Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Servius au Moyen Âge

Servius dans les scolies juvénaliennes du IXe siècle

Stefano Grazzini

Texte intégral

  • 1 Je continue à utiliser la désignation traditionnelle, mais Veronikavon Büren 2007, p. 167-186, sou (...)
  • 2 Voir Grazzini 2008 ; le premier volume de l’édition définitive (satt. 1-6) est actuellement en cour (...)

1Juvénal est un des auteurs classiques les plus lus à partir de l’Antiquité tardive. Il a été commenté à de nombreuses reprises et ces commentaires sont souvent restés inédits. Parmi les commentaires de rédaction médiévale, celui faisant autorité, car il remonte à un commentaire de l’époque de Servius, a été publié par Paul Wessner en 1931 : il a une grande importance pour nous, mais il est resté presque inconnu jusqu’au xvie siècle. En outre, Juvénal a été étudié au cours du neuvième siècle par Heiric et Rémi d’Auxerre1, dont les travaux donneront naissance à un long commentaire resté en deux rédactions principales (désignées par Wessner 1931 avec φ e χ) dans de nombreux manuscrits compris entre les ixe et xie siècles, dont j’ai publié l’édition critique2. Dans ces textes la présence de Servius est évidemment très massive ; j’ai donc choisi de sélectionner ici quelques exemples, plus significatifs ou problématiques.

  • 3 Grazzini 2008, I, p. 415.

2Au contraire de l’envahissante présence servienne, les citations où le nom de Servius est directement mentionné ne sont que trois. Je veux partir de la troisième, qui se trouve dans le Prologue à la xvie satire3 :

(1) Quidam dixerunt hanc satiram non esse Iuuenalis sed appositam ab aliquo, sed Seruius uersum illius in exemplum ponens ostendit esse Iuuenalis dicens « expectandus erit qui lites inchoet annus ». (2) Laudat hac satira studium militare poeta. (3) Cum enim notasset tempora Augusti et scripsisset quosdam uersus in Paridem pantomimum qui erat gratissimus in aula Augusti, damnatus est et, quasi sub obtentu militiae, directus est cum cohorte militum tendentium ad Aegyptum et quamuis ideo ut damnaretur missus sit, laudat tamen ipsam militiam. VWDAT

  • 4 SD ad. Aen. I, 16 cite aussi Iuu. XVI, 6 : Samosic Iuuenalis « et Samia genetrix quae delec (...)

3Il est question de l’authenticité relative reconnue à la dernière satire (qui nous est parvenue mutilée parce qu’elle s’arrête soudainement au v. 60) à propos de laquelle est cité Servius 1946, p. 347 (adAen. II, 102)4 :

Vno ordine uno reatu. Et est de antiqua tractum scientia, quia in ordinem dicebantur causae propter tumultum festinantum, cum erat annus litium. Iuuenalis expectandus erit qui lites inchoet annus.

  • 5 Il s’agit d’un raisonnement tout à fait correct ; cf. d’ailleurs Stramaglia, 2008, p. 292, qui, ap (...)
  • 6 Il est curieux que dans X (p. 160) on lise une scolie très semblable (c’est le seul commentaire du (...)

4Il est intéressant pour le commentateur de Juvénal que l’autorité de Servius suffise à en garantir l’authenticité5. La question est déjà présente dans les Scholia in Iuu. uetustiora 16, 1.2 Wessner 1931, qui ne sont pas inconnus des commentateurs carolingiens6 :

Ista a plerisque exploditur et dicitur non esse Iuuenalis.

5C’est donc une question ancienne, si la scolie publiée par Wessner remonte, comme il est probable, à l’ancien commentaire d’âge servien. Et l’argument contenu dans notre scolie est-il ancien ou médiéval ? Selon Wessner 1931, p. 288, il est le produit des commentateurs carolingiens :

Quod ad schol. L φ attinet, in eam propensus sum sententiam, ut alteram partem a Carolinis additam esse censeam, qui Serui commentario Vergiliano saepius usi sunt in enarrandis et Iuuenalis satiris et aliorum poetarum carminibus.

6Il s’agit d’une opinion que je partage et qui sert aussi d’introduction à mon discours. Il faut en outre souligner que la scolie cite seulement Servius ad Aen. II, 102, alors que dans le commentaire ad Aen. I, 16 (Servius 1946, p. 22-3) il y a une autre citation de la xvie satire de Juvénal (v. 6).

  • 7 Grazzini 2008, I, p. 49.

7Servius est cité à nouveau dans la scolie de Iuu. II, 86 (atque Bonam tenerae placant abdomine porcae)7 :

(1) Abdomen dicitur pinguedo sed, ut Seruius dicit, neque pinguedo neque pinguitudo facit sed tantum hoc pingue.VWDBUHTE (2) Bonae autem deae sacrificabatur uino et pingui.VWD1BUHTXE

8Dans les Scholia uetustiora ad loc. Wessner 1931, on lit :

Abdomine [porcae] : pinguedine.

  • 8 Cf. aussi le CGL 6, p. 2 s. u. abdomen.

9La glose est présente aussi dans un glossaire juvénalien du xe siècle qui remonte aux recentiora (CGL 5, 652.3 : abdumine i. e. pinguedine) et, avec une forme un peu variée, dans plusieurs glossaires (Gloss.L IV Plac. A 43 = I Ansil. AB 50) abdomen graece pinguedo carnium8 ; la scolie de notre tradition utilise le commentaire de Servius 1961b, III / 1, p. 287 (ad Georg. III, 124), pour corriger le latin de la glose héritée de la tradition précédente :

Denso pingvinon laxo, quod quibusdam potionibus per fraudem agasones facere consuerunt : unde ait « denso », id est uiribus pleno. Sane « pingue » generis est neutri : et ita in omnibus idoneis inuenitur ; nam nec « pinguedo » nec « pinguetudo » latinum est.

