Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La question animale

 | 
Georges Chapouthier
, 
Catherine Coquio
, 
Lucie Campos
, 
et al.

Première section. Cultures et créations animales

Chapitre I : En morale, sommes-nous des philosophes ou des chimpanzés ?

Georges Chapouthier

Texte intégral

L’être humain, virtuose de la culture

  • 1 Chapouthier G., Kant et le chimpanzé – Essai sur l’être humain, la morale et l’art, Paris, Belin- (...)

1Le titre provocateur donné à cet article recouvre une vraie question de fond, particulièrement importante : celle des rapports des animaux et des êtres humains à la « culture ». Le présent article reprend certains des développements du livre Kant et le chimpanzé1.

2La génétique a permis de montrer que nous partagions près de 99 % de nos gènes avec les chimpanzés. Certes, c’est assez logique, quand on sait que nos fonctions, musculaires, respiratoires, cardiaques, sexuelles… sont très similaires à celles de nos cousins chimpanzés : les chimpanzés nous « ressemblent » considérablement sur les plans anatomiques, physiologiques ou socio-sexuels. C’est aussi très logique si l’on rappelle que la théorie de l’évolution montre que les chimpanzés et nous avons eu un ancêtre commun il n’y a pas si longtemps.

  • 2 De Fontenay É., « Variations sur le “un pour cent” », dans L’Animal humain, traits et spécificités(...)

3Mais l’être humain fait aussi certaines choses remarquables que les chimpanzés ne font pas. Il parle des langues très compliquées. Il construit des ordinateurs et des avions. Il peut aller visiter d’autres endroits du système solaire que la Terre. Il crée des variétés nouvelles de céréales. Il peut remplacer les valvules usées de son cœur par des artefacts. En d’autres termes, grâce à un cerveau extrêmement performant, qui tire sans doute son existence du quelque 1 % de gènes qui diffèrent entre les chimpanzés et nous, l’être humain a une activité considérable dans le domaine de la « culture », si on entend par « culture » les comportements qui peuvent se transmettre entre les individus en dehors des transmissions génétiques2.

4On remarquera que tous les exemples que j’ai cités sont issus du domaine scientifique et technologique. Il n’est donc pas surprenant, que, reconnaissant cette activité scientifique qui est la sienne, l’Homme se soit nommé lui-même « Homo sapiens », « Homme savant ». Mais il est, dans la culture humaine, d’autres activités qui ne sont pas, à proprement parler, liées à la science. L’une des plus importantes est sans doute la morale, puisque, malgré une conduite bien souvent abominable, si on se souvient des atrocités, crimes ou guerres dont l’homme s’avère capable, l’être humain se veut un être moral. Et la morale, le « sens du bien » (on dit souvent aujourd’hui « l’éthique »), est l’une des grandes branches de la philosophie. Cette activité morale, dont l’Homme est si fier, est-elle une spécificité humaine, dont on ne trouve aucune trace chez les animaux ses cousins ? Peut-on faire le même constat pour une autre activité où l’Homme excelle : l’esthétique, le « sens du beau » et son dérivé, la création artistique ? Et, plus généralement, l’être humain est-il, sur notre planète, le seul être vivant capable d’activités culturelles ?

Les ébauches animales de la culture humaine

  • 3 Fiorito G., Scotto P., « Observational Learning in Octopus vulgaris », Science, 1992, n° 256, p. 5 (...)

