Version classiqueVersion mobile

La question animale

 | 
Georges Chapouthier
, 
Catherine Coquio
, 
Lucie Campos
, 
et al.

Première section. Cultures et créations animales

Chapitre II : Les progrès de la connaissance en cognition animale : l’hypothèse du cerveau social

Dalila Bovet

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’ordre des primates regroupe les prosimiens (tels que les lémuriens), les singes et l’espèce huma (...)

1Traditionnellement, l’étude de l’intelligence animale se faisait essentiellement en laboratoire, sur des animaux isolés et en leur posant des problèmes abstraits, tels que l’orientation dans un labyrinthe, la catégorisation de formes géométriques abstraites, etc. L’intérêt pour la cognition sociale a débuté suite à une nouvelle réponse proposée à une vieille question : pourquoi les primates1, notamment l’homme, sont-ils particulièrement intelligents ? En effet, en laboratoire, les singes montrent une intelligence particulièrement développée pour résoudre divers tests cognitifs, alors qu’ils ne semblent pas avoir besoin de ces capacités dans la nature, puisque pour la plupart des espèces de primates, il est assez simple de trouver de la nourriture ou de se protéger des prédateurs. Il semblerait donc que le principal domaine qui requerrait des primates de telles capacités d’apprentissage, d’abstraction ou d’invention de solutions nouvelles, serait le domaine social. En effet, dans la nature, l’intelligence des singes pourrait leur servir à connaître les relations entretenues par des congénères, à prévoir ou manipuler leur comportement, à transmettre des informations précises, à réguler les conflits (Humphrey, 1976).

2Les singes auraient donc développé leurs capacités cognitives pour résoudre les problèmes posés par la vie en société, et ne feraient en laboratoire que transférer à des objets inertes ces capacités à traiter et catégoriser les objets sociaux. Cette hypothèse, appelée hypothèse du cerveau social, a suscité de nombreuses recherches sur la cognition sociale des primates, qui ont montré l’étendue de leurs capacités dans ce domaine. Nous en verrons quelques exemples dans la suite de ce texte. Cependant, les primates n’ont le monopole ni de la vie sociale, ni de l’intelligence. Depuis quelques années, certains chercheurs proposent d’appliquer l’hypothèse du cerveau social à d’autres mammifères vivant en sociétés complexes, comme les hyènes ou les cétacés, mais aussi à certains oiseaux comme les corvidés et les perroquets. Nous décrirons donc également les recherches en cognition sociale portant sur ces animaux. Ces hypothèses vont aussi de pair avec l’essor de l’éthologie cognitive, qui suggère qu’il faut poser aux animaux des problèmes proches de ceux qu’ils rencontreraient dans la nature pour avoir une pleine idée de leurs capacités cognitives.

Catégorisation de relations sociales

3Les singes vivent généralement en grands groupes, où l’on trouve des individus des deux sexes et de tous âges, formant des réseaux de parenté et d’alliance ainsi que des hiérarchies stables. On appelle catégorisation de relations sociales la capacité des animaux à se représenter différentes classes de relations établies avec leurs congénères, ou que ceux-ci entretiennent entre eux (relations de parenté, de dominance-subordination, ou encore d’affiliation).

4Cette capacité peut être avantageuse aux membres d’un groupe. Un individu capable de se représenter de telles relations saura par exemple qu’il ne doit pas s’en prendre à un juvénile donné, parce que la mère de ce juvénile est une femelle dominante et qu’elle défendra son fils. Il saura aussi, s’il a besoin d’un allié dans un combat, que cela ne sert à rien de demander de l’aide à un singe plus faible que son adversaire et qu’il vaut mieux s’adresser à un dominant.

5Dasser (1988) a entraîné une femelle macaque à choisir, entre deux jeunes macaques représentés sur des photographies, celui ou celle qui était le fils ou la fille de la femelle présentée sur un écran. La femelle testée a été entraînée avec différentes photos des mêmes individus, puis on lui a soumis la même tâche avec de nouveaux individus de son groupe ; elle a été capable de répondre correctement, ce qui montre qu’elle utilisait bien un concept de type relation mère-enfant, puisqu’elle a généralisé ce qu’on lui avait appris sur une paire donnée à de nouvelles paires mère-enfant. Une autre femelle a été entraînée, là aussi avec succès, à choisir la photo représentant une femelle de son groupe et son enfant, par opposition à d’autres images montrant une autre femelle de son groupe avec un jeune non apparenté.