  • 9 Grazzini 2008, I, p. 88.

10Enfin il faut rappeler la mention de Servius dans les scolies à Iuu. III, 193 (nos urbem colimus tenui tibicine fultam) à propos des tibicines9 :

(4) Tibicines uocat fulcra uel furcas quibus parietes semiruti sustentabantur et declinatur haec tibicinis aut est indeclinabile quia alibi raro usquam inuenitur.
(5) Exaggerat autem pericula quae fiunt Romae in ruinis murorum et aedium uetustarum et incendiis crebris densarum domuum. (6) Aliter tibicines sunt columnae quibus rustici sua tecta fulciunt, unde Virgilius per translationem tibicines uocat hemistichia sua.VWD
(7) Tibicines sunt fulcra bifurca quibus domus sustentatur quae aliter destines nuncupantur. (8) Seruius autem in commento Virgilii tibicines uocat imperfectos uersus. (9) Exaggerat autem pericula quae fiunt Romae in ruinis murorum et aedium uetustarum et incendiis crebris densarum domuum. (10) Vel tibicines sunt columnae quibus rustici sua tecta fulciunt. (11) Declinatur autem haec tibicinis aut est indeclinabile quia raro inuenitur.UHTE

  • 10 Vel furcas de 3, 193.4 est peut-être une erreur pour bifurca, mais il faut le conserver parc (...)
  • 11 Cf. Delvigo 1995, p. 30-8.
  • 12 Servius 1961a, II, p. 37.

11On voit clairement que les deux familles, dans ce cas, offrent le même matériel (avec quelques écarts), disposé différemment10. Il me faut ici répéter les considérations de Maria Luisa Delvigo sur le problème des tibicines11. Le seul passage où Servius mentionne les tibicines est ad Aen. VI, 18612 :

Forte precaturuacat « forte » : et est uersus de his qui tibicines uocantur, quibus datur aliquid ad solam metri sustentationem, ut <V, 457> nunc dextra nunc ille sinistra : nec enim possumus intellegere eum fortuitu rogasse.

  • 13 Aen. VI, 186 n’est pas un imperfectus uersus : aspectans siluam immensam, et sic forte preca (...)
  • 14 En commentant Aen. V, 547 (nunc dextra ingeminans ictus, nunc ille sinistra) Servius 1961a, I, p. 6 (...)
  • 15 Heraeus 1899, p. 166.
  • 16 Servius 1961a, I, p. 170.
  • 17 Cf. Schopen 1846, p. 1-23 (qui publie seulement les scolies de V) ; la même scolie est publiée auss (...)
  • 18 Servius 1946, p. 250.

12Le mot tibicines n’est pas utilisé dans le sens de hemistichium13 mais plutôt dans celui de vers qui a une « cheville »14. À propos de la scolie de Juvénal, il faut rappeler que Heraeus15 avait fait l’hypothèse à propos de SD ad Aen. I, 56016 (Dardanidaehaec hemistichia Vergilius fnominabat, quae in emendando carmine fuerat repleturus) d’introduire <tibicines> avant nominabat, sur la base de 3, 193.6, qu’il connaissait grâce à l’édition de Schopen17. L’intégration a été acceptée par l’édition de Harvard, du fait qu’elle a été confirmée par une note de Pierre Daniel sur son édition de Servius18 :

I, 560 Dardanidaehaec hemistichia Vergilius tibicines nominabat quae in emendando carmine fuerat repleturus.

560 (1-3 Dardanidae [...] repleturus.) Fv 1 hemysstichia C | tibicines ] Fv (quod Heraeus, cui Fv ignotus erat, callide divinavit) om. C Thilo, qui | ante nominabat collocavit 2 nominabat] non amabat coni. Schœll

  • 19 Brugnoli-Stok 1997, p. 28-9.

13Il faut remarquer que l’utilisation du mot tibicen serait différente dans Servius et SD et qu’il n’y a pas de preuves évidentes, mais seulement des indices que, dans le milieu d’Auxerre / Reims, on connaissait SD. Cela pourrait-il être une preuve ? Probablement, mais il faut naturellement se souvenir aussi du célèbre passage de la Vita Donati 23-419 :

Aeneida prosa prius oratione formatam digestamque in XII libros particulatim componere instituit, prout liberet quidque, et nihil in ordinem arripiens. Ac ne quid impetum moraretur quaedam inperfecta transmisit, alia leuissimis uersibus ueluti fulsit, quos per iocum pro tibicinibus interponi aiebat ad sustinendum opus, donec solidae columnae aduenirent.

  • 20 Dans ce cas, la scolie de L est égale à 3, 193.4-5, mais après on lit : fdebistinisf id est pertica (...)
  • 21 Cf. Delvigo 1995, op. cit., p. 31-2.

14qui semblerait le modèle de 3, 193.8 (Seruius autem in commento Virgilii tibicines uocat imperfectos uersus) malgré l’attribution à Servius, alors que 193.6 est plus proche de SD20. Dans ces textes on voit condensé et fragmenté un travail exégétique complexe dont les sources ne sont probablement pas citées de première main. Je dirais avec certitude que, dans la vie donatienne, tibicines peut se référer seulement à leuissimis uersibus ueluti fulsit et non à quaedam imperfecta ; donc les tibicines ne sont pas ici des hemistichia comme on le pense communément21. C’est aussi grâce à ces scolies juvénaliennes si des concepts aussi importants sont devenus communs. Dans le lexique de Papias 1496, s. u. tibicines2 on lit une interprétation qui remonte clairement à une scolie semblable à 3, 193.7-8 :

Tibicines etiam bifurca fulcra dicuntur quibus domus sustentatur uel imperfecti uersus qui fulciuntur.

