Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Servius au Moyen Âge

L’utilisation du commentaire de Servius dans le Roman d’Eneas

Francine Mora-Lebrun

Texte intégral

  • 1 P. Zumthor 1987, p. 301. Sur les romans d’antiquité, je me permets de renvoyer à mon essai de synth (...)
  • 2 Benoit de Sainte-Maure, Le Roman de Troie, v. 142-144 : « ne di mie qu’aucun buen dit / n’i mete, s (...)
  • 3 S. Messerli 2002.

1Comme chacun le sait sans doute, le Roman d’Eneas est l’une des œuvres narratives en couplets d’octosyllabes apparues vers le milieu du xiie siècle en milieu anglo-normand, et appelées jadis par la critique « romans antiques » parce qu’elles adaptent de grandes œuvres de l’antiquité latine. On préfère aujourd’hui appeler ces œuvres « romans d’antiquité » ou encore « mises en roman », d’après une locution verbale qui apparaît assez souvent dans leurs prologues et qui définit bien leur spécificité, telle que l’a dégagée avec pertinence Paul Zumthor : « Abusivement rendue, chez beaucoup de médiévistes, par ‘traduire’, l’expression mettre en roman me semble référer, plutôt qu’au seul transfert linguistique, au commentaire qu’un maître prononce sur un livre faisant autorité. Mettre en roman, c’est proprement ‘gloser’ en langue vulgaire, ‘mettre, en clarifiant le contenu, à la portée des auditeurs’1. » La « mise en roman » se situe donc d’emblée du côté de la glose, et c’est pourquoi Paul Zumthor pense que dans l’ensemble de la production poétique du xiie siècle elle seule peut à la rigueur correspondre à ce que nous appelons aujourd’hui « littérature » puisqu’elle prend sa source dans la littera, la lettre latine des manuscrits glosés. Ainsi s’explique qu’à côté d’une abréviation et d’une simplification parfois drastiques on y voie apparaître ce que Benoît de Sainte-Maure, auteur d’un Roman de Troie un peu postérieur au Roman d’Eneas, appelle « aucun buen dit », c’est-à-dire des passages ajoutés, souvent nés de l’intégration au texte traduit de gloses marginales2. Des gloses qui, dans le cas de l’Eneas, peuvent très bien provenir du commentaire de Servius, le grand commentaire de l’Énéide, largement reproduit dans les marges des manuscrits : des rapprochements significatifs ont été mis en évidence ces trente dernières années. Et l’Eneas n’est pas isolé ; dans une étude récente Sylviane Messerli a pu montrer qu’il en allait de même pour le Roman de Thèbes, qui a intégré à son adaptation de la Thébaïde un certain nombre de données empruntées au commentaire de Lactance, sans doute à partir des gloses des manuscrits3. Nous nous trouvons donc devant un terrain relativement bien déblayé. C’est pourquoi je ne vais proposer ici aucune hypothèse nouvelle. Je vais simplement essayer de faire le point sur les acquis et aussi m’efforcer de montrer les difficultés méthodologiques qui sont apparues au fil des années, des difficultés qui peuvent nous empêcher maintenant de progresser.

  • 4 B. Nolan 1978 ; voir aussi une reprise plus détaillée de cette note dans B. Nolan 1980.
  • 5 Servius 1961a, t. I, p. 22-23 (ad. Aen. I, 27) : « c’est la fable bien connue de la pomme d’or, lor (...)
  • 6 R. J. Cormier 1989. Voir aussi R. J. Cormier 1990 et 1991.