5Comme on l’a vu plus haut, un trait culturel, c’est un trait de comportement qui se transmet entre des individus sans passer par les bases, dites « naturelles », de la transmission génétique ou, plus largement, biologique. Une telle transmission « culturelle », qui repose essentiellement sur des processus d’imitation ou d’éducation, suppose des contacts répétés entre les individus, qui sont souvent le propre d’une vie familiale ou d’une vie sociale. Bien entendu, le degré de complexité et les modalités de ces traits culturels dépendent aussi de l’exercice d’un cerveau, plus ou moins performant. Ainsi il faut noter que des animaux, relativement intelligents, comme les pieuvres, montrent peu de traits culturels, car ils n’ont pas de vie familiale ou sociale, même si, entre adultes, ils sont cependant parfaitement capables de comportements d’imitation, qui sont clairement du domaine « culturel3 ». L’analyse des comportements des animaux relève d’une science qui s’appelle « l’éthologie » et la découverte de cultures animales est un des grands résultats de l’éthologie de ces dernières années. Pour distinguer ces « cultures animales » des « cultures humaines » qui, dans certains domaines comme le langage, atteignent une beaucoup plus grande complexité, j’aime bien parler, pour les animaux, de « proto-cultures », tout en étant conscient du fait que les puristes m’accuseront de pratiquer ici une discrimination arbitraire.

  • 4 Chapouthier G., Kant et le chimpanzéEssai sur l’être humain, la morale et l’art, Paris, Belin- (...)

6Pour que l’on puisse parler de [proto]culture chez les animaux, il faut théoriquement avoir pu prouver que les traits se sont effectivement transmis entre les individus. En fait, si cela a pu être fait dans certains cas, il y a des traits que, par analogie avec le comportement humain on pourra qualifier de « proto-culturels », même si leur transmission n’a pas toujours été prouvée, notamment dans les domaines qui touchent à la morale ou à l’esthétique. Avant d’aborder les questions relatives à la morale et à l’esthétique, nous dirons quelques mots sur d’autres traits proto-culturels : l’usage d’outils, de règles, de communications ou de langages4.

Outils, règles, communications, langage

7En 1953, des scientifiques japonais étudient le comportement de macaques dans une petite troupe séjournant dans la petite île de Koshima, près de Kyushu. Sur la plage de cette île, ils nourrissent la colonie de macaques en lui offrant des patates douces. Un jour, une petite femelle, appelée Imo, a l’idée de laver la patate douce dans l’eau, pour la débarrasser du sable avant de la consommer. Cette « invention », est ensuite adoptée par les membres de la troupe et transmise aux générations successives. Les scientifiques japonais venaient de démontrer l’existence de comportements proto-culturels chez les macaques, en l’occurrence l’utilisation de l’eau comme d’un outil pour nettoyer les patates douces. Depuis 1953, un nombre considérable de traits proto-culturels a été mis en évidence chez les animaux.

8D’innombrables utilisations de ce qu’on peut appeler des « outils » ont été mises en lumière, notamment chez les mammifères et les oiseaux : pierres utilisées pour casser des noix ou des escargots, piquants de cactus utilisés pour aller « pêcher » des insectes dans les anfractuosités des cactus, brindilles utilisées pour aller « pêcher » des termites dans les termitières. Des « styles d’utilisation » peuvent exister et se transmettre à travers les générations successives. Ainsi certaines populations de chimpanzés diffèrent de populations voisines dans la manière de casser les noix sur des pierres. On a même pu démontrer l’existence d’« outils » chez les insectes, mais ici d’une manière vraisemblablement inconsciente. Ainsi certaines fourmis cousent des feuilles ou bien fabriquent du terreau pour cultiver des champignons.

  • 5 Alexinsky T., Chapouthier G., « A new behavioral model for studying delayed response in rats », Be (...)
  • 6 Krief S., « Pharmacopée des chimpanzés et autres espèces », dans humanité, Animalité : quelles fro (...)