15Dans Uguccione 2004 T 103.6, on retrouve également notre scolie (qui d’ici passe dans le Catholicon s. u. tibicen), mais sans allusion aux hemistichia de Virgile :

Item tibia componitur hic tibicen -nis, qui cum tibia canit, unde hec tibicina -ne ; tibicines etiam dicuntur fulcra bifurca quibus domus sustentantur, que aliter destines dicuntur.

  • 22 L aussi a le même texte.
  • 23 Voir d’ailleurs Sacerdos dans Gramm. 6, p. 474.9 K. (=ps. Prob. dans Gramm. 4, p. 9.6 K.) à propos (...)

16La scolie 3, 193.11 présente en outre une série de difficultés : declinatur haec tibicinis aut est indeclinabile quia alibi raro usquam inuenitur est sûrement la preuve d’une contraction de l’information, mais il ne faut pas essayer de corriger en ce cas car il s’agit d’un problème lié à la source commune aux deux familles22. En effet on pourrait imaginer de corriger haec <tibicen huius> tibicinis ou, <hic et> haec <tibicen>23. Il serait toutefois possible, mais peu probable, que le commentateur carolingien ait voulu distinguer hic tibicen « joueur de flûte » et haec tibicinis « furca », en remarquant justement qu’il n’y a pas beaucoup d’attestations du mot dans ce sens.

  • 24 Grazzini 2008, I, p. 31.

17La scolie de Iuu. I, 158 (qui dedit ergo tribus patruis aconita, uehatur / pensilibus plumis atque illinc despiciat nos ?) est assez significative pour montrer le niveau (en général très bas) de ces commentaires et leur technique d’utilisation de Servius24 :

(3) Dicit quia illi qui scelerati sunt sublimantur et beatificantur ; illi uero qui innocentes sunt et redarguunt nocentes, puniuntur inique. (4) Nihil aliud restat nisi ut ille qui ueneficus est et propinquos interficit uehatur sublimiter in molli pluma. VWDBHY (5) Aconitum enim herba est uenenifera, dicta ab hoc quod in cotibus et locis saxosis nascatur. (6) Fertur autem haec herba de spuma Cerberi nata quam, cum ab Hercule traheretur et lucem hanc insolitam uideret, egessit.VWDBHY (7) Facit uero hoc aconitum et haec aconita pluraliter. VWDBH

18La source est Servius 1961b, III / 1, p. 234 (ad Georg. II, 152) :

Nec miseros fallunt aconita legentesmira arte usus est, ut excusaret rem, quam negare non potuit ; nam aconita nascuntur in Italia : sed non ea obesse dicit, quia sunt omnibus nota. Haec autem herba nata dicitur de spumis Cerberi, quo tempore eum Hercules ab inferis traxit. Quae quia in saxis et cotibus nascitur, aconitum dicitur ἀπò τῆς ἀκόνης, id est a cote : et dicimus τò ἀκòννυον καὶ τὰ ἀκόνιτα.

19On voit clairement que l’observation finale de la scolie (facit uero hoc aconitum et haec aconita pluraliter), qui semble naïve, voire stupide, en réalité reprend encore Servius, mais la traduction du grec fait perdre le sens et, avec l’omission de aconitum dicitur άπο της άκόνης, fait perdre l’étymologie du mot. En confrontant la scolie de Juvénal avec le Premier Mythographe du Vatican I, 57 Zorzetti 1995, on voit clairement qu’ils partagent la même origine :

(1) Hercules ad inferos descendens rapturus Theseum timuit ne Tricerberus in illum transiens laceraret illum ; qua{m}propter insiliens in Cerberum traxit eum ab inferis. (2) Cumque insolitam lucem uidisset superorum, spumam a{r}b ore eiecit ; e qua spuma dicitur nata fuisse herba uenenifera nomine aconta.

  • 25 Cf. Zorzetti 1995, p. XI : « la source la plus récente du fabularius est Rémi d’Auxerre » ; cf. aus (...)

20Le premier Mythographe remonte en fait aux travaux de Rémi d’Auxerre25.

  • 26 Grazzini 2008, I, p. 60.

21Dans la scolie de Iuu. II, 155 (quid Cremerae legio et Cannis consumpta iuuentus)26 :

(1) Cremera oppidum est Italiae ubi trecenti Fabii a Veientibus sunt interfecti.
(2) Cannas quoque uicus est Apuliae apud quem paene omnis iuuentus Romana consumpta est ab Hannibale.VWDBUHXE (3) Quod, inquit, trecenti Fabii apud Cremeram interfecti senserunt, quod Romana iuuentus de immortalitate animae, hoc tu etiam affirma.VWDBUXE

22on constate que Cannas est considéré comme un nominatif. Cette monstruosité dépend du fait que le commentateur de Juvénal a pris ce qu’il trouvait dans Servius 1961a, p. 383 (ad Aen. X, 11) sans adapter le cas :

significat autem bellum Punicum secundum, quo Hannibal ingressus Italiam [[cum plurimis locis uicerit, praecipue]] apud Cannas, uicum Apuliae, omnem populi Romani deleuit exercitum.

23Dans Lad loc. on lit :

Apud Cannas uicum Apuliae Hannibal Romanum fudit exercitum et consulem Paulum.

  • 27 Voir aussi Porphyrio 1894, p. 19 (in Hor. Carm. I, 12, 37) : Animaeqve magnaeAemilium Paulum (...)

24qui remonte à Pseudo-acro 1902, p. 58 (in Hor. Carm. I, 12, 35)27 :

Paulus et Terentius Varro consules aduersum Hannibalem missi sunt. Hi aput Cannas Apuliae uicum cum grandi exercitus Romani clade superati sunt. Paulus posteaquam tantam uitio collegae suorum uidit stragem, se perimendum hostibus dedit.