2C’est dans les années 1980-1990 qu’on a commencé à s’intéresser de près aux rapports que pouvait entretenir le Roman d’Eneas avec le commentaire de Servius, ainsi qu’avec les gloses marginales des manuscrits médiévaux de l’Énéide. Dès 1978 Barbara Nolan avait signalé une ressemblance troublante entre l’une de ces gloses, trouvée dans un manuscrit de la Bibliothèque Vaticane (le Vatican Reg. lat. 1563), et le fameux jugement de Pâris qui, simplement évoqué dans une brève allusion au début del’Énéide, est rapporté de manière détaillée au début de l’Eneas4. Toutefois cette glose, assez étendue, ne pouvait pas procéder du seul Servius, qui élucide l’allusion virgilienne de manière minimale en se contentant d’écrire : nota fabula est de malo aureo, Paridem pro Venere contra Iunonem Mineruamque iudicasse de forma5. Nous y reviendrons. C’est à Raymond Cormier qu’il est donc revenu de démontrer, dans un article rédigé en 1989 et fondé sur de longues recherches – l’examen d’une bonne centaine de manuscrits de l’Énéide copiés entre le ixe et le xiie siècle – que des gloses marginales d’origine servienne avaient bel et bien été utilisées par l’auteur de l’Eneas pour introduire dans sa « mise en roman » quelques « buens dits » absents de l’Énéide : la description de « l’engin », c’est-à-dire de la ruse imaginée par Didon, pour fonder Carthage (« Byrsa gloss »), l’évocation de la puanteur des Enfers, corrigée par l’onguent de la Sibylle (« Auernus gloss »), enfin la mention assez détaillée d’une spécificité de ces Enfers qui présentent la particularité d’associer, dans les tourments des damnés, la douleur et la crainte (« metus et dolor gloss »). C’est cet article qui le premier a fait toucher du doigt, de manière très concrète, la manière dont avait pu travailler l’adaptateur roman à partir de manuscrits glosés, en reproduisant notamment quelques pages de ces manuscrits. Et le rôle joué par le commentaire de Servius y apparaît de manière modeste, mais indubitable6.

  • 7 F. Mora 1985.
  • 8 P. Logie 1999, p. 200.
  • 9 C. Baswell 1995, p. 41-68 et p. 173-184.

3Avant lui, j’avais déjà, dans un article paru en 1985, esquissé quelques rapprochements entre plusieurs ajouts de l’Eneas à l’Énéide et des scolies trouvées dans le commentaire de Servius : l’étoile qui guide Eneas au début du roman, innovation sans doute née de la combinaison de deux scolies relatives à Vénus et à son étoile, le motif métaphorique de la boisson mortelle appliqué à la passion de Didon, né lui aussi, semble-t-il, de la combinaison de deux scolies, la mention du Léthé par la Sibylle au bord de l’Achéron là où Virgile parle simplement de stagna exoptata (Aen. VI, 330), d’» étangs désirés » par les âmes errantes, et enfin l’addition du nom et du châtiment de Tantale à la liste des damnés7. Dans son étude sur l’Eneas parue en 1999, Philippe Logié a repris certaines de mes hypothèses en les complétant : il montre ainsi que si l’étoile qui guide Eneas apparaît « devers senestre », « vers la gauche », l’origine de cette localisation a priori surprenante en contexte médiéval – le côté « senestre » étant le côté « sinistre », le mauvais côté – doit être cherchée dans le texte de Virgile, un texte lu, nous le verrons, à travers une glose servienne8. Enfin Christopher Baswell, dans un livre publié en 1995 et consacré à l’étude de la réception médiévale de Virgile à travers l’examen de trois manuscrits glosés, a montré non seulement que le premier manuscrit qu’il étudie (Oxford All Souls College 82), un manuscrit du xiie siècle riche en gloses pédagogiques qui a peut-être appartenu à l’un des tuteurs de Henri II Plantagenêt, pouvait donner une assez bonne idée du type de manuscrit sur lequel avait travaillé l’auteur de l’Eneas, mais aussi qu’un détail significatif de l’adaptation romane, l’insistance sur les « buen home » habitant les Champs Elysées, venait sans doute de deux scolies serviennes reprises et développées dans une série de gloses attribuées à Anselme de Laon9.

4On peut donc tenir pour acquis que des gloses extraites du commentaire de Servius ont bel et bien été utilisées par l’auteur de l’Eneas. Mais de quelle manière, et dans quel but ? C’est là que les choses deviennent plus complexes.

  • 10 Ibid., p. 49 : « If medieval Virgilianism is centrally Servian, it is also centrally pedagogical.  (...)

5Le premier intérêt présenté par les scolies serviennes a sûrement été leur fonction simplement informative. Le texte de l’Énéide est très dense, saturé d’allusions à un univers culturel devenu largement étranger aux lecteurs du xiie siècle : il a donc besoin de notes explicatives. C’est là-dessus qu’insiste à bon droit Christopher Baswell lorsqu’il écrit : « Si le virgilianisme médiéval est principalement servien, il est aussi principalement pédagogique10 ». Il oppose notamment cette approche pédagogique, de loin la plus répandue, à l’exégèse allégorique représentée à la même époque par le fameux Commentaire sur l’Énéide attribué à Bernard Silvestre, mais destinée à un public beaucoup plus restreint, si l’on en juge du moins au nombre des manuscrits. L’utilisation par l’auteur de l’Eneas de gloses explicitant le jugement de Pâris, ou la ruse de Didon, va évidemment dans ce sens.

