Version classiqueVersion mobile

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Servius et les humanistes

Servius dans les Généalogies des dieux de Boccace

Philippe Guérin

Texte intégral

La « parva libraria » de Santo Spirito et les présences de Servius chez Boccace

  • 1 Pour ces lignes et celles qui suivent immédiatement, v. Antonia Mazza, l’inventario della « parva (...)

1Dans son testament du 28 août 1374, Boccace avait prédisposé qu’à sa mort (advenue le 21 décembre 1375), une partie de sa riche bibliothèque (l’essentiel des textes latins et grecs, à l’exclusion donc des œuvres en langue vernaculaire) aille en héritage au frère augustin Martino da Signa et que celui-ci, à sa propre mort (survenue en 1387), la lègue intégralement à son institution d’appartenance, le couvent de Santo Spirito à Florence. Ce fonds boccacien, d’abord recueilli dans la parua libraria du couvent, puis mis en ordre par l’humaniste Niccolo Niccoli (1365-1437) dans l’armarium auquel Boccace voulait qu’il fut confié, sera ensuite dispersé à partir de la fin du xvie siècle1.

  • 2 Ibid, p. 58.

2Nous avons une connaissance relativement complète et sûre de la part boccacienne de la parua libraria de Santo Spirito grâce à un inventaire de 1451. À côté de la présence tout à fait inhabituelle des Grecs (huit tragédies d’Euripide, l’Iliade, dans les traductions latines de Léonce Pilate), à côté de Macrobe (le Songe de Scipion), de Lactance (celui des Institutiones), de Fulgence, d’Orose, de Quinte Curce, etc., et, bien sûr, des opera omnia de Virgile (y compris l’apocryphe Culex), Servius et son commentaire figuraient en bonne place2.

  • 3 Cf. G. Gasparotto, Lucrezio fonte diretta del Boccaccio ?, « Memorie dell’Accademia Patavina di SS (...)
  • 4 Pour le De mulieribus claris et le De casibus uirorum illustrium, quelques indications dans Vittor (...)

3De la lecture attentive et continue par Boccace du commentateur virgilien, il est d’assez nombreuses traces dans l’ensemble de l’œuvre. Un relevé complet de celles-ci devrait comprendre aussi les réminiscences, les emprunts non déclarés, etc., qui sortent du cadre que nous nous sommes tracé ici. Contentons-nous donc de quelques indications sommaires, afin de nous en faire tout de même une idée. Depuis le titre du Buccolicum (sic) carmen (qui rassemble les seize églogues allégoriques de Boccace), jusqu’aux Esposizioni sopra la Comedia di Dante (dont nous aurons à reparler plus tard), en passant par le Décaméron3, par le Trattatello in laude di Dante (dont le modèle est, avec celle de Donat, la biographie de Virgile par Servius) et, surtout, par les ouvrages latins – essentiellement celui qui figure dans le titre de cette communication -, on voit que la matière pour une enquête approfondie ne manque pas4.

Le projet des Généalogies des dieux païens

  • 5 Nous renverrons dans cette étude à l’édition suivante : Tutte le opere di Giovanni Boccaccio, a cu (...)
  • 6 Ibid, p. 1512-1513.
  • 7 De premières fiches sont du reste déjà constituées avant 1350 : voir V. Zaccaria, « Nota al testo  (...)
  • 8 Cf. XV, 7, 1-3, ibid., p. 1540-1541, où Boccace affirme avec force ceci, à propos de la présence d (...)
  • 9 V. la n. 17 au livre XV, p. 1716, sur la mort de Léonce Pilate à l’été 1365.
  • 10 V. ce qu’écrit Zaccaria dans la « Nota al testo », op. cit., p. 1596. Cf., tout près de nous, en t (...)
  • 11 Cf. XV, 2-4, éd. cit., p. 1516-1525.
  • 12 Cf. XV, 6, 9, ibid., p. 1534-1535.

4Un mot à présent du projet des Genealogie deorum gentilium5. C’est à la demande d’Hugues IV de Lusignan, roi de Jérusalem et de Chypre, que Boccace entreprend à partir de 1350 environ un effort colossal (ainsi qu’il le rappelle en XV, 1, 1)6, un gigantesque travail de compilation, à partir des sources patiemment recueillies par lui en matière de mythologie gréco-latine7. Une telle collecte, attentive à la qualité originale des prélèvements effectués, ira jusqu’à donner lieu à une profession de foi quant à l’éthique de la citation au chapitre 7 du dernier livre8. La somme est pour l’essentiel achevée en 1359 – autrement dit, les treize livres des Généalogies proprement dites. S’y ajouteront, avant 13679, les livres XIV et XV – les mieux connus aujourd’hui10 – qui, métadiscursifs, sont consacrés, pour le premier des deux, à la défense de la poésie en général (des fabulae – et les mythes païens, leurs fictiones, sont fabulae) et, pour le second, à un plaidoyer pro domo de l’auteur qui, bien conscient au demeurant des limites et défauts de sa construction11, oppose ses arguments aux critiques de tous ceux qui lui reprochent de s’adonner à des futilités superflues. Et entretemps, Boccace aura enrichi et complété son travail de collecte, pour inclure les éléments de culture grecque qu’il a acquis au contact de Léonce Pilate (le moine calabrais connu à Naples, qu’il fit venir au Studium florentin en 1359 pour l’enseignement du grec et qu’il hébergea chez lui de plus ou moins bon cœur pendant deux ans, entre août1360 et l’été 1362)12.

  • 13 Cf. XV, 6, 8, ibid., p. 1532-1533.
  • 14 V à ce sujet Susanna Gambino longo, La fortuna delle Genealogiae deorum gentilium nel’500 italiano (...)
  • 15 Il s’agit du manuscrit autographe de la fin des années soixante très soigné et superbement orné, l (...)
  • 16 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 44-63.
  • 17 Ibid., p. 54-57.
  • 18 Ibid., p. 58-59.
  • 19 Ibid., p. 62-63.
  • 20 Nous faisons allusion ici évidemment au finale du Secretum de Pétrarque (III, 214), lorsque August (...)
  • 21 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 1354-1357.

