Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Revues modernistes, revues engagées

 | 
Benoït Tadié
, 
Céline Mansanti
, 
Hélène Aji

Troisième partie. Groupes et mouvements

The Masses (1911-1917) : magazine radical entre avant-garde et conformisme

Éliane Elmaleh

Texte intégral

1Le magazine américain The Masses parut à New York pendant une courte période, de 1911 à 1917, et il réussit à rassembler un grand nombre d’intellectuels et d’artistes de gauche, pour qui il fut un moyen unique de véhiculer leurs idées, de faire connaître leurs essais littéraires ou leurs poésies, et de donner à voir leurs productions artistiques.

2The Masses servit de modèle à nombre de publications ultérieures et eut un impact bien plus large que son lectorat plutôt restreint ne laissait à penser. L’objet de cet article est de dresser un rapide panorama du magazine tout en tentant de définir ce qu’il a pu représenter pour un grand nombre d’intellectuels, ceux qui s’y impliquèrent, ceux qui le lurent et ceux qui le soutinrent, et les relations complexes qu’il entretint avec le pouvoir en place. Je montrerai par ailleurs au travers des éditoriaux, articles et dessins sur le racisme et sur la religion qui parurent dans le magazine qu’il pouvait osciller entre une idéologie d’avant-garde, le positionnant comme précurseur des mouvements contestataires américains du xxe siècle, et un certain conformisme.

The Masses et la promotion d’une culture de gauche par une communauté d’intellectuels

  • 1 Ses porte-parole, Eugene Debs et Morris Hillquit évitaient de parler de révolution et avaient dava (...)
  • 2 Voir l’article de Piet Vlag, « Brains or Bombs ? », The Masses , janvier 1912, 5-6. Voir aussi cel (...)

3The Masses fut fondé en 1911 par Piet Vlag, socialiste d’origine hollandaise qui désirait créer un magazine géré à la manière d’une coopérative. La revue cependant, ne connut que peu de succès à ses débuts, et fut reprise en décembre 1912 par l’écrivain et homme politique Max Eastman, auquel s’associèrent Floyd Dell et John Reed ; dès lors, elle fit grand bruit sur la scène littéraire et politique, jusqu’à l’entrée en guerre des États-Unis. Le magazine reflétait les débats qui existaient au sein du Parti Socialiste américain, qui faisait fusionner populisme, espoirs utopiques et références au droit naturel tout en ayant un caractère composite, regroupant des ouvriers allemands et américains, des agriculteurs et des intellectuels ; à l’Est, les dirigeants se référaient aux ouvrages des socialistes européens, tandis que ceux de l’Ouest et du Middle West puisaient leurs connaissances à des sources autochtones1. Par ailleurs, un clivage idéologique existait : les réformistes, à droite du mouvement, différaient des socialistes révolutionnaires à gauche qui participèrent à la création du syndicat Industrial Workers of the World (IWW) en 1905. Ainsi, les rédacteurs et dessinateurs de The Masses débattaient de la légitimité de l’action directe2.

4Le refus de Max Eastman d’adhérer à une ligne de pensée unique parut dans l’éditorial de janvier 1913, qui s’annonçait comme un manifeste :

  • 3 Cite par J. Ellen Gainor, Susan Glaspell in Context : American Theater, Culture and Politics 1915- (...)

A revolutionary and not a reform magazine ; a magazine with no dividends to pay ; a free magazine ; frank, arrogant, impertinent, searching for the true causes ; a magazine directed against rigidity and dogma whenever it is found ; printing what is too naked or true for a moneymaking press ; a magazine whose final policy is to do as it pleases and conciliate nobody, not even its readers–there is room for this publication in America3.

  • 4 Dans Writers on the Left, Episodes in American Literary Communism, Daniel Aaron décrit l’implicati (...)
  • 5 Tels Walter Lippmann et Max Eastman.
  • 6 Tels Upton Sinclair, Sherwood Anderson, Carl Sandburg, James Oppenheim, Amy Lowell, Lola Ridge, Hi (...)
  • 7 Groupe de peintres qui emergea à New York au début du xxe siècle, qui était en rupture avec l’esth (...)
  • 8 Alors que les dirigeants officiels du Parti Socialiste et des syndicats de travailleurs avaient te (...)

5C’était un magazine alternatif défendant ardemment la liberté d’expression, les révolutions sociales et culturelles, et un lieu d’échanges où artistes et écrivains de gauche pouvaient s’exprimer librement. Les rédacteurs déclaraient d’ailleurs n’avoir juré aucune allégeance, ne se soumettre à aucun dogme, et ils associaient socialisme, féminisme, syndicalisme, anarchisme, freudisme, à une certaine forme de « bohémianisme ». The Masses reflétait les préoccupations des intellectuels new yorkais, désireux d’être les agents d’une transformation culturelle de la société4. Il correspondait à une tolérance nouvelle pour l’art et la politique, et essayistes5, romanciers et poètes6 y apportaient leur concours. Le magazine eut également une influence sur les peintres de l’Ashcan School7 et les écrits étaient illustrés par des graphiques de dessinateurs bien connus dans le milieu de la gauche intellectuelle et bohème à l’époque, tels Robert Minor, Boardman Robinson ou encore Art Young. The Masses publia un grand nombre d’essais critiques sur la « culture radicale8 », la sculpture, l’art socialiste et la littérature contemporaine.

  • 9 La critique littéraire dans les journaux socialistes aux États-Unis date de The Comrade, qui parut (...)
  • 10 The International Socialist Review fut la première grande revue intellectuelle américaine à se récl (...)
  • 11 Marianne Debouzy, « Du Camarade à Masses », op. cit, 97.
  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid.
  • 14 Voir l’ouvrage d’Anna Alice Chapin, Greenwich Village, New York, Dodd, Mead and Company, 1917.
  • 15 Voir l’article de Max Eastman : « The Question of Sabotage », New York Call, 29 mai 1914 : « I adv (...)

6L’orientation prise au départ par le magazine était à l’opposé des revues socialistes comme The Comrade9 ou encore The International Socialist Review10. La liberté artistique y était indispensable, l’écrivain devant « être libre de toute idée préconçue, même scientifique11 ». Le romancier devait « regarder la vie en observateur impartial » et Gorki servit de cible à The Masses pour illustrer les méfaits de la littérature didactique12. Le magazine affirmait son rejet d’une littérature à la remorque du socialisme qui « déformerait les faits afin qu’ils s’adaptent à la théorie du socialisme13 ». Alors que le conformisme de la société américaine du début du siècle freinait le renouvellement dans le domaine littéraire, une fraction importante de la société s’interrogeait sur la valeur des institutions et des idéaux traditionnels : le sentiment de révolte et le besoin de renouveau pénétraient aussi bien la littérature et l’art que la politique. Cette époque vit naître Greenwich Village, le quartier bohème et artiste de New York, où s’amorçait une révolution des mœurs14. C’était aussi le début du mouvement des « petits magazines » littéraires, non-conformistes, dans lequel The Masses devint non seulement l’organe d’une révolte totale contre la respectabilité, mais aussi celui de la lutte pour la défense et la victoire du prolétariat, indissociable de celle pour la liberté dans l’art et la littérature. Les articles enthousiastes sur le syndicat révolutionnaire IWW – dont la Convention en 1905, avait pris clairement parti pour la destruction révolutionnaire du capitalisme et dont les militants faisaient fi des compromis politiques, prônaient l’action directe sous forme de grève, désobéissance civile et sabotage – semblent bien démontrer que beaucoup de rebelles issus des classes dites « supérieures » (upper classes) étaient prêts à écouter le message révolutionnaire de The Masses15.