  • 11 Sur la valeur structurale du jugement de Pâris dans l’Eneas, voir J. C. Huchet 1984 et M. Rousse 19 (...)
  • 12 Voir D. Poirion 1976.

6Mais il serait insuffisant de s’en tenir là. Car la redoutable densité de l’Énéide a forcé son adaptateur à élaguer beaucoup : les choix qu’il a faits sont donc signifiants. Ainsi on a pu montrer de manière convaincante que s’il avait développé au début de son roman l’allusion virgilienne au jugement de Pâris, c’était pour poser d’emblée, grâce à un astucieux procédé de mise en abyme, les lignes directrices de ce roman. Eneas doit choisir comme son prédécesseur entre le pouvoir symbolisé par Junon, la prouesse guerrière représentée par Pallas et l’amour qu’illustre Vénus, ou plutôt il doit combiner ces trois vertus, incarnées par trois femmes qu’il rencontrera au cours de son périple, pour devenir un prince parfait11. De même le rappel de la ruse imaginée par Didon pour fonder Carthage souligne implicitement l’importance de l’intelligence dans l’exercice du pouvoir. Ce qui est apprécié ici dans les récits rapportés par les scolies, ce n’est pas tant leur fonction strictement informative que leur capacité à être interprétées dans un sens moral voire politique, suivant une pratique d’ailleurs très courante dans l’enseignement médiéval12. Car cette capacité, même si elle reste latente, leur permet de jouer un rôle structurant.

  • 13 C. Baswell, op. cit., p. 66 et S. Messerli, op. cit., p. 55, 64 et 107-112.
  • 14 Servius 1961a, t. I, p. 129 (ad. Aen. I, 382) : matre dea monstrante viamVarro in secundo diuinaru (...)
  • 15 Eneas, t. I, v. 99-121 et Vulgate, Genèse, 3, 1-6. Le mot « pome » est répété quatre fois dans l’E (...)
  • 16 R. J. Cormier 2001, p. 147 : « pagan equivalent of the Adam and Eve story ».

7Par ailleurs, on peut supposer que ce rôle avait plus de chances d’être perçu par le lecteur ou l’auditeur médiéval si des analogies s’établissaient entre le fait rapporté par la glose antique et l’univers culturel chrétien. En étudiant les gloses d’origine servienne attribuées à Anselme de Laon, Christopher Baswell a noté des exemples de mise en relation des deux chronologies, antique et biblique, et dans les gloses des manuscrits de la Thébaïde Sylviane Messerli a relevé d’étonnants exemples de syncrétisme13. De même il semble bien que certaines scolies de Servius aient été retenues par l’auteur de l’Eneas en raison de leur consonance chrétienne : c’est sans doute le cas de l’étoile de Vénus, où l’on peut d’autant mieux percevoir un écho de l’étoile qui guide les rois mages que le même mot latin, stella, fidèlement traduit par le roman « estoyle », se trouve à la fois chez Servius et dans la Vulgate14. C’est peut-être aussi le cas du jugement de Pâris, au centre duquel se trouve une pomme d’or susceptible d’évoquer le fruit défendu de la Genèse, même si là on a affaire à des mots différents, malum chez Servius, pomum dans la glose, traduit par « pome » dans le roman, et fructum dans la Vulgate15. C’est ce que suggère du moins Raymond Cormier lorsqu’il présente ce jugement comme « l’équivalent païen de l’histoire d’Adam et d’Eve16 ».

  • 17 Servius 1961a, t. II, p. 1 : Totus quidem Vergilius scientia plenus est, in qua hic liber possidet (...)
  • 18 Comme l’a montré entre autres P. Courcelle 1984, p. 419-511.
  • 19 Servius 1961a, t. II, p. 84 (ad. Aen. VI, 603) : « Pourquoi ris-tu ? C’est de toi, si l’on change l (...)
  • 20 Voir là-dessus F. Mora-Lebrun 1994, p. 175 et p. 111-116. Sur l’opinion de saint Augustin, voir P. (...)