5Selon un procédé qu’il reprend de quelques prédécesseurs (Paolo da Perugia en particulier, le bibliothécaire de Robert d’Anjou, fréquenté lui aussi pendant sa jeunesse napolitaine)13, et qui, très médiéval dans ses attendus, sera abandonné définitivement au Cinquecento14, Boccace va organiser la matière en arbres généalogiques. Le manuscrit autographe qui nous est parvenu (assignable aux années 1365-1370) est magnifiquement orné, en tête de chacun des livres, de tels arbres, dont la ‘visualisation’est due aux remarquables talents de dessinateur de l’auteur lui-même15. L’ambition de l’exhaustivité est clairement et à maintes reprises affichée par Boccace dans le Prohemium du livre I – qui, au moins dans sa première section, fait office de prologue général de l’œuvre16. Du fait des destructions auxquelles le temps, les incendies, les inondations, les chrétiens, etc., ont soumis les bibliothèques de l’Antiquité païenne, c’est à une entreprise à la fois inédite et titanesque, à laquelle il s’emploiera dans la limite de ses capacités, qu’il doit s’atteler (I Pr. 1, 27-32)17. Il est un passage toujours cité (I Pr. 1, 40-4118) : selon la métaphore filée que l’on retrouvera dans chacun des prohemia aux treize livres, c’est à une très longue et périlleuse navigation que va se livrer le collecteur de fabulae, dans le but de rassembler, nouvel Esculape aux prises avec le corps d’Hippolyte (I Pr. 1, 5019), les fragments épars (fragmenta colligere sparsa – formule où l’on entend de singuliers échos20) d’un immense naufrage. Tâche proprement prométhéenne que cette énorme compilation, qui se sédimentera dans sa forme définitive (la « recomposition en un seul corps », nous dira-t-il au début du livre XIV, Pr. 321) au prix d’une démultiplication des filiations généalogiques (c’est ainsi que nous aurons trois Jupiter distincts, quatre Minerve, cinq Bacchus, etc.).

  • 22 V. par ex. VIII, Pr. 3 à propos de la descendance de Saturne, ibid., p. 808-811.
  • 23 Une telle entreprise, apte à satisfaire déjà l’appétit encyclopédique de notre auteur, lui fournit (...)
  • 24 Ibid., p. 50-51.
  • 25 I, Pr. 1, 18-21, ibid., p. 50-53.
  • 26 I, Pr. 1, 34, ibid, p. 56-57.
  • 27 Ibid., p. 58-61. La position qu’adopte ici Boccace est très proche de la thèse développée p (...)

6Mais, au-delà de l’entreprise de collecte et d’assemblage d’un matériau hautement hétérogène et labyrinthique22, consistant à mettre bout à bout sans critère apparent, loin de toute critique philologique des sources, une myriade de fiches patiemment amassées, le but que s’assigne Boccace et qui doit constituer le sens ultime du grand œuvre, sa véritable justification, est le travail herméneutique auquel il entend soumettre ces mythes23. D’emblée, il pose l’exigence d’expliquer ce qui se cache sous l’écorce risible des fables rapportées – car il est inconcevable que tant et tant de grands savants aient déployé une telle énergie pour inventer des histoires qui se limiteraient à un invraisemblable sens littéral (I Pr. 1, 16)24. Tout en s’excusant que sur ce plan davantage encore, il se charge d’un poids trop lourd – la tâche incomberait à un « théologien » (car c’est à des poètes-théologiens que nous avons affaire), et son maître Pétrarque, au demeurant, eût été mieux à même d’y satisfaire, parce que « philosophe » accompli25. Mais il va tout de même tenter son possible26 : les anciens ont laissé à la postérité le soin d’extraire le sens caché sous le voile des fictions, et il faut s’y consacrer en dépit de l’impossibilité de refermer jamais le cercle herméneutique, de l’inévitabilité d’une diffraction des interprétations, aussi nombreuses qu’il y a d’interprètes, puisque la distance temporelle reste irréductible et qu’il est impossible de pénétrer à fond les « intentions » des poètes (I Pr. 1, 42-43)27. Ce sera tout l’objet du livre XIV que de justifier la poésie, à côté de la philosophie, en reprenant et en développant les arguments ici avancés. Mais pour ce faire, c’est-à-dire pour pouvoir « ajouter son opinion » à celle des anciens en matière de commentaire (allégorique), il faut au préalable avoir fait le tour, et si possible intégralement, des multiples traditions. C’est dans un tel cadre que Servius trouve sa place, éminente.

Servius dans les Généalogies : esquisse cartographique

  • 28 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 1526-1529.
  • 29 Dans l’attente d’une enquête plus approfondie sur le manuscrit dont s’est servi Boccace, et en l’a (...)
  • 30 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 66-69.
  • 31 Cf. par exemple IV, 1, 9, ibid, p. 368-369 ; IX, 21, 2, p. 926-927 ; XIII, 52, 1, p. 1328-1329.
  • 32 Entre cent vingt et cent citations environ pour les trois derniers nommés. Viennent ensuite Macrob (...)

7Si l’on se fie aux index des éditions modernes des Généalogies, deux cents environ sont les auteurs sollicités par Boccace, entre sources primaires et secondaires (mais rien n’y figure qui ne découle des livres des anciens, XV, 5)28. Parmi ces sources secondes, Servius occupe le deuxième rang, avec plus de cent soixante citations directes29. Il n’est précédé que par le mystérieux Theodontius (I Pr. 2, 10 et 14), auquel notre auteur renvoie à (si nous avons bien compté) deux cent dix-huit reprises, pour lui emprunter en tout premier lieu la figure non moins énigmatique de Démogorgon comme grand ancêtre de tous les dieux gréco-romains30. Suivent, aux troisième, quatrième et cinquième rangs, Cicéron (l’auteur notamment du De natura deorum), Lactantius Placidus (avec lequel Boccace confond parfois Servius)31 et, ex aequo, Eusèbe de Césarée (pour la Chronique) et le déjà nommé Leontius Pilatus32. Une autre remarque d’ensemble préalable : les trois quarts environ des citations de Servius viennent du commentaire à l’Énéide, et les autres des Bucoliques et des Géorgiques – nous allons vite comprendre pourquoi. Mais Boccace ne précise jamais d’où il tire exactement les informations qu’il demande à sa source, se contentant de signaler ses emprunts par les mentions dicit Servius, ut ait Servius, secundum Servium, ut Servioplacet, ou autres formules semblables.

8Si l’on regarde à présent la répartition par livres, l’on constate d’abord un fait massif : le commentateur de Virgile est absent des deux derniers – en apparence du moins, car il ne fait l’objet d’aucune mention explicite. Il est vrai que ceux-ci ne sont plus à proprement parler mythographiques, mais l’on voit néanmoins que plusieurs des auteurs sollicités précédemment le sont ici encore, même si c’est incidemment (Augustin, Boèce, Fulgence, Leontius, Paolo da Perugia...).