7La recherche de la nouveauté en poésie, dans les arts et en politique, impliquait une rupture profonde, non seulement avec l’éthique protestante du travail et autres valeurs puritaines, mais aussi avec toutes les formes de propriété de la classe moyenne. Les artistes et d’intellectuels qui gravitaient autour de The Masses désiraient ignorer les préjugés « hypocrites » du christianisme, du libéralisme et même du « progressisme » américain et ils visaient la création d’une civilisation nouvelle et sans oppression. Le magazine ne défendait pas une idéologie monolithique et totalisante mais plutôt une constellation d’inspirations et d’impulsions qui reflétait toute une gamme de rébellions néo et post-romantiques, du post-impressionnisme à Dada.

  • 16 Voir le dessin de Art Young, « Poisoned at the Source », The Masses, juillet 1913, 6 et l’article (...)
  • 17 The Masses publia ainsi des publicites et comptes rendus d’ouvrages de Friedrich Nietzsche, de Geor (...)
  • 18 Sur l’interet que pouvaient porter les intellectuels americains aux idées europeennes, voir l’ouvr (...)
  • 19 Bien que leurs philosophies semblent se contredire, les anarchistes et socialistes d’extrême gauch (...)
  • 20 Ils allaient ainsi aux « soirées » données par William et Margaret Sanger (voir Movers and Shakers(...)
  • 21 Voir Martin Green, New York 1913 : The Armory Show and the Paterson Strike Pageant, New York, Macm (...)

8Pour les rédacteurs, la société bourgeoise était non seulement corrompue, mais habitée par le mensonge, symbolisé particulièrement par la presse officielle qui était à son service16. Ils exposaient l’hypocrisie des dirigeants et déclaraient mener une quête vers « la vérité ». Cette recherche conduisit certains d’entre eux au militantisme politique, comme John Reed ou Max Eastman. Pour d’autres, elle signifiait introspection, exploration de l’irrationnel17. D’autres encore se tournaient vers la psychanalyse. Floyd Dell fit la promotion des ouvrages de Carl Jung et Eastman écrivit les premiers articles populaires sur Freud à l’intention du public américain18. Par ailleurs, entre 1910 et 1917, les anarchistes américains se regroupèrent dans ce qui ressembla le plus, dans l’histoire du mouvement, à une organisation, créant un réseau de centres culturels et d’écoles, comme la Modern Ferrer School à New York, créée par Emma Goldman et Alexander Berkman qui était un pôle d’attraction pour les intellectuels new yorkais, dont les rédacteurs et dessinateurs de The Masses19. Dans un certain nombre de hauts lieux de la gauche radicale et bohéme20 par ailleurs, étaient exposées les œuvres de certains dessinateurs du magazine qui rappelaient les prises de positions politiques de The Masses21.

9Le magazine était irrévérencieux, engagé dans un militantisme enjoué et non didactique. Ses artistes reflétaient une certaine diversité politique. Ainsi, le dessinateur Boardman Robinson combinait socialisme et christianisme fervent, Robert Minor était anarchiste et John Sloan et Art Young avaient commencé leur carrière dans des magazines conservateurs mais avaient abandonné le Parti Républicain après avoir découvert Eugene Debs. Par ailleurs, alors que le reste de la presse socialiste embrassait les valeurs traditionnelles de la famille, célébrant la monogamie, la maternité, le puritanisme, The Masses était à l’avant garde de la révolution sexuelle, dénonçait les inégalités entre hommes et femmes, parlait de plaisir sexuel féminin, d’éducation sexuelle des jeunes, prônait l’amour libre et le divorce, la contraception et la tolérance pour l’homosexualité, même si la plupart des intellectuels impliqués dans le magazine n’étaient pas adeptes de l’hédonisme car chez beaucoup d’entre eux survivait, en effet, un résidu de puritanisme. Pour ceux qui tentaient d’y échapper, Freud représentait l’outil idéal, et ils négligeaient les théories selon lesquelles la psychanalyse n’était apparemment pas compatible avec le matérialisme dialectique marxiste.

  • 22 Une version popularisée de darwinisme social permettait aux employeurs de trouver une justificatio (...)

10Les lecteurs de The Masses étaient des réformateurs, mais beaucoup remettaient également en question le système capitaliste sur la base d’une idéologie socialiste. Ce succès des idées de gauche entre 1871 et 1917 résultait des souffrances provoquées par l’industrialisation de la société22. Le magazine rendait compte d’ailleurs, avec précision, des grèves de toutes sortes qui avaient lieu aux États-Unis, ou des procès politiques qui pouvaient se tenir.

La lutte contre le racisme : contestation et conformisme

  • 23 Voir l’article d’Elizabeth Gurley Flynn, « Do You Believe in Patriotism ? », The Masses, mars 1916 (...)

11Les radicaux de The Masses cherchaient à préserver le pluralisme culturel. Ils rejetaient le melting pot, appelant à une plus grande tolérance pour la diversité culturelle, idée qu’ils rattachaient au socialisme et à la solidarité internationale entre les travailleurs23. L’intérêt porté aux différentes cultures des immigrants allait au-delà d’une certaine recherche de l’exotisme. Il était lié à l’espoir de créer une société plus cosmopolite et plus démocratique.

  • 24 Jusqu’en 1912, les socialistes ne s’opposaient pas à la ségrégation. Voir l’ouvrage de l’historien (...)
  • 25 Voir Weinsten, The Decline of Socialism, op. cit.

12La lutte raciale était censée être l’une des prises de position politique les plus courageuses du magazine durant une période pendant laquelle, même l’aile droite du Parti Socialiste défendait la ségrégation ; en effet, si Eugene Debs défiait les préjugés sociaux dans le Sud en refusant de parler devant un public composé de Blancs uniquement, il ne pensait pas qu’il fallait accorder une attention particulière au problème de l’oppression des Noirs24. La plupart des organisations de travailleurs, par ailleurs, excluaient les travailleurs noirs. Les socialistes les plus engagés sur le sujet se tournaient vers l’IWW qui, sous la direction de Bill Haywood, s’attaquait à la politique raciale de l’American Federation of Labor (AFL25). Un grand nombre d’articles de Max Eastman et John Reed et de dessins de John Sloan dénonçaient le traitement des Noirs dans le Sud et des membres de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) s’exprimaient d’ailleurs dans le magazine sur le sujet. En fait, dès 1913, en réaction aux attaques racistes menées dans l’état de Géorgie où des centaines de Noirs furent chassés de leurs demeures, Max Eastman poussa ces derniers à prendre les armes pour se défendre. Il fut d’ailleurs l’un des premiers à lancer un appel en faveur du Black Power :

  • 26 Max Eastman, « Niggers and Night Riders », The Masses, janvier 1913, 6.

