Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Servius au Moyen Âge

L’utilisation critique de Servius dans les gloses hiberno-latines à Orose du manuscrit Vatican, BAV, Reginensis latinus 1650 (IXe s.)

Olivier Szerwiniack

Texte intégral

  • 1 Voir C. H. Beeson 1932, B. 0 Cuiv 1981, F. Radle 1982, L. Holtz 1985, P.-Y. Lambert 1986, enfin R. (...)

1Plusieurs articles ont souligné que durant le haut Moyen Âge les lettrés irlandais se sont particulièrement intéressés à Virgile et ses commentateurs, Servius et Philargyrius en particulier : mentionnons entre autres les articles de Charles Beeson, Brian Ó Cuiv, Fidel Radle, Louis Holtz, Pierre-Yves Lambert et Rijcklof Hofman1.

  • 2 J. J. Contreni 1984. Compte-rendu par D. Ganz 1985.
  • 3 M. Perrin, 2007.

2Le manuscrit du ixe siècle Laon, Bibliothèque Suzanne Martinet 468 copié sous la direction de Martin l’Irlandais (819-875) illustre bien ce phénomène, puisqu’il contient les Préfaces de Servius aux Bucoliques (f. 2r- 3v), aux Géorgiques (f. 3v-4r) et à l’Énéide de Virgile (f. 4v-5v). Non seulement le nom de Servius est cité à chaque fois dans le titre de l’extrait : Seruius in initio Bocolicorum (f. 2r), Seruius in initio Georgicorum (f. 3v), Seruius in initio Aeneidorum (f. 4v), mais en outre Martin l’Irlandais a ajouté de sa propre main à chaque fois dans la marge : hoc est in Seruio, même si ces mentions sont maintenant partiellement tronquées, comme on peut le voir dans le fac-similé du manuscrit publié par John J. Contreni2. On a donc la preuve formelle que Martin l’Irlandais, alias Martin de Laon, connaissait les préfaces des commentaires de Servius et les utilisait. Avec ce manuscrit, Martin a voulu faire un manuel d’étude de Virgile et pour ce faire, il a réuni plusieurs textes qui éclairent l’œuvre du poète de Mantoue. Parmi ceux-ci les préfaces de Servius occupent une place de choix. Ce manuscrit constitue donc un témoignage particulièrement précieux pour l’histoire de la transmission et de la diffusion de Servius au ixe siècle. Toutefois, pour intéressant qu’il soit, ce manuscrit ne présente aucune difficulté particulière d’interprétation. En effet, hormis quelques variantes orthographiques ou parfois dans l’ordre des mots, les trois préfaces de Servius ont été recopiées intégralement sans modification notable par rapport au texte de l’édition Thilo-Hagen. Pour s’en convaincre, il suffit de se reporter à la transcription intégrale des cinq premiers folios qu’a procurée avec une traduction française Michel Perrin3.

  • 4 P. Lehmann 1959.
  • 5 Lehmann 1959, p. 30.
  • 6 O. Szerwiniack 1992-1993 et 2007.

3En revanche, un autre manuscrit du ixe siècle, Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Reginensis latinus 1650, suscite de nombreuses interrogations sur son utilisation de Servius. Dans un article intitulé « Reste und Spuren antiker Gelehrsamkeit in mittelalterlichen Texten4 », Paul Lehmann attira l’attention sur le recueil de gloses qu’on peut lire dans les dix premiers folios de ce manuscrit. Ces gloses portent sur les deux premiers livres des Histoires contre les païens qu’Orose rédigea initialement à la demande d’Augustin. Le manuscrit est un recueil composite qui contient entre autres, après les dix premiers folios de gloses à Orose, des gloses aux Institutions grammaticales de Priscien et les Saturnales de Macrobe. Il est écrit en « minuscule continentale de Reims » de la deuxième moitié du ixe siècle5 et porte l’ex-libris caractéristique de l’abbaye Saint-Remi de Reims. Volume n° 165 de la bibliothèque rémoise au xiiie siècle ; il passa ensuite dans la bibliothèque de la reine Christine de Suède sous la cote n° 1913 avant d’être légué à la bibliothèque vaticane. Les gloses à Orose ont été rassemblées par un lettré irlandais, comme l’a suggéré Paul Lehmann dans son article. J’ai développé ce point dans l’introduction de leur édition en cours qui a paru dans deux articles6 de la revue Archivum latinitatis medii aevi et dont la fin devrait paraître dans la même revue en 2012. Comme les gloses collectées sont d’origine diverse et souvent insulaire, leur correction linguistique est parfois approximative.