  • 33 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 686-697.
  • 34 Ibid., p. 712-713. On notera que la répartition des emprunts aux différents livres de l’Éné (...)
  • 35 Ibid., p. 958-965.
  • 36 Trois chapitres de ce même livre, ceux qui concernent Phlégyas IX (25-27, ibid., p. 932-943), sont (...)
  • 37 Cf. par ex., Briarée, IV, 26, 1, ibid., p. 428-429 ; les Strophades, IV, 59, 1, p. 484485 ; les Gé (...)
  • 38 Ibid., p. 448-459.

9Quant aux treize premiers livres, leur dépouillement donne les indications suivantes (nous nous limitons aux plus significatives). La première place revient au livre VI, avec une bonne vingtaine de citations (presque toutes relatives au commentaire sur l’Énéide). C’est qu’il s’agit de celui qui s’attache à la progéniture de Dardanus, seizième fils du deuxième Jupiter, et qui aboutit au chapitre 14 à Priam – les chapitres suivants étant consacrés à la descendance de ce dernier, descendance qui culmine bien évidemment dans le plus étendu de ces chapitres, le 53, dont la rubrique précise qu’il y sera question De Enea Anchisis filio, qui genuit Iulium Ascanium et Siluium Postumum33. Et de proche en proche, on arrive à la fin du livre (chap. 73) à Romulus et Rémus34. Vient ensuite le livre IX, le livre de Junon, avec dix-sept occurrences – où l’on retrouve de nouveau, pour parachever l’arbre généalogique, Romulus et Rémus, dont l’ascendance est cette fois envisagée selon la branche paternelle, c’est-à-dire martienne (IX, 40-41)35. Elles concernent cette fois encore presque toutes l’Énéide, en raison du rôle joué par plusieurs membres de cette descendance junonienne, à commencer par la déesse elle-même, dans la guerre de Troie36. Bref, deux livres où les sollicitations de Servius sont d’ordre « historique ». Quant aux livres IV et X, qui viennent au troisième rang ex aequo, les citations serviennes (une grosse quinzaine pour chacun), s’il leur arrive encore (surtout dans le second) d’être au service de l’histoire, concernent d’abord des questions mythologiques plus’pointues’, liées aux Titans ou aux vents, aux Harpyes ou à Busiris37. Le livre IV comprend du reste quatre renvois aux églogues, notamment pour le mythe de Prométhée (IV, 44)38, et un à la troisième Géorgique. Quant au livre V (il s’agit toujours de la descendance de Celius, du côté, non plus de Titan, mais du deuxième Jupiter), qui suit immédiatement les autres pour le nombre de citations de Servius (une quinzaine), il est pour sa part celui qui sollicite le plus les Bucoliques et les Géorgiques (deux seulement de ces citations concernent l’Énéide). C’est que le besoin est ici strictement mythographique (Bacchus, Apollon-Phœbus, Mopsus, Orphée, etc.). Voilà quelques-unes des grandes lignes de cette cartographie qui pourra être ultérieurement complétée et précisée après dépouillement systématique des autres livres.

  • 39 La remarque sur la ‘confiance’ est motivée par le fait qu’un auditeur des « esposizioni » de Bocca (...)
  • 40 Sauf pour IV, 44, 6, les mentions d’Hésiode sont concentrées dans le livre XIV (IV, 25 ; XV, 2 ; X (...)
  • 41 Sur les Parques, I, 5, 14 (où Boccace confond Servius avec Cicéron), ibid., p. 102103 ; la Terre, (...)
  • 42 Ainsi en XI, 13, ibid., p. 1104-1105, au sujet de Myrmidon, Boccace s’appuie-t-il sur notre commen (...)

10Mais que demande plus précisément Boccace à sa source, dans une relation avec celle-ci marquée d’abord par la confiance39 ? Tout d’abord, de le renseigner lorsque ses propres connaissances sont lacunaires, qu’il veut citer des auteurs qui lui sont inaccessibles : ainsi Hésiode, par exemple, qui n’est guère plus qu’un nom (Exiodus), lui est-il dans la moitié des cas connu par le canal de Servius40. Celui-ci se fait d’autre part pourvoyeur épisodique d’étymologies41, ou il lui sert à corriger les étymologies d’autres auteurs42.

  • 43 À notre avis, V. Zaccaria traduit trop généralement autem par invece. Même tamen peut servir à app (...)
  • 44 Cf. par ex. VI, 39, 2, ibid., p. 672-673.
  • 45 V. par ex. IX, 20-21, ibid., p. 926-931, à propos de Parthénopaeos, Œnée, Tydée, Diomède ; XI, 30, (...)
  • 46 Sans rien en faire de particulier, Boccace semble en effet privilégier la version de Servius sur l (...)
  • 47 Boccace note très rapidement et sans aller plus loin en V, 26, 4, ibid., p. 590-591, que Servius r (...)
  • 48 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 258-259.
  • 49 Cf. VI, 14, 5, ibid, p. 644-645.
  • 50 Cf. VII, 7, ibid, p. 726-729.
  • 51 Cf. IX, 4, ibid, p. 900-909.
  • 52 Cf. XI, 19, ibid, p. 1112-1119.
  • 53 Cf. le sort de la dépouille d’Anchise (Eryx ou la dispersion par Diomède après l’ensevelissement à (...)
  • 54 Ainsi de Latinus en VIII, 17, 2, ibid., p. 862-863, au sujet duquel s’opposent l’auteur de l’Énéid (...)
  • 55 V. l’exemple amusant de Lycurgue, où l’interprétation tourne autour des vertus du vin (XI, 22, ibi (...)

