Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Servius au Moyen Âge

Spécificités et réception du commentaire aux Géorgiques : l’exemple d’Isidore de Séville

Muriel Lafond

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier Cécile Martini, responsable du service public et de la réserve interunivers (...)
  • 2 Les critiques les plus sévères à l’égard de Servius apparaissent sans doute sous la plume d’E. K. R(...)
  • 3 A. Cameron, « Paganism and Literature in Late Fourth Century Rome », dans Christianisme et formes l (...)
  • 4 A. Cameron, « Gratian’s Repudiation of the Pontifical Robe », Journal of Roman Studies, 58, 1968, p (...)
  • 5 G. Ramires 1996 et 2003.

1Consacrer à Servius un important colloque international de trois journées témoigne bien de l’intérêt que le grammaticus suscite depuis maintenant plusieurs années1. La longue période de mépris que rencontrèrent ses commentaires paraît désormais révolue : nul n’oserait encore affirmer de nos jours que Servius s’est contenté de copier littéralement le commentaire disparu de Donat ou lui refuser toute originalité2 ; nul ne soutiendrait l’avis d’Alan Cameron, qui résumait l’apport de celui qu’il qualifiait de « ridiculement surestimé »3 à des ciseaux et un pot de colle4. Le commentateur de Virgile connaît de fait un véritable retour en grâce, comme en attestent les différents travaux d’éditions et de traductions récents, qu’il s’agisse des ouvrages de Giuseppe Ramires5, d’un projet lancé depuis peu aux Belles Lettres, de celui du groupe de recherche international Polymnia, à l’approche mythographique, mais aussi de nombreux livres, articles ou manifestations qui lui sont dédiés.

2Cependant, face à ce renouveau des études serviennes, force est de constater que le commentaire aux Géorgiques demeure un peu en retrait. Certes, les exégètes de ce poème se tournent immanquablement vers Servius : dans les éditions commentées comme dans le groupe de discussion consacré au poète de Mantoue sur Internet, Mantovano6, les spécialistes de Virgile recourent bien souvent à l’autorité du grammaticus pour discuter d’un passage problématique. Néanmoins, lorsque les chercheurs étudient Servius pour lui-même – sa méthode exégétique, son rapport à la poésie, à l’histoire, au mythe ou à la philosophie -, ils puisent plus rarement à ces derniers commentaires. On rétorquera que l’Énéide constitue l’œuvre majeure de Virgile et qu’il est donc tout naturel de se concentrer sur cette partie des écrits du scoliaste. Pourtant, même si les commentaires aux Bucoliques se voient également quelque peu délaissés, ils suscitent malgré tout un intérêt plus important que ceux aux Géorgiques : nous en voulons pour preuve les deux traductions auxquelles ils ont récemment donné lieu, d’autant qu’une troisième est en cours d’élaboration7. Il convient donc de nous pencher sur ces différences d’utilisation et de nous demander si la raison de ce désintérêt relatif pour ces derniers écrits s’avère être un effet du hasard ou si elle trouve son origine dans les caractéristiques intrinsèques de ces scolies.

Spécificités du commentaire aux Géorgiques

  • 8 Tout au long de cet article, nous nous référerons uniquement à l’édition Thilo puisqu’il s’agit de (...)
  • 9 Pour être précis, il convient de signaler que la première scolie se trouve p. 5, après une brève in (...)
  • 10 De fait, après les 210 pages du commentaire au livre I, l’on constate une forte baisse pour le deux (...)

3C’est tout d’abord un fait indéniable que ce commentaire se voit victime de sa position terminale : il est en effet précédé des quelque 1305 pages d’étude de l’Énéide dans l’édition Thilo8, auxquelles s’ajoutent les 127 se rapportant aux Bucoliques. Grande est donc la tentation de puiser des exemples principalement dans le début de cette somme considérable. Servius ne procède d’ailleurs pas autrement lorsqu’il étudie les écrits du poète : dans les commentaires aux Géorgiques, il renvoie 215 fois à l’Énéide, mais 40 citations sont extraites du seul livre I, la moyenne des reprises pour les autres chants avoisinant les 16 occurrences. De même, le grammaticus consacre 210 pages dans l’édition Thilo au chant I de l’épopée9 contre 77 pour le chant XII. Si l’on constate déjà une sorte de tarissement dans les commentaires à l’Énéide, et ce dès le chant VII10, il paraît légitime d’imaginer un étiolement progressif jusqu’aux dernières scolies du commentaire aux Géorgiques.

  • 11 Ad Georg. IV, 499. Nous avons mis id est en gras – et il en ira de même pour l’ensemble de notre a (...)

4Pourtant, contre toute attente, l’étude servienne des Bucoliques bénéficie d’une ampleur proportionnellement un peu plus élevée que celle de l’Énéide, comme le montre le rapport du nombre de vers étudiés par page commentée, avec une moyenne de 6,5 vers des Bucoliques analysés par page contre 7,5 vers de l’épopée. En revanche, le commentaire aux Géorgiques confirme bien la tendance que nous avions constatée, puisque l’on passe à une moyenne d’un peu plus de 9 vers étudiés par page. Cette concision s’accentue d’ailleurs progressivement : de 89 pages pour le commentaire du premier livre, l’on tombe à 41 pour le dernier, avec parfois 50 vers étudiés en seulement deux pages. C’est le cas pour les scolies ad Georg. IV, 470 à 519, où l’on trouve, en guise d’explication, tantôt une simple citation attribuée à Ovide, qui suit immédiatement le lemme sans autre commentaire (ad Georg. IV, 494), tantôt la reprise d’un mot du poème seulement enrichi d’une préposition (fvgit diversa id est per diuersa11), tantôt un synonyme dont le sens est illustré par une citation (ad Georg. IV, 501). À ces scolies si brèves s’ajoute l’omission pure et simple de nombreux vers, qui vient encore renforcer l’impression de survol du poème virgilien en cette fin de commentaire.

