Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Revues modernistes, revues engagées

 | 
Benoït Tadié
, 
Céline Mansanti
, 
Hélène Aji

Première partie. Nations et démocraties en crise

Naissance d’une nation : La Revue Phénicienne au Liban en 1919

Christophe Ippolito

Texte intégral

  • 1 La Revue Phénicienne, Collection complète 1919, Beyrouth, Dar An-Nahar & Editions de la Revu (...)
  • 2 Voir Gérard Khoury, La France et l’Orient arabe, naissance du Liban moderne, 1914-1920, Paris, Arm (...)
  • 3 Les quatre numéros ont paru en juillet (p. 1-64), août (p. 65-128), septembre (p. 129-192), le der (...)
  • 4 Le discours dominant de l’élite est bien représenté dans l’article de Jacques Tabet, « Notre enquê (...)
  • 5 Voir notamment l’ouvrage de Gérard Khoury, Une tutelle coloniale : le mandat français en Syrie et (...)
  • 6 Selon Saher Khalaf, ces pionniers de la littérature francophone libanaise se distinguent par leur (...)
  • 7 Le Bulletin de juillet fait notamment le point sur la collaboration entre la France et la Syrie, d (...)
  • 8 Comme on le sait, la communauté libanaise expatriée est extrêmement étendue, active et influente, (...)
  • 9 On ne pourra discuter ici dans le détail les stratégies pro-françaises utilisées par la revue ; no (...)
  • 10 Il est également impossible dans l’espace dont nous disposons ici de discuter les détours de la po (...)

1La Revue Phénicienne1 parut au Liban durant le seul second semestre 1919, quelques mois avant la proclamation de la création de l’Etat du « Grand Liban » en septembre 1920 par la France en la personne du général Gouraud2. Cette revue francophone3, que marque de son empreinte l’élite économique et culturelle maronite intéressée à obtenir l’indépendance sous protection française4, réunit des contributeurs qui vont influencer le débat politique pendant et après l’entre-deux- guerres, de Charles Corm (son directeur), directeur d’une maison de commerce à Beyrouth, à l’intellectuel et banquier Michel Chiha, qui deviendra l’ami de Robert de Caix5, le bras droit du général Gouraud, et sera un des principaux rédacteurs de la Constitution libanaise. Si la revue est certes un banc d’essai pour la jeune garde moderniste de la littérature libanaise francophone, et notamment des poètes comme Hector Klat et Elie Tyane6, elle est d’abord un relais local du Bulletin de l’Association nationale de la jeunesse syrienne, dirigé comme la revue par Corm7, et fait aussi la synthèse des soutiens étrangers de la forte communauté libanaise émigrée, notamment au Caire, à Paris et à New York, voire à Buenos Aires8. Cependant la revue est surtout un plaidoyer identitaire : ainsi s’attache-t-elle longuement à définir l’identité libanaise mais aussi la viabilité économique du Liban, en jouant la carte de la France9 contre le voisin de Damas très provisoirement représenté par le prince Fayçal d’Arabie Saoudite, compagnon de Lawrence d’Arabie et futur roi d’Irak, ou encore contre la Grande-Bretagne et les États-Unis10. En juillet 1919, le territoire libanais n’est encore pour les alliés qu’un territoire ennemi occupé, et le Congrès syrien vient d’exiger de la Commission d’enquête américaine envoyée par le président américain Wilson l’unité de la Syrie historique. Ce qui est donc en jeu ici, c’est bien, au-delà du mythe identitaire phénicien, la naissance d’un Etat moderne dans ses frontières actuelles.

  • 11 Georges Corm, Liban : les guerres de l’Europe et de l’Orient, 1840-1992, Paris, Gallimard, 1992, 6 (...)

