Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Servius et les autres scoliastes

Le Commentaire à l’Énéide de Servius et les Adnotationes super Lucanum : regards croisés

Sébastien Barbara

Volltext

Préambule

  • 1 L’origine de cette étude est un travail mené il y a quelques années autour d’une glose étymologique (...)
  • 2 Le choix de ces deux commentaires précis est motivé, au départ, par l’inscription des deux textes d (...)
  • 3 Endt 1909.
  • 4 Usener 1869.
  • 5 Sur cet ensemble voir désormais Werner 1994 ; 1998, p. 124-172. On pourra se reporter également à l (...)

1Le but de cette contribution1 est d’approfondir les liens pouvant exister entre deux commentaires pourtant très différents, l’un assurément iche et très pratiqué et l’autre plutôt fade et délaissé2. Le premier est bien sûr le commentaire de Servius à l’Énéide, le second le recueil de scolies à la Pharsale de Lucain connu sous le nom d’Adnotationes super Lucanum3 qui, avec les Commenta Bernensia4, constitue, pour simplifier à l’excès, l’essentiel de la tradition exégétique de l’œuvre de Lucain5.

2Il serait cependant faux de considérer l’exégèse lucanienne comme l’association de deux ou trois traditions distinctes : les procédés de stratification, d’éparpillement, d’abrègement ont tant œuvré qu’ils sont malheureusement un obstacle à la représentation, même schématique, d’un proto-commentaire de la Pharsale. L’histoire même du recueil artificiel que sont les Adnotationes est donc un élément à prendre en compte : ce n’est pas un tout homogène, mais l’aboutissement d’une tradition exégétique composée de différentes strates. Par ailleurs le mirage d’un rédacteur unique dont on pourrait cerner la culture et la méthode est un autre écueil qui ne facilite pas le projet de confrontation critique entre les deux traditions exégétiques qui nous occupent ici, surtout lorsque le pendant est une personnalité aussi affirmée et délimitée que celle de Servius. Les Adnotationes sont en effet un recueil hétéroclite que la tradition – c’est sans doute un signe – n’a pas jugé bon d’attribuer à un auteur, fût-il un prête-nom prestigieux.

  • 6 Esposito 2004b, p. 77 : « non si può comunque negare che sull’esegesi a Lucano esercitò un’influenz (...)
  • 7 Les Adnotationes montrent une connaissance précise de l’Énéide de Virgile (sur ce point précis, voi (...)

3Muni de ces quelques considérations liminaires nous pouvons maintenant aborder cette étude où il n’y a du reste pas de suspense particulier si l’on se fie aux conclusions de P. Esposito : en étendant son enquête aux Commenta Bernensia et à la totalité de Servius, il conclut à l’influence de Servius sur la scholastique lucanienne6 bien que celui-ci ne soit jamais cité nommément comme si les rédacteurs préféraient citer le poète7 à la place du commentateur. P. Esposito s’étant surtout attaché à la présence des citations virgiliennes à travers une analyse comparée des deux blocs de scolies lucaniennes, on cherchera ici à détecter plus spécifiquement la dépendance des Adnotationes à l’égard d’une partie du commentaire de Servius en cherchant à savoir comment les Adnotationes l’utilisent.

  • 8 Sur ce point voir Esposito 2004b, p. 26-27.

4Compte tenu de l’ampleur des deux corpus à confronter il s’agira surtout ici de sonder les deux commentaires en se concentrant sur des passages significatifs faisant apparaître points communs et différences. Pour ne pas chercher un détail perdu dans l’immensité de ces deux commentaires, j’ai en effet choisi d’observer la plupart des passages où les Adnotationes citent et commentent un passage de l’Énéide8. En réalité cette méthode qui consiste à chercher Servius derrière les citations virgiliennes se révèlera assez peu satisfaisante car on peut manifestement trouver la trace de Servius dans d’autres passages. Il est un autre enseignement de l’étude de ce dossier que l’on peut d’emblée divulguer : la recherche des points de contact ne peut se faire sans convoquer toute la littérature exégétique si ce n’est toute la littérature gréco-latine ce qui rend la tâche particulièrement lourde et oblige à créer des tableaux comparatifs parfois très étendus.

5Une telle enquête, qui présente à première vue le double défaut d’être à la fois trop large et constamment microscopique, n’est sans doute pas totalement vaine. Le sujet mériterait assurément une étude de très grande ampleur sur les rapports entre les scolies lucaniennes et les autres traditions exégétiques latines ; l’étude des quelques exemples présentés ici n’entend guère que suggérer des pistes qui pourraient orienter un projet de recherche beaucoup plus vaste et poser les jalons d’une étude systématique.

