Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Servius et les humanistes

Servius chez Ange Politien

Silvia Ottaviano

Texte intégral

  • 1 C’est avec plaisir et gratitude que je remercie M. Bouquet et E. Stagni, pour avoir révisé ma comm (...)
  • 2 V. Fera 1993, p. 515.

1En ce qui concerne la réception de Servius1, Ange Politien s’inscrit dans un mouvement de pensée plus général, comme on peut aussi bien le voir dans d’autres communications de ce colloque : celui qui commence avec Pétrarque et atteint le sommet de la parabole, si je peux emprunter la métaphore à Vincenzo Fera2, avec Philippe Béroalde et ses Annotationes in commentarios Seruii in Virgilium (1482). D’ailleurs, faire la chasse aux erreurs était un‘sport’ très en vogue parmi les humanistes, que Politien aussi a énergiquement pratiqué, comme le montrent ses Miscellanea : c’est justement dans la première centurie de cette œuvre (1489) que, à propos de quelques passages du commentaire de Servius, il a formulé un verdict très sévère et méprisant sur le grammairien.

  • 3 Sur la chronologie des cours de Politien, v. la liste dressée par V. Branca 1983, p. 86 n. 22.
  • 4 V. Branca, op. cit., p. 81-3.
  • 5 A. Grafton 1983-93, i, p. 234 n. 35 ; R. Ricciardi 1968. Sur les méthodes d’enseignement au Studio (...)

2Cependant, on peut observer une attitude très différente dans les annotations sur les auteurs classiques que Politien a expliqués au Studio florentin à partir de 1480, et notamment les Sylves de Stace (1480-81), les Fastes d’Ovide (1481-82) et les Bucoliques de Virgile (1482-83)3 : ici Servius est souvent cité à côté d’autres auteurs plus anciens, mais Politien ne met pas en doute, sauf exceptionnellement, son autorité. Évidemment, cela tient, pour une large part, à la nature même de ces brouillons, où Politien a entassé tous les matériaux que sa bien riche érudition lui dictait ; d’autre part, à cette époque il ne s’était pas encore complètement affranchi de la méthode de l’enseignement scolaire contemporain4 : par exemple, on ne doit pas oublier que, parmi les œuvres les plus utilisées pour l’apprentissage du latin, il y avait le lexique de Junianus Maius (De priscorum proprietate uerborum, Naples 1475), qui se fondait largement sur le commentaire de Servius5.

  • 6 P. De Nolhac 1887, p.110-12 ; V. Zabughin 1921-23, I, p. 202 ; A. Perosa 1955, p. 29-30 ; I. Maïer(...)
  • 7 Ainsi L. Castano Musico dans Poliziano 1990, p. xi-xii ; mais voir la mise au point par M. Gioseff (...)
  • 8 Sur le Ps. Probus voir M. Gioseffi 1991, p. 279-299. Sur Philargyre voir G. Thilo 1860, p.119 ; id (...)

3Un autre témoignage très intéressant des premières études de Politien sur Virgile est fourni par un exemplaire imprimé datant de 1471 conservé à la Bibliothèque Nationale de France (Rés. g. Yc. 236)6, qui contient dans les marges ses notes : celles ci, nombreuses surtout sur les Bucoliques et les Géorgiques, ont été écrites en différentes phases, depuis les années 70 jusqu’aux dernières années de sa vie (1492-1493)7. Dans ce cas, de façon surprenante par rapport au contenu, Servius joue un rôle secondaire, tandis que Politien montre un plus vif intérêt pour d’autres commentaires moins connus, c’est-à-dire ceux de Ps.Probus et de Philargyre, dont il avait recherché soigneusement le texte8.

  • 9 M. Pastore Stocchi 1988, p. 171-72 ; sur cette tendance, visible partout dans l’œuvre de Politien, (...)
  • 10 Sur les relations entre Politien et Béroalde, surtout depuis leur première rencontre à Florence da (...)

4Il faut pourtant dire que c’est justement à l’époque de la formation de Politien et de ses premiers cours donnés au Studio florentin que remontent presque toutes les idées sur les erreurs de Servius qui seront présentées plus tard, avec une rhétorique flamboyante, dans les Miscellanea9. À part le temps, il doit y avoir quelque chose d’autre qui aurait mis le feu aux poudres et réveillé des intuitions ensevelies. Je crois qu’on doit en chercher la cause dans l’influence exercée sur Politien par le pamphlet de Béroalde contre Servius10, aussi bien que dans une longue réflexion critique sur le texte de Virgile et, par conséquent, sur l’exégèse servienne.

  • 11 V. Branca, op. cit., p. 76.
  • 12 Ibid., p. 91-107 ; M. Pastore Stocchi 1983.

5En effet, grâce aux recollectae de ses élèves (Ravenna, Biblioteca Classense, MS 237, dorénavant RBC, MS 237), nous savons que Politien prêtait déjà beaucoup d’attention à Servius dans son cours sur les Géorgiques (1483-1484) ; il revint plus tard à Virgile avec un nouvel essor dans son cours sur l’Énéide (probablement 1486-1487)11, c’est-à-dire après ses recherches à Rome et notamment à la Bibliothèque Vaticane, où, entre autres choses, il avait utilisé un manuscrit de Virgile des plus anciens, celui qui est aujourd’hui connu comme codex Romanus (Vat. lat. 3867)12.

  • 13 La comparaison n’est possible que pour le commencement des Géorgiques : v. Clm 754, f. 237r-v (pub (...)

6Ce témoignage nous permet de considérer le problème de la réception de Servius dans les premières études de Politien par un autre biais, celui des disciples conduits par le maître à la lecture vive des textes : c’est pour cela qu’on peut observer des différences entre les annotations préparatoires de Politien et celles des recollectae13. On a raison de se douter que, du moins dans le cours sur les Bucoliques, Politien eût exprimé son opinion sur des passages de Servius en termes plus éloquents que dans les annotations conservées dans un manuscrit de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich (Clm 754, f. 169r-217v ; 235r-236r).

  • 14 Par exemple, Politien ne mentionne, ni dans les notes du manuscrit Clm 754 ni dans celles de l’inc (...)
  • 15 Les recollectae ou notes de ce cours, contenues dans RBC, MS 237, f. 3r-22v, ont été prises par Mi (...)

7En particulier, si l’on compare les matériaux qui nous sont parvenus autour des Bucoliques avec les Annotationes in commentarios Seruii de Béroalde, il en résulte que les questions soulevées par le maître bolognais sont presque toujours ignorées14, tandis que, dans certains cas, elles sont reprises dans le cours sur les Géorgiques15.

  • 16 Voir notamment le commentaire de R. A. B. Mynors 1990, p. 13.

8Un exemple intéressant est fourni par l’exégèse d’un passage (Georg. I, 56-7) – nonne uides, croceos ut Tmolus odores, / India mittit ebur – où Virgile rappelle le mont Tmolus en tant que célèbre pour son safran (crocum). La donnée pose des difficultés aux interprètes modernes eux-mêmes, parce qu’il y avait une autre montagne de l’Asie Mineure bien plus connue pour cette spécialité, c’est-à-dire le Corycus en Cilicie : on a donc supposé que Virgile avait fait une confusion avec le mont Tmolus qui est en Lydie16.

  • 17 Servius 1861b, p. 146. 20 (in Georg. I, 56) Tmolus mons Ciliciae, in quo nascitur crocum praecipue (...)
  • 18 Servius 1861b, p. 146. 25 (in Georg. I, 56) sed Tmolus est mons etiam Lydiae circa oppidum Sardis, (...)
  • 19 Ps. Probus 1902, p. 355, 14 ; Sol. 40. 10 ; Col. 3. 8. 4. Un autre passage (Mart. Cap. 6. 686) rel (...)
  • 20 Beroaldo 1482, d. iir Hoc ideo dixi ut aliquid argutius reconditiusque memorarem, non ut Seruii ex (...)

9Il se trouve que cette incertitude avait déjà troublé les commentateurs antiques, de sorte que Servius arrive à placer le Tmolus en Cilicie17, ce que corrige et explique de façon plus précise la note ajoutée par le Servius auctus18. Béroalde, qui ne connaissait vraisemblablement pas cette addition, démentait la notice servienne dans ses Annotationes, en s’appuyant sur l’autorité de Strabon, Ovide et Solin, afin de démontrer que la montagne en question se trouve en Lydie. Quant à l’interprétation du passage de Virgile, Béroalde n’ignorait pas la difficulté et citait l’opinion de Porphyrion, selon qui Virgile aurait placé pro uino crocum (Porph. in Hor. Serm. II, 4, 68) : en effet, le Tmolus était célèbre pour son vin, comme Virgile lui-même en témoigne (Georg. II, 98). Néanmoins, Béroalde laissait ouverte la question tout en admettant que l’interprétation de Servius était plausible, puisque le Tmolus était effectivement connu pour son safran par d’autres auteurs, comme le ps.Probus, Solin et Columelle19 ; il renvoyait au jugement du lecteur l’évaluation du passage cité de Porhyrion et la décision définitive sur l’exégèse du texte de Virgile20.

10Dans son cours sur les Géorgiques Politien discutait la même question et, d’après les recollectae, prenait une position bien arrêtée à cet égard. Voici le texte qu’on lit dans le manuscrit de Ravenne (f. 7v-8r) :

  • 21 Il faut qu’on comprenne sua au lieu de eorum.
  • 22 « Tmolvs odores Servius dit que le Tmolus se trouve en Cilicie, ce qu’on n’a lu nulle part ; en r (...)

Tmolvs odoresdicit Seruius T(molum) in Cilicia, quod nusquam lectum est, sed in Lydia est mons. Dicit autem habundare croco : quod neque uerum neque est lectum, sed uitibus habundat. Sed quia ueteres in t<h>eatris uinum croco admistum, ut maiorem spargeret odorem, eorum21 consuetudine spargebant, ideo locus iste sic accipiendus est, ut dicamus : nonne uides ut Tmolus mons Lydiae sit feracissimus uini, quod croco deinde admisto possit croceum reddere odorem22.

  • 23 Plin.Nat. 14. 74 nec Tmoliti per se gratia ut uino, sed cuius dulci admixto reliquorum duritia su (...)
  • 24 Plin.Nat. 21. 33 sed uino mire congruit [scil. crocum], praecipue dulci, tritum ad theatra replen (...)
  • 25 Poliziano 1990, p. 18.
  • 26 Pour cette méthode de critique des sources, qui est un acquis indéniable de la philologie de Polit (...)

11Comme on peut le remarquer, la première objection coïncide tout à fait avec celle de Béroalde ; ensuite, Politien ajoute sa propre interprétation, très originale, en s’appuyant probablement sur deux notices de Pline, qui nous rappelle le Tmolus en raison de son vin doux23, et qui affirme dans un autre passage que le safran convient au vin, surtout le doux, pour le répandre, une fois qu’on l’a réduit en poudre, dans les théâtres24. Le résultat est très proche de la solution jadis proposée par Porphyrion, qui était bien sûr connue par Politien, puisqu’il en avait noté la scolie à côté du passage de Virgile, dans la marge de l’incunable de la BnF25. Ici l’on trouve aussi les mêmes citations du ps.Probus et de Columelle qu’avait produites Béroalde, ce qui nous révèle une simplification dans la note de cours qu’on vient de mentionner, due à l’élève ou bien à la rapidité de l’exposition orale : Politien connaissait les passages de ces deux auteurs qui, pas autrement que Servius, attestaient la célébrité du safran tmolien, mais il ne les regardait sans doute pas comme décisifs, car ils s’inspiraient des vers de Virgile et n’étaient donc pas des témoignages indépendants26.

12Je crois pourtant que dans ce cas le texte de Solin (40, 10 mons Lydiae Tmolus croco florentissimus), qui ne semble avoir aucune relation avec celui de Virgile, peut démontrer que Servius ici n’avait pas totalement tort ; ce passage a malheureusement échappé à Politien, peut-être aussi parce qu’ici il n’utilisait pas directement l’opuscule de Béroalde, mais ses propres annotations sur Virgile.

  • 27 En effet, Politien montrait des erreurs de Servius, que Béroalde n’avait pas relevées ; voir, par (...)
  • 28 Par exemple, à propos de Georg. I, 48 (bis quae solem, bis frigora sensit), Béroalde avait démenti (...)

13De façon plus générale, dans son cours sur les Géorgiques on peut observer une attention critique croissante pour Servius27, et Politien s’arrête parfois sur les mêmes points qu’avait soulevés Béroalde28, bien que rien ne semble empêcher de considérer cela tout simplement comme un effet du hasard.

  • 29 V. Fera 1983, p. 82 n. 1.
  • 30 Serv. 1946-65, I, p. 155. 11 (in Aen. I, 292) remo cvm fratre qvirinvs ivra dabvnt multi sic inte (...)
  • 31 A. Perosa 1955, p. 35-36 n. 22 ; I. Maïer 1965, p. 258, A. F. Verde, op. cit., 3. I, p. 147-51 ; V (...)
  • 32 Une partie de cette note a été déjà transcrite par V. Fera 1983, p. 82 n. 1 et A. F. Verde, op. ci (...)

