Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Servius et les humanistes

Peletier du Mans et Servius : du commentaire de l’Énéide à l’Art poétique

Bruno Méniel

Texte intégral

1Qui étudie la réception de Servius à la Renaissance doit affronter, à un moment ou à un autre, deux questions : que pense trouver le lecteur de la Renaissance dans Servius ? En quoi la lecture du scoliaste pouvait-elle nourrir une réflexion sur la création poétique ? Ces questions sont si vastes qu’il peut paraître présomptueux de simplement les poser. Les témoignages directs sur la lecture de Servius sont rares. Pourtant le chercheur n’est pas totalement démuni, s’il parvient à interpréter les éléments d’information que lui fournissent les éditions des xve et xvie siècles. Les épîtres dédicatoires, les préfaces, les avis liminaires, les poèmes d’éloge, les index, tout le paratexte qui accompagne le commentaire imprimé, portent les traces, si ténues soient-elles, d’un usage de Servius, et fournissent de précieux indices sur le bénéfice que les lecteurs étaient censés en attendre. Le chercheur ne peut ensuite faire totalement abstraction de ce qu’il sait par ailleurs de la culture rhétorique des hommes de la Renaissance, de leur intérêt pour la poétique, de la représentation qu’ils se font de l’œuvre héroïque. Il peut alors être instructif de se pencher sur l’usage qu’un auteur d’« art poétique », Jacques Peletier du Mans, fait des commentaires de Servius.

  • 1 Mambelli 1954, n° 4. L’ouvrage de G. Mambelli recense les éditions partielles ou complètes des œuv (...)
  • 2 Mambelli 1954, n° 5 : Mauri Seruii Honorati gramatici commentarius in Bucolica [Georgica et Aeneid (...)

2La façon dont Servius est édité aux xve et xvie siècles fournit des indices sur la façon dont il était appréhendé. Dans sa première édition, imprimée à Rome par Han Ulric, vers 14701, le commentaire de Servius n’est pas accompagné du texte de Virgile (qui ne figure donc, partiellement, que dans les lemmes), ni non plus dans les quatre suivantes, qui s’échelonnent de 1470 à 14752. Il n’est donc pas regardé comme un simple appendice des poèmes virgiliens, mais comme un texte autonome, qui a son identité et sa valeur propres.

  • 3 Par exemple éd. de Venise, 1491 et 1492. Voir Thomas 1880, p. 335.

3Un second phénomène est l’instabilité du texte : si certains éditeurs abrègent sans vergogne le texte de Servius, peut-être pour des raisons d’économie de place3 les éditeurs humanistes manifestent le souci de revenir à un texte plus pur, en le débarrassant d’ajouts dus à des interventions inopportunes, mais aussi de l’augmenter, en tirant parti des leçons des manuscrits les plus complets. Comme Giuseppe Ramires l’a mis en évidence, la tradition manuscrite la plus féconde remonte à un manuscrit a utilisé par Guarino de Vérone pour son édition de 1471, où les passages en grec sont laissés en blanc, aucune fonte grecque n’étant alors disponible. De ce manuscrit procéderaient les manuscrits Parisiensis 7961 et Leidensis Voss F 25, qui auraient permis d’enrichir certaines éditions du xvie siècle d’inscriptions en grec. C’est ainsi que l’édition de Robert Estienne de 1532 comprend près de quatre cents ajouts. La préface à cette édition comprend cette adresse au lecteur :

  • 4 Sur François Dubois, voir Lecointe 2000.
  • 5 R. Estienne, préface à Servius-Estienne 1532, f. *ii : Habes [...] Seruium sed multo profecto aliu (...)

Tu auras un Servius, mais assurément très différent de celui que tu croyais connaître jusqu’à maintenant. En effet, nous avons ôté de nombreux ajouts qui avaient été effectués, sans réflexion et sans savoir, par je ne sais quels audacieux qui les avaient introduits sans honte à partir des écrits d’autres auteurs ; nous avons fait beaucoup de changements ; nous avons aussi ajouté un peu de texte, confiants en tout ce que nous apportaient d’une part la foi d’anciens manuscrits, dont un nous avait été prêté par l’homme très savant et non moins affable qu’est François Dubois4, d’autre part aussi le jugement d’hommes remarquablement savants, ainsi que notre soin scrupuleux5.

4Ces lignes témoignent des usages d’une société humaniste qui se livre à la chasse aux manuscrits, à la recherche de la version la plus complète et la plus fidèle d’un texte, et qui l’édite en pratiquant l’emendatio. Un autre éditeur, Georg Fabricius, qui fait encore des ajouts par rapport à l’édition d’Estienne, écrit en 1547 :

  • 6 G. Fabricius, épître dédicatoire (1547) à Valentinus in Servius-Fabricius 1586, f. α3 r° : Apparet (...)

Il apparaît qu’ont été ajoutés aux commentaires de Servius un grand nombre de textes qui ne sont pas dignes du grammairien et qui ne semblent pas devoir lui être attribués. [...]. Puisque ces passages et d’autres analogues ne semblaient pas être de Servius, et qu’ils ne se trouvaient pas dans les livres un peu anciens, nous les avons ôtés et rejetés. Beaucoup d’autres commentaires qui ou étaient incompatibles avec la pensée du poète, ou entraient en conflit avec d’autres passages du même exégète ont été laissés au jugement des doctes6.

5Ces textes laissent deviner que l’auteur Servius, grâce à Macrobe notamment, a un profil d’un dessin plus ferme que son œuvre. Les éditeurs veulent restituer le texte dans sa pureté, afin de le pourvoir d’une dignité à la hauteur du respect qu’inspire le nom de Servius. Bref, les éditeurs s’efforcent de dissiper les soupçons qui pourraient nuire à l’autorité du commentaire de Servius.

  • 7 Mambelli 1954, n° 51.
  • 8 Cristoforo Landino (1424-1498), philosophe, poète, professeur de rhétorique et de poétique à Flore (...)
  • 9 Antonio Mancinelli (1452-1505), professeur de grammaire et de rhétorique à Venise, Rome et Orvieto
  • 10 Domizio Calderini (1446-1478), professeur de rhétorique et de grec à Rome, secrétaire du cardinal (...)
  • 11 Mambelli 1954, n° 64. Giovanni Baptista Cipelli (1478-1553), alias Johannes Baptista Egnatius, pro (...)