L’utilisation commune de Virgile et le problème de l’arrière-plan servien

6On trouvera, entre les deux commentaires, nombre de différences impossibles à recenser : elles ne permettent pas d’infirmer la thèse de l’utilisation de Servius par les Adnotationes. On trouvera également nombre de points de contact, à travers notamment des exégèses lexicales présentées en termes très proches : ces nombreux parallèles d’expressions souvent d’une grande banalité ne peuvent être tenus pour des emprunts à part entière. Comme il serait laborieux d’exposer ici une matière aussi ingrate et incertaine, nous nous contenterons donc de quelques exemples choisis avant de passer rapidement à d’autres catégories de gloses plus complexes et instructives.

  • 9 Adnotationes 1909, p. 343 (IX, 68) : Plenas plangemvsmoris enim erat, ut si corpora suorum non hab (...)
  • 10 Voir Festus 1913, p. 86 (s.v. Gradiuus).
  • 11 Adnotationes 1909, p. 37 (I, 660) : Gradive paterMars, ut Virgilius’Gradiuumque patrem’. Cf. Svppl (...)
  • 12 Servius 1961a, p. 342-343 (ad. Aen. III, 35). Pareillement, en II, 437, à propos de Charybde et Scy (...)

7Les Adnotationes ont très souvent recours à des citations virgiliennes qu’elles utilisent comme de simples parallèles qui ne reposent parfois que sur l’utilisation d’un mot commun. Les Adnotationes procèdent en outre couramment par association d’idées dans les citations virgiliennes : par exemple, en IX, 68, à propos des funérailles de Pompée, les scolies renvoient à Aen. III, 304-305 uniquement parce qu’il y a là une allusion à un cénotaphe9. À propos de l’épiclèse Gradiuus10 utilisée par Lucain en I, 660, les Adnotationes se contentent de gloser le terme par « Mars »11et de renvoyer à un exemple virgilien sans expliquer l’épiclèse à la différence de Servius et du deutéro-Servius12. Dans ce type de configuration on est parfois tenté de penser que les scolies renvoient à Servius par le biais de la citation virgilienne, mais à l’usage cette vue est rarement confirmée et il semble peu prudent de l’élever au rang de principe.

  • 13 Lucain 19674, II, 610.
  • 14 Adnotationes 1909, p. 74 (II, 610).

8À propos de Brindes, dont Lucain attribue la fondation à des « colons dictéens » (Vrbs est Dictaeis olim possessa colonis)13, les Adnotationes se contentent de gloser Dictaei par Cretenses en renvoyant à un vers de Virgile où le poète utilise cette forme d’ailleurs sans aucun lien avec la cité de Brindes14.

DicteisCretensibus, ut Virgilius ‘Dictea negat tibi I. a.’.

9Les Adnotationes n’ajoutent rien sur l’origine de l’adjectif Dictaeus, ni sur la fondation de Brindes par les Crétois alors que c’est précisément le point qui méritait d’être expliqué ! En revanche les Commenta Bernensia expliquent largement cette allusion.

Commenta 1869, p. 85-86 (II, 609-610) :

Servius 1961a, p. 374 (ad Aen. III, 171) :

609. Brvndisi tvtas concessit M ; I. A. Brundisium oppidum in fine Italiae, quod conplures auctores a forma situs cognominatum tradunt. Est enim simillimum ceruino capiti quod sua lingua’brunda’dixerunt. Brundisini idem et Iapyges sunt. Iapyges autem dicti ab Iapige Daedali et Cresses filio. Sunt qui adfirment ex Creta secutum in Siciliam Minoa ad exigendas poenas a profugo Daedalo, qui ad Cocalum regem confugerat, ex insidiis in balneo perisse et ibi remansisse Cretas, quos nunc Gnosios appellant. Alii non insidiis sed naufragio ibi obruto rege suo remansisse Gnosios id est Cretenses in urbe Brundusio recepto. Condidisse aiunt alii quosdam profugos Cretenses : eos Theseus Creta rediens suis nauibus deportarat. 610. Vrbs est Dictaeis olim posesa colonispostquam Minos in Sicilia mortuus est, socii eius naufragio circa Messapiam facto condidere Brundusium. Vrbs est Dicteishanc enim profugi Cretenses puppibus Thesei uecti condiderunt.