6Pour ma part (Bovet et Washburn, 2003), je me suis intéressée aux relations de dominance-subordination. Les macaques testés voyaient sur un écran d’ordinateur un film de cinq secondes représentant deux congénères inconnus, puis un arrêt sur image était réalisé sur la dernière image du film, et le sujet était récompensé s’il choisissait le singe dominant à l’aide d’un joystick contrôlant un curseur. Les macaques étaient d’abord entraînés avec différents films représentant un comportement donné (par exemple deux singes se poursuivant), puis d’autres films mettant en scène un nouveau comportement (par exemple le subordonné faisant une grimace de soumission à l’intention du dominant) étaient présentés. Deux des trois macaques testés ont montré un transfert de la catégorie apprise à des films montrant de nouveaux comportements impliquant la relation de dominance-subordination entre deux congénères. Nos résultats montrent que des macaques peuvent utiliser le comportement de congénères inconnus pour en inférer la relation de dominance entre ces deux individus. Les singes sont donc capables d’observer les relations que d’autres individus entretiennent.

7D’autres chercheurs se sont intéressés aux hyènes (Engh et al., 2005) ; ce sont en effet des animaux vivant en groupes sociaux complexes, qui présentent des points communs avec ceux des singes. Ces chercheurs ont prédit que lorsqu’une hyène intervient lors d’un combat entre deux autres individus, elle va plutôt aider l’individu le plus dominant des deux combattants (quel que soit leur rang par rapport à elle), s’assurant ainsi une victoire plus facile et la reconnaissance de l’individu qu’elle a aidé. C’est bien ce qui se produit. Un autre comportement fréquemment observé chez les singes est la redirection de l’agression. Des singes qui se sont disputés vont s’attaquer à des parents de leur ennemi. Les mêmes chercheurs ont cherché si de tels phénomènes existaient chez les hyènes ; ils ont bien observé que les hyènes attaquent davantage des parents de leur ennemi après un combat. Les hyènes semblent donc capables d’observer les relations entre deux autres individus. Toutefois il faut rester prudent avant de l’affirmer puisqu’il ne s’agit que d’une seule étude.

8Parmi les oiseaux, certaines espèces sont également capables de catégoriser les relations sociales. Les corbeaux freux forment des alliances : les alliés partagent leur nourriture, se toilettent mutuellement et s’aident lors d’une agression. On observe chez ces corbeaux une redirection de l’agression semblable à celle observée chez les primates : les animaux attaqués ou leurs alliés se vengent contre les alliés de l’attaquant.

9Paz-y-Mino et al. (2004) ont réalisé une des seules expériences concluantes concernant la transitivité chez l’animal. Ils ont testé des geais des pinèdes, appartenant (comme les corbeaux) à la famille des corvidés. Au cours de l’expérience, un oiseau, appelé observateur 3, assiste à deux interactions entre des congénères. Dans la première interaction, l’observateur 3 voit deux oiseaux inconnus interagir face à une mangeoire, il constate que A est dominant sur B. Ensuite, l’observateur 3 assiste à une autre interaction, dans laquelle l’oiseau B est dominant par rapport à un congénère, appelé 2, connu de l’observateur. Ce congénère appartient au même groupe que l’observateur et est dominant par rapport à lui. L’observateur et l’oiseau B sont ensuite placés dans la même cage. La relation de transitivité permet d’inférer que cet oiseau B, ayant gagné l’interaction contre un geai dominant par rapport à l’observateur 3, emporte également l’interaction contre l’observateur 3 (2>3, B>2, donc B>3). Les chercheurs constatent que l’oiseau observateur se montre effectivement soumis lorsqu’il est mis en présence de l’oiseau B. Les geais sont donc capables non seulement de former des catégories de relations comme dominant et subordonné, mais aussi d’utiliser une relation de transitivité pour en déduire une dominance relative.

La théorie de l’esprit

10La théorie de l’esprit attribue à l’animal la capacité d’attribuer à d’autres individus des états mentaux tels que des perceptions, des désirs ou des croyances.

