Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nues, nuées, nuages

 | 
Jackie Pigeaud

Remarques sur les nuages de Lucrèce

Jackie Pigeaud

Texte intégral

1Rêver sur les nuages de Lucrèce n’est pas si facile. Il se trouve que les nuages vont bien à Lucrèce. C’est l’occasion pour le poète de déployer toute sa virtuosité et la rigueur de sa démonstration. Un nombre imposant de vers est consacré aux nuages. Nous allons les citer tous ou presque ; l’effet de masse est essentiel. De même que lorsqu’on parle d’images on éprouve le besoin de les montrer, s’impose ici l’envie de donner à lire, et de libérer toute la charge massive de ces vers en même temps que leur subtilité. Je vais traduire de longs passages.

2Au tout début du poème, Vénus dissipe les nuages qui fuient à sa venue, comme autant d’inconvenances pour cette journée de paix et de lumière qui doit se préparer. Le nuage ne convient pas à la galène (I, 6 ss.) :

« toi, déesse, toi les vents te fuient ; te fuient les nuées du ciel à ton apparition. »

3Comme Lucrèce le dit plus loin le séjour divin est sans nuage (innubilus aether III, 21).

Les formes des nuages. Nuages et simulacres1 – IV, 129 ss.

  • 1 La traduction de De rerum natura « La Nature des choses » est publiée dans le volume « Les Epicuri (...)
  • 2 Formarum vertere in oras. L’expression est complexe. Je la traduis au ras du texte. Quel sens lui (...)
  • 3 Cf. le séjour des dieux. Le même oxymore.

« Mais ne va pas penser que sont seuls à errer
tous ces simulacres de choses qui émanent d’elles (ab rebus rerum simulacra) ; 130
il en existe aussi qui naissent spontanément, et d’eux-mêmes
se constituent dans ce ciel qu’on nomme l’air.
Formés de nombreuses manières, ils sont emportés dans les hauteurs
et ne cessent de se fondre et de changer d’aspect,
et de tourner à des contours (oras) de formes de toute sorte2. 135
Comme les nuages que nous voyons parfois s’accumuler sans effort
en altitude, et violer3 l’aspect serein du ciel
en caressant l’air de leur mouvement ; souvent, en effet, de géants
l’on croit voir voler les visages qui répandent au loin une ombre ;
parfois s’avancer de hautes montagnes et des roches arrachées
aux montagnes, cachant le Soleil, 140
puis un animal monstrueux attirer d’autres nuages et s’en revêtir.
Maintenant, disons, avec quelle aisance et quelle rapidité ces choses s’engendrent et coulent sans interruption depuis les choses… »

4La démonstration dont font partie ces vers concerne l’existence et la nature des simulacres. Lucrèce a précédemment utilisé des analogies pour montrer qu’il existe des « images subtiles (les simulacres) émises par les objets à partir de leur surface », l’écorce des arbres, la peau qui reste de la mue des serpents entre autres exemples. Les comparaisons insistent sur la matérialité de l’image et son lien avec la forme. Si odeur, fumée, chaleur se dégagent en perdant leur forme, c’est qu’elles viennent des profondeurs et se déchirent en chemin. Il n’est pas inutile malgré tout d’évoquer ces émanations moins chargées de matière que l’écorce, par exemple. Il existe des images qui se forment spontanément ; ce sont les nuages, qui ont l’avantage d’être formés de matière apparemment ténue comme la fumée, et qui proposent des formes reconnaissables sans émaner d’un objet solide.

  • 4 Cf. Aristophane, Nuées, 346 ss. Socrate : « Ne vois-tu pas parfois, en regardant en l’air, un nuag (...)
  • 5 Qu’on se souvienne de la comparaison avec le vent pour démontrer l’existence des corpora caeca, le (...)

5On a discuté de la place de ces vers. La comparaison des nuages avec des animaux qui apparaissent, est un lieu commun4. L’analogie avec les nuages apporte des éléments nouveaux, la plasticité, leur fluidité qui leur donne cette capacité à devenir des formes différentes et pourtant reconnaissables. Les simulacres comparés aux nuages proposent une comparaison élargissante5.

La flaque d’eau. Le reflet des nuages – IV, 414-419

  • 6 À rapprocher du miroir.
  • 7 C’est la maraviglia. Mais nous n’avons pas de terme équivalent pour l’exprimer.

Mais une flaque d’eau, dont la profondeur ne dépasse pas un seul doigt,
qui reste là, entre les pierres, à travers le pavage des routes, 415
permet au regard de plonger sous terre,
à une profondeur exactement égale à l’abîme qui sépare la terre du ciel ;
si bien que l’on peut croire regarder en dessous de soi les nuages6,
et voir le ciel, et les corps dans le ciel, merveilleusement7 (miranda) cachés sous terre.

  • 8 Ma traduction de Longin. Bathos, comme le dit Liddle-Scott, mesure la profondeur vers le bas ou ve (...)

