Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Revues modernistes, revues engagées

 | 
Benoït Tadié
, 
Céline Mansanti
, 
Hélène Aji

Deuxième partie. Esthètes et citoyens

La Quinzaine critique (1929-1932) de Pierre de Lescure : une revue à la croisée du culturel et du politique

Nathalie Gibert-Joly

Texte intégral

1La Quinzaine critique, fondée par Pierre de Lescure, est une petite revue bimensuelle, dont le premier numéro parut le 10 novembre 1929 et le 46e et dernier numéro le 25 novembre 1931. Elle fut donc créée autour d’années fondamentales, au moment où la crise économique impose un tournant à l’entre-deux- guerres, et où les événements sociaux et politiques, tant nationaux qu’internationaux, agitent le milieu intellectuel.

2Dans le champ déjà constitué des revues existantes, La Quinzaine critique entend occuper une place spécifique : la 1re page de chaque numéro rappelle sa vocation programmatique : il s’agit d’être la « Revue des revues et des livres », parus en librairie la quinzaine précédente.

3Cette petite revue, qui, pendant deux ans, doit sa survie davantage aux subventions privées qu’à sa vente et à ses abonnements, affiche son ambition, en cherchant à être un outil de travail pour les professionnels – librairies générales et spécialisées, bibliothèques, écoles supérieures, grandes administrations –, et un moyen d’accès à la culture pour tout esprit curieux. Elle propose donc une multitude d’analyses d’ouvrages, très courtes, mais d’une densité extraordinaire, et dans les domaines les plus variés : littérature française et étrangère, philosophie, arts, religions et sciences. Cette pluridisciplinarité exige donc des collaborateurs spécialistes d’une discipline ou d’un sujet. On peut ainsi parler d’un regroupement d’intellectuels au sens large, car la liste mêle écrivains, artistes, journalistes, critiques littéraires et universitaires. Ce réseau rassemblé autour de Pierre de Lescure offre une cohérence éditoriale : il forme, dans son ensemble, une communauté de valeurs idéologiques reflétées par les choix de lectures et les articles associés.

4La 1re page alerte son lectorat qu’elle « ne dressera […] pas un catalogue. Elle veut offrir un choix, faire œuvre critique ». Liberté est donc donnée à chaque collaborateur de puiser dans les parutions nouvelles selon ses goûts et ses orientations politiques.

Histoire politique succincte des principaux intellectuels recrutés

5Le 1er intérêt est de dresser une histoire politique, même succincte, des principaux intellectuels recrutés par Pierre de Lescure qui a sélectionné dans son réseau amical, artistique et politique.

6Durant ces deux années, la cohérence éditoriale repose sur la stabilité de l’équipe permanente composée d’environ 15 personnes, et relayée par de nombreux intervenants occasionnels, comme en témoigne l’annexe 1.

7L’éventail des positions politiques de l’ensemble des collaborateurs se déploie pour l’essentiel de la SFIO au catholicisme social. Rappelons qu’à la fin des années 20, l’hostilité est forte entre la SFIO qui se cherche encore et le PC qui est engagé dans une ligne sectaire (« classe contre classe ») et qui dénonce les sociaux- démocrates comme les principaux adversaires.

8Le catholicisme social est essentiellement représenté dans cette revue par Emmanuel Mounier et Gabriel Marcel. Emmanuel Mounier fut d’abord disciple de Jacques Chevalier avant de chercher, comme beaucoup d’autres, une troisième voie, le personnalisme, entre capitalisme et socialisme ; il créera après la mort de La Quinzaine critique la revue Esprit. Quant à Gabriel Marcel, converti au catholicisme en 1929, il devient le philosophe de l’existentialisme chrétien.

9Les collaborateurs de La Quinzaine critique forment la majorité. Citons notamment Georges Bourgin, historien spécialiste du mouvement ouvrier, qui dirigera les Archives Nationales. Après la Première Guerre mondiale, il adhère à la SFIO ; André Pierre est un agrégé de lettres, professeur à l’Institut français de Saint-Pétersbourg. Revenu en France, il devient rédacteur en 1919 à L’Humanité et traite des questions russes. Après le congrès de Tours de1920 qui provoque la scission entre socialistes et communistes, André Pierre choisit de rester dans la « vieille maison », la SFIO, et de rejoindre l’équipe du journal Le Populaire dirigé par Léon Blum.