6Un troisième phénomène est l’accumulation des commentaires antiques et modernes. En 1484 est publiée à Venise l’œuvre de Virgile7 accompagnée de cinq commentaires, ceux de Servius, Cristoforo Landino8, Antonio Mancinelli9, Tiberius Donat, Domizio Calderini10. En 1490, dans la même ville, avec sept commentaires : s’ajoutent aux cinq précédents Probus et Johannes Baptista Egnatius11.

  • 12 Estienne 1531, f. *ii (Relevé par Demerson 1972, p. 33).
  • 13 Servius-Fabricius 1586, f. a2r.
  • 14 Ibid., f. α3r : Fulgentius librum reliquit, in quo praecepta uitae ac morum e Virgilio exqui (...)
  • 15 Ibid., f. α3v :
    Quid bonus et fortis princeps, quam debeat esse
    Spes in promissis plane (...)

7Qu’à la Renaissance le texte de Servius ait été publié seul, ce qui prolonge une pratique du Moyen Âge, est l’indice de ce qu’il pouvait être lu comme une encyclopédie de la culture romaine. Il offre certes à une époque éprise de beau latin l’abondante matière d’une réflexion sur l’étymologie et sur la sémantique, une somme de mots plus encore qu’une somme de choses. Robert Estienne annonce sur la page de titre de l’édition de 1532 la présence d’un Index eorum quae a Seruio explicantur, ita copiosus ut uel Dictionarii instar esset possit, et en effet il offre à la fin de son ouvrage un index de soixante pages comprenant plus de 12 300 mots et locutions, rangés sur quatre colonnes. Cet index, dans la mesure où il renvoie à des scolies de Servius proposant l’analyse sémantique de certains mots, peut fonctionner comme un dictionnaire de la langue latine, comportant quelques indications sur la scansion, sur l’étymologie (Febris a feruore dicta ; Romani a quo dicti) et davantage encore sur la synonymie (Exigere pro excludere ; Rates pro nauibus ; Scelus pro supplicio). Nous avons la confirmation de ce que les index fonctionnaient comme des dictionnaires dans le fait que dans la préface de son Dictionarium, seu Latinae linguae Thesaurus [...] cum Gallica fere interpretatione de 1531, Robert Estienne a besoin de justifier la publication d’un ouvrage qui vient s’ajouter au productions de tant d’hommes illustres annotationes, collectanea, flores, miscellanea, uocabulorum differentias, castigationes, epitomas, spicilegia, racemationes, denique post tot in omne genus authorum Commentarios cum amplissimis indicibus12. L’index peut aussi être employé comme un relevé de règles grammaticales (Accentus regula ; Accusatiui usus cum praepositione in), de principes de prosodie (Anapesticus trimeter hypercatalecticus uersus cupidini consecratus), de figures de rhétorique (Antonomasia, Hypallage) et d’usages poétiques (Licentia in propriis nominibus), de références littéraires (Horatii locus ; Lucani locus) ou mythologiques (Hercules ; Remi et Romuli historia) d’informations encyclopédiques (Pythagorea secta ; Rex erat etiam sacerdos apud antiquos ; Semiramis ex bitumine muros fabricauit ; Vinum non bibebant mulieres antiquitus), avec un intérêt particulier pour l’histoire des mœurs (Regum antiquorum mos circa uxores ; Romanorum mos in mensis). Cet index comprend aussi quelques sentences : Vltimus labor uocat omnes (ad Aen. XI, 476) Il relève également des jugements critiques de Servius : Biotici libri sex primi Virgilii (ad Aen. III, 718) ; Aeneis in duas partes diuisa (ad Aen. VII, 1) ; Lucanus quare non numeratur inter poetas (ad Aen. I, 382) ; Virgilius scientia plenus (ad Aen. VI, 1) Orationem uel corripit uel tendit Virgilius pro caussis rei (ad Aen. I, 145). Cet index déploie ainsi l’ample savoir, qui s’étend de la grammaire à la philosophie morale, que le lecteur peut trouver dans le commentaire de Servius. L’éditeur Georg Fabricius souligne que Virgile a abordé tous les champs du savoir et qu’en conséquence les commentaires se signalent par leur uarietas et leur diuersitas13 ; il rend ainsi les lecteurs sensibles au charme de leur bigarrure. Des index portant exclusivement sur le texte de Servius et couvrant tous les domaines de la connaissance attestent l’intérêt des lecteurs pour la culture du scoliaste. En particulier, les lecteurs de la Renaissance insistent sur l’enseignement moral que l’on retire de la méditation de Virgile et dégagent de l’Énéide des prinicpes de conduite. Georg Fabricius rappelle que « Fulgencius a laissé un livre, dans lequel il a tiré de Virgile des préceptes de vie et de mœurs ; et il a prouvé que cet homme que l’on appelait un poète a en fait été un philosophe en matière de morale »14. Dans un poème d’hommage, il déclare que « Ce que doit être un prince bon et courageux, ce que doit être l’espérance confiante dans les promesses des Dieux, en donne le remarquable exemple le fils de Vénus et d’Anchise. »15 Dans les pièces liminaires, il fait figurer une liste de Sententiae aliquot ex Seruii Honorati Commentariis selectae, et notatu dignae, où figurent des formules telles que Forti et dolori et pudori est, uictum se dicere (ad Aen. II, 3), Gloriosum pro amico perire (ad Aen. IX, 401), Vicia naturae non mutari, sed mitigaripossunt (ad Aen. I, 57).

  • 16 Ibid., col. 1825 : Seruius, qui doctissimus a Macrobio nuncupatur, Commentarios scripsit in (...)