2A posteriori, le problème essentiel compte tenu des accords secrets Sykes-Picot de 1916 qui divisent le Moyen-Orient entre la Grande-Bretagne et la France est celui de la division Liban-Syrie et de la création d’un Grand-Liban indépendant (le Liban actuel). Naturellement, les contributeurs de La Revue Phénicienne et les Libanais en général ne connaissaient pas ces accords et se méfiaient de l’alliance apparente anglo-chérifienne, alors qu’au départ, du point de vue français, la division Syrie-Liban pour laquelle la revue milite n’était pas acquise. Cette réorganisation s’inscrit donc dans un problème plus large, celui des « problèmes de succession de l’empire ottoman [qui] n’ont jamais été réglés11 », que ce soit au Proche-Orient ou dans les Balkans. Revenons en arrière, car le contexte historique est important pour comprendre le combat de la revue : comme on le sait, le Liban n’est d’abord qu’une division administrative de l’Empire ottoman comme les autres jusqu’aux combats intercommunautaires des années 1840-1860, à la suite desquels l’intervention militaire de la France, en accord avec les autres puissances européennes, permet la création de ce qu’on appelle le district du Mont-Liban (ou « la Montagne »), seule région autonome de l’Empire, amputée de la moitié du Liban actuel dont Beyrouth, le nord et Tripoli, le sud, Saïda, Tyr et la plaine de la Bekaa. Un Conseil administratif du Mont-Liban a été mis en place. Dès novembre 1914, la Montagne est occupée, et en mars 1915, le conseil administratif est dissout. C’est la fin de l’autonomie et le début des représailles contre la petite unité où les sympathies pour les Alliés occidentaux sont nombreuses notamment chez les chrétiens : tentative de contrôle de la gestion des biens de l’Eglise maronite, déportations, exécutions sommaires, blocus de la région. Près d’un tiers de la population va mourir ; c’est le pendant libanais souvent oublié du génocide arménien.

3Quelles sont les forces en présence à la fin de la guerre ? Pendant la guerre, la présence française au Moyen-Orient est largement symbolique comparée à celle de la Grande-Bretagne, ce qui va modifier la réalité du rapport de forces régi par les accords Sykes-Picot de 1916. Georges Picot va être réduit au rôle de conseiller du général Allenby sur le terrain. Le prince Fayçal d’Arabie arrive à Damas avec Lawrence d’Arabie avant son allié Allenby, son père Hussein d’Arabie se proclame roi des Arabes en octobre 1918 et Fayçal envoie de Damas à Beyrouth un drapeau chérifien très mal reçu, réception qui préfigure ses déplacements à Beyrouth… et en Europe. Le front turc a été percé près de Jaffa en septembre 1918, l’armistice intervient en octobre et le Liban est déclaré « territoire ennemi occupé ». La France, représentée à Beyrouth par un petit contingent, va obtenir l’administration militaire de ce qui est alors appelé Zone Ouest (la Palestine étant Zone Sud et la Syrie étant occupée par Fayçal, un trouble-fête du point de vue allié et libanais), mais la situation reste incertaine jusqu’à l’arrivée du général Gouraud fin novembre 1919. Dès le 9 décembre 1918, le Conseil administratif du Mont-Liban, qui enverra une délégation multiconfessionnelle (mais sans Chiites) à la Conférence de la paix, vote la restauration du Liban sous mandat français en intégrant des références à la liberté, l’égalité et la fraternité, et, pour la galerie américaine, au respect des minorités ; ce vote francophile et les mots de garantie, collaboration et appui (de la France) sont mal reçus par les Anglais et les Américains. L’empire ottoman a perdu ses provinces arabes (rappelons toutefois que le Parlement turc ne ratifiera pas le traité de Sèvres de 1920), les conditions semblent réunies pour une transition rapide, et cependant la France ne semble pas prête à satisfaire les desiderata des Libanais pour un mandat sur un territoire séparé de la Syrie actuelle.