10Terminons par le dessinateur Jean Bruller, plus connu comme écrivain sous le pseudonyme de Vercors, et qui, encore plus étroitement que les autres collaborateurs, peut être associé à Pierre de Lescure. Ami avec Jean Bruller depuis 1926, Lescure propose le secrétariat de rédaction de cette revue à ce jeune dessinateur qui appartient, contrairement à tous les autres collaborateurs – sauf Mounier – à la génération suivante, preuve de l’amitié et de la confiance professionnelle de Lescure pour Jean Bruller. Celui-ci déclinera son offre pour se consacrer exclusivement à la rubrique des éditions de luxe et, à partir du n° 22, à la chronique « expositions ». Et rappelons qu’à cette collaboration fructueuse succèdera sous l’Occupation une collaboration téméraire, celle de la création d’une maison d’édition clandestine, Les Editions de Minuit, qui permit de recomposer un autre réseau pour les écrivains désireux de combattre l’oppression, réseau dans son ensemble ancré à gauche, et cette fois-ci dans l’orbite du PC.

11En ce début des années 30, Jean Bruller évolue aux côtés d’aînés socialistes : Jules Romains, lui-même proche de Duhamel, Vildrac, Arcos, tous ayant appartenu dans les années 20 au réseau vitaliste. Et progressivement Jean Bruller passera de spectateur de la vie politique à acteur, en participant à l’hebdomadaire antifasciste Vendredi entre 1935 et 1938, et son engagement ne se démentira jamais, en tant qu’écrivain à partir des années 40 jusqu’à sa mort survenue en 1991.

12Mais, dans le groupe des collaborateurs permanents, on trouve aussi quelques personnalités de la droite nationaliste, notamment Jacques Chevalier, bientôt ministre de l’éducation nationale sous le régime de Vichy ; le romancier et critique littéraire André Thérive fondateur avec Léon Lemmonier de l’école populiste, collabora à la revue d’inspiration maurrassienne La Revue critique des idées et des livres, tout comme le journaliste et critique littéraire Henri Clouard favorable aux idées de L’Action française.

  • 1 Jean-François Sirinelli, Intellectuels et passions françaises, Paris, Fayard, 1990.

13Une équipe s’échelonnant de la SFIO au catholicisme social, avec quelques personnalités en marge, s’explique par le parcours de Pierre de Lescure. Après des études de philosophie et de droit, il rencontre l’abbé Sertillanges qui devient son mentor. En 1915, il devient ainsi secrétaire de rédaction d’une revue catholique, La Revue des jeunes. Il côtoie ainsi une droite catholique et nationaliste ; ses interlocuteurs sont Claudel, Mauriac ou Barrès. Et quand on lit l’étude de Jean-François Sirinelli qui recense les pétitions des Intellectuels1, on découvre la signature de Lescure aux côtés des signatures de Henri Massis, Charles Maurras, Paul Bourget etc., dans un manifeste de 1919 contre la bolchévisation des esprits. Ce manifeste, ancré à droite, se voulait une riposte à La Déclaration d’indépendance de l’esprit initiée par Romain Rolland et largement signé par des intellectuels de gauche.

14Mais, tout au long de ces années 20, Lescure se détache de ce milieu catholique nationaliste, et se rapproche de la gauche, – dans ces années 30, ces parcours politiques transversaux étonnants, sont assez fréquents, aussi bien dans une direction que dans l’autre –, et même dans les années 30 du PC, en collaborant à Commune, organe officiel de l’AEAR (Association des Ecrivains et Artistes Révolutionnaires), et au journal Ce soir.

15La Quinzaine critique est, pourrait-on dire, à la charnière de cette évolution politique de Pierre de Lescure et peut expliquer en partie le réseau qu’il s’est constitué.

L’inscription de la parole politique dans la rubrique « Sciences sociales et politiques »

16Dans la plupart des rubriques, le culturel semble l’emporter sur le politique, sauf la rubrique engagée « Sciences sociales et politiques » dont on peut découvrir la répartition des articles entre collaborateurs dans l’annexe 2.