14Mais c’est dans les recollectae sur l’Énéide qu’on retrouve la preuve la plus évidente de l’influence exercée sur Politien par Béroalde au sujet du traitement de Servius29. À propos d’un passage du premier livre de l’Énéide (Aen. I, 292), Servius avait interprété le nom Quirinus comme une épithète d’Auguste, en s’appuyant sur l’autorité de Suétone, et, de façon similaire, Remus comme équivalent d’Agrippa30. Politien, d’après les notes prises par son disciple Bartholomaeus de Galeata31, prouvait la fausseté de cette notice, que ni l’évidence des faits ni la raison ne confirment (RBC, MS 237, f. 26r)32 :

  • 33 Numacii cod.
  • 34 « cana fides et vesta, remo cvm fratre qvirinvs ivra dabvnt, (Aen. I, 292) le sens est le suivant (...)

cana fides et vesta, remo cvm fratre qvirinvs ivra dabvnt (Aen. I, 292) sensus est : cum Caesar erit relatus in caelum, non solum Romani omnes summa concordia uiuent inter se, uerum etiam et ipsi dii Romani et [h]ii etiam inter quos aliquando orta est discordia, ut de Romulo Remoque, erunt pacati inter se et sic concordes fauebunt Romanis : nam Romu<lu>s et Remus tunc deposuerint discordias quarum penitus obliuiscentur. Cana Fides et Vesta et Quirinus nominatiui sunt illius uerbi ‘dabunt’. Quod uero ait Seruius, « cana fides et Vesta : subaudi erit », puerile est nec quadrat. Quod uero Remum pro Agrippa positum dicit tanquam Agrippa simul regnare uideretur, hoc nusquam reperitur nec ulla quidem ratio adduci potest qua comprobetur Remum pro Agrippa poni posse. Quod autem ait Quirinum Augustum esse dictum auctore Suetonio hoc quidem mentitur. Nam si Suetonium legas, reperies Octauianum non Quirinum sed Augustum in senatu esse uocatum sententia L. Munatii33Planci (Suet. Aug. VII, 2) ; nusquam profecto reperies Octauianum Quirinum esse appellatum nec tria illa nomina quae dicit Seruius a populo [a populo] illi fuisse oblata, nec certe reperies eum illis nominibus diuersis temporibus usum, ne partes lederet unum scilicet eligendo. Haec quidem Seruius mentitur. Quod uero superius dixit Romulum ut euitaretur pestis monitu oraculi semper usum sella curuli et sceptro coronaque ac ceteris regni insignibus ad placandos manes Remi, quo simul cum Remo regere uideretur, nugatorium est nec habet quo se tueatur : hoc nusquam est compertum. Hoc solum constat, post Remum occisum ad eius manes placandos Lemuria sacra esse a Romulo instituta, sed de sella curuli non [non] reperitur. « Victoris arma Quirini » (Georg. III, 27) : ne accipias de Augusto sed de Romanis quia Augustus nusquam dictus est Quirinus in Georgicis [est]34.

  • 35 Beroaldo 1482, a vv-viv : Cum talia in commentariis Seruii lego, in eam sententiam pedibus uado, u (...)
  • 36 Poliziano 1972, II 8 17 : Errat uel Seruius uel qui librarii Seruium descripserint ; nam in eius c (...)
  • 37 Poliziano 1991, p. 40 : Non inerudite exponitur [scil. Quirinus] a Seruio, qui Quirinum Augustum e (...)

15Cette incohérence avait déjà été notée par Béroalde35, qui avait par ailleurs utilisé des expressions similaires (Suetonius nusquam hoc refert) ; par la suite, il avait indiqué d’autres cas de fausses citations dans le commentaire de Servius, ce qui le conduisait à soupçonner une faute des copistes ou un accident dans la transmission du texte. En général, Politien se montre lui aussi conscient de cette possibilité, comme par exemple dans un passage de la deuxième centurie des Miscellanea36 ; cependant, cette fois Servius ne semble pas mériter d’indulgence à ses yeux et il lui reproche non seulement cette faute, mais encore d’autres affirmations naïves contenues dans le même passage. On notera encore une affinité avec Béroalde en ce qui concerne le lexique : comme lui, Politien utilise le terme puerile, redoublé ensuite par nugatorium. Ce qui confirme le plus le rapport avec Béroalde, c’est que, dans les notes préparatoires au cours sur les Fastes d’Ovide (1482-83), Politien n’avait pas encore montré cette sévérité de jugement : au contraire, il avait apprécié la suggestion de Servius37, même s’il avait cité tout de suite le passage de Suétone sur le titre d’Augustus décerné à Octave (Aug. 7. 2), qui évidemment démentait la notice servienne.

  • 38 Un autre cas me paraît plus douteux : à propos du commentaire de Servius à Aen. I, 373 Béroalde av (...)
  • 39 Voir par exemple Serv.in Aen. IV, 77 labente die quia in usu non erant prandia. Politien suivait (...)

16Cependant, dans le cours sur l’Énéide il n’y a pas beaucoup d’autres points où cette comparaison serait possible38 : il semble donc que Politien ne lisait pas le commentaire de Servius avec l’opuscule de Béroalde sous les yeux39. En revanche, on n’entend que deux voix, comme dans une sorte de contrepoint, celle de Politien et celle de Servius, qui est sans aucun doute la principale source citée et qui devient l’objet d’un inexorable réquisitoire. En effet, Politien fait sans cesse allusion au commentaire du grammairien, même s’il ne le mentionne pas explicitement, afin de le juger et de souligner les différences avec son interprétation.

  • 40 Sur les rapports entre Landino et Politien v. R. Cardini 1973, p. 48-49 ; 171-173 n. 50.
  • 41 Voir par exemple RBC, MS 237, f. 30r (in Aen. II, 7) : Seruius est sequendus hoc in loco. Politien (...)
  • 42 RBC, MS 237, f. 34r (v. A. F. Verde, op. cit., 4, II, p. 688-89) : « vices Danavm vllas (Aen. II (...)
  • 43 Voir, par exemple, RBC, MS 237, 41r : patriasqve obtrvncat ad aras (Aen. III, 332) quod ait nonnul (...)
  • 44 Comme autres exemples similaires, il y a RBC, MS 237, f. 30v : aerea cvi gradibvs svrgebant limina(...)
  • 45 On retrouve les deux adjectifs, puerile et nugatorium, déjà imputés à Servius dans la note sur Qui (...)
  • 46 Voir, par exemple, la remarque que Politien fait à une note de Serv.in Aen. IV, 182 (oculi subter (...)
  • 47 Souvent Politien critique les differentiae uerborum établies par Servius, à cause peut-être aussi (...)
  • 48 Serv.in Aen. IV, 486 soporifervmqve papaver incongrue uidetur positum, ut soporifera species per (...)

17Ainsi, Servius reste pour Politien le point de départ pour expliquer le texte de Virgile, de la même façon que la méthode pédagogique traditionnelle, suivie par son maître Cristoforo Landino40 ; ce qui est nouveau, c’est l’esprit critique dont il se sert pour lire et évaluer attentivement chaque affirmation de Servius, sans préjugé ou indifférence. Dans certains cas Politien ne désapprouve pas l’opinion de Servius, à laquelle il arrive jusqu’à se rallier41, ou bien en faisant de subtiles distinctions que même son élève Bartholomée ne comprenait pas42. Cependant, les remarques sont tellement nombreuses, qu’on peut en classer de plusieurs sortes : parfois, comme on vient de le voir, la notice de Servius n’a pas d’attestation dans les sources anciennes43, ou bien se fonde sur des citations fausses, comme pour Suétone dans le cas considéré44 ; parfois encore, ses affirmations sont naïves et ridicules45, ou bien son raisonnement manque de cohérence46 ; qui plus est, quelquefois même ses observations grammaticales sont incorrectes47 et ses reproches à Virgile s’avèrent injustes48.

  • 49 RBM, MS 237, f. 48r, in Aen. IV, 159 : Quod uero ait [scil. Seruius] Ascanium dictum Leodamanta [L (...)

18Il n’y a donc pas de quoi s’étonner que Politien ait mûri une opinion très négative à l’égard de Servius, de sorte que, même quand il n’est pas possible de prouver la vérité sur ses notices, la position de Politien à son endroit reste extrêmement sceptique : « son autorité est douteuse », affirme-t-il à propos d’un récit qui n’est pas dénué de tout fondement49

19C’est ainsi que Politien jugeait l’autorité de Servius insuffisante à assurer l’authenticité des vers sur Hélène, lesquels d’après son commentaire auraient été supprimés par Varius et Tucca, RBC, MS 237, f. 36r :

  • 50 Varro cod.
  • 51 « Iamqve adeo svper vnvs eram, cvm limina vestae (Aen. II, 567) bien que Servius affirme que ces (...)

Iamqve adeo svper vnvs eram, cvm limina vestae (Aen. II, 567) quamuis Seruius dicat hos duos et uiginti uersus sublatos a Tucca et Vario50, tamen quoniam neque Tiberius Donatus neque alius quisquam scriptor meminit horum uersuum detractorum neque etiam locus hic ex quo remoti sunt eos exposcere uideatur, censuerim extrinsecus colligandos, deinde litura ex transuerso abolendos ac iugulandos, cum nullus omnino codex antiquus reperiatur in quo exscripti inueniantur. Verum quoniam perelegantes sunt, ad stilumque Virgilianum accedunt, eos interpretabor. Nam quamuis a<d>diticii, suppositicii sint, tamen <ab> aliquo uiro docto sunt, qui huic loco utpote exposcenti iudicio suo insertauit. Sed, ut dixi, eos deleatis ac uirguletis ex transuerso51.

  • 52 Politien connaissait le commentaire de Tiberius Claudius Donatus à l’Énéide grâce à un manuscrit t (...)
  • 53 Sur les mots qui indiquent la rature et sur le terme iugulare, typique de Politien, v. S. Rizzo 19 (...)
  • 54 RBM, MS 237, f. 23r : ille ego qvi qvondam gracili modvlatvs avena haec carmina quoniam Virgilian (...)
  • 55 Sur l’épisode d’Hélène v. G.P. Goold 1970 et G.B. Conte 2006 ; sur le préproème : G. B. Conte 1974 (...)

20En effet, Politien remarque que ni Tiberius Claudius Donatus52, ni d’autres auteurs ni même les manuscrits n’ont conservé trace ou mémoire de ces vers, transmis par le seul Servius dans son introduction à l’Énéide : c’est pourquoi il décide de les rayer du texte de Virgile, même en admettant leur valeur, qui les rend dignes d’être lus et interprétés. Le lexique philologique très précis et personnel53, l’évaluation des témoignages directs et indirects à côté d’une très fine connaissance du style virgilien, tout cela place le passage parmi les plus intéressants des recollectae sur l’Énéide. Ces éléments se retrouvent aussi à propos d’autres passages de Servius sur Varius et Tucca : en particulier, Politien considérait comme un faux les vers du préproème de l’Énéide54, parce que ceux-ci Virgilianum acumen non sapiunt (« ils ne sentent pas la finesse virgilienne »). Nous noterons, en passant, que sur deux points cruciaux de la philologie virgilienne l’opinion de Politien est très proche de celle des études d’aujourd’hui55.

  • 56 Servius 1961a, p. 122, 21 (in Aen. 6. 893) sunt geminae somni portae pro somniorum. Est autem in h (...)
  • 57 « Ce que Servius affirme, c’est-à dire que la porte de corne signifie les yeux, il le dit en ayant (...)
  • 58 A. Setaioli 1995, p. 202-205.
  • 59 RBC, MS 237, f. 71v : Sed hic locus est aponendus (=exponendus), sicut Porphyrius in Homerum inter (...)

21Parfois Politien tourne en dérision certaines affirmations absurdes de Servius : c’est le cas, par exemple, de l’image des deux portes du Sommeil, l’une de corne et l’autre d’ivoire, utilisée par Virgile à l’imitation d’Homère. Après avoir donné une interprétation’littéraire’ (poetice) du passage, Servius nous en propose une autre’scientifique’(physiologia uero hoc habet), fondée sur l’analogie entre la corne et la cornée des yeux56. Voici la réaction dédaigneuse de Politien : Quod Seruius ait <per> corneam portam oculos significari a[b]lucinatus oculis ipse ait : quid cornea porta ad oculos ? (RBC, MS 237, f. 71v)57. Nous pouvons bien, dans un premier temps, être tentés de partager notre indignation avec Politien, mais ensuite nous devons changer d’avis, en considérant qu’ici Servius se borne à traduire une scolie homérique58. D’ailleurs, Politien préfère l’interprétation néoplatonicienne de Porphyre, tirée d’un passage de Macrobe : en cela, il se révèle un véritable élève de Landino, dont il se souvient expressément ici59.

  • 60 Sur les relations entre Politien et Domizio Calderini v. C. Dionisotti 1968 et L. Cesarini Martine (...)
  • 61 RBC, MS 237, f. 53v-54r (une partie de cette note a été transcrite par A.F. Verde,op. cit., 4. II (...)
  • 62 Poliziano 1971, p. 59 : Nimis sane contumeliosus in Seruium est Domitius ita inquiens : « Seruius (...)
  • 63 Voici la note de Servius en question (in Aen. II, 102) : uno ordine uno reatu. Et est de antiqua t (...)