8Cette tendance au syncrétisme pagano-chrétien peut expliquer que l’utilisation des gloses d’origine servienne ait été particulièrement dense dans l’adaptation du livre VI, le livre où Servius lui-même voit le point culminant de la science virgilienne17 et qui a nourri l’imaginaire chrétien de l’au-delà18. Ces gloses sont de plusieurs sortes. Celles qui portent sur la puanteur des Enfers ou sur l’association, dans les tourments des damnés, de la douleur et de la crainte ont fourni à l’auteur de l’Eneas des informations concrètes sur ce qui attendait les âmes après la mort. Celles qui ajoutent Tantale à la liste des damnés ou qui insistent sur la présence d’hommes vertueux dans les Champs Elysées ont stimulé sa réflexion en introduisant une dimension morale ; dans sa scolie sur Tantale, Servius précise en effet que ce personnage auaritia significatur et se réfère ensuite à la satire en citant Horace : Quid rides ? mutato nomine de te fabula narratur19. Enfin celles qui portent sur le Léthé l’ont encouragé à se risquer dans le domaine des spéculations philosophiques, notamment à l’occasion du discours d’Anchise à Énée, et même à professer une théorie de la métempsycose qui semble avoir séduit un certain nombre de clercs chrétiens au xiie siècle, malgré la nette condamnation de saint Augustin dans la Cité de Dieu20. Dans un contexte d’ouverture à la pensée platonicienne entretenu notamment par certains des professeurs de l’école de Chartres, Servius se hausse presque ici au niveau d’un maître à penser.

  • 21 Eneas 1915-1919, t. I, v. 1991 : « oublier le malheur de Troie ».
  • 22 Voir supra la note 14.
  • 23 Eneas 1925-1929, t. I, v. 811, Énéide, I, 749 et Servius 1961a, t. I, p. 194 (ad. Aen. I, 688 : fa (...)

9Si curieux et ouvert qu’ait été son esprit, l’auteur de l’Eneas n’a cependant rien d’un théologien. Son domaine privilégié est celui de l’invention poétique. L’intérêt qu’il a porté au Léthé s’explique aussi par le fait que la thématique de l’oubli est au cœur de sa narration : pour pouvoir jouer son rôle de héros fondateur, Eneas doit au préalable « oblïe[r] le duel de Troie », comme le souligne le texte roman au sortir des Enfers21. La dernière fonction des scolies serviennes a donc été de stimuler sa créativité au cours du processus d’adaptation, de « mise en roman ». Dans les passages de l’Énéide qu’il a retenus voire développés, il s’est souvent livré à un travail précis et délicat en combinant habilement le texte poétique et sa glose. Ainsi, lorsqu’il transpose le vers matre dea monstrante uiam (« ma mère la déesse m’indiquant la route ») en « une estoyle virent levee / qui la voie lor a mostree », les mots « voie » et « mostree », qui calquent monstrante et uiam, viennent visiblement de Virgile, mais le mot « estoyle » vient, comme nous l’avons dit, de Servius (Veneris eum per diem cotidie stellam uidisse), couplé avec un souvenir latent de la Vulgate qui permet de christianiser discrètement le texte païen22. Et lorsqu’il écrit à propos de Didon « mortal poison la dame boit » (« elle boit un breuvage mortel »), il traduit sans doute l’hémistiche longumque bibebat amorem (« elle buvait un long amour ») qui se trouve à la fin du livre I de l’Énéide, mais en le combinant à un hémistiche antérieur, le fallasque ueneno de Vénus à l’Amour (« égare-la de ton venin »), à partir d’une suggestion de Servius qui à deux reprises associe les deux vers en jouant sur une de ces étymologies signifiantes très appréciées des médiévaux : uenenum dictum ab eo quod per uenas eat, ideo post ait « longumque bibebat amorem »23. Maître non plus à penser mais à écrire, Servius a sans doute stimulé ici l’invention stylistique.

10Les gloses d’origine servienne semblent donc avoir joué un rôle multiple et relativement important dans le processus de « mise en roman ». On peut toutefois se poser deux questions. Ces gloses ont-elles été exclusives d’autres gloses, d’une part, et d’autre part ont-elles été identifiées comme telles ? En d’autres termes, l’auteur de l’Eneas a-t-il eu conscience de se référer à un unique commentaire placé sous le nom de Servius ? Vu ce que nous pouvons savoir ou deviner de ses conditions de travail, il est fortement permis d’en douter. Ce qui limite la portée de la conclusion que je viens de poser, mais permet aussi de résoudre certaines difficultés.