17Le schéma souligne à quel point l’historien Georges Bourgin tient une place prépondérante dans cette rubrique. Il laisse aussi souvent la parole à Reuse, et surtout à André Pierre, qui intervient par ailleurs fréquemment dans d’autres rubriques. Les autres ne sont que des intervenants ponctuels qui ne prennent pas part à un débat politique par le truchement de leur commentaire critique. Pourtant, quelques personnalités se positionnent à gauche de l’échiquier politique, tels par exemple l’historien Henri Sée, adhérent de la SFIO comme Georges Bourgin, ou encore Jacques Valette, permanent de la rubrique « littérature anglaise » de La Quinzaine critique et proche de Jean Bruller-Vercors.

18Arrêtons-nous plus précisément aux figures fort intéressantes de Georges Bourgin et d’André Pierre.

19Georges Bourgin a rédigé 214 articles. La plupart du temps, il se borne à une démarche scientifique, puisqu’il caractérise objectivement les ouvrages. Pourtant ses choix de lecture sont significatifs de ses sympathies idéologiques. Et, tout au long des 46 numéros de cette Quinzaine critique, il infléchit ses remarques en manifestant davantage ses positions personnelles, surtout à partir du n° 22 daté du 25 novembre 1930 lorsqu’il rédige, en plus de cette rubrique, une chronique économique et politique.

20Il consacre ainsi de nombreuses notices aux hommes qui ont marqué la pensée socialiste. Il écrit aussi 3 notices sur les Saint-Simoniens dont il reconnaît l’importance. Il revient à 3 reprises sur Proudhon qu’il qualifie de « grand socialiste » et qu’il voit comme un réformateur loin de toute dictature grâce au rigoureux « système moral » qu’il a bâti, comparaison implicite à l’actualité russe et au système stalinien qu’il définit comme un « adversaire de la démocratie, alors qu’il est démontré que, sans la démocratie, l’avènement du socialisme ne se conçoit pas », dans le n° 40 à propos du livre Le bolchevisme dans l’impasse. Surtout, Bourgin évoque à 11 reprises les œuvres de Marx, rééditées, et la correspondance qu’il entretint avec Engels.

  • 2 Marcel Déat, Perspectives socialistes, QC, 28, 176.

21Dans ce tournant des années 30, de nombreux débats eurent lieu au sein de la IIe Internationale à propos d’un éventuel dépassement du marxisme. Bourgin analyse 8 ouvrages qui posent ce problème de la rénovation du socialisme et de la démocratie parlementaire. Dans le n° 28, Bourgin évoque, sans prendre position, les propositions des néo-socialistes dont Marcel Déat que Bourgin classe « à la droite du Parti socialiste2 » et qui deviendra un des principaux collaborationnistes.

22Par contre, dans le n° 29, il montre son opposition au Socialisme libéral de Rosselli, anti-fasciste italien réfugié en France, qui veut abandonner le marxisme que Bourgin continue à penser indispensable :

  • 3 Carlo Rosselli, Socialisme liberal, QC, 29, 229.

Après cela, il faudra bien avouer que la critique tentée du marxisme par M. Rosselli est bien faible. […] Elle repose, surtout, sur les erreurs politiques commises par le socialisme italien, particulièrement au cours de l’avènement du fascisme. Par ce biais, M. Rosselli a quelque apparence de raison, et quand il souhaite le retour du libéralisme dans le pays, c’est parce que le libéralisme est l’adversaire du fascisme, et il doit bien sentir, au fond, qu’au-delà du libéralisme constitutionnel et parlementaire, le véritable socialisme veut réaliser autre chose que la démocratie politique3.

  • 4 J. Klément, Jaurès réformiste, QC, 35, 37. Autre notice sur Jaurès dans le n° 4.

