Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La question animale

 | 
Georges Chapouthier
, 
Catherine Coquio
, 
Lucie Campos
, 
et al.

Les auteurs

Texte intégral

1Jean-Christophe Bailly, né à Paris en 1949, est professeur associé à l’École nationale supérieure de la Nature et du Paysage à Blois. Auteur de nombreux livres dont, récemment, Le Versant animal (Bayard, 2007) et L’Instant et son ombre (Seuil, 2008).

2Dalila Bovet est éthologue, maître de conférences à l’université Paris-Ouest Nanterre-La Défense. Ses recherches portent principalement sur la cognition sociale chez les primates et les perroquets. Elle a publié de nombreux articles scientifiques, ainsi que des chapitres de livres traitant du comportement et de la cognition animale, ou encore de la douleur chez les animaux.

3Florence Burgat est directrice de recherche en philosophie (INRA-RITME/ Paris I-ExeCo). Elle travaille actuellement sur les approches phénoménologiques de la vie animale et a publié sur ce thème Liberté et inquiétude de la vie animale (Kimé, 2006) ainsi qu’un volume collectif Comment penser le comportement animal ? Contribution à une critique du réductionnisme (Paris MSH/Quæ, 2010).

4Lucie Campos, docteur en littérature comparée, enseigne à l’université de Poitiers. Ses travaux portent sur le traitement de la conscience historique dans la pensée contemporaine, sur l’histoire de la critique et de la théorie littéraire aux xixe et xxe siècles, et sur la relation entre littérature et philosophie. Elle a publié divers articles portant sur la politique de la mémoire et du patrimoine, sur W. G. Sebald, I. Kertész, et J. M. Coetzee, sur la pensée de G. Agamben, sur les questions de l’interprétation et de la traduction, ainsi que sur différents aspects de la pensée postcoloniale.

5Georges Chapouthier, de double formation biologiste et philosophe, est directeur de recherches au Cnrs. Il a notamment publié L’homme, ce singe en mosaïque (Odile Jacob, 2001) et Kant et le chimpanzé. Essai sur l’être humain, la morale et l’art (Belin, 2009).

6Catherine Coquio est professeur de littérature comparée à Paris Viii. Membre de l’équipe Littérature et Histoire, elle dirige, avec P. Bayard, le Groupe de recherches sur la violence extrême. Auteur de Rwanda. Le réel et les récits (2004), L’Art contre l’art. Baudelaire, le « joujou » moderne et la « décadence » (2006), L’Enfant et le génocide (2007, avec A. Kalisky), elle a dirigé plusieurs collectifs sur la violence politique et les littératures de témoignage. Ses travaux portent sur les relations littérature-politique, les mutations du nihilisme et de l’utopisme, W. Benjamin, R. Musil, I. Kertész, J. M. Coetzee.

7Lucile Desblache est reader de traduction et de littérature comparée à l’université de Roehampton, Londres et directrice du Centre for Research in Translation and Transcultural Studies. Elle a écrit de nombreux articles et ouvrages sur la question de la représentation animale en littérature, dont le Bestiaire du roman d’expression française (Université Blaise Pascal, 2002) et La Plume des bêtes. Les animaux dans le roman (L’Harmattan, 2010).

8Jean-Paul Engélibert, professeur de littérature comparée à l’université de Bordeaux 3, est l’auteur de La Postérité de Robinson Crusoé (Droz, 1997) et d’un essai sur J. M. Coetzee, Aux avant-postes du progrès (Pulim, 2003). Son travail porte sur les limites de l’humain, à travers notamment le motif de l’homme artificiel, auquel il a consacré l’anthologie L’Homme fabriqué (Garnier, 2000), et la représentation de l’animal.

9Henri Garric est maître de conférences en littératures comparées à l’ens de Lyon. Il a publié une version remaniée de sa thèse chez Honoré Champion sous le titre Portraits de villes dans les discours contemporains (2007). Ses travaux actuels portent sur les rapports entre les différents arts, en particulier la littérature, la bande dessinée, le cinéma et la musique. Il prépare un ouvrage sur les « récits sans paroles ».

10Yves-Charles Grandjeat est professeur au département d’études anglophones de l’université Michel de Montaigne – Bordeaux 3 où il dirige actuellement le centre de recherche Cultures et Littératures des mondes anglophones. Auteur de nombreuses publications sur les cultures et littératures postcoloniales aux États- Unis, il s’est depuis quelques années tourné vers le champ de l’éco-critique et des écrivains de la nature nord-américains.

11Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, philosophe et juriste, est maître de conférences en relations internationales au département de War Studies du King’s College de Londres. Il est l’auteur d’Éthique animale (PUF, 2008, préfacé par Peter Singer), L’éthique animale (PUF, Que sais-je ?, 2011) et Apologies des bêtes. Anthologie historique d’éthique animale (PUF, 2011).