  • 24 A. Petit 1986. On peut consulter le Premier Mythographe du Vatican dans l’édition-traduction de N. (...)
  • 25 Eneas 1915-1919, t. I, v. 108-109. On peut voir la reproduction de la glose d’un des manuscrits du (...)
  • 26 Premier Mythographe, III, 5. Notons après R. J. Cormier que Servius 1961a signale en note (t. I, p (...)
  • 27 Voir A. Petit, op. cit., p. 65.
  • 28 Le premier nous est parvenu dans un seul manuscrit, le deuxième dans quatorze manuscrits, mais quat (...)

11Comme je l’ai déjà dit brièvement à propos du jugement de Pâris, les scolies de Servius sont parfois trop allusives pour que l’adaptateur roman ait pu s’en contenter. D’autres textes-sources ont donc été proposés, notamment, en ce qui concerne le jugement de Pâris et plus généralement l’ensemble des fabulae, ces recueils qu’on appelle les Mythographes du Vatican. Aimé Petit a ainsi pu mettre en évidence une très grande proximité entre le récit du jugement tel qu’il figure dansl’Éneas et l’une des notices du Premier ou du Deuxième Mythographe du Vatican, une notice qui porte comme titre De nuptiis Pelei et Thetidis (« les noces de Pélée et de Thétis ») mais qui rapporte le jugement de Pâris24. Ses conclusions ont été en partie corroborées par les travaux de Barbara Nolan puis de Raymond Cormier, menés sur une petite vingtaine de manuscrits de l’Énéide conservés au Vatican, puisque les gloses marginales qu’ils ont analysées laissent apparaître une ressemblance assez nette avec la notice des deux mythographes. On y trouve notamment l’inscription pulcerrime dee donum, absente du commentaire de Servius, mais présente dans les deux recueils, et que l’auteur de l’Eneas a fidèlement traduite par ces vers : « Qu’a la plus bele d’eles trois / faisoit de la pome lo don25. » Gloses et notice ne sont toutefois pas identiques, et ce sont les gloses qui semblent les plus proches du texte roman. On y trouve par exemple le mot pomum, traduit par « pome » dans l’Eneas, alors que la notice du Premier Mythographe utilise comme Servius le mot malum26. Il est vrai que le Deuxième Mythographe, lui, emploie le mot pomum27. Mais dans les deux recueils le jugement de Pâris est intégré au récit des noces de Pélée et de Thétis, ce qui n’est pas le cas dans la « mise en roman ». Il n’est donc pas certain que l’auteur de l’Eneas ait eu directement accès aux recueils des mythographes, qui semblent d’ailleurs avoir été assez peu diffusés28. La glose marginale a dû être première, brassant et combinant des textes d’origine diverse, les autorisant grâce à la place qu’ils occupaient dans l’espace du manuscrit, mais leur faisant perdre aussi leur identité.

  • 29 P. Logie, op. cit., p. 59-60 et Eneas 1925-1929, t. II, v. 9441-9442. J. Perret traduit ainsi le ve (...)
  • 30 Énéide, VI, 406 et Servius 1961a, t. II, p. 63.
  • 31 Eneas 1925-1929, t. I, v. 2547-2548 : « Eneas tira le petit rameau qu’il avait sous son manteau. »
  • 32 Énéide, VI, 635-636 : Occupat Aeneas aditum [...] ramumque aduerso in limine figit (« Énée avance (...)
  • 33 J. Perret traduit ainsi le v. 406 par « elle découvre le rameau qu’elle cachait sous sa robe », « e (...)
  • 34 Voir R. J. Cormier 1989, p. 281-282 (« Golden Bough gloss »), R. J. Cormier 1988 et R. J. Cormier 2 (...)