DictaeaDictaeus mons Cretae est, dictus a Dicte nympha, quae illic colitur : in quo dicitur altus Iuppiter, ut ‘Dictaeo caeli regem pauere sub antro’. DictaeaDictaeus mons est in Creta, ubi herba dictamnos nascitur, quae admota uulneribus ferrum inhaerens solet expellere. Qui mons dictus est a Dicte nympha, quae ibi colitur. Quam cum Minos rex amaret et insequeretur per loca auia, illa se amore castitatis praecipitem dedit, et excepta piscatorum retibus inuita reducta est. A qua rex abstinuit et nomine eius Dictaea loca appellari iussit. In hoc monte dicitur altus Iuppiter, ut ‘Dictaeo caeli regem pauere sub antro’.

Cf. Scolies Beinecke 1999, IV, 322, p. 97 : Dictaeisin Creteis. Dicte est ciuitas in Creta.

  • 15 Supplementvm 1979-1990.

10De ce curieux décalage on peut éventuellement déduire qu’à partir d’une glose initiale sans doute abondante et pertinente, les Adnotationes n’ont conservé la trace que d’une paraphrase laconique qui n’a d’utilité que dans un contexte de marginalia où l’information répond immédiatement à l’interrogation du lecteur. Cet exemple montre en outre la nécessité d’étendre la confrontation aux Commenta Bernensia et au Supplementum édité par G. A. Cavajoni15.

  • 16 Lucain 19674, II, 393.

11Finalement on se demande parfois si, malgré les ressemblances, les Adnotationes ont vraiment besoin de Servius pour proposer des analyses aussi succinctes. On trouve par exemple, dans le chant II de la Pharsale, un vers qui fait allusion à Capoue : mœnia Dardanii tenuit Campana coloni16. Les Adnotationes renvoient à l’Énéide et l’on pourrait penser qu’elles renvoient aussi indirectement à Servius qui s’étend largement sur les différentes traditions relatives aux origines de Capoue.

Adnotationes 1909, p. 63 (II, 393) : Dardanii coloniCapuam enim dictam scimus a Troiano Capy, ut Virgilius Hinc nomen Campanae ducitur urbi’.

Commenta 1869, p. 76 (II, 393) : Mœnia Dardanidum c.quod Capys Troianus Campaniam condiderit. Virgilius’et Capys, hinc nomen Campanae dicitur urbi’.

Svpplementvm 1979, II, 393 : Mœnia etc.id est quae Troianus quidam nomine Capys construxit (R). Quia Campaniam quidam Troianus condiderat (D1). Capuam enim scimus dictam a Troiano Capi (aAV3)  ; Capis namque Siluius rex Albanorum fuit, ducens originem a Troianis (aA). Quod a Troia Capis ueniebat, qui condidit ciuitatem illam (V3).

Cf. Servius 1961a, p. 403-404 (ad Aen. X, 145) = Coarelli 2004, texte 47.

  • 17 Werner 1998, p. 156 sqq.

12Néanmoins il n’est pas certain que les Adnotationes aient eu besoin de Servius pour écrire simplement : Capuam enim dictam scimus a Troiano Capy. La comparaison avec les gloses médiévales du Supplementum invite à penser que nombre de gloses brèves des Adnotationes sont de la même veine. Or S. Werner relève dans les marginalia médiévales du ms. Beinecke 673 des exemples d’emprunts à Servius, mais elle souligne qu’ils se font par le biais d’Isidore de Séville ou bien d’intermédiaires médiévaux17. Dans ces conditions il est possible que certaines gloses brèves des Adnotationes soient pareillement des emprunts à Servius, mais des emprunts indirects et tardifs.

  • 18 Virgile 1977, II, 135.

13L’exemple qui va suivre pourrait laisser penser que les Adnotationes tirent certaines informations du deutéro-Servius. Lucain, rappelant dans le chant II de la Pharsale la fuite célèbre de Marius utilise le terme ulua en imitant un vers du chant II de l’Énéide18 :

  • 19 « Marius exilé cacha sa tête dans les roseaux limoneux » trad. Lucain 19674.

exul limosa Marius caput abdidit ulua19.

14Les Adnotationes glosent ulua d’une façon qui rappelle le deutéro-Servius.

Adnotationes 1909, p. 44 (ii, 70) : Vlvaherba in paludibus, ut Virgilius’Obscurus in ulua Delitui’.

Servius [dan.] 1961a, p. 241 (ad Aen. II, 135 : Vlvaherbapalustris.

Cf. Donat 1905, p. 164 (ad Aen. II, 135) : in vlva delitviuluam plerique eam dicunt esse quam uulgo budam appellant.

  • 20 Virgile 1977, II, 135-136.