  • 28 Ibid., I, p. 67 ; je reproduis ici le texte et l’apparat de mon editio maior en cours d’impr (...)

25Dans certains cas, le modèle servien aide à reconstituer le texte. Dans la scolie de Iuu. III, 2628 (dum noua canities, dum prima et recta senectus) :

(2) Noua dicitur quia est etiam et adulta et praeceps, quod etiam dicitur de ceteris aetatibus et temporibus quattuor sicut est aetas noua et adulta et praeceps. TE

26 (2) dicitur1 : -it E et3 scripsi : s(ed) T inc. lectio E est : enim E aetas scripsi coll. Seru. ad Georg. I, 43 ; ad Aen. I, 430 ; Isid. Etym. V, 35.3 et4 : om. E

26S(ed) et aetas sont clairement corrompus et les corrections et et aetas sont confirmées par Servius et Isidore qui imite Servius à la lettre : cf. Servius 1961b, III / 1, p. 143 (ad Georg. I, 43) :

ergo « uere nouo » et anni initio accipimus et prima parte ueris. Nam anni quattuor sunt tempora diuisa in ternos menses, qui ipsorum temporum talem faciunt discretionem, ut primo mense ueris nouum dicatur uer, secundo adultum, tertio praeceps, sicut etiam Sallustius (Hist. inc. sed. 38 M.) dicit ubique. Item noua aestas, adulta, praeceps ; sic autumnus nouus, adultus, praeceps ; item hiems noua, adulta, praeceps uel extrema.

27Servius 1946, p. 205 (ad Aen. I, 430) :

Aestate novaincipiente, ut (Georg. I, 43) uere nouo. Et bene noua, quia est aestas et adulta et praeceps secundum Sallustium.

Aestate novabene noua, quia est et adulta et praeceps secundum Sallustium.

28Servius 1965, p. 7 (ad Aen. III, 8) :

Prima aestasaut prima pars aestatis, quia est et adulta et praeceps, aut uernum tempus dicit […].

Prima aestasaut uernum tempus dicit, aut quia est et adulta et praeceps.

29Isid. Etym. V, 35.1-3 :

tempora anni quattuor sunt : uer, aestas, autumnus et hiems [...]. Quorum temporum talem ueteres faciunt discretionem, ut primo mense uer nouum dicatur, secundo adultum, tertio praeceps. Sic {et} aestas in suis tribus mensibus, noua, adulta et praeceps. Sic {et} autumnus, nouus, adultus et praeceps. Item hiems, noua, adulta et praeceps siue extrema.

30Il me semble évident que la source directe est en ce cas servienne.

31Mais Servius a constitué aussi un modèle interprétatif. Il y a un cas intéressant, où il semble que le problème exégétique posé par Servius à propos de Verg. Aen. V, 37 (Acestes, / horridus in iaculis et pelle Libystidis ursae) soit repris par les commentateurs carolingiens à Iuu. IV, 99 (profuit ergo nihil misero quod comminus ursos / figebat Numidas Albana nudus harena /uenator). Servius 1965, p. 482 (ad Aen. V, 37) observe :

  • 29 Pelle Libystidis ursae revient dans Aen. VIII, 368 et Servius 1961a, II, p. 255 (ad loc.) ob (...)

Libystidis vrsaeaut re uera, aut ferae Africanae, id est leonis aut pardi29.

  • 30 Grazzini 2008, I, p. 118 ; les Scholia uetustiora dans Wessner 1931 ad loc. ne notent rien à propos (...)

32alors que les scholia recentiora à Juvénal IV, 99-100 remarquent à propos de ursos Numidas30 :

99 [...] (3) Vrsos(WDUHT) : poetice ursos pro quibuslibet feris posuit. (4) Quotiens, inquit, ferae in theatro praesentabantur, non spiculis sed manu comminus eas figebat.VWDUHTE
(5) (Vrsos) :pro aliis beluis.vutye

100 (1) Numidas autem Libicos. (2) Nam Numidia est pars Africae sicut Libia.VWD
(3) Libicos. uatye (4) Numidia est pars Africae.Tye
(5) (Numidas) : Africanos qui maximi sunt.vwdb

  • 31 Sur le traitement de ce problème par les commentateurs de Virgile au xve siècle, voir la com (...)

33Le problème qui apparaît dans Virgile et Juvénal est de justifier l’association de l’ours avec l’Afrique du Nord31 : pour nous, comme pour les hommes du Moyen Âge, cela constitue sûrement une difficulté, même si c’est pour des raisons différentes. Dans l’Antiquité les ours vivaient encore là : en effet l’ours de l’Atlas, le seul exemplaire d’ours qui fut jamais présent en Afrique, était très courant dans les montagnes de l’Atlas recouvertes de forêts de pins. Vers 1830 l’un d’eux fut donné au jardin zoologique de Marseille et fut le dernier à être étudié scientifiquement ; le dernier fut tué à la fin du xixe siècle. Toutefois l’ours n’est pas une bête qui corresponde à l’idée d’Afrique, ce qui explique, je crois, les deux possibilités proposées par Servius, qui probablement connaissait encore l’ours africain. Cependant, pour les hommes du Moyen Âge il était inconcevable qu’il existe des ours africains comme montre la scolie ajoutée dans le manuscrit W (Wolfenbuttel, Herzog August Bibliothek, lat. 2091,xiiie s.) de Servius :

Vrsae] cum Africa ursos non habeat lybistidis ciuitas est sicilie in qua ursi plurimi sunt.

  • 32 Voir aussi Phylargirius dans Servius 1961b, III / 2, p. 142 (ad Buc. VIII, 3) : Lyncesidest (...)