12Lorsque le texte de Virgile est ambigu et que Servius reste muet, d’autres autorités viennent en effet le relayer. Philippe Logié a ainsi pu montrer que les Interpretationes de Tiberius Donat avaient été utilisées pour interpréter dans un sens concret la locution referens diuos qui, lors du dernier combat, décrit l’attitude du roi Latinus « emportant ses dieux » loin du champ de bataille : « si s’an comança a foïr / antre ses braz portot ses deus », écrit le clerc médiéval, se séparant des traducteurs modernes qui préfèrent donner au verbe un sens abstrait29. On peut bien sûr penser que l’auteur de l’Eneas travaillait en utilisant alternativement deux commentaires, mais il est plus économique et surtout moins anachronique de supposer qu’il avait trouvé cette information dans une glose marginale du ou des manuscrit(s) qu’il avait sous la main. Une des découvertes de Raymond Cormier va d’ailleurs en ce sens, toujours à propos d’un passage ambigu du texte virgilien. Lorsqu’Énée et la Sibylle se présentent devant Charon, ils ne peuvent obtenir de traverser le fleuve qu’en montrant le rameau d’or. Or le syntagme aperit ramum reste ambigu, car le sujet n’est pas explicitement précisé, et Servius se borne à noter qu’aperit signifie nudat30. Dans de nombreux manuscrits, en utilisant les blancs laissés entre les vers, des mains de copistes anonymes ont donc suppléé au manque en écrivant tantôt Eneas nudat, tantôt ostendit Sibilla. L’auteur de l’Eneas fait un choix très clair : « Eneas trait le ramoissel / que il avoit soz son mantel31. » Il traduit ainsi très précisément le v. 406 de l’Énéide : aperit ramum qui ueste latebat, et son choix n’a rien d’illogique puisque la suite du récit, notamment le v. 636, semble montrer que c’est bien Énée qui tient le rameau d’or32. L’hésitation était néanmoins permise, comme le prouvent les choix divergents des traducteurs modernes33. On peut ainsi supposer que la glose marginale du manuscrit qu’il utilisait lui a servi de guide. Cette glose anonyme a donc été pourvue d’une autorité égale à celle des grands commentateurs34.

  • 35 Voir Servius 1961a, t. II, p. 96-98 et Premier Mythographe, II, 99 : Fabula Aeneae et Lethaei fluui (...)
  • 36 P. Logie, op. cit., p. 200.
  • 37 Servius 1961a, t. I, p. 320 (ad. Aen. II, 693) : intonvit laevvm sinistrum, prosperum, quia caelest (...)
  • 38 Voir Eneas 1925-1929, t. I, v. 78-80 (« puis ont gardé devers senestre : / une estoyle virent levee (...)
  • 39 Voir la conclusion nuancée d’A. Petit, op. cit., p. 30-31.

13Cette priorité de la glose permet de résoudre le problème des textes-sources multiples. Ainsi il serait vain de se demander si les trois grandes scolies de Servius sur le Léthé (aux v. 703, 705 et 714 du livre VI) ont été lues directement dans son commentaire ou dans le Premier Mythographe du Vatican, qui dans une de ses notices les recopie fidèlement35. Elles ont dû être reproduites dans des marges où il était commode de les consulter. L’inconvénient est que les scolies de Servius ne sont plus alors qu’un fragment d’un savoir universel, celui d’une auctoritas anonyme et indifférenciée. Et lorsque le contact avec les manuscrits glosés s’amenuise ou se rompt, sa trace tend ainsi à s’effacer elle aussi. On le voit bien en comparant les différentes versions des manuscrits de l’Eneas. Jusqu’alors nous n’avons envisagé que celle du manuscrit A, le plus ancien, de peu postérieur à la rédaction du roman, assez fidèlement reproduit dans l’édition de Salverda de Grave. Mais un manuscrit plus tardif comme le manuscrit D (le BnF fr 60) qu’on date du xive siècle, édité et traduit récemment par Aimé Petit, laisse apparaître des remaniements significatifs. Il supprime ainsi le jugement de Pâris, comme pour éliminer une glose absente du texte virgilien. Et dans le détail de son texte certaines modifications font sens. Ainsi le manuscrit A fait apparaître l’étoile de Vénus « devers senestre ». Philippe Logié a montré que cette indication figurait dans l’Énéide à la fin du livre II, aux v. 692-694, qui décrivent un prodige en forme d’étoile envoyé à Anchise par Jupiter pour le convaincre de quitter Troie : accompagnant cette étoile (stella), « un tonnerre retentit à gauche » (intonuit laeuum)36. On peut compléter son analyse en montrant que là encore une scolie de Servius a dû être mise à contribution. Servius glose en effet cet hémistische d’abord en remplaçant laeuum par sinistrum, ensuite en expliquant sur la base d’une étymologie signifiante que cet adjectif est synonyme d’» heureux » (prosperum) puisque c’est un signe d’origine céleste qui nous permet d’agir en nous indiquant ce qu’il convient de faire37. De cette glose, l’auteur de l’Eneas a dû tirer profit, d’où la leçon conservée dans le manuscrit A et dans presque tous les autres manuscrits. Mais le copiste du manuscrit D, tardif, indépendant et apparemment ignorant de la glose, a cru bon de modifier le vers selon ses propres critères en écrivant que l’étoile se levait « de devers destre », c’est-à-dire « vers la droite » et non plus vers la gauche38. Cette rectification amène à s’interroger sur la « coloration humaniste » qu’on attribue en général à ce manuscrit39 ainsi que sur l’évolution du rapport aux commentaires et aux manuscrits glosés, au fur et à mesure qu’on progresse vers la fin du Moyen Age.