We ought to go in the direction of equality and liberty. And the first step in that direction, when the Whites combine against Negroes and call it a race war, is for the Negroes to combine against the Whites and make it a race war… A Toussaint L’Ouverture is what the South needs–a fighting liberator, a Negro with power, pride and ancestry and eternal rebellion in his soul26.

  • 27 John Sloan, « Race Superiority », The Masses, juin 1913, 13.

13Le dessin de John Sloan, « Race Superiority » est assez représentatif de la façon dont le magazine dénonçait racisme et stéréotypes27. L’humour intrinsèque de la scène provient de son caractère incongru : à l’arrière plan, une famille de Blancs part travailler et leur attitude montre bien qu’une dure journée de labeur les attend. Au premier plan, un enfant noir, assis sur une barrière, se réjouit visiblement de sa « liberté » et le montre en croquant à pleines dents une tranche de pastèque. L’intérêt du dessin se situe bien évidemment dans la légende qui implique un processus de réajustement intellectuel. Si « Race Superiority » signifie généralement la « supériorité » des Blancs sur le Noirs, ce dessin ne met pas les Blancs en position de supériorité, bien au contraire. En fait, ce sont eux qui sont montrés comme inférieurs, pauvres, exploités, abîmés par le travail, comme l’atteste leur dos voûté. Le personnage noir est celui qui se tient droit et sa position au premier plan renforce cette idée de domination. Sloan fait ici un usage satirique du concept de supériorité en le renversant pour en montrer toute l’absurdité. Cependant, le côté satirique du magazine avait ses effets pervers. Se moquer de la supériorité des races et dessiner un « picaninny » en train de se repaître de pastèque alors que c’était la caricature raciale dominante pour représenter les enfants noirs, revenait aussi à coopter une imagerie raciste. Le terme de « picaninny » s’appliquait à un enfant noir aux yeux globuleux, aux cheveux mal peignés, aux lèvres rouges et à la grande bouche dans laquelle il s’efforçait toujours d’enfourner d’énormes tranches de pastèque. Le picaninny n’est « supérieur » dans ce contexte que parce qu’il est présenté comme ayant réussi à échapper au dur labeur qui incombe aux Blancs. Ce type de dessin était en fait de nouvelles caricatures qui suivaient la tradition d’infériorisation des Noirs, même si dans le dessin de Sloan, les Blancs paraissaient en faire les frais.

  • 28 Voir les dessins de Stuart Davis dans The Masses : « Jersey City Portrait » (juillet 1915) 10 et « (...)
  • 29 Appellation dérogatoire pour designer un homme noir docile, fidèle et heureux ; le mot serait d’or (...)
  • 30 Voir sur le sujet l’essai de Donald Bogle, Toms, Coons, Mulattoes, Mammies, & Bucks : An Interpret (...)
  • 31 Voir son autobiographie : Art Young, His Life and Times, New York, Sheridan House, 1939, 139-140.
  • 32 Max Eastman, « The Masses and the Negro : a Criticism and a Reply », The Masses, mai 1915, 6. Voir (...)

14Les dessins renforçant les stéréotypes raciaux et ethniques abondaient, dessins qui allaient à l’encontre des articles et de certains éditoriaux. Lutter pour l’égalité et ridiculiser ceux pour qui ils luttaient ne leur semblait pas contradictoire. Ainsi, Max Eastman dénonçait les lynchages mais il publiait aussi des vers parodiant le parler des Noirs du Sud. Stuart Davis dépeignait les Noirs, passant d’une sensibilité idéalisée à une caricature grotesque, celle de la Mammy noire, figure maternelle, au large sourire, généralement obèse, qui se présentait comme la preuve que les femmes noires étaient heureuses, déconstruisant toute critique sur le caractère aliénant et déshumanisant de l’oppression des Noirs28. D’autres dessinateurs se conformaient aux visions caricaturales de ces derniers en « sambos29 » ou « coons ». La caricature du « coon » était l’une des plus insultantes. Le nom lui-même, abréviation de « racoon » (raton laveur) était déshumanisant. Le Noir était représenté comme un personnage grotesque, paresseux, peureux, oisif de façon chronique, et ayant la mentalité d’un enfant30. S’il n’était pas heureux de sa condition d’esclave, c’était parce qu’il était trop paresseux ou trop cynique. Ainsi Art Young, avait souvent une vision des Noirs du Sud qui se réduisait à une perception d’individus heureux et primitifs et rien dans ses dessins ne laissait supposer qu’il était conscient de leurs conditions de vie difficiles et des violences dont ils étaient victimes31. Robert Minor, dessinateur phare de The Masses, qui, on l’a vu, était pourtant sensible à la question (et qui devait, quelques années plus tard, abandonner le dessin pour devenir permanent au parti communiste), succomba de façon encore plus dramatique et outrancière aux stéréotypes de l’époque. Son Pugilismus in Excelsis, the Grinning Negro as He Appears to Robert Minor, publié dans un magazine littéraire, Current Literature en 1912, transforme le champion de boxe noir Jack Johnson en cannibale entouré de ce que l’on peut considérer comme des os humains. Cette caricature ne pouvait qu’être perçue comme hostile aux Noirs américains à l’époque. Lorsqu’une lectrice du magazine critiqua violemment les dessinateurs pour certaines de leurs représentations des Noirs qu’elle considérait comme dégradantes, Max Eastman nia toute intention raciste et déclara ainsi, parlant de Stuart Davis : « Stuart Davis portrays the coloredpeople he sees with exactly the same cruelty with which heportays the Whites32. »

  • 33 Voir de C. Vann Woodward, The Strange Career of Jim Crow, New York, Oxford University Press, 1957.
  • 34 Voir d’Herbert Shapiro, « The Muckrakers and Negroes », Phylon, 31, premier trimestre 1970, 76-88.
  • 35 Voir de Guy McElroy, Facing History : The Black Image in American Art : 1710-1940, San Francisco, (...)
  • 36 Créée en 1922 pour contribuer à développer une plus grande sécurité économique des Noirs américain (...)

15Cependant cette satire s’appliquant autant aux Noirs qu’aux Blancs ne pouvait que faire écho aux discours ambiants racistes. Les progressistes au gouvernement ne s’intéressaient pas à la question raciale et aux contraintes sociales et politiques qui étaient imposées aux Noirs. Produits de leur temps, ils ne remettaient aucunement en question l’infériorité de ces derniers33. Certains muckrakers également avaient une attitude condescendante à leur égard et les considéraient comme inférieurs, même s’ils défendaient l’égalité civique et juridique34. Les critiques d’art intégraient fréquemment les stéréotypes raciaux dans leurs commentaires, même lorsque leur intention était de faire l’éloge de certaines œuvres35. L’article pouvait être positif et se référer à des « caractéristiques raciales ». Les catalogues de la Harmon Foundation36 abondaient de ces « positive Negro qualities » qui comprenaient :

  • 37 Harmon Foundation, Harmon Foundation, an Illustrated Review of their Achievements, New York, Harmo (...)