34En théorie il ne serait pas nécessaire d’imaginer un rapport de dépendance entre les scolies de Juvénal et celles de Servius ; la typologie de l’observation est, en tous cas, sûrement servienne comme l’atteste Servius 1961b, III / 1, p. 92 (ad Buc. VIII, 3)32 :

Stvpefactae carmine lynces [[animalia, tamquam pantherae, in tutela Liberi. Et]] paulatim ad augmenta procedit, dicens : iuuencae oblitae sunt pascuorum, stupuerunt ferae, flumina etiam sensu carentia cursus proprios retardarunt.

35mais je crois que la relation est d’autant plus étroite qu’il s’agit aussi du même animal et que Numidas est glosé avec Libicos. Le noyau de la scolie (4, 99.3) se retrouve dans Lad loc. : (VRSOS) : poetice pro quibuslibet feris posuit.

  • 33 Voir Grazzini 2008, I, p. 234 ; je reproduis ici le texte et l’apparat de mon editio maior en cours (...)

36Parmi les scolies de caractère mythologique qui remontent à Servius, il vaut la peine de rappeler celle de Iuu. VI, 644-5 (credamus tragicis quicquid de Colchide torua /dicitur et Procne)33 :

644[...] (2) Progne, in ultionem corruptae sororis Philomelae Itin filium suum Tereo patri epulandum apposuit(VDUTE)pro quo omnes in aues uersi sunt : Tereus in upupam, Itis in farsam, Philomela in lusciniam, Progne in hirundinem.VDE

644 (2) Progne : et P- P- U corruptae sororis Philomelae : P- s- suae a Tereo marito c- D Itin : # in U -im T Tereo patri : ~ D omnes : n. tir. expl. V utrique E in aues uersi sunt : u- s- in a- D upupam : upa- V farsam : pha[.]san D (in ras. fortasse littera r legitur)

  • 34 On pourrait peut-être imprimer dans le texte de Servius la lectiophassam – du Mythographe parce (...)

37qui remonte naturellement à Servius 1961b, III / 1, p. 81, ad Buc. 6, 7834 :

omnes in aues mutati sunt : Tereus in upupam, Itys in fassam, Procne in hirundinem, Philomela in lusciniam.

38Comme toujours lorsqu’il s’agit de mythologie, la scolie est présente aussi dans le Premier Mytographe du Vatican I, 4.3 Zorzetti 1995 :

omnes in aues mutati sunt : Tereus in upupam, Itys in phassam, Progne in hirundinem, Philomela in lusciniam

  • 35 Même si E est un témoin de la deuxième famille, il contient un certain nombre des colies de la prem (...)
  • 36 Cf.von Wartburg 1934, p. 415-6, s. u. farcire.
  • 37 Cf. Siewert 1986, p. 104-107 à propos de la scolie du ms. de Munchen Bayerische Staatsbibliothek, C (...)

39La leçon farsam de VE (et de D aussi s’il est vrai que ante rasuram il avait pharsam) pourrait être une erreur banale de la souche commune35, avec confusion de s et de r ; mais il pourrait aussi s’agir d’une correction erronée de fassam, un grécisme devenu désormais incompréhensible, en farsam, qui pourrait être lié à farsus36, indiquant une mixture de différents aliments (cf. le mot « farce » qui, dans le français du xiiie siècle, indique la viande hachée) avec une allusion maladroite au sort du pauvre Itys : en ce cas, il faudrait toutefois faire l’hypothèse que le compilateur de la scolie a oublié que omnes in aues uersi sunt. En ce qui concerne la correction de D, je crois que phasan n’indique pas le pigeon, mais le faisan37.

  • 38 Grazzini 2008, I, p. 160.

40Un cas un peu différent, parce qu’il concerne des scolies vergiliennes non serviennes, est celui relatif à la scolie de Iuu. VI, 70(personam thyrsumque tenent et subligar Acci) où l’on lit38 :

(1) (Personam) :laruam. vwdbuhatye
(2) Tyrsus hoc loco laruam significat, alias arborispalmitem.VWDB
(3) Tyrsus uelamen uocabatur quo nubentes capita uelabant.wbUTE
(4) Proprie autem tyrsus est summitas frondium uiridium, utique ramusculus.UTE

  • 39 Ibid., I, p. 225.

41L’argument est repris dans la scolie de Iuu. VI, 225 (permutatque domos et flammea conterit)39 :

(4) Nubentium capita uno orario id est operculo capitis uel aliquo pallio simul operiebantur ut per hoc adinuicem amorem unanimem se conseruare debere monstrarent. (5) Vnde quia capita ibi operiebantur nubere dicebantur, quia nubere dicimus operire. VWDBUHTE

42La scolie 6, 70.3 est très proche de celle que Giuseppe Ramires a publiée comme étant de Seruius auctus à Verg. Aen. VII, 390, dans le passage où est décrite la fureur d’Amata (vv. 384-91) :

per medias urbes agitur populosque feroces.
Quin etiam in siluas, simulato numine Bacchi,
maius adorta nefas maioremque orsa furorem
euolat et natam frondosis montibus abdit,
quo thalamum eripiat Teucris taedasque moretur,
« euhoe Bacche » fremens, solum te uirgine dignum
uociferans, etenim mollis tibi sumere thyrsos,390
te lustrare choro, sacrum tibi pascere crinem.

43Je reproduis ici le texte de Ramires 2003, p. 55 (ad Aen. VII, 390) avec la partie de ses apparats qui nous intéresse :

Tibi svmere thyrsossumebat. infiniti infinitiui sunt pro indicatiuis. Hoc loco thyrsos appellat uelamina quae sumebant sponsi de uertice sponsarum. Dicitur etiam thyrsus fenestra.