11En réalité, très souvent, Servius est convoqué en même temps que d’autres, tous étant mis sur le même plan. Son opinion est simplement rapportée à côté de celle d’autrui (la conjonction est souvent autem)43, dans un souci de recensement exhaustif, mais sans que Boccace, qui peut même finir par avouer son ignorance44, prenne explicitement parti45. Ou bien il s’agit de confirmer ou infirmer la thèse de tel ou tel – mais sans que, sauf exception46, notre grammaticus soit paré d’une autorité particulière qui le distinguerait de ses autres sources47. Quelques exemples de ce dernier cas de figure, surtout lorsque se dessine un enjeu interprétatif. Le souci d’exactitude de Boccace le pousse à passer en revue les différents noms de Sichée, mari d’Elissa-Didon, mais c’est pour mieux insister in fine sur ses richesses et son assassinat (II, 57)48. Sur les deux versions différentes de la rencontre nocturne de Priam et d’Achille, il explique celle d’Homère contredite par Servius en soulignant que l’auteur del’Ilias avait choisi de cacher ce qui pouvait entacher l’honneur du héros qu’il entendait célébrer49. Il signale qu’à propos de Triton, Theodontius, Servius et Paolo da Perugia (cités dans cet ordre) divergent quant à sa mère et à son sexe, mais c’est pour les réconcilier autour du fait qu’il était non seulement le fils, mais aussi le flûtiste d’Océan ou de Neptune, afin de fournir un interprétation naturaliste du personnage (le bruit – sonus – de la mer)50. C’est un syncrétisme de bon aloi qui permet de réunir les différents portraits de Cupidon (Cicéron, Sénèque, Ovide, Servius, Apulée, etc.) et de rendre compte de ces différences en prêtant à chacune des caractéristiques et à chacun des attributs du dieu une signification spécifique compatible avec l’ensemble du portrait’moral’qui en découle51. Les divergences peuvent aussi se résoudre selon le niveau herméneutique auquel on se situe : ainsi, concernant les vicissitudes d’Orion, Ovide et Lucain s’expliquent-t-ils selon le sens « physique » et Servius selon le sens « historique »52. Les cas les plus curieux sont sans doute ceux où Servius est sollicité pour corriger Virgile sur le plan’historique’, Virgile chez qui l’on croit déceler des contradictions53. Ou qui, parce que poète, se sert de la ressemblance des noms pour fondre des personnages complètement différents54. L’inclination au syncrétisme amène Boccace à vouloir concilier l’inconciliable, par le biais d’acrobatiques reductiones ad unum allégoriques55.

12C’est alors maintenant sur la question de la posture interprétative de l’auteur des Généalogies et du rôle joué à cet égard par Servius que je voudrais tenter d’accomplir quelques pas supplémentaires.

Servius au service de l’interprétation ?

  • 56 Pour la conscience des limites, cf. I, Pr. 1, 15-16, ibid., p. 50-51.
  • 57 Cf. I, 3, 6-10, ibid., p. 82-85. C’est le sens historique qui aurait les faveurs de Boccace dans l (...)

13Qu’en est-il donc de la place occupée par Servius dans le dispositif herméneutique mis en place par Boccace ? Rappelons ce qu’en pleine conscience de ses limites, l’auteur dès le Prohemium précise de ses intentions56. S’appuyant sur le Macrobe du Songe de Scipion, il pose que le sens des « fictions » est polisenum (sic) et que, sous l’écorce, se cachent des sens allégoriques. Les distinctions qu’opère Boccace en la matière ne sont pas d’une limpidité absolue et apparaissent, dans la pratique, passablement éclectiques. Néanmoins, l’on comprend qu’indifférent au sens anagogique et renonçant à les mobiliser tous à la fois, il cherchera à ses fables tantôt un sens moral, tantôt un sens naturel ou physique, tantôt un sens historique57.

  • 58 Cf. Seruii grammatici qui feruntur [...], op. cit., I., Aeneidos librorum I-V commentarii, p. 3.
  • 59 Cf. Esposizioni, I (litt.), 115 (où Servius est simplement présenté par Boccace comme notre inform (...)
  • 60 Ibid., III (all.), 21. L’erreur d’attribution est déjà dans les Généalogies, I 33.
  • 61 Ibid., XII (all.), 30-31 ; cf. Genealogie, IX, 28, 2-3, éd. cit., p. 944-945.

14C’est donc ce qu’il va s’efforcer de faire, découvrir de fois en fois la scribentis intentio (comme dirait Servius)58, selon une pente qui doit à sa formation, mais aussi aux échanges avec Pétrarque à ce sujet, et qui le conduira encore à appliquer la méthode allégorique à la toute fin de sa vie à la Comédie de Dante. C’est pourquoi un petit détour par les Esposizioni sopra la Comedia – où le sens moral est nettement privilégié – pourrait présenter quelque intérêt. Chacun des dix-sept chants de l’Enfer que Boccace a eu le temps de commenter devait être soumis à une analyse en deux temps – et la plupart de ces « lectures » publiques nous ont été transmises avec leurs deux volets. Le premier concerne en effet l’« exposition littérale », le second l’« exposition allégorique ». Servius fait partie des auteurs mis à contribution. Mais dans sept cas sur dix, c’est dans la partie « littérale » du commentaire59. En matière d’allégorie, Servius est convoqué, mais de façon erronée – en réalité, la source est Fulgence -, pour avancer une étymologie de Charon dérivée de « chronos »60. Quant aux Centaures, Boccace reprend telle quelle l’explication servienne « naturelle » déjà donnée dans les Généalogies61.

  • 62 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 390-395.
  • 63 Au § 4, ibid., p. 390-391, Boccace nous dit que Taurus était en réalité le nom d’un scribe de Mino (...)
  • 64 Ibid., p. 560-569, et plus précisément § 15-16, p. 566-569.

15La situation est encore plus nette dans le grand œuvre mythographique. La place occupée par Servius est de fait quasi-nulle du côté de l’interprétation allégorique. Les exemples cités dans le paragraphe précédent dessinaient quelques tendances possibles. Nous n’y reviendrons pas. Mais prenons maintenant celui de Pasiphaé (IV, 10)62. Boccace passe en revue les éléments essentiels de la légende en convoquant Sénèque (Phèdre), Theodontius, « d’autres » encore dont il ne cite pas le nom. Arrive alors Servius, à qui Boccace fait dire ce qu’en réalité il ne dit pas, pour une explication « historique » de cette fabula63. Ce n’est qu’ensuite, à partir du paragraphe suivant, que notre auteur entreprend l’effort interprétatif véritable, en proposant un sens « moral » beaucoup plus profond, nous dit-il, et qui anticipe au demeurant ce qu’il proposera un peu plus loin pour l’exégèse du mythe apuléen de Psyché (V, 22)64 : Pasiphaé est fille du Soleil, donc de Dieu et représente notre âme, mise en péril par la bestialité de l’appetitus concupiscibilis, par la sensualité charnelle... Servius reste donc en deçà de ce seuil herméneutique.

  • 65 Ibid., p. 448-459.
  • 66 V. par exemple à ce propos le commentaire de Carlo Muscetta, in Boccaccio, Roma-Bari, Laterza, 191 (...)
  • 67 Cf. Genealogie, IV, 44, 20, éd. cit., p. 456-451. Cette phrase est à rapprocher de ce qu’on lit da (...)
  • 68 Boccace annonce la triade des maux en invoquant l’autorité de Saphos et Exiodus (d’après la glose (...)
  • 69 Le finale sur les femmes et les deux longues citations de la Vita solitaria (II 4, 45) occupent le (...)