An inheritance of physical strength, a sense of rhythm, optimism and humor, simplicity and aplomb, appreciation and dignity of honest labor […] From a fear of being segregated also in his art expression, the Negro artist is rapidly becoming aware that from his African ancestry, he has developed deeply rooted capacities and instincts that are capable of being translated into vital forms37.

  • 38 Voir par exemple les commentaires de Carl Zigrasser dans « Modern American Etching », Print Collec (...)

16Lorsqu’ils discutaient de sujets noirs peints par des artistes blancs, les critiques d’art décrivaient les personnages en utilisant les référents caricaturaux traditionnels, tels le Noir insouciant, même si rien dans la peinture ne pouvait suggérer cette impression38. Par ailleurs, les articles faisant référence à l’art dit « nègre » ou art « primitif » étaient condescendants, rejetant la valeur particulière de cet art pour le cataloguer comme « exotique ». Les dessinateurs et rédacteurs de The Masses fonctionnaient à l’intérieur d’un micro-milieu sans tenir compte des préjugés ambiants ; cependant, lorsque certaines de leurs représentations grotesques ou caricaturales, à l’instar de nombreuses autres dépeignant des Blancs, s’avéraient se conformer aux images véhiculées par la presse grand public, elles ne pouvaient que confirmer les stéréotypes raciaux.

  • 39 Voir l’article d’Emmanuel Julius, « Night Life in Newark », New York Sunday Call, Magazine section (...)
  • 40 Mabel Dodge, Movers and Shakers, op. cit.
  • 41 Voir l’article de Floyd Dell, « Books : Fifty Years and Other Poems by James Weldon Johnson », Lib (...)
  • 42 Glenn Coleman cité par Emanuel Julius, « Night Life in Newark », New Sunday Call, Magazine section (...)

17Les rédacteurs et artistes étaient déchirés entre ce qu’ils pensaient être la recherche d’une certaine « authenticité » et leur désir de soutenir les droits civiques des Noirs en dépeignant ces derniers de façon positive. Beaucoup d’auteurs intégraient le préjugé dominant sur le « rythme naturel » des Noirs qui fuyaient la pauvreté par la débauche et l’ivresse39. Les radicals de Greenwich Village s’appropriaient symboliquement la culture noire, païenne, sur laquelle la religion puritaine n’avait pas de prise. Ils voulaient que les Noirs gardent un côté non civilisé, non corrompu par la société moderne, et exploitaient ouvertement cet aspect en les invitant régulièrement aux soirées qu’ils organisaient, dans lesquelles les Noirs jouaient le rôle traditionnel de minstrels40. Même certains Blancs bien intentionnés insistaient sur les aspects les plus stéréotypés des Noirs, censés exprimer leur reconnaissance envers les Blancs, qui se montraient désireux de les aider, alors qu’ils les enfermaient dans les aspirations qu’ils avaient pour eux ; ainsi, Floyd Dell considérait que les Noirs étaient naturellement poètes parce que plus proches de la nature que les Blancs, et que les vers produits dans le dialecte du Sud correspondaient à « une écriture poétique raciale41 ». L’artiste Glenn Coleman qui dessinait pour The Masses déclara ainsi, parlant d’un pianiste de Harlem : « He is a primitive expressing himself as best he knows how, but his expression is real and deep. You may talk about Beethoven […]. One expresses the primitive, the other the over-sensitized42. »

  • 43 Voir W. E. B. Dubois, « The Conservation of Races », The American Negro Academy, Occasional Papers (...)
  • 44 Eugene Debs cité par Jonathan M. Hansen dans The Lost Promise of Patriotism, Debating American Ide (...)
  • 45 Ibid.
  • 46 Zurier, Art for The Masses, op. cit, 151.

18Un certain nombre de critiques d’art et d’artistes considéraient certainement qu’ils ne faisaient qu’adopter la rhétorique et les idées de certains intellectuels noirs tels W. E. B. Dubois, qui encourageaient les Noirs américains à être fiers de leur appartenance raciale et à la revendiquer43. Les contradictions entre racisme et conscience sociale étaient caractéristiques de cette période d’avant la Première Guerre Mondiale, et si certains pensaient, à l’instar de Eugene Debs, que « there is no negro question outside the class question44 », d’autres craignaient qu’une réelle intégration ne conduise à des mariages mixtes45. Dans ce domaine, The Masses ne réussit pas véritablement à démanteler les préjugés qui dominaient à l’époque. Les radicaux blancs, par ailleurs, craignaient que les demandes de censure exigées par les Noirs, notamment par le biais de la NAACP au moment de la sortie du fameux film particulièrement raciste de D. W. Griffith Birth of a Nation, n’aillent à l’encontre de la liberté d’expression à laquelle ils étaient tout particulièrement attachés ; cela pouvait les rendre aveugles à certaines subtilités de l’oppression raciale. Les rédacteurs et dessinateurs de The Masses défendaient une rhétorique universaliste, et s’appropriaient et intégraient en même temps certains fonctionnements de la majorité raciste. Certains avaient du mal à se détacher des préjugés dominants, même s’ils étaient en rupture avec l’ordre établi46.

  • 47 Ils ouvrirent ainsi leurs colonnes à une sympathisante de la NAACP qui raconta l’enquête qu’elle a (...)

19The Masses abandonna cependant graduellement les stéréotypes et caricatures raciales pour adopter une attitude militante contre le racisme. Il soutint ainsi la croisade menée par la NAACP contre le lynchage en 1916. Il leur semblait hypocrite de dénoncer les horreurs de la guerre en Europe et de ne pas s’émouvoir des lynchages perpétrés dans le Sud des États-Unis47.

The Masses, la religion et les églises

  • 48 Voir l’article de Mike Mosher, « When Jesus was Left : Christians, Socialists and the Masses », Ba (...)
  • 49 Art Young, « Imagination the Messenger of Action », The Masses, février 1912, 4.