  • 12 Pour une présentation des différentes hypothèses émises à ce sujet, nous nous permettons de renvoye (...)
  • 13 Sur cette absence, voir notre article « Lectures de Protée dans les commentaires serviens : entre s (...)

5Certes, ce passage constitue un cas extrême de l’étude des Géorgiques, dans la mesure où l’on y trouve également des scolies longuement développées, mais il faut reconnaître que la brièveté, voire le passage sous silence, semble caractériser ces pages d’une façon générale. Nous en voulons pour preuve l’exemple connu des laudes Galli : Servius a mentionné à deux reprises, au début du commentaire de la dixième Bucolique et à celui de la quatrième Géorgique, que se trouvaient à la place de l’histoire d’Aristée – ou d’Orphée, selon la deuxième occurrence – des louanges à Gallus, changement qui se serait opéré à la suite de la disgrâce du préfet d’Égypte, sur l’ordre d’Auguste. Or aucune mention n’en est faite à l’endroit où est censée avoir eu lieu la transformation du texte poétique, alors qu’il ne s’agit pas moins que de la remise en question de l’unité même de cette quatrième géorgique. On sait combien ces deux brèves mentions ont fait couler d’encre12, sans que l’on puisse encore de nos jours vraiment trancher à propos de leur véracité, mais il est frappant de constater le degré de concision de Servius sur un sujet aussi important : même si l’on ne pouvait s’attendre à des considérations sur la structure globale de l’œuvre – ce qui serait contraire à l’habitude exégétique de Servius et, plus largement, du commentaire grammatical -, il était de bon droit d’espérer un supplément d’informations, sur l’ampleur de la transformation par exemple13.

  • 14 Servivs, ad Georg. I, 43 : […] illud quoque sciendum est, in his libris non esse obscuritatem in qu (...)

6On a tenté d’expliquer la brièveté des commentaires aux Géorgiques par une altération des manuscrits ou tout simplement par la volonté de Servius d’en finir le plus vite possible. Il nous paraît cependant plus intéressant de substituer à ces conjectures une étude précise du texte servien lui-même. Ainsi, dans la scolie 43 du commentaire au livre I des Géorgiques14, le grammaticus distingue-t-il le niveau d’exégèse mis en œuvre dans l’Énéide de celui nécessaire pour le poème qui le concerne dans ces lignes : selon lui, l’épopée présente des obscurités, réclamant des efforts d’interprétation, tandis qu’une simple explication d’un point de vue littéral suffirait souvent pour le second. Cette réflexion explique sans doute pourquoi le scoliaste se livre aussi rarement dans ce dernier commentaire aux interprétations morales et philosophiques qui émaillaient celui consacré à l’Énéide, en particulier pour le chant VI.

7On pourrait également penser que, si le commentaire aux Géorgiques se révèle proportionnellement plus bref que celui des autres œuvres virgiliennes, c’est que Servius ne souhaite pas sans cesse redire ce qu’il a déjà écrit, au fil des nombreuses pages précédentes, sur l’histoire, les mythes, la religion ou les realia par exemple. De fait, on repère aisément l’expression ut supra diximus « comme nous l’avons dit plus haut », qui apparaît en moyenne 24 fois pour 100 pages de commentaires à l’Énéide et permet souvent au scoliaste de synthétiser un développement antérieur. On pourrait s’attendre à une inflation dans l’utilisation de cette formule dans les dernières pages des écrits de Servius, mais il n’en est rien : sa fréquence demeure la même que dans les commentaires du premier poème étudié et la moitié de ces occurrences renvoie d’ailleurs à l’étude même des Géorgiques. Est-ce à dire que Servius n’utilise pas ce qu’il a écrit auparavant ? Nullement, cela signifie simplement que le grammaticus omet de signaler certaines redites, ce qui n’est pas sans rendre parfois complexe la lecture de ces scolies, comme nous allons le voir.

8Parmi ces reprises des commentaires antérieurs que Servius ne souligne pas, on peut aisément distinguer trois catégories. La première, qui n’est pas la plus répandue, réunit ce qui ne relève que du simple rappel, comme il apparaît dans l’exemple suivant.

ad Aen. I, 697 : Aulaeisuelis pictis, quae ideo aulaea dicta sunt, quodprimum in aula Attali regis Asiae, qui populum Romanum scripsit heredem, inuenta sunt.

ad Georg. III, 25 : aulaea autem dicta sunt ab aula Attali regis, in qua primum inuenta sunt uela ingentia, postquam is populum Romanum scripsit heredem.

9On notera la similitude des informations apportées : seule la mention de l’Asie et de pictis fait défaut dans la scolie aux Géorgiques, qui précise de son côté qu’il s’agit de uela ingentia.

  • 15 Setaioli 1995.

10Parfois, en revanche, la reprise laisse de côté de longues explications pour n’en garder qu’une portion fort réduite et synthétique. Dans son commentaire à l’Énéide, Servius s’arrête ainsi longuement sur la question de la survie de l’âme après la mort : il évoque les différentes conceptions des enfers, des Anciens comme de celle qui lui est propre, la séparation du corps et de l’âme ainsi que les purifications nécessaires à cette dernière. Or, dans le commentaire aux Géorgiques, ad Georg. I, 243 par exemple, le scoliaste se contente de fournir les conclusions de son raisonnement en un résumé si succinct que, pour appréhender toute la richesse de sa réflexion, il s’avère nécessaire de se reporter aux pages étudiant l’Énéide, en particulier aux scolies 724 et 741 du livre VI pour ce qui concerne la purification de l’âme. De fait, si l’on consulte l’index de l’ouvrage qu’Aldo Setaioli a consacré au thème de la survie de l’âme chez Servius15, on ne peut que constater le peu d’occurrences renvoyant aux commentaires aux Géorgiques. Le scoliaste ne s’y attarde guère sur les sujets philosophiques car tout a été dit plus haut. On ne trouve donc, dans ces dernières scolies, que quelques passages synthétiques ou de rares développements sur ce thème.