8Au milieu du xvie siècle, Servius fait figure de médiateur obligé pour comprendre l’œuvre de Virgile. Béroalde considère son commentaire comme une référence essentielle : « Servius, qui est présenté par Macrobe comme très savant, a écrit sur Virgile des commentaires de la plus haute élégance et d’une érudition qui n’est pas moindre ; il s’ensuit de cela qu’il s’est acquis parmi les commentateurs la plus haute autorité. »16 Or les scolies de Servius peuvent être réparties en trois catégories : les notes sémantiques, qui visent simplement à expliquer le sens des mots, et à résoudre des ambiguïtés ou des contradictions éventuelles ; les notes culturelles, qui proposent des développements sur l’histoire, la philosophie, les sciences, la mythologie, la religion ; enfin des notes linguistiques et littéraires, qui fournissent des informations sur la grammaire, la prosodie, la rhétorique et la poétique. Ce sont ces dernières que les hommes de la Renaissance retiennent pour définir la poétique virgilienne.

  • 17 Servius-Fabricius [Nous renverrons désormais à cette édition, qui était assez répandue à l’époque (...)
  • 18 Servius-Fabricius (préambule d’Aen. VI), p. 394 : Totus quidem Vergilius scientia plenus est : in (...)
  • 19 Ibid. (préambule d’Aen. I), p. 171 : Intentio Virgilii haec est, imitari Homerum, et Augustu (...)

9Servius compose un éloge de Virgile, qui le présente comme un poeta doctus : « il a fait entrer dans son poème un savoir varié. »17 Mais ce savoir est aussi celui de la prisca theologia, qui fait de Virgile un poeta uates : « Assurément, tout Virgile est plein de savoir [...]. Et si certains passages parlent simplement, beaucoup parlent de l’Histoire, beaucoup parlent selon la haute science des philosophes, des théologiens, des Égyptiens [...]. »18 Dans un passage stratégique, le préambule du premier livre, Servius définit le projet de Virgile en ces termes : « L’intention de Virgile est celle-ci : imiter Homère et louer Auguste à travers ses ancêtres. »19 La technique de Virgile est définie à plusieurs reprises comme imitation, notamment dans ces autres lieux stratégiques que sont le commentaire du premier vers du livre IV, où le modèle identifié est Apollonios de Rhodes et ceux des premiers vers des livres VI et VII, où c’est de nouveau Homère. Or cette imitation est dépassement :

  • 20 Ibid. (ad Aen. VII, 1), p. 452 : in duas partes hoc opus diuisum est. Nam primi sex ad imagi (...)

Cette œuvre est divisée en deux parties ; en effet, les six premiers livres sont composés à l’image de l’Odyssée, et c’est un fait établi qu’ils sont plus puissants par la variété de leurs personnages et de leurs discours. Quant aux six chants que voici, ils ont été composés à l’image de l’Iliade, et il est plus puissant dans les entreprises militaires20.

10Servius note également la supériorité de Virgile sur Homère dans un passage tel que la description du bouclier d’Énée, sur lequel sont représentées des scènes de l’histoire romaine à venir :

  • 21 Ibid. (ad Aen. VIII, 670), p. 532 : His dantem ivra Catonem. […] supergressus est hoc loco H (...)

En cet endroit, [Virgile] a surpassé la disposition d’Homère : si celui-ci dit que Minos, Rhadamanthe et Éaque jugent les impies, ici Virgile rappelle que le chef romain [Caton le Censeur] donne des lois aux innocents21.

11Il s’agit là d’une supériorité morale : il est préférable de prévenir le mal en édictant des lois, que de le sanctionner après coup par une condamnation.

12Un deuxième aspect de l’art de Virgile que souligne Servius, même s’il le fait moins souvent que Tiberius Donat, est la présence de structures rhétoriques. En particulier, Servius repère dans les discours des personnages les lieux de l’argumentation. Ainsi, Énée déplore la mort de Pallas en recourant à quatre lieux :

  • 22 Ibid. (Aen. XI, 42), p. 622 : Tene, inqvit. […] Sane sciendum hanc elocutionem talem esse, q (...)

[...] Il faut savoir que cette allocution est telle que celle où se plaint Euryale ; car il émeut la pitié par tous les lieux, par l’âge, le temps, la blessure, l’espoir du père22.

  • 23 Ibid. (Aen. VI, 103-104), p. 402 : Non vlla laborvm O virgo. […] Sane sciendum allocutionem (...)

13De même, au sixième chant, Énée adresse à la Sibylle une suasoire en bonne et due forme, puisqu’il montre que rechercher son père est une chose bonne, utile, nécessaire et possible23.

14Servius met en évidence un troisième trait de l’esthétique de Virgile, la variété :

  • 24 Ibid., (ad Aen. III, 718) p. 316 : Tandem[...] Notandum sane quia controuersiarum mor (...)

Il faut bien noter qu’à la façon des controverses il a donné à ces six premiers livres des épilogues qu’il a aussi voulus relatifs à la vie ; car il a attribué à chacun un thème, soit au premier les présages, au deuxième le pathétique, au troisième les errances, au quatrième l’éthique, au cinquième la joie festive, au sixième le savoir. Or il a différencié ses épilogues de sorte qu’il y a dans le premier la compassion de Didon, dans le deuxième la mort de Créuse, dans le troisième celle d’Anchise, dans le quatrième celle de Didon, dans le cinquième celle de Palinure ; dans le sixième il pleure la mort prématurée de Marcellus24.

  • 25 Servius-Estienne préambule d’Aen. I, p. 171.

15La « louange d’Auguste à travers ses ancêtres » est structurellement liée à l’emploi de l’allégorie. En effet, elle implique des références à l’histoire, et Servius accorde que l’épopée demande du vrai avec la fiction25. Mais la conception qu’il se fait de l’epos, qui s’oppose à celle des auteurs chrétiens comme Juvencus, exclut un recours direct à l’histoire. Considérant que Virgile a dû voiler par l’allégorie les références qu’il fait à l’histoire romaine, il s’emploie à déchiffrer ses allusions : par exemple, les malédictions que Didon adresse à Énée annoncent les guerre puniques.