Attribution de perception

  • 2 On appelle singes anthropoïdes les quatre espèces de singes les plus proches des humains, à savoir (...)

11Afin de tester l’attribution de perception, l’on place un singe face à un expérimentateur humain lui interdisant de prendre de la nourriture ou face à un congénère dominant. Entre eux se trouvent deux friandises, l’une étant cachée par un écran de façon à ce que le compétiteur ne puisse la voir, et l’autre étant visible par les deux individus. Les chimpanzés (Hare et al., 2000 ; Hare et al., 2006), mais non les singes non anthropoïdes2 (Kummer et al., 1996 ou capucins : Hare et al, 2003) sont capables de choisir la friandise qu’ils sont seuls à voir. Testé dans le même type de dispositif (avec un expérimentateur lui interdisant de jouer avec certains objets), un perroquet gris du Gabon (sur trois individus testés) a aussi choisi préférentiellement l’objet non visible par l’expérimentateur. Les chiens sont également capables de tenir compte du fait qu’ils sont ou non observés : si un expérimentateur leur montre une friandise en leur interdisant de la prendre, les chiens désobéissent plus souvent lorsque l’expérimentateur a les yeux clos, regarde ailleurs ou a le dos tourné, que s’il les regarde (Call et al., 2003).

Attribution de désirs et d’intention

12Premack et Woodruff (1978) ont réalisé une célèbre expérience dans laquelle ils ont montré à une femelle chimpanzé, Sarah, des vidéos représentant des acteurs ayant des problèmes à parvenir à faire quelque chose. Par exemple, Sarah voyait quelqu’un regarder vers une banane suspendue hors de son atteinte, essayant de sortir d’une cage fermée ou ayant froid à côté d’un radiateur à gaz. Elle devait ensuite choisir parmi différentes photos celle qui représentait la solution du problème : la personne montée sur une boîte pour atteindre la banane, une clé pour ouvrir la porte de la cage ou une allumette enflammée pour allumer le radiateur. Elle n’a pas simplement associé des objets familiers : par exemple, dans le cas du radiateur, elle a choisi une allumette enflammée et non une allumette ayant déjà brûlé. De plus, lorsque l’expérience a été tentée en montrant à Sarah des vidéos d’une personne qu’elle n’aimait pas, elle s’est mise à choisir des actions qui ne représentaient pas la bonne solution, au contraire (comme l’acteur gisant sous la caisse au lieu de monter dessus). Dans cette expérience, il semble donc bien que Sarah ait été capable de deviner les désirs de l’acteur de la vidéo.

13Les perroquets semblent également capables d’attribution d’intention : dans une expérience réalisée dans notre laboratoire, trois perroquets gris du Gabon ont été testés individuellement face à un expérimentateur placé de l’autre côté d’un grillage et tentant de leur donner des graines, mais n’arrivant pas à les faire passer à travers un grillage, ou distrait (manipulant d’autres objets), ou encore taquin : il montrait les graines aux perroquets mais les mangeait au lieu de les leur donner. Les perroquets ont montré un comportement différent dans chaque situation : peu actifs lorsque l’expérimentateur était distrait, ils mordaient le grillage lorsque l’expérimentateur semblait essayer de leur donner des graines, et adressaient plus de comportements vers l’expérimentateur taquin ne voulant pas leur donner de graines : dans ce cas, on observait surtout des comportements de demande de nourriture (bec ouvert, vocalisations particulières…) Les perroquets semblent donc réagir différemment envers un expérimentateur ayant de bonnes intentions (essayant de leur donner des graines), qu’envers un expérimentateur en ayant de mauvaises (taquinant les perroquets et ne voulant pas les leur donner), même s’ils ne reçoivent de graines dans aucune de ces situations.

