Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Servius au Moyen Âge

Un fragment peu connu de l’Énéide de Virgile avec le commentaire de Servius (fin du Xe-premier tiers du XIe siècle)

Vladimir I. Mazhuga

Texte intégral

  • 1 I. Cholodniak, « πeτepδyprcκhh otpmbok herobecraon pyronncn cepbna – Fragment d’un manuscrit inconn (...)
  • 2 G. Thilo(éd.), Seruii Grammatici qui feruntur in Vergilii Carmina Commentarii, vol. I, Lipsiae 1881 (...)

1Les Archives de l’Institut d’Histoire à Saint-Pétersbourg (Académie des sciences de Russie) possèdent deux fragments peu connus des commentaires de Servius sur Virgile. Le fragment qui a la cote « Kart. 620, nr. 2 » contient le texte continu d’une partie du commentaire sur les livres III et IV des Géorgiques et la partie du commentaire primitif sur le premier livre de l’Énéide. Le fragment date du commencement du xie siècle ; au xiiie siècle, le texte de Virgile a été transcrit sur les marges des pages. Le fragment n’est qu’un bifolium qui formait jadis les fol. 1 et 4 d’un quaternion. Déplié maintenant, il mesure 320 x 440 mm. Chaque page contient 41 lignes. Nous nous dispensons pour le moment de son étude approfondie, car il a été jadis décrit d’une manière détaillée par l’éminent philologue russe Ivan I. Cholodniak, qui a remarqué une certaine parenté du texte qu’il contient avec celui du Codex Monacensis 63941. Cholodniak a en outre signalé toutes les lectures particulières, en collationnant le commentaire du fragment avec l’édition de Georg Thilo2.

  • 3 V. Mazhuga, « Fragment inconnu de l’Énéide de Virgile avec le commentaire de Servius », dans Auxili (...)

2Un autre fragment de la même époque a été découvert récemment par l’auteur de ces lignes, mais, écrit en russe, l’article sur ce fragment reste peu accessible au public occidental3. Nous allons répéter ici quelques observations sur ce deuxième fragment.

3Il s’agit de deux feuilles de parchemin, contenant une partie du Ve livre de l’Énéide : vv. 293-315 (Pl. I) ; 322-345 ; 466-494 ; 496-524. Le fragment se trouve dans la Section de l’Europe de l’Ouest des Archives : Dépot 47, Karton 621, nr. 9-10. L’artisan de la reliure dont elles sont tirées a coupé les feuilles de trois côtés, de sorte que les dimensions originelles se trouvent réduites environ à huit dixièmes. Les dimensions actuelles sont 209-216 / 147-144 mm. Chaque page comptait à l’origine 30 vers.

  • 4 H. Hauke, Katalog der lateinischen Fragmente der Bayerischen Staatsbibliothek, Bd. I, Wiesbaden, 19 (...)

4Sept autres feuilles du même manuscrit se trouvent dans le Département des manuscrits de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich sous la cote Clm 29 216, 11, deux feuilles provenant de la collection de Iohann A. Schmeller (1785-1852) et le reste tiré des reliures de trois anciens manuscrits de l’abbaye de Saint-Emmeram à Ratisbonne : 14135, 14496, 146544 Les deux premières feuilles de la collection de Munich comblent parfaitement la lacune dans le texte virgilien conservé par deux feuilles de Saint-Pétersbourg : V, 346-465 (cf. Clm 29 216, 11, f. 1-2v : Aen. V, 346405 ; 408-456). Il est toutefois peu vraisemblable que les quatre feuilles proviennent de la même reliure.

  • 5 A. Chroust 1902-1904, Ser. I, III, pl. 5a.

5Les huit feuilles conservées attestent qu’une partie considérable du texte de l’Énéide (V, 293-VII, 817) a été écrite par une seule main. Une écriture pareille est à signaler dans le Tropaire de l’abbaye de Saint-Emmeram de Ratisbonne, écrit en 1024-1027 : « Munchen, Bayer. Staatsbibl., Clm 14322 », f. 45-76v5. L’écriture des fragments est toutefois moins serrée, ce qu’on observe surtout à la forme de q ; la ligature et est distinguée dans les fragments par une tête de e surpassant la ligne et surtout par le trait oblong allongé à la fin de la ligature, tandis que, dans le tropaire, ladite ligature a des proportions tout à fait rétrécies.

  • 6 Cf. B. Munk Olsen, op. cit., l. c.
  • 7 Cf. H. Hoffmann, op. cit., 1. C.

6On ne peut donc exclure que le manuscrit dont sont distraits les fragments en question ait été écrit à Ratisbonne où plus tard il a été disjoint et coupé pour être inséré par morceaux dans quelques reliures6. Certains traits contredisent toutefois cette localisation. On ne trouve pas en outre de raisons paléographiques suffisantes pour être en accord avec le jugement de Hartmut Hoffmann qui attribue la création du manuscrit aux scribes de l’abbaye de Tegernsee dans les Alpes Bavaroises7.