9Concevoir des « règles » cognitives permet de résoudre un problème par l’application d’un principe général, sans réapprendre à chaque fois, dans le détail, les caractéristiques de la nouvelle situation. Avec la neurobiologiste Tatiana Alexinsky5, nous avions nous-mêmes démontré, en laboratoire, la capacité de rats à maîtriser de telles règles complexes. Ainsi des rats assoiffés, préalablement placés dans une boîte aux caractéristiques particulières, peuvent ensuite, lorsqu’on leur propose un choix entre trois boîtes, reconnaître et choisir (pour y trouver de l’eau) celle qui ressemble à celle dans laquelle ils viennent d’être placés. Il importe de souligner que la boîte de séjour préalable, et donc de choix, change avec les essais successifs. Ce n’est donc pas une boîte particulière que les animaux doivent apprendre à reconnaître et à choisir, mais « la boîte identique à celle où je viens de séjourner », donc une règle générale. Des règles cognitives ont pu être mises en évidence également, parmi d’autres, chez les singes, les dauphins, les chiens, de nombreux oiseaux comme les pies ou les perroquets, et même chez des mollusques très intelligents comme les pieuvres. On peut sans doute en rapprocher aussi la capacité des animaux à choisir des plantes qui leur sont médicalement bénéfiques, comme cela a été démontré notamment chez les chimpanzés6.

10Des communications complexes – olfactives, électriques, sonores, visuelles ou tactiles – existent chez beaucoup d’animaux. Elles deviennent des traits culturels quand certaines manières de les exprimer se transmettent entre les générations successives. Un exemple peut en être donné dans le chant de diverses espèces d’oiseaux. De tels chants sont souvent des communications capables de transmettre aux congénères des informations sur l’animal qui chante, sur son territoire, voire sur ses besoins comportementaux. On a pu montrer qu’à l’intérieur d’une même espèce d’oiseaux, certains « dialectes » de chant se transmettaient à l’intérieur de populations particulières.

11On peut distinguer la communication « simple » du langage par le fait que la communication « simple » ne fait référence qu’à des éléments directement présents dans l’environnement de l’animal au moment où il communique, alors que le langage, qui est donc une communication plus élaborée, fait référence à des éléments qui ne sont plus présents au moment où l’animal « fait son rapport » à ses congénères. Le langage permet donc d’évoquer une situation passée. On connaît encore assez mal les communications de certains animaux et on ne peut exclure l’existence de proto-langages chez les dauphins ou chez certains oiseaux. Mais des proto-langages ont déjà pu être démontrés dans deux cas. Chez les abeilles existe un proto-langage très simple. Une abeille qui a trouvé une source de nourriture, revient à la ruche, et peut y transmettre par exemple la distance et la direction (par rapport au soleil) de cette source à ses congénères. Ce proto-langage est en fait une danse que suivent les congénères, et qui contient les informations transmises. Il s’agit d’un proto-langage réduit à sa plus simple expression : quelques « mots », aucune règle de grammaire. Mais c’en est bien un au sens que nous avons donné, puisque les éléments d’information transmis ne figurent pas dans la ruche, quand l’abeille y « fait son rapport ». Ici encore on a pu démontrer l’existence de « dialectes », compris seulement par certaines populations d’abeilles.

12Les hommes ont pu apprendre à des chimpanzés ou des gorilles des protolangages nettement plus complexes. Il s’agit bien ici d’un apprentissage fait par ces animaux à l’initiative d’humains, et pas d’un proto-langage spontané, qu’ils utiliseraient dans la nature. Mais on peut aussi faire remarquer que les petits humains n’apprennent pas non plus les langues s’ils ne sont pas mis en présence de celles-ci durant leur petite enfance : des enfants humains adoptés par des animaux (enfants sauvages) n’apprennent pas spontanément à parler. Il n’est donc pas inintéressant de citer ici ces proto-langages d’anthropoïdes. Comme les anthropoïdes ne possèdent pas les structures phonatoires leur permettant de prononcer des mots, les proto-langages font appel, soit à des gestes (langages des sourds-muets), soit à des figures géométriques arbitraires affichées sur un tableau ou sur un écran d’ordinateur, comme un triangle noir pour une pomme ou un carré rouge pour une banane. Les anthropoïdes les plus doués arrivent à manipuler à bon escient près de 150 « mots » et quelques règles de grammaire comme « si. alors ». Ils peuvent eux-mêmes créer des associations nouvelles comme, par exemple, en connaissant les symboles (« mots ») pour le fruit « pomme » et la couleur « orange », demander, lorsqu’on leur présente une orange « donne (la) pomme (qui est de) couleur orange ». C’est assez comparable à ce que peut faire un petit humain de deux ou trois ans qui apprend à parler. On a pu montrer que, dans certains cas, une mère chimpanzé pouvait transmettre à sa progéniture des éléments de ce protolangage.