  • 16 troiae cynthivs avctoruel Apollinem dicit propter muros : uel Cynthium, regem Troiae, quem in Tro (...)

11Enfin, la dernière catégorie d’emprunts faits aux commentaires à l’Énéide ou aux Bucoliques sans être signalés par Servius réunit ceux qui s’avèrent tellement elliptiques qu’ils en deviennent à peine compréhensibles. Parfois, notre connaissance de la mythologie suffit à suppléer les explications manquantes : ad Georg. III, 36, afin de commenter « Cynthius, fondateur de Troie », Servius écrit : « Virgile désigne soit Apollon à cause des murs soit Cynthius, roi de Troie, qu’évoque Néron dans ses Troica16. » L’expression « à cause des murs » renvoie bien entendu à un épisode connu : en guise de punition pour leurs actes de rébellion, Zeus ordonna à Apollon et Poséidon de se mettre au service de Laomédon, qui leur demanda d’ériger les murailles de Troie. Mais ce mythe est rapporté ad Aen. I, 547 et II, 610, soit plus de 1000 pages plus haut, sans aucun renvoi à ces passages.

  • 17 reginainferioris personae reuerentia est maiorem meritis appellare, non nomine ; contra maioris e (...)
  • 18 inplorans nomine tvrnvmex multis rebus indicat perturbationem : quod festinans uenit, quod per ho (...)

12Il arrive également à plusieurs reprises que l’on ne puisse comprendre le texte du dernier commentaire si l’on ne parvient pas à le mettre en relation avec le passage auquel il se réfère tacitement. Ainsi, à la fin du poème géorgique, Aristée, qui a perdu toutes ses abeilles, se lamente et en appelle à sa mère, la nymphe Cyréné. Servius commente le vers 321 en jugeant inuidiosum le fait d’appeler ses parents par leur nom (inuidiosum est nomine parentes uocare), terme très fort puisqu’il signifie « révoltant », « odieux ». Pour illustrer cette affirmation, le scoliaste cite une phrase extraite des paroles d’une compagne de Cyréné, qui lui rapporte les plaintes de son fils au vers 356 : et te crudelem nomine dicit, que l’on peut traduire, si l’on suit l’interprétation de Servius, par « et il te traite de cruelle en t’appelant par ton nom ». Cette citation n’explique rien ; elle est suivie d’une autre, tirée cette fois de l’Énéide (XII, 652) : un combattant, Sacès, dans un accès de désespoir, « se précipite, implorant Turnus par son nom ». Que comprendre à cette scolie si elliptique, qui évoque une façon odieuse de s’adresser à ses parents et illustre cette remarque en évoquant un homme qui supplie le roi des Rutules ? En vérité, pour éclaircir ce point complexe, il faut se reporter au commentaire du livre I de l’Énéide, où l’on peut lire, ad Aen. I, 7617, qu’un inférieur ne peut appeler par son nom un être qui lui est supérieur sans lui manquer de respect. Servius cite le même exemple de Sacès et renvoie à Aristée, qui parlent l’un et l’autre sans donner le titre qui convient à leur interlocuteur, sous l’effet de l’émotion. De plus, dans la scolie où le grammaticus commente ce vers 652 du livre XII18, on rencontre à nouveau cette règle : appeler un supérieur par son nom est une contumelia, un affront, une parole outrageante que seul peut expliquer ici le trouble du combattant blessé. Nous voyons ainsi comment le grammaticus a contracté son propos dans l’énigmatique scolie de la quatrième géorgique au point de la rendre incompréhensible à qui ne ferait pas le rapprochement indispensable avec les deux passages du commentaire à l’Énéide, mais que Servius s’est néanmoins dispensé de signaler.

13Les pages consacrées aux Géorgiques seraient donc caractérisées non pas par une simple brièveté de l’expression, propriété que l’on retrouve dans l’ensemble des écrits serviens dédiés à l’œuvre de Virgile, mais par une concision parfois poussée à l’extrême, au point de venir faire obstacle à une compréhension claire de certains passages. On comprend mieux ainsi pourquoi ces commentaires sont un peu négligés, dans la mesure où ils réclament bien souvent un retour sur l’une ou l’autre des nombreuses scolies écrites auparavant. De fait, les quelques exemples que nous venons d’étudier offrent une image bien sombre des commentaires aux Géorgiques : s’il ne s’agit que de reprises, le plus souvent non explicites, de passages glosant l’Énéide ou les Bucoliques, de calques de ce qui a déjà été dit ou de concentrés parfois obscurs, quel intérêt peuvent revêtir ces pages, hormis pour certains points susceptibles de servir l’exégèse virgilienne ?

14Nous nous sommes efforcée de montrer jusque-là les raisons qui font de ces commentaires aux Géorgiques un texte sans doute plus concis et plus difficile à lire que le reste, mais il convient de ne pas s’arrêter à cet aspect, pourtant indéniable, de ces derniers écrits, dont la lecture s’avère être également d’une grande richesse et d’un apport considérable. Si Servius tend à résumer ce qu’il a dit précédemment, parfois de façon trop condensée, il peut choisir à l’inverse de développer certains éléments, qui n’étaient qu’évoqués jusqu’alors, dans les pages consacrées au poème géorgique, à l’endroit qu’il juge le plus opportun. Ainsi, après s’être contenté de mentionner à plusieurs reprises l’enlèvement de Proserpine par Pluton dans les commentaires précédents, avec un rapide développement ad Aen. IV, 609 et ad Buc. III, 26 pour justifier les cris que l’on poussait aux carrefours, le scoliaste s’attache à présenter le mythe dans son entier pour commenter le vers 39 du livre I des Géorgiques, estimant que c’était là l’endroit le plus approprié pour cet exposé. Il arrive également que Servius offre, en plus d’une reprise d’un passage précédent, un complément d’informations, comme c’est le cas au sujet des Scipion, ad Georg. II, 170, qui reprend, complète et même corrige le commentaire du vers 842 du livre VI de l’Énéide.