16Les éléments de théorie littéraire qu’exposent les scolies de l’Énéide retiennent tout particulièrement l’attention des lecteurs de la Renaissance, parce que c’est l’âge des poétiques, que se pose la question du rapport entre poésie et rhétorique, que le poème héroïque est souvent tenu pour le genre suprême et que la théorie de ce genre reste à élaborer. Or, en élucidant certains vers, en se montrant sensible aux échos qui existent à l’intérieur de l’épopée virgilienne, en établissant des rapprochements entre des passages parfois très distants les uns des autres et en multipliant les renvois internes, Servius suggère une lecture de l’Énéide et même une conception du genre épique dans son ensemble. Le lecteur est ainsi conduit à postuler la cohérence du commentaire de Servius et de la théorie qu’il exposerait : il tend à lire ces notes innombrables comme une poétique éclatée. Pourtant la synthèse se dérobe toujours, la cohérence est à construire. Dans cette mesure, le commentaire de Servius est un défi pour l’esprit.

  • 26 Peletier a pu connaître les idées de Scaliger avant la publication des Poetices Libri septem (1561 (...)

17Au xvie siècle, le commentaire de Servius est constamment édité et médité. Il nourrit l’Art poétique (1521) de Vida. Jacques Peletier du Mans, qui publie en 1555 un Art poétique, emprunte sûrement à cet ouvrage26, mais il puise directement aussi dans le commentaire de Servius.

  • 27 Peletier 1990, I, 2, p. 226 (ad Sat. I, 24) ; I, 7, p. 247 (ad Sat. I, 1) ; II, 5, p. 274 (ad Comm (...)
  • 28 Ibid., I, 5, « De l’Imitation », p. 240.
  • 29 Ibid., II, 9, « Des licences poétiques », p. 291.
  • 30 Voir Servius-Estienne (ad Aen. III, 129), p. 283 : Cretam proavosqve petamvs (hypercatalectum) ; ((...)

18Le texte de Peletier, qui mentionne le nom de Macrobe trois fois27 et qui lui fait plusieurs emprunts manifestes, ne cite jamais Servius, mais il porte la trace indubitable de sa lecture. D’abord, il fait allusion à un passage du récit de la chute de Troie que fait Énée au livre I : le héros croit voir Hélène réfugiée dans le temple de Vesta. Ces vers nous ont été conservés par Servius, qui rappelle que les deux réviseurs du texte de l’Énéide, Varius et Tucca (Vare et Tuque) les avaient ôtés pour résoudre une incohérence28. Ensuite, Peletier forge le mot « Hypercatalectiques »29, qui rend l’adjectif hypercatalecticus de Servius30, pour qualifier des vers ayant une syllabe de trop. Peletier définit la fonction de l’invocation d’une manière qui rappelle celle de Servius :

  • 31 Peletier 1990, « De l’Œuvre Héroïque », éd. cit., p. 280-281.

En premier lieu, le Poète commence par l’invocation des Dieux, ou, le plus souvent, des Muses : pour montrer, qu’en toutes entreprises doit être implorée l’aide et reconnue la puissance divine. [...] Il n’invoque point sa Muse pour peu de compte ; mais pour apprendre les causes qui ont irrité la grand’Déesse Junon contre la gent Troyenne [... ]31.

19Ce passage est à rapprocher du commentaire de Servius sur le huitième vers de l’Énéide :

  • 32 Servius-Estienne (ad Aen. I, 8), p. 173 : Mvsa mihi cavsas memora.Poetae in tres partes diu (...)

Mvsa mihi cavsas memora. Les poètes divisent leur poème en trois parties : ils font une proposition, une invocation, une narration. [...] Il faut bien observer que dans tous les poèmes, la puissance divine n’est pas invoquée, si ce n’est pour demander quelque chose qui outrepasse les capacités humaines. […] C’est donc à juste titre que Virgile fait une invocation ; il ne pouvait pas en effet connaître par lui-même la colère de la déesse32.

  • 33 Én., IV, v. 379-380, Virgile 1977-1980, t. I, p. 124-125.

20Peletier note enfin que Didon, désespérée par l’annonce du départ d’Énée, se répand en sarcasmes à l’encontre des dieux33.

  • 34 Peletier 1990, II, 8, « De l’Œuvre Héroïque », éd. cit., p. 285.

En quelques lieux [Virgile] met des opinions d’Épicure : non pas qu’il les avoue (car il est Platonique pour le plus) mais il les fait dire par personnes affectées : Comme, Scilicet is superis labor est, ea cura quietos /Sollicitât [En., IV, v. 379-380 : « Beau travail pour les dieux d’En Haut, souci amoureux bien digne de troubler leur quiétude »], qu’il fait dire par Didon enflammée de dépiteux courroux34.

  • 35 Servius-Estienne (ad Aen. IV, 379) : Qvietos sollicitat.Cicero in libris de deorum natura t (...)

21Peletier reprend implicitement l’analyse par Servius des vers cités35 et surtout l’idée que le poète fait un usage pragmatique des différentes philosophies :

  • 36 Servius-Estienne (Servius ad Aen. X, 467), p. 599 : Stat sva cvique dies.Sectis philosophor (...)

Les poètes utilisent toujours les sectes des philosophes de façon pragmatique, et ils ne se rallient jamais, si ce n’est pour ce qui relève de leur propos, comme a fait Lucrèce, qui a tant suivi les épicuriens. Or nous savons que les sectes sont opposées entre elles ; il en résulte que chez un même poète nous trouvons des propos qui sont en contradiction, non en raison d’un vice qui lui serait propre, mais de la disparité des sectes36.

22Servius mentionne ensuite un passage de l’Énéide où s’exprime une position épicurienne et un autre où se manifeste une vision stoïcienne. Il appelle à ne pas confondre le point de vue philosophique des personnages et celui du poète.

23Alors que six ans plus tôt, Du Bellay a composé un manifeste qui était aussi une poétique, Peletier élabore une poétique qui est aussi un programme. Il trouve en Servius des analyses qui lui permettent de la fonder sur le jugement, le travail, l’imitation, l’émulation. Sa démarche est sous-tendue par l’intention de démontrer qu’il est possible de dépasser les meilleures réussites de la poésie ancienne et qu’il est donc légitime de vouloir rivaliser avec Virgile.