6Voilà un effet de miroir, certes. Mais plus que cela, c’est le sublime à portée de tous, dans la rue, entre les pavés. La profondeur de cette flaque propose un bathos, l’équivalent, comme on le sait de l’hypsos. Longin, II, 1, « Mais il nous faut dès le départ, nous poser cette question : celle de savoir s’il existe une technique du sublime (hypsos) ou de la profondeur (bathos)8. » Miranda... = de manière étonnante ; la merveille enfin. L’arrêt, l’admiration. Une vue d’en haut sous terre. Il suffit de s’arrêter, d’admirer et de rêver. N’oublions pas non plus que nous sommes dans le contexte d’une réflexion sur l’illusion. Il nous est donné, dans cette mince épaisseur d’eau, de mesurer l’exacte distance qui nous sépare du ciel.

Matérialité des nuages. Les nuages, le tonnerre et la foudre9 – VI, 96 ss.

  • 9 Il faut noter que la foudre occupe à peu près le quart du chant.

D’abord sous l’effet du tonnerre tremble l’azur du ciel,
parce que courent les unes vers les autres dans leurs vols sublimes
les nuées de l’éther tandis que les vents combattent contre elles.
En effet le bruit ne vient pas de la partie sereine du ciel,
mais où les nuées sont en troupe plus dense 100
là se fait plus fort le frémissement (fremitus), avec un grondement (murmure) plus fort, souvent.
En outre, avoir un corps dense, les nuées
ne le peuvent, comme la pierre ou le bois
mais elles ne sauraient être aussi ténues que sont les brumes ou les fumées qui volent.
Car ou bien elles devraient, entraînées par leur poids lourd, tomber 105
comme les pierres, ou bien, comme la fumée,
elles ne pourraient persévérer dans leur être,
ni retenir les neiges gelées et les averses de grêle.

7La consistance des nuages se situe entre celle de la fumée et celle des pierres ou du bois. Il leur faut bien une réalité matérielle. On ne saurait les assimiler à des fantômes. Leur densité est une moyenne. Ces références ne sont pas de simples analogies. On se réfère à l’expérience. Chacun a touché du bois, de la pierre ; respiré et traversé de la fumée. Lucrèce se réfère assez volontiers à ce qu’il appelle l’expérience commune (II, 866 ss.). Le rôle de l’expérience est déterminant pour l’humanité. L’expérience commune va être souvent requise dans les vers suivants.

Étude des bruits – VI, 108 ss.

  • 10 Notre crépitement qui du point de vue sonore irait bien pour traduire crepitus, ne conviendrait pa (...)
  • 11 Magnifique allitération : aut ubi suspensam vestem chartasque volantis/verberibus venti versant…, (...)
  • 12 Cf. Cic., Orat. 49, 164.
  • 13 L’expérience de la vessie de porc avec laquelle s’amusent les enfants, est un lieu commun de la ph (...)
  • 14 Donner de la forme au bruit : les formes de branches, que prennent les nuages « hérissés de multip (...)
  • 15 Vent de Nord-Ouest.
  • 16 Un grattement. La forme du bruit.
  • 17 « Il y a des flots à travers les nuages. », 142-144. « Cette étrange théorie des vagues dans les n (...)