16Mais peut-être convient-il de tempérer ou de nuancer ce jugement. Nous prendrons comme exemple le mythe de Prométhée en IV, 4465, qui est l’un des passages des Généalogies représentant le plus nettement un saut qualitatif par rapport à la tradition de l’exégèse médiévale, l’un de ceux qui font de Boccace un « pré-humaniste »66. Servius y est cité à deux reprises, (aux § 2 et 20), pour son commentaire au v. 42 de la sixième églogue ; et l’on peut constater que c’est en des points d’articulation stratégiques du propos. La première fois, il s’agit d’introduire, avec le concours de Fulgence, la fabula proprement dite, à commencer par l’ascension au ciel sous la houlette de Minerve. La seconde mention de notre commentateur dans ce chapitre consiste à extraire de cette fabula l’élément qui a permis à Boccace de faire du deuxième Prométhée (deuxième dans l’ordre de l’allégorèse, le premier étant celui qui, figure de Dieu ou de la Nature, a modelé à partir de la boue l’homme « naturel »), de ce Prométhée « mortel », sapientie doctor, le fondateur de la culture, celui qui a « civilisé » les hommes : de eo [i.e. Prométhée] testatur quia prudentissimus uir fuit et a prouidentia [i.e. ‘prévoyance, prudence’] denominatus, et quod primus astrologiam Assyrios docuerit, quam in altissimo residens Caucasi uertice maxima cum cura didicerat67. À côté du vol du feu céleste, le choix – premier – que Prométhée a fait d’une retraite solitaire sur les hauteurs, auxquelles il n’est attaché par rien d’autre que la soif de savoir, où il est « dévoré » par de sublimes méditations, ce choix signifie celui de la speculatio et de la meditatio sur les secrets de la nature, en vue de leur communication aux hommes ignorants. Dans le montage de Boccace, les noyaux puisés chez Servius, notamment, sont développés, amplifiés (l’amplificatio étant au demeurant une grande spécialité boccacienne) pour donner lieu à l’un des exercices d’interprétation les plus tendus et les plus neufs de toutes les Généalogies. Et quitte à ce que ce soit Servius encore qui, prêtant sa voix à Sappho et Hésiode évoquant les maux envoyés par les dieux aux hommes (l’extrême maigreur – macies –, les fièvres et les femmes)68, serve de prétexte au long finale misogyne qui, détonnant avec ce qui précède, et malgré l’autorité du Pétrarque de la Vita solitaria, dont il cite un long passage, ne laisserait d’étonner ceux qui ne connaîtraient pas l’auteur du Corbaccio69. En conclusion, Servius apparaît ici comme un point de départ essentiel de l’allégorèse boccacienne, il procure à l’auteur des Généalogies une partie du matériau qui constitue la structure portante de l’interprétation du mythe.

  • 70 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 1390-1391.
  • 71 Cf. XIV, 13, 14, ibid., p. 1446-1447 ; et v. Seruii grammatici qui feruntur [...], op. cit., I, p. (...)
  • 72 V. par ex. Giovan Pietro Capriano, Della vera poetica [1555], in Trattati di poetica e retorica de (...)

17Au terme de ce premier sondage, il semble pourtant que le cas examiné reste exceptionnel. Sous réserve d’enquêtes plus approfondies et systématiques, qui montreraient que notre commentateur agit de façon souterraine, on a donc l’impression de prime abord que le Servius ‘philosophe’ n’est guère sollicité par Boccace. Mais il y a peut-être d’autres traces que seulement mythographiques. Nous avons dit pour commencer que Servius était absent des deux derniers livres des Généalogies, ce qui n’est pas tout à fait exact. C’est par exemple Servius qui est à l’origine de l’information selon laquelle pour les anciens poètes, Jupiter était feu et air (XIV, 5, 10)70. Nous restons ici dans le domaine de la mythologie. Mais il y a plus intéressant, sans doute : Servius est sollicité (avec d’autres peut-être, comme Isidore de Séville ou Raban Maur, et sans néanmoins que l’emprunt soit explicitement déclaré), lorsque Boccace dit de Lucain qu’il est plus historien que poète71. Question dont on sait quelle importance elle aura au Cinquecento, dans les débats autour de l’art poétique72. La question de la présence dissimulée de Servius dans les deux derniers livres des Généalogies mérite alors peut-être d’être clairement posée.

Notes

1 Pour ces lignes et celles qui suivent immédiatement, v. Antonia Mazza, l’inventario della « parva libraria » di Santo Spirito e la biblioteca del Boccaccio, « Italia medioevale e umanistica », IX (1966), p. 1-74.

2 Ibid, p. 58.

3 Cf. G. Gasparotto, Lucrezio fonte diretta del Boccaccio ?, « Memorie dell’Accademia Patavina di SS. LL. AA. », Classe scienze morali, LXXXI (19681969), cité par Vittore Branca, Boccaccio medievale, Quarta edizione accresciuta, Firenze, Sansoni, 1975, p. 341 ; en tout cas, c’est chez Servius que Boccace découvre Elissa comme autre nom de Didon – et Elissa sera le nom de l’une des jeunes femmes de la « lieta brigata ».

4 Pour le De mulieribus claris et le De casibus uirorum illustrium, quelques indications dans Vittorio Zaccaria, Boccaccio narratore, storico, moralista e mitografo, Firenze, Olschki, 2001, p. 9-10, 37.

5 Nous renverrons dans cette étude à l’édition suivante : Tutte le opere di Giovanni Boccaccio, a cura di V. Branca, VII-VIII, Genealogie deorum gentilium. De montibus, siluis, fontibus, lacubus, fluminibus, stagnis seu paludibus, de diuersis nominibus maris, a cura di V. Zaccaria (pour les Genealogie), Milano, Mondadori (« I classici Mondadori »), 1998, I-II, p. 13-1813.

6 Ibid, p. 1512-1513.

7 De premières fiches sont du reste déjà constituées avant 1350 : voir V. Zaccaria, « Nota al testo », ibid., p. 1593.

8 Cf. XV, 7, 1-3, ibid., p. 1540-1541, où Boccace affirme avec force ceci, à propos de la présence des Grecs cités dans les Généalogies : « Il est idiot de chercher dans les ruisseaux ce que l’on peut puiser à la source » (Insipidum est ex riuulis querere quodpossis ex fontepercipere). Voir aussi XV, 4, 1, ibid., p. 1522-1523.