Attribution de savoir et de croyances

14Afin de tester chez les chimpanzés la capacité à attribuer des savoirs et des croyances, dans une expérience réalisée par Hare et al. (2001), un chimpanzé subordonné est en compétition avec un dominant pour de la nourriture. Deux écrans sont placés entre eux. L’on dépose une friandise derrière l’un des deux écrans en faisant varier le niveau d’information du chimpanzé dominant, tandis que le subordonné voit non seulement où est placée la nourriture mais aussi ce que le dominant a vu ou non. On observe que lorsque le dominant est non informé (il n’a pas vu l’expérimentateur déposer la nourriture) ou mal informé (il a vu l’expérimentateur déposer la nourriture derrière un écran mais celle-ci a ensuite été changée de place à son insu), le subordonné obtient plus souvent la friandise et s’approche davantage de la nourriture, tandis qu’il renonce généralement à s’en approcher lorsque le dominant, ayant vu l’expérimentateur déposer la friandise, sait où elle se trouve. Peu d’expériences ont été réalisées avec des singes non anthropoïdes sur l’attribution de savoir ou de croyances, mais toutes celles qui ont été tentées donnent des résultats négatifs. Les expériences portant sur des mammifères autres que les primates sont plus rares encore, mais une expérience originale (Held et al., 2001) a été réalisée en mettant des porcs dans la situation de choisir de suivre soit un individu informé (ayant vu où l’expérimentateur plaçait la nourriture) et un autre non informé (un écran opaque l’empêchant, comme le sujet testé, de voir où l’expérimentateur plaçait la nourriture). Un seul des dix porcs testés semble avoir été capable de réussir cette tâche en suivant préférentiellement le congénère informé. Les autres ont fait des choix aléatoires et souvent ont choisi de ne suivre aucun de leurs congénères.

15Nous avons déjà cité les geais, membres de la famille des corvidés, famille dans laquelle beaucoup d’oiseaux cachent spontanément leur nourriture pour la retrouver plus tard. S’agit-il d’un comportement purement instinctif ou peut-on y voir certaines capacités d’attribution d’états mentaux ? Dans une expérience, des geais à gorge blanche sont divisés en deux groupes (Emery &amp ; Clayton, 2001). Un groupe a l’expérience d’observer des congénères cacher des vers de farine, puis de piller leurs caches. Les individus de l’autre groupe observent leurs congénères cacher, mais on ne les laisse pas les piller ensuite. Dans une deuxième phase, dans chacun des groupes, certains geais cachent de la nourriture en étant observés par des congénères, tandis que d’autres individus sont seuls quand ils cachent. Trois heures plus tard, les congénères observateurs sont retirés et l’on donne aux geais l’accès à un nouveau site pour leur permettre de cacher la nourriture. L’on observe alors que les individus du groupe ayant déjà pillé les caches des autres vont être méfiants et recacher leurs propres vers, tandis que dans l’autre groupe, très peu d’individus recachent. Ils sont naïfs, « honnêtes » (parce qu’ils n’ont pas eu l’occasion de piller) et du coup ils n’imaginent pas que les autres vont voler leur nourriture. Cela montre que les geais n’agissent pas seulement par instinct mais sont capables de projeter leur propre comportement sur celui des autres, et de déduire que puisqu’ils ont pillé les caches des autres, ceux-ci risquent de faire pareil. Il s’agit d’un phénomène souvent observé chez les humains, mais rarement démontré chez les animaux… Il semble donc bien ici que les geais attribuent à la fois savoir (de l’endroit où les vers sont cachés) et intention (de les chaparder) à leurs congénères.

Communication symbolique

Vocalisations « naturelles »

16Des petits singes d’Afrique, les vervets, émettent trois cris différents qui correspondent à trois types de prédateurs : un cri pour indiquer la présence d’un aigle, un autre pour un guépard et enfin un troisième cri pour indiquer la présence d’un serpent. Les singes qui entendent l’un des leurs pousser ce type de cri réagissent de façon appropriée même s’ils n’ont pas vu le prédateur : ils se sauvent dans les arbres pour un guépard, ils descendent des arbres et se cachent dans des buissons pour l’aigle, ils se mettent debout et regardent au sol pour un serpent. La compréhension et la production à bon escient de ces cris n’est pas innée, les jeunes doivent l’apprendre. Mais les singes ne sont pas les seuls à posséder des cris d’alarme précis ; par exemple, les mésanges ont un cri spécifique pour un prédateur posé et un autre pour un prédateur en vol. Des gradations dans ce dernier type de cri permettent également d’indiquer la taille du rapace et donc sa dangerosité.

