Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nues, nuées, nuages

 | 
Jackie Pigeaud

Ouverture

Jackie Pigeaud

Texte intégral

1Non petit ! Tu ne gouverneras pas le monde ; les nuages te le montrent et t’enseignent à philosopher. Tu pourrais même devenir en quelque sorte stoïcien avec ces derniers nuages ; tu sais : « va librement où le destin t’entraîne ! »

2Nous aussi nous avons joué quelques jours avec les nuées. Ce qui est frappant, dans cette moisson de nuages, c’est l’intention descriptive, le désir de la précision, qui en font un sujet poétique. C’est vrai pour les poètes, et pour les peintres aussi bien que pour les mathématiciens et les philosophes. Il s’agit de donner forme aux nuages, de réfléchir sur leur forme. Il faut tenir ensemble leur matière, leur couleur, leurs formes transitoires, leur fonction et leur sens. Que nous soyons devins ou météorologues. Nous sommes dans une situation extraordinairement féconde pour une réflexion poétique. Cela nous permet de sortir de cette idée stupide que la poésie est le domaine du flou, du vague, de l’à-peu-près, en face de la science et de la rigueur. Oui, c’est vrai chez les mauvais poètes. Mettez les, ceux-là, en face du vague justement. Ils barbotent.

3Nous avons là une communauté de pensée que j’appelle poétique. Nous sommes quelques-uns à avoir consacré beaucoup de temps à la poésie scientifique. Voilà un sujet pour elle. Classer, apporter de la mesure, du nombre, à ce qui semble informe, sans structure, c’est le problème de la mesure du qualitatif, représentée chez les Grecs par le rythmos, le kairos, la symmétria. Le rythme, l’introduction du nombre dans le fluide ; le kairos, la mesure de l’urgence efficace ; la symmétria, la commensurabilité.

4Honneur à Howard ! À Goethe et à sa formule « eine exacte sinnliche Phantasie » !

5Vous verrez, tous ces articles ont la même passion pour les nuages et ceux qui les ont peint et dépeint. Il ne faut pas être trop restrictif. Il n’y a pas seulement les nuages-nuées. On peut élargir le concept, si j’ose dire. Je pense à Borgès.

  • 2 Jorge Luis Borges, O. C., t. II, Paris, Pléiade, 1999, p. 941.

Nuages I
Pas une chose au monde qui ne soit
nuage. Nuages les cathédrales,
pierre imposante et bibliques verrières,
qu’aplanira le temps. Nuage l’Odyssée
mouvante, comme la mer, neuve
toujours quand nous l’ouvrons. Le reflet
de ta face est un autre, déjà, dans le miroir
et le jour, un labyrinthe impalpable.
Nous sommes ceux qui partent. Le nuage
nombreux qui s’efface au couchant
est notre image. Telle rose
en devient une autre, indéfiniment.
Tu es nuage, tu es mer, tu es oubli.
Tu es aussi ce que tu as perdu. (Les conjurés, tr. Claude Esteban2)

6Et, qui le suit cet autre poème, appelé :

  • 3 Ibidem.

Nuages II
Passent dans l’air de placides montagnes
ou de tragiques massifs d’ombre,
offusquant le jour. On les nomme
nuages. Leurs formes sont étranges,
Shakespeare en observa une, qui ressemblait
à un dragon. Ce nuage d’une soirée
étincelle dans sa parole et flambe encore
et nous ne cessons plus de le voir.
Que sont-ils ces nuages ? Architecture
du hasard ? Dieu, peut-être, les veut ainsi
pour que Son œuvre infinie s’accomplisse.
Ils sont le fil de quelque trame obscure.
Le nuage, peut-être, est aussi vain
que l’homme qui le voit dans le matin.
(Les conjurés, tr. Claude Esteban3)

7Mais on peut se laisser prendre par un nuage, et les dieux le savent bien, qui nous abusent. On sait, depuis Euripide, que c’est Pâris finalement qui fut trompé et non Ménélas ; Pâris qui s’est sauvé avec une Hélène en nuée. C’était une statue (agalma) de nuée qu’il poursuivit (Hélène, vers 1219). Mais Héra « sut faire que Pâris, en croyant me saisir, ne saisit que du vent. Ce n’est pas moi qu’elle donne ; mais elle a rendu semblable à moi une image (eidôlon) de vent qu’elle construisit à partir de l’éther… » (Hélène, vers 31). C’est pour du vent, c’est pour un nuage, que tant de gens moururent.

Notes

2 Jorge Luis Borges, O. C., t. II, Paris, Pléiade, 1999, p. 941.

3 Ibidem.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540