9 V. la n. 17 au livre XV, p. 1716, sur la mort de Léonce Pilate à l’été 1365.

10 V. ce qu’écrit Zaccaria dans la « Nota al testo », op. cit., p. 1596. Cf., tout près de nous, en traduction française, Boccace, La Généalogie des Dieux païens (Genealogia Deorum gentilium), Livres XIV et XV. Un manifeste pour la poésie, traduit, présenté et annoté par Yves Delègue, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2001.

11 Cf. XV, 2-4, éd. cit., p. 1516-1525.

12 Cf. XV, 6, 9, ibid., p. 1534-1535.

13 Cf. XV, 6, 8, ibid., p. 1532-1533.

14 V à ce sujet Susanna Gambino longo, La fortuna delle Genealogiae deorum gentilium nel’500 italiano : a Marsilio Ficino a Giorgio Vasari, in Boccace à la Renaissance. Lectures, traditions, influences en Italie et en France, Actes du Colloque « Héritage et fortune de Boccace » (12-14 octobre 2006, Université Stendhal-Grenoble 3), Études réunies par J. Bartuschat, « Cahiers d’études italiennes. Filigrana », 8 (2008), p. 115-130.

15 Il s’agit du manuscrit autographe de la fin des années soixante très soigné et superbement orné, le ms Pluteo 52.9-L2 de la Biblioteca Medicea Laurenziana ; cf. Boccaccio visualizzato. Narrare per parole e per immagini fra Medioevo e Rinascimento, a cura di V. Branca, 3 vol., Torino, Einaudi, 1999, II. Opere d’arte d’origine italiana, p. 57-62. Il convient de préciser que la tradition désignée comme Vulgata est postérieure et que l’établissement du texte dans notre éd. de référence en procède d’abord (cf. dans la « Nota al testo », cit., le § « La cronologia e il testo », p. 1592-1599, repris dans V. Zaccaria, Boccaccio narratore [...], op. cit., p. 109-119).

16 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 44-63.

17 Ibid., p. 54-57.

18 Ibid., p. 58-59.

19 Ibid., p. 62-63.

20 Nous faisons allusion ici évidemment au finale du Secretum de Pétrarque (III, 214), lorsque Augustinus demande à Franciscus de « sparsa anime fragmenta recollig[ere] » (nous citons d’après Francesco Petrarca, Secretum. Il mio segreto, Edizione commentata bilingue, a cura di E. Fenzi, Milano, Mursia, 1992, p. 282. Nous nous permettons aussi de renvoyer à ce sujet à Philippe Guérin, Autour des Rerum vulgarium fragmenta : poésie et pensée de la ruine, in Sul Canzoniere di Francesco Petrarca, Atti della giornata di studi (25 / 11 / 2005), a cura di P. Grossi e F. La Brasca, Paris, Edizioni dell’Istituto Italiano di Cultura, 2006, p. 101-137, et plus particulièrement p. 103-106 ; ainsi que id., « Le lézard, la chèvre et le vautour : de la ruine comme provocation », in Entre trace(s) et signe(s) : quelques approches herméneutiques de la ruine, dir. F. Fabrizio-Costa, Berne-Berlin-Bruxelles-Francfort-New York-Oxford-Vienne, Peter Lang, 2005, p. 1-52, part. p. 16-19.

21 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 1354-1357.

22 V. par ex. VIII, Pr. 3 à propos de la descendance de Saturne, ibid., p. 808-811.

23 Une telle entreprise, apte à satisfaire déjà l’appétit encyclopédique de notre auteur, lui fournit également l’occasion, selon sa pente d’écrivain la plus affirmée, de quelques morceaux de bravoure narratifs : v. par ex. le récit du voyage qui sert de cadre allégorique à la collecte mythographique dans les différents « Prohemia » ; les évocations de Médée, IV, 12, ibid., p. 394-399 ; de Circé, IV, 14, p. 398-401 ; de Psyché, V, 22, p. 560-565 ; on ne sera pas étonné en l’occurrence de rencontrer des figures féminines, mais il y a aussi des hommes qui bénéficient d’un tel traitement, comme Hector, VI, 24, p. 656-659 ; Énée, VI, 53, p. 686-693 ; Ulysse, XI, 40, p. 1138-1149 ; Achille, XII, 52, p. 1214-1219 ; etc.),

24 Ibid., p. 50-51.

25 I, Pr. 1, 18-21, ibid., p. 50-53.

26 I, Pr. 1, 34, ibid, p. 56-57.

27 Ibid., p. 58-61. La position qu’adopte ici Boccace est très proche de la thèse développée par Pétrarque dans sa Senilis IV, 5 de 1365 (on peut la lire dans Pétrarque, Lettres de la vieillesse. Rerum senilium, Édition critique d’E. Nota, Traduction de F. Castelli, F. Fabre, A. de Rosny, L. Schebat, Présentation, notices et notes de U. Dotti mises en français par F. La Brasca, Paris, Les Belles Lettres (« Les classiques de l’Humanisme »), II, Livres IV-VII, p. 72-103, et plus particulièrement les § 4-5, p. 72-75. Sur cette lettre capitale, v. par exemple Luca Marcozzi, La biblioteca di Febo. Mitologia e allegoria in Petrarca, Firenze, Franco Cesati, 2002, p. 74-86 (et les renvois en note aux études fondamentales d’E. Fenzi et A. Noferi).

28 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 1526-1529.

29 Dans l’attente d’une enquête plus approfondie sur le manuscrit dont s’est servi Boccace, et en l’absence de précisions nouvelles dans notre éd. de référence, nous renvoyons à ce qu’écrivait Vincenzo Romano dans G. Boccaccio, Genealogie deorum gentilium libri, a cura di V. Romano, 2 vol., Bari, Laterza, 1951, II, « Nota », p. 859 : « il codice di Servio, di cui si servi per le sue citazioni, era affine al Reginensis 1495 [Bibliothèque Vaticane] » (Romano s’appuie sur une notation et une leçon qui, en l’état de ses recherches, ne sont transmises que par ce codex). V. aussi les remarques d’A. Mazza, l’inventario [...], loc. cit. à la n. 2.

30 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 66-69.

31 Cf. par exemple IV, 1, 9, ibid, p. 368-369 ; IX, 21, 2, p. 926-927 ; XIII, 52, 1, p. 1328-1329.

32 Entre cent vingt et cent citations environ pour les trois derniers nommés. Viennent ensuite Macrobe (quatre-vingt-huit, dont vingt et une pour le Songe de Scipion) et Paolo da Perugia (quatre-vingt-six).