F T Pemg

1-2 hoc loco [...] sponsarum T : tirsi uirginum uelamina quos sponsi deuotacibus iuuonum (sic, an iunonis ?) traendo sumunt F tyrsos dicit uelamina quibus operiebantur capita nubentium Pe om. E2 Bodl. I Bodl. II Lb Lips. M Reg. 1674

  • 40 Le texte en marge de Pe (Paris, Bibliothèque nationale, lat. 7930, s.ix) est plus proche de notre s (...)

44Il a choisi de publier la scolie de T (Bern, Burgerbibliothek, lat. 165, s. IX) qui donne un sens accompli40. Dans l’édition de Thilo ad loc. on lisait seulement la première partie de la scolie, mais en apparat il y avait la scolie de F, (Paris, BnF, lat. 7929, ixe s.) présentée comme une scolie ajoutée par le correcteur f, qui montre un texte apparemment corrompu et incompréhensible, mais sûrement lié aux autres :

Tibi svmere thyrsossumebant. Et sunt infinitiui proindicatiuis.

thyrsos] tirsi uirginum uelamina quos sponsi deuotacibus iuuonù traendo sumunt in marg. add. f

  • 41 L’indication de Thilo in marg. add. f est ambiguë ou, pour mieux dire, erronée parce que, comme l’a (...)

45J’ai vérifié la situation sur le mcf. du ms. ; il s’agit bien, à mon avis, d’une deuxième main qui ajoute, sur la scolie du Servius auctus41, (TIBI [...] indicatiuis) un texte qui n’a été pas lu correctement jusqu’à ce jour :

Tirsi uirginum uelamina quos sponsi de uerticibus iuuenum traendo sumunt.

  • 42 Il pourrait se faire que θύρσος ait été confondu avec φάρσος, cf. CGL 2, 205.29 : uelamen φάρσος ; (...)

46Je crois que les deux scolies relatives à la signification de thyrsus (flammeus et fenestra) remontent à une origine tout à fait différente, par rapport à la qualité de SD, et ressemblent plutôt aux bizarres et amusants, mais fallacieux essais d’interprétation des grécismes menés dans le haut Moyen Âge. On voit bien comment est née la scolie : dans le texte de Virgile, au contraire de Juvénal, l’argument nuptial est central et peut justifier un αὐτοσχεδίασμα de ce genre sur un grécisme dont on ignorait la signification. C’est donc dans les commentaires de Virgile qu’il est né et qu’il s’est ensuite diffusé dans les scolies de Juvénal42.

  • 43 Grazzini 2008, I, p. 110-1.

47Il s’agit d’une situation qui ressemble typologiquement à celle des scholia recentiora de Iuu. IV, 39-4043 (incidit Hadriaci spatium admirabile rhombi / ante domum Veneris, quam Dorica sustinet Ancon) :

39 [...] (2) Adra diciturpetra graece. (3) Hinc Adriaticum mare dicitur eo quod saxosum sit et ideo periculosissimum.UHTE[…]
40 (1) (Ante domum Veneris) :locum describit capti piscis.Vwduatye
(2) Ancon :ciuitas Italiae quam Graeci aedificauerunt (ideo dixit Dorica Ancon) quae sita est supra mare Adriaticum, cui etiam templum Veneris imminet. (3) Adriaticum mare uocatur uel ab Adria ciuitate quam alluit uel a graeco quod est adra, id est petra. (4) Saxosum enim est.VWDUHTE

  • 44 Cf. le mot hadra, étudié par C. O. Brink dans TLL VI / 3 2487.64, qui renvoie à Walde-Hofmann 19383(...)

48et qui trouve sa correspondance dans la scolie vergilienne du Bern. 165 publiée par HAGEN 1867, p. 992 (ad Georg. II, 158 an mare quod supra memorem, quodque adluit infra ?)44 :

Hadriaticum enim mare dicitur uel ab Hadra ciuitate quam alluit uel ab hadra id est petra.

49Cette scolie se présente comme une expansion du commentaire servien ad loc.

158. An mare qvod svpraid est Adriaticum.
Allvit infraid est Tyrrhenum.

50La même scolie est aussi dans Remigius 1965, 30.3 :

Adrastia interpretaturpetrosa siue dura, nam adra Grece petre dicitur, hinc et Adriaticum mare quod sit saxosum et periculosissimum.

51Elle est reprise à la lettre par Papias 1977 s. u. Adastria ( !) (AD 15 De Angelis) :

Adastria interpretatur petrosa uel dura ; nam adra graece petra, uel ab adranes id est infirmitas uel impotentia : significat autem sortem quae est dura et inexorabilis.

52Uguccione 2004, A 75.1 (= Catholicon s. u. Adria), comme d’habitude, a enrichi le noyau d’orgine avec des éléments érudits et postérieurs :

(1) Adri uel adros grece, petra latine, inde hic Adria -e, mare quoddam. Eo quod sit magis petrosum quam alia maria, unde Ouidius Tristium (I, 11, 4) « scribentem mediis Adria uidit aquis » ; (2) et inde adriaticus -a -um, idest petrosus, et hec Adrastia -e, idest sors, quia alicui semper uidetur dura, unde Martianus Capella (I, 64.19) « quedam femina, que Adrastia uocabatur ».

  • 45 Cf. Walde-Hofmann 19383, p. 76 s. u. atrium, qui signale les essais étymologiques de Keller 1935, p (...)

53La glose hadra id est petra est donc bien connue et on a discuté sur son origine sans arriver à rien de probable45. Là aussi il s’agit, à mon avis, d’un αύτοσχεδίασμα né de l’intention d’accroître la note servienne trop sèche avec des éléments déduits du texte de Virgile (Georg. II, 155-8 : adde tot egregias urbes operumque laborem, / tot congesta manu praeruptis oppida saxis / fluminaque antiquos supter labentia muros. / An mare quod supra memorem, quodque adluit infra ?), même si, dans ce cas, je dois avouer que la dynamique de l’association est moins claire.