22Cependant, il y a aussi des cas où Politien plaide la cause de Servius, surtout si cela lui donne le prétexte d’engager une polémique avec une des ses cibles favorites, c’est-à-dire Domizio Calderini60 ; celui-ci avait pourtant exercé beaucoup d’influence sur le jeune Politien, comme le montre une note du cours sur l’Énéide, où Politien se souvenait d’une discussion entamée avec lui sur un passage de Virgile à l’occasion de sa visite à Florence (1473)61. Politien repoussait les accusations trop acerbes ou malvenues portées par Calderini contre Servius à plusieurs reprises dans ses cours : d’abord dans celui concernant l’épître de Sappho à Phaon (1480-81)62, et ensuite dans le cours sur Juvénal (1485-86), dont nous avons les recollectae prises encore une fois par Bartholomée de Galeata (RBC, MS 237, f. 218r)63 :

  • 64 « Exspectandvs erit qvi lites inchoet annvs (Iuv. XVI, 42) : dans ce passage Domitius a tort de r (...)

Exspectandvs erit qvi lites inchoet annvs (Iuv. XVI, 42) hoc loco Domitius inepte Seruium reprehendit ; cuius Seruii sententia est hoc loco omnino sequenda64.

  • 65 « Mais nous, loin d’ici, nous irons, les uns chez les Africains assoiffés, les autres en Scythie, (...)

23Mais quiconque se sert de l’épée, périra par l’épée : Politien, lui aussi, n’évite pas les périls auxquels une sévérité excessive peut conduire, et dans certains cas son accusation n’est pas juste et l’interprétation qu’il propose n’est pas meilleure que celle de Servius. Cela est évident, en particulier, dans un chapitre de la première centurie des Miscellanea (Misc. I, 37), dont le titre est déjà significatif : lapsum fœde Seruium super Oaxe fluuio et Creta (« l’affreux faute commise par Servius à propos du fleuve Oaxès et de Crète »). Ici Politien reprochait durement l’explication donnée par Servius à propos d’un passage difficile de la première églogue, Verg. Ecl. I, 64-6665 :

At nos hinc alii sitientis ibimus Afros,
pars Scythiam et rapidum cretae ueniemus Oaxen
et penitus toto diuisos orbe Britannos.

  • 66 G. Thilo, dans Servius 1861b, p. v ; ce phénomène concerne les vers de Ecl. 1. 37-2. 11.
  • 67 Servius 1471, f. 11v : et rapidvm cretae oaxen hoc est lutulentum, quod rapit cretam. Creta terra (...)
  • 68 Servius 1861b, p. 22, 6 (in Ecl. 2. 24) Nam et Theocritus ad exprimendam rusticam simplicitatem mu (...)
  • 69 Cette comparaison a était établie par G. Funaioli 1930, p. 307-8.

24Tandis que, selon le commentaire de Servius que Politien lisait, il fallait interpréter cretae comme un nom commun, en revanche Politien croyait qu’il s’agissait de l’île située au cœur de la Méditerranée. Disons d’abord que cette partie appartient à une section où le vrai texte de Servius ne nous est pas parvenu, mais la lacune a été comblée dans plusieurs manuscrits avec une interpolation tirée de scolies non serviennes66. Cette version était très répandue dans les manuscrits italiens et dans les premières éditions de Servius : par exemple, elle était suivie dans l’édition de 1471 préparée sur la base des matériaux de Guarino Veronese67. Le vrai Servius était probablement d’un autre avis, comme on le devine en lisant une brève mention de ce vers dans son commentaire68 : selon son opinion, l’Oaxès serait un fleuve de la Scythie, mais le berger Mélibée, à cause de sa simplicité rustique, l’aurait placé en Crète69.

  • 70 R. Coleman 1977, p. 86.

25Cela dit, revenons au vers en question : aujourd’hui presque tous les commentateurs croient que l’Oaxès est situé dans l’extrême Orient et que creta signifie ici l’argile, que le fleuve boueux traîne70 : c’est justement la première interprétation proposée dans la scolie critiquée par Politien. Nous devons pourtant dire, à sa décharge, que le vrai Servius avait réellement tort !

26D’ailleurs, on retrouve tous les textes cités dans les Miscellanea dans les notes, encore inédites, que Politien avait prises pour son cours sur les Bucoliques : c’est donc l’occasion de vérifier la façon dont Politien a utilisé des matériaux, qui avaient d’abord été rassemblés sans aucun dessein apparent. Voici le texte d’après ma transcription (Munchen, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 754, f. 202v) :

  • 71 Lutulentus a. c.
  • 72 rapidvm cretae veniemvs oaxen (Ecl. 1. 65) Servius : c’est-à-dire boueux, qui traîne de l’argile. (...)

rapidvm cretae veniemvs oaxen (Ecl. 1. 65) Seruius : « hoc est lutulentum, quod rapit cretam. Creta alba terra dicitur. Nam Oaxis fluuius est Mesopotamiae qui uelocitate sua rapiens albam terram turbulentus71 efficitur » ([Seru.] in Ecl. 1. 65). Haec Seruius.
Apollonius autem in primo Argonauticon : « Δάκτυλοι ’Iδαῖοι Κρηταιέες, οὕς ποτε νύμφη / ’Αγχιάλη Δικταῖον ἀνὰ σπέος, ἀμφοτέρῃσιν / δραξαμένη γαίης Oἰαξίδος, ἐβλάστησε. » (Ap. Rh. 1. 1129-31).
Sudas urbem dicit in Creta esse huius nominis (Suid. I. 462 n.185).
Vibius Sequester de Fluminibus : « Oaxes Cretae a quo et ciuitas Oaxia. Varro hoc docet de Creta : « Et geminis capiens tellurem Oaxida palmis » » (Vib. Seq. 114 Gelsomino). Intellige autem Atacinum Apollonii interpretem72.

  • 73 G. Parroni 1965, p. 11-12.

27La véritable découverte de Politien, comme on l’aura noté immédiatement, n’était pas la réfutation d’une erreur, mais la comparaison entre le texte de Virgile et plusieurs sources anciennes, tant grecques que latines. En particulier, le rétablissement du fragment de Varron d’Atax se fonde encore aujourd’hui sur son modèle, c’est-à-dire sur les vers d’Apollonios de Rhodes cités par Politien ; le témoignage de Vibius Sequester est aussi important, parce qu’il conserve un meilleur texte que celui de la scolie à Virgile parvenue jusqu’à nous, bien que probablement tiré de la même source73.

  • 74 G. Ramires 1999a.
  • 75 M. Gioseffi 1993, p. 251 n. 25 : « non ci deve stupire che il Poliziano – pur prendendo le mosse d (...)
  • 76 Par exemple Servius 1475.
  • 77 L’exemplaire de Servius utilisé par Politien n’est pas encore connu (L. Cesarini Martinelli, dans (...)
  • 78 G. Ramires, op. cit., p. 276. En effet, nous avons une édition de Servius avec des notes de Politi (...)
  • 79 L’archétype conservé de Vibius Sequester (Vat. lat. 4929) présente le texte suivant : geminis cupi (...)
  • 80 Landino 1488, Aiii r : Oaxem cretae id est lutulentum, quod rapiat cretam. Creta alba terra dicitu (...)
  • 81 L’exemplaire le plus ancien du commentaire de Landino à Virgile est le manuscrit Flor. Laur. 53.37 (...)

28À ce propos, on peut observer que la citation’servienne’faite par Politien ne contient pas ce fragment, qu’on lisait pourtant dans l’édition de Guarino, dont le texte de Politien est très proche, comme Ramires74 l’a montré et comme on peut le voir également à cet endroit, au moins dans la première partie de la citation. Cela dépend probablement de l’exemplaire de Servius que Politien a utilisé sur ce point75 : en effet, ce passage était déjà coupé dans certaines éditions76, qui pourtant s’éloignent du texte connu de Politien dans d’autres cas. J’espère qu’à l’avenir certaines indications fournies par Politien lui-même, telles que le numéro de la feuille, pourront nous aider à identifier au moins un des exemplaires de Servius utilisés par l’humaniste77, car, pour compliquer encore plus les choses, la possibilité d’une pluralité de sources n’est pas à écarter78. Ici, en particulier, des éléments dans le fragment de Varron cité par Vibius (et, Oaxida)79 laissent soupçonner qu’il l’avait corrigé grâce à la connaissance d’un plus large texte de Servius. On peut à ce propos comparer le traitement du passage chez Landino, qui, dans son édition de Virgile, rapportait le même morceau de Servius que Politien80, quoiqu’il fît allusion à la partie restante en commentant le vers81.

  • 82 Voir, en particulier, Misc. I, 100, à propos de Aen. II, 255 ; le même passage était déjà discuté (...)

29Les autres reproches adressés à Servius et contenus dans les Miscellanea se justifient, bien que la solution proposée par Politien ne paraisse pas toujours satisfaisante82. Je pense que la plus belle performance à tous égards est la discussion des derniers vers de l’églogue IV, qui fait l’objet d’un chapitre entier (Misc. I, 89), dont le lecteur trouvera dans l’appendice à cet article le texte complet, que j’ai essayé d’établir d’après les principales éditions, tout en mettant à contribution d’autres allusions à ce passage contenues dans les manuscrits de Politien.

30C’est justement grâce à l’humaniste florentin qu’on a envisagé pour la première fois la possibilité de corriger dans le vers 62 le datif cui en nominatif (de sorte qu’on lise : qui non risere parentes) ; cela découle directement du témoignage de Quintilien (Inst. 9. 3. 8), qui remarquait l’exception grammaticale, c’est-à-dire le passage du pluriel au singulier (qui non risere [...] hunc dea non dignata est) et expliquait ainsi le passage : ex illis enim ‘qui non risere’, hic, quem non dignata (« parmi ceux, qui n’ont pas souri [...] celui-ci, qui n’est pas digne ni du lit d’une déesse, ni de la table d’un dieu »).

  • 83 S. Rizzo 1973, p. 286.
  • 84 « En expliquant ces vers, Servius, grammairien bien connu, corrompt le texte authentique et invent (...)

31La question étant encore très controversée, ce qui doit maintenant nous intéresser c’est plutôt la réaction de Politien au commentaire de Servius et sa relation avec sa propre interprétation. Politien accuse Servius pour deux raisons : parce qu’il a corrompu le texte authentique et surtout à cause de son interprétation, qui est évidemment une invention improvisée, sans fondement : quos enarrans Seruius haud inceleber Grammaticus, et ueram lectionem (quod eius pace dixerim) contaminai83, et fabulam sibi ex tempore commodoque suo confmgit contra omnem ueterum auctoritatem84 ». Ce passage résume parfaitement le sens et en même temps le ton de sarcasme et de dédain du chapitre entier.

  • 85 Sur l’exemple tiré du texte de Valerius Flaccus, v. S. Rizzo 1973, p. 153 n. 2.
  • 86 Quint. I, 7, 18-20, passage cité par Politien explicitement dans Misc. I 43.
  • 87 « Mais qui pourrait douter que, concernant l’intégrité du texte de Virgile, il vaut mieux croire Q (...)

32En fait, même aux yeux de Politien, la première faute n’est pas très grave, puisque il s’agissait d’une confusion très repandue entre des deux formes du pronom, comme le montrent des exemples donnés par Politien à ce propos85. Mais ce qui est décisif pour la critique du texte, c’est l’opposition de Servius avec l’autorité de Quintilien, qui par ailleurs affirmait avoir vu l’autographe même de Virgile et qui connaissait des leçons et des orthographes réellement meilleures86 : quis autem dubitet quin de Vergilianae lectionis incolumitate Quintiliano credendum sit potius quam Seruio, praesertim qui manum quoque Vergili citet aliquando et Ciceronis ? Quocirca manifestum est quod diximus, mendose locum a Seruio adduci. Fabulam autem sibi eundem ex proposito commodoque finxisse quis non uideat ?87.

  • 88 Servius 1961b, p. 53, 3 (in Ecl. IV, 62) cvi non risere parentes n(ec) d(evs) h(vnc) m(ensa) d(ea) (...)
  • 89 « Mais cette autre affirmation du même Servius est tout à fait faible, à savoir que Vulcain n’étai (...)
  • 90 Servius 1961b, p. 52, 21 (in Ecl. IV, 60) risv cognoscere matrem alludit ad id quod factum est. E (...)
  • 91 « Même par ce biais la construction de Servius ne saurait être solide, quand il dit qu’il a été pr (...)

33Politien en vient donc à démentir point par point la fabula racontée par Servius à propos de Vulcain, qui n’aurait pas mérité les honneurs divins parce que ses parents, Jupiter et Junon, ne lui auraient pas souri quand il était enfant à cause de sa laideur88. D’abord, Politien rappelle le passage du premier livre de l’Iliade, dont Servius a évidemment tiré cette histoire, afin de souligner la déformation de la source ; il ajoute que, sur la naissance de Vulcain, on trouve différentes versions ; ensuite, ce que dit Servius sur les honneurs niés au dieu paraît plutôt faible, car en désaccord flagrant avec la tradition (sed et illud sane quam frigide Seruius idem, quod neque admissum ad epulas deorum Volcanum dicit, neque diuinos honores meruisse, quem Varro etiam inter selectos deos numerat septimum89. Après l’argument du nusquam legitur Politien ajoute celui de l’incohérence, qui est peut-être le plus frappant à nos yeux : selon l’analogie établie par Servius, ce sont les parents qui sourient à l’enfant, mais dans le vers précédent Virgile a justement dit le contraire (incipe parue puer risu cognoscere matrem), ce que, du reste, Servius lui-même vient d’admettre90 : tum ne processerit quidem uel isto pacto quod molitur Seruius, quando non ob id ait praecipitatum, quod haud riserit, sed quod ipsi haud arrisum91.