  • 37 Peletier 1990, I, 3, « Du Sujet de Poésie : Et de la différence du Poète et de 3’Orateur », p. 233
  • 38 Ibid., I, 4, « De la Composition du Poème en général : Et de l’Invention, Disposition et Élo (...)
  • 39 Voir Lecointe 1993, p. 477-500.

24Le commentaire de Servius a servi à Peletier pour construire sa lecture de Virgile et pour élaborer sa conception de la poésie. Son Art Poétique se présente comme un ouvrage général qui établit les principes et la technique de la création littéraire et qui évoque notamment les différents genres. Même s’il passe en revue plusieurs genres poétiques, Peletier opère, comme Vida, une double réduction de son champ d’étude, de la poésie au poème héroïque, et du poème héroïque à l’Énéide. D’une part, il fait porter ses analyses avant tout sur le poème héroïque, car il manque à la France une grande œuvre qui illustrerait ce genre : « je conseillerai à nos Poètes de devenir un peu plus hardis, et moins populaires : toutefois avec Jugement, comme nous dirons par trait de propos. Ce qui se fera par l’entreprise de l’Œuvre Héroïque, et non point plus tôt. »37 D’autre part, il érige l’Énéide en modèle absolu du poème épique. Il annonce son intention de partir du « Poème de Virgile, auteur qu[’il] veu[t] prendre pour [s]on principal guidon en [s]es traditions Poétiques. »38 Cette démarche a son origine dans l’aristotélisme padouan et relève dans son principe du cicéronianisme39 : il convient, par une méthode inductive, de dégager de l’analyse stylistique l’idée du poème parfait, mais plutôt que de se disperser dans l’examen d’une multitude de textes, il vaut mieux se concentrer sur un chef-d’œuvre.

  • 40 Peletier 1990, « Conclusion de l’Œuvre : Et quelles conditions doit avoir le 4p1oète », p. 293-294

25Peletier qui, tour à tour poète, grammairien, mathématicien, médecin, incarne à nos yeux le « philomathe » de la Renaissance, appelle de ses vœux un poète qui doit, comme Virgile, connaître les sciences et les arts : « à notre Poète est nécessaire la connaissance d’Astrologie, Cosmographie, Géométrie, Physique, bref de toute la Philosophie. [...] L’art de la guerre doit lui être familier [.] et mêmement l’art nautique, et bref les arts mécaniques ne lui doivent êtres inconnus [...]. »40

26Peletier souscrit entièrement à une lecture de l’Énéide fondée sur l’allégorie historique :

  • 41 Ibid., I, 4, « De la Composition du Poème en général : Et de l’Invention, Disposition et Élocution (...)

Virgile donc entreprit son Énéide, ayant désir d’illustrer les choses Romaines, et singulièrement, de célébrer les gestes d’Auguste. [...] Pour toucher l’émulation de l’Empire qui devait être entre Rome et Carthage, et l’inimitié perpétuelle des deux peuples, il fait l’inopiné département d’Enée : il décrit l’indignation, la fureur, le désespoir et les imprécations de la Reine abandonnée : et enfin sa piteuse et lamentable mort41.

  • 42 Ibid., I, 2, « De la Nature et de l’Exercice », p. 228.
  • 43 Ibid., p. 228.
  • 44 Ibid., p. 229.
  • 45 Ibid., II, 8, « De l’Œuvre Héroïque », p. 289.

27Il oppose l’art raffiné de Virgile aux dons naturels d’Homère : « nous voyons ès uns provenir tout de gré les dons et les vertus, que les autres ne gagnent que par grand labeur. Comme en Homère, auquel reluit ce naturel, si en Poète du monde, nous voyons une infinité d’ornements, de subtilités, d’exquisitions industrieuses qui sentent une naïve félicité : lesquelles toutes se trouvent en Virgile comme appelées et recherchées : qui a été laborieux plus que nul autre des Poètes du monde. »42 La préférence accordée à Virgile peut s’expliquer de deux façons : une première cause est générique. Peletier déclare qu’un art poétique, par définition, se concentre sur la technique : « Nous avons ici entrepris d’enseigner la puissance de l’Art. »43 Un ouvrage qui par conseils et préceptes fournit au futur poète les rudiments de la composition poétique est toujours plus ou moins enclin à valoriser le travail ; autrement il perdrait sa nécessité. Une seconde cause est historique. La poétique de la Pléiade, à laquelle il est rendu hommage par la mention élogieuse de Ronsard, Du Bellay, Pontus de Tyard, Baïf et Jodelle44, fonde la création poétique sur la pratique de l’imitation. Or Homère est considéré comme l’inventeur et Virgile comme l’imitateur. Pour Peletier, la position seconde de Virgile n’est nullement un signe d’infériorité, car ses qualités de jugement laissent penser que, même s’il n’avait pas eu de modèle, il aurait aussi bien fait : « quand nous trouvons les choses qu’il a prises d’autrui, si bien enrichies, si bien polies, et accommodées, et d’un si grand jugement : et quand nous voyons ce qui est du sien, si entier, si net, et si bien agencé : nous ne pouvons penser, sinon que quand il n’eût point eu d’exemplaire : il n’eût laissé de faire aussi bien qu’il a fait. »45 Cette imitation suppose une émulation et un dépassement du modèle. Ainsi l’Art poétique suggère que les poètes de la Pléiade, un Peletier qui projette une Herculéide, ou un Ronsard, qui a annoncé dans l’« Ode de la Paix » ce qui deviendra la Franciade, peuvent prétendre dépasser Virgile, comme lui-même a dépassé Homère. Tout autant qu’il fixe des préceptes, il formule une exhortation.

  • 46 Ibid., « De la Composition du Poème en général : Et de l’Invention, Disposition et Élocution (...)
  • 47 Ciceron, De Oratore, I, XXVIII, 118, éd. t. I, p. 44-45 : fingendus est nobis oratione nostra detr (...)
  • 48 B. Castiglione 1998, I, 12, p. 36 : « formar con parole un perfetto cortegiano ».
  • 49 Langer 1999, p. 13 ; voir Arnaud 2005, p. 315-316.
  • 50 Peletie 1990, I, 1, « De l’antiquité et de l’excellence de la Poésie », p. 225.
  • 51 Ibid., p. 225.