15Le souvenir d’un Virgile commenté n’est certes pas totalement à exclure, mais il est loin d’être certain. La glose herba in paludibus peut être une évidence dont l’origine serait le texte lui-même puisque l’on trouve la présence de l’adjectif limosus dans la texte de Lucain comme dans celui de Virgile20 :

  • 21 « dans un marais fangeux, pendant la nuit, je suis allé me cacher, invisible au milieu des roseaux  (...)

limosoque lacu per noctem obscurus in ulua delit21

  • 22 Les commentateurs ne semblent pas avoir utilisé Isidore 2004a, XVII, 9, 100 : ulua et typhus herbae(...)

16Ces deux gloses très proches pourraient aussi provenir plus simplement d’un lemme de glossaire22.

17Il n’est sans doute pas besoin de multiplier les exemples de ce genre. Le caractère laconique des gloses des Adnotationes rend assez souvent malaisée l’appréciation d’une utilisation de Servius. Les Adnotationes résultent de tant de transformations qu’il est difficile de s’appuyer sur des gloses aussi brèves pour obtenir un jugement sûr à propos de l’utilisation de Servius. Il faut donc se tourner vers des exemples plus consistants.

Quelques exemples de l’utilisation de Servius et du deutéro-Servius

18On peut néanmoins trouver quelques passages un peu plus longs où les scoliastes de Lucain doivent assurément la matière de leur commentaire à Servius. Dans un cas ils tirent leurs informations de la tradition servienne, dans l’autre le poids du commentaire servien les conduit à commettre des erreurs qui sont paradoxalement des indices de dépendance à son égard.

  • 23 Lucain 19674, III, 84.

19Dans le chant III Lucain signale l’imposante et spectaculaire acropole de Terracine avec ces mots23 :

  • 24 « il avait déjà franchi les citadelles escarpées d’Anxur » trad. Lucain 19674.

iamque et praecipitis superauerat Anxuris arces24

20Les Adnotationes expliquent alors le toponyme Anxur en renvoyant à un vers de Virgile où l’on trouve la forme Anxurus qui est une épiclèse de Jupiter :

  • 25 « et le mont de Circé, champs où préside Jupiter Anxurus […] » trad. Virgile 1978.

Circaeumque iugum, quis Iuppiter Anxurus aruis Praesidet25

  • 26 Voir La Blanchere 1884, p. 24 ; Rossi 1912, p. 50 ; Koch 1937, p. 82-83.
  • 27 Babelon 1885, Vibia 18 ; Crawford 1974, 449 / 1a-1c ; Sydenham 1952, 947-948. Voir La Blanchere 188 (...)
  • 28 Babelon, 1885, p. 544. Véjovis était en effet parfois perçu comme un Jupiter enfant, voir Festus 19 (...)

21On lit souvent que c’est un « Jupiter enfant » qui était honoré à Terracine26. Pourtant le revers d’un denier de 48 de la gens Vibia, accompagné de la légende IOVIS AXVR(is)27, apporte un démenti : c’est en effet un iuuenis et non un puer qui est représenté sur cette pièce où l’on voit la statue de culte d’une divinité proche d’Apollon Véjovis28. Du reste le denier confirme une donnée essentielle pour ce dossier comme on va le voir maintenant : ce Jupiter n’avait pas de barbe.

Adnotationes 1909, p. 85 (III, 84)  : Anxyris montem Tarracinensem dicit, in quo inberbis Iuppiter colitur, unde hoc nomen accepit ex Graeco ; sic Virgilius ‘quis Iuppiter Anxurus aruis Praesidet’.

Servius 1961a, p. 196-197 (ad Aen. VII, 799)  : circaevmqve ivgvm circa hunc tractum Campaniae colebatur puer Iuppiter, qui Anxyrus dicebatur, quasi ἄνευ ξυροῦ, id est sine nouacula, quia barbam numquam rasisset, et Iuno uirgo, quae Feronia dicebatur. Est autem fons in Campania iuxta Terracinam, quae aliquando Anxur est dicta.

Commenta 1869, p. 93 (III, 84)  : Iamq. et praecipitis s. a. v. Iam Tarracinam transierat. Anxion oppidum.

Svpplementvm 1979, III, 84 : Anxuris montis (a). Genitiuus, id est Iouis (R). Anxiris dicitur (R) Iuppiter quasi sine nouacula (DRV)

22Il s’agit d’un exemple particulièrement important puisque, pour une fois, les Adnotationes livrent un renseignement à la fois précis et gratuit – il n’apporte rien en effet à la compréhension du passage de Lucain – et la dépendance à l’égard de Servius semble apparaître plus clairement même si elle est sans doute plus complexe qu’il n’y paraît à première vue.

  • 29 Maltby 1991, p. 40 (s.v. Anxur, Anxurus).