4Mais la France, que la Grande-Bretagne a habilement exposée militairement sur deux fronts, subit et subira revers sur revers dans la Syrie actuelle, face aux combattants nationalistes de Fayçal encouragés par la Grande-Bretagne et aux clans locaux, ainsi que dans le Nord, avec la remontée en puissance de la Turquie, sans parler de la région de Mossoul au nord de l’Irak actuel. Elle abandonne très vite cette dernière contre une compensation financière et de vagues promesses pour un soutien britannique sur la question essentielle pour elle de la rive gauche du Rhin ; elle a besoin d’une base arrière sûre pour protéger son influence politique incertaine dans la région, et son influence économique déclinante au Liban même depuis les années 1900 ; elle a besoin aussi de couper la voie d’accès de Damas à la mer par Beyrouth, et de diviser les courants de l’unité arabe panislamiste et de la Syrie dite « naturelle » (Syrie-Liban) pour mieux régner, d’où la création du Grand-Liban. C’est la défaite de l’idée de la Grande Syrie, soutenue par des politiques comme Aristide Briand avant la guerre, et par les éléments nationalistes panarabes issus du courant idéologique dix-neuviémiste élitiste et bourgeois de la Renaissance arabe ou Nahda (courant dominant mais historiquement marqué par l’échec). A cette idée va s’opposer la jeune garde libanaise francophile de La Revue Phénicienne qui représente certes une nouvelle classe d’hommes d’affaires « modernes », mais veut aussi s’intégrer à la vieille oligarchie essentiellement maronite des clans et des familles qui souhaitent remettre en place les circuits financiers établis avant la guerre, contre les collaborateurs et les accapareurs de la guerre, et les administrateurs de Damas qu’on veut tenir à l’écart, tout en abolissant les liens financiers avec la Turquie mais en misant sur des réparations éventuelles.

  • 12 Ainsi Jacques Tabet, dans « Notre enquête sur la question des dettes syriennes contractées en papi (...)
  • 13 Cf. « Notre avenir économique » (2-10) ; voir aussi sur ce point Paul Noujaim, « La question du Li (...)

5Sans surprise, la revue réserve ses attaques les plus violentes aux Turcs, peints comme des barbares d’un autre âge qui ne peuvent assurer la modernisation du pays, et notamment sa modernisation économique, l’enjeu essentiel sous-jacent aux revendications politiques. Le long article d’Albert Naccache intitulé « Notre avenir économique » (2-10), qui vient en deuxième position du premier numéro, après le premier éditorial, fustige « l’incurie et l’incompétence de l’administration turque » qui auraient abouti à « appauvrir une des plus riches contrées agricoles du monde » (2). De plus, la revue, notamment dans l’article « Constitution politique du Liban administratif » (44-46) d’Auguste Adib Pacha, critique le système politique inefficace pendant l’empire ottoman, les problèmes incluant notamment le mode d’élection défectueux des membres du conseil administratif, la multiplication des échelons administratifs, le fait que le produit des douanes et postes soit réservé à l’Empire ottoman qui ne le réinvestit pas localement, ou l’absence de ports et de frontières « naturelles » pour la province. A cela s’ajoute le fait que pendant la guerre les Turcs ont persécuté, exécuté leurs victimes libanaises, comme il est détaillé dans l’article « Un épisode de la terreur » (170-173) de Michel Abella. Un article de Chafic Bey Halabi, « Les bases de l’Etat : équilibre, neutralité, plébiscite » (26-30), souligne que « les massacres continuent et mettent la Turquie au ban de l’humanité » (27). Et les contributeurs d’exiger des réparations12. Mais le véritable ennemi contre lequel se constitue le nationalisme libanais est Fayçal, qui de Damas contrôle alors la Syrie « de l’intérieur » : c’est pourquoi la revue peint le Liban comme pro-occidental, plus développé que le reste de la Syrie, « plus assimilateur d’idées nouvelles13 » (5) ; ces attaques sont (partiellement) censurées par le pouvoir occupant, selon la stratégie diplomatique de communication alors en vigueur.

6C’est dans ce contexte défavorable aux Turcs et aux Arabes « de l’intérieur » que s’ouvre en janvier 1919 au quai d’Orsay la Conférence de la paix, où Fayçal, qui rappelle les services de la seule unité combattante arabe, est mal reçu. Les appels des élites économiques, intellectuelles, militaires, religieuses, au Liban mais aussi dans les pays d’émigration libanaise dont les Etats-Unis, changent la donne. Avec la signature des accords Long-Bérenger en avril 1919, les événements se précipitent : le 20 mai 1919, le Conseil administratif du Mont-Liban proclame l’indépendance du Liban et réclame le retour des régions arrachées et une constitution démocratique, avec l’assistance de la France. Le 28 juin 1919, le Traité de Versailles proclame officiellement, en même temps que la naissance de la SDN, le principe de l’établissement de mandats. Dès lors, la question de savoir sur quels territoires les mandats s’exerceront peut être explicitement posée.