28Comme Servius, Peletier rapproche la poésie de Virgile de la rhétorique. Certes, il reprend la théorie platonicienne du délire poétique ; il rappelle que, dans le Pro Archia, Cicéron défendait cette conception de la poésie ; il consacre un chapitre à « la différence du Poète et de l’orateur » (I, 3). Cependant, la principale distinction qu’il énonce est celle de l’objet : le poète peut traiter tous les thèmes, alors que l’orateur est assimilé à l’avocat, qui ne parle que de la cause de son client ; une distinction secondaire se fonde sur la portée du discours : le poète écrit pour l’éternité, alors que l’orateur cherche un effet immédiat ; Peletier ne distingue les deux langages que timidement : l’orateur utilise le lexique courant, alors que le poète emploie des termes imagés. Finalement, l’approche de la poésie que Peletier adopte relève de la rhétorique : il distingue l’invention, la disposition et l’élocution. Il reprend nombre de préceptes de Cicéron et de Quintilien. Comme Servius, Peletier souligne chez Virgile la volonté de louer Auguste : « Virgile donc entreprit son Énéide, ayant désir d’illustrer les choses Romaines, et singulièrement, de célébrer les gestes d’Auguste. Pour à quoi parvenir, se pensa de devoir former en un Énée (estoc de la Royauté Romaine) un Prince sage et belliqueux : Et est là son général et principal projet d’invention. Pour le faire sage, il commença aux travaux, qui sont ceux qui exercent les hommes à la vertu : et le voulut montrer patient et fort de courage, seule et singulière ouverture à la grandeur. »46 Le verbe « former », comme le verbe fingere47 qu’emploie Cicéron pour l’orateur et comme le verbe formare48 dont use Castiglione pour le courtisan, renvoie à l’élaboration de la représentation d’un type idéal. Ainsi que le remarque Ullrich Langer, Peletier définit ainsi « l’alliance profonde du projet littéraire et du projet moral, par le discours épidictique. La littérature, dans sa cause finale, est éloge de quelque chose ou de quelqu’un ; or, ce qu’on loue, ce qui paraît apte à être loué, digne de louange, ne peut être que la vertu. »49 Comme Servius, Peletier conçoit la poésie épique comme une forme d’éloquence épidictique, qui fait du héros un modèle de perfection humaine. Il aboutit ainsi à une conception éthique de la poésie : « Les Poètes ont été jadis les maîtres et réformateurs de la vie. »50 Les Grecs, et en particulier l’élite, faisaient étudier la poésie à leurs enfants « afin qu’ils en apprissent la manière de vivre, et les exemples de vertu »51. Peletier accorde donc une importance primordiale à l’élaboration des caractères. Il oppose à la cruauté d’Achille la vertu d’Énée, uir fortis et pius :

  • 52 Ibid., II, 8, « De l’Œuvre Héroïque », p. 283.

ayant à décrire un Guerroyeur, mais ne voulant desseigner si grand’cruauté Martiale [cf. Aen. II, 29 : saeuos [...] Achilles], comme Homère avait fait en Achille : ains le devant toujours faire semblable à soi : c’est-à-dire, avisé, prudent et hardi : lui fait penser qu’il est en pays étranger, en grande nécessité de secours. Puis c’était pour son affaire propre et de sa postérité, non point comme un Achille, qui n’était le chef de la guerre Troyenne52.

29Énée représente l’idée de piété :

  • 53 Ibid., p. 285-286.

les préceptes de la vie sont bien séamment départis dans son Œuvre. [...] La Piété, il la montre très apertement en Énée, lui faisant porter son père sur ses épaules au second : lui faisant faire le bout de l’an de la mort paternelle au cinquième : le faisant aller aux Enfers pour le chercher53.

30Les analyses néo-platoniciennes de Servius sont ainsi mises au service d’une théorie qui enjoint la poésie épique de représenter non le monde, mais l’idée que, dans sa solitude intérieure, le poète s’en fait. Une esthétique maniériste, en somme.

31Or l’Art poétique n’exalte pas seulement la vertu d’Énée, il loue aussi celle du poète :

  • 54 Ibid., « Conclusion de l’Œuvre : Et quelles conditions doit avoir le poète », p. 294-295.

Estime le poète tout un, de désirer l’honneur et de le mériter. [...] Se répute heureux d’avoir un Émulateur : et tant plus le prenne à son avantage, que plus il le connaîtra savant et vertueux. Car il n’y a chose qui pousse plus avant, ni qui soit meilleur éperon à bien faire que l’émulation : ni qui témoigne plus certainement la félicité d’un temps. [...] Et même faut qu’il ait tel cœur, que s’il pense que ceux de son âge ne soient assez puissants pour être ses émulateurs : il doit prendre Homère et Virgile à partie : et comme s’ils étaient concurrents avec lui : et doit songer à faire aussi bien qu’eux. Autrement, s’il demeure inférieur : il demeurera à la fin rien du tout. Songe que le temps lui a baillé ces deux grands personnages pour les égaler, ou même pour les surmonter : faisant son profit de ce qui est advenu depuis leur temps. Et qu’en cas d’apprendre, c’est un avantage que de venir après54.

  • 55 Ibid., I, 5, « De l’Imitation », p. 238.

32La poésie que Peletier appelle de ses vœux est héroïque parce qu’elle propose un modèle de vertu mais aussi parce qu’elle requiert ambition, travail et bravoure. Car l’imitation n’est pas le repli timide sur les formules qui ont fait leurs preuves, c’est une démarche audacieuse qui témoigne d’une hardiesse véritable. Elle implique chez le poète un souci constant de se mesurer avec ses prédécesseurs les plus talentueux et une aptitude à la prouesse. Ainsi, Virgile est « l’homme le plus courageux que nature ait jamais présenté sur la terre, d’avoir osé entreprendre de faire ce que trois Poètes ont fait, chacun pour le plus excellent en son genre, Théocrite, Hésiode et Homère »55.

  • 56 Ibid., I, 2, « De la Nature et de l’Exercice », p. 229.