Les nuées donnent aussi un son, au-dessus des plaines du monde,
comme la toile qu’on tend parfois dans les grands théâtres donne un claquement (crepitus10) répété,
agitée qu’elle est entre les mâts et les poutres ; 110
parfois la nuée, déchirée par les souffles pétulants, se met en colère,
s’attache à reproduire le bruit craquant du papier (fragilis sonitus).
Car c’est aussi ce genre de bruit qu’on peut reconnaître dans le tonnerre,
ou celui qu’on entend quand une étoffe et des papiers qui volent,
les vents les fouettent de leurs coups, et les frappent à travers les airs11. 115
Et parfois il se fait que les nuées se rencontrant
face à face n’ont pas d’autre choix que d’avancer de biais,
dans un mouvement contraire rasant leurs corps, en traînant,
d’où naît ce bruit sec qui racle les oreilles et longtemps
se prolonge, jusqu’à ce qu’elles soient sorties des régions resserrées. 120
De la même façon encore, ébranlé par un tonnerre terrible,
souvent tout semble trembler, et se déchirer soudain
et se fendre les immenses remparts du vaste monde ;
c’est que tout à coup une tempête de vent violent s’est ramassée
et dans des nuages s’est entortillée ; elle y est enfermée ; 125
le tourbillon s’exagère sans cesse et de tout côté pousse la nuée
au point que son corps se creuse tout en s’épaississant autour ;
après, quand la force du tourbillon et son élan impétueux ont diminué,
alors la nuée se fend et produit un craquement (fragor)
avec un bruit effroyable (perterricrepo sonitu12).
Et ce n’est pas étonnant, alors qu’une petite vessie pleine d’air 130
souvent donne ainsi un grand bruit en explosant soudain13.
Il y a encore une explication, quand les vents soufflent à travers les nuages,
et qu’ils produisent des bruits. En effet avec des formes de branches14
nous voyons souvent des nuages, hérissés de multiples façons, qui passent ;
sans doute ainsi, lorsque, au travers d’une forêt dense, les souffles du Caurus15 135
se répandent, les feuilles bruissent et les branches craquent16.
(dant sonitum frondes ramique fragorem).
Il arrive aussi que parfois la force violente du vent excitée
crève une nuée en la pénétrant d’un coup direct.
En effet ce dont est capable son souffle là-haut,
la chose manifeste nous l’apprend ici-bas, où il est plus doux, sur terre, alors que pourtant 140
il emporte dans son tourbillon des arbres élevés
et les arrache depuis leurs racines profondes.
Il y a aussi des flots à travers les nuages, qui comme un grondement
donnent en se brisant de tout leur poids ; c’est ce qui se passe dans la profondeur
des fleuves et l’immensité de la mer quand la vague se brise17.
Il arrive aussi, quand d’un nuage sur un nuage tombe la force ardente 145
de la foudre, si jamais celui qui l’a reçue est chargé de beaucoup d’eau,
sur le champ il tue le feu dans un immense cri (magno clamore).
C’est ainsi qu’un fer chauffé à blanc au sortir d’une fournaise ardente
siffle (stridit) quand on le plonge brutalement dans l’eau glacée.
Au contraire, si c’est un nuage assez sec qui reçoit le feu, 150
il s’enflamme et brûle avec un bruit gigantesque (ingente sonitu), tout soudain ;
ainsi à travers les monts couronnés de lauriers la flamme avance
dans le tourbillon des vents brûlant tout en un immense élan ;
et il n’est rien qui brûle davantage que le laurier delphique de Phœbus,
avec un bruit terrifiant dans le crépitement des flammes.
Lacune. 155
Enfin souvent le grand craquement (fragor) de la glace et la chute
de la grêle provoquent du bruit, dans les grands nuages, là-haut.
En effet quand le vent les entasse, en un lieu étroit,
se brisent les montagnes condensées de nuages, mélangées de grêle.
Brille l’éclair, de la même façon, quand les nuées 160
font jaillir de nombreuses semences de feu en se heurtant ;
comme si une pierre frappait une pierre, ou un bout de fer ;
car alors aussi une lumière
jaillit et répand de claires étincelles de feu.
Mais le tonnerre il se fait que nos oreilles le perçoivent
après que les yeux l’aient vu fulgurer, parce que souvent
aux oreilles parviennent plus tard 165
qu’à la vue les choses en mesure de l’émouvoir.
Voici encore un moyen de reconnaître la chose : si tu vois abattre
à la hache double, de loin, l’excroissance d’un arbre,
tu percevras le coup avant que le choc à travers tes oreilles
ne produise un son ; il en est de même aussi pour l’éclair ; nous le percevons 170
avant que nous n’entendions le tonnerre, qui est émis en même temps,
né de la même cause, du même entrechoc.
Voici encore pourquoi d’une lumière ailée teignent la terre
les nuages, et l’orage, dans une charge tremblante éclate en éclairs.
Quand le vent s’est jeté dans un nuage, tourne sur lui-même à l’intérieur 175
et fait que le nuage s’épaissit après s’être creusé, comme je l’ai montré avant,
et s’échauffe par sa propre mobilité, c’est ainsi
que tu vois tous les corps par l’effet du mouvement
se réchauffer et devenir brûlants, et même la balle de plomb,
en tournoyant durant un long parcours, se liquéfie.

8Il faut faire très attention à l’étude des bruits, à ce souci méticuleux qui fait le grand poète. Souvent je cite Hopkins qui a si bien décrit l’obsession de rendre compte absolument des bruits.

  • 18 Gerard Manley Hopkins, Carnets-journal-lettres, Art et Arts Eds, 1997, p. 26.

9Hopkins : « Remous au barrage du canal de Wolvercote18 » :

  • 19 Cf. aussi G. M. Hopkins, De l’origine de la beauté suivi de Poèmes et d’Ecrits, Paris, Pomp’Act, 1 (...)

10« Quant à toutes les variations de l’aspect, depuis le brisement et l’étalement de la vague jusqu’à son retrait, je n’ai encore rien trouvé de satisfaisant19... » Écoutons encore Hopkins :

  • 20 G. M. Hopkins, Grandeur de Dieu et autres poèmes traduits par Jean Mambrino, préface de Kathleen R (...)

La mer et l’alouette. The sea and the skylark20

On ear and ear two noises too old to end
Trench-right, the tide that ramps against the shore ;
With a flood or a full, low lull-off or all roar,
Frequenting there while moon shall wear and wend

Left hand, off land, I hear the lark ascend,
His rash-fresh re-winded new skeinèd score
In crisps of curl off wild winch whirl, and pour
And pelt music, till none’s to spill nor spend.

11Deux bruits trop vieux pour finir jamais, le rouleau de la vague et l’alouette.

12À gauche au loin, j’entends l’alouette monter.

13rash : Est-ce un substantif, un adjectif ? « L’irruption neuve, fraîche. »

14Hopkins commente. « Rash-fresh more (il est terrible d’expliquer ces choses de sang-froid) signifie une nouvelle irruption du chant, excitante et précipitée, une reprise de son chant par l’alouette, que tantôt elle abandonne et tantôt elle reprend. » Il continue : « … évoque (et je ne suis pas le seul à l’éprouver) la chute de quelque chose sur terre – chute non totalement verticale mais en spirale habile et mouvante comme un écheveau de soie effrangée d’avoir été étroitement enroulée sur un carton trop mince, un support entaillé – ou comme une canne à pêche, ou bien une ficelle ou une corde se déroulant d’une bobine ou d’un treuil. ».

15Il n’est pas scandaleux de comparer un poète antique et un moderne ; ils font le même métier : ils travaillent dans la similitudo.