4Pour commenter Orose, le glossateur puise la matière de ses gloses principalement dans les Étymologies d’Isidore, mais la deuxième source après Isidore est l’œuvre de Virgile et ses commentateurs, cités principalement pour les gloses mythologiques.

Servius : une source probable qui n’est pas nommée

5Contrairement à ce qu’on a vu dans le manuscrit Laon 468, Servius n’est jamais nommé par son nom dans le manuscrit du Vatican.

6En I, 2, 58.6, l’expression Virgiliani désigne probablement Servius, même si la coïncidence des termes n’est pas totale (le lemme d’Orose est écrit en petites capitales) :

  • 7 Éd. O. Szerwiniack 1992-1993, p. 63.

I, 2, 58.6 : Ionivmde Ionia prouintia. Vel ut Virgiliani dicunt : Io, filia Inachi regis, in uaccam uersa est7.

Servius 1887, p. 290 (ad Georg. III, 152) : [...] nota autem est fabula, Io, Inachifiliam, a Ioue aduentu Iunonis esse conuersam in uaccam.

7Une autre fois, au folio 9 du manuscrit du Vatican, l’expression in commentario Virgilius dicit recouvre probablement Servius :

II, 5, 3.2 : Vebo Cloliauirgo Romana quae in obsidem Eutruscis tradita est et transmeato fluuio pro ueritate uerbi ad inimicos reuersa est in commentario Virgilius dicit.

8Le lemme est aberrant : uebo Clolia est mis pour uirgo Clœlia. Un commentaire de Virgile est ici explicitement nommé, même si le nom de Servius est remplacé par celui de Virgile : in commentario Virgilius dicit (cf. Virgile 1993, t. II, p. 143, Aen. VIII, 651 : Et fluuium uinclis innaret Clœlia ruptis). La source étant explicite, on s’attendrait à ce qu’elle soit citée mot pour mot. Pourtant, le glossateur ne cite pas textuellement le commentaire de Servius, mais le reformule en le résumant. En effet, si l’on met en parallèle la glose à Orose citée et Servius, ad Aen. VIII, 646, on constate que le glossateur n’a repris verbatim de Servius que l’expression reuersa est :

Servius 1884, p. 292 (ad Aen. VIII, 646) : [...] in tantam autem obsidionis necessitatem populus uenerat, ut etiam obsides daret. Ex quibus Clœlia inuenta occasione transnatauit fluuium et Romam reuersa est, redditaque rursus est, pacis lege eam Porsenna repetente.

9On peut ajouter deux autres tournures proches, mais qui ont été modifiées : in obsidem tradita est / obsides daret et transmeato fluuio / transnatauit fluuium. Pour le reste, le glossateur a reformulé avec ses propres mots ce qu’il trouvait dans le commentaire à Virgile. On notera que la formule pro ueritate uerbi suggère que ce sont les Romains eux-mêmes qui rendirent Clélie par respect pour la parole donnée et non que Porsenna réclama le retour de Clélie, comme l’indique Servius.

  • 8 Éd. O. Szerwiniack 1992-1993, p. 59, 67 et 72 respectivement. Sur la nature des Scolies de Berne, v (...)
  • 9 M. W. Herren 1999, p. 56 : « In 1928 Paul Lehmann showed that there was a third branch of the origi (...)

10Il faut toutefois souligner que l’interprétation selon laquelle le glossateur a reformulé Servius est une hypothèse. Une autre hypothèse serait que le glossateur a recopié un autre commentaire virgilien inconnu. La relative correction linguistique de la glose pourrait inciter à aller dans ce sens. Il n’est pas aberrant de croire en l’existence d’un autre commentaire virgilien inconnu. Paul Lehmann a en effet démontré dans son article cité que le glossateur avait eu accès à une version des Scolies de Virgile plus complète que celle des Scolies de Berne éditées par Hermann Hagen, puisqu’on lit dans les gloses à Orose des expressions telles que Leonimus ait en I, 2, 27.4, ut Iunilius en I, 2, 78.2, et ut Gaudentius dicit8 en I, 2, 97.2, absentes des Scolies de Berne, qui sont pourtant la source la plus proche des gloses à Orose. Ces constations faites par Paul Lehmann ont amené Michael Herren à écrire dans un article9 que les gloses à Orose puisent à une troisième branche des Scolies à Virgile distincte des Scolies de Berne et de l’Explanatio Iunii Philargyrii.