54J’ai choisi de présenter ici une petite sélection d’exemples relatifs à l’utilisation de Servius dans les scholies carolingiennes à Juvénal, exemples qui m’ont semblé particulièrement significatifs ou problématiques, mais, comme je l’ai dit pour commencer, Servius est très présent dans ces commentaires. Pour des hommes comme Heiric et Rémi, qui ont eu l’ambition de commenter un texte difficile et corrompu comme celui de Juvénal sans rien laisser d’inexpliqué, l’autorité servienne a constitué un répertoire inépuisable de connaissances mythologiques, grammaticales et lexicales. Servius, plus qu’Isidore de Séville, a été pour eux la vraie encyclopédie du monde ancien qu’ils pouvaient interroger de mille façons, mais il a aussi été, d’un point de vue structurel, un paradigme exégétique sur lequel construire de nouveaux commentaires.

Notes

1 Je continue à utiliser la désignation traditionnelle, mais Veronikavon Büren 2007, p. 167-186, soutient avec des arguments très pertinents qu’ils n’ont pas travaillé à Auxerre mais plutôt à Reims.

2 Voir Grazzini 2008 ; le premier volume de l’édition définitive (satt. 1-6) est actuellement en cours d’impression dans la collection « Testi e commenti » de la Scuola Normale Superiore di Pisa. Le texte est fondé sur les mss. suivants : rédaction φ : V = Leiden, Bibliotheek der Rijksuniversiteit, Voss. lat. Q. 18 (s.x2 ; Auxerre / Reims) ; W = Wien, Osterreichische Nationalbibliothek, 131 (xie s. ; Rhénanie) ; D = Paris, Bibliothèque nationale, lat. 8070 (x/xie s. ; Mont Saint-Michel) ; B = Leiden, Bibliotheek der Rijksuniversiteit, Voss. lat. F. 64 (s.x2 ; Auxerre / Reims) ; rédaction χ : U = Città del Vaticano, Urb. lat. 661 (xie s. ; Allemagne) ; H = Paris, Bibliothèque nationale, lat. 9345 (xe s. ex. ; Echternach) ; A = Munchen, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 408 (xie s. ; Allemagne) ; T = Città del Vaticano, Vat. lat. 2810 (xe s. ; Italie du Nord) ; Y = Einsiedeln, Stiftsbibliothek, 34 (407) (xe s. ; Einsiedeln) ; X = Sankt Gallen, Stiftsbibliothek, 871 (xie s. ; Sankt Gallen) ; E = London, British Library, Addit. 30861 (xie s. ; Allemagne). Une rédaction un peu différente et sûrement antérieure se trouve dans L = Leiden, Bibliotheek der Rijksuniversiteit, B. P. L. 82 (xie s. ; Allemagne). Il s’agit de textes inédits pour la plupart ou publiés de manière fractionnée sur la base de manuscrits dont le texte est parfois incohérent. Bien que les deux familles aient en commun d’importantes parties du texte, la deuxième présente souvent un texte plus étendu. J’ai donc rencontré un problème semblable à celui de l’édition de Servius et de Servius Danielis (dorénavant SD). Il fallait publier ensemble ce qui est commun et laisser à part le reste. En outre, les grandes variations de la base testimoniale ont exigé que fût indiquée clairement et immédiatement l’origine de chaque texte. De plus, j’ai aussi indiqué la place où se trouvaient les différentes notes en utilisant les sigla majuscules des manuscrits pour les scolies marginales ou des commentaires perpétuels et les sigla minuscules pour les gloses écrites dans les interlignes.

3 Grazzini 2008, I, p. 415.

4 SD ad. Aen. I, 16 cite aussi Iuu. XVI, 6 : Samosic Iuuenalis « et Samia genetrix quae delectatur harena ».

5 Il s’agit d’un raisonnement tout à fait correct ; cf. d’ailleurs Stramaglia, 2008, p. 292, qui, après avoir mentionné le passage des scholia uetustiora XVI, 1.2, observe : « ma Servio [...] e Prisciano (GL II, p. 399, 1-2) citano versi del componimento sotto il nome di G(iovenale) e sia la lingua che lo stile sono perfettamente in linea con la restante produzione del poeta ».

6 Il est curieux que dans X (p. 160) on lise une scolie très semblable (c’est le seul commentaire du ms. relatif à la satire XVIe) : haec satyra a plerisque exploditur nec Iuuenalis esse refertur. Sur ce point, l’information que donne Wessner 1931, p. 288, est erronée : « schol. χ in cod. Sang. X ad initium sat XV adscriptum est » ; en effet c’est une scolie isolée, présente seulement dans X, alors que AT ont la même scolie que VWD et, de plus, elle ne se trouve pas au debut de la XVe satire, mais bien au début de la xvie.

7 Grazzini 2008, I, p. 49.

8 Cf. aussi le CGL 6, p. 2 s. u. abdomen.

9 Grazzini 2008, I, p. 88.

10 Vel furcas de 3, 193.4 est peut-être une erreur pour bifurca, mais il faut le conserver parce que la source commune à VWD et L (f. 24 r. tibicines uocat fulchra uel furcas...) l’avait déjà.

11 Cf. Delvigo 1995, p. 30-8.

12 Servius 1961a, II, p. 37.

13 Aen. VI, 186 n’est pas un imperfectus uersus : aspectans siluam immensam, et sic forte precatur.

14 En commentant Aen. V, 547 (nunc dextra ingeminans ictus, nunc ille sinistra) Servius 1961a, I, p. 627, observe : Nvnc ille sinistra« ille » uacat : nam metri causa additum est : de ipso enim dicit, ut « creber utraque manu pulsat uersatque Dareta », observation qui reprend le commentaire ad. Aen. I, 3 (Servius 1961a, I, p. 9) Mvltvm ILLE « multille » conlisio est. Et « ille » hoc loco abundat ; est enim interposita particula propter metri necessitatem, [[ut stet uersus : ]] nam si detrahas « ille », stat sensus ; « qui primus » enim ad omnia possumus trahere. Sur la double interprétation de tibicines cf. Viparelli 1990, p. 167-70.