  • 92 « Nous verrons ensuite si ce que je soupçonne moi-même, est plus crédible : mais il est certain qu (...)
  • 93 « Au demeurant, si l’on admet au moins que nous n’avons pas fait des critiques injustes, et que dé (...)
  • 94 G. Pascucci 1985, p. 523 n. 36.
  • 95 Le passage de Quintilien avait été transcrit longtemps avant (pendant les années 70), comme l’écri (...)
  • 96 M. Bouquet dans sa communication expose la critique formulée, à ce sujet, par Pierre de la Ramée à (...)

34C’est seulement à ce moment que Politien propose ses observations sur le passage de Virgile, après avoir achevé son but principal, celui de rejeter une interprétation fausse, et pourtant enracinée pendant des siècles dans l’esprit des savants, grâce à la force de la démonstration et de la raison : uiderimus utrumne ipse mox credibiliora suspicer : certe iam Seruius uerissimis reuincitur92. Sur ce sujet Politien revient dans la conclusion du chapitre, afin de focaliser de nouveau l’intérêt du lecteur sur sa non iniqua refutatio du commentaire de Servius : ceterum, si detur modo non iniquam plane a nobis peragi reprehensionem labascereque iam commentum istud Seruianum quod, antequam talia prodebamus, pro indubitato obtinuerat, reliqua in medium (ne nobis blandiamur) libera opinaturis relinquemus93. Il est bien possible, comme on l’a soupçonné94, que derrière le ton polémique de cette réfutation se cache la rivalité avec Landino qui, dans son commentaire, avait accepté l’interprétation de Servius. Cependant, la première idée qui a inspiré ce chapitre est plus ancienne, puisqu’on en trouve des traces dans les notes de lecture de l’exemplaire de Virgile de la BnF95, dont une partie a été utilisée dans le cours sur Stace de 1480. Comme j’ai essayé de le montrer dans ce cas (voir les notes 114-120 dans l’appendice), ce sont des témoignages tout aussi utiles pour l’établissement du texte des Miscellanea, dont nous attendons une nouvelle édition en préparation par V. Fera et S. Rizzo. De plus, on peut observer une fois encore que les matériaux rassemblés par le jeune Politien sont souvent beaucoup plus importants que la solution proposée dans les Miscellanea : ici, en particulier, la discussion sur les divinités tutélaires de chaque personne depuis sa naissance, bien que très érudite, s’avère trop longue et faible ; et puis on est très dérangé par l’interprétation de parentes comme vocatif96. En revanche, ce qui fait de ce chapitre une grande leçon de philologie délivrée à la postérité, c’est à la fois l’évaluation du témoignage de Quintilien et la recherche d’autres commentaires que Servius, à savoir celui de Probus et celui de Philargyre.

  • 97 Servius 1861b, p. xi.
  • 98 A. De La Mare 1976, p. 162 n. 9 ; Ap. 9.1, p. 172 ; Ap. 9.3, p. 180 n.
  • 99 C.E. Murgia 1975, p. 83-94 (sigle Q).
  • 100 E. Piccolomini 1874, p. 92 ss. : « Inuentarium librorum qui inuenti sunt inter libros domini Angel (...)

35En ce qui concerne ce dernier auteur, Georg Thilo a montré97 que Philargyre était connu de Politien grâce à un manuscrit carolingien, le Flor. Laur. 45.14, acheté avant 1462 par le banquier florentin Francesco Sassetti98, qui à cette époque s’occupait des affaires des Médicis en France. Ce manuscrit contient aussi le commentaire de Servius99 et a été raisonnablement identifié avec le Seruius in Virgilium, in membranis trouvé dans la maison d’Ange Politien après sa mort100.

  • 101 Sur le rapport entre le manuscrit Flor. Laur. 45. 14 et les notes de l’exemplaire de Virgile de la (...)
  • 102 Voir, par exemple, RBC, MS 237, f. 41r : portvque svbimvs chaonio (Aen. 3. 292) codex antiquus hab (...)

36En effet, parmi les notes que Politien a prises dans l’exemplaire de Virgile, il y en a certaines, écrites pendant les dernières années de sa vie, qui confirment l’usage qu’il a fait du manuscrit à cette époque et notamment l’intérêt qu’il portait à sa partie servienne101. Cela révèle l’évolution de l’attitude de Politien à l’égard de Servius, si on la compare avec le cours sur l’Énéide, où il reste dans le vague en parlant des exemplaires de Servius : d’habitude, les seules manuscrits considérés sont ceux que Servius, lui-même, avait utilisés, selon ce qu’il affirme dans son commentaire102.

  • 103 Poliziano1990, p. 70. La citation ne figure pas pourtant dans l’index de cette édition.

37Venons donc à examiner ces citations de Servius plus tardives ; voici la première, BnF Rés. g. Yc. 236, f. 35r (in Georg. I, 332)103 :

  • 104 « Servius remarque un nombre précis de syllabes dans l’ordre des monts, ce qui est, selon lui, un (...)

Angelus : notat Seruius certum numerum syllabarum in ordine montium, quod genus ait et apud Homerum industrie factum ; inueniri enim uersum apud eum ab una syllaba incipientem, desinentem in quinque104.

38La citation, malgré l’affirmation de Politien (notat Seruius), n’est pas tirée de son commentaire, mais de la Breuis Expositio Georgicorum (1902, p. 255, 13) : celle-ci fait justement partie du manuscrit florentin, où, à côté de ce passage, une petite ligne a été tracée (Flor. Laur. 45.14, f. 29r).

  • 105 Sur le vers de Virgile, Politien avait noté auparavant : Seruus legit « mirata est » ; il s’agit d (...)
  • 106 Poliziano 1990, p. 100.

39En revanche, dans l’autre de ces deux cas, c’est précisément le texte de Servius, cité par Politien d’après un exemplaire ancien (Seruianus antiquus codex), qui présente une erreur (miratasque, à corriger en miratastque, comme le suggère Politien lui-même, qui traite Seruius de mendosus)105, BnF Rés. g. Yc. 236, f. 38v (in Georg. 2. 82)106 :

  • 107 Philargirius cod.
  • 108 « Un manuscrit ancien de Servius contient ce texte (il est incorrect) : "cependant il faut lire mi (...)

Seruianus antiquus codex sic habet (Seruius mendosus) : « sane ‘miratasque’ legendum est, ut stet uersus » (credo igitur ‘miratisque’ scripsisse Seruium uel potius ‘miratast<que>’). Philargyrius107 sic : « ‘Mirataque’ deest » (credo sic scripsisse : ‘deest est’)108.

  • 109 Breuis Expositio Georgicorum 1902, p. 289, 13 (Flor. Laur. 45.14, f. 32r) mirata deest <est>.
  • 110 Dans le manuscrit Flor. Laur. 45.14 la Breuis Expositio a été écrite, sans aucune indication sur l (...)

40Ce qui nous assure qu’il s’agit bien du manuscrit Flor. Laur. 45.14, c’est la deuxième citation, tirée encore une fois de la Breuis Expositio109, mais assignée cette fois par Politien à Philargyre (on notera la brillante conjecture deest est)110.

  • 111 Philargyrius 1587, f. 5r.
  • 112 Servius 1861b, p. xi-xii. R. Sabbadini 1905 ne cachait pas du scepticisme à propos de la connaissa (...)
  • 113 Voir, par exemple, la note de l’Expl. I, 1902, p. 23. 25 (in Ecl. I, 49) non insueta grauis grauis (...)

41Comme on est arrivé à parler des citations de Philargyre dans les Géorgiques, c’est l’occasion d’aborder une question épineuse, c’est-à-dire la possibilité que Politien ait utilisé les Scholia Vaticana du manuscrit Vat. lat. 3317. En effet, environ un siècle après, Fulvio Orsini affirmait avoir identifié ces scolies avec le commentaire de Philargyre aux Géorgiques grâce aux notes de Politien111, ce qui a amené Thilo à supposer l’utilisation par Politien du manuscrit Vat. lat. 3317112. Mais Thilo ne connaissait pas les notes de Politien contenues dans l’exemplaire virgilien de la BnF : c’est grâce à l’édition complète de celles-ci (Poliziano 1990), que nous pouvons aujourd’hui rejeter l’hypothèse de Thilo, puisqu’ici Politien ne cite aucun des Scholia Vaticana. D’ailleurs, Thilo, lui-même, avait déjà remarqué que le manuscrit Vat. lat. 3317 ne contenait pas de matériaux philargyriens, à l’exception d’une partie interpolée (Ecl. I, 37-2, 1-10, v. supra n. 66) ; c’est donc dans cette section qu’Orsini aurait peut-être trouvé une correspondance entre les extraits de Philargyre copiés par Politien et les scolies du manuscrit Vat. lat. 3317113 ; ensuite il serait aisément tombé dans la faute d’étendre ce résultat aux Géorgiques. Cela dit, c’est tout ce que pour l’instant je peux affirmer au sujet des exemplaires de Servius utilisés par l’humaniste florentin.

42En conclusion, la présence de Servius dans l’œuvre de Politien, comparativement à celle d’autres auteurs, reste assez marginale, ce qui n’étonne pas, car un texte tellement connu avait peu de chances d’éveiller sa curiosité ; néanmoins, l’étude de son commentaire a accompagné Politien pendant toute sa vie et lui a inspiré des plaidoyers passionnés surtout dans la première centurie des Miscellanea.

Annexes

Appendice

Un chapitre de la première centurie des Miscellanea (I 89)

Le texte que je propose ici se fonde essentiellement sur l’editio princeps (Poliziano 1489, n iv-v), dont j’ai reproduit les graphies et toutes les caractéristiques, sauf la ponctuation et les majuscules, modifiées selon l’usage moderne, et l’adjonction des références aux passages cités. Les autres éditions utilisées sont : Poliziano 1498, I iiv ; I/hi>., 1553, b 6r-7r ; Id., 1982, p. 332-334 Katayama. J’ai aussi corrigé le texte en quelques points, signalé dans les notes ci-dessous, en m’appuyant sur les notes de Politien contenues dans les marges de son exemplaire de Virgile datant de 1471 (BNF Rés. g. Yc. 236, 23v, dorénavant Polit. in Verg. 1471) et dans son commentaire aux Sylves de Stace (Flor. Magl. VII 973, 56v = Poliziano 1978, p. 275, dorénavant Polit. in Stat. Sylv.).

Caput lxxxix. Quod Servius grammaticus bucolicos Maronis versus tam mendose legit, quam falso enarrat, notataque ibi et relata quaedam super initiandis pueris superque dis aliquot veterum maximeque Geniis et Iunonibus.

In Bucolicis Vergilianis hi duo sic versiculi leguntur (Ecl. 4. 62-63) :

Incipe parve puer : cui non risere parentes,
nec deus hunc mensa, dea nec dignata cubili.

Quos enarrans Servius, haud inceleber grammaticus, et veram lectionem – quod eius pace dixerim – contaminat, et fabulam sibi ex tempore commodoque suo confingit contra omnem veterum auctoritatem. Neque enim ‘cui’, sed ‘qui’ legendum, hoc est, non casu dativo singularique numero, sed plurali nominativo, quanquam utrobique apud veteres eadem vox iisdemque notata literis, sicuti in primo Quintiliani de institutione oratoria (Quint. 1. 7. 27) non oscitans lector inveniet. Ex quo etiamnum versiculus in vii Valerii Flacci Argonauticon libro : « curaque cui profuga forsan tenet alta carina » (Val. Fl. 7. 129), etiamnum, inquam, iste versiculus ‘cui’ retinet, non ‘qui’, tam scilicet in vetustissimo codice, de quo reliqui fluxere, quam in his quoque pervulgatioribus.

Quod autem dicimus ‘qui’ legendum, non ‘cui’, docet idem Quintilianus in nono (Quint. 9. 3. 8), figuram esse declarans hic in numero, sic ut plurali singularis subiungatur. « Ex illis enim », inquit, « qui non risere, hunc non dignata ». Quis autem dubitet quin de Vergilianae lectionis incolumitate Quintiliano credendum sit potius quam Servio, praesertim qui manum quoque Vergili citet aliquando et Ciceronis ? Quocirca manifestum est quod diximus, mendose locum a Servio adduci. Fabulam autem sibi eundem ex proposito commodoque finxisse quis non videat ? Cum nusquam ob id praecipitatum fuisse Volcanum legamus quoniam deformis natus quoniamque ei non Iuno arriserit. Et enim poeta Homerus ob id ait, quod matri contra Iovem patrem suppetias tulerit (Il. 1. 585 sqq.). Natus enim ex Iove et Iunone secundum Homerum Volcanus, licet ex Iunone sola fingat Hesiodus in Theogonia (Hes. Th. 927), sicuti ex solo Iove Minerva dicitur. Vnde άπάτωρ a Theocrito vocatur in aenigmatio, cui βωμός inscriptio (Buc. Graec. XLVIII. 7 Gallavotti). Quare parentes ad Iovem Iunonemque vix satis etiam proprie referentur. Sed et illud sane quam frigide Servius idem, quod neque admissum ad epulas deorum Volcanum dicit neque divinos honores meruisse, quem Varro etiam inter selectos deos numerat septimum. Tum ne processerit quidem vel isto pacto quod molitur Servius, quando non ob id ait praecipitatum, quod haud riserit, sed quod ipsi haud arrisum. Viderimus utrumne ipse mox credibiliora suspicer : certe iam Servius verissimis revincitur.