  • 8 Cf. A. Chroust, op. cit., XV, pl. 5.

7La seule chose qu’on puisse affirmer de manière plus ou moins sûre, c’est que le manuscrit provient du Sud de l’Allemagne. Les traits horizontaux vigoureux par lesquels se terminent les derniers éléments de m et n, la lettre i et la haste de q en témoignent suffisamment. On peut tenir compte aussi de la conjonction -que en forme d’un q avec la virgule. Le deuxième élément de m contrastant souvent avec le troisième élément par un tracé léger et une inclinaison à droite prononcée fait penser à une forte influence des traditions graphiques des grandes abbayes alémaniques8. Le deuxième scribe des fragments, de qui nous est restée une partie du livre VIII de l’Énéide (Clm 29 216, 11, f. 7iv : v. 366-394 ; 396-424), a été formé apparemment dans le même « scriptorium » que son prédécesseur. La forme de la ligature st, qu’il emploie volontiers, rappelle beaucoup la ligature caractéristique des scribes de Saint Gall : on observe le faible espace entre les hastes de deux lettres, tandis que le trait horizontal part immédiatement de la haste de s.

8Le texte de Virgile a été écrit au centre de la page, de larges marges étant réservées au commentaire. Aux feuilles nouvellement trouvées à Saint-Pétersbourg et au f. 3 de la collection de Munich, qui présente la continuation du livre V de l’Énéide (v. 736-765), le commentaire est écrit par une et même main exercée dans l’écriture dite usuelle ou celle de gloses. (Malheureusement sur les deux feuilles précédentes, qui comblent la lacune dans le fragment de Saint-Pétersbourg, le commentaire est très endommagé). Le texte du commentaire de Servius, qui est en question, peut être attribué à sa première version, autrefois qualifiée d’une manière bizarre de « textus vulgatus ». Un nombre des leçons du texte publié ci-après (cf. ad Aen. V, 296, l. 6 ; V, 343, l. 3 ; V, 522, l. 4) permettent de le rapprocher des manuscrits de la « Burgerbibliothek » de Berne nr. 172 et nr. 167. Signalons aussi le cas de la concordance avec la plus ancienne copie du commentaire dans le cod. Caroliruhensis : Landesbibl. Aug. CXVI (cf. ad Aen. V, 296, l. 6).

Seruii in Aeneida commentarii fragmenta Petropolitana9

  • 9 Le texte du fragment est collationné avec le texte et les notices de A. F. Stocker – A. H. Travis : (...)

9(sinistra parte commentaria reddita quae in sinistra paginae margine inscripta sunt, dextra parte uiceuersa)

10Fol. 1 (Aen. V, 293-315 ; vv. 287-292 truncati)

V, 299, TEGEAEAE :
<Si deriuatiuum f>uerit, de <non sequitur ; si Tegeae> legerimus, <non stat uersus ni>si addita de 5 <syllaba. deri> uatiuum aut(em) <ille indicat l>ocus « tum ( !) <lateri atque u> meris Tege- <aeum subligat e>nse(m) » et Te- <geum oppidum est> Archadiae

V, 296, AMORE PIO PVERI :
Aut genetiuu(m) ( !) e(st), et<dicit eum>
ob hoc uenisse, ne a<micum re->
linqueret, aut dist<inguendum>
5 per se, et est nom(inatiuus) plur<alis, ut pueri>
n(on) <re>feramus* ad aetatem, s<ed ad agonale>
studium in quo sunt p<uerorum et>
uirorum separata <certamina>.
Nam « andres kai p<aides » dicuntur, licet>
10 non sint unius aeta<tis ΠΛΙΔΞ> Σ ΛΝΔΡΕΣ

*feramus in codd. Caroliruhensi Landesbibl. Aug. CXVI (s. VIII ex. uel IX in.) et Metensi Bibl. mun. 392 (s. IX), sic correctum ac in cod. Bernensi Burgerbibl. 167 (s. IX)

11Fol. 1v (Aen. V, 322-345 ; vv. 316-321 truncati)

V, 343, LACRIMAEQVE DECORAE :
<Ipse etiam fletus h>abebat aliq(ui)d
<uenustatis, ortus aut a> gaudio* p(ro)pt(er)
<uictoriam inopinatam>, aut certe
5 <ad miserationem> mouendam c(on)tra
<eum qui se adserebat esse> uictorem

*omissum :
ut Terentius « o lacrimo gaudio », quod et congruitpuero,
o et gaudio omissa ac in codd. Bernens.
Burgerbibl. 172 et 167 (s. IX / X)

12Fol. 2 (Aen. V, 466-494, v. 495 truncatus)