15En dépit de leur extrême concision, les scolies du commentaire aux Géorgiques n’offrent pas, dans les thèmes abordés, de différences fondamentales avec celles des autres poèmes virgiliens : les règles de l’arsgrammatica y occupent toujours une place importante ; l’étymologie est bien présente et Servius n’hésite pas à décliner l’ensemble du champ sémantique d’un mot, quel que soit son contexte dans le vers étudié. Outre les nombreux points relatifs à l’étude de la langue, l’on trouve des notices portant sur les realia, la géographie, l’histoire, la religion, les mythes – même s’ils donnent bien moins souvent lieu à une interprétation allégorique -, la philosophie – même si elle se voit souvent réduite aux conclusions de réflexions antérieures –, etc.

Un exemple de réception du commentaire aux Géorgiques : Isidore de Séville

16Pour juger de l’apport réel que présente ce commentaire, il peut être fructueux de se tourner vers un auteur dont l’œuvre s’avère très redevable aux écrits serviens, Isidore de Séville. Puisque le grammaticus constitue une source fondamentale pour les Différences ou les Étymologies, on peut se demander quelle est la réception accordée en particulier aux commentaires aux Géorgiques : l’évêque de Séville y a-t-il recouru, et s’il l’a fait, dans quelle mesure ?

  • 19 Sur la différence d’utilisation de Servius dans le Traité de la nature et les Étymologies, on se re (...)

17Nous nous intéresserons uniquement, dans cet article, aux Étymologies car, entre le Traité de la nature par exemple et cette somme encyclopédique, on peut constater qu’Isidore a relu les commentaires de Servius aux poèmes virgiliens pour une utilisation bien plus fréquente et systématique. Sa pensée s’est affinée, a gagné en clarté, ainsi que le prouve notamment sa définition de l’astronomie au livre III des Étymologies et la distinction qu’il établit entre elle et l’astrologie (III, 27)19.

  • 20 On se reportera à la préface de Tradition et actualité chez Isidore de Séville, Variorum reprints, (...)
  • 21 Isidore, Étymologies XXIV, 26 : Nam antiquus nuptiarum erat ritus quo se maritus et uxor inuicem em (...)

18Avant de traiter de la fréquence de l’utilisation des commentaires aux Géorgiques dans cette œuvre immense, il convient de nous arrêter sur la version étendue des écrits du scoliaste, le Servius Danielis. Dans son édition, Thilo souligne en effet un certain nombre de parallèles entre celui-ci et les Étymologies, alors que l’on est en droit de se demander si Isidore de Séville pouvait en réalité disposer de cette version. Se pose d’emblée le problème de datation qu’impliquent ces rapprochements, puisque, si Jacques Fontaine estime que l’écriture des Étymologies a dû commencer en 615 pour se terminer en 63220, nous ne connaissons pas avec exactitude le moment où un compilateur anonyme donna naissance au Servius Danielis ni l’époque marquant le début de sa diffusion. De plus, les passages qu’Isidore aurait repris de la version étendue ne contiennent jamais les mots mêmes du commentaire – du moins en ce qui concerne celui aux Géorgiques –, exception faite de quelques exemples grammaticaux ; or on constate bien souvent le contraire pour ce qui est extrait du commentaire original. Ainsi, pour Georg Thilo, proscissio est aratio prima, cum adhuc durus ager est (Étym. XVII, 2, 5) viendrait d’un passage du Servius Danielis (ad Georg. I, 97) : cum enim primo agri arantur, quando duri sunt, proscindi dicuntur. Si Isidore reprend bien l’idée de premier labour, quand les champs sont encore durs, il est fort probable qu’il ait tiré cette définition non pas du Servius Danielis lui-même, mais d’un traité agricole ou bien, plus probablement, d’un autre commentaire aux Géorgiques car on peut remarquer à plusieurs reprises que l’évêque utilise également les scolies du pseudo-Probus ou de la Breuis expositio. De fait, tous ces commentaires puisent au même fonds commun grammatical et l’absence de concordance exacte ne nous permet pas de déterminer avec certitude la source utilisée par Isidore. De même, au livre V, consacré aux lois et aux divisions temporelles, cet auteur reprend précisément les quelques mots de Servius concernant le rite de la coemptio ad Georg. I, 3121 alors que le Servius Danielis en offrait, dans la même scolie, une définition bien plus développée et précise. Cet exemple, parmi bien d’autres, de reprise clairement identifiée du commentaire original ainsi que le doute que peut légitimement nous inspirer une utilisation par Isidore de la version étendue nous amènent donc à nous intéresser exclusivement au texte original de Servius.

  • 22 Katherine Nell McFarlane, « Isidore of Seville on the Pagan Gods (Origines VIII, 11) », Transaction (...)
  • 23 C. Cannon, « The Owl and the Nightingale and the Meaning of Life », Journal of Medieval and Early M (...)