14On peut donc dire en conclusion que si l’utilisation du commentaire de Servius par l’auteur de l’Eneas est maintenant avérée, les conditions précises de cette utilisation doivent encore être définies de manière plus fine en se gardant soigneusement de tout anachronisme. Cela suppose une poursuite de l’examen des deux traditions manuscrites, celle des manuscrits glosés de l’Énéide et celle des manuscrits de l’Eneas, ce qui représente bien sûr un énorme travail.

Notes

1 P. Zumthor 1987, p. 301. Sur les romans d’antiquité, je me permets de renvoyer à mon essai de synthèse, F. Mora-Lebrun 2008.

2 Benoit de Sainte-Maure, Le Roman de Troie, v. 142-144 : « ne di mie qu’aucun buen dit / n’i mete, se faire le sai, / mais la matire en ensirrai ». Le « dit », c’est la digression, comme semble l’attester ce passage du Documentum de Geoffroy de Vinsauf, écrit vers 1210 : digressio ampliat et decorat materiam (II, 17).

3 S. Messerli 2002.

4 B. Nolan 1978 ; voir aussi une reprise plus détaillée de cette note dans B. Nolan 1980.

5 Servius 1961a, t. I, p. 22-23 (ad. Aen. I, 27) : « c’est la fable bien connue de la pomme d’or, lorsque Pâris rendit un jugement en faveur de la beauté de Vénus contre Minerve et Junon ».

6 R. J. Cormier 1989. Voir aussi R. J. Cormier 1990 et 1991.

7 F. Mora 1985.

8 P. Logie 1999, p. 200.

9 C. Baswell 1995, p. 41-68 et p. 173-184.

10 Ibid., p. 49 : « If medieval Virgilianism is centrally Servian, it is also centrally pedagogical. »

11 Sur la valeur structurale du jugement de Pâris dans l’Eneas, voir J. C. Huchet 1984 et M. Rousse 1985.

12 Voir D. Poirion 1976.

13 C. Baswell, op. cit., p. 66 et S. Messerli, op. cit., p. 55, 64 et 107-112.

14 Servius 1961a, t. I, p. 129 (ad. Aen. I, 382) : matre dea monstrante viamVarro in secundo diuinarum dicit ex quo de Troia est egressus Aeneas, Veneris eum per diem cotidie stellam uidisse, donec ad agrum Laurentem ueniret, in quo eam non uidit ulterius. Cf. Vulgate, Évangile de Matthieu, 2, 9 : ecce stella quam uiderant in oriente antecedebat eos usque dum ueniens staret supra ubi erat puer et Eneas 1925-1929, t. I, v. 79-80 : « une estoyle virent levee / qui la voie lor a mostree ».

15 Eneas, t. I, v. 99-121 et Vulgate, Genèse, 3, 1-6. Le mot « pome » est répété quatre fois dans l’Eneas, aux v. 105, 109, 113 et 118 : la volonté d’insister sur lui est donc assez manifeste.