Et quidem sic ego legerim, sic enarraverim : parentes Salonini pueri, de quo nunc agitur, ut sit parentes vocandi casus, hunc qui non risere, neque deus mensa dignatus, neque dea cubili : hoc est nec Genius nec Iuno vitalibus auris dignum putavere hunc, ex illis qui non risere, ut sit figurate dictum, Quintiliano teste, pro eo quod est ‘hunc, qui non risit’, vel ‘qui e numero est eorum, qui non risere’.

Credebatur enim habere quisque suum deum suamque deam, hoc est suum Genium suamque Iunonem vitae praesides. Hos igitur indicavit Maro catexochen. Mensa enim Genio convenit, ut « funde merum Genio » (Pers. 2. 3), Iunoni lectus. Quod Iunius quoque Philargyrius docet, hunc ipsum ita interpretans locum : « pueris », inquit, « nobilibus editis, in atrio <domus>114 Iunonis115 Lucinae lectus ponitur, Herculis116 mensura117 » (Expl. I in ecl. 4. 63, p. 88, 6 Hagen). Sed et apud Varronem lectum est initiari pueros Educae, Potinae118 et Cubae, divis edendi, potandi et cubandi, ubi primum a lacte et cunis transierunt119. Quam Varronis auctoritatem Donatus in Phormionem Terentianam adducens, etiam hunc ipsum citavit Maronis versiculum atque idem Probum quoque rettulit adnotasse (Don. in Ter. Ph. 49 ; Varr. Catus uelde lib. ed. p. 249 X Riese ; Prob. fr. 47 (98) Aistermann). Mensa igitur et lectus argumenta vitalitatis, quod initiis ipsis adhiberentur. Caeterum habet homo suam sibi ridendi proprietatem. Qui vero non rideat, ei qui potest esse vita vitalis ?, ut ait Ennius (cf. Cic. Lael. VI 22). Deum vero deamque ad has referre Varronis Educam, Potinam Cubamque nequeas, quod hae feminae omnes, ut Augustinus etiam in libro De Civitate Dei sexto declaravit (Aug. civ. 6. 9), sed nec ad Pilumnum ratione pari et Pitumnum coniugales deos, quibus, ut ait Varronem scribere Marcellus120 in II libro De Vita Patrum, natus si erat vitalis, simul ab obstetrice fuerat sublatus et in terra stratus ut esse rectus auspicaretur, sternere etiam in aedibus lectum consueverunt (cf. Varr. De uita populi Romani 390 Salvadore =18 Kettn., ap. Non. Marc. De Comp. Doctr. 848, 11 L.).

Restat igitur uti quod de Genio et Iunone diximus auctoritatum quoque tibicinibus fulciatur. Plinius itaque Naturalis Historiae primo : « cum singuli », inquit, « ex semetipsis totidem deos faciant Genios Iunonesque adoptando sibi » (Plin. Nat. 2. 16). Seneca Epistolarum ad Lucilium undevigesimo : « ita tamen » ait « hoc seponas volo, ut memineris maiores nostros, qui crediderint, Stoicos fuisse. Singulis enim et Genium et Iunonem dederunt » (Sen. Ep. 110. 1). Vnde, arbitror, Iuvenalis : « Et per Iunonem », inquit, « domini iurante ministro » (Iuv. 2. 98). Hoc enim reprehendit satyricus poeta, quod non per Genium, sed per Iunonem domini minister iuraret, videlicet more muliebri. Quocirca sic illa apud Petronium Arbitrum Quartilla loquitur : « Iunonem meam iratam habeam, si unquam meminerim virginem fuisse. Nam infans cum paribus inquinata sum, et subinde prodeuntibus annis, maioribus me pueris applicui, donec ad hanc aetatem perveni. Hinc etiam puto natum proverbium illud, dicatur ut posse taurum tollere qui vitulum sustulerit » (Petr. 25. 4).

Ceterum, si detur modo non iniquam plane a nobis peragi reprehensionem labascereque iam commentum istud Servianum quod, antequam talia prodebamus, pro indubitato obtinuerat, reliqua in medium, ne nobis blandiamur, libera opinaturis relinquemus.

Notes

1 C’est avec plaisir et gratitude que je remercie M. Bouquet et E. Stagni, pour avoir révisé ma communication, et S. Rizzo, pour ses précieuses observations.

2 V. Fera 1993, p. 515.

3 Sur la chronologie des cours de Politien, v. la liste dressée par V. Branca 1983, p. 86 n. 22.

4 V. Branca, op. cit., p. 81-3.

5 A. Grafton 1983-93, i, p. 234 n. 35 ; R. Ricciardi 1968. Sur les méthodes d’enseignement au Studio florentin v. I. Maïer1966, p. 37-46.

6 P. De Nolhac 1887, p.110-12 ; V. Zabughin 1921-23, I, p. 202 ; A. Perosa 1955, p. 29-30 ; I. Maïer 1965, p. 353.

7 Ainsi L. Castano Musico dans Poliziano 1990, p. xi-xii ; mais voir la mise au point par M. Gioseffi 1992, p. 66-70.

8 Sur le Ps. Probus voir M. Gioseffi 1991, p. 279-299. Sur Philargyre voir G. Thilo 1860, p.119 ; id. in Servius 1961b, p. xii ; V. Zabughin 1921-23, I, p. 189 ; S. Ottaviano 2008, p. 289 n. 5.

9 M. Pastore Stocchi 1988, p. 171-72 ; sur cette tendance, visible partout dans l’œuvre de Politien, v. L. Cesarini Martinelli 1978, p. 127 : « questo modo di procedere per ampliamenti successivi è tipico del Poliziano, che sembra organizzare la sua straordinaria cultura secondo precise direttive, che servono come guida per la continua aggregazione di nuovi dati. In questo sistema ben ordinato è possibile’mettere da parte’una scoperta magari importante, ma non utilizzabile nell’immediato ».

10 Sur les relations entre Politien et Béroalde, surtout depuis leur première rencontre à Florence dans l’année 1486, v. E. Garin 1961, p. 359-63 ; M. T. Casella 1975, p. 684 ; P. de Capua 1998.

11 V. Branca, op. cit., p. 76.

12 Ibid., p. 91-107 ; M. Pastore Stocchi 1983.

13 La comparaison n’est possible que pour le commencement des Géorgiques : v. Clm 754, f. 237r-v (publiées par M. Gioseffi 1993, p. 82-86) et RBC, MS 237, f. 1-22 (dont on trouve quelques bribes dans M. Gioseffi 1991, p. 283-86 et notes).

14 Par exemple, Politien ne mentionne, ni dans les notes du manuscrit Clm 754 ni dans celles de l’incunable de Virgile, les critiques faites par Béroalde à Servius à propos de quelques passages (Ecl. I, 32 ; I, 33 ; II, 24), où il se borne à dresser une liste de loci paralleli.

15 Les recollectae ou notes de ce cours, contenues dans RBC, MS 237, f. 3r-22v, ont été prises par Michele da Cafaggio et ne concernent que les deux premiers livres des Géorgiques ; v. A. Perosa 1955, p. 35-36 ; I. Maïer 1965, p. 258.

16 Voir notamment le commentaire de R. A. B. Mynors 1990, p. 13.

17 Servius 1861b, p. 146. 20 (in Georg. I, 56) Tmolus mons Ciliciae, in quo nascitur crocum praecipue : nam loca commemorat, ubi plus prouenit et melius aliquid. Nam crocum et in Africa nascitur, sed non tale nec tantum, quantum uel quale in Cilicia.

18 Servius 1861b, p. 146. 25 (in Georg. I, 56) sed Tmolus est mons etiam Lydiae circa oppidum Sardis, qui diuersis floribus abundat : unde multi de Tmolo croceos odores similes croco accipiunt. Alii non dixisse eum crocum apud Tmolum nasci, sed uinum Tmoleticum crocei odoris. Nam et crocum in Cilicia apud Corycum nasci Sallustius meminit.

19 Ps. Probus 1902, p. 355, 14 ; Sol. 40. 10 ; Col. 3. 8. 4. Un autre passage (Mart. Cap. 6. 686) relève de celui de Solin.

20 Beroaldo 1482, d. iir Hoc ideo dixi ut aliquid argutius reconditiusque memorarem, non ut Seruii expositionem refellere uellem, quae Probi et Solini atque Columellae auctoritate corroboratur, qui scribunt Tmolum esse croco floridissimum. Sed quia interdum gratae sunt studiosis argutiores interpretationes, haec pauca libuit his commentariis intexere ; sequatur unusquisque quod uelit.

21 Il faut qu’on comprenne sua au lieu de eorum.

22 « Tmolvs odores Servius dit que le Tmolus se trouve en Cilicie, ce qu’on n’a lu nulle part ; en revanche, c’est une montagne de Lydie. Il dit pourtant qu’il est riche de safran : ce qui n’est ni vrai ni attesté, mais il abonde en vignes. Cependant, comme les anciens avaient l’habitude de verser dans les théâtres du vin mêlé de safran, de façon qu’il émane plus d’odeur, ce passage doit être interprété en ce sens : ne vois-tu pas que le Tmolus, montagne de Lydie, est très riche de vin ?, vin qui, une fois qu’on lui a mêlé de safran, peut dégager une odeur de safran. »

23 Plin.Nat. 14. 74 nec Tmoliti per se gratia ut uino, sed cuius dulci admixto reliquorum duritia suauitatem accipiat simul et aetatem, quoniam uetustiora protinus uidentur.

24 Plin.Nat. 21. 33 sed uino mire congruit [scil. crocum], praecipue dulci, tritum ad theatra replenda. Sur cet usage des Romains v. K. M. Coleman 2006, p. 47.

25 Poliziano 1990, p. 18.

26 Pour cette méthode de critique des sources, qui est un acquis indéniable de la philologie de Politien, notamment si on la compare avec celle de Béroalde et des autres humanistes contemporains, v. A. Grafton 1991, p. 52-57.

27 En effet, Politien montrait des erreurs de Servius, que Béroalde n’avait pas relevées ; voir, par exemple, ce passage des recollectae (RBC, MS 237, f. 12v) : usque ad extremum brumae (Georg. I, 211) Seruius dicit « non vsque ad brumae finem, sed circa : nam bruma finitur VIII. Cal. Ianuarias die ». Quod omnino non procedit. Nam non procedit neque extenditur sementis usque ad illum diem ; oportet enim segetes uim habere radicibus, cum in terram frigido tempore sit difficile posse suas extendere radices. Itaque A(ngelus) dicit esse legendum sic : esse serendum usque ad extremum brumae idest principium, quo loco accepit Seruius extremum pro fine, nescius ita esse et uocari extremum principium sicut et finis cuiusque rei. Une partie de cette note a été déjà transcrite par M. Gioseffi 1991, p. 284 n. 135 et A. F. Verde 1973-94, 4. II, p. 541. L’interprétation proposée par Politien est juste et les commentateurs modernes l’acceptent, v. R. A. B. Mynors 1990 p. 49 (extremum ici est « equivalent to άκρον rather than ἔσχατον »).

28 Par exemple, à propos de Georg. I, 48 (bis quae solem, bis frigora sensit), Béroalde avait démenti l’interprétation de Servius (Beroaldo 1482, d. iir : futilis est mehercle Seruii interpretatio de calore diurno et frigore nocturno), et lui opposait un passage de Pline (Nat. XVIII, 181) ; c’est au même texte que faisait appel Politien, qui préférait cette opinion à celle de Servius (RBC, MS 237, f. 7v : « la quale sententia pare migliore »). Dans un autre cas (Georg. I, 103 : Gargara) Béroalde avait critiqué Servius pour son manque de curiositas (Beroaldo 1482, d. iiir-iiiv : Virgilianus uersus utpote eruditione refertissimus, eruditiorem exposcebat enarrationem : concisus est interdum Seruius in rebus magnis, copiosus in paruis) ; il s’agit d’une sorte d’observation assez fréquente dans ses Annotationes, qui finit souvent par ennuyer le lecteur moderne (A. Grafton 1983-93, p. 19 : « it is hard to feel much sympathy for a man who criticizes Servius for being too concise »). Dans les marges de son Virgile, Politien avait noté lui aussi à côté de ce vers de nombreux loci similes, tirés surtout de textes grecs, tandis que Béroalde se bornait aux sources latines. Toutefois, dans son cours, s’il faut en croire les recollectae, Politien était beaucoup plus serré sur ce sujet (RBC, MS 237, f. 9r : Gargara mons est in Mysia prouincia Hellesponti et fertilissimus).

29 V. Fera 1983, p. 82 n. 1.

30 Serv. 1946-65, I, p. 155. 11 (in Aen. I, 292) remo cvm fratre qvirinvs ivra dabvnt multi sic intellegere uolunt ut superius diximus, quia post pestilentiam ad placandos fratris manes geminis omnibus usus est Romulus : unde ait « iura dabunt » et « uiden ut geminae stent uertice cristae ? » (Aen. VI, 779) sed hoc esse non potest, quia iteratio est ante dictorum aut ordo praeposterus, si post dictum Caesarem Romulum repetit. Constat praeterea lani templum, si tamen fuit, patuisse sub Romulo. Alii uolunt per hos Romanos intellegi. Vera tamen hoc habet ratio, Quirinum Augustum esse, Remum uero pro Agrippa positum, qui filiam Augusti duxit uxorem, et cum eo pariter bella tractauit : unde est “parte alia dis et uentis Agrippa secundis” (Aen. VIII, 682). Nam adulans populus Romanus Octauiano tria obtulit nomina, utrum uellet Quirinus, an Caesar, an Augustus uocari. ille, ne unum eligendo partem laederet quae aliud offerre cupiebat, diuerso tempore omnibus usus est, et primo ‘Quirinus’ dictus est, inde ‘Caesar’, postea, quod et obtinuit, ‘Augustus’, sicut Suetonius probat et in Georgicis ostendit Vergilius. Nam cum de Gangaridum uictoria diceret, qui iuxta Gangen sunt quique ab Augusto uicti sunt, ait “uictorisque arma Quirini” (Georg. III, 27). ut autem pro Agrippa Remum poneret, poetico usus est more ; nam nomen ex uicino sumpsit. Hoc ergo dicit : cum coeperit Iulius Caesar caelum tenere patratis omnibus bellis, iura dabunt Augustus et Agrippa.