  • 21 Dictionnaire étymologique du latin, Ernout-Meillet, Paris, Klincksieck.
  • 22 Fragilis, frango, fragor, indique une brisure.

16Il faut penser que le problème qui meut le poète est celui de l’exactitude. Organiser, décrire. Toute grande poésie est donc descriptive. Et la métaphore est l’expression la plus précise. Le poète travaille pour et dans la similitudo. On voit Hopkins s’appliquer à trouver une comparaison pour le chant de l’alouette en proposant le déroulement de la soie ou de la ficelle dans des processus familiers. Revenons à Lucrèce qui nous ouvre la variété du son des nuées par une série d’analogies (V, 108 ss.). D’abord le crepitus (v. 110). En soi ce terme est de l’ordre de l’onomatopée. Le verbe crepo « craquer, claquer, se dit de tout ce qui se fend ou éclate avec bruit » dit le dictionnaire21. Ce qui va suivre oblige presque à traduire par claquement plutôt que par craquement que je réserve au fragilis sonitus22.

  • 23 Lettre à Pythoclès, 102, 12 « le vent comprimé produit plus tard ce grondement (bombos) que l’on e (...)
  • 24 Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1968.

17Le mot ne suffit pas ; ne suffit plus. La trouvaille primitive est épuisée. Il faut l’analyser par des essais de comparaisons. Décrire une chute d’eau, le chant de l’alouette ou le tonnerre, c’est le même problème. Je ne crois pas un seul instant à une ‘fonction poétique’du langage ; ou plutôt je pense que cela ne veut rien dire pour un vrai poète ; il existe des problèmes poétiques. Expliquer le grand par le petit est un procédé de Lucrèce comme il sera utilisé par Virgile ; on peut, comme on le verra, renverser la proposition, et expliquer le petit par le grand. Qu’ai-je à faire par exemple du bombos d’Épicure23 ? Certes Épicure a choisi un mot expressif. Bombos, écrit Chantraine24, « bruit sourd, grondement, bourdonnement. » et joignant d’autres mots de la même famille, il termine ainsi : « Il y a là un groupe de termes expressifs, se référant aux notions de “tourbillonner, bourdonner, ronfler”. » On voit que bombos est gros de sonorités diverses à développer.

  • 25 Lettre à Pythoclès, 102.

18On peut certes dire que bombos suffit25. Et c’est sans doute vrai pour une prose philosophique. Que veut de plus le poète ? Développer ? Sans doute si l’on entend ce terme à la façon de Hopkins qui déroule l’écheveau et fait entendre la soie qui se dévide sur le moulinet de la canne à pêche. Certainement pas au sens rhétorique. Cette différence est essentielle entre Épicure et Lucrèce. Elle crée ce qu’on peut appeler, même si l’on peut discuter l’expression, la poésie scientifique. C’est dans le deuxième terme de l’analogie qu’il faut tenter d’épuiser le sens ; je veux dire qu’il faut être de la plus intense minutie. Nous avons ici le claquement de la toile tendue sur le théâtre ; le craquant du papier ; le coup de fouet du vent aux papiers qui volent (claquement).

Les couleurs – VI, 180 ss.

19Les effets de bruits continuent, mais la couleur arrive, à dominante noire, à laquelle va s’ajouter le rouge. Lucrèce utilise les nuances du noir : niger qui désigne un noir brillant et ater un noir terne (cf. VI, 256 et 268). Ce ne sont pas tant les nuances qui sont importantes ici que la suggestion de toute l’échelle des noirs, résumés dans le terme de caligo.

  • 26 Je rends ainsi l’impératif futur contemplator.
  • 27 Fremitus est voisin de murmur pour l’effet et pour le sens. Cf. I, 276 ; V, 1193 ; VI, 410. Fremit (...)

Quand donc ce vent brûlant a déchiré la nuée noire, 180
il disperse, émises comme par une force, soudain,
les semences qui forment les éclairs saccadés de la flamme ;
puis suit le son qui atteint les oreilles plus tard
que ce qui parvient à la lumière de nos yeux.
À coup sûr c’est l’effet de nuages denses et en même temps dans les hauteurs 185
amoncelés les uns sur les autres, par une impulsion étonnante.
Et ne te laisse pas tromper par le fait que nous, d’en-bas,
nous voyons combien les nuages sont étalés en largeur,
plutôt que l’épaisseur de leur empilement en haut.
Prends donc le temps de contempler26 , quand semblables à des montagnes
les vents emporteront les nuées en tous sens, à travers les airs, 190
ou que tu les verras s’accumuler parmi les hautes montagnes,
les unes par-dessus les autres ; et se presser, les unes sur les autres,
immobiles, tandis que partout les vents dorment, partout ensevelis.
Alors tu pourras apprendre à connaître l’immensité de leur masse,
et comme des cavernes formées de rochers suspendus 195
discerner. Quand la tempête est née, les vents les ont remplies ; ils s’indignent avec un grondement immense
d’être prisonniers (magno… murmure)
des nuages et se font menaçant à la façon des fauves dans leurs cages.
D’ici, de là ils lancent des grondements (fremitus27) à travers les nuées,
cherchant un chemin ils tournoient tout autour, 200
et font rouler depuis les nuages des semences de feu, les compriment en masse
abondante, et roulent la flamme à l’intérieur de ces fournaises creuses,
jusqu’à ce que, la nue se déchirant, ils fulgurent et ils brillent.
Voici encore comment on peut expliquer pourquoi
cette couleur d’or d’un feu liquide qui rapidement vole vers la terre : 205
c’est parce que, nécessairement, les nuages contiennent
eux-mêmes une grande abondance de semences
de feu ; car quand ils ne contiennent pas du tout d’eau,
ils ont le plus souvent la couleur de la flamme et sa splendeur.
Ils doivent en effet de la lumière du Soleil beaucoup
admettre, pour avoir des raisons de rougir et de répandre des feux. 210
En conséquence lorsque le vent les pousse et les rassemble en un seul lieu
où il les contraint et les presse, ils répandent
des semences expulsées qui font qu’éclatent (fulgere) les couleurs de la flamme.