13Tous ces exemples suggèrent l’existence, chez les animaux, et particulièrement chez ceux qui sont les plus proches de nous, comme les mammifères et les oiseaux, de nombreux traits qui peuvent être qualifiés de « culturels ».

Des animaux moraux et artistes ?

14Qu’en est-il alors des traits qui sont revendiqués par l’espèce humaine, ou, au moins, par beaucoup de ses membres, comme spécifiques de l’humanité : la morale et l’esthétique ?

15Il existe clairement des racines biologiques de la morale. Par exemple, le fait que nous trouvions plus scandaleuse la torture d’un enfant que celle d’un adulte (même si, bien entendu, l’une et l’autre nous paraissent abominables) provient d’un effet de la sélection naturelle darwinienne, qui fait que tout animal qui vit avec sa progéniture a tendance à vouloir la protéger. De même, l’interdit de l’inceste, mentionné par Lévi-Strauss comme spécifique de l’espèce humaine, existe en fait chez tous les primates : singes, anthropoïdes et humains. Quand nous nous scandalisons en entendant une anecdote d’inceste, nous le faisons parce que nous nous comportons comme des singes. On pourrait même voir dans l’indulgence à l’égard des « péchés de la chair », manifestée par beaucoup d’avis religieux, la reconnaissance de la tendance biologique, commune chez les chimpanzés et les humains, à une certaine liberté sexuelle, malgré la tendance opposée à gérer fami- lialement la progéniture.

  • 7 De Waal F., De la réconciliation chez les primates, Paris, Flammarion, 1992.

16Mais des exemples beaucoup plus détaillés de proto-morales ont été donnés par Frans de Waal7, qui a beaucoup observé les troupes de chimpanzés. Dans ces troupes, De Waal a pu mettre en évidence de nombreuses règles qui nous apparaissent, à nous humains, comme « morales » et qu’on peut donc qualifier de « proto-morales » : sympathie pour des congénères particuliers, attachement entre des individus, intérêt plus poussé pour les jeunes, aide aux handicapés, négociations, coopérations, punitions, réconciliations… Rappelons les remarques de De Waal sur le « pardon », qui nous apparaît comme un trait moral parmi les plus élevés : « Le pardon n’est pas. une idée mystérieuse et sublime que nous devons à quelques millénaires de judéo-christianisme. Le fait que les singes, les grands singes et les hommes ont tous des comportements de réconciliation signifie que le pardon a probablement plus de trente millions d’années et qu’il est antérieur à la séparation intervenue dans l’évolution des primates ».

  • 8 Kreutzer M., « Du choix esthétique des animaux », Revue d’Esthétique, 2001, n° 40 (Animalités) (1) (...)

17L’esthétique, c’est-à-dire ce qui pourrait être assimilé à un certain « sens du beau », trouve des racines chez beaucoup d’animaux qui préfèrent des couleurs, des motifs de chant, des formes, qui sont d’ailleurs souvent ceux du (de la) partenaire sexuel(le). Une partenaire sexuelle très colorée, par exemple, plus visible par les prédateurs, traduit chez beaucoup d’espèces une espérance de solidité et de résistance, favorable pour la future progéniture. Écoutons l’éthologiste Michel Kreutzer : « Le goût pour le beau trouverait son origine dans l’attrait qu’exercent les partenaires sexuels. Ensuite on peut imaginer que ce goût fut secondairement étendu à d’autres domaines8. » C’est d’ailleurs bien ce qu’on retrouve souvent dans l’art humain, par exemple en peinture ou en sculpture, où les formes les plus explicites du corps féminin, si présentes dans de nombreuses œuvres, peuvent donner naissance à des formes plus abstraites qui en sont dérivées. Comme les partenaires sexuels, les jeunes de l’espèce ont un physique qui apparaît comme esthétique et attrayant. Et qui pourrait conduire à leur protection privilégiée, comme on l’a vu plus haut. L’éthique rejoint donc ici l’esthétique. Beaucoup de philosophes ont rapproché l’éthique (la morale) et l’esthétique. Ainsi Platon, pour qui le « beau » s’articulait sur le « bien », ou Kant, pour qui la conscience esthétique se rapprochait de la conscience morale. Il est amusant de voir que des thèses fondées sur les racines biologiques darwiniennes de l’être humain, et donc sur les présupposés philosophiques matérialistes de la biologie d’aujourd’hui, peuvent aboutir au même rapprochement entre morale et esthétique.