19Si l’on considère les loci paralleli établis par Thilo, en comptabilisant les répétitions mais en écartant les références faites au Servius Danielis, on relève 588 emprunts au commentaire à l’Énéide, soit une moyenne de 45 reprises pour 100 pages. On constate une utilisation massive du livre I, de l’ordre de 22 %, soutenue jusqu’au livre VIII, tandis que les quatre derniers se voient bien moins sollicités. Isidore recourt cependant aux scolies sur les Bucoliques dans les mêmes proportions que celles portant sur l’épopée. Cet intérêt pour les écrits serviens s’explique aisément : le projet de l’évêque de Séville accorde une place centrale à l’étymologie puisque, pour lui, ainsi que le note Katherine Nell McFarlane22, comprendre l’origine d’un mot permet d’atteindre la nature essentielle de ce qu’il représente. Christopher Cannon23 souligne de plus que, si le modèle encyclopédique au Moyen Âge est bien l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, Isidore commence par étudier la grammaire et non par livrer une description du monde, comme le faisait son prédécesseur, car l’enjeu s’est déplacé. Or Servius – et avec lui la tradition grammaticale – accorde la même place fondamentale à cet aspect du savoir. C’est d’ailleurs dans le livre X des Étymologies, suite alphabétique de mots accompagnés de leur étymologie, intitulée de uocabulis, que l’on trouve le plus d’emprunts faits aux commentaires à l’Énéide.

  • 24 11 des 16 parallèles que nous avons relevés sont des reprises quasi littérales du texte servien : E (...)

20Ce livre doit, en revanche, très peu aux commentaires aux Géorgiques car, nous l’avons vu, c’est avec une certaine parcimonie que Servius répète ce qu’il a déjà écrit précédemment. Dans ces passages, Isidore recourt donc à ces scolies finales uniquement pour des étymologies inédites jusqu’alors ou pour compléter les informations qu’il a pu puiser plus haut. C’est le cas, à titre d’exemple, pour le mot pernix (X, 211), montage d’une glose ad Aen. IV, 280 et ad Georg. III, 230. En fait, Virgile a écrit, avec les Géorgiques, un poème bien plus spécialisé que ses autres œuvres, si bien que l’encyclopédiste va user du dernier commentaire servien d’une façon encore plus importante que ce que nous avons constaté jusque-là : les emprunts à celui-ci s’élèvent en effet à 164, de sorte que l’on passe de 45 reprises pour 100 pages en moyenne pour les commentaires à l’Énéide et aux Bucoliques à plus de 70, si l’on suit encore une fois les parallèles établis par Thilo, débarrassés toutefois des supposées reprises extraites de la version étendue. Nous conservons ce calcul afin de pouvoir le comparer aux résultats que nous avons mentionnés à propos des deux autres commentaires ; cependant, notre propre lecture de l’ensemble des Étymologies nous a permis de comptabiliser 180 reprises, dont quelques-unes n’ont été repérés ni par Thilo ni par les éditeurs des livres isidoriens aux éditions des Belles Lettres. Nous donnons en note la liste de ces parallèles nouvellement établis, qui reprennent pour la plupart les mots mêmes de Servius24.

  • 25 William D. Sharpe, « Isidore of Seville : The Medical Writings. An English Translation with an Intr (...)
  • 26 Voir l’introduction au livre XVII des Étymologies, De l’agriculture, texte établi, traduit et comme (...)

21L’ampleur de ces reprises, qui se traduit par un emprunt toutes les pages et demie, s’explique par le fait que l’évêque de Séville s’intéresse tout particulièrement aux sciences de la nature, comme le souligne William D. Sharpe25 : astronomie dans le Traité de la nature et aux livres III et XIII des Étymologies ; médecine et anatomie aux livres IV et XI ; organisation des saisons au livre V ; zoologie au livre XII ; météorologie au livre XIII ; botanique au livre XVII, etc. Or, si les commentaires aux Géorgiques n’offrent guère d’informations en matière médicale, il n’en va pas de même pour tous les autres domaines que nous venons d’énumérer. 40 % des reprises de ces scolies se retrouvent logiquement dans les livres XII et XVII des Étymologies, consacrés pour l’un aux animaux, pour l’autre à l’agriculture et à la botanique. Jacques André26 note qu’Isidore ne souhaite pas « rédiger un traité pratique d’agriculture ». Par conséquent, au lieu de se tourner vers les De re rustica, l’évêque de Séville préfère emprunter aux auteurs chrétiens et à Servius, dans la mesure où le savoir y est directement exploitable, sous une forme condensée. L’accès à Varron ou à Pline l’Ancien semble en effet s’opérer de façon indirecte, par le biais de Servius, mais aussi d’Augustin, Lactance, Solin ou Martianus Capella.

22Cette dépendance aux commentaires serviens apparaît clairement à propos du naturaliste : au livre XII, 4, 43, Isidore attribue à tort à Pline, tout comme le fait le grammaticus ad Georg. III, 422, une affirmation selon laquelle un serpent pourrait continuer à vivre avec une partie de la tête tranchée ; au livre XVII, 7, 67, sa technique de prise de notes en continu, sans tenir compte des références aux scolies, l’amène à confondre les variétés d’olives et de poires, que Servius évoque pourtant dans deux scolies distinctes. L’encyclopédiste ne s’est en effet pas aperçu que l’on est passé des olives ad Georg. II, 86 aux poires ad Georg. II, 88, ce qui le conduit à ranger, là aussi à tort, les crustumia parmi les premières. S’il s’était référé directement au livre XV de l’Histoire naturelle, cette confusion n’aurait pas été possible car presque 50 paragraphes séparent les deux énumérations. Ainsi, dans le domaine botanique, zoologique ou astronomique, Isidore préfère-t-il se tourner vers Hygin ou les scoliastes plutôt que vers une source plus savante et technique. La fidélité avec laquelle il reprend les informations que lui offrent les scolies serviennes est tout à fait remarquable et constitue les écrits du grammaticus dans les domaines ayant trait aux sciences naturelles en une source de savoir indiscutable.

  • 27 Isidore, Étym. XIX, 26, 8 : Aulaea uela picta et grandia ; quae ideo aulaea dicta sunt quod primum (...)