V, 487, MALVM
<malus arbor n>auis
…………………………….....
………………………………..
5 ……………………*mitate
<uel quia quasi quibusdam malis li> gneiss
<cingitur, quorum u>olubili-
<tate uela facili>us ele-
<uantur>
*truncatum uel extinctum : generis est masculini ; Horatius « nec malus celeri saucius Africo ». Et dictus est malus uel quia habet instar mali in sum-

V, 493, QVEM MODO… VICTOR :
Nam, ut sup(ra) dixim(us), uicto<r fuit duorum>
urbanus u(er)o dic(it) mod<o« propemodum »>,
« pene » ; na(m) secundu(s) fu<it. Alii uic>
5 tor « uoti co(m)pos » uo<lunt, ut « rapidusque
rotis insistere uict<or ». Optauerat>
eni(m) n(on) rediret ext<remus, ut « hoc uinci->
te, ciues ».

V, 495-496, CLARISSIME FRATER / PANDARE :
Notissime, qui fuit <Lycaonis filius. Pan->
Darus au(tem) se(cun)dum Ho<merum Mineruae persua->
5 sione singulare Me<nelai et Paridis> certam(en), cum in eo esset*
* truncatum : ut Paris uinceretur, iactu teli diremit, quo Menelaum uulnerauit.

13Fol. 2v (Aen. V, 496-524)

V, 498, SUVBSEDIT ACESTES :
<hoc est » remansit »> – nec eni(m) proferebatur
<sors quae rem>anserat sola – aut cer-
<te « delituit », unde et> subsessores uocant(ur)
5 <qui occisuri al> ique(m) delitescunt ;
<de quo uerbo ple> nius dicturi sumus
<illo uersu « de> uicta Asia subsedit
<adulter »>.

V, 505, EXTERRITA PENNIS :
Timorem <suum pennis significans>.
Singula <enim animalia habent>
Signa <quibus indicant suum timo->
5 rem, un<de ipse de lupo « caudamque>
remulc<ens subiecit pauitantem>
utero », <item de Caco « turbatumque>
oculis » ; <hominum enim timorem>
primi <indicant oculi>.

V, 522, OBICITVR :
<superius de h>ac particula* s(e)c(un)d(u)m
<Jubam artigraph>u(m) tractauim(us). s(ed) d(icu)nt
<alii istas mon>osillabarum rationes**
5 <uel produci uel corr>ipi. Sane sciendum na-
<turae esse ut bre> ues sint euphonie
<uel Iubae ration>e in c(om)positione produ-
<cuntur, si tamen I sequat>(ur), q(uae) licet n(on)
sit consonans,
<potest tamen ind>eclinabile*** pro consonante
<haberi>.
* Ed. Harvard. : his particulis
** rationes ac in codd. Bernens. Burgerbibl. 172 et 167 (s. IX / X)
***Ed. Harvard. : in declinatione

V, 527, CEV SAePE REFIXA :
<poetice dixit secund>(u)m publica(m) opinione(m)
<nam ut Lucretius> dic(it) uentus altiora
<petens aet>h(er)iu(m) torquet igne(m) secu(m)*
<qui tractus imitatur> stellas cadentes.
*Ed. Harvard. : ignem secum torquet

Notes

1 I. Cholodniak, « πeτepδyprcκhh otpmbok herobecraon pyronncn cepbna – Fragment d’un manuscrit inconnu de Servius à Saint-Pétersbourg », repMec, Saint-Pétersbourg 1910, 11-12, p. 311-312.

2 G. Thilo(éd.), Seruii Grammatici qui feruntur in Vergilii Carmina Commentarii, vol. I, Lipsiae 1881, p. 20-30 ; vol. III, pars 1, Lipsiae 1887, p. 317-325.

3 V. Mazhuga, « Fragment inconnu de l’Énéide de Virgile avec le commentaire de Servius », dans Auxiliary Historical Disciplines XXVIII, Saint-Pétersbourg 2002, p. 30-46.

4 H. Hauke, Katalog der lateinischen Fragmente der Bayerischen Staatsbibliothek, Bd. I, Wiesbaden, 1994, p. 32. Cf. E. Steinmeyer-E. Sievers, 1898, Nr. 472. p. 583 ; B. Munk Olsen 1985, II, p. 744-745 ; H. Hoffmann 1986, p. 434-435.

5 A. Chroust 1902-1904, Ser. I, III, pl. 5a.

6 Cf. B. Munk Olsen, op. cit., l. c.

7 Cf. H. Hoffmann, op. cit., 1. C.

8 Cf. A. Chroust, op. cit., XV, pl. 5.

9 Le texte du fragment est collationné avec le texte et les notices de A. F. Stocker – A. H. Travis : Seruianorum in Vergilii Carmina Commentariorum editionis Haruardianae vol. III, Oxonii 1965.

Auteur

Saint-Pétersbourg

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540