20À l’instar de leur attitude à l’égard des Noirs américains, les contributeurs de The Masses avaient une approche de la religion pas toujours très cohérente. Ils rejetaient toute doctrine religieuse mais différaient de la ligne marxiste traditionnelle selon laquelle la religion était l’opium du peuple. En fait, ils appréciaient sentimentalement la philosophie chrétienne. Il leur arrivait de faire référence à Jésus Christ comme « the first socialist » et le poète vagabond Harry Kemp l’appelait « super-tramp » ou « divine hobo » car il prêchait selon eux un évangile social, se plaçant du côté des bannis, des marginaux et se déclarant le représentant des pauvres et des opprimés48. Dans l’un des premiers numéros de The Masses, Art Young donna une vision de ce que devait représenter le socialisme : une main ailée écrit dans le ciel « socialism » et, en arrière plan, un éclair illumine le ciel : « Imagination sees a world where common humanity shares in the right of suffrage. Imagination sees a world without poverty, where the producer owns the means of production49. »

21Comme peut le suggérer le ton quelque peu lyrique de ce passage, le socialisme du début du siècle avait une forte sensibilité religieuse. Beaucoup de sympathisants étaient de fervents chrétiens, motivés par un désir d’améliorer le sort des pauvres et ils considéraient le militantisme politique comme une sorte de croisade morale. Particulièrement dans les régions rurales, des orateurs charismatiques prêchaient la doctrine de l’amour fraternel et Eugene Debs lui-même invoquait souvent l’image du « Christ ouvrier » dans ses discours. La plupart des socialistes étaient d’ailleurs pacifistes, opposés à la guerre. La promesse d’une société juste attirait même des membres des classes plus aisées, comme les riches donateurs de The Masses. En fait, en 1910, le socialisme à forte influence chrétienne était considéré comme suffisamment respectable pour être soutenu par la presse grand public.

  • 50 Maurice Becker, « Last Supper », The Masses, décembre 1913, 4.
  • 51 John Sloan, « Calling the Christian Bluff », The Masses, avril 1914, 12-13.
  • 52 Frank Tanenbaum, « Transcript of Adress to His Judge », The Masses, mai 1914, in William O’neill, (...)

22Les rédacteurs rejetaient cependant l’institution cléricale. Ils attaquaient l’église corrompue et sa rapacité, sa capacité à accumuler des richesses qui n’étaient pas mises au service des plus démunis. Ainsi, Maurice Becker, dans un dessin intitulé « Last Supper » dépeint un banquet somptueux donné par la convention épiscopale à New York ; en arrière-plan, le Christ sur sa croix surplombe la scène, mais n’est pas remarqué par l’assemblée de notables indifférents à la souffrance des autres50. Le dessin de John Sloan, « Calling the Christian Bluff », qui montre des policiers chassant par la force des pauvres gens d’une église, dénonçait la complicité existant entre le pouvoir et les institutions cléricales51. Il faisait suite à l’arrestation de Frank Tanenbaum, jeune militant de 18 ans qui avait conduit dans des églises des centaines de sans-abri. Les pasteurs crièrent au sacrilège, refusèrent de leur fournir abri et nourriture et ils firent appel aux forces de l’ordre qui arrêtèrent 190 hommes. Accusé d’incitation à la révolte, Tanenbaum fut condamné à un an et demi de prison. The Masses publia plusieurs articles sur l’incident et lui donna par la suite la parole pour qu’il décrive, depuis sa prison, les conditions de vie terribles des détenus52.

  • 53 Art Young, « Nearer My God to Thee », The Masses, décembre 1913, 17.

23Art Young, quant à lui, montre Trinity Church coincée entre des buildings commerciaux dans un dessin dont la légende déclare cyniquement : « Nearer my God to Thee53. » L’église épiscopalienne, l’une des plus riches des États-Unis, se refuse à partir de ce haut lieu des affaires, restant plus attachée à ses intérêts financiers qu’à sa mission humanitaire. Le pasteur William Manning de Trinity Church prit d’ailleurs clairement position pour la guerre, déclarant :

  • 54 William Manning cité par Bordman Robinson, The Masses, janvier 1917, 22-23.

Our Lord Jesus Christ does not stand for peace at any price […]. Every true American would rather see this land face war than see her flag lowered in dishonor […]. I wish to say that, not only from the standpoint of a citizen, but from the standpoint of a minister of religion […]. I believe there is nothing that would be of such great practical benefit to us as universal military training for the men of our land54.

  • 55 Ibid.

24Boardman Robinson illustra cette déclaration par un dessin montrant le révérend tentant de convaincre Jésus et ses apôtres de la justesse de ses arguments, mais ne recevant que regards méprisants et incrédules de la part d’une assemblée indignée que des propos guerriers puissent être tenus par un homme se réclamant de Jésus Christ55.

  • 56 Carl Sandburg, « To Billy Sunday », The Masses, septembre 1915, 11.
  • 57 George Bellows, « This Man Subjected Himself to Imprisonment », The Masses, juillet 1917, 4.
  • 58 Boardman Robinson, « The Deserter », The Masses, juillet 1916, 18.

25Carl Sandburg publia un poème dans lequel il attaquait les évangélistes, instrumentalisés par les banquiers et hommes d’affaires, pour rendre les pauvres plus dociles56. Ce scepticisme à l’égard de l’église se renforça avec la Première Guerre Mondiale. Max Eastman n’hésita pas à dénoncer le patriotisme clérical comme contraire à l’éthique chrétienne et George Bellows montra dans son dessin « This Man Subjected Himself to Imprisonment » un Christ enchaîné, bagnard emprisonné, accusé d’avoir découragé l’enrôlement dans l’armée pour avoir fait des déclarations telles que « thou shalt not kill » ou encore « blessed are the peacemakers57 ». Dans « The Deserter », Boardman Robinson dénonça la tendance de tous les belligérants à invoquer la mission divine pour partir en guerre, dans un dessin montrant le Christ face à un peloton d’exécution composé de divers soldats des pays en guerre58.

  • 59 Sur l’histoire des divers procès qui furent faits au magazine et de ses démêlés avec la justice et (...)
  • 60 Max Eastman, « The Masses vs Ward and Gaw », The Masses, septembre 1916, 5.
  • 61 Max Eastman, « The Religion of Patriotism », The Masses, juillet 1917, 8.

26Lorsque le magazine fut interdit de circulation pour avoir prêché l’athéisme59, Max Eastman affirma que les artistes et écrivains de The Masses avaient une religion, non pas celle du profit et du salut individuel, mais une religion sociale concernée par les droits de l’homme60. Selon lui, les préceptes chrétiens fondamentaux étaient en contradiction avec la guerre, le capitalisme et l’impérialisme et étaient instrumentalisés par la classe dirigeante61.

  • 62 John Reed, « Whose War », The Masses, avril 1917, disponible à l’URL suivante : http://www. marxis (...)
  • 63 Art Young, « Having their Fling », The Masses, septembre 1917, 7.

27Lorsque en 1917, le Congrès fit passer « l’Espionage Act », qui interdisait toute propagande anti-guerre, violant en fait le premier amendement à la Constitution et redéfinissant en même temps la notion de trahison, John Reed dénonça la loi dans un éditorial intitulé « Whose War ? » ; il fustigea les églises tout autant que la presse, les hommes politiques, les riches et les dirigeants sociaux qui, tous, poussaient à la guerre aux dépens des travailleurs et des plus démunis62 – ce que montre bien le dessin d’Art Young dans lequel on voit un prêtre, un homme politique, et un capitaliste se réjouir de leurs bénéfices au son d’une symphonie démoniaque, jouée par des armes en guise d’instruments, tout en formulant des paroles pieuses et patriotiques63.