23Même si les Étymologies doivent beaucoup aux commentaires aux Géorgiques du fait de la variété des thèmes abordés ou du savoir condensé et directement utilisable qu’ils peuvent offrir, on peut se demander s’ils se trouvent encore une fois victimes de leur position terminale. La confusion entre les variétés d’olives et de poires que nous venons de relever, alors que ces énumérations étaient séparées chez Servius par une scolie qui traitait d’autres points, tend à montrer que nous avons affaire à une lecture en continu des commentaires avec prise de notes. De plus, lorsque l’on se trouve en présence d’explications très proches d’un mot, comme nous l’avons vu plus haut à propos de aulaea, l’une tirée du commentaire à l’Énéide, l’autre de celui aux Géorgiques, Isidore préfère toujours les scolies à l’épopée : c’est le cas précisément pour ce terme (Étym. XIX, 26, 827), mais aussi pour carcer (Étym. V, 27, 13), où l’encyclopédiste reprend littéralement là aussi la scolie ad Aen. I, 54 au détriment de celle ad Georg. III, 104. Dans ces deux cas, parmi bien d’autres, le passage choisi n’apportait pourtant aucune information supplémentaire par rapport à celui qui clôt les écrits serviens, ce qui nous amène à penser qu’Isidore les prend en note selon l’ordre de leur écriture et les réutilise de même, privilégiant ainsi le premier d’entre eux.

24Mais, comme nous l’avions souligné plus haut, il arrive que Servius reprenne et enrichisse dans le commentaire aux Géorgiques ce qu’il avait écrit dans les pages précédentes. L’encyclopédiste semble conscient de ce fait puisqu’il va très souvent amalgamer une remarque du commentaire à l’Énéide ou aux Bucoliques à une autre tirée de celui aux Géorgiques. C’est le cas de l’exemple suivant, dans lequel nous avons souligné les éléments repris de l’une et l’autre scolies pour mettre en évidence le montage accompli par l’auteur et la façon dont celles-ci se complètent :

Isidore, Étym. III, 70, 3 : Stellae dictae a stando, quia fixae stant semper in caelo nec cadunt. Nam quod uidemus e caelo stellas quasi labi, non sunt stellae, sed igniculi ab aethere lapsi ; qui fiunt, dum uentus altiora petens aethereum ignem secum trahit, qui tractu suo imitatur stellas cadentes. Nam stellae cadere non possunt : inmobiles enim, ut praedictum est, sunt, et cum caelo fixae feruntur.

Servius, ad Aen. V, 527 : [...] nam ut Lucretius dicit, uentus altiora petens, aetherium ignem secum torquet, qui tractus imitatur stellas cadentes.

Servius, ad Georg. I, 366 : […] quod autem uidemus e caelo stellas quasi labi, ἀπόρροιαι sunt ignis aetherii, quae fiunt cum uehementior uentus altiora conscenderit et trahere exinde aliquas particulas coeperit, quae simulant casum stellarum. Nam stellae cadere non possunt : quarum natura est, ut stent semper, unde et stellae uocantur.

25On assiste à une véritable recomposition, qui mêle les deux scolies et conserve globalement les mots mêmes de Servius.

26Concernant les mythes, le commentaire aux Géorgiques offre certes encore des développements sur ce sujet, mais ils intéressent moins Isidore que dans les pages précédentes car nous avons noté plus haut qu’ils sont souvent dépourvus d’interprétations allégoriques, évhéméristes, physiques ou morales, alors que c’est précisément ce qui importe pour l’évêque dans une perspective chrétienne, d’où à nouveau une nette préférence pour les scolies portant sur l’épopée. Encore une fois cependant, cela n’exclut pas la reprise, dans les commentaires aux Géorgiques, de mythes qui n’avaient pas été exposés plus haut. Il en va de même pour tous les domaines abordés, aussi bien l’histoire, la géographie, les realia ou la religion, pour ne donner que quelques exemples. Si l’on constate en effet un certain épuisement progressif des données utilisables lorsqu’Isidore en arrive aux commentaires aux Géorgiques, on remarque néanmoins qu’il ne néglige en aucun cas les informations supplémentaires offertes par ces scolies, même si le sujet a déjà été évoqué précédemment.

27Ainsi, la réception de ce dernier commentaire dans les écrits isidoriens nous permet d’appréhender ce qui en fait ses faiblesses et ses richesses : sa position terminale et la volonté de Servius de ne pas répéter sans cesse ce qu’il a pu écrire auparavant le conduisent à une écriture encore plus concise, plus elliptique, qui condense la pensée et les informations délivrées parfois jusqu’à la limite de la compréhension. En revanche, la variété des domaines abordés, déjà constatée dans les commentaires aux deux autres œuvres virgiliennes, mais auxquelles s’ajoutent ici les sciences de la nature et l’agriculture, en fait un outil précieux pour notre connaissance de l’Antiquité, classique et tardive. Cela explique de façon indéniable pourquoi les ouvrages encyclopédiques firent de ce dernier commentaire un usage aussi important, qu’il s’agisse de ceux d’Isidore, mais aussi de l’encyclopédie de Diderot et d’Alembert ou, plus proche de nous, du Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines de Daremberg et Saglio.

Notes

1 Nous tenons à remercier Cécile Martini, responsable du service public et de la réserve interuniversitaire des livres anciens et précieux de la bibliothèque centrale de Lille 3, pour son aide et sa gentillesse.

