elles ainsi essentiellement visées par la charge comique et la dénonciation qu’elle implique ?

27À écouter avec attention le texte, il paraît pourtant que les Nuées ne sont pas des déesses de l’illusion et de la mystification. Elles savent qu’elles ne sont pas considérées par les Athéniens comme de vraies déesses ; par jeu, elles semblent leur en faire le reproche ; par malice rusée, elles qui peuvent prendre toutes les formes, elles paraissent accompagner Socrate dans ses élucubrations et Strépsiade dans ses espoirs farfelus. Mais elles se révèlent être des puissances du cosmos qui savent où sont les vrais dieux.

28Ecoutons leur entrée en scène dans la parodos. Socrate les accueille par des paroles elles-mêmes solennelles, où le burlesque semble neutralisé par la poésie :

  • 10 vers 269-274, édition CUF, p. 175.

Venez donc, Nuées, tant révérées, venez vous montrer à cet homme, soit que vous siégiez sur les cimes sacrées de l’Olympe battues par la neige, soit que dans les jardins d’Océan votre père vous formiez un chœur sacré pour les nymphes, soit qu’aux bouches du Nil vous puisiez ces ondes dans des aiguières d’or, soit encore que vous habitiez le lac Méotis ou le rocher neigeux du Nimas, écoutez ma prière, acceptez mon offrande, que les rites sacrés vous soient agréables10.

29Et quand les Nuées font entendre pour la première fois leur propre chant, elles célèbrent, à leur manière sans doute, le caractère sacré du cosmos et de l’ordre olympien :

[Strophe] Nuées jamais taries, surgissons aux regards, vapeurs faciles à mouvoir. Quittant notre père Océan au bruit retentissant, des hautes montagnes gagnons les cimes chevelues, pour regarder de là les cimes visibles au loin, et les moissons, et la terre bien arrosée, et les fleuves divins aux eaux retentissantes et la mer aux sourds grondements ; car l’œil de l’Ether infatigablement brille dans la splendeur de ses rayons. Mais dissipons la brume pluvieuse qui voile nos formes immortelles, et d’un regard qui voit de loin contemplons la terre.

  • 11 Vers 276-289 et 300-313, édition CUF, p. 175-176.

[Antistrophe] Vierges qui portons la pluie, allons vers le pays splendide de Pallas, la patrie des héros, la terre aimable de Cécrops, où se célèbrent des rites ineffables ; où, pour recevoir les initiés, un sanctuaire s’ouvre en de saintes cérémonies, cependant qu’aux dieux célestes on offre des présents ; là se dressent des temples aux faîtes élevés et des statues, là ont lieu les très saintes processions des bienheureux, et là de belles couronnes, des sacrifices en l’honneur des dieux et des festins en toutes saisons ; le printemps y ramène la fête de Bromios, l’exaltation des chœurs mélodieux et le frémissement grave des flûtes11.

30La majesté de ces vers avait frappé au xviie siècle Mademoiselle Anne Le Fevre (qui allait devenir Madame Dacier), qui publia chez Claude Barbin en 1684 la première traduction française des Nuées :

Pour moi, écrivait-elle dans la préface de sa traduction, je suis si charmée de cette pièce qu’après l’avoir traduite et lue deux cents fois, elle ne me lasse point, ce qui ne m’est jamais arrivé d’aucun autre ouvrage.

31Et, à propos de l’entrée en scène du chœur, elle livrait cette remarque :

À la prière de Socrate, les Nuées descendent sur des machines, mais on les entend longtemps avant que de les voir. C’est ce qui ouvre la scène quatrième qui est fort belle et pleine de cette critique fine et délicate qui n’était connue que des Athéniens. L’Ode qui commence la scène est charmante, et on ne sauroit rien voir de plus que les louanges que les Nuées donnent à l’Attique dans l’Antode.

32Et dans l’examen qui suit la pièce, elle ajoutait ces lignes :

  • 12 Le Plutus et Les Nuées d’Aristophane, comédies grecques traduites en françois avec des Remarques e (...)

J’ai fait mon possible pour conserver la grandeur et la majesté de ces vers grecs qui sont merveilleux. Ce que Socrate dit, et ce que les Nuées disent dans la scène suivante, tout cela est d’une beauté et d’une noblesse que l’on ne saurait assez louer. Je ne marquerai point les endroits qui me charment, car ce sont choses qui sautent aux yeux, et qui se font sentir aux moins habiles12.

33Ce jugement avait marqué. Dans son Théâtre des Grecs, dont la première édition date de 1730, plusieurs fois réédité par la suite, le père Brumoy reprend le sentiment d’Anne Dacier, quand il en vient à évoquer l’entrée en scène des Nuées :

Les Nuées en habits de femmes avec des masques singuliers commencent à se montrer en l’air sur des machines figurées en nuages. C’est là qu’elles font ce beau chœur que Madame Dacier admire avec raison.