  • 28 Mêmes vers qu’en 1V, 170-173 : « En outre, alors que l’aspect du ciel avait été très limpide, le v (...)

Je vais l’expliquer, et je ne te ferai pas plus longtemps attendre dans mes promesses. 245
On doit penser que la foudre naît de nuages épais
et empilés en altitude ; en effet dans un ciel serein
elle n’est jamais émise, ni à partir de nuages à densité légère.
En effet, sans aucun doute, les faits manifestes montrent qu’il en est ainsi ;
c’est qu’alors à travers tout le ciel s’agglomèrent les nuages, 250
de partout, au point qu’on pense que toutes les ténèbres ont quitté l’Achéron
et ont rempli les énormes cavernes célestes.
Né de la nuit funèbre des nuages, tant
nous menace le visage (les traits) de la noire épouvante28
(atrae formidinis) au-dessus de nous
au moment où la tempête commence à mettre en mouvement la foudre ! 255
En outre, très souvent, noir (niger), sur toute la mer, un nuage
comme un fleuve de poix descendu du ciel, sur les flots,
tombe plein de ténèbres, et traîne avec lui, noire (atram),
grosse d’éclairs, ainsi que d’ouragans, la tempête,
et lui même de feux et de vents, est saturé 260
au point que sur terre aussi l’on est saisi d’horreur et l’on cherche un abri.
Ainsi donc, au-dessus de nos têtes, il nous faut imaginer (putandum)
la tempête en altitude. Car d’une telle noirceur (caligine)
ils ne recouvriraient pas la terre, s’ils n’étaient tassés les uns sur les autres,
nombreux, nous dérobant le Soleil, les nuages ; 265
et ils ne pourraient venir nous accabler (opprimere) de si grande pluie
qu’ils fissent déborder les fleuves et nager les plaines,
si l’éther n’était plein de nuages entassés en couches élevées.
Donc là tout est rempli de vents et de feux ;
ainsi partout ce n’est qu’éclairs et grondements. 270
En effet, comme je l’ai montré déjà,
il faut que beaucoup de semences de chaleur occupent le creux des nuages, qui doivent
en absorber beaucoup venues des rayons du Soleil et de leur ardeur.
Quand le même vent qui les pousse vers un seul
endroit, quel qu’il soit, en a exprimé beaucoup de semences de chaleur, 275
et s’est en même temps mélangé avec ce feu, voilà qu’un tourbillon s’est formé,
et s’étant insinué à l’intérieur (du nuage) il se met à tourner dans cet endroit resserré,
et il aiguise la foudre à l’intérieur de la fournaise ardente.

Lourd un bruit la suit, on dirait que soudain ont explosé 285
les régions du ciel qui nous menacent de leur poids au-dessus de nous.
Ensuite un tremblement éprouve lourdement la terre ; et là-haut
des grondements parcourent le ciel ; car alors presque toute
la tempête est frappée et tremble, et des frissons la parcourent.

Or, il y a une mobilité de la foudre et une violence de ses coups, 323
et des éclairs courent en tous sens dans un glissement rapide ;
c’est que dans les nuages la foudre d’elle-même, avant de se libérer, 325
se rassemble tout entière et fait un grand effort pour partir ;
ensuite, quand la nuée n’a plus été en mesure de contenir l’accroissement de l’élan,
la force est lâchée et s’envole avec un élan merveilleux,
comme on voit aux missiles qui reçoivent la poussée des puissantes catapultes.

  • 29 Note à IV, 173. « An unusually bold phrase. »
  • 30 Cf. l’excellent livre de Jacques Aymard, Essai sur les chasses romaines, Paris, De Boccard, 1951.

20Atra formido (vers IV, 173 et VI, 254). L’excellent commentateur anglais, Bailey, trouve l’expression étrange29. Elle l’est assurément. Formido désigne primitivement l’épouvantail dont on se sert à la chasse pour ramener le gibier vers les filets30.

21On voit paraître ce Lucrèce halluciné qu’aime tant Hugo :

Lucrèce

…spectateur de l’infini hideux.
Il pense, il songe, il cherche, il sonde l’insondable,
Avec un penchement de tête formidable ;
La nature l’emplit de son vaste frisson ;
Son poème est un morne et livide horizon ;
On entend dans son vers les spectres qui s’appellent.
Les écailles de l’ombre et de l’onde se mêlent
Dans son rythme sinistre où par moment reluit
le vague gonflement des hydres de la nuit.