31 A. Perosa 1955, p. 35-36 n. 22 ; I. Maïer 1965, p. 258, A. F. Verde, op. cit., 3. I, p. 147-51 ; V. Branca, op. cit., 76, n. 16 ; V. Fera 1983, p. 40-41 n. 3.

32 Une partie de cette note a été déjà transcrite par V. Fera 1983, p. 82 n. 1 et A. F. Verde, op. cit., 4. II, p. 688.

33 Numacii cod.

34 « cana fides et vesta, remo cvm fratre qvirinvs ivra dabvnt, (Aen. I, 292) le sens est le suivant : quand César sera renvoyé au ciel, non seulement tous les Romains vivront dans une concorde sans faille, mais encore les divinités Romaines elles mêmes, et aussi ceux qui connurent un jour la discorde, comme Romulus et Rémus, seront réconciliés et leur concorde sera favorable aux Romains : en effet, c’est alors que Romulus et Rémus auront surmonté leurs dissensions, dont ils ne garderont aucun souvenir. Cana Fides et Vesta et Quirinus sont les sujets du verbe dabunt. Mais ce que Servius affirme, c’est-à dire ‘cana Fides et Vesta’: sous-entendez ‘erit’, est naïf et incohérent. Il dit aussi que Rémus désigne Agrippa, comme si on avait l’impression qu’Agrippa régnait lui aussi, ce qu’on ne trouve nulle part, et on ne peut avancer aucune preuve pour montrer que Rémus peut être mis pour Agrippa. Quant à l’affirmation qu’Auguste était appelé Quirinus, elle est fausse. En effet, si on lit Suétone, on trouvera qu’Octavien reçut le nom d’Auguste et non pas de Quirinus, au sénat, sur proposition de L. Munacius Plancius (Svet. Aug. VII, 2). On ne trouvera jamais comme épithète d’Octavien le nom de Quirinus pas plus que ces trois noms qui, selon Servius, lui avaient été offerts par le peuple ; et certes on ne trouvera même pas qu’il ait employés ces noms dans des circonstances différentes, pour ne pas léser les partis, en choisissant un seul d’entre eux. En disant cela, Servius parle faussement bien évidemment. Quant à ce qu’il a affirmé auparavant, à savoir que Romulus, averti par l’oracle, pour éviter la peste, employait toujours le siège curule, le sceptre, la couronne et les autres insignes du pouvoir, afin d’apaiser les mânes de Rémus, tout en donnant l’impression de commander avec Rémus : cela est ridicule et ne se fonde sur rien : on ne trouve ça nulle part. Il n’y a qu’une certitude : après l’assassinat de Rémus, afin d’apaiser ses mânes, Romulus a institué la fête des Lemuria, mais sur le siège curule on ne trouve rien. Victoris arma Quirini (Georg. III, 27) : il ne faut pas entendre ces mots par rapport à Auguste, mais par rapport aux Romains, car Auguste n’est jamais appelé Quirinus dans les Géorgiques. »

35 Beroaldo 1482, a vv-viv : Cum talia in commentariis Seruii lego, in eam sententiam pedibus uado, ut existimem eos fuisse adulteratos et in plurimis locis corruptos, mutilatos, inuersos : etenim Suetonius nusquam hoc refert. Caeterum sic scribit in Augusto, infanti cognomen Thurino inditum fuisse, postea Cai Caesaris, deinde Augusti cognomen assumpsisse, alterum testamento maioris auunculi, alterum Munacii Planci sententia, cum quibusdam censentibus Romulum appellari oportere, quasi et ipsum conditorem urbis, preualuisset, ut Augustus potius uocaretur. Thurinus autem uocatus fuerat a pago Thurino : nulla mentio, nullum uerbum a Suetonio fit quod Quirinus fuerit nominatus, nisi fortasse credere uelimus in aliis a Tranquillo scriptis opusculis huiusce rei habitam esse mentionem, quod existimare ridiculum est. Namque in commentariis Seruii etiam Plinius saepissime allegatur sed perperam de his rebus quarum nulla penitus apud Plinium fit mentio […]. Libuit haec duo exempli causa ponere, cum saepissime, ut diximus, Plinium falso citet Seruius, qui Ouidium quoque allegat Metamorphosim [= -sis] referens fabulam Phillidis, cuius rei nulla penitus mentio in eo opere facta reperitur. Ex his itaque ego coniecto aut mutilatos fuisse Seruii commentarios aut non fideliter exscriptos. Non enim ausim affirmare tantum alioquin uirum tam pueriliter delirasse, nisi fortassis idem Seruio crimini damus quod Senecae dat Quintilianus, uidelicet quod ab his quibus inquirenda quaedam mandabat deceptus fuerit.

36 Poliziano 1972, II 8 17 : Errat uel Seruius uel qui librarii Seruium descripserint ; nam in eius commentariis legimus induci Mercurium ab Euripide Alcestidi comam secantem (cf. Serv.in Aen. IV, 694).

37 Poliziano 1991, p. 40 : Non inerudite exponitur [scil. Quirinus] a Seruio, qui Quirinum Augustum esse, Remum uero pro Agrippa uult positum.

38 Un autre cas me paraît plus douteux : à propos du commentaire de Servius à Aen. I, 373 Béroalde avait noté : Virgilius itaque omnium rerum peritissimum ex persona Aeneae tamquam pontificis dixit « et uacet annales nostrorum audire labores » (Aen. I, 373). Et hic Maronianus uersus a Macrobio cum diligentia lectus est et eruditissime expositus enucleatusque ; a Seruio autem parum curiose examinatus pensitatusque (Beroaldo 1482, a. viv). Dans les recollectae sur l’Énéide on lit une observation similaire (RBC, MS 237, f. 27r : et vacet annales cura annalium scribendorum dabatur Romae pontifici maximo ; cum ergo Virgilius antiquitatis obseruantissimus semper fuerit, dedit Aeneae annale<s> uti pontifici summo). Toutefois, rien n’empêche de penser que Politien avait utilisé Macrobe directement, de son propre chef, tout comme Pétrarque l’avait déjà fait pour le même passage, ainsi qu’on a pu le voir dans la communication d’E. Fenzi).

39 Voir par exemple Serv.in Aen. IV, 77 labente die quia in usu non erant prandia. Politien suivait l’interprétation de Servius (RBC, MS 237, f. 47r : Labente die conuiuia : ‘labente’ ait quoniam antiquitus prandia non habebant), tandis que Béroalde l’avait critiquée (Beroaldo 1482, b. iiiiv : non eo inficias olim me pedibus inisse in sententiam Seruii, sed ex multiplici uariaque lectione deprehendi apud priscos in usu fuisse non minus prandia quam coenas). Politien négligeait également les observations de Béroalde dans son cours sur Suétone : V. Fera 1983, p. 106 n. 3 (mais à propos d’un passage des Bucoliques, Ecl. I, 33).

40 Sur les rapports entre Landino et Politien v. R. Cardini 1973, p. 48-49 ; 171-173 n. 50.

41 Voir par exemple RBC, MS 237, f. 30r (in Aen. II, 7) : Seruius est sequendus hoc in loco. Politien accepte aussi des variantes conservées et soutenues par Servius : exspersa (Aen. III, 625, f. 45r :aspersa natarentl(imina) si legas aspersa non erit optima lectio neque exprometur poetae sensus. Nam, cum uelit significare limina esse sanguinolenta et copia cruoris madefacta, non dixisset aspersa. Nam aspergere est leuiter madefacere. Ergo legas expersa ut Seruius, ut magna cruoris uis copiaque notetur) ; abibis (Aen. VI, 375, f. 64r :ripamve inivssvs abibis legit A(ngelus), non adibis, Seruio et Donato teste, qui abibis legunt). Souvent Politien, tout en louant une observation de Servius, en propose une autre, qui lui paraît meilleure, RBC, MS 237, f. 23v : Seruii expositio […] non displicet, sed […] ; f. 32v : optimum est quod a Seruio dicitur, sed tamen simpliciter potest legi hic locus ; f. 39v : quamuis non improbem quae a Seruio, tum nec etiam ausim affirmare.

42 RBC, MS 237, f. 34r (v. A. F. Verde, op. cit., 4, II, p. 688-89) : « vices Danavm vllas (Aen. II, 433) quando si combacte, si mandano le squadre a una in modo che quando una è defatigata, l’altra succede, et cosi si fa di mano in mano. Aeneas ergo cum paucos haberet milites non poterat gerere bellum per uices ut Greci, sed tamen numquam restitit. Aenea combacté sempre senza intermissione alcuno [= alcuna] non havendo soldati quali succedessino et perè dice che mai schifè uices Grecorum, benchè mai non si riposassi et sic ostenditur Aenee uirtus qua et sibi et ciuibus suis et patriae satisfecit. A(ngelus) asserit Seruium aliter hunc locum exponere Salustio auctore ; quae Salustii historia quoniam [qum Verde] non extat, dicit non posse a se diiudicari [diiudicare a.c., Verde] an ita Salustius intelligat. Mihi uero inter A(ngelum) et Seruium nihi<l> differre uidetur ». On peut comparer Serv.in Aen. II, 433, uices pugnas, quia per uicissitudinem pugnabatur, ut Sallustius docet.

43 Voir, par exemple, RBC, MS 237, 41r : patriasqve obtrvncat ad aras (Aen. III, 332) quod ait nonnullos Seruius dicere Achilleas ex historia – nescio an fuerit ex historia – ego tamen nusquam legi ; f. 43v-44r : si vera est fama (Aen. III, 551) ne referas ad historiam ut Seruius, sed referas ad id quod, cum Aeneas aduena esset ignoraretque locorum nomina, dicebat : ‘hoc uel illud est tale oppidum’, prout ex rumore uel ex aliquo intellexisset. Quod uero ait Seruius Phalantum ab Hercule octauum id quidem nullibi constat nec apud Strabonem nec apud Herodotum et mentitur, sed Herculei dixit quoniam ibi potissimum Hercules coleretur ; nam constat Herculis simulacrum ex Tarento Romam aduectum. Ergo ob id Herculei ait quia ibi colitur Hercules.

44 Comme autres exemples similaires, il y a RBC, MS 237, f. 30v : aerea cvi gradibvs svrgebant limina (Aen. I, 448) quod uero Seruius ait in superioribus, Hesiodum scribere haec gesta fuisse eo tempore quo fuit aereum saeculum, mentitur quidem. Nihil enim de hoc legitur aput Hesiodum (cf. M. Gioseffi 1991, p. 285 n. 135) ; f. 71r : capta patri qvirino (Aen. III, 859) id est suspendet tertia spolia opima Ioui Feretrio capta Quirino patri, id est quae olim ab ipso Romulo primo capta fuerunt. Quod de lege Numae ait Seruius nusquam esse lectum ab eo ait A(ngelus) ; de Liuio quoque, quem adducit Seruius, sic est locutus ac si non inueniretur id apud Liuium.

45 On retrouve les deux adjectifs, puerile et nugatorium, déjà imputés à Servius dans la note sur Quirinus, dans un autre cas, RBC, MS 237, f. 27v (v. A. F. Verde,op. cit., 4. II, p. 688) : amissis troylvs armis (Aen. I, 474) ab Achille occisus. Quod uero ait Seruius de quibusdam palumbibus puerile et nugatorium est neque id usquam comperitur.

46 Voir, par exemple, la remarque que Politien fait à une note de Serv.in Aen. IV, 182 (oculi subter aduerbium est, ac si diceret : non sub plumis, sed sub ipsa ) ; RBC, MS 237, f. 48v : svbter scilicet pinnas. Si quod ait Seruius exprimere uoluisset Virgilius, expressisset quidem ; at illud non uoluit dicere. Quare incongrua est illius sententia.

47 Souvent Politien critique les differentiae uerborum établies par Servius, à cause peut-être aussi de l’influence des Elegantiae de Lorenzo Valla (v. la communication de G. Abbamonte). Par exemple, à propos du commentaire de Servius à Aen. IX, 157 (uigilum excubiis excubiae diurnae sunt, uigiliae nocturnae), on lit la suivante note de cours prise par Bartholomée de Galeata : A(ngelus)non probauit Seruii differentiam in uigilias et excubias dicens idem esse neque seruari an nocturne an diurne sed mixtum ponit (RBC, MS 237, f. 88r). Cette differentia avait était discutée par Valla, dans un passage (Eleg. IV, 69 excubiae diurnae et nocturnae, uigiliae tamen modo nocturnae), que Politien cite explicitement dans ses annotations sur les Bucoliques (Clm 754, 120v, in Ecl. I, 1). Pour d’autres exemples, voir Serv.in Aen. I, 3, iactamur autem in mari fluctibus, fatigamur in terris et la note correspondante de Politien, RBC, MS 237, f. 23r : terris iactatvs et alto nulla est facienda differentia inter fatigor et iactor, cum iactari possit esse tum in terris tum in mari communeque uerbum sit utriusque elementi. Il y a encore une autre note de Servius, qui se rapproche de cette catégorie (in Aen. I, 436) : fragrantia quotiens incendium significatur, quod flatu alitur, per ‘l’ dicimus, quotiens odor, qui fracta specie maior est, per ‘r’ dicimus. À ce propos Politien commentait : flagrantia mella aut incendium aut odorem emictere significat, semper scribitur per L, non autem fit distinctio et obseruatio illa quam Seruius ponit ; id enim nusquam reperitur. Non enim nostrum ingenium tam hebes est ut pro loco hanc differentiam non accipere possit (RBC, MS 237, f. 27v).