2 Les critiques les plus sévères à l’égard de Servius apparaissent sans doute sous la plume d’E. K. Rand (par exemple dans l’article « Is Donatus’s Commentary on Virgil Lost ? », Classical Quarterly, 10, 1916, p. 158-164) ou de H. Naumann (« Die Arbeitweise des Servius », Rheinisches Museum fur Philologie, 118, 1975, p. 166-179). Ce dernier n’a pas de mots assez durs pour exprimer son mépris pour le travail du grammaticus, qualifié de « terne » (farblosen, p. 171) ou « sans valeur » (wertlos, p. 178). Pour une présentation des critiques dont fut l’objet Servius, notamment de la part de l’équipe d’Harvard réunie autour de Rand, on se reportera à notre thèse de doctorat, « Traduction annotée des commentaires de Servius aux Géorgiques de Virgile », sous la direction de J. Fabre-Serris, soutenue en décembre 2007, vol. I, p. 15-19. À paraître en 2012 aux Presses du Septentrion, coll. « Mythographes ».

3 A. Cameron, « Paganism and Literature in Late Fourth Century Rome », dans Christianisme et formes littéraires de l’Antiquité tardive en Occident, coll. « Entretiens sur l’Antiquité classique », tome XXIII, publiés par Olivier Reverdier, Fondation Hardt, Vandœuvres et Genève, 1976, p. 1-30. Citation p. 29.

4 A. Cameron, « Gratian’s Repudiation of the Pontifical Robe », Journal of Roman Studies, 58, 1968, p. 96-102. Voir particulièrement p. 101.

5 G. Ramires 1996 et 2003.

6 http://groups.google.com/group/mantovano.

7 Il s’agit des traductions de Françoise Daspet (2007) et de Monique Bouquet (à paraître). Une équipe de recherche de Lille 3 travaille de son côté, dans le cadre du réseau Polymnia, à une publication aux Presses du Septentrion dans la collection « Mythographes ».

8 Tout au long de cet article, nous nous référerons uniquement à l’édition Thilo puisqu’il s’agit de la seule édition moderne complète.

9 Pour être précis, il convient de signaler que la première scolie se trouve p. 5, après une brève introduction de Servius.

10 De fait, après les 210 pages du commentaire au livre I, l’on constate une forte baisse pour le deuxième, qui comporte 120 pages. Ce nombre demeure d’ailleurs la moyenne jusqu’au livre VI, avec seulement 69 pages pour le cinquième, puis l’on assiste à une baisse sensible pour les six derniers, avec une moyenne de 87 pages pour chacun.

11 Ad Georg. IV, 499. Nous avons mis id est en gras – et il en ira de même pour l’ensemble de notre article – car il s’agit d’un ajout de la version longue du commentaire, dite Servius Danielis.

12 Pour une présentation des différentes hypothèses émises à ce sujet, nous nous permettons de renvoyer à nouveau à notre thèse de doctorat, vol. II, p. 933-938.

13 Sur cette absence, voir notre article « Lectures de Protée dans les commentaires serviens : entre silence et saturation », dans A. Rolet (éd.), Protée : Genèse et survivances d’un mythe, PUR, Rennes, 2009, p. 251-260.

14 Servivs, ad Georg. I, 43 : […] illud quoque sciendum est, in his libris non esse obscuritatem in quaestionibus sicut in Aeneide, nisi in paucis admodum locis ; sed in hoc tantum esse difficultatem, ut res positas intellegamus, id est τò κείμενο ν, sicut haec prima quoque eius praecepta significant.

15 Setaioli 1995.

16 troiae cynthivs avctoruel Apollinem dicit propter muros : uel Cynthium, regem Troiae, quem in Troicis suis Nero commemorat.

17 reginainferioris personae reuerentia est maiorem meritis appellare, non nomine ; contra maioris est minorem nomine tantum uocare. Qui ordo non nisi per indignationem corrumpitur, ut in duodecimo Sages in extremis rebus Turnum non regem uocat, ut « ruitque inplorans nomine Turnum ». Et alibi de Aristaeo « et te crudelem nomine dicit ».

18 inplorans nomine tvrnvmex multis rebus indicat perturbationem : quod festinans uenit, quod per hostes, quod uulneratus, quod Turnum nomine appellat ; nam contumelia est nominesuosuperiorem uocare : sic in georgicis « mater Cyrene mater », cum praemisisset : « et te crudelem nomine dicit ».

19 Sur la différence d’utilisation de Servius dans le Traité de la nature et les Étymologies, on se reportera à J. Fontaine 1959, p. 532 et 573.

20 On se reportera à la préface de Tradition et actualité chez Isidore de Séville, Variorum reprints, Londres, 1988.

21 Isidore, Étymologies XXIV, 26 : Nam antiquus nuptiarum erat ritus quo se maritus et uxor inuicem emebant, ne uideretur uxor ancilla, sicut habemus in iure et Servius, ad Georg. I, 31 : quod autem ait « emat » ad antiquum pertinet ritum, quo se maritus et uxor inuicem coemebant, sicut habemus in iure.

22 Katherine Nell McFarlane, « Isidore of Seville on the Pagan Gods (Origines VIII, 11) », Transactions of the American Philosophical Society, 70 (3), 1980, p. 140. Voir en particulier p. 5. On se reportera également à Pierre Cazier, Isidore de Séville et la naissance de l’Espagne catholique, Beauchesne, Paris, 1994, p. 290 et à Jacques Fontaine, « Cohérence et originalité de l’étymologie isidorienne », dans Tradition et actualité chez Isidore de Séville, op. cit., p. 113-144.

23 C. Cannon, « The Owl and the Nightingale and the Meaning of Life », Journal of Medieval and Early Modern Studies, 34 (2), printemps 2004, p. 251-278. Voir en particulier p. 254.