34Le père Brumoy ajoutait pourtant cette remarque :

  • 13 Le Théâtre des Grecs par le R. P. Brumoy, de la Compagnie de Jésus, chez Jacques Rolloin, M.DCCLXI (...)

Ces sortes de Chœurs étoient toujours les endroits les plus travaillés et les plus poëtiques des Tragédies et des Comédies grecques. Ceux d’Aristophane tiennent du sérieux et du comique, et quelquefois du sublime et du trivial. Souvent ce sont des parodies13.

35Cette remarque témoignait d’une incertitude interprétative pour nous intéressante. Quelle fonction « ce beau chœur » des Nuées, sérieux et même sublime, pouvait-il trouver dans un espace comique parfois « trivial » ? Le chœur de la parodos des Nuées présentait en effet une tonalité sensiblement différente de celles qu’on trouve dans les paradoi des autres comédies d’Aristophane. Le chœur des Archarniens, des Guêpes, des Oiseaux, des Grenouilles reçoit des couleurs amusées, qui s’imposent d’emblée dans le déguisement même des choreutes ; la noblesse de l’expression que, d’une certaine manière, le chant appelait par nature, n’y faisait que renforcer le contexte comique, dans un décalage burlesque.

36Nos Nuées ne sont pas burlesques. Elles célèbrent la grandeur du cosmos et la puissance des dieux dans un chant inaugural qui aurait pu trouver sa place dans la tragédie. La qualité poétique de cette arrivée montrait que les Nuées n’étaient pas, quoi qu’il en semblât, solidaires de Socrate et de sa nouvelle religion.

37Nous le vérifions dans le chant des Nuées qui succède à la parabase. Selon la règle propre à la Comédie, Aristophane prolongeait alors les anapestes du coryphée dans un moment choral spécifiquement réglé : le chant et la danse sont en ce lieu particulier complétés par les « épirrhèmes » (deux fois une suite de vingt tétra-mètres trochaïques catalectiques). Et dans un contraste subtil, le chant (dans la strophe et l’antistrophe) fait entendre la vérité céleste des divinités olympiennes, quand les épirrhèmes retrouvent un contact amusant, polémique, avec la réalité de la vie politique et du quotidien athénien, tout en montrant des Nuées impérieuses et moqueuses.

38Le premier demi-chœur

39C’est le souverain d’en haut, le roi des dieux, le grand Zeus que tout d’abord j’appelle dans notre chœur ; et le puissant maître du trident, de la terre et de la mer farouche souleveur ; et notre père au grand renom, l’Ether très Auguste, qui entretient la vie universelle, et le conducteur de coursiers, qui de ses étincelants rayons enveloppe le sol terrestre, divinité grande parmi les dieux et parmi les mortels.

40Spectateurs très éclairés, donnez ici votre attention. Lésées par vous, nous vous le reprochons en face. Plus que tous les dieux, nous rendons service à la cité, et parmi les divinités nous sommes les seules à qui vous n’offriez ni sacrifice, ni libations, à nous qui veillons sur vous. Une expédition a-t-elle lieu sans aucun bon sens, aussitôt nous tonnons ou tombons en pluie fine. Puis, lorsque l’ennemi des dieux, le tanneur paphlagonien, allait être par vous choisi comme stratège, nous fronçâmes les sourcils, et nous démenâmes terriblement :

41Et parmi les éclairs éclata le tonnerre

  • 14 Les Nuées s’en prennent ici vivement au démagogue Cléon, partisan véhément de la guerre contre Spa (...)

42La lune s’écarta de sa route et le soleil, contractant vite sa mèche en lui-même, refusa de luire pour vous, si Cléon était stratège. Cependant vous l’avez élu14. Car on dit que les mauvaises résolutions sont le propre de cette cité, mais que toutes les fautes que vous commettez ainsi, les dieux les font tourner à votre avantage. Aujourd’hui encore, le moyen de rendre votre erreur profitable, il nous sera facile de vous l’apprendre : si, après avoir convaincu Cléon la mouette de corruption et de vol, vous lui serrez ensuite le cou dans le carcan, de nouveau, selon l’ancienne habitude, l’affaire tournera à l’avantage de la cité.

43Le second demi-chœur

44Sois aussi à mes côtés, seigneur Phoibos, dieu de Délos, qui occupes la roche Cynthienne au pic élevé, et toi, bienheureuse, qui as dans Éphèse, une demeure toute d’or, où les filles des Lydiens te vénèrent avec magnificence ; et toi, notre déesse nationale, qui manies l’égide protectrice de la cité, Athéna ; comme aussi celui qui, occupant la roche Parnassienne, luit au milieu des torches, parmi les Bacchantes delphiennes, noble figure, l’ami du cômos, Dionysos.