48 Serv.in Aen. IV, 486 soporifervmqve papaver incongrue uidetur positum, ut soporifera species peruigili detur draconi. Politien défendait Virgile de cette accusation, RBC, MS 237, f. 51r : spargens hvmida mella soporifervmque papaver hic uersus potest iungi inferioribus et superioribus ut Seruius notat, et optime. Quod uero ait Seruius in priore sensu uideri ineptum quod uigili draconi papauer detur, non te moueat : nam bene quadrat. Nam fatale erat continue draconem peruigilem esse ; quare papauere sopor induci non poterat. Vtraque lectio et ordo stat ut quoque optime ait A(ngelus).

49 RBM, MS 237, f. 48r, in Aen. IV, 159 : Quod uero ait [scil. Seruius] Ascanium dictum Leodamanta [Leothamanta p.c.] et Aeneam Dardanium, hoc forte potuit ex aliquo scriptore accipere Seruius, sed in ancipiti relinquamus : eius enim hesitat auctoritas.

50 Varro cod.

51 « Iamqve adeo svper vnvs eram, cvm limina vestae (Aen. II, 567) bien que Servius affirme que ces vingt-deux vers ont été éliminés par Tucca et Varius, cependant, comme ni Tiberius Donatus ni d’autres auteurs ne citent ces vers supprimés, et que ce même passage d’où ils ont été enlevés ne semble pas les demander, alors je pencherais à croire qu’il faut les rassembler en dehors du texte, puis les rayer d’un trait oblique et les supprimer, parce que il n’y a absolument aucun manuscrit ancien où il se trouve qu’ils ont été écrits. Pourtant, comme ils sont très élégants et sont proches du style de Virgile, je vais les expliquer. En effet, bien qu’ils soient ajoutés et apocryphes, cependant ils émanent d’un homme cultivé, qui les a insérés dans ce passage qui, à son avis, les demandait. Mais, comme je viens de le dire, vous devriez les rayer et les biffer d’un trait oblique. »

52 Politien connaissait le commentaire de Tiberius Claudius Donatus à l’Énéide grâce à un manuscrit très ancien appartenant à la bibliothèque des Medicis, le Flor. Laur. 45. 15, et étudié déjà par Landino (v. A. Perosa 1955, p. 31 n°17). Dans les recollectae du cours de Politien sur l’Énéide ce commentaire est souvent rappelé, notamment en comparaison avec celui de Servius.

53 Sur les mots qui indiquent la rature et sur le terme iugulare, typique de Politien, v. S. Rizzo 1973, p. 210, 285. Virgulare est probablement un néologisme tiré de uirgula, uirgulatus ; pour d’autres exemples de néologismes dans le latin de Politien v. S. Rizzo 1998, p. 119.

54 RBM, MS 237, f. 23r : ille ego qvi qvondam gracili modvlatvs avena haec carmina quoniam Virgilianum acumen non sapiunt et res ipsa indicat, praetereunda duxi : numquam enim mihi persuaderi poterit Virgilii esse sed potius esse qualia in principiis librorum Georgicorum ascripta [abscripta a.c.] ab Ouidio, neque certe uerisimile est Virgilium opus suum inchoasse eo modo : eo quidem poeta ingenio fuit, ut facile indicatur ut id principium tanto operi minime quadrare preclare cognosceret. In quo solo opere solus scribere uult quae Homerus duobus uoluminibus scrip[s]it, scilicet iliade et Odissea. Hoc igitur est uatis principium : « arma uirumque cano » – Quod uero Seruius aliique interpretes dicunt hos uersus a Tucca et Vario ex opere in principio esse extractos quia opus reliquisset inemendatum, id nullo auctore asserunt, nec habent quo hanc opinionem tueantur. Ce passage a était transcrit par M. Gioseffi 1991, p. 285 n. 35. Varius et Tucca sont mentionnés aussi à propos d’un autre passage, Aen. VII, 464 (aquae uis / aquai), sur lequel la note de Politien est encore très intéressante : v. ibid., p. 283 n. 34 et M. Gioseffi 1993, p. 241-50.

55 Sur l’épisode d’Hélène v. G.P. Goold 1970 et G.B. Conte 2006 ; sur le préproème : G. B. Conte 1974= 19852, p. 62 ss. ; L. Gamberale 1988.

56 Servius 1961a, p. 122, 21 (in Aen. 6. 893) sunt geminae somni portae pro somniorum. Est autem in hoc loco Homerum secutus, hoc tantum differt, quod ille per utramque portam somnia exire dicit, hic umbras ueras per quas somnia indicat uera. Et poetice apertus est sensus : uult autem intellegi falsa esse omnia quae dixit. Physiologia uero hoc habet : per portam corneam oculi significantur, qui et cornei sunt coloris et duriores ceteris membris : nam frigus non sentiunt, sicut et Cicero dicit in libris de deorum natura. Per eburneam uero portam os significatur a dentibus. Et scimus quia quae loquimur falsa esse possunt, ea uero quae uidemus sine dubio uera sunt. Ideo Aeneas per eburneam emittitur portam.

57 « Ce que Servius affirme, c’est-à dire que la porte de corne signifie les yeux, il le dit en ayant lui-même les yeux hallucinés : qu’a de commun la corne avec les yeux ? »

58 A. Setaioli 1995, p. 202-205.

59 RBC, MS 237, f. 71v : Sed hic locus est aponendus (=exponendus), sicut Porphyrius in Homerum interpretatur : nam cornea pro ueris somniis, ut reor, quia translucidum est cornu ; eburneam uero pro falsis somniis exponit Porphyrius quia ebur, etiam si eboris lamina tenuissima sit, non transparet. Sed reor L(andinum) in <H>oratio idem dixisse. Effectivement, Landino à propos d’un passage d’Horace (Carm. 3.27.39) avait cité le commentaire de Servius avec Macrobein somn. Scip. 1.3.17-20, qui est la source du fragment des ‘Ομηρικὰ Ζητήματα de Porphyre, auquel Politien faisait allusion ici (Landino1482, f. cxxxiiv). Cette note a été transcrite entièrement aussi par A.F. Verde, op. cit., 4. II, p. 691, qui en outre allège l’opinion de R. Cardini : selon celui-ci la phrase sed reor Landinum in Horatio idem dixisse « non appartiene allo studente, bensi proprio al maestro, ossia al Poliziano, e va intesa […] come un rinvio bibliografico additivo a conferma di una scoperta presentata come propria ».

60 Sur les relations entre Politien et Domizio Calderini v. C. Dionisotti 1968 et L. Cesarini Martinelli 1978, p. 103-124.

61 RBC, MS 237, f. 53v-54r (une partie de cette note a été transcrite par A.F. Verde,op. cit., 4. II, p. 690 et V. Fera 1993, p. 83 n. 2) : lybistidis [=libystidis] vrsae (Aen. V, 37) uarii uarie exponunt ; quare Pomponius, ut ego aliquando ab eo petii, dixit esse legendum « Ibistidis ursae », non autem « Lybistidis », intelligens « Ibistis ursae », idest Siracusanae, quoniam Siracusani oriundi sint ab Ibista quodam (quadam Yera) ; adducebatque Pomponius Sillii [=Silii] uersum « ab Istmo » (Sil. Pun. 14. 51). Sed cum Domitius, Florentiam profectus a me rogaretur de hoc loco, respondit « Lybistidis » esse legendum ut uetusti habent codices, Silliique uersum non « a Istmo » sed « ab Ismo » esse legendum ; itaque refellitur haec sententia et improbatur. Expone sic igitur ut Plinius (Plin. Nat. 8. 131) testatur aliquando in Lybia [=Libya] natos esse ursos ; nam L. Pisone consule Domitius Eneobarbus [= Ahenobarbus] edidit Romae in spectaculo trecentos ursos Numidicos, et quamuis Plinius quoque miretur cur dixerit Numidicos in annalibus, cum Lybia ursis careret, tamen si historiis est credendum, recte dixit virgilius, respiciens heroum secula, quibus omnis tellus omnia ferebat. Ergo [hergo a.c.] heroum seculis et in Lybia quoque nati sunt ursi ; sed melior est prior sententia. Sur le commentaire de Pomponio Leto à Virgile v. G. Abbamonte, F. Stok 2008 ; sur celui de Domizio Calderini à l’Énéide v. J. Farrell 2008.

62 Poliziano 1971, p. 59 : Nimis sane contumeliosus in Seruium est Domitius ita inquiens : « Seruius nescio quis parum utiliter se grammaticum professus illud uirgilianum exponens’ossaque lecta cado’ (Aen. VI, 228) fabulosum confingit morem ». Nescio quid ambigit : legebantur ossa, id est cineres, cum flamma rogi subsederat, non quo eligerentur, ut ille putat, sed colligebantur etc.

63 Voici la note de Servius en question (in Aen. II, 102) : uno ordine uno reatu. Et est de antiqua tractum scientia, quia in ordinem dicebantur causae propter multitudinem uel tumultum festinantum, cum erat annus litium. Iuuenalis « expectandus erit qui lites inchoet annus » (Iuv. XVI, 42). Sur ce passage de Juvénal voir la communication de S. Grazzini.

64 « Exspectandvs erit qvi lites inchoet annvs (Iuv. XVI, 42) : dans ce passage Domitius a tort de reprendre Servius, dont il faut absolument suivre, ici, l’opinion. »

65 « Mais nous, loin d’ici, nous irons, les uns chez les Africains assoiffés, les autres en Scythie, vers l’Oaxès, torrent crayeux, ou chez les Bretons isolés au bout du monde » (trad. de E. De Saint-Denis).

66 G. Thilo, dans Servius 1861b, p. v ; ce phénomène concerne les vers de Ecl. 1. 37-2. 11.

67 Servius 1471, f. 11v : et rapidvm cretae oaxen hoc est lutulentum, quod rapit cretam. Creta terra alba dicitur : nam Oaxis fluuius est Mesopotamiae, qui uelocitate sua rapiens albam terram turbulentus efficitur. Vel Oaxis fluuius in Creta insula non est, sed aqua cretei coloris est. Oaxen Philisthenes ait Apollinis et Anthilene filium : hunc Oaxen in Creta oppidum condidisse, quod suo nomine nominauit, ut Varro ait : « quos magnos Anthilene partus adducta dolore et geminis cupiens dolorem Oaxida palmis scindere dicta ».

68 Servius 1861b, p. 22, 6 (in Ecl. 2. 24) Nam et Theocritus ad exprimendam rusticam simplicitatem multa aliter quam res habet, dicit. Hac ratione potest et Oaxes (Ecl. 1. 65) Cretae fluuius accipi, cum non sit <Cretae>, sed, ut diximus, Scythiae.

69 Cette comparaison a était établie par G. Funaioli 1930, p. 307-8.

70 R. Coleman 1977, p. 86.

71 Lutulentus a. c.

72 rapidvm cretae veniemvs oaxen (Ecl. 1. 65) Servius : c’est-à-dire boueux, qui traîne de l’argile. On appelle creta l’argile blanche. En fait, l’Oaxès est un fleuve de Mésopotamie, qui, à cause de sa vitesse, en traînant l’argile blanche devient trouble ([Seru.] in Ecl. 1. 65). Tels sont les mots de Seruius. Cependant Apollonios dans le premier livre des Argonautiques dit : « Dactyles Crétois de l’Ida que jadis la Nymphe Anchialé fit naître dans l’antre du Dicté, saisissant à deux mains la terre Oaxienne » (Ap. Rh. 1. 1129-31). La Souda affirme qu’en Crète il y a une ville de ce nom (Suid. I. 462 n.185). Vibius Sequester, Sur les fleuves : « l’Oaxès est en Crète, d’où vient aussi la ville d’Oaxia. C’est Varron qui le montre : « Et l’Oaxide, à deux mains saisissant la terre… » (Vib. Seq. 114 Gelsomino). Il faut bien sûr entendre Varron d’Atax, le traducteur d’Apollonios. » Je remercie R. Ricciardi, qui m’a permis de consulter sa thèse, inédite, sur les annotations du Clm 754.

73 G. Parroni 1965, p. 11-12.

74 G. Ramires 1999a.

75 M. Gioseffi 1993, p. 251 n. 25 : « non ci deve stupire che il Poliziano – pur prendendo le mosse da Servio – non conoscesse il riferimento ad Anchiale ».

76 Par exemple Servius 1475.

77 L’exemplaire de Servius utilisé par Politien n’est pas encore connu (L. Cesarini Martinelli, dans Poliziano1985, p. xxv), malgré des indices qu’on retrouve dans le manuscrit de Munich (Clm 754), à savoir : f. 174v : « Servius in primo Georg. §31 » (= Georg. I, 373) ; f. 176r : « Servius in 2° §91 » (= Aen. II, 632) ; f. 175v : « Servius Libro XII §224 » (= Aen. XII, 139) ; f. 237v : « Servius in primo Aeneidos §65 » (= Aen. I, 145), v. M. Gioseffi 1993, p. 86 ; parmi les notes sur Perse, contenues dans le même manuscrit, on lit un autre numéro de feuille, dont pourtant la correspondance avec le commentaire de Servius n’est pas certaine, v. Poliziano 1985, p. 80.