23Bourgin, fervent défenseur de la laïcité, se situe dans la ligne du socialisme réformiste et défend Jean Jaurès contre les attaques de révisionnisme formulées par le PC dans l’ouvrage Jaurès réformiste de J. Klément édités par les Editions sociales4. Il est grandement favorable au système des coopératives ; il avait d’ailleurs présenté en 1923 un rapport sur le fonctionnement des boulangeries coopératives ; il s’intéresse beaucoup aux réalisations concrètes de la protection des salariés (pas moins de 20 notices). Il se montre favorable à l’OIT et analyse en détails les lois sur les assurances sociales. Il défend la démocratie parlementaire même s’il en reconnaît les faiblesses, à la lumière de l’évolution de la IIIe République.

24Bourgin, dans cette rubrique et dans ses chroniques dans lesquelles l’inscription du sujet dans son discours s’intensifie, s’intéresse à la politique internationale.

25« Crise économique, incertitudes politiques » : c’est le titre éloquent de sa chronique parue dans le n° 37. Il ne cesse d’analyser les ravages économiques et sociaux provoqués par cette crise mondiale qui touche peu à peu la France et craint les bouleversements politiques qu’elle engendre. Après avoir commenté de nombreux ouvrages sur la question des réparations issues du Traité de Versailles, Bourgin s’inquiète de l’utilisation que les nazis peuvent faire des minorités allemandes en Europe centrale, par exemple dans les n° 31 et 37 ; et il ouvre, dans le n° 22 de La Quinzaine critique, sa toute première chronique sur les succès électoraux nazis qui renforcent les dictatures en Europe, celle de Mussolini plus particulièrement pour lequel il consacre 7 articles.

  • 5 SDN. Compte-rendu de la conférence internationale sur le traitement des étrangers, QC, 24, 794.

26Bourgin étudie des ouvrages qui, face à cette crise qui s’exacerbe, propose une unification européenne ; surtout il assiste à la désillusion progressive des actions pacifistes d’Aristide Briand, un homme dont Bourgin par ailleurs n’apprécie pas l’itinéraire politique sinueux (notamment dans le n° 8 de la revue). Il met en lumière l’impuissance de la SDN, « dont les débats furent si intéressants et les résultats si médiocres5 ».

  • 6 Silvio Trentin, Aux sources du fascisme, QC, 32, 406.

27Pourtant, en 1931, dans sa chronique du n° 41, Bourgin ne croit pas l’Allemagne capable de provoquer un nouveau conflit, mais il souligne que nazisme et fascisme contraignent les démocraties à « la nécessité de la vigilance et de l’action transformatrice6 ».

28Dans ses 72 analyses, André Pierre est beaucoup plus polémique que Georges Bourgin. Cet agrégé de lettres est un spécialiste de la Russie, à la fois intéressé par l’évolution politique de ce pays et en même temps de plus en plus critique à l’égard de ce régime devenu de plus en plus stalinien.

  • 7 Albert Rhyss Williams, La Terre russe, QC, 29, 229.

29André Pierre étudie La Terre russe7, traduit par le dirigeant communiste Vaillant-Couturier, ouvrage qui veut montrer le profit que les paysans ont tiré de la révolution. Or, André Pierre suggère que, depuis, la collectivisation forcée a bouleversé le sort de la paysannerie russe.

30Nombreux sont les témoignages favorables ou critiques à l’égard de l’URSS. Dans 15 notices, André Pierre examine notamment les récits des pèlerinages des Intellectuels dans ce pays. Examinons 2 ouvrages : André Pierre aiguise son ironie mordante pour Russie de l’écrivain communiste Henri Barbusse :

  • 8 Henri Barbusse, Russie, QC, 18, 436.

Il y a, dans ce volume assez chaotique, quelques agréables descriptions et d’intéressants tableaux d’une Russie qui s’américanise. Mais comment vit le peuple ouvrier et paysan, quelle est la gravité de la crise alimentaire, que pensent les paysans de la collectivisation forcée, comment supporte-t-on la dictature ? Là-dessus, silence. Barbusse s’est délicieusement reposé en Crimée. Le climat y est évidemment plus sain que dans l’extrême Nord, à Solovki, où sont enfermés les adversaires du régime8.

  • 9 Georges Le Fève, Un bourgeois au pays des Soviet, dans La Quinzaine critique, 21, 622-623.

31Il se sent plus proche notamment d’un Bourgois au pays des soviets de Georges Le Fèvre qui parle le russe, donc n’a pas besoin du truchement d’un interprète officiel9.