  • 9 Chapouthier G., « Ébauches esthétiques chez les animaux », Cerveau et Psycho, 2006, n° 17, p. 64-6 (...)

18Dans les choix esthétiques peut aussi intervenir un apprentissage très particulier, le phénomène dit de l’empreinte9, c’est-à-dire la fixation des préférences lors d’une phase sensible de l’enfance. Ainsi on peut montrer que des poussins « adoptent » des ballons de caoutchouc colorés en mouvement comme une « mère adoptive ». Ultérieurement, après cette empreinte, leurs préférences évoluent de l’objet d’empreinte (choix du « familier ») vers des objets légèrement différents (choix du presque familier). Des processus similaires guident probablement les choix esthétiques des humains et traduisent, eux aussi, une influence de racines biologiques dans nos choix esthétiques.

  • 10 Diamond J., Le troisième chimpanzé. Essai sur l’évolution et l’avenir de l’animal humain, Paris, Ga (...)

19Cependant, malgré l’existence incontestable chez eux de préférences esthétiques, les animaux ne construisent guère ce que l’on pourrait appeler des « œuvres d’art » pérennes. On a vu plus haut que les animaux pouvaient, à l’occasion, utiliser les « outils », mais ils ne semblent guère intéressés par des outils qu’ils trouveraient beaux et qu’ils conserveraient. Toutefois certains comportements, rares dans le monde vivant, peuvent s’en approcher. Ainsi les « berceaux » construits par certains oiseaux de Nouvelle-Guinée, cousins du geai10. Que le terme soit bien clair : il ne s’agit pas ici de berceaux pour des jeunes, mais d’ensembles de tiges plantées dans le sol et accompagnées d’un parterre d’objets colorés, ramassés un peu partout par l’oiseau et rangés selon leur couleur. Ces « berceaux », comparables à des « sculptures », sont construits et utilisés par les mâles pour séduire les femelles et font donc partie d’un comportement de cour. Ces exemples, certes exceptionnels, montrent toutefois qu’on peut même trouver chez les animaux les ébauches de l’œuvre d’art.

20Enfin il faut rappeler qu’il existe aussi des « œuvres d’art » créées par les animaux à l’incitation des hommes, une situation qui peut rappeler les rudiments de langage enseignés par les humains à des chimpanzés ou à des gorilles. Ainsi, par exemple, les nombreux tableaux peints par des chimpanzés, où l’on retrouve des préférences de couleurs ou de formes. Comme pour le langage enseigné aux anthropoïdes, ces productions ressemblent à des dessins d’enfants humains de deux ou trois ans. Et, pour l’anecdote humoristique, ces œuvres se vendent remarquablement sur le marché (humain) des œuvres d’art !

Sommes-nous des philosophes ou des chimpanzés ?

  • 11 Morris D., Le Singe nu, Paris, Grasset, 1967.
  • 12 Diamond J., Le troisième chimpanzé. Essai sur l’évolution et l’avenir de l’animal humain Paris, Gal (...)
  • 13 Langaney A., Le Sauvage central, Raymond Chabaud, 1991.