28La fascination pour le Christ se doublait donc d’une critique de l’institution cléricale. Le Christ était d’autant plus sacralisé qu’il représentait à la fois les victimes et les opprimés pour lesquels les radicaux étaient censés lutter, mais aussi leur guide spirituel. Leur attitude face aux églises légitimait leur engagement politique sans pour autant les marginaliser par rapport à la pensée dominante. Les rebelles de The Masses cooptaient un puissant symbole de la majorité, le repositionnant cependant dans une optique différente. Leur discours de célébration du Christ ne pouvait que se heurter aux propos rebelles et révolutionnaires de certains d’entre eux. Cette conciliation entre contestation sociale et conformisme religieux correspondait tout à fait à cette oscillation du magazine qui affirmait ne s’accommoder d’aucun dogme. Cette indépendance idéologique était aussi ce qui en faisait sa faiblesse en tant qu’outil dans la lutte des classes.

L’impact de The Masses sur le public américain

  • 64 Arturo Giovannitti, « What I Think of The Masses », The Masses, juillet 1913, 3.
  • 65 Art Young, On My Way : Being the Book of Art Young in Text and Pictures, New York, Horace Liverigh (...)
  • 66 Voir Zurier, Art for The Masses, op. cit, 65-67.
  • 67 David Scott, John Sloan, New York, Watson Guptill, 1975, 111.
  • 68 Ibid.

29L’objectif de The Masses était la conscientisation des masses, comme l’atteste l’un des révolutionnaires de l’IWW qui déclarait en 1916 : « I believe that The Masses, next to the masses of organized labor is the biggest thing America has produced so far […]. This paper belongs to the proletariat, it is the recording secretary of the revolution in the making64. » Parallèlement cependant, le conservateur Arthur Brisbane, rédacteur du New York Evening Post, déclarait lui, s’adressant à Art Young : « You Masses boys are talking to yourselves65. » La question légitime se pose donc de savoir si The Masses eut véritablement un impact sur les masses, sur la classe ouvrière. Les listes d’abonnés ayant été perdues avec la disparition du magazine, certainement dans le but de protéger l’anonymat des personnes concernées, il est difficile de répondre précisément à cette question66. De nombreux témoignages s’accordent à déclarer que son impact fut beaucoup plus important que ne pouvait le suggérer son tirage qui atteignit son apogée avec 12 000 exemplaires par mois entre 1915 et 191767. En effet, les wobblies et les membres du Parti Socialiste impliqués dans le magazine faisaient circuler les numéros dans toutes leurs sections. De plus, les rédacteurs offraient l’abonnement à tous les travailleurs emprisonnés pour raison politique, ce qui impliquait qu’il circulait dans de nombreuses prisons. Les dessinateurs mettaient également leurs dessins satiriques à la disposition de la presse étrangère et à celle de nombres de magazines socialistes alternatifs68.

  • 69 Debouzy, op. cit.

30Cependant, du fait de ses remises en question de la morale traditionnelle, la famille et la religion, le magazine attaquait certains des idéaux chers aux travailleurs. L’intérêt qu’artistes et intellectuels portaient à l’amour libre, la psychanalyse ou encore l’homosexualité paraissait au mieux incongru, voire déplacé à la plupart d’entre eux69. The Masses était trop individualiste, trop intransigeant, trop impertinent pour rivaliser avec d’autres magazines socialistes comme Appeal to Reason en tant qu’outil révolutionnaire. En fait, il faisait appel à ceux qui étaient disposés à une remise en question radicale de l’ordre établi : les syndicalistes, les anarchistes, les gauchistes, les penseurs, les écrivains, les artistes. Il attirait également les jeunes rebelles des campus et un grand nombre d’entre eux furent à bonne école avec le magazine. En tant qu’organe de contestation, The Masses eut aussi une influence importante ; les rédacteurs réussirent, en effet, à attirer l’attention du public sur les conditions des travailleurs et sur les droits civiques. Ainsi, les rapports publiés de Frank Tanenbaum depuis sa prison conduisirent à la réforme des prisons new yorkaises.

31Ce rapide panorama démontre clairement que The Masses se trouvait au carrefour de plusieurs grands courants de pensée et d’action. Les rédacteurs influencèrent, et furent eux-mêmes influencés par quelques unes des tendances poétiques, artistiques, musicales et théâtrales les plus marquantes de la période. Ils furent également les précurseurs d’un certain type de presse à vocation politique et culturelle qui servit de modèle à nombres de ses successeurs. L’originalité du magazine était d’avoir créé un espace qui sauvegardait la liberté d’expression, tout en maintenant une ligne politique révolutionnaire même si leurs oscillations idéologiques sur des sujets tels que la question raciale et la religion ne les désolidarisaient pas totalement des discours majoritaires. Les idées d’avant-garde sur ces sujets étaient d’une part prescientes, d’autre part limitées par des valeurs héritées du xixe siècle. L’évolution du magazine lui-même et de ses héritiers (The New Masses, The Liberator) est révélateur de l’évolution des idées de gauche aux États-Unis. Même si, victime de la censure, il cessa de paraître en 1917, il fut indéniablement un creuset, un ferment d’idées en ébullition qui réapparurent dans les années 20 notamment, avec la Renaissance de Harem, puis dans les années 30 ; bien évidemment les questions de racisme, féminisme et révolution, furent développées et très en vogue dans les années 60. Les similarités sont nombreuses entre la rébellion culturelle de Greenwich Village qui émergea après la Deuxième Guerre mondiale et le mouvement de contre-culture de la fin des années 60. Les collaborateurs de The Masses ont en fait servi de détonateur à des idées qui rebondirent périodiquement et connurent plus ou moins de succès mais qui stimulèrent intellectuellement un grand nombre d’Américains. C’est pour cela qu’il est intéressant d’étudier ce magazine dans une perspective d’Histoire intellectuelle aux États-Unis.

Notes

1 Ses porte-parole, Eugene Debs et Morris Hillquit évitaient de parler de révolution et avaient davantage une rhétorique de redistribution de la richesse et du travail. Plutôt que de renverser les institutions existantes, ils désiraient redonner le pouvoir au peuple sur la base des idéaux de justice et d’égalité prônés par les pères fondateurs de la nation.

2 Voir l’article de Piet Vlag, « Brains or Bombs ? », The Masses , janvier 1912, 5-6. Voir aussi celui de David Shannon, « The Socialist Party before the Fist World War », Mississipi Valley History Review, XXXVIII, septembre 1951, 279-288. Enfin, voir « Du Camarade a Masses » de Marianne Debouzy, Le Mouvement Social n° 59, Critiques Litteraire et Socialiste, avril-juin 1967, 89-99.

3 Cite par J. Ellen Gainor, Susan Glaspell in Context : American Theater, Culture and Politics 1915-1948, Ann Harbor, University of Michigan Press, 2001, 62.

4 Dans Writers on the Left, Episodes in American Literary Communism, Daniel Aaron décrit l’implication des écrivains américains dans le mouvement radical, de ses origines « bohémiennes » en 1912 à leur désillusion au début des années 1940 (New York, Harcourt, Brace & World, 1961).