  • 10 P.-Y. Lambert 1986, p. 116-117.

11P.-Y. Lambert a signalé dans son article déjà cité10 que, de même, dans le manuscrit irlandais de Priscien, Saint-Gall, Stiftsbibliothek 904, Virgilianus est parfois confondu avec Virgilius et recouvre Servius, Philargyrius ou d’autres commentateurs : le commentaire auquel il est ainsi fait référence, paraît avoir été un recueil composite couvrant les Bucoliques, les Géorgiques et l’Énéide de Virgile. Ce que nous connaissons des commentaires virgiliens n’est qu’une petite partie de ce qui devait exister au Moyen Âge et qui rassemblait l’ensemble de ces commentaires.

12Le rapport entre les gloses à Orose et le texte de Servius n’est pas toujours aussi complexe que dans le cas de la glose sur Clélie. Ainsi dans l’exemple suivant, Servius est cité presque verbatim, sans toutefois que son nom soit cité :

  • 11 Éd. O. Szerwiniack 2007, p. 179. P. Cuvelier 2009, p. 80-82, rappelle que « l’affaire du banquet ca (...)

I, 12, 3 : Tantalvsfilius Iouis, pater Pelopis, uolens deorum temptare diuinitatem, inuitatis diis filium suum epulandum adposuit, siue temptando deorum diuinitatem, siue uice sua deficientibus epulis. A quo omnes abstinuerunt, excepta Cerere, quae umerum eius nesciens deuorasse dicitur. Tantalus in animo habens tale commissum flere cepit. Cum illi causas lacrimarum cernerent, quod occulte fecerat sua uoce prodidit. Illi statim ab Inferis reuocauerunt eum et Ceres eum brachium eburneum restitit, quod ideo fingitur, quia Ceres terra est ipsa, que uniuersa consumit corpora ossa tantum reseruans11.

Servius 1887, p. 273 (ad Georg. III, 7) : vmeroqve pelops insignis ebvrno Tantalus, pater Pelopis, uolens deorum temptare diuinitatem, inuitatis filium suum epulandum adposuit. A quo omnes dii abstinuerunt, excepta Cerere, quae bracchium eius consumpsit. Postea dii, punito Tantalo, cum uoluissent eius filium reuocare ab inferis, Ceres ei eburneum bracchium restituit. Quod ideo fingitur, quia Ceres ipsa est terra, quae corpora uniuersa consumit, ossa tantum reseruans.

13La comparaison des deux textes montre que l’épisode de Pélops est tiré pour l’essentiel de Servius, ad Georg. III, 7, souvent repris mot pour mot. Cependant, même dans le cas présent, le glossateur a ajouté à sa source principale quelques éléments, tels que l’ascendance de Tantale ou le manque de plats, qu’il présente comme une alternative (siue [...] siue uice sua) à la volonté de défier les dieux mentionnée par Servius. Il tire peut-être ces compléments des Scolies de Berne, ad Georg. III, 7, dont le texte est sur bien des points semblable à celui de Servius :

Scolies de Berne 1967, p. 254 (ad Georg. III, 7) : [...] Tantalus filius Iouis pater Pelopis, uolens deorum temptare diuinitatem, diis conuiuium fecit et deficientibus epulis diis membra filii subposuit, quo facinore conperto omnes ab iis epulis abstinuerunt excepta Cerere, quae brachium eius consumpsit, et iuuenem in uitam restituerunt, et Ceres eburneum brachium restituit, ut integra conpago corporis staret, et inde Tantalus aput inferos pœnas luit, et ideo hoc fingitur, quia Ceres terra est. Ipsa est quae corpora uniuersa consumit ossa tantum reseruans.