21Qu’en est-il alors de notre question initiale ? Puisque l’on peut trouver, chez les animaux, non seulement une organisation biologique, une « nature », similaire à la nôtre, mais encore des « traits culturels » ou, comme nous les avons appelés, « proto-culturels », enfin puisque, chez nos plus proches parents, les chimpanzés, ces traits annoncent beaucoup les nôtres, devons-nous nous considérer comme des chimpanzés ? La question est tellement plausible, pour beaucoup de traits comportementaux, que l’éthologiste Desmond Morris a pu nous décrire comme des « singes nus »11, et que le physiologiste Jared Diamond12 a pu nous analyser en détails comme « le troisième chimpanzé ». Comme le formule Diamond : « pour chacune des caractéristiques de l’espèce humaine […] on peut trouver de nombreux précédents ou même de nombreux stades précurseurs chez les animaux ». À certains égards nous sommes donc bel et bien des chimpanzés et nous n’avons pas à en rougir. Nous devons être, comme le formule superbement André Langaney, « animal et fier de l’être13 ». Mais sommes-nous tout autant chimpanzés en ce qui concerne des traits aussi importants pour notre civilisation que la morale et l’esthétique ?

22Ce n’est pas un hasard si, à propos de ces deux domaines, j’ai insisté sur le préfixe « proto » ou si Diamond parle, à ce sujet, de « stades précurseurs ». Nous sommes certes des chimpanzés en ce que nous partageons avec nos cousins les racines biologiques de la morale et celles de l’esthétique. Mais, par l’exercice d’un cerveau particulièrement performant, beaucoup plus performant que même celui de nos proches cousins chimpanzés, nous sommes amenés à donner à ces deux domaines, la morale et l’esthétique, un fonctionnement propre à notre espèce. Une manière plus particulièrement humaine de les gérer. Une manière qu’on peut appeler « philosophique ».

  • 14 Chapouthier G., « Le cerveau, simulateur dans tous ses états », Revue philosophique, 2008, n° 133 (...)

23Dans ce cadre, nos réflexions morales, comme nos choix esthétiques, fonctionnent sur un mode unitaire qui intègre à la fois leurs racines biologiques et une manière rationnelle, discursive, langagière, « humaine » de les traiter. Les chimpanzés ont certes beaucoup de comportements que nous pourrions qualifier de « moraux », mais ils n’établissent pas des « systèmes moraux », religieux ou laïques, capables d’intégrer ces comportements dans une « pensée », traduite en langage. Les chimpanzés ont certes beaucoup de comportements qui démontrent des choix esthétiques, mais ils n’établissent pas des « systèmes esthétiques », des traités d’art, capables d’intégrer ces comportements dans une « pensée », traduite en langage. Certes nous sommes des chimpanzés, mais après tout, il faut bien que notre puissant cerveau14 nous serve à quelque chose et nous distingue d’une certaine manière de nos cousins !

24Les très grandes capacités de traitement de notre cerveau engendrent une autre différence avec nos cousins animaux : un sens très aigu chez nous du temps et de l’imaginaire. Non pas que le sens du temps n’existe pas chez les animaux les plus « intelligents » : un oiseau qui se prépare à migrer, un écureuil qui cache des noisettes pour l’hiver ou, simplement, un chien qui attend l’arrivée de son maître, ont, bien entendu, un sens du temps. Quant à l’imaginaire, il a pu être montré que les mammifères et les oiseaux rêvent au moins durant leur sommeil. Mais il est clair que l’Homme est, en quelque sorte, un « obsédé du temps », qu’il se projette sans arrêt dans l’avenir, qu’il est même capable de « gauchir » cette projection vers le futur par un imaginaire débordant. Un imaginaire qui peut parfois, au moins sur le plan artistique, cultiver les fleurs de l’absurde, comme l’ont notamment montré, pour le plus grand bénéfice de l’art, le mouvement surréaliste et la philosophie qui le sous-tend. Oui, nous, « hommes savants », vivons aussi dans un monde où, comme l’a dit Eluard : « la Terre est bleue comme une orange ».

  • 15 Schopenhauer A., Parerga et paralipomena, [Philosophie et philosophies], Paris, Félix Alcan, 1907, (...)