5 Tels Walter Lippmann et Max Eastman.

6 Tels Upton Sinclair, Sherwood Anderson, Carl Sandburg, James Oppenheim, Amy Lowell, Lola Ridge, Hi Simons, Jack London, Jack Conroy et Edna St Vincent Millay.

7 Groupe de peintres qui emergea à New York au début du xxe siècle, qui était en rupture avec l’esthétique des institutions artistiques et tournait le dos aux portraits de la haute société. Ces artistes imposaient une vision sans concession de la vie urbaine, puisant leur sujet dans la foule des rues (parmi eux John Sloan, George Bellows, William Glackens). Voir l’ouvrage de Rebecca Zurier, Metropolitan Lives : The Ashcan Artists and Their New York, Washington DC, National Museum of American Art in association with W. W. Norton & Co., New York, 1995.

8 Alors que les dirigeants officiels du Parti Socialiste et des syndicats de travailleurs avaient tendance à encourager factionnalisme et querelles internes (on pense notamment au syndicat conservateur American Federation of Labor, au discours anti-radical de son dirigeant Samuel Gompers, aux propos racistes de certains leaders socialistes, à l’hostilité du syndicat Industrial Workers of the World envers toute forme de politique électorale), le radicalisme populaire se construisit autour d’un certain nombre d’intellectuels et d’une culture populaire prônant une version vulgarisée du marxisme. Voir l’ouvrage de Donald Sassoon, One Hundred Years of Socialism : The West European Left in the Twentieth Century, New York, The New Press, 1996. Ceux que l’on appelait les “rebelles” réussirent à bâtir collectivement une culture révolutionnaire nationale, dont le but était de s’attaquer à la légitimité du capitalisme et des monopoles, tout en défendant le droit des citoyens à s’organiser face aux répressions juridiques, militaires et privées. Selon l’historien Paul Buhle, il n’y eut pas un socialisme mais plutôt une variété de socialismes qui étaient souvent en compétition l’un avec l’autre (Marxism in the United States : Remapping the History of the Amerian Left, New York, Verso, 1987). Voir aussi l’ouvrage de James Weinstein, The Decline of Socialism in the United States : 1912-1925, New Brunswick, Rutgers University Press, 1984.

9 La critique littéraire dans les journaux socialistes aux États-Unis date de The Comrade, qui parut de 1901 à 1905, et fut publié par un groupe d’intellectuels new yorkais. Son objectif était de combattre la société commerciale et de refléter la pensée socialiste, « l’impulsion socialiste », telle qu’elle s’exprimait dans l’art et la littérature (voir The Comrade, octobre 1901, 12).

10 The International Socialist Review fut la première grande revue intellectuelle américaine à se réclamer du marxisme. Avec un tirage qui variait entre 3 000 et 6 000 exemplaires, elle était destinée à éduquer l’intelligentsia du parti socialiste et à développer la recherche marxiste aux États-Unis. Créée en 1901, elle fusionna avec The Comrade en 1905 et cessa d’exister en 1918.

11 Marianne Debouzy, « Du Camarade à Masses », op. cit, 97.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Voir l’ouvrage d’Anna Alice Chapin, Greenwich Village, New York, Dodd, Mead and Company, 1917.

15 Voir l’article de Max Eastman : « The Question of Sabotage », New York Call, 29 mai 1914 : « I advocate the use of sabotage and violence as having been and as likely to be in the future upon many occasions excellent tactics in the fight of an oppressed class against its oppressors. » Voir également son article "Knowledge and Revolution" publié dans The Masses, janvier 1913, 5. Pendant la période de dépression économique de l’hiver 1913-1914 durant laquelle 1/2 million de new-yorkais perdirent leur travail, The Masses consacra un certain nombre d’articles aux efforts déployés par l’IWW pour organiser des manifestations pacifiques de chômeurs, et aux répressions violentes des autorités. Voir par exemple l’article de John Reed, « War in Paterson », The Masses, juin 1913, 14-17.

16 Voir le dessin de Art Young, « Poisoned at the Source », The Masses, juillet 1913, 6 et l’article de Max Eastman, « The Worst Monopoly », The Masses, juillet 1913, 6.

17 The Masses publia ainsi des publicites et comptes rendus d’ouvrages de Friedrich Nietzsche, de George Bernard Shaw et de Georges Sorel.

18 Sur l’interet que pouvaient porter les intellectuels americains aux idées europeennes, voir l’ouvrage de Henri Farnham May, The End of American Innocence ; A Study of the First Years of Our Time, 1912-1917, New York, Knopf, 1959.

19 Bien que leurs philosophies semblent se contredire, les anarchistes et socialistes d’extrême gauche avaient des intérêts communs, notamment du fait de leur soutien à l’IWW et leur défense de la liberté d’expression.

20 Ils allaient ainsi aux « soirées » données par William et Margaret Sanger (voir Movers and Shakers de Mabel Dodge Luhan, Albuquerque, University of New Mexico Press, [1936] 1985) ; aux dîners informels du Liberal Club sur MacDougal Street ; ils passaient à la célèbre galerie « 291 » d’Alfred Stieglitz, à la pointe de l’avant-garde artistique de l’époque, qui fut la première à exposer des œuvres de Picasso et de Matisse en 1910 à New York. Ils fréquentaient aussi le salon de Mabel Dodge, fondatrice du magazine féministe Mother Jones, où ils croisaient d’autres visiteurs comme le peintre et poète Francis Picabia, co-fondateur du mouvement international Dada, les peintres modernes Charles Demuth et Marsden Hartley, la romancière féministe Mary Austin ou A. A. Brill, principal traducteur de la psychanalyse freudienne aux États-Unis. Voir Edward Abrahams, The Lyrical Left : Randolph Bourne, Alfred Stieglitz, and the Origins of Cultural Radicalism in America, Charlottesville, University Press of Virginia, 1986 et Steve Golin, The Fragile Bridge : Paterson Silk Strike, 1913, Philadelphia, Temple University Press, 1988.

21 Voir Martin Green, New York 1913 : The Armory Show and the Paterson Strike Pageant, New York, Macmillan, 1989 et Henry C. K. Liu, « The Year of Contradictions », Money, Power and Modern Art, Global Economy, 18 décembre 2004. http://www.atimes.com/atimes/Global_Economy/FL18Dj01.html.

22 Une version popularisée de darwinisme social permettait aux employeurs de trouver une justification morale à payer un salaire de misère aux travailleurs et à exploiter davantage encore femmes et enfants qui travaillaient 12 h par jour, 80 h par semaine dans des conditions telles que le nombre d’accidents du travail pour les chemins de fer seuls s’élevait en moyenne à près de 3 000 par an. Parallèlement, l’absence de tout règlement en matière de monopole industriel, conduisait à l’accumulation d’immenses fortunes et à la création de trusts. En 1910, 1 % de la population détenait 47 % de la richesse nationale. Voir Henry Rogers Seager, Social Insurance, a Program of Social Reform, New York, Macmillan, 1910.