14L’épisode des larmes de Tantale semble être un ajout personnel du glossateur. Au rebours, celui-ci n’évoque pas la punition de Tantale. On voit que même avec des sources attestées, l’esprit critique du glossateur ne se dément pas.

  • 12 Éd. N. Zorzetti 1995, p. 8.
  • 13 Éd. P. Kulcsar 1987, p. 190-191.

15On remarquera enfin que le premier Mythographe du Vatican (I, 12)12 et le deuxième (124)13 s’inspirent aussi de Servius, ad Georg. III, 7 pour raconter cet épisode. Il y a des liens entre ces deux ouvrages et les gloses à Orose.

16La glose sur Tantale et son fils Pélops est l’une de celles qui montrent l’utilisation la plus directe de Servius. Dans d’autres gloses au contraire, Servius n’est qu’une source parmi plusieurs autres.

Servius : une source parmi d’autres

17Ainsi, dans la glose sur Busiris, le glossateur semble avoir fait la synthèse de plusieurs sources :

  • 14 Éd. O. Szerwiniack 2007, p. 178.

I, 11, 2.1 : Bossiridis in Egyptorex fuit. Hospites suos Neptuno deo suo immolabat. Cum Hercules uenisset, uincere* passus est et admotus aris, subito uinculis ruptis, Bossiridem ipse more mactauit. Nilo immolauit uelut enim ollim his ospites* immolabat : simili exemplo damnatus est14.
[lege uinciri // lege is hospites]

18Le sacrifice des hôtes au dieu Neptune et la mention du Nil viennent probablement des Scolies de Berne 1967, p. 253 (ad Georg. III, 5) :

Busiris rex Aegypti, qui hospites Neptuno patri immolabat ; alii dicunt, quod Nilo fluuio ipse ab Hercule immolatus sit. Ivnilivsdicit.

19Les substantifs exemplo et aris ainsi que les verbes mactare et admouere peuvent provenir de Servius avctvs 1887, p. 272 (ad Georg. III, 5) :

[...] alii sic : Busiris, Neptuni filius, rex Aegypti : qui cum Ioui hospites immolaret, pari exemplo mactatus est ab Hercule, ipsum quoque ausus aris admouere.

  • 15 Sur les rapports entre Servius et Lactance Placide, voir la communication de Françoise Morzadec.

20Toutefois, on retrouve aussi les trois premiers termes chez Lactance Placide15 1997, p. 643, In Statii Thebaida Commentum XII, 155 :

Bvsiridis arashic rex Aegypti fuit, aduenas solitus ad aras mactare. Postremo aduentu Herculis immolatus exemplo est.

21Dans le manuscrit glosé des Histoires d’Orose, Vatican, BAV, Vat. lat. 1974, le glossateur s’est contenté d’écrire à propos du lemme Busiridis en I, 11, 2 (f. 11v, marge gauche) : De Busiridae. En revanche, en V, 1, 16, où Orose mentionne une nouvelle fois Busiris, on peut lire dans la marge droite du f. 57r la glose suivante :

De quo Iosephus dixit in Cronica : Busyrides in Aegypto cruentissimus qui apud uicina Nili loca tyrranidem exercebat, transeuntes crudeli scelere interficiens. Et in commentario Virgili dicitur : Busirides rex Aegypti fuit qui hospites patri suo Nilo immolabat. Ipse uero Nilo fluuio ab Hercule interfectus est iuxta quod antea immolabat hospites.

  • 16 Éd. R. Helm 1984, p. 46b.

22Certes, cette glose ne concorde pas mot à mot avec celle du manuscrit Vatican, Reg. lat. 1650, mais elle en est très proche. Deux sources explicites sont citées : Eusèbe-Jérôme, Chronique, p. 46b (Busiris Neptuni et Libyae, Epafi filiae, filius aput uicina Nilo loca tyrannidem exercet transeuntes hospites crudeli scelere interficiens16) et un commentaire de Virgile, dont l’extrait cité ressemble assez aux Scolies de Berne, ad Georg. III, 5, même si les deux textes ne sont pas absolument identiques. Le manuscrit d’Orose, Vatican, BAV, Reg. lat. 691, qui recopie le manuscrit Vat. lat. 1974 présente la même glose dans la marge gauche du f. 60v.