Apprentissage de symboles

17Je ne traiterai pas ici de l’utilisation de symboles par les grands singes puisque c’est ce que fait Chris Herzfeld. Je citerai par contre les dauphins, qui peuvent apprendre à obéir à certains ordres donnés verbalement ou par gestes et comprennent une grammaire simple. Ils peuvent comprendre environ 50 mots et obéir à des phrases comportant jusqu’à 5 mots, par exemple « dedans frisbee gauche panier droite » veut dire « Mets le frisbee qui est à gauche dans le panier qui est à droite » (Herman, 2002).

18Certains chiens peuvent aussi posséder un vocabulaire étendu. Rico, un border collie âgé de 9 ans avait appris les noms de plus de 200 objets qu’il allait chercher sur commande dans une autre pièce (Kaminski et al., 2004). Ce chien pouvait apprendre le nom d’un objet par exclusion : en entendant un nom nouveau et en voyant parmi plusieurs objets un seul dont il ne connaissait pas le nom, il en déduisait que son maître parlait de cet objet et se souvenait de ce nom même un mois plus tard.

19Un perroquet gris du Gabon, le célèbre Alex (mort en 2007 à l’âge de 31 ans), a aussi été entraîné à utiliser le langage humain avec des résultats impressionnants (Pepperberg, 1999). Durant les sessions d’entraînement par la technique du Modèle/Rival, les expérimentateurs montrent à l’oiseau les réponses qui doivent être apprises : l’un des humains « entraîne » l’autre humain. Le professeur présente un objet, pose des questions au sujet de l’objet (par exemple « quelle est sa couleur ? ») et donne l’objet comme récompense en cas de bonne réponse. L’autre humain représente le modèle du perroquet et simultanément le rival de ce perroquet pour l’attention du professeur. Les rôles entre les deux humains (le professeur et le modèle) sont régulièrement inversés. Alex connaissait 50 objets, 7 couleurs et 5 formes, savait compter jusqu’à 6, répondre à des questions concernant la forme, la matière, la couleur d’un objet, mais aussi indiquer entre deux objets la caractéristique identique ou différente, lequel était le plus petit ou le plus grand, ou encore répondre à des questions comme : « De quelle couleur est l’objet qui a 4 coins ? » Il savait dire « Non » quand il ne voulait pas de quelque chose, « Je veux telle chose » ou « Je veux aller à tel endroit », « Au revoir » quand une personne s’en allait, ou encore « Je suis désolé » après avoir fait une bêtise. Les performances d’Alex sont donc du même niveau que celles des grands singes testés.

Empathie, réciprocité et sens de la justice

20L’empathie implique de comprendre les sentiments de l’autre. C’est un élément essentiel de la morale humaine puisque cela nous pousse à faire le bien des autres et à éviter de leur faire du mal. Les chimpanzés montrent souvent de l’empathie pour leurs congénères, nettoyant les blessures de ceux qui se sont fait mal, attendant les individus malades ou blessés avançant plus lentement. Jane Goodall (2000) cite l’exemple d’une vieille femelle trop épuisée pour grimper aux arbres chercher à manger. À plusieurs reprises, sa fille adulte alla cueillir des fruits dans les arbres, puis revint les poser sur le sol près de sa mère. Chez les cétacés, les cas d’assistance sont nombreux (Kuczaj et al., 2001). Les dauphins sont capables de sauver leurs compagnons en coupant à coup de dents les filins des harpons ou en tirant les blessés hors des filets dans lesquels ils se sont empêtrés, puis en leur maintenant la tête hors de l’eau s’ils n’arrivent pas à nager seuls. Les baleines s’interposent entre un bateau de chasse et une baleine blessée (ce dont profitent les baleiniers pour tuer tout le groupe). Les cétacés peuvent aussi aller jusqu’à s’échouer collectivement sur une plage pour ne pas abandonner leurs compagnons en difficulté.