15 Heraeus 1899, p. 166.

16 Servius 1961a, I, p. 170.

17 Cf. Schopen 1846, p. 1-23 (qui publie seulement les scolies de V) ; la même scolie est publiée aussi par Höhler 1897, p. 417.

18 Servius 1946, p. 250.

19 Brugnoli-Stok 1997, p. 28-9.

20 Dans ce cas, la scolie de L est égale à 3, 193.4-5, mais après on lit : fdebistinisf id est pertica ruinosis tectis supponitur pro furca.

21 Cf. Delvigo 1995, op. cit., p. 31-2.

22 L aussi a le même texte.

23 Voir d’ailleurs Sacerdos dans Gramm. 6, p. 474.9 K. (=ps. Prob. dans Gramm. 4, p. 9.6 K.) à propos des substantifs dont le nominatif se termine en -n : latina quidem generis masculini uel feminini rara habentur ; duo simplicia, hic rien rienis, lien lienis ; composita generis omnis hic et haec et hoc tibicen tibicinis, cornicen cornicinis, fidicen fidicinis ; quamuis Terentius fidicina et tibicina posuerit.

24 Grazzini 2008, I, p. 31.

25 Cf. Zorzetti 1995, p. XI : « la source la plus récente du fabularius est Rémi d’Auxerre » ; cf. aussi p. XLII.

26 Grazzini 2008, I, p. 60.

27 Voir aussi Porphyrio 1894, p. 19 (in Hor. Carm. I, 12, 37) : Animaeqve magnaeAemilium Paulum dicit, qui uictus ab Hannibale apud Cannas Apuliae uicum maluit perire, quam exemplo collegae Varronis fugere.

28 Ibid., I, p. 67 ; je reproduis ici le texte et l’apparat de mon editio maior en cours d’impression (cf. n. 2).

29 Pelle Libystidis ursae revient dans Aen. VIII, 368 et Servius 1961a, II, p. 255 (ad loc.) observe : Pelle libystidis vrsaespecies pro genere : nam cuiuslibet ferae possumus accipere.

30 Grazzini 2008, I, p. 118 ; les Scholia uetustiora dans Wessner 1931 ad loc. ne notent rien à propos de Numidas : (Comminvs vrsos) figebat Nvmidas (Albana nvdvs harena venator) et iste iuuenis in lusorio Caesaris ursos saepe quasi uenator occidit.

31 Sur le traitement de ce problème par les commentateurs de Virgile au xve siècle, voir la communication de S. Ottaviano, p. 524, n. 61.

32 Voir aussi Phylargirius dans Servius 1961b, III / 2, p. 142 (ad Buc. VIII, 3) : Lyncesidest pro feris omnibus.

33 Voir Grazzini 2008, I, p. 234 ; je reproduis ici le texte et l’apparat de mon editio maior en cours d’impression (cf. n. 2).

34 On pourrait peut-être imprimer dans le texte de Servius la lectiophassam – du Mythographe parce qu’il est improbable que celui-ci connût le grec φάσσα, « pigeon ».

35 Même si E est un témoin de la deuxième famille, il contient un certain nombre des colies de la première, pour lesquelles il s’accorde souvent avec V.

36 Cf.von Wartburg 1934, p. 415-6, s. u. farcire.

37 Cf. Siewert 1986, p. 104-107 à propos de la scolie du ms. de Munchen Bayerische Staatsbibliothek, Clm 375 (I) de la moitié du xiie s., n. 8 relative à Hor. Carm. IV, 12, 5-6 (nidum ponit hythin flebiliter gemens / infelix auis) : filius progne et dicitur taha uel prirhhon uel auis italica quae fasan dicitur ; cf. aussi la scolie publiée par Botschuyver 1935, p. 211 (ad Carm. IV, 12, 6) : Iuppiter omnes conuertit in aues, uidelicet Tereum in hupupam, Ityn filium eius in f fassum, Procnen in harundinem [sic], Philomelam in luscinium [sic] ; Schûtzeichel 2004, p. 72 s. u. fasan.

38 Grazzini 2008, I, p. 160.

39 Ibid., I, p. 225.

40 Le texte en marge de Pe (Paris, Bibliothèque nationale, lat. 7930, s.ix) est plus proche de notre scolie, mais c’est ici sans importance.

41 L’indication de Thilo in marg. add. f est ambiguë ou, pour mieux dire, erronée parce que, comme l’a remarqué G. Ramires dans la discussion, les scolies du codex Floriacensis sont toutes en marge du texte de Virgile.

42 Il pourrait se faire que θύρσος ait été confondu avec φάρσος, cf. CGL 2, 205.29 : uelamen φάρσος ; ἱμάτιον || κάλυμμα.

43 Grazzini 2008, I, p. 110-1.

44 Cf. le mot hadra, étudié par C. O. Brink dans TLL VI / 3 2487.64, qui renvoie à Walde-Hofmann 19383, p. 76 s. u. atrium. On trouve le mot « hadra -ae, f. = lapis, Schol. Bern. Verg. » dans un dictionnaire encore très populaire comme le Georges / Calonghi.

45 Cf. Walde-Hofmann 19383, p. 76 s. u. atrium, qui signale les essais étymologiques de Keller 1935, p. 435, selon qui (h)adra était un mot italique et le refusait délibérément, et ceux de Cuny 1916, p. 12 qui pensait à un mot emprunté au punique défini « ganz hypothetisch ».

Auteur

Università di Salerno

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540