16 R. J. Cormier 2001, p. 147 : « pagan equivalent of the Adam and Eve story ».

17 Servius 1961a, t. II, p. 1 : Totus quidem Vergilius scientia plenus est, in qua hic liber possidet principatum.

18 Comme l’a montré entre autres P. Courcelle 1984, p. 419-511.

19 Servius 1961a, t. II, p. 84 (ad. Aen. VI, 603) : « Pourquoi ris-tu ? C’est de toi, si l’on change les noms, que parle la fable. »

20 Voir là-dessus F. Mora-Lebrun 1994, p. 175 et p. 111-116. Sur l’opinion de saint Augustin, voir P. Courcelle, op. cit., p. 490-491.

21 Eneas 1915-1919, t. I, v. 1991 : « oublier le malheur de Troie ».

22 Voir supra la note 14.

23 Eneas 1925-1929, t. I, v. 811, Énéide, I, 749 et Servius 1961a, t. I, p. 194 (ad. Aen. I, 688 : fallasque veneno) : « il parle de venin parce que [l’amour] court dans les veines, et c’est pourquoi il dit ensuite qu’« elle buvait un long amour » ». Voir aussi la glose servienne à Énéide, IV, 2 et F. Mora-Lebrun 1985, p. 86-87.

24 A. Petit 1986. On peut consulter le Premier Mythographe du Vatican dans l’édition-traduction de N. Zorzetti et J. Berlioz 1995. Quand au Deuxième Mythographe du Vatican, il est accessible dans l’édition de P. Kulcsar 1981 et dans la traduction de P. Dain 1000.

25 Eneas 1915-1919, t. I, v. 108-109. On peut voir la reproduction de la glose d’un des manuscrits du Vatican (le Reg. lat. 1611, étudié aussi par Barbara Nolan) à la fin de l’article de R. J. Cormier 1001, p. 158.

26 Premier Mythographe, III, 5. Notons après R. J. Cormier que Servius 1961a signale en note (t. I, p. 11-13) une version longue du commentaire, transmise par un manuscrit (le ms P, BnF 1150), qui relate le jugement de manière assez détaillée en donnant notamment le texte de l’inscription : donum deae pulcherrimae ; la pomme y est néanmoins toujours désignée par le mot malum.

27 Voir A. Petit, op. cit., p. 65.

28 Le premier nous est parvenu dans un seul manuscrit, le deuxième dans quatorze manuscrits, mais quatre seulement sont antérieurs à 1100 (les autres sont du xve siècle).

29 P. Logie, op. cit., p. 59-60 et Eneas 1925-1929, t. II, v. 9441-9442. J. Perret traduit ainsi le vers pulsatos referens infecto foedere diuos par « attestant devant tous que ce mépris d’un pacte a insulté aux dieux » (XII, 285-286, Les Belles-Lettres, 1978).

30 Énéide, VI, 406 et Servius 1961a, t. II, p. 63.

31 Eneas 1925-1929, t. I, v. 2547-2548 : « Eneas tira le petit rameau qu’il avait sous son manteau. »

32 Énéide, VI, 635-636 : Occupat Aeneas aditum [...] ramumque aduerso in limine figit (« Énée avance dans l’allée [...] et devant lui, sur l’entrée, fixe le rameau »).

33 J. Perret traduit ainsi le v. 406 par « elle découvre le rameau qu’elle cachait sous sa robe », « elle » renvoyant bien sûr à la Sibylle.

34 Voir R. J. Cormier 1989, p. 281-282 (« Golden Bough gloss »), R. J. Cormier 1988 et R. J. Cormier 2005.

35 Voir Servius 1961a, t. II, p. 96-98 et Premier Mythographe, II, 99 : Fabula Aeneae et Lethaei fluuii.

36 P. Logie, op. cit., p. 200.

37 Servius 1961a, t. I, p. 320 (ad. Aen. II, 693) : intonvit laevvm sinistrum, prosperum, quia caeleste est [...]. « Sinistrum » autem a sinendo dictum, quantum ad auguria pertinet, quod nos agere aliquid sinat.

38 Voir Eneas 1925-1929, t. I, v. 78-80 (« puis ont gardé devers senestre : / une estoyle virent levee / qui la voie lor a mostree ») et Le Roman d’Eneas 1997, v. 62-64 : « puis ont gardé de devers destre : / une estoile virent levee / qui la voie lor a moustree » (de manière un peu surprenante, A. Petit traduit : « vers la gauche »).

39 Voir la conclusion nuancée d’A. Petit, op. cit., p. 30-31.

Auteur

ESR Moyen Âge Temps Modernes – Université de Versailles-Saint-Quentin-les-Yvelines

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540