23Cette fusion de sources multiples se retrouve dans d’autres gloses. À l’occasion du lemme quinquaginta parricidia (déformé en paricida), le glossateur rappelle le crime et le châtiment de Danaos et des Danaïdes :

  • 17 Éd. O. Szerwiniack 2007, p. 178.

I, 11, 1 : Qvinqvaginta paricida : Danus et Egyptus Beli filii diuersi sexus L filios habebant, quos in matrimonium iunxerunt. Sed Danus ei responso cognouerat se a genero interficiendum. Ideo ad occidendos sponsos filiabus suis gladios dedit nocte illa. Imperio paruerunt, excepte Pimestra quae Linquieum seruauit, qui postea per insidias Danaum occidit. Et ille omnes pœnam apud inferos ferunt, ut aquam in dolium pertusum inferant frustra ad ponam * laboris perpetuam. Quibus Hipermixta proposita dicitur17. [lege pœnam]

24Le glossateur semble s’être inspiré de plusieurs sources, qui lui ont fourni diverses informations qu’il a synthétisées. La principale paraît être Lactance Placide, 1997, p. 118-119, In Statii Thebaida Commentum II, 222 :

Danaus, Beli filius, ex pluribus coniugibus quinquaginta filias habuit, totidemque Aegyptus, frater eius, filios, qui Danaum fratrem filias suis filiis in matrimonium postulauit. Danaus responso comperit quod generi sui manibus interiret. Argos profectus est [...]. Aegyptus misit filios suos [...]. Danaus postquam uidit se resistere non posse, filias suas fratris sui filiis spopondit uxores. Quae patris iussu uiros uniuersae suos interfecerunt. Sola Hypermestra Lynceo pepercit.

25Certaines expressions (Danaus, Beli filius / Danus et Egyptus Beli filii ; quinquaginta filias habuit / L filios habebant ; in matrimonium ; responso) sont très proches de la glose, même si le recoupement n’est pas complet. L’expression du glossateur ad occidendos sponsos [...] nocte illa et la mention du meurtre de Danaos par Lynceus pourraient provenir de cet autre extrait de Lactance Placide, 1997, p. 405-406, In Statii Thebaida Commentum VI, 290-291 :

Belidae fratresex Belo nati Danaus et Aegyptus fratres. His cum par numerus filiorum filiarumque esset, Danaus deprehendit oraculo se ab uno Aegypti fratris filio occidendum. Itaque simulauit se fratris filiis natas in matrimonii consortium traditurum armauitque occulte filias coniugali nocte ut sponsos occiderent. Vniuersae uoluntatem patris secutae sponsos suos occiderunt. Hypermestra sola Lynceo pepercit. A quo postea Danaus, ut oraculi fides impleretur, occiditur.

26Ces deux éléments se retrouvent dans la version de Servius avctvs 1884, p. 442-443 (ad Aen. X, 497), dont la dernière phrase a pu inspirer le glossateur :

[...] Aegyptus et Danaus fratres fuere. [...]. Sed cum factae essent nuptiae, sponsae omnes sponsos suos, monente patre Danao, nuptiali nocte necauerunt : sola Hypermestra seruato Lynceo fugam dedit, qui post adeptus patruum Danaum interemit. Hae Danaides apud inferos hanc pœnam habuisse dicuntur, ut in dolium pertusum aquam mittant.

  • 18 Éd. N. Zorzetti 1995, p. 76..
  • 19 Éd. P. Kulcsár 1987, p. 191-192..

27On voit que le glossateur a pu s’inspirer à la fois de Lactance Placide et de Servius auctus pour mettre au point sa glose, de ce fait plus complète que ses sources antiques. La même combinaison de Lactance Placide et Servius auctus se retrouve chez les premier (II, 32)18 et deuxième (125)19 Mythographes du Vatican, bien que le recoupement avec notre glose ne soit pas complet. Une parenté entre les deux semble donc indéniable.

28Toutefois, le glossateur ne fait pas toujours la synthèse des sources dont il dispose. Dans certaines gloses les sources n’ont pas été fondues et plusieurs explications sont proposées à la suite les unes des autres.