  • 31 Epicure dit (Lettre à Pythoclès, 100) : « Les coups de tonnerre peuvent se produire par suite du v (...)

22L’origine des nuages – VI, 451 ss.31

  • 32 Lettre à Pythoclès, 99.
  • 33 Nombre innombrable. Lucrèce aime cette expression.
  • 34 Comparaison avec la physiologie.

Les nuées s’agrègent quand de nombreux éléments, en volant
dans les hauteurs du ciel, se rassemblent soudain,
assez irréguliers pour pouvoir, bien qu’ils ne soient qu’entravés
faiblement, rester pourtant embrassés.
Ils font que se constituent d’abord de petits nuages 455
qui de là se réunissent entre eux et s’agrègent,
et en s’unissant s’accroissent, et les vents les emportent,
jusqu’à ce que la tempête sauvage se lève.
Il arrive aussi que les sommets de la montagne
plus ils sont voisins du ciel, plus leurs cimes fument 460
sans cesse de l’épaisse vapeur d’un nuage fauve,
pour la raison que, au début, quand les nuées se forment,
avant que les yeux ne puissent les voir à cause de leur ténuité, les vents
qui les emportent les poussent jusqu’aux sommets les plus hauts de la montagne.
Ensuite enfin réunis en troupe plus abondante, 465
et plus dense, ils peuvent apparaître, et en même temps
du sommet même de la montagne on les voit surgir dans les airs.
Car les lieux élevés sont ouverts aux vents,
comme la chose même le montre et nos sens,
quand nous montons vers le haut de la montagne.
En outre, très nombreux, de toute la mer 470
la nature fait lever des éléments, comme le montrent les étoffes sur le rivage
suspendues, quand elles absorbent l’humidité pénétrante.
Ce qui permet d’autant mieux de voir que pour gonfler les nuages
beaucoup d’éléments aussi peuvent surgir du mouvement salé de la mer ;
car il y a consanguinité entre ces humeurs. 475
En outre de toutes les rivières et en même temps
de la terre elle-même, nous voyons surgir des brouillards et de la vapeur,
qui comme une haleine sortie du sol, sont emportés vers les hauteurs,
teignent le ciel de leur noirceur,
et fournissent les hauts nuages en se rassemblant peu à peu. 480
Les presse, en effet, la chaleur de l’éther étoilé au-dessus,
et, en les condensant, voici qu’elle a fait comme un voile de nuages à l’azur32.
Il arrive aussi que viennent là, dans le ciel, depuis l’extérieur,
ces corps qui font les nuées et les nuages volants.
Innombrable, en effet, leur nombre33, infinie la somme de l’espace, comme je l’ai dit ; 485
et avec quelle grande vitesse volent
les corps, je l’ai montré, et avec quelle soudaineté
ils traversent un espace indicible.
Il n’est donc pas étonnant qu’en peu de temps, souvent,
la tempête aux grands nuages et les ténèbres 490
couvrent entièrement les mers et les terres au-dessus desquelles elles pèsent,
puisque de partout, à travers tous les pores34 de l’éther,
et à travers comme les soupiraux du vaste monde,
sortie et entrée libres sont offertes aux éléments.

  • 35 Pb. physiologique très important. Cf. C. Bailey, Titi Lucreti Cari De Rerum Natura, libri sex, Oxf (...)

Je vais te l’expliquer. D’abord déjà des semences d’eau nombreuses
surgissent avec les nuages eux-mêmes, il me sera facile de le démontrer,
à partir de tous les corps, et ainsi il y a accroissement réciproque
et des nuages et de l’eau qui se trouve dans les nuages, 500
comme notre corps croît en même temps que le sang ;
et il en est de même pour la sueur,
et toute humeur enfin qui se trouve dans le corps35.

La force des nuages

  • 36 Sur les analogies et les modèles explicatifs, cf. Jackie Pigeaud, La maladie de l’âme, Paris, Les (...)

Ils recueillent, en plus, une grande quantité, souvent aussi, d’humeur
marine, les nuages, lorsque comme des toisons de laine suspendues,
les vents, par-dessus la mer immense, les emportent. 505
De la même façon, depuis tous les cours d’eau, l’humeur
monte dans les nuées. Quand les semences d’eau
nombreuses et de bien des façons se sont réunies, de partout accrues,
gorgés les nuages s’efforcent de se débarrasser de l’humeur
de deux manières ; la puissance du vent, en effet, les pousse avec violence, 510
et la masse même des nuages, rassemblée en une troupe accrue,
force et d’en haut presse et fait couler la pluie.
En outre, aussi, quand ils deviennent moins serrés
les nuages, sous l’effet des vents,
ou qu’ils se désagrègent, au-dessus d’eux frappés par la chaleur du Soleil,
ils lâchent l’humeur de la pluie, et la distillent, 515
comme cire, au-dessus de la chaleur d’un feu,
qui fond et se liquéfie à grandes gouttes.
Mais la pluie se fait violente, quand les nuées sont violemment pressées
pour une double raison, leur accumulation et l’assaut du vent.
Mais les pluies peuvent persévérer et s’attarder longtemps,
lorsque sont nombreuses les semences d’eau mises en mouvement, 520
et que nuages et nuées confondant leurs eaux
les uns par-dessus les autres sont emportés en masse de toute part,
et que la terre fumante leur renvoie de partout l’humeur36.
Là, quand le Soleil, pénétrant l’opacité de la tempête,
jette la lumière de ses rayons sur l’aspersion qui lui fait face, 525
alors la couleur de l’arc se lève parmi les nuages noirs.
Tout le reste qui croît dans les hauteurs et qui prend naissance dans les hauteurs,
et qui s’agglomère dans les nuages, tout, absolument
tout, la neige, les vents, la grêle, les gelées blanches,
et la grande force du gel, grand durcisseur des eaux 530
et frein qui ralentit partout le cours des fleuves,
il est très facile pourtant d’en donner l’explication, et de voir par l’esprit
de quelle manière cela se produit et vient à naître,
quand tu connaîtras bien ce qui a été accordé aux éléments.