7C’est dans ces conditions que la revue est fondée. Quant à l’objectif, les éditoriaux de Charles Corm, directeur propriétaire, négociant enrichi, donnent le ton : son éditorial inaugural, « L’ombre s’étend sur la montagne » (11-12), évoque « l’indépendance », insiste sur le « besoin de liberté », proteste contre le fait que le Liban est considéré « Territoire Ennemi Occupé », rappelle qu’en 1860 le pays « fut amputé de ses provinces les plus chères » (11). S’engageant nettement du côté français, il ajoute que les « meilleurs jeunes gens » se sont engagés pour l’Entente, que les Libanais pendant la guerre constituaient « une petite France », et conclut en réclamant des frontières naturelles, historiques et économiques, dans une envolée lyrique assez caractéristique du style souvent fleuri de la revue : « nous avons toujours été dressés […] contre les Ténèbres de l’Asie », cependant « l’ombre ne doit plus escalader la montagne éclatante » (12). « De la lumière ! De la lumière ! » (109-111). L’éditorial du second numéro se réjouit que son appel ait été entendu et (dans une note) « que par décision des Autorités Militaires » le Liban ne soit plus appelé « Territoire Ennemi occupé » (111). Insistant sur la figure du « rempart de la civilisation dressé contre les Ténèbres de l’Asie » (109), Corm, refusant de voir le Liban « se laisser absorber par l’Intérieur », attaque les Chérifiens (« Votre indépendance syrienne n’est donc que l’asservissement sous le joug de l’Arabe »), et tente de mettre en avant des affinités culturelles avec la France (« Les Libanais ressemblent aux Français par plus d’un défaut »), pour mieux réclamer la tutelle de la France « afin d’assurer par l’unité du protectorat le libre jeu économique de deux nations » (110-111).

  • 14 Je traduis ici Kais M. Firro : « Historically, Palestine and Transjordan were part of Bilad al-Sha (...)

8En fait, c’est là l’essentiel du programme de la délégation à la conférence de la paix tel qu’il a été signé par son chef le patriarche maronite Elias Pierre Hoyek et reproduit dans la revue. Ce texte essentiel, « Les Revendications du Liban. Mémoire de la Délégation libanaise à la Conférence de la paix » (236-241), insiste sur les différences historiques et politiques entre Liban et Syrie, ainsi que sur la forte identité culturelle européenne au Liban, « principal foyer de la culture occidentale » (237) en Orient, mais aussi sur des arguments concernant aussi bien le fait que le droit. Il y aurait ainsi eu au Liban un état de guerre de fait, puisqu’il y a eu des volontaires libanais contre les empires centraux. Du point de vue du droit, trois arguments sont donnés pour l’indépendance libanaise : premièrement, le 20 mai 1919, le parlement libanais a proclamé l’indépendance ; deuxièmement, il y a eu une déclaration du gouvernement de la république française du 27 décembre 1917 sur l’indépendance libanaise ; troisièmement, le principe de l’indépendance libanaise a été formellement reconnu dans l’article 22 du pacte de la Société des Nations, par le traité de paix signé à Versailles le 28 juin 1919 (en fait l’article 22 alinéa 4, liant indépendance politique et développement, parle de certaines communautés auparavant dépendantes de l’empire ottoman, et qui ont atteint un degré de développement suffisant pour être indépendantes, à la condition toutefois qu’elles soient préalablement placées sous mandat provisoire). Notamment parce que le territoire d’alors n’est pas considéré comme viable, en l’absence de ressources telles que les productions agricoles de la vallée de la Bekaa, le programme stipule la restauration d’un Liban agrandi sur la base de l’entité géographique phénicienne. De tels arguments reviennent régulièrement dans la revue ; c’est le cas dans l’article programmatique déjà cité, « Notre avenir économique » (2-10) : « [le] Liban administratif ne peut pas se suffire à lui-même du point de vue agricole » (5), et « anciennement les deux Libans ne formaient qu’un seul et même groupe de montagnes » (3). Cette revue moderniste veut en fait redéfinir la structure traditionnelle de la région depuis des siècles : « Historiquement, la Palestine et la Transjordanie faisaient partie du Bilad al-Sham, la zone géographique de l’empire ottoman qui partageait ses caractéristiques culturelles et économiques avec la Syrie et le Mont-Liban, Damas étant le centre de cette région14. »

  • 15 Cf « Le Voyage de Sa Béatitude le Patriarche maronite et de la Délégation Libanaise à Paris » (242 (...)