78 G. Ramires, op. cit., p. 276. En effet, nous avons une édition de Servius avec des notes de Politien (Inc. II. 14 de la Bibliothèque Vaticane, qui est une copie de l’édition imprimée par Ulrich Han en 1470-71, v. Bibliothecae Apostolicae Vaticanae Incunabula, III. 2, ed. by W.J. Sheehan, C.S.B., Città del Vaticano 1997, p. 1176-77). Toutefois, les numéros de feuille de cette édition ne correspondent pas avec ceux que Politien cite dans le manuscrit Clm 754 (v. la note précédente). À propos d’un autre exemplaire de Servius attribué à Politien (Vienne, Öst. Nat. Bibl., cod. Lat. 92), v. V. Branca, op. cit., p. 126 e 130 n. 5.

79 L’archétype conservé de Vibius Sequester (Vat. lat. 4929) présente le texte suivant : geminis cupiens [corrigé en capiens] tellurem Oaxia palmis. On ne connaît pas de manuscrit qui s’accorderait avec le texte de Politien, bien qu’on puisse trouver d’autres corrections similaires : par exemple, dans le manuscrit Flor. Laur. xxx 20 (xve siècle), 73r-v, on a ajouté uel avant geminis, évidemment afin de combler le vers.

80 Landino 1488, Aiii r : Oaxem cretae id est lutulentum, quod rapiat cretam. Creta alba terra dicitur. Nam Oaxes Mesopotamiae fluuius est, qui ex uelocitate sua corripiens cretam lutulentus fit.

81 L’exemplaire le plus ancien du commentaire de Landino à Virgile est le manuscrit Flor. Laur. 53.37, datant de 1487-88 (v. R. Cardini dans Landino 1974, p. 205) ; ici on lit, à propos du passage des Bucoliques (f. 9v) : Oaxis fluuius est Mesopotamiae labens per regionem quae est inter Caspium et Hircanum mare. Creta op<p>idum est Scythiae : Valerius enim libro primo : « Quotiens paucos ad littoris ictus / deficiam Scythicum metuens pontumque Cretamque » [pontumque polumque edd.] (Val. Fl. 1. 330-33). Oaxum opidum Craetae insulae conditum ab Oaxo filio Apollinis et Antilenes, ut meminit Plistenes. Cette note se trouve aussi dans un manuscrit de la Bodleian Library de Oxford, Canon. Class. Lat. 54 (f. 32v), que V. Zabughin, op. cit., I p. 190 avait identifié avec le commentaire à Virgile de Pomponio Leto ; en fait ce manuscrit contient un texte très proche de celui de Leto, mais pas identique (v. G. Abbamonte, F. Stok, op. cit., p. 141-42 et p. 141 n. 30), ce que notre exemple confirme.

82 Voir, en particulier, Misc. I, 100, à propos de Aen. II, 255 ; le même passage était déjà discuté dans les cours sur les Fastes (Poliziano 1991, p. 73-74) et sur l’Énéide, RBC, MS 237, f. 32r-v : tacitae per amica silentia lvnae (Aen. II. 255) « lunae tacitae » : « tacitae » ait quoniam cum luna non lucet, silere dicitur. Vnde et Varro de re rustica saepe utitur silentio lunae. Ergo per silentia lunae expone per tenebras quae sunt lunae silentium quibus non explendet. Quod uero Seruius accipit de circulo lunae ex longiusculo duriusculoque est repetitum. Sur l’exégèse de ce vers parmi les humanistes v. A. T. Grafton, N. M. Swerdlow 1986.

83 S. Rizzo 1973, p. 286.

84 « En expliquant ces vers, Servius, grammairien bien connu, corrompt le texte authentique et invente en même temps une histoire improvisée, à son aise, contre toute autorité des anciens ».

85 Sur l’exemple tiré du texte de Valerius Flaccus, v. S. Rizzo 1973, p. 153 n. 2.

86 Quint. I, 7, 18-20, passage cité par Politien explicitement dans Misc. I 43.

87 « Mais qui pourrait douter que, concernant l’intégrité du texte de Virgile, il vaut mieux croire Quintilien que Servius, surtout si l’on considère que parfois il se réfère à l’autographe même de Virgile et de Cicéron ? C’est pourquoi ce que nous venons d’affirmer est évident : Servius cite le passage incorrectement. Puis, qui n’arrive pas à voir qu’il a inventé une histoire de propos délibéré et à son aise ? »

88 Servius 1961b, p. 53, 3 (in Ecl. IV, 62) cvi non risere parentes n(ec) d(evs) h(vnc) m(ensa) d(ea) n(ec) d(ignata) c(vbili) e(st) sicut Vulcano contigit, qui cum deformis esset et Iuno ei minime arrisisset, ab Ioue est praecipitatus in insulam Lemnum. Illic nutritus a Sintiis, cum Ioui fulmina fabricasset, non est admissus ad epulas deorum. Postea cum rogaret ut uel Mineruae coniugium sortiretur, spretus ab ea est : unde diuinos honores non meruit, ad quos per conuiuium numinum, aut per coniunctionem uenitur dearum.

89 « Mais cette autre affirmation du même Servius est tout à fait faible, à savoir que Vulcain n’était jamais admis aux repas des dieux, et qu’il n’avait pas mérité les honneurs divins, lui que Varron va jusqu’à classer au septième rang des dieux choisis ».

90 Servius 1961b, p. 52, 21 (in Ecl. IV, 60) risv cognoscere matrem alludit ad id quod factum est. Et rem naturalem ait : sicut enim maiores sermone cognoscunt, ita infantes risu se indicant agnoscere. Ergo hoc dicit : incipe parentibus arridere et eis spe ominis boni detrahere sollicitudinem, ut et ipsi tibi arrideant : matri enim decem menses attulerunt longa fastidia.

91 « Même par ce biais la construction de Servius ne saurait être solide, quand il dit qu’il a été précipité non pas parce qu’il n’avait pas ri, mais parce qu’on ne lui avait pas souri ».

92 « Nous verrons ensuite si ce que je soupçonne moi-même, est plus crédible : mais il est certain qu’on a déjà refuté Servius par des preuves d’une vérité éclatante ».

93 « Au demeurant, si l’on admet au moins que nous n’avons pas fait des critiques injustes, et que désormais ce commentaire de Servius chancelle, alors qu’il n’avait pas été remis en question avant les propos que nous venons de tenir, nous allons laisser tout le reste en suspens (pour ne pas nous flatter) à destination de ceux qui y réfléchiront librement ».

94 G. Pascucci 1985, p. 523 n. 36.

95 Le passage de Quintilien avait été transcrit longtemps avant (pendant les années 70), comme l’écriture le montre, tandis que les autres annotations (Philargyre, Nonius, Augustin) l’ont été plus récemment (autour des années 80).

96 M. Bouquet dans sa communication expose la critique formulée, à ce sujet, par Pierre de la Ramée à l’encontre de Politien (infra, p. 569-570).

97 Servius 1861b, p. xi.

98 A. De La Mare 1976, p. 162 n. 9 ; Ap. 9.1, p. 172 ; Ap. 9.3, p. 180 n.

99 C.E. Murgia 1975, p. 83-94 (sigle Q).

100 E. Piccolomini 1874, p. 92 ss. : « Inuentarium librorum qui inuenti sunt inter libros domini Angeli Polytiani » (1495), n° 1010. Probablement, il s’agit du même manuscrit de Servius que Politien avait emprunté à la Bibliothèque des Médicis autour de 1492 (E. Piccolomini dans A. Perosa 1955, p. 68 n° 63). E. B. Fryde 1983, p. 225 avait proposé une autre identification, notamment avec le manuscrit Flor. Laur. 45.3. À ce sujet, voir les observations de I. Ceccherini dans Coluccio Salutati e l’invenzione dell’Umanesimo, a cura di T. De Robertis, G. Tanturli, S. Zamponi, Mandragora, Firenze 2008, n° 58, p. 231.

101 Sur le rapport entre le manuscrit Flor. Laur. 45. 14 et les notes de l’exemplaire de Virgile de la BnF v. P. De Nolhac 1887, p. 53-4 ; 85, 211 ; R. Sabbadini 1905, I, 139, 156 n. 84, 165 ; A. Perosa 1955, p. 30-31, n° 16.

102 Voir, par exemple, RBC, MS 237, f. 41r : portvque svbimvs chaonio (Aen. 3. 292) codex antiquus habet portusque subimus chaonios et haec lectio stare potest nec scansio te moueat […] Seruium uidisse codices habentes hanc scripturam testatur hic locus (v. M. Gioseffi 1991, p. 282 n. 133) ; f. 78r : hic specvs horrendvm (Aen. VII, 568) Specus in genere neutro uide positum ; ait tamen Seruius, ut A(ngelus) ait, antiquos codices habuisse hic specus horrendus in genere masculino, sed hanc lectionem non esse sequendam ait A(ngelus). Spiracula A(ngelus) ait Seruium dicere quosdam codices ‘piracula’ habuisse : pirata (= πέρατα) Grecum est et significat terminum. Un cas un peu différent se trouve dans RBC, MS 237, f. 25v : fata tibi cernes urbem et promissa Lauini moenia (Aen. 1. 258) sunt codices qui non habent illud et, et sic de Lauina tamen urbe accipitur ; cf. Serv.in Aen. 1. 258 aut certe detrahe ‘et’, sicut multi, et epexegesin facis ‘cernes urbem’, id est ‘promissa Lauini moenia’; v. à ce propos M. Gioseffi 1991, p. 282 n. 133.

103 Poliziano1990, p. 70. La citation ne figure pas pourtant dans l’index de cette édition.

104 « Servius remarque un nombre précis de syllabes dans l’ordre des monts, ce qui est, selon lui, un effet recherché aussi chez Homère ; en effet, chez celui-ci on trouverait un vers qui a une seule syllabe au début et cinq à la fin. »

105 Sur le vers de Virgile, Politien avait noté auparavant : Seruus legit « mirata est » ; il s’agit de la variante acceptée, par exemple, dans Servius 1471. À part le Flor. Laur. 45.14, il y a d’autres manuscrits qui présentent l’erreur miratasque (v. Servius 1861a, p. 225. 20, app. crit).

106 Poliziano 1990, p. 100.

107 Philargirius cod.

108 « Un manuscrit ancien de Servius contient ce texte (il est incorrect) : "cependant il faut lire miratasque pour que le vers soit juste" (Je crois donc que Servius a écrit miratisque ou plutôt miratastque). Philargyre dit ceci : "Mirataque manque" (Je crois qu’il a écrit : il manque est) ».

109 Breuis Expositio Georgicorum 1902, p. 289, 13 (Flor. Laur. 45.14, f. 32r) mirata deest <est>.

110 Dans le manuscrit Flor. Laur. 45.14 la Breuis Expositio a été écrite, sans aucune indication sur l’auteur dans le titre, à la suite du commentaire aux Bucoliques de Philargyre et avant celui de Servius ; cela montre pourquoi Politien l’a attribuée à l’un et a pu la mélanger avec l’autre.

111 Philargyrius 1587, f. 5r.

112 Servius 1861b, p. xi-xii. R. Sabbadini 1905 ne cachait pas du scepticisme à propos de la connaissance du manuscrit Vat. lat. 3317 par Politien, en avouant ignorer « di dove l’abbia avuto » (p. 154 n. 75).

113 Voir, par exemple, la note de l’Expl. I, 1902, p. 23. 25 (in Ecl. I, 49) non insueta grauis grauis accusatiuus pluralis, quasi graues : on la retrouve parmi les notes de Politien (BnF Rés. g. Yc. 236, f. 19v), ainsi que dans dans le manuscrit Vat. lat. 3317 (f. 5v : cette feuille a été ajoutée par une main plus tardive, mais pour Orsini c’était probablement la même chose).

114 Domus] Expl., supplevi ex Polit. in Verg. 1471 et in Stat. Sylv. p. 275. 9.

115 Iunonis] Polit. hic, in Verg. 1471 et in Stat. Sylv. p. 275. 9, scil. ex coniectura (cf. Herculis) : Iunoni Expl.

116 Herculis] Polit. hic, in Verg. 1471 et in Stat. Sylv. p. 275. 10 : Herculi Expl. (Herculis cod. Laur. 45. 14 a Politiano adhibitus).

117 Mensura] Polit. hic, in Verg. 1471 et in Stat. Sylv. p. 275. 10 : mensa Expl. ( mensura cod. Laur. 45. 14), quod coniecisse Politianum ex ipsis eius verbis colligitur.

118 Eduliae, Poticae Donatus, Polit. in Verg. 1471 et in Stat. Sylv. p. 275. 12.

119 Transierunt] correxi ex Polit. in Verg. 1471 et in Stat. Sylv. (sic ego legi, transierint Cesarini Martinelli p. 275. 13 ) : transierint Donatus ( transierunt codd. nonnulli) : transferunt edd. 1489, 1498 : transferuntur ed. 1553.

120 Marcellus] correxi collato Polit. in Verg. 1471 Marcianus edd.

Auteur

Scuola Normale Superiore, Pisa

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540