Servius cité de façon critique

29Ainsi, lorsqu’en I, 12, 8 Orose écrit qu’il ne dira rien de l’histoire horrible d’Atrée et Thyeste, le glossateur explicite la prétérition d’Orose en présentant trois versions de cet épisode :

  • 20 Éd. O. Szerwiniack 2997, p. 189.

30I, 12, 8 : Atrei et Timestis : Atreus Timesti fratri membra filiorum eius adposuit commedenda que facinus cum Sol uideret cursus suos inortum reuocasse dicitur. Item Atreus inuidia regni et ob abpetitam a fratre uxorem germanum exulare cogit simulataque postmodum gratia filios eius peremit et ei epulandos posuit. Alibi Atreus Tiestis coniugem constuprauit ob hoc natos adposuit comedendos20.

31Chacune des trois versions comprend des détails qui lui sont propres. Ainsi, selon la première, le soleil fit demi-tour. Ce détail pourrait provenir de Servius 1878, p. 172 (ad Aen. I, 568) :

[...] fabula quidem hoc habet : Atreum et Thyestem germanos, cum in dissensione sibi nocere non possent, in simulatam gratiam redisse : qua occasione Thyestes cum fratris uxore concubuit, Atreus uero ei filium epulandum adposuit : quae Sol ne uidendo pollueretur, aufugit.

32La seconde version (item) ajoute la rivalité entre les deux frères, l’exil de Thyeste et la réconciliation feinte. La source du glossateur peut être Lactance Placide 1997, p. 274-275, In Statii Thebaida Commentum IV, 306-308 :

Atreus et Thyestes, Pelopis filii, Tantali nepotes, alternis uicibus regnum regebant. Verum Thyestes, cum incestasset Aeropam, fratris uxorem, ab eo pulsus <est> a regno. Sed inter eos, quia scelere certabant, uidebatur pro uindicta ficta gratia reconciliationis. Atreus fratri filios suos apposuit epulandos...

33Enfin la troisième version (alibi) mentionne uniquement le déshonneur de la femme d’Atrée que le glossateur semble avoir confondue avec son frère. Sa source pourrait être Servius 1884, p. 509 (ad Aen. XI, 262) :

[...] namque Atreus et Thyestes fratres fuerunt in se inuicem saeui, adeo ut Thyestes cum Aerope, fratris uxore, concumberet : quod dolens Atreus liberos ei epulandos adposuit.

34En juxtaposant ces trois versions, le glossateur montre la pluralité des sources et leur diversité, sans privilégier l’une d’entre elles. Il adopte donc un regard critique plutôt que de se soumettre à l’autorité de Servius.

  • 21 Éd. N. Zorzetti 1995, p. 13-14.
  • 22 Éd. P. Kulcsár 1987, p. 229-230.

35On notera enfin que certaines tournures de la version des premier (I, 22)21 et deuxième (170)22 Mythographes du Vatican sont proches de celles du glossateur, même s’il n’y a pas un recoupement complet.

36Une autre glose illustre également la lecture critique de Servius. Pour expliquer la lutte entre les Athéniens et les Crétois, le glossateur rappelle le meurtre d’un des fils de Minos, Androgée, par les Athéniens :

  • 23 Éd. O. Szerwiniack 2007, p. 180.

I, 13, 1 : Inter Athenenses et Cretenses certamen fuitcuius causa hec est : Androgeus Minois regis Cretensis Passissuae filius artis anathleticae peritissimus ; qui cum Athenas ad agonem celebrandum perexisset atque Athenenses diuerso genere artis uicisset inuidiam in se Athenensium concitauit a quibus cum transacto agone conpendium itineris ut ad Cretam ocius rediret expetiuisset illi eum per Martonios Campos reuerti debuere dixerunt ubi a turo flammam expirante consumptus est ; Minois cum cognouisset filium suum ab Athanensibus interfectum et Iouem patrem suum in auxilium uocasset, coadunato omni exercitu suo ad expugnandos Athenensis nauibus perrexit ; qui cum ueniret uoluntate Iouis Athenensis pestilentia opressos inuenit, quibus ex facili superatis uectigalium prestationem huius modi inposuit ut VII filios et VII filias singulis annis Minutauro comedendos darent23.