9Le programme de la délégation veut aussi des sanctions, des réparations, des indemnités pour la reconstruction, et le mandat français que lui promet sa fidélité à la France. Sur la question de l’indépendance, le Liban est peint comme un « pays depuis déjà longtemps indépendant et dont l’indépendance, quoique restreinte en la forme, a été en principe confirmée par le règlement organique de 1860-1861 » ; en ce sens, le principe du mandat devrait « hâter l’accession à la souveraineté nationale » (240). Le choix de la France est justifié par des « raisons de sentiment, d’affinité et de culture » (240) et ces « raisons de sentiments […] prennent leur source dans des considérations historiques » (241) ; rappelant notamment la première déclaration sur l’indépendance du Liban qui a eu lieu à la Chambre française le 27 décembre 1914, le texte affirme que le Liban est convaincu que la France saura respecter sa dignité et ne le divisera pas. Le texte cite enfin des « raisons d’intérêt [économique et politique] et de dignité [liée aux droits de l’homme] » (241). Le voyage du patriarche Hoyek à Paris est un succès qui gagne finalement la France à la cause libanaise, comme l’illustre une lettre de Clémenceau au patriarche datée du 10 novembre 1919, et qui indique notamment : « Vous ne voulez pas être gouvernés par les Arabes, […] je peux vous affirmer que vous ne le serez pas. Vous voulez être complètement indépendants, vous le serez également » (244) ; Clemenceau, qui a traité séparément avec Fayçal, promet l’autonomie, des statuts nationaux indépendants, la gestion du territoire par les Libanais, et garantit les relations économiques avec la Syrie-est15.

  • 16 Kais M. Firro, Inventing Lebanon: Nationalism and the State under the Mandate, 15.
  • 17 Voir Leonard V. Smith, The Embattled Self : French Soldiers’ Testimony of the Great War, Ithaca, C (...)

10Certes, le nationalisme libanais s’est patiemment construit depuis les crises des années 1840-1860, y compris sur le principe des nationalités16. Mais c’est du système d’identité et de différence syro-libanaise et du contexte de l’après-guerre que naît le nationalisme libanais moderne en 1919. Si un article déjà cité, « Les bases de l’État : équilibre, neutralité, plébiscite » (26-30), fait référence au principe des nationalités mis en avant par le président américain Wilson dès janvier 1918 (mais aussi à ce qui a précédé ce principe, la notion pragmatique de l’équilibre des forces), c’est pour en retenir une version tronquée : « Le principe des nationalités est inexact en ce qu’il nie, mais est vrai en ce qu’il affirme » (28) ; autrement dit, selon cet article, même si les conditions pour l’application du principe des nationalités ne sont pas remplies ou pratiquement insuffisantes, il reste possible de fonder un État sur la notion de volonté générale comprise comme le consentement universel que peut donner un plébiscite. Dans le contexte de l’époque, on sait que la notion de consentement fondé sur les valeurs républicaines fut un aspect essentiel de l’acceptation du service armé, selon les récits testimoniaux de la Grande Guerre, comme l’a encore montré récemment Leonard V. Smith17.

  • 18 Voir Paul Mazgai qui insiste sur la nature hybride des mouvements fascistes, qui selon lui incorpo (...)