33 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 686-697.

34 Ibid., p. 712-713. On notera que la répartition des emprunts aux différents livres de l’Énéide est conforme en substance à la matière virgilienne concernant les origines troyennes du héros (sept renvois au livre I ; cinq au l. II ; quatre aux l. III et IV ; deux au l. V).

35 Ibid., p. 958-965.

36 Trois chapitres de ce même livre, ceux qui concernent Phlégyas IX (25-27, ibid., p. 932-943), sont aussi prétexte à citations du commentaire servien au livre VI de l’Énéide.

37 Cf. par ex., Briarée, IV, 26, 1, ibid., p. 428-429 ; les Strophades, IV, 59, 1, p. 484485 ; les Géants, IV, 68, 20, p. 506-507 ; et pour le livre X : les fils de Neptune avec Dorus X, 2, 1, p. 974-975, Thara X, 13, 1-2, p. 994-995, Messapus, X, 25, 2, p. 1010-1011 ; Palamède, X, 60, 1, p. 1052-1053 ; Pégase, X, 27, 1, p. 1012-1013 ; les Harpyes, X, 61, 1-2, p. 1052-1055 ; Scylla, X, 9, 7, p. 984-987 ; la Gorgone, X, 10, 3, p. 988-991 ; Polyphème, X, 14, 9, p. 998-1001.

38 Ibid., p. 448-459.

39 La remarque sur la ‘confiance’ est motivée par le fait qu’un auditeur des « esposizioni » de Boccace dans l’église Santo Stefano di Badia à Florence (13731374), l’important commentateur de Dante Benvenuto da Imola, aura à l’égard de Servius une attitude beaucoup plus critique : cf. Paola Rigo, Commenti danteschi, in Dizionario critico della letteratura italiana, diretto da V. Branca, con al collaborazione de A. Balduino, M. Pastore Stocchi, M. Pecoraro, Torino, UTET, II, 1986, p. 6-22, ici p. 14.

40 Sauf pour IV, 44, 6, les mentions d’Hésiode sont concentrées dans le livre XIV (IV, 25 ; XV, 2 ; XVIII, 13 ; XIX, 22). Même chose pour Simonide (III, 24, 1), Nicandre (IV, 16, 2), Sappho (IV, 44, 6), Varron (IV, 68, 20 ; X, 6, 1 ; XIII, 1, 37), Thalès (IV, 67, 4), Porphyre (V, 3, 11), Hygin (VIII, 17, 4), etc.

41 Sur les Parques, I, 5, 14 (où Boccace confond Servius avec Cicéron), ibid., p. 102103 ; la Terre, que l’on piétine (que teritur), I, 8, 5, p. 112-113 ; Atropos, I, 32, 5, p. 172-173 ; pour l’épithète Curitea curru, le char des guerriers – associée à Junon, IX, 1, 20, p. 882-883 ; pour Ascagne, dont le nom dérive du fleuve homonyme, VI, 54, 4, p. 698-699 ; Boccace conforte l’étymologie de Polyphème selon Alberic, le IIIe mythographe latin (multe lucis homo), en s’appuyant sur Servius, X, 14, 9, p. 998-1001 ; Vulcain, qui vole en l’air (quasi uolicanus), XII, 70, 10, p. 1248-1249 ; etc.

42 Ainsi en XI, 13, ibid., p. 1104-1105, au sujet de Myrmidon, Boccace s’appuie-t-il sur notre commentateur pour contester Isidore de Séville et Raban Maur. Mais il peut arriver aussi (très rarement) que sa lecture de Servius soit fautive : cf. V, 8, 1, p. 534-535 (et, pour le commentaire de Servius au v. 65 de la première églogue, v. Seruii grammatici qui feruntur in Vergilii carmina commentarii, texte établi par H. Hagen et G. Thilo, 3 vol., Hildesheim, Georg Olms, 1961, III, 1-2. Seruii grammatici qui feruntur in Vergilii Bucolica et Georgica commentarii, p. 15).

43 À notre avis, V. Zaccaria traduit trop généralement autem par invece. Même tamen peut servir à apporter une précision plutôt qu’à introduire une opposition : cf. par ex. X, 25, 2, ibid., p. 1010-1011 (à propos de Messapus, fils de Neptune).

44 Cf. par ex. VI, 39, 2, ibid., p. 672-673.

45 V. par ex. IX, 20-21, ibid., p. 926-931, à propos de Parthénopaeos, Œnée, Tydée, Diomède ; XI, 30, 2, p. 1132-1133, sur le suicide de la « filia Minois et Pasiphis », Phèdre (par la corde plutôt que par l’épée) ; XI, 40, 1-2, p. 1138-1139, à propos des géniteurs d’Ulysse, où Servius est d’accord avec Theodontius contre Leontius.

46 Sans rien en faire de particulier, Boccace semble en effet privilégier la version de Servius sur les Centaures en IX, 28, 2, ibid., p. 944-945.

47 Boccace note très rapidement et sans aller plus loin en V, 26, 4, ibid., p. 590-591, que Servius remet en cause la tradition relative à Hyménée (en vérité, Servius, dans son commentaire à Buc. VIII, 30, se contente de rapporter une autre légende : v. Seruii grammatici [...] commentarii, éd. cit., III, p. 98).

48 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 258-259.

49 Cf. VI, 14, 5, ibid, p. 644-645.

50 Cf. VII, 7, ibid, p. 726-729.

51 Cf. IX, 4, ibid, p. 900-909.

52 Cf. XI, 19, ibid, p. 1112-1119.

53 Cf. le sort de la dépouille d’Anchise (Eryx ou la dispersion par Diomède après l’ensevelissement à Troie) en VI, 51, 3-5, ibid., p. 682-685 ; la cécité du même, en raison des nombreux coïts, 7, p. 684-685. Même si par ailleurs Boccace tend à privilégier l’inveterata seculorum plurium fama attestée par les anciens poètes : v., au sujet d’Ulysse, la préférence accordée à Virgile (et Homère), plutôt qu’à Servius, Theodontius, Leontius (XI, 40, 1-2, p. 1138-1139).

54 Ainsi de Latinus en VIII, 17, 2, ibid., p. 862-863, au sujet duquel s’opposent l’auteur de l’Énéide, Justin et Servius, celui-ci prenant alors le parti... d’Hygin.