21Chez les chimpanzés, un individu généreux sera généralement payé de retour, tandis qu’un individu qui ne donne jamais rien aux autres se heurtera à son tour à des refus s’il quémande de la nourriture aux autres (de Waal, 1997). Un sens de la réciprocité semble aussi exister chez les gobe-mouches noirs (Krams et al., 2008). Comme chez beaucoup de passereaux, on trouve chez ces oiseaux un comportement de harcèlement à l’approche d’un prédateur : l’approche bruyante et menaçante d’un grand nombre de petits oiseaux peut en effet suffire à éloigner le prédateur, mais ce comportement représente aussi un risque pour les oiseaux qui peuvent se faire tuer par ce prédateur. L’expérience suivante a été réalisée chez des oiseaux sauvages : on considère trois couples, A, B et C, nichant à proximité les uns des autres. Dans un premier temps, les chercheurs placent un prédateur (une chouette hulotte empaillée) à proximité du nid du couple A. Ce couple entreprend aussitôt de harceler le prédateur afin de l’éloigner de son nid, et est rejoint par le deuxième couple, le couple B. Cependant le couple C est capturé par les expérimentateurs afin de l’empêcher de rejoindre les autres. Dans un second temps, deux prédateurs empaillés sont mis en place, l’un à proximité du couple B, l’autre à proximité du couple C ; le couple A choisit alors d’aider B (qui vient de les aider) plutôt que le couple C (qui n’est pas venu lorsque le couple A était face à un prédateur). Enfin, dans un troisième temps, le prédateur est placé seulement à côté du nid de C. Ce couple harcèle le prédateur, aidé par le couple B, tandis que le couple A s’abstient à nouveau d’intervenir en faveur de ce couple C.

22Enfin, dans une autre expérience réalisée avec des capucins, les singes sont entraînés à donner un jeton en échange de concombres. On réalise ensuite des tests dans lesquels les sujets voient leurs voisins recevoir une nourriture beaucoup plus appréciée : du raisin, pour le même effort voire pour pas d’effort du tout. on s’aperçoit alors que ces singes refusent de continuer, soit en cessant de donner des jetons soit en refusant le concombre qu’on leur donne (Brosnan & de Waal, 2003). Ils semblent donc trouver injuste de ne pas être payés autant que l’autre pour la même tâche. Il s’agit évidemment d’un sens de la justice égocentrique comparable à celui qu’on pourrait trouver chez de jeunes enfants : le singe mieux payé ne réagit pas à l’injustice de la situation…

Apprentissage social et culture

23De nombreux animaux apprennent non seulement par essais et erreurs, mais aussi en observant les autres. Ce type d’apprentissage semble particulièrement poussé chez les singes anthropoïdes comme les chimpanzés. Chez ces derniers, on dispose d’un grand nombre de données car des groupes ont été étudiés dans la nature depuis les années 1960. Des primatologues ont donc mis en commun leurs observations de plusieurs groupes et ont pu mettre en évidence des comportements différents ne pouvant pas être expliqués par des différences génétiques ou environnementales (Whiten et al., 1999) : sur sept populations de chimpanzés observées, 65 comportements différents ont été trouvés, dont 39 ne sont pas explicables par une variation des conditions écologiques. Par exemple, certaines populations de chimpanzés cassent des noix en utilisant des pierres, d’autres utilisent des outils en bois, d’autres encore, bien que trouvant les mêmes noix, ne savent pas les casser. Il en est de même pour d’autres techniques comme la pêche aux termites, l’utilisation de feuilles pour se nettoyer, pour des comportements sociaux tels que les postures adoptées lors de l’épouillage, ou encore pour des signaux de communication. Peut-on alors parler de culture ? Tout dépend de la définition même de ce mot, qui peut varier suivant les disciplines. Cependant, la plupart des primatologues s’accordent actuellement à parler de cultures lorsque l’on observe, comme chez les chimpanzés, que chaque population est caractérisée par un ensemble unique de comportements appris socialement et transmis de génération en génération, et cela dans différents domaines (usage d’outils, techniques d’alimentation, comportements sociaux, méthodes de toilettage.)