23En effet la vague proposition unde hoc nomen accepit ex Graeco qui figure dans les Adnotationes présuppose la connaissance de la glose servienne et notamment des mots qui Anxyrus dicebatur, quasi ἄνευ ξυροῦ, id est sine nouacula, des mots qui sont indispensables pour reconstituer le raisonnement étymologique par le grec (Anxurus = ἄνευ ξυροῦ, « sans rasoir » en grec, soit sine nouacula en latin, donc inberbis)29. Dans cet exemple de glose, le locus virgilien n’apporte rien pour le commentaire, tandis que le commentaire servien ad loc. qui pourrait se cacher derrière la citation virgilienne et qui est tout à fait adapté à l’explication de l’épiclèse-toponyme Anxurus est repris par le scoliaste. On serait donc tenté d’en déduire que les Adnotationes ont ici utilisé Servius.

  • 30 BSB Clm 4610.
  • 31 Ibid., f° 8r.
  • 32 Alors que Pline 20042, III, 59, nous apprend que le toponyme Anxur est volsque : Dein flumen Aufent (...)

24Cependant, si la glose du Supplementum provient d’une main médiévale ayant recopié Servius mot pour mot, il n’en va pas de même pour le texte transmis par les Adnotationes dont la phraséologie – on l’aura noté – est quelque peu différente. Par ailleurs il est intéressant de relever que la glose transmise par un manuscrit comme le Clm 4610 de la Bayerische Staatsbibliothek30 est assurément un résumé d’une glose plus étendue comme celle que l’on peut lire dans l’édition de Endt puisque ce manuscrit présente simplement les mots suivants : Anxvrismontem Tarracinensem dicit, in quo inberbis Iuppiter colitur31. Dans ce cas le lien Anxuris / inberbis est encore plus nébuleux que dans les Adnotationes qui indiquent tout de même qu’il s’agit d’une étymologie par le grec (unde hoc nomen accepit ex Graeco). Il est donc possible que, dans le cas précis de cette glose, le texte des Adnotationes soit une première version résumée d’une scolie plus étendue comme pourrait également le laisser penser le fait qu’il n’y ait pas de discussion savante sur le terme en question ou d’examen de différentes étymologies32. C’est peut-être ce qui a permis à cette glose d’être transmise sans être trop déformée.

  • 33 Pseudo-Acron 1904, p. 65 (in Serm. I, 5, 26). Cf. Porphyrion 1874, p. 214-215 (in Serm. I, 5, 25) : (...)

25Du reste cette information sur un Jupiter sans rasoir n’est pas aussi isolée que l’on pourrait le penser. Cette étymologie est en effet également suggérée par le pseudo-Acron33 :

AnxurTarracinam dicit ; Anxur autem dictum, quia ibi inberbis Iuppiter colitur.

  • 34 Celle-ci est pourtant tout à fait dans le style des étymologies rapportées et appréciées par Porphy (...)
  • 35 Selon Diederich 1999, p. 52, l’état du texte indique un emprunt à Festus et ne peut remonter au vér (...)

26Malgré le fait que Porphyrion, à la différence du pseudo-Acron, ne fasse pas précisément allusion à l’étymologie34, il doit cependant s’agir d’un détail qui a disparu chez Porphyrion35 et qui s’est maintenu chez le pseudo-Acron : il est dès lors possible de se demander si ces témoignages ne remonteraient pas à un renseignement du véritable Porphyrion qui, pense-ton, fut actif au début du iiie siècle et qui a laissé des traces dans l’exégèse horatienne. Si c’est le cas, la dépendance des Adnotationes à l’égard de Servius devient ici problématique puisque l’information pourrait aussi provenir d’une source utilisée à la fois par Servius et par les scoliastes d’Horace et de Lucain. Un examen plus poussé s’impose donc.

Servius 1961a, p. 196-197 (ad Aen., VII, 799)

Adnotationes 1909, p. 85 (III, 84)

Porphyrion 1874, p. 214-215 (in Serm. I, 5, 25)

Circaevmqve ivgvmcirca hunc tractum Campaniae colebatur puer Iuppiter, qui Anxyrus dicebatur, quasi ἄνευ ξυρoῦ, id est sine nouacula, quia barbam numquam rasisset, et Iuno uirgo, quae Feronia dicebatur. Est autem fons in Campania iuxta Terracinam, quae aliquando Anxur est dicta.

Anxyrismontem Tarracinensem dicit, in quo inberbis Iuppiter colitur, unde hoc nomen accepit ex Graeco ; sic Virgilius’quis Iuppiter Anxurus aruis Praesidet’.

AnxvrQuae nunc Tarracina dicitur, olim Anxur