  • 10 Staline, préface de Marcel Cachin, QC, 19, 499.

32De même a paru un livre sur Staline, préfacé par Marcel Cachin et André Pierre se dresse contre la « servilité » de cette publication et le culte de la personnalité qui s’en dégage10. Pour André Pierre, le stalinisme, loin d’avoir rompu avec le tsarisme, n’a fait qu’en reprendre les méthodes dictatoriales et policières (dans le n° 4 de la revue).

  • 11 Vers l’autre flamme de Panaït Istrati, QC, 4, p. 174.

33Mais André Pierre se montre aussi critique à l’égard de Lénine et de Trotsky. Les Œuvres complètes de Lénine permettent à André Pierre d’affirmer dans 5 analyses qu’un parti de révolutionnaires professionnels ne pourrait être qu’un parti dictatorial. Dans les n° 4 et 6, il fustige le témoignage de Istrati, un proche de Trotsky, qui a perdu ses illusions sur l’URSS : « Cette confession serait touchante par l’élan de sa sincérité si elle n’était pas trop souvent ridicule par l’excès de sa naïveté11. »

  • 12 W. N. Kokovtzoff, Le Bolchevisme à l’œuvre, QC, 38, 205.

34André Pierre critique les bolcheviks, mais il s’oppose aussi explicitement aux critiques de la droite. Il examine 7 livres hostiles à l’URSS dans les n° 30, 38, 41 et 44 de La Quinzaine critique, estimant par exemple au sujet du Bolchevisme à l’œuvre qu’il est difficile de croire que « le bilan de la révolution soit négatif dans tous les domaines12 ».

  • 13 Vercors, La Bataille du Silence, Paris, Omnibus, 1967, réed. 2002, p. 888.

35La Quinzaine critique s’interrompt fin novembre 1931, brutalement privée de ses subventions. Pourtant les Editions Plon proposent à Pierre de Lescure de poursuivre ce projet en en faisant un hebdomadaire à plus grande diffusion. Lescure y travaille avec Jean Bruller, mais la veille de la parution du 1er numéro de cette nouvelle revue qui se serait appelée Paru, les Editions Plon leur annoncent que le maurrassien Henri Massis superviserait la rédaction, ce que Pierre de Lescure refuse catégoriquement. Aussi Vercors signale-t-il dans son livre de souvenirs La Bataille du silence (1967), qu’« un hebdomadaire apparemment de gauche par toute sa rédaction serait en réalité sous la coupe discrète d’une éminence grise ultracléricale et monarchiste13 ». Ainsi, La Quinzaine critique est une structure de sociabilité particulière, certes éphémère, mais s’intégrant à un réseau intellectuel plus vaste ; et, comme toute revue, elle peut être un espace de sensibilités idéologiques communes et un outil de lutte politique.

Annexes

ANNEXES

1. La Quinzaine critique (1929-1931) fondée par pierre de Lescure (1891-1963)

2. Rubrique « Sciences sociales et politiques »

Notes

1 Jean-François Sirinelli, Intellectuels et passions françaises, Paris, Fayard, 1990.

2 Marcel Déat, Perspectives socialistes, QC, 28, 176.

3 Carlo Rosselli, Socialisme liberal, QC, 29, 229.

4 J. Klément, Jaurès réformiste, QC, 35, 37. Autre notice sur Jaurès dans le n° 4.

5 SDN. Compte-rendu de la conférence internationale sur le traitement des étrangers, QC, 24, 794.

6 Silvio Trentin, Aux sources du fascisme, QC, 32, 406.

7 Albert Rhyss Williams, La Terre russe, QC, 29, 229.

8 Henri Barbusse, Russie, QC, 18, 436.

9 Georges Le Fève, Un bourgeois au pays des Soviet, dans La Quinzaine critique, 21, 622-623.

10 Staline, préface de Marcel Cachin, QC, 19, 499.

11 Vers l’autre flamme de Panaït Istrati, QC, 4, p. 174.

12 W. N. Kokovtzoff, Le Bolchevisme à l’œuvre, QC, 38, 205.

13 Vercors, La Bataille du Silence, Paris, Omnibus, 1967, réed. 2002, p. 888.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540