11On trouve des échos de cet article dans un article populiste pro-français, « Les Propos d’un Français II : Être une nation ! » (141-143), qui fait dire à un contributeur (usant d’un pseudonyme français, E. Le Veilleur) que l’essentiel est le vouloir-être de la nation : « […] comment faites-vous pour être une nation ? Cela nous arrive tous les quarante ou cinquante ans, me dit-il, et nous nous y prenons toujours de la même manière pour faire sentir à l’envahisseur ce qu’est la nation française » (141). Ce type de discours guerrier et nationaliste de la régénération accompagnera au Liban le discours fascisant et la création de la Phalange18 ; on le retrouve dans un autre article signé Corm et largement censuré par l’autorité militaire, « Méditations Nationalistes » (174-179) : « le plus grand malheur d’un peuple est de voir échapper à ses mains la conduite de sa vie, et ses destinées nationales dépendre d’un vouloir étranger » (174). Et Corm d’insister sur la notion de devoir, corrélative à celle de consentement : « Avons-nous fait notre devoir envers le pays ? Jamais » (174). Dans le même sens, son discours incrimine les hommes politiques usés, une administration incapable, et l’Autre en général, symbolisé par Fayçal : « Où sont chez les Arabes ces fortes individualités dont la constitution morale et intellectuelle régénère [mes italiques] une nation ? S’il en est vraiment, que ne s’occupent-ils de leur Arabie, au lieu de venir nous… (le reste de la phrase est censuré) » (175) ; plus loin, il se lance dans une diatribe contre « le péril arabe » (178), allant jusqu’à asséner que « les Libanais et les Syriens ne sont pas des Arabes » (177), et reprenant le thème pré-fascisant de la régénération au bénéfice de la France : « les Français ont pris à cœur de relever notre patrie » (176).

12À l’appui de sa thèse, Corm va utiliser une conférence donnée en mars 1919 à Alexandrie par le Père Henri Lammens, alors en poste au Caire, sur « [l’]Evolution Historique de la Nationalité Syrienne » (193-207). De façon stratégique, cet article ouvre le numéro de Noël, numéro qui est largement une célébration de la victoire du « Grand Liban » par rapport à la Syrie. Certes, cet article contient un certain nombre de considérations et d’observations bien venues : « Prenons garde de confondre religion et nationalité, de faire de l’une la condition de l’autre, anachronisme maladroit […] » (204-205). Mais on relève aussi des passages plus contestables sur l’Euphrate comme l’équivalent de la barrière du Rhin pour la France, ou sur le point suivant surtout : « les Syriens ne sont pas plus arabes que leurs autres voisins d’Egypte » (206). Et Corm d’exploiter cette phrase en ajoutant à l’article ce commentaire : « L’auteur, dont l’autorité scientifique et le désintéressement sont universellement connus, y prouve de façon péremptoire la vérité de cet axiome qui fait la base de notre catéchisme politique, savoir : “les Syriens ne sont pas des Arabes” » (207).

13Certes, dans une revue qui se veut « phénicienne », le mythe phénicien fondateur (associé à l’image du phénix, l’oiseau qui renaît de ses cendres) est le sous-texte qui irrigue le renouvellement du mythe national, et fonctionne comme un embrayeur du discours de la régénération. Dans le premier numéro, l’article de Jacques Tabet intitulé « Ce qu’était notre Patrie neuf siècles avant Jésus-Christ » (17-21) décrit la Phénicie comme « un de ces pays prestigieux dont le nom est puissamment évocateur » (17) et Tyr comme un « grand foyer de lumières » (21). En août, la revue utilise la Bible pour sa propagande, reproduisant « Une prophétie sur la Phénicie (Ézéchiel XXVII) », qui fait l’éloge de Tyr, et décrit la ville comme la reine du monde. Dans l’éditorial non signé (sinon des mots « L’Histoire ») qui introduit le premier numéro, « Phaenicia », la Phénicie, à laquelle il est fait un vibrant hommage, est définie comme une « petite région de la Syrie » (1). Ce mythe est aussi utilisé pour exclure l’Autre : « Les petits Etats de la Phénicie ne surent jamais s’unir contre l’étranger » (1). Un autre article d’Auguste Adib Pacha (alors président de l’alliance libanaise du Caire), « Aperçu historique sur le Liban, depuis les origines jusqu’au début de la Grande Guerre, à l’usage des Jeunes Libanais qui feront la Patrie de demain » (136-141) reprend aussi des notions pour le moins controversées, dont « le sang phénicien » (136) ou la « moralité plus élevée de la population des hautes régions » (141).