37Pour écrire sa glose, le glossateur a pu s’inspirer de Servius, Servius avctvs 1884, p. 6 (ad Aen. VI, 14) :

[...] sed Minos de Pasiphae habuit liberos plures, Androgeum Ariadnen Phaedram. Sed Androgeus cum esset athleta fortissimus et superaret in agonibus cunctos apud Athenas, Atheniensibus et uicinis Megarensibus coniuratis occisus est. Quod Minos dolens collectis nauibus bella commouit et uictis Atheniensibus pœnam hanc statuit, ut singulis quibusque annis septem de filiis et septem de filiabus suis edendos Minotauro mitterent. Alii dicunt a Minoe in uindicta filii occisi, sicut dictum est, Iouem rogatum. Qui cum Atheniensibus pestilentiam misisset, praeceptum oraculo est de septem filiis annuis ad Minotauri pastum dirigendis.

  • 24 Éd. R. Sweeney 1997, p. 678-679.

38La citation de Servius est reprise mot pour mot dans l’Anonymi in Statii Achilleida Commentum 19224. On constate que le glossateur a cumulé l’épidémie et la guerre qu’il trouvait de manière alternative chez Servius et Servius auctus. Toutefois, il semble avoir eu accès à d’autres sources car il donne des détails sur le guet-apens tendu par les Athéniens, qui ne se trouvent pas chez Servius. Certaines précisions sont peut-être de son invention car le taureau (turo pour tauro) crachant des flammes semble repris de l’histoire de la Toison d’or, Jason devant labourer un champ avec des taureaux soufflant des flammes : cf. Servius 1887, p. 232 (ad Georg. II, 140) :

nam hoc habet fabula. Iason Colchos profectus ad tollendum uellus aureum, quod dicauerat Marti Phryxus, Medeae auxilio et peruigilem draconem occidit et eius dentes seuit, iunctis tauris ignem efflantibus : unde nati armati sunt, qui primum fecerunt impetum in Iasonem frustra, postea mutuis se uulneribus conciderunt.

39Le glossateur n’hésite donc pas à modifier et compléter Servius en réutilisant éventuellement des extraits différents de cet auteur ou d’autres. Il fait donc une lecture critique de Servius.

  • 25 Éd. N. Zorzetti 1995, p. 28.
  • 26 Éd. P. Kulcsár 1981, p. 101.

40Une fois encore, le texte des premier (I, 43)25 et deuxième (145)26Mythographes du Vatican est proche, puisqu’il reprend Servius, ad Aen. VI, 14.

41Je terminerai par un cas pour lequel la source exacte de la glose m’échappe :

  • 27 Éd. O. Szerwiniack 1001, p. 118-119. Sur le mythe de Térée, Procné et Philomèle, voir entre autres (...)

I, 11, 3.1 : Tyreus Progne erat maritus et Philomellam coniugis sororem incesto pulluit et linguam eius precidit, ne uxor stuprum sororis suae sciret. Sed Filomella per scriptionem sanguineam in sagum album haec sorori indicauit. Que natum suum interfecit et nefandos cibos coctosque patri dedit27.

  • 28 Éd. N. Zorzetti 1995, p. 4.
  • 29 Éd. P. Kulcsar 1981, p. 186.

42Servius, Servius avctvs 1881, p. 80-81 (ad Buc. VI, 18), repris par le premier Mythographe du Vatican (I, 4)28 et le deuxième (261)29, n’est pas la source directe :

[...] Tereus autem rex Thracum fuit, qui cum Atheniensibus tulisset auxilium ac Pandionis, Athenarum regis, filiam, Procnen nomine, duxisset uxorem et post aliquantum tempus ab ea rogaretur, ut sibi Philomelam sororem suam uidendam accersiret, profectus Athenas dum adducit puellam, eam uitiauit in itinere et ei linguam, ne facinus indicaret, abscidit, inclusamque in stabulis reliquit, ementitus coniugi eam perisse naufragio. Illa tamen rem in ueste suo cruore descriptam misit sorori : qua cognita Procne Itym filium interemit et patri epulandum adposuit.

  • 30 Je remercie vivement Silvia Ottaviano de m’avoir indiqué entre autres deux gloses inédites sur Téré (...)