24 11 des 16 parallèles que nous avons relevés sont des reprises quasi littérales du texte servien : Etym. VIII, 11, 57 (quia eadem Luna, eadem Diana, eadem Proserpina uocatur) et ad Georg. I, 5 (item Lunam eandem Dianam, eandem Cererem, eandem Iunonem, eandem Proserpinam dicunt) ; Etym. XI, 2, 27 (Nam physici dicunt stultos esse homines frigidioris sanguinis, prudentes calidi : unde et senes, in quibus iam friget, et pueri, in quibus necdum calet, minus sapiunt) et ad Georg. II, 484 (frigidvs obstiterit circvm praecordia sangvissecundum physicos, qui dicunt stultos esse homines frigidioris sanguinis, prudentes calidi. Vnde et senes, in quibus iam friget, et pueri, in quibus necdum calet, minus sapiunt) ; Etym. XII, 1, 34 (Dicti uri ἀπό τῶν ὀρέων id est a montibus) et ad Georg. II, 374 (dicti ‘uri’ ἀπό τῶν ὀρέων, id est a montibus) ; Etym. XII, 2, 9 (Nam Plinius dicit animalia cum acutis unguibus frequentur parere non posse ; uitiantur enim intrinsecus se mouentibus catulis) et ad Georg. II, 151 (ut enim dicit Plinius, animalia haec, quae sunt cum acutis unguibus, frequenter parere non possunt ; uitiantur enim intrinsecus se mouentibus pullis) ; Etym. XIII, 11, 20 (Tempestas aut pro tempore dicitur, sicut ubique historiographi solent, dum dicunt, « ea tempestate ») et ad Georg. I, 27 (aut « tempestatum » ait temporum, sicut ubique Sallustius « ea tempestate ») ; Etym. XVI, 21, 1 (Vnde et abusiue dicitur chalybs ipsa materies, ut « Vulnificusque chalybs ») et ad Georg. I, 58 (unde abusiue dicitur chalybs ipsa materies, ut « uulnificusque chalybs ») ; Etym. XVI, 24, 1 (Defaecatius est enim hoc metallum omnibus metallis) et ad Georg. III, 522 (nam sicut electrum defaecatius est metallis omnibus) ; Etym. XVII, 7, 24 (Abellanae ab Abellano Campaniae oppido, ubi abundant, cognominatae sunt) et ad Georg. II, 65 (nam abellanae ab Abellino Campaniae oppido, ubi abundant, nominatae sunt) ; Etym. XVIII, 33, 2 (Ipse est et agitator, id est uerberator, ab agendo dictus) et ad Georg. I, 273 (agitatoruerberator, ab agendo dictus […]) ; Etym. XIX, 1, 5 (Nauita autem pro nauta poetice dicitur, sicut Mauors pro Mars) et ad Georg. I, 137 (navitapro « nauta », sicut « Mauors » pro « Mars ») ; Etym. XIX, 10, 28 (Sane canalem melius genere feminino quam masculino proferimus) et ad Georg. III, 330 (sane « canalis » melius genere feminino, quam masculino proferimus). D’autres sont plus éloignés, mais témoignent cependant d’une dépendance à l’égard de Servius : Etym. V, 2 (Fas lex diuina est, ius lex humana) et ad Georg. I, 269 (fas et ivra sinvntid est diuina humanaque iura permittunt : nam ad religionem fas, ad homines iura pertinent) ; Etym. VIII, 11, 69 (ignem enim et aerem Iouem, aquam et terram Iunonem interpretantur ; quorum duorum permixtione uniuersa gignuntur) et ad Georg. II, 325 (aliquotiens et pro aere et pro aethere Iuppiter, Iuno uero pro terra et aqua : sicut hoc loco intellegimus ; nam aether non habet pluuias. Vnde Aetherem pro Ioue accipimus, cui tribuuntur aer et aether : quae duo mixta terrae et umori uniuersa procreant) ; Etym. XVII, 2, 1 (Diuitiae enim antiquorum in his duobus erant, bene pascere et bene arare) et ad Georg. IV, 326 (vitae mortalis honorembene arare, bene pascere, apes etiam habere : nam in ingenti honore fuit rusticitas). Enfin, deux parallèles présentent certes des éléments communs, mais peuvent être sujets à discussion : Étym. IX, 2, 133 (Iam uero hi qui Antipodae dicuntur, eo quod contrarii esse uestigiis nostris putantur, ut quasi sub terris positi aduersa pedibus nostris calcent uestigia, nulla ratione credendum est) et ad Georg. I, 235 (antipodes autem dicuntur, quod contra nos positi sunt contrariis uestigiis) ; Étym. XII, 7, 25 (eo quod hieme in stagnis oceani nidos facit pullosque educit : qua excubante fertur extento aequore pelagus silentibus uentis continua septem dierum tranquillitate mitescere) et ad Georg. I, 399 (istae autem aues nidos faciunt in mari media hieme : quibus diebus tanta est tranquillitas, ut penitus nihil in mari possit moueri. Inde etiam dies ipsi Alcyonia nominantur).

25 William D. Sharpe, « Isidore of Seville : The Medical Writings. An English Translation with an Introduction and Commentary », Transactions of the American Philosophical Society, 54 (2), 1964, p. 1-75. Voir en particulier p. 20.

26 Voir l’introduction au livre XVII des Étymologies, De l’agriculture, texte établi, traduit et commenté par Jacques André, coll. « Auteurs latins du Moyen Âge », Les Belles Lettres, Paris, 1981.

27 Isidore, Étym. XIX, 26, 8 : Aulaea uela picta et grandia ; quae ideo aulaea dicta sunt quod primum in aula Attali regis Asiae, cui successit populus Romanus, inuenta sunt. Ces mots correspondent littéralement à la scolie de l’épopée, ad. Aen. I, 697, si l’on excepte d’infimes différences vers la fin : Avlaeisuelis pictis, quae ideo aulaea dicta sunt, quod primum in aula Attali regis Asiae, qui populum Romanum scripsit heredem, inuenta sunt, mais s’avèrent plus éloignés de celle ad Georg. III, 25 : aulaea autem dicta sunt ab aula Attali regis, in qua primum inuenta sunt uela ingentia, postquam is populum Romanum scripsit heredem.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540