  • 15 Méton, astronome originaire d’Athènes, proposa, sans doute en 433 avant J.-C., un nouveau calendri (...)
  • 16 Hyperbolos était lui aussi un représentant du parti de la guerre. Il avait été désigné hiéromnénon (...)
  • 17 Vers 563-626, édition CUF, p. 187-189.

45Au moment où pour venir ici nous étions prêtes à partir, la Lune, nous ayant rencontrées, nous chargea tout d’abord de dire le bonjour aux Athéniens et aux alliés, puis, elle nous dit qu’elle est courroucée que vous la traitiez indignement, elle qui vous rend service à tous, non en paroles, mais lumineusement. D’abord, chaque mois, pour les torches, elle vous économise au moins une drachme, si bien que vous dites en sortant, le soir : « N’achète pas de torche, petit, car il fait un beau clair de lune. » Elle vous rend encore d’autres bienfaits, dit-elle ; mais vous passez les jours sans justesse aucune et les mêlez sens dessus dessous. De sorte qu’elle se dit menacée par les dieux chaque fois qu’ils sont frustrés d’un repas et qu’ils rentrent chez eux sans avoir rencontré la fête conforme au compte des jours15. Et puis, quand il faudrait sacrifier, vous appliquez la question et vous jugez, et souvent, tandis que nous, les dieux, nous pratiquons le jeûne en signe de deuil pour Memnon ou pour Sarpédon, vous faites des libations, vous autres et vous riez. Voilà pourquoi, cette année, Hyperbolos, désigné par le sort pour être hiéromnémon, fut ensuite par nous les dieux dépouillé de sa couronne16. Il saura mieux, maintenant, que c’est d’après la Lune qu’il faut régler l’emploi de ses jours17.

46Certes, nous voyons pour un moment les Nuées encourager Socrate dans son enseignement trompeur : « Te rends-tu compte des nombreux profits que tu auras à l’instant même grâce à nous, seules d’entre les dieux ? Car il est prêt notre homme à faire tout ce que tu lui diras. » Mais leur encouragement prenait aussitôt la forme d’une mise en garde : « Pendant que le sujet est hors de lui et visiblement exalté, le sachant, tu vas le gruger le plus que tu pourras, et vite, car volontiers ces choses là tournent autrement qu’on ne pensait. » (v. 804-811).

47Lorsque vient le moment de la confrontation entre le Raisonnement juste et le Raisonnement injuste, le chœur fait entendre sa préférence. Il ponctue par cette exclamation chaleureuse l’exposé du Raisonnement juste : « O toi, qui pratiques une belle et haute sagesse, quelle suave fleur de vertu réside en tes discours ! Qu’ils étaient donc heureux ceux qui vivaient alors, au temps de nos ancêtres ! » Et même s’il semble maintenir une apparence de neutralité, le chœur trouve une tonalité bien différente pour introduire le Raisonnement injuste : « Ainsi, ô toi qui possèdes un art qui se distingue par sa finesse, il te faut dire du nouveau, car il s’est fait bien apprécier, l’adversaire. » (v. 1024-1031).

48À la fin de la pièce, Strépsiade, qui vient d’être battu par son fils (gagné aux sophismes du Raisonnement injuste), reproche aux Nuées de l’avoir trompé, de ne l’avoir pas mis en garde, de lui avoir « monté la tête ». La réponse des Nuées est définitivement éclairante :

C’est ainsi que nous agissons chaque fois que nous reconnaissons en quelqu’un la passion des pratiques mauvaises, jusqu’à ce que nous le jetions dans le malheur, pour lui apprendre à craindre les dieux. (v. 1458-1461)

49Les Nuées laissaient alors Strépsiade, emporté par la colère, incendier le « pensoir » de Socrate. Elles ne commentaient pas cet incendie. Elles ne faisaient rien pour l’arrêter. Elles quittaient la scène sans dire autre chose que ce vers formulaire qui venait conclure la pièce : « Conduisez-nous dehors, notre chœur a assez figuré pour aujourd’hui. » Elles avaient joué leur rôle ; elles partaient en silence pour laisser aux spectateurs la responsabilité d’apprécier leur pouvoir et de réfléchir à leur statut.

50Changeantes, multiples, les Nuées disposaient ainsi de cette capacité de métamorphose rusée qui qualifie bien souvent les divinités en rapport avec l’Océan, dont elles étaient les filles. Convoquées par Socrate, qui voyait en elles les seules vraies déesses, elles semblaient devoir accompagner les excentricités dangereuses de la sophistique. Mais elles entraient dans le théâtre en célébrant la puissance de Zeus souverain.