14Enfin, la revue développe, au-delà du mythe phénicien, les « formes simples » d’un discours nationaliste liant terre, histoire, et patrie, comme dans l’article de Paul Noujaim précédemment cité : « La Montagne du Liban n’atteint pas les hautes altitudes ; mais c’est une des cimes les plus élevées de l’histoire universelle », un sommet de la « sagesse humaine » (66). Cet article affirme aussi que « l’histoire du Liban est assise sur le caractère géographique du pays » et que le Liban constitue « dès l’origine, un nœud de routes, “un carrefour des nations” » (67). Il souhaite au Liban « naturel » « une organisation politique indépendante [dans ses frontières naturelles] et libre, conforme à sa situation géographique et à son passé historique » (66), et l’œuvre de 1861 sur le Règlement organique du Liban est décrite comme une « œuvre incomplète et par là même dangereuse » (75). C’est bien de reconstruction et de réécriture de l’Histoire à des fins politiques et économiques qu’il s’agit ici.

15La revue, qui a fini sa tâche dès que la lettre de Clémenceau citée plus haut est connue, et que Gouraud est arrivé, se saborde. Certes, les péripéties continuent : le 7 mars 1920, Fayçal proclame l’indépendance d’une Syrie « naturelle » comprenant le Liban et la Palestine ; immédiatement après, le 22 mars, le Conseil administratif du Liban à Beyrouth réagit en réaffirmant l’indépendance du Liban. En juillet, les forces françaises du Haut Commissaire Gouraud battent celles de Fayçal et occupent Damas. Enfin, le premier septembre 1920, Gouraud proclame officiellement la naissance de l’Etat du Grand-Liban, doublant la superficie de la province ottomane d’avant 1918. La revue restera connue au Liban comme une revue prestigieuse qui a contribué à créer le Grand Liban, c’est-à-dire le Liban actuel, et ses collaborateurs participeront activement dans l’entre-deux guerres au développement de la nation libanaise. L’indépendance officielle du Liban est proclamée en 1943, mais la France conservera son mandat jusqu’en 1946. Ainsi cette revue moderniste, qui expose des divisions et des discours qui sont encore d’actualité aujourd’hui, fait plus que contribuer à la régénération de mythes anciens ; elle explique aussi un moment-clé de l’histoire du Moyen-Orient.

Notes

1 La Revue Phénicienne, Collection complète 1919, Beyrouth, Dar An-Nahar & Editions de la Revue Phénicienne, 1996.

2 Voir Gérard Khoury, La France et l’Orient arabe, naissance du Liban moderne, 1914-1920, Paris, Armand Colin, 1993 ; Boutros Dib (éd.), Histoire du Liban des origines au xxe siècle, Paris, Rey, 2006 ; Philippe Gouraud, Le Général Henri Gouraud au Liban et en Syrie, 1919-1923, Paris, L’Harmattan, 1993. Le général Gouraud fut remplacé par le général Weygand en 1923.

3 Les quatre numéros ont paru en juillet (p. 1-64), août (p. 65-128), septembre (p. 129-192), le dernier numéro étant celui de Noël 1919 (p. 193-288). Les chiffres entre parenthèses renvoient aux 288 pages grand format de l’édition de Dar An-Nahar. Je remercie les éditions Dar An-Nahar de m’avoir donné un exemplaire de cette réédition et surtout de m’avoir accueilli à Beyrouth pendant un mois.

4 Le discours dominant de l’élite est bien représenté dans l’article de Jacques Tabet, « Notre enquête sur le système électoral à établir en Syrie » : « L’expérience a péremptoirement démontré que vicié dans son principe, [le suffrage universel] va à l’encontre du but qu’il s’est proposé [en frustrant] le citoyen utile du droit que lui confère son savoir ou l’apport financier qu’il donne à la nation [et en favorisant] des éléments irresponsables » (105).

5 Voir notamment l’ouvrage de Gérard Khoury, Une tutelle coloniale : le mandat français en Syrie et au Liban ; Écrits politiques de Robert de Caix, Paris, Belin, 2006.