55 V. l’exemple amusant de Lycurgue, où l’interprétation tourne autour des vertus du vin (XI, 22, ibid., p. 1120-1121) ; on notera toutefois que Boccace est contraint d’admettre que toutes les contradictions ne peuvent se résoudre.

56 Pour la conscience des limites, cf. I, Pr. 1, 15-16, ibid., p. 50-51.

57 Cf. I, 3, 6-10, ibid., p. 82-85. C’est le sens historique qui aurait les faveurs de Boccace dans les Généalogies, selon V. Zaccaria : v. Boccaccio narratore […], op. cit., p. 96-98.

58 Cf. Seruii grammatici qui feruntur [...], op. cit., I., Aeneidos librorum I-V commentarii, p. 3.

59 Cf. Esposizioni, I (litt.), 115 (où Servius est simplement présenté par Boccace comme notre informateur sur les titres des opera omnia de Virgile) ; IV (litt.), 183 (notre grammaticus est cité en premier à propos des différentes versions de la mort d’Énée, mais pour rapporter les propos de Caton) ; IV (litt.), 213-214 (à propos de Latinus, contre Virgile, Servius citant Hésiode pour conclure – de nouveau : cf. n. 54 ci-dessus – qu’il y a plusieurs Latinus) ; IV (litt.), 217-218 (au sujet de Lavinia). Mais v. aussi Esposizioni V (litt.), 66, au sujet de Didon-Elissa, où, s’il n’est pas nommé, Servius est certainement la source de l’auteur (v. Giuseppe Billanovich, Restauri boccacceschi, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 1947, p. 136-140, et plus précisément p. 137). Pour le commentaire à Dante, nous renvoyons à l’éd. suivante : Tutte le opere di Giovanni Boccaccio, a cura di V. Branca, VI. Esposizioni sopra la Comedia di Dante, a cura di G. Padoan, Milano, Mondadori Mondadori (« I classici Mondadori »), 1965, republié chez le même éditeur dans la coll. « oscar classici » en 1994.

60 Ibid., III (all.), 21. L’erreur d’attribution est déjà dans les Généalogies, I 33.

61 Ibid., XII (all.), 30-31 ; cf. Genealogie, IX, 28, 2-3, éd. cit., p. 944-945.

62 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 390-395.

63 Au § 4, ibid., p. 390-391, Boccace nous dit que Taurus était en réalité le nom d’un scribe de Minos, avec lequel, en l’absence du roi son mari, Pasiphaé s’accoupla dans la demeure construite par Dédale.

64 Ibid., p. 560-569, et plus précisément § 15-16, p. 566-569.

65 Ibid., p. 448-459.

66 V. par exemple à ce propos le commentaire de Carlo Muscetta, in Boccaccio, Roma-Bari, Laterza, 1912, p. 325-328. Pour une première approche de la question « prométhéenne » à la Renaissance, à travers une mise en perspective large incluant Boccace, v. Raymond Trousson, Le Thème de Prométhée dans la littérature européenne, Genève, Droz, 20013, p. 125-194.

67 Cf. Genealogie, IV, 44, 20, éd. cit., p. 456-451. Cette phrase est à rapprocher de ce qu’on lit dans le commentaire de Servius aux Bucoliques (VI 42), que Boccace démarque ici de très près : Prometheus uir prudentissimus fuit, unde etiam Prometheus dictus est ἀπò τῆς προμηθείας, id est a prouidentia. Hic primus astrologiam Assyriis indicauit, quam residens in monte altissimo Caucaso, nimia cura et sollicitudine deprehenderat (Seruii grammatici qui feruntur[...], op. cit., III, p. 12).

68 Boccace annonce la triade des maux en invoquant l’autorité de Saphos et Exiodus (d’après la glose de Servius dont la référence a été donnée à la n. précédente) dès le § 6 du chap. consacré à Prométhée, éd. cit., p. 448-451.

69 Le finale sur les femmes et les deux longues citations de la Vita solitaria (II 4, 45) occupent les § 22-24, ibid., p. 456-459.

70 Cf. Genealogie, éd. cit., p. 1390-1391.

71 Cf. XIV, 13, 14, ibid., p. 1446-1447 ; et v. Seruii grammatici qui feruntur [...], op. cit., I, p. 129, au v. 382 du commentaire sur l’Énéide (Lucanus namque ideo in numero poetarum esse non meruit, quia uidetur historiam composuisse, non poema).

72 V. par ex. Giovan Pietro Capriano, Della vera poetica [1555], in Trattati di poetica e retorica del Cinquecento, a cura di B. Weinberg, 4 vol., Bari, Laterza, 1970-1974, II, p. 293-334, ici p. 301 ; Giambattista Giraldi Cinzio, Lettera a Bernardo Tasso sulla poesia epica [1557], ibid., p. 453-476, ici p. 469 ; Camillo Pellegrino, Il Carrafa, o vero della epica poesia [1584], ibid., p. 307-344, ici p. 315316 ; Lodovico Castelvetro, Poetica d’Aristotele vulgarizzata e sposta [1570], a cura di Werther Romani, Roma-Bari, Laterza, 1978, I, p. 43, 45, 101, 254. Pour d’autres références (Benedetto Varchi, Camillo Pellegrino) et la mise en perspective historique de la question, v. l’introduction de Franco Pignatti au traité sur le dialogue de Sigonio (De dialogo liber, 1562) in Carlo Sigonio, Del dialogo, a cura di Franco Pignatti, Prefazione de Giorgio Patrizi, Roma, Bulzoni, 1993, p. 24-26 (Sigonio voulant, pour sa part, réhabiliter Lucain comme poète : cf. ibid, p. 130131) Quant à Servius, il est encore cité et discuté par Giraldi Cinzio, par exemple, Lettera sulla tragedia [1543], in Trattati [...], op. cit., I, p. 477, ou par Antonio Riccoboni, De re comica ex aristotelis doctrina [1579], ibid., III, p. 262, et il sera utilisé par Castelvetro (op. cit., I, p. 274 et 276). Et quand Alessandro Vellutello publiera en 1534 son édition de Virgile, elle sera accompagnée du commentaire de Servius : Publii Virgilii Maronis Bucolica Georgica Aeneis cum Seruii Probique commentariis ac omnibus lectionum uariationibus in antiquis codicibus repertis, Venetiis per Alexandrum Vellutellum accuratissime reuisi, et emendati, et propriis expe(n)sis in aedibus Petri de Nicolinis de Sabbio impressi, sub Serenissimo Principe Andrea Gritti. Anno Domini.M.D.XXXIIII. mense Septembri.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search