24Mais les animaux peuvent aussi partager certains aspects de notre propre culture : les perroquets élevés au domicile de leurs propriétaires et ainsi mis en contact avec des chants ou de la musique peuvent prendre plaisir à chanter certains airs d’opéras ou à danser au rythme de la musique (Patel et al., 2009)…

Conclusion

25Afin de tester l’hypothèse du cerveau social, Dunbar (1998) a mesuré le ratio entre le néocortex et le reste du cerveau pour différentes espèces de primates. En effet, chez les mammifères, l’accroissement de la taille du cerveau au cours de l’évolution s’est fait principalement par l’accroissement d’une partie du télencéphale, le néocortex. De plus, le néocortex est le siège des opérations cognitives complexes. Dunbar a donc recherché des corrélations entre le ratio néocortex/reste du cerveau, et différents facteurs susceptibles de demander une intelligence développée. Ces facteurs sont le régime alimentaire (un régime frugivore demande a priori plus d’intelligence qu’un régime folivore, en raison de la difficulté à déterminer quand et où les fruits sont mûrs ; d’autre part, d’autres aliments peuvent être difficiles à obtenir car ils sont difficiles à ouvrir ou à trouver), la taille du domaine vital (un plus grand domaine pouvant requérir des capacités supérieures de représentation spatiale) et enfin la taille du groupe. Dunbar n’a trouvé de corrélations ni avec le régime alimentaire ni avec la taille du domaine vital ; il observe en revanche une corrélation entre le ratio néocortex/cerveau et la taille du groupe. Une telle corrélation a également été observée chez d’autres groupes de mammifères : les ongulés, les chauves-souris, les cétacés odontocètes, les carnivores et certains insectivores (Perez-Barberia et al., 2007 ; Dunbar & Bever, 1998 ; Shultz & Dunbar, 2006). Les oiseaux n’ont pas de néocortex, mais l’on peut s’intéresser chez eux à la taille relative du télencéphale. Les oiseaux ayant des comportements sociaux complexes sont aussi ceux ayant un ratio télencéphale/cerveau élevé. Ces résultats montrent que l’hypothèse du cerveau social est valable chez les primates, mais aussi chez d’autres groupes d’espèces.

26On trouve donc, en particulier dans le domaine social, des capacités cogni- tives poussées non seulement chez les primates, mais aussi chez d’autres espèces, dont certains oiseaux (perroquets et corvidés en particulier) pourtant considérés longtemps comme moins intelligents que les mammifères. Ces études récentes ont des implications éthiques importantes, puisqu’elles montrent que de nombreuses espèces animales ont une intelligence suffisante pour souffrir non seulement de mauvaises conditions physiques, mais aussi d’être privés de contacts avec des congénères ou de stimulations « intellectuelles ». S’il parait inhumain aujourd’hui (à juste titre !) de faire vivre un singe seul dans une cage quasi-vide, l’on trouve encore trop souvent (en animalerie ou chez des propriétaires pleins de bonnes intentions) des perroquets vivant dans de telles conditions. Ces oiseaux montrent pourtant des capacités cognitives comparables à celles des singes et ont tout autant besoin qu’eux de compagnons et de distractions.

Bibliographie

Bovet D. & Washburn D. A., « Rhesus macaques (Macaca mulatta) categorize unknown conspe- cifics according to their dominance relations », Journal of Comparative Psychology, n° 117, 2003, p. 400-405.

Brosnan S. F. & De Waal F. B. M., « Monkeys reject unequal pay », Nature, n° 425, 2003, p. 297-299.

Burish , M. J., Kueh , H. Y. & Wang, S. S.-H., « Brain architecture and social complexity in modern and ancient birds », Brain, Behavior and Evolution, n° 63, 2004, p. 107-124.

Call J., Brauer J., Kaminski J. & Tomasello M., « Domestic Dogs (Canis familiaris) are Sensitive to the Attentional State of Humans », Journal of Comparative Psychology, n° 117, 2003, p. 257-263.

Dasser V., « A social concept in Java monkeys », Animal Behaviour, n° 36, 1988, p. 225-230.

De Waal F., Le bon singe : Les bases naturelles de la morale, Paris, Bayard, 1997.

Dunbar R. & Bever J., « Neocortex Size Predicts Group Size in Carnivores and Some Insectivores », Ethology, n° 104, 1998, p. 695-708.

Dunbar R. I. M., « The social brain hypothesis », Evolutionary Anthropology, n° 6, 1998, p. 178-189.

Emery N. J. & Clayton N. S., « Effects of experience and social context on prospective caching strategies by scrub jays », Nature, n° 414, 2001, p. 443-446.

Engh A. L., Siebert E. R., Greenberg D. A. & Holekamp K. E., « Patterns of alliance formation and postconflict aggression indicate spotted hyaenas recognize third-party relationships », Animal Behaviour, n° 69, 2005, p. 209-217.