Que s’il ne force pas la sortie, pourtant l’élan même de l’air, 591
la violence sauvage du vent à travers les pores nombreux de la terre
se disperse, comme un frisson, et déclenche alors un tremblement,
comme lorsque le froid, quand il parvient
jusqu’au tréfonds de notre corps,
le secoue et le force malgré lui à trembler et s’agiter. 595

  • 37 Au sens actuel du terme.
  • 38 Il faut bien sûr ajouter l’haleine.
  • 39 Commentaire ad. loc., cf. supra note 35 ; la comparaison de la formation des nuages avec l’imbibat (...)
  • 40 Chant V, 492-494. Cf. La maladie de l’âme, op. cit., p. 229-232.

23Il y aurait bien d’autres remarques à faire. Par exemple il est intéressant de considérer la variété des expériences qui fondent l’analogie : citons la vue du bûcheron, l’expérience du forgeron, le jeu de la vessie, la fronde, la catapulte, les incendies de forêts. Je dois abréger. Mais je terminerai par quelques notes sur un aspect qui m’intéresse particulièrement, l’utilisation d’analogies empruntées à la physiologie37. Tout se passe pour la terre comme pour notre corps, traversé de pores et irrigué d’humeurs. On se souvient que le terme d’humeur désigne n’importe quel liquide38. Mais on ne peut ignorer les différentes théories des humeurs qu’on peut trouver dans le Corpus hippocratique. La consanguinité fonctionne comme une explication. Évidemment nous traduirons par parenté. On ne peut parler de consanguinité entre le sang et la bile, par exemple. Cela n’a pas de sens. Mais on peut considérer que le terme est une métaphore, qui a l’avantage d’insister sur l’analogie avec le corps du vivant, avec cette évocation du sang, subliminale, comme on dirait maintenant. Comme l’écrit Bailey : « Les nuages correspondent au corps, l’eau au sang, à la sueur, etc. dans le corps qui s’accroissent à mesure que le corps s’accroît39. » Le froid pénètre les pores du vivant en lui procurant froid et tremblements. Les tremblements de terre sont l’épilepsie de la terre, de même que l’épilepsie était comparée ailleurs à un phénomène cosmique40.

24Quel plaisir aussi que de se représenter toutes ces sensations évoquées par Lucrèce : l’étonnement, la sidération, la peur, la terreur, l’accablement, l’oppression, mais aussi l’admiration quand une lumière ailée caresse le ciel, un nuage. Et encore faudrait-il étudier les rythmes, les coupes, les allitérations que la traduction échoue à rendre.

  • 41 Cf. supra note 31.

25Assurément, en gros Lucrèce suit la même argumentation qu’Épicure dans la Lettre à Pythoclès. Mais la lettre paraît bien maigre en comparaison des développements du poète. Épicure s’en serait-il offusqué ? On rejoint ici une question lancinante et que nous ne pouvons ici qu’évoquer, celle des relations d’Épicure et de la poésie. Dans la Lettre à Pythoclès (99, 3) il est dit à propos des nuages : « Il n’est pas impossible que les rassemblements d’éléments de ce genre puissent s’accomplir selon d’autres modes multiples. » On reconnaît la fameuse pluralité d’explications41. La physique est là pour amener à l’ataraxie, à tranquilliser. Ne jamais laisser une interrogation pendante, ni une curiosité insatisfaite. Il faut donner une réponse, plusieurs réponses s’il le faut, à l’intérieur desquelles une sera peut-être la bonne. C’est une pensée tout à fait favorable à l’invention poétique. C’est une chance pour un poète qui sans déroger à la philosophie épicurienne peut jouer sur la variété, ajouter l’émotion à la démonstration, et exercer la liberté de son imagination.

Notes

1 La traduction de De rerum natura « La Nature des choses » est publiée dans le volume « Les Epicuriens » de la Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 2010, p. 271-551.

2 Formarum vertere in oras. L’expression est complexe. Je la traduis au ras du texte. Quel sens lui donner ? Je pencherais pour une terminologie qui renvoie à la peinture.

3 Cf. le séjour des dieux. Le même oxymore.

4 Cf. Aristophane, Nuées, 346 ss. Socrate : « Ne vois-tu pas parfois, en regardant en l’air, un nuage qui ressemble à un Centaure ou à un léopard, ou à un loup, ou à un taureau. ? » Cf. aussi Flavius Philostrate, Epistulae et dialexeis, 2, 2, 33.