43Les Scolies de Berne 1961, p. 135 (ad Buc. VI, 18) ne sont pas non plus la source directe, comme le montre entre autres la précision du manteau (sagum), mais tous ces textes sont proches de la glose quant au fond : le glossateur aurait-il eu accès à un commentaire de Virgile inconnu30 ? La correction linguistique de la glose incite à émettre cette hypothèse.

44En définitive, ma contribution pose plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Il me semble qu’il y a des cas où l’on peut dire de façon à peu près sûre que le glossateur a repris des extraits de Servius, qu’il a éventuellement combinés avec des extraits d’autres auteurs. En revanche, dans d’autres cas, nous sommes face à des gloses dont la source exacte demeure inconnue et qui nous laissent peut-être entrevoir une version du texte de Servius et Servius auctus différente de la version éditée par Georges Thilo et Hermann Hagen. La réponse à certaines questions se trouve peut-être dans les marges des manuscrits de Servius, mais aussi Virgile, Stace, Orose ou Ovide.

45Si cette communication réussit à attirer l’attention des spécialistes de Servius sur ces gloses à Orose, j’aurai atteint mon objectif à défaut d’avoir fait toute la lumière sur chacune d’elles.

Notes

1 Voir C. H. Beeson 1932, B. 0 Cuiv 1981, F. Radle 1982, L. Holtz 1985, P.-Y. Lambert 1986, enfin R. Hofman 1988.

2 J. J. Contreni 1984. Compte-rendu par D. Ganz 1985.

3 M. Perrin, 2007.

4 P. Lehmann 1959.

5 Lehmann 1959, p. 30.

6 O. Szerwiniack 1992-1993 et 2007.

7 Éd. O. Szerwiniack 1992-1993, p. 63.

8 Éd. O. Szerwiniack 1992-1993, p. 59, 67 et 72 respectivement. Sur la nature des Scolies de Berne, voir entre autres L. Cadili 2008.

9 M. W. Herren 1999, p. 56 : « In 1928 Paul Lehmann showed that there was a third branch of the original ‘sylloge’ that had gone unnoticed. This is preserved in an Irish Orosius commentary contained in Vatican Library, Reg. lat. 1650, written in Reims minuscule of the second half of the ninth century. »

10 P.-Y. Lambert 1986, p. 116-117.

11 Éd. O. Szerwiniack 2007, p. 179. P. Cuvelier 2009, p. 80-82, rappelle que « l’affaire du banquet cannibale » est rejetée par Pindare dans sa première Olympique.

12 Éd. N. Zorzetti 1995, p. 8.

13 Éd. P. Kulcsar 1987, p. 190-191.

14 Éd. O. Szerwiniack 2007, p. 178.

15 Sur les rapports entre Servius et Lactance Placide, voir la communication de Françoise Morzadec.

16 Éd. R. Helm 1984, p. 46b.

17 Éd. O. Szerwiniack 2007, p. 178.

18 Éd. N. Zorzetti 1995, p. 76..

19 Éd. P. Kulcsár 1987, p. 191-192..

20 Éd. O. Szerwiniack 2997, p. 189.

21 Éd. N. Zorzetti 1995, p. 13-14.

22 Éd. P. Kulcsár 1987, p. 229-230.

23 Éd. O. Szerwiniack 2007, p. 180.

24 Éd. R. Sweeney 1997, p. 678-679.

25 Éd. N. Zorzetti 1995, p. 28.

26 Éd. P. Kulcsár 1981, p. 101.

27 Éd. O. Szerwiniack 1001, p. 118-119. Sur le mythe de Térée, Procné et Philomèle, voir entre autres N. J. Zaganiaris 1913, ainsi que M. Biraud et É. Delbey.

28 Éd. N. Zorzetti 1995, p. 4.

29 Éd. P. Kulcsar 1981, p. 186.

30 Je remercie vivement Silvia Ottaviano de m’avoir indiqué entre autres deux gloses inédites sur Térée dans les manuscrits Montpellier H 153, Oxford, Bodleian Library, Auct. F.1.8 et Paris, BnF lat. 1915. Ces gloses sont proches de la glose à Orose sur certains points mais diffèrent sur d’autres. Leur publication devrait permettre d’y voir plus clair dans un domaine encore largement inexploré. Merci également à Francine Mora et Sébastien Barbara pour leurs suggestions.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540