33L’Art poétique de Peletier doit donc certainement beaucoup au commentaire de Servius, mais il s’élabore aussi contre lui. Entre le genre du commentaire et celui de l’art poétique s’établit un rapport de complémentarité, puisque le commentaire analyse dans le détail une œuvre, alors que l’art poétique formule des préceptes concis : « C’est chose de conseil, que d’être bref en ses préceptions. [...] Et pour cela, qu’on ne me requière point les Exemples formés des Auteurs. Il suffira de les montrer au doigt, pour les aller juger. Les préceptes d’un Art, ne sont que manières de Mémoires, qui éveillent le Lecteur pour aller pratiquer parmi le monde des Auteurs : et reconnaître en l’image vif, la subtilité des traits qu’on lui a baillés par avertissement. »56 Ainsi, l’Art poétique est une invitation à la lecture, à celle de Virgile, mais peut-être aussi à celle de son commentateur le plus insigne.

Notes

1 Mambelli 1954, n° 4. L’ouvrage de G. Mambelli recense les éditions partielles ou complètes des œuvres de Virgile, qu’elles soient accompagnées des commentaires de Servius ou non.

2 Mambelli 1954, n° 5 : Mauri Seruii Honorati gramatici commentarius in Bucolica [Georgica et Aeneidem] Virgilii incipit, s.l.n.d.[1470-72] ; n° 9 : Mauri Seruii Honorati commentarii in Bucolica, Georgica et Aeneidem Virgilii, ex recensione Guarini veronensis, edente Baptista Guarini filio. Venetiis, per Christopherum Valdarfer, 1471 ; n° 10 : Seruii Mauri Honorati Commentarii in Virgilii Opera. Florentiae, Bernardus Cenninus, 1471-1472 (consultable en ligne sur BnF-Gallica) ; n° 24 : Publii Virgilii Maronis Opera cum expositione Mauri Seruii Honorati grammatici. Mediolani, (absque impressoris nomine), 1475. La première édition à publier le commentaire de Servius et le texte de Virgile dans son intégralité est la suivante : n° 26. P. Virgilii Maronis Opera cum commentariis M. Seruii Honorati, Venetiis, Jacobus Rubeus, 1475.

3 Par exemple éd. de Venise, 1491 et 1492. Voir Thomas 1880, p. 335.

4 Sur François Dubois, voir Lecointe 2000.

5 R. Estienne, préface à Servius-Estienne 1532, f. *ii : Habes [...] Seruium sed multo profecto alium quam adhuc uideris. Multa enim, quae a nescio quibus impudenter in aliena scripta audacibus temere et indocte addita erant, detraximus : multa immutauimus : nonnulla etiam addidimus, freti ad omnia cum antiquorum codicum fide, quorum unum nobis Franciscus Syluius homo et doctissimus et perinde humanissimus commodato dederat, tum hominum etiam egregie eruditorum iudicio, ac nonnihil nostra quoque diligentia].

6 G. Fabricius, épître dédicatoire (1547) à Valentinus in Servius-Fabricius 1586, f. α3 r° : Apparet eius [Seruii] commentariis plurima adsuta esse quam grammatico [...], neque digna sunt, neque esse uidentur adscribenda [...]. Haec autem et his similia, cum nec Seruii uiderentur esse, nec in libris paulo uetustioribus inuenirentur, sustulimus atque reiecimus. Alia multa, quae in exponendo uel plane abhorrerent a sententia poetae uel cum aliis eiusdem interpretis locis pugnarent, relinquimus iudiciis doctorum [...].

7 Mambelli 1954, n° 51.

8 Cristoforo Landino (1424-1498), philosophe, poète, professeur de rhétorique et de poétique à Florence.

9 Antonio Mancinelli (1452-1505), professeur de grammaire et de rhétorique à Venise, Rome et Orvieto.

10 Domizio Calderini (1446-1478), professeur de rhétorique et de grec à Rome, secrétaire du cardinal Bessarion et de Sixte IV.

11 Mambelli 1954, n° 64. Giovanni Baptista Cipelli (1478-1553), alias Johannes Baptista Egnatius, professeur de lettres à Venise, membre de l’académie aldine, correcteur chez Alde Manuce.

12 Estienne 1531, f. *ii (Relevé par Demerson 1972, p. 33).

13 Servius-Fabricius 1586, f. a2r.

14 Ibid., f. α3r : Fulgentius librum reliquit, in quo praecepta uitae ac morum e Virgilio exquisiuit : et eum nomine poetam, reuera philosophum ἠθικώτστον fuisse probauit.

15 Ibid., f. α3v :
Quid bonus et fortis princeps, quam debeat esse
Spes in promissis plane indubitata Deorum,
Egregium exemplum est Venere Anchisaque creatus.

16 Ibid., col. 1825 : Seruius, qui doctissimus a Macrobio nuncupatur, Commentarios scripsit in Vergilium maximae elegantiae, nec minoris eruditionis : unde inter commentatores auctoritatem sibi summam comparauit.

17 Servius-Fabricius [Nous renverrons désormais à cette édition, qui était assez répandue à l’époque de Peletier. Nous avons vérifié que, sur les passages cités, l’édition de Georg Frabricius n’offrait pas un texte très différent} (ad Aen. II, 148), p. 242 : Qvisqvis es [...] uariam scientiam suo inserit carmini.

18 Servius-Fabricius (préambule d’Aen. VI), p. 394 : Totus quidem Vergilius scientia plenus est : in qua hic liber possidet principatum [...] : Et dicuntur aliqua simpliciter, multa de historia : multa per altam scientiam Philosophorum, Theologorum, Aegyptiorum.

19 Ibid. (préambule d’Aen. I), p. 171 : Intentio Virgilii haec est, imitari Homerum, et Augustum laudare a parentibus.

20 Ibid. (ad Aen. VII, 1), p. 452 : in duas partes hoc opus diuisum est. Nam primi sex ad imaginem Odysseae dicti sunt : quos personarum et allocutionum uarietate constat esse grauiores [Servius-Fabricius : ualidiores]. Hi autem sex ad imaginem Iliadis dicti sunt, qui in negociis ualidiores sunt [...].