23 Voir l’article d’Elizabeth Gurley Flynn, « Do You Believe in Patriotism ? », The Masses, mars 1916, 12 : « The majority of our workers are foreigners, one or two generations removed, and with their European home-ties and American environment, internationalism becomes the logical patriotism of a heterogeneous population. America–not as a melting-pot, that produces a jingoistic, mercenary, one-mold type, but as a giant loom weaving into a mighty whole the sons, the poetry, the traditions, and the customs of all races, until a beautiful human fabric, with each thread intact, comes forth–would stretch forth a myriad hands of brotherhood to the four quarters of the globe. »

24 Jusqu’en 1912, les socialistes ne s’opposaient pas à la ségrégation. Voir l’ouvrage de l’historienne Ira Kipnis, The American Socialist Movement, 1897-1912, New York, Columnia University Press, [1952] 1972, 278.

25 Voir Weinsten, The Decline of Socialism, op. cit.

26 Max Eastman, « Niggers and Night Riders », The Masses, janvier 1913, 6.

27 John Sloan, « Race Superiority », The Masses, juin 1913, 13.

28 Voir les dessins de Stuart Davis dans The Masses : « Jersey City Portrait » (juillet 1915) 10 et « Untitled (Shouting Woman) » (avril 1915) dernière de couverture. Voir également Rebecca Zurier, Art for the Masses : a Radical Magazine and its Graphics, 1911-1917, Philadelphia, Temple University Press, 1988, 148-151.

29 Appellation dérogatoire pour designer un homme noir docile, fidèle et heureux ; le mot serait d’origine africaine et signifierait « oncle ».

30 Voir sur le sujet l’essai de Donald Bogle, Toms, Coons, Mulattoes, Mammies, & Bucks : An Interpretative History of Blacks in American Films, New York, Continuum, 1994.

31 Voir son autobiographie : Art Young, His Life and Times, New York, Sheridan House, 1939, 139-140.

32 Max Eastman, « The Masses and the Negro : a Criticism and a Reply », The Masses, mai 1915, 6. Voir également Zurier, op. cit., 1988, 148-151.

33 Voir de C. Vann Woodward, The Strange Career of Jim Crow, New York, Oxford University Press, 1957.

34 Voir d’Herbert Shapiro, « The Muckrakers and Negroes », Phylon, 31, premier trimestre 1970, 76-88.

35 Voir de Guy McElroy, Facing History : The Black Image in American Art : 1710-1940, San Francisco, Bedford Arts, Washignton DC, Corcoran Art Gallery, 1990.

36 Créée en 1922 pour contribuer à développer une plus grande sécurité économique des Noirs américains, c’était la principale institution à allouer des prix et des bourses aux artistes afro- américains. Elle organisait une exposition annuelle qui donnait une visibilité nouvelle à leurs pratiques artistiques.

37 Harmon Foundation, Harmon Foundation, an Illustrated Review of their Achievements, New York, Harmon Foundation, 1933. Voir aussi l’article de Mary Ann Calo, « African American Art and Critical Discourse between World Wars », American Quaterly, 51.3, septembre 1999.

38 Voir par exemple les commentaires de Carl Zigrasser dans « Modern American Etching », Print Collector Quaterly, 1929, 385.

39 Voir l’article d’Emmanuel Julius, « Night Life in Newark », New York Sunday Call, Magazine section, 30 mai 1915.

40 Mabel Dodge, Movers and Shakers, op. cit.

41 Voir l’article de Floyd Dell, « Books : Fifty Years and Other Poems by James Weldon Johnson », Liberator, mars 1918, 32-33.

42 Glenn Coleman cité par Emanuel Julius, « Night Life in Newark », New Sunday Call, Magazine section, 30 mai 1915.

43 Voir W. E. B. Dubois, « The Conservation of Races », The American Negro Academy, Occasional Papers n° 2, 1897.

44 Eugene Debs cité par Jonathan M. Hansen dans The Lost Promise of Patriotism, Debating American Identity, 1890-1920, Chicago, University of Chicago Press, 2003, 100.

45 Ibid.

46 Zurier, Art for The Masses, op. cit, 151.

47 Ils ouvrirent ainsi leurs colonnes à une sympathisante de la NAACP qui raconta l’enquête qu’elle avait menée sur le lynchage d’un Afro-américain dans la ville de Waco, au Texas. Voir l’article « An American Holiday », The Masses, septembre 1916, 12.

48 Voir l’article de Mike Mosher, « When Jesus was Left : Christians, Socialists and the Masses », Bad Subjects, février 2005, http://bad.eserver.org/issues/2005/72/mosher.html. Voir aussi Helen Farr Sloan, John Sloan’s New York Scene, From the Diaries, Notes and Correspondances, 1906-1913, New York, Harper & Row Publishers, 1965.

49 Art Young, « Imagination the Messenger of Action », The Masses, février 1912, 4.

50 Maurice Becker, « Last Supper », The Masses, décembre 1913, 4.

51 John Sloan, « Calling the Christian Bluff », The Masses, avril 1914, 12-13.

52 Frank Tanenbaum, « Transcript of Adress to His Judge », The Masses, mai 1914, in William O’neill, Echoes of Revolt : The Masses, 1911-1917, Chicago, Elephant paperback, [1966] 1989, 212-213. Voir également Max Eastman, « The Tanenbaum Crime », The Masses, mai 1914, 6-8.

53 Art Young, « Nearer My God to Thee », The Masses, décembre 1913, 17.

54 William Manning cité par Bordman Robinson, The Masses, janvier 1917, 22-23.

55 Ibid.

56 Carl Sandburg, « To Billy Sunday », The Masses, septembre 1915, 11.

57 George Bellows, « This Man Subjected Himself to Imprisonment », The Masses, juillet 1917, 4.

58 Boardman Robinson, « The Deserter », The Masses, juillet 1916, 18.

59 Sur l’histoire des divers procès qui furent faits au magazine et de ses démêlés avec la justice et le gouvernement, voir John Sayer, « Art and Politics, Dissent and Repression : The Masses Magazine vs the Governement : 1917-1918 », The American Journal of Legal History, janvier 1988, 42-78.

60 Max Eastman, « The Masses vs Ward and Gaw », The Masses, septembre 1916, 5.

61 Max Eastman, « The Religion of Patriotism », The Masses, juillet 1917, 8.

62 John Reed, « Whose War », The Masses, avril 1917, disponible à l’URL suivante : http://www. marxists.org/archive/reed/1917/masses02.htm. Voir également Eastman, « The Religion of Patriotism », op. cit, 8.

63 Art Young, « Having their Fling », The Masses, septembre 1917, 7.

64 Arturo Giovannitti, « What I Think of The Masses », The Masses, juillet 1913, 3.

65 Art Young, On My Way : Being the Book of Art Young in Text and Pictures, New York, Horace Liveright, 1928, 275.

66 Voir Zurier, Art for The Masses, op. cit, 65-67.

67 David Scott, John Sloan, New York, Watson Guptill, 1975, 111.

68 Ibid.

69 Debouzy, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540