12Catherine Larrère est professeur à l’université de Paris I-Panthéon-Sorbonne et spécialiste de philosophie morale et politique. Elle s’intéresse aux questions éthiques et politiques liées à la crise environnementale et aux nouvelles technologies (protection de la nature, prévention des risques, développement des biotechnologies). Elle a publié notamment Les Philosophies de l’environnement (PUF, « Philosophies », 1997), Du bon usage de la nature, Pour une philosophie de l’environnement, (en collaboration avec Raphael Larrère), Aubier, 1997 (rééd. Champs-Flammarion, 2009) et co-dirigé La Crise environnementale (en collaboration avec Raphael Larrère, Éditions de l’INRA, 1997) et Nature vive (MNHN-Fernand Nathan, 2000).

13Catherine Larrère est professeur à l’université de Paris I-Panthéon-Sorbonne et spécialiste de philosophie morale et politique. Elle s’intéresse aux questions éthiques et politiques liées à la crise environnementale et aux nouvelles technologies (protection de la nature, prévention des risques, développement des biotechnologies). Elle a publié notamment Les Philosophies de l’environnement (PUF, « Philosophies », 1997), Du bon usage de la nature, Pour une philosophie de l’environnement, (en collaboration avec Raphael Larrère), Aubier, 1997 (rééd. Champs-Flammarion, 2009) et co-dirigé La Crise environnementale (en collaboration avec Raphael Larrère, Éditions de l’inra, 1997) et Nature vive (Mnhn- Fernand Nathan, 2000).

14Raphaël Larrère est ingénieur agronome et sociologue, directeur de recherche à l’Institut national de la Recherche Agronomique (INRA). Il dirige la collection Sciences en questions des éditions Quæ. Ancien membre du CNPN (de 1986 à 1994), il est actuellement président du conseil scientifique du Parc national du Mercantour. Il a publié notamment Cueillir la montagne (en collaboration avec Martin de la Soudière), La Manufacture, 1985, (réédition en 2010 à Ibis Press) et Des hommes et des forêts (en collaboration avec Olivier Nougarède), Gallimard, 1993. Parmi d’autres ouvrages, il a co-dirigé Histoire des parcs nationaux. Comment prendre soin de la nature ? (avec Martine Berlan-Darqué et Bernadette Lizet), Quæ, 2009.

15Jocelyne Porcher est chargée de recherches à l’INRA. Ses recherches portent sur la relation de travail entre humains et animaux, notamment en élevage. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet, dont Éleveurs et animaux, réinventer le lien (PUF, 2002), Être bête (Actes Sud, 2007) avec Vinciane Despret et Cochons d’or. L’industrie porcine en questions (Éditions Quae, 2010).

16303

17Isabelle Poulin est professeur de littérature comparée à l’université Michel de Montaigne – Bordeaux 3. Ses travaux interrogent les rapports d’exclusion entre littérature et monde moderne. Publication en lien avec le présent volume : Écritures de la douleur. Dostoïevski, Sarraute, Nabokov. Essai sur l’usage de la fiction (Paris, Éditions Le Manuscrit, collection « L’Esprit des Lettres », 2007).

18Tiphaine Samoyault est professeur de littérature comparée à l’université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, spécialiste de la littérature française et européenne au xxe siècle, des questions de traduction, de mondialité littéraire et de littérature contemporaine. Elle a notamment publié : Excès du roman (Maurice Nadeau éd., 1999), Littérature et mémoire du présent (Pleins feux, 2001), La Montre cassée (Verdier, 2004), La Main négative (Argol, 2008).

19Anne Simon est chargée de recherches au CNRS (CRAL/EHESS), où elle est responsable du programme « Animots », soutenu par l’Agence nationale de la Recherche. Spécialiste du corps, du vivant, de l’animalité, elle a publié Proust ou le réel retrouvé (rééd. Champion 2011), À leur corps défendant. Les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral (avec C. Détrez, Le Seuil, 2006) et co-édité une dizaine de collectifs.

20Carine Trevisan est professeur de littérature à l’université Paris 7-Denis Diderot. Ancienne élève de l’École normale Supérieure, elle a publié Aurélien d’Aragon : un « nouveau mal du siècle » (1996, rééd. 2010) et Les Fables du deuil : la Grande Guerre, mort et écriture (2001 ; Prix Henri Hertz 2002). Elle a collaboré à plusieurs éditions critiques : Victor Hugo raconté par Adèle Hugo (1985) ; Victor Hugo, Choses vues (1987) ; Élie Faure, La Sainte Face (Bartillat, 2005 ; prix Malherbe 2007). Ses travaux portent sur l’intime dans l’Histoire (violences de guerre, littérature carcérale).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540