21 Ibid. (ad Aen. VIII, 670), p. 532 : His dantem ivra Catonem. […] supergressus est hoc loco Homeri dispositionem. Siquidem ille Minoem, Rhadamantum, Aeacum de impiis iudicare dicit, hic Romanum ducem innocentibus dare iura commemorat.

22 Ibid. (Aen. XI, 42), p. 622 : Tene, inqvit. […] Sane sciendum hanc elocutionem talem esse, qualis illa est ubi defletur Euryalus. nam locis omnibus commouet miserationem, ab aetate, a tempore, a uulnere, a spe parentis.

23 Ibid. (Aen. VI, 103-104), p. 402 : Non vlla laborvm O virgo. […] Sane sciendum allocutionem hanc esse suasoriam cum partibus suis. Nam honestum est quod dicit se patrem requirere : utile, ut ab eo patriae originem discat : necessarium : quia iusserat pater : ut, Ditis tamen ante Infernas accede domos. possibile, quia ait, Quando hic inferni ianua regis Dicitur.

24 Ibid., (ad Aen. III, 718) p. 316 : Tandem[...] Notandum sane quia controuersiarum more epilogos dedit sex istis prioribus libris : quos et bioticos esse uoluit : nam singulis res singulas dedit, ut primo omina, secundo pathos, tertio errores, quarto ethos, quinto festiuitatem, sexto scientiam. Epilogos autem sic uariauit, ut in primo miseratio esset Didonis, in secundo mors Creusae, in tertio Anchisae, in quarto Didonis, in quinto Palinuri, in sexto Marcelli citum deflet interitum.

25 Servius-Estienne préambule d’Aen. I, p. 171.

26 Peletier a pu connaître les idées de Scaliger avant la publication des Poetices Libri septem (1561) – c’est l’hypothèse de Lecointe 1993. Il a en tout cas utilisé Giason Denores : voir Jourde-Monferran 2004.

27 Peletier 1990, I, 2, p. 226 (ad Sat. I, 24) ; I, 7, p. 247 (ad Sat. I, 1) ; II, 5, p. 274 (ad Comment. in Somn. Sc., II, 3).

28 Ibid., I, 5, « De l’Imitation », p. 240.

29 Ibid., II, 9, « Des licences poétiques », p. 291.

30 Voir Servius-Estienne (ad Aen. III, 129), p. 283 : Cretam proavosqve petamvs (hypercatalectum) ; (ad Buc. VIII, 78), p. 44 : Veneris, dic (hypercatalecticus [Servius auctus : hypercatalectus]).

31 Peletier 1990, « De l’Œuvre Héroïque », éd. cit., p. 280-281.

32 Servius-Estienne (ad Aen. I, 8), p. 173 : Mvsa mihi cavsas memora.Poetae in tres partes diuidunt carmen suum, proponunt, inuocant, narrant. [...] Sane obseruandum est, ut non in omnibus carminibus numen aliquod inuocetur, nisi cum aliquid ultra humanam possibilitatem requirimus. [...] Bene ergo inuocat Virgilius : non enim poterat per se iram numinis nosse.

33 Én., IV, v. 379-380, Virgile 1977-1980, t. I, p. 124-125.

34 Peletier 1990, II, 8, « De l’Œuvre Héroïque », éd. cit., p. 285.

35 Servius-Estienne (ad Aen. IV, 379) : Qvietos sollicitat.Cicero in libris de deorum natura triplicem de his dicit esse opinionem. deos non esse : cuius rei author apud Athenas exustus est. esse, et nihil curare : ut Epicurei. esse et curare, ut Stoici : secundum quos paulo post, Si quid pia numina possunt [v. 382] ; Nam modo secundum Epicureos ait, Ea cura quietos.

36 Servius-Estienne (Servius ad Aen. X, 467), p. 599 : Stat sva cvique dies.Sectis philosophorum poetae pro qualitate negotiorum semper utuntur : nec se unquam ad unam alligant, nisi quorum hoc propositum est, ut fecit Lucretius, qui Epicureos tantum secutus est. Scimus autem inter sectas esse contrarias opiniones : unde fit, ut in uno poeta aliqua contraria inueniamus, non ex ipsius uitio, sed ex uarietate sectarum.

37 Peletier 1990, I, 3, « Du Sujet de Poésie : Et de la différence du Poète et de 3’Orateur », p. 233.

38 Ibid., I, 4, « De la Composition du Poème en général : Et de l’Invention, Disposition et Élocution », p. 234.

39 Voir Lecointe 1993, p. 477-500.

40 Peletier 1990, « Conclusion de l’Œuvre : Et quelles conditions doit avoir le 4p1oète », p. 293-294.

41 Ibid., I, 4, « De la Composition du Poème en général : Et de l’Invention, Disposition et Élocution », p. 234-235.

42 Ibid., I, 2, « De la Nature et de l’Exercice », p. 228.

43 Ibid., p. 228.

44 Ibid., p. 229.

45 Ibid., II, 8, « De l’Œuvre Héroïque », p. 289.

46 Ibid., « De la Composition du Poème en général : Et de l’Invention, Disposition et Élocution », p. 234-235.

47 Ciceron, De Oratore, I, XXVIII, 118, éd. t. I, p. 44-45 : fingendus est nobis oratione nostra detractis omnibus uitiis orator atque omni laude cumulatus.

48 B. Castiglione 1998, I, 12, p. 36 : « formar con parole un perfetto cortegiano ».

49 Langer 1999, p. 13 ; voir Arnaud 2005, p. 315-316.

50 Peletie 1990, I, 1, « De l’antiquité et de l’excellence de la Poésie », p. 225.

51 Ibid., p. 225.

52 Ibid., II, 8, « De l’Œuvre Héroïque », p. 283.

53 Ibid., p. 285-286.

54 Ibid., « Conclusion de l’Œuvre : Et quelles conditions doit avoir le poète », p. 294-295.

55 Ibid., I, 5, « De l’Imitation », p. 238.

56 Ibid., I, 2, « De la Nature et de l’Exercice », p. 229.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540