51Aux spectateurs alors de comprendre la malice de ces Nuées, qui loin d’être les simples commentatrices de l’action, rétablissaient l’ordre des vraies valeurs et punissaient ceux qui oubliaient les vrais dieux. Dans la tragédie, les redoutables Erinyes châtiaient les errements coupables. Dans l’espace comique, les Nuées restaient des figures séduisantes, parfois amusantes. Mais jamais grotesques : figures de la justice divine, elles préservaient dans leur présence et dans les formes de leur parole une dignité qui les tenait à distance de la scène comique.

  • 18 Le Coryphée en fait le reproche aux spectateurs, dans la parabase que nous lisons aujourd’hui : «  (...)

52Aristophane signait ici une comédie à la fois vigoureuse et subtile, peut-être un peu trop subtile pour le goût du public : lors de la première représentation de la pièce, pendant les Grandes Dionysies de 423, Aristophane n’avait obtenu que le troisième prix18

Notes

1 Les citations de Nuées sont données dans la traduction (parfois légèrement modifiée) de Hilaire Van Daele, Collection des universités de France.

2 Simon Byl, Les Nuées d’Aristophane, Une initiation à Eleusis en 423 avant notre ère, L’Harmattan, 2007. Voir aussi dans le volume Mythe et Philosophie dans les Nuées d’Aristophane (Simon Byl et Lambros Couloubaritsis (éd.)), l’article de Simon Byl, « Les Mystères d’Eleusis dans les Nuées », éditions Ousia, 1994, p. 11-68.

3 Littéralement, une voix : phoné.

4 Littéralement, divine est cette voix qui résonne : theion to phteggomenon.

5 Hérodote, VIII, 65, traduction Andrée Barguet, Folio, 1964.

6 La parodos est le moment de l’entrée en scène du chœur.

7 Voir l’étude de Francis Ronsmans, dans le recueil Mythe et Philosophie dans les Nuées d’Aristophane, « L’influence de la pensée de Diogène d’Apollonie », p. 191-215. Francis Ronsmans fait cette remarque : « On est ainsi amené à la découverte suivante, et pour le moins inattendue : à l’époque du prestigieux Démocrite, quelques années à peine après la mort du grand Anaxagore, quand l’enseignement éléate devait être encore tout frais et tandis que l’école pythagoricienne fleurissait encore, ce n’était pas les doctrines de ces profonds penseurs qui, pour le citoyen moyen, représentaient à Athènes les théories couramment admises, mais bien les théories composites échafaudées par le personnage sans relief que fut Diogène d’Apollonie. Que vingt-cinq siècles d’écart peuvent changer la perspective ! »

8 Lambros Couloubaritsis, « Initiation et pédanterie », dans le recueil Mythe et Philosophie dans les Nuées d’Aristophane, p. 69-85.

9 Idem, p. 82

10 vers 269-274, édition CUF, p. 175.

11 Vers 276-289 et 300-313, édition CUF, p. 175-176.

12 Le Plutus et Les Nuées d’Aristophane, comédies grecques traduites en françois avec des Remarques et un Examen de chaque pièce selon les regles du Theatre, par Mademoiselle Le Fevre, chez Denys Thierry et Claude Barbin, M.DC.LXXXIV.

13 Le Théâtre des Grecs par le R. P. Brumoy, de la Compagnie de Jésus, chez Jacques Rolloin, M.DCCLXIX, tome V, p. 493-494.

14 Les Nuées s’en prennent ici vivement au démagogue Cléon, partisan véhément de la guerre contre Sparte. Une éclipse de lune eut lieu en octobre 425, suivie d’une éclipse de soleil en mars 424, au moment au Cléon fut élu stratège.

15 Méton, astronome originaire d’Athènes, proposa, sans doute en 433 avant J.-C., un nouveau calendrier prenant en compte à la fois les cycles lunaires et les cycles du Soleil, pour réduire les décalages cumulés qui désordonnaient le compte de jours. C’est à cette discussion que renvoient ces critiques.

16 Hyperbolos était lui aussi un représentant du parti de la guerre. Il avait été désigné hiéromnénon, c’est-à-dire représentant d’Athènes dans l’Amphictyonie (conseil religieux regroupant plusieurs cités pour l’administration de sanctuaires panhelléniques).

17 Vers 563-626, édition CUF, p. 187-189.

18 Le Coryphée en fait le reproche aux spectateurs, dans la parabase que nous lisons aujourd’hui : « Vous tenant pour des spectateurs judicieux et la présente pièce pour la meilleure de mes comédies, j’ai voulu vous faire déguster à nouveau une œuvre qui m’avait donné tant de mal. Et je m’étais retiré de la lutte battu par des grossiers rivaux, sans l’avoir mérité. » (v. 521-525).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540