6 Selon Saher Khalaf, ces pionniers de la littérature francophone libanaise se distinguent par leur patriotisme « phénicien », leur attachement au passé phénicien, au paysage libanais, au christianisme, à l’amitié libano-française, et font l’éloge de la culture française (voir Saher Khalaf, Littérature libanaise de langue française, Sherbrooke, Naaman, 1974, 44). Voir un point de vue plus récent dans le Dictionnaire de la littérature libanaise en langue française de Ramy Zein (Paris, L’Harmattan, 1998).

7 Le Bulletin de juillet fait notamment le point sur la collaboration entre la France et la Syrie, déplore le fait que l’Association n’ait pas été reçue par la Commission américaine, ajoute qu’une majorité de Libanais soutient la France selon cette commission, fait des allusions à la censure anglo-arabe, et conclut sur le départ du patriarche maronite pour Paris (127).

8 Comme on le sait, la communauté libanaise expatriée est extrêmement étendue, active et influente, aujourd’hui comme alors. Trois groupes ont soutenu activement le mouvement pour l’indépendance, notamment dans la presse : le groupe égyptien, auquel appartenaient de nombreux Libanais qui avaient refusé la conscription militaire turque, comprenait notamment, en sus de Hector Klat ou de Michel Chiha (voir Jean Salem, Introduction à la pensée politique de Michel Chiha, Beyrouth, Librairie Samir, 1970), de futurs politiciens tels que Daoud Ammoun (voir Lyne Loheac, Daoud Ammoun et la création de l’État libanais, Paris, Klincksieck, 1978), Béchara el-Khoury ou Amine Gémayel. Dans le groupe de Paris, sous le patronage de Maurice Barrès, se trouvaient notamment Chékri Ganem et Charles Debbas, alors qu’à New York, le groupe comprend notamment Nassib Arida, et produira la brochure du Bureau de la Syrian-Lebanese League of North America sur les relations franco-syriennes.

9 On ne pourra discuter ici dans le détail les stratégies pro-françaises utilisées par la revue ; notons cependant que ces stratégies incluent l’utilisation de textes littéraires libanais francophones à des fins de propagande.

10 Il est également impossible dans l’espace dont nous disposons ici de discuter les détours de la position critique de la revue face aux Etats-Unis, qui veulent à cette époque prendre pied dans la région.

11 Georges Corm, Liban : les guerres de l’Europe et de l’Orient, 1840-1992, Paris, Gallimard, 1992, 69.

12 Ainsi Jacques Tabet, dans « Notre enquête sur la question des dettes syriennes contractées en papier monnaie turc pendant la guerre » (105-109), article tiré d’une allocution au Congrès français de la Syrie à Marseille, évoque le martyre du Liban, les pendus, les hommes exécutés pour leur attachement à la France, les tortures physiques infligées par les Allemands et les Turcs, et exige des sanctions et des réparations.

13 Cf. « Notre avenir économique » (2-10) ; voir aussi sur ce point Paul Noujaim, « La question du Liban : étude de politique économoique et de statistique descriptive » (66-81).

14 Je traduis ici Kais M. Firro : « Historically, Palestine and Transjordan were part of Bilad al-Sham, that geographical area of the Ottoman Empire whose cultural and economic features encompassed also Syria and Mount Lebanon, with Damascus at its center » (Inventing Lebanon: Nationalism and the State under the Mandate, Londres, Tauris, 2003, 9).

15 Cf « Le Voyage de Sa Béatitude le Patriarche maronite et de la Délégation Libanaise à Paris » (242-246), signé d’un mystérieux « ARZ ». Hoyek, reçu à Rome par le pape puis à Paris par le président Poincaré, donna à la Question libanaise « une immense popularité » (244), et fut un des principaux artisans de la cause libanaise.

16 Kais M. Firro, Inventing Lebanon: Nationalism and the State under the Mandate, 15.

17 Voir Leonard V. Smith, The Embattled Self : French Soldiers’ Testimony of the Great War, Ithaca, Cornell University Press, 2007.

18 Voir Paul Mazgai qui insiste sur la nature hybride des mouvements fascistes, qui selon lui incorporent souvent des éléments conservateurs radicalisés (Imagining Fascism : The Cultural Politics of the French Young Right, 1930-1945, Newark, Delaware University Press, 2007).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540