5 Qu’on se souvienne de la comparaison avec le vent pour démontrer l’existence des corpora caeca, les corps invisibles.

6 À rapprocher du miroir.

7 C’est la maraviglia. Mais nous n’avons pas de terme équivalent pour l’exprimer.

8 Ma traduction de Longin. Bathos, comme le dit Liddle-Scott, mesure la profondeur vers le bas ou vers le haut.

9 Il faut noter que la foudre occupe à peu près le quart du chant.

10 Notre crépitement qui du point de vue sonore irait bien pour traduire crepitus, ne conviendrait pas pour le sens.

11 Magnifique allitération : aut ubi suspensam vestem chartasque volantis/verberibus venti versant…, 114-115.

12 Cf. Cic., Orat. 49, 164.

13 L’expérience de la vessie de porc avec laquelle s’amusent les enfants, est un lieu commun de la physique antique.

14 Donner de la forme au bruit : les formes de branches, que prennent les nuages « hérissés de multiples façons qui passent. » La soigneuse distinction entre les bruits.

15 Vent de Nord-Ouest.

16 Un grattement. La forme du bruit.

17 « Il y a des flots à travers les nuages. », 142-144. « Cette étrange théorie des vagues dans les nuages n’a pas de parallèles. » écrit Bailey. Robin cite un passage des Questions Naturelles de Sénèque, II, 5, 1.

18 Gerard Manley Hopkins, Carnets-journal-lettres, Art et Arts Eds, 1997, p. 26.

19 Cf. aussi G. M. Hopkins, De l’origine de la beauté suivi de Poèmes et d’Ecrits, Paris, Pomp’Act, 1989, p. 71, 74.

20 G. M. Hopkins, Grandeur de Dieu et autres poèmes traduits par Jean Mambrino, préface de Kathleen Raine, Paris, Granit, 1980, p. 48.

21 Dictionnaire étymologique du latin, Ernout-Meillet, Paris, Klincksieck.

22 Fragilis, frango, fragor, indique une brisure.

23 Lettre à Pythoclès, 102, 12 « le vent comprimé produit plus tard ce grondement (bombos) que l’on entend ». Cf. aussi 100, 6.

24 Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1968.

25 Lettre à Pythoclès, 102.

26 Je rends ainsi l’impératif futur contemplator.

27 Fremitus est voisin de murmur pour l’effet et pour le sens. Cf. I, 276 ; V, 1193 ; VI, 410. Fremitus note le hennissement du cheval qui a peur. V, 1316.

28 Mêmes vers qu’en 1V, 170-173 : « En outre, alors que l’aspect du ciel avait été très limpide, le voici soudain complètement, affreusement troublé ; au point que l’on peut croire que de toute part toutes les ténèbres ont quitté l’Achéron 170 et rempli les immenses cavernes du ciel, tellement, nés de l’affreuse nuit des nuées, nous menace le visage de la noire épouvante. »

29 Note à IV, 173. « An unusually bold phrase. »

30 Cf. l’excellent livre de Jacques Aymard, Essai sur les chasses romaines, Paris, De Boccard, 1951.

31 Epicure dit (Lettre à Pythoclès, 100) : « Les coups de tonnerre peuvent se produire par suite du vent dans les cavités des nuages, ainsi que cela a lieu dans nos récipients, soit du grondement dans les nuages du feu mêlé au vent, soit de la rupture des masses nuageuses et de l’écartement des débris, soit du frottement latéral et de la brisure de nuages ayant pris la consistance de la glace. Il en est pour ce point particulier comme pour l’ensemble : les phénomènes nous invitent à donner plusieurs explications. » Trad. Marcel Conche, Epicure, Lettres et Maximes, Paris, PUF, 2005, p. 201. Il faut bien qu’on donne des explications aux phénomènes, telles qu’elles puissent calmer la peur de l’inconnu. « Ne pas penser que la connaissance des phénomènes célestes ait d’autre but. que la tranquillité et la confiance », écrit Epicure. La connaissance des phénomènes célestes se contentera fort bien de plusieurs explications, même si elles nous paraissent contradictoires entre elles. Il suffit qu’elles ne soient pas en contradiction avec nos perceptions du monde.

32 Lettre à Pythoclès, 99.

33 Nombre innombrable. Lucrèce aime cette expression.

34 Comparaison avec la physiologie.

35 Pb. physiologique très important. Cf. C. Bailey, Titi Lucreti Cari De Rerum Natura, libri sex, Oxford, 1947, vol. III, ad 501-2 : The nubes correspond to the corpus, the aqua to the blood, sweat etc. in the body which increase as the body grows.

36 Sur les analogies et les modèles explicatifs, cf. Jackie Pigeaud, La maladie de l’âme, Paris, Les Belles Lettres, 1981, 3e éd. 2006, p. 188-192.

37 Au sens actuel du terme.

38 Il faut bien sûr ajouter l’haleine.

39 Commentaire ad. loc., cf. supra note 35 ; la comparaison de la formation des nuages avec l’imbibation d’une toison, j’ai rappelé la théorie du médecin Asclépiade qui compare le remplissage de la vessie à celui de l’éponge ou de la toison. La maladie de l’âme, op. cit., p. 229.

40 Chant V, 492-494. Cf. La maladie de l’âme, op. cit., p. 229-232.

41 Cf. supra note 31.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540