Goodall J., Through a window : My thirty years with the chimpanzees of Gombe, New York, Mariner Books, 2000.

Hare B., Addessi E., Call J., Tomasello M. & Visalberghi E., « Do capuchin monkeys, Cebus apella, know what conspecifics do and do not see ? », Animal Behaviour, n° 65, 2003, p. 131-142.

Hare B., Call J. & Tomasello M., « Do chimpanzees know what conspecifics know ? », Animal Behaviour, n° 61, 2001, p. 139-151.

Hare B., Call J. & Tomasello M., « Chimpanzees deceive a human competitor by hiding », Cognition, n° 101, 2006, p. 495-514.

Hare B., Call J., Agnetta B. & Tomasello M., « Chimpanzees know what conspecifics do and do not see », Animal Behaviour, n° 59, 2000, p. 771-785.

Held S., Mendl M., Devereux C. & Byrne R. W., « Behaviour of domestic pigs in a visual perspective taking task », Behaviour n° 138, 2001, p. 1337-1354.

Herman L. M., « Exploring the cognitive world of the bottlenosed dolphin », The Cognitive Animal : Empirical and Theoretical Perspectives on Animal Cognition, Bekoff M., Allen C. & Burhgardt G. M. (ed.), Cambridge, MIT Press, 2002.

Humphrey N. K., « The social function of intellect », Growing Points in Ethology, Bateson P. P. G. & Hinde R. A. (ed.), Cambridge, Cambridge University Press, 1976, p. 307-317.

Kaminsk I J., Call J. & Fischer J., « Word Learning in a Domestic Dog : Evidence for "Fast Mapping" », Science, n° 304, 2004, p. 1682-1683.

Krams I., Krama T., Igaune K. & Mand R., « Experimental evidence of reciprocal altruism in the pied flycatcher », Behavioral Ecology and Sociobiology, n° 62, 2008, p. 599-605.

Kuczaj S. A. I., Tranel K., Trone M. & Hill H. M., « Are animals capable of deception or empathy ? Implications for animal consciousness and animal welfare », Animal Welfare, n° 10, 2001, p. 161-173.

Kummer H., Anzenberge R G. & Hemelrijk C. K., « Hiding and perspective taking in long-tailed macaques (Macaca fascicularis) », Journal of Comparative Psychology, n° 110, 1996, p. 97-102.

Patel A. D., Iversen J. R., Bregman M. R. & Schulz I., « Experimental Evidence for Synchronization to a Musical Beat in a Nonhuman Animal », Current Biology, n° 19, 2009, p. 827-830.

Paz -y -Mino G., Bond A. B., Kamil A. C. & Balda R. P., « Pinyon jays use transitive inference to predict social dominance », Nature, n° 430, 2004, p. 778-781.

Pepperberg I. M., The Alex studies. Cognitive and Communicative Abilities of Grey Parrots, Cambridge, Harvard University Press, 1999.

Perez -Barberia F. J., Shultz S. & Dunbar R. I. M., « Evidence for coevolution and sociality in three orders of mammals », Evolution, n° 61, 2007, p. 2811-2821.

Premack D. & Woodruff G., « Does the chimpanzee have a theory of mind ? », Behavioral and Brain Sciences, n° 4, 1978, p. 515-526.

Shultz S. & Dunba R R. I. M., « Both social and ecological factors predict ungulate brain size », Proceedings of the Royal Society B : Biological Sciences, n° 273, 2006, p. 207-215.

Whiten A., Goodall J., Mcgrew W. C., Nishida T., Reynolds V., Sugiyama Y., Tutin C. E. G., Wrangham R. W. & Boesch C., « Cultures in Chimpanzees », Nature, n° 399, 1999, p. 682-685.

Notes

1 L’ordre des primates regroupe les prosimiens (tels que les lémuriens), les singes et l’espèce humaine.

2 On appelle singes anthropoïdes les quatre espèces de singes les plus proches des humains, à savoir les chimpanzés, les bonobos, les gorilles et les orangs-outans. Les autres singes, dits non anthropoïdes, obtiennent généralement de moins bonnes performances aux tests cognitifs.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search