25Nous sommes donc, à la fois, des chimpanzés et des philosophes, au sens large du terme. Ou des « chimpanzés philosophes ». Ou peut-être devrais-je dire : nous devrions l’être ? Car, au moins dans le domaine de la morale, les résultats pratiques ne sont guère à la mesure de notre prodigieux cerveau. Nous n’appliquons guère les leçons des beaux systèmes moraux, religieux ou laïques, que nous avons su élaborer. Notre histoire, on l’a dit plus haut, est une succession abominable de guerres, de tortures, d’exactions, de crimes, d’atrocités, dont, nous « chimpanzés philosophes », nous n’avons guère lieu d’être très fiers. Rappelons, à ce propos, le triste constat fait par Arthur Schopenhauer : « Chacun porte en soi, au point de vue moral, quelque chose d’absolument mauvais, et même le meilleur et le plus noble caractère nous surprendra parfois, par des traits individuels de bassesse ; il confesse ainsi en quelque sorte sa parenté avec la race humaine, où l’on voit se manifester tous les degrés d’infamie et même de cruauté15. »

  • 16 Jeangene Vilmer J.-B., Éthique animale., Paris, Puf, 2008.

26Souhaitons, en conclusion, que le caractère de « philosophe », que notre espèce revendique, nous conduise à davantage de morale au sein de notre espèce. Et aussi à l’égard de nos cousins animaux16, certes moins doués que nous sur le plan intellectuel, mais qui ne méritent, en aucun cas, les traitements abominables que nous leur faisons souvent subir !

Notes

1 Chapouthier G., Kant et le chimpanzé – Essai sur l’être humain, la morale et l’art, Paris, Belin- Pour la Science, 2009.

2 De Fontenay É., « Variations sur le “un pour cent” », dans L’Animal humain, traits et spécificités, in Chapouthier G. (dir.), Paris, L’Harmattan, 2004, p. 13-27.

3 Fiorito G., Scotto P., « Observational Learning in Octopus vulgaris », Science, 1992, n° 256, p. 545-547.

4 Chapouthier G., Kant et le chimpanzéEssai sur l’être humain, la morale et l’art, Paris, Belin- Pour la Science, 2009 ; Lestel D., Les Origines animales de la culture, Paris, Flammarion, 2001.

5 Alexinsky T., Chapouthier G., « A new behavioral model for studying delayed response in rats », Behavioral Biology, 1978, n° 24, p. 442-456.

6 Krief S., « Pharmacopée des chimpanzés et autres espèces », dans humanité, Animalité : quelles frontières ?, J.-C. Nouët et G. Chapouthier (dir.), Éditions « Connaissances et savoirs », 2006, p. 193-219.

7 De Waal F., De la réconciliation chez les primates, Paris, Flammarion, 1992.

8 Kreutzer M., « Du choix esthétique des animaux », Revue d’Esthétique, 2001, n° 40 (Animalités) (1), p. 113-116.

9 Chapouthier G., « Ébauches esthétiques chez les animaux », Cerveau et Psycho, 2006, n° 17, p. 64-66.

10 Diamond J., Le troisième chimpanzé. Essai sur l’évolution et l’avenir de l’animal humain, Paris, Gallimard, 2000.

11 Morris D., Le Singe nu, Paris, Grasset, 1967.

12 Diamond J., Le troisième chimpanzé. Essai sur l’évolution et l’avenir de l’animal humain Paris, Gallimard, 2000, p. 244.

13 Langaney A., Le Sauvage central, Raymond Chabaud, 1991.

14 Chapouthier G., « Le cerveau, simulateur dans tous ses états », Revue philosophique, 2008, n° 133 (3), p. 347-354.

15 Schopenhauer A., Parerga et paralipomena, [Philosophie et philosophies], Paris, Félix Alcan, 1907, p. 35-37.

16 Jeangene Vilmer J.-B., Éthique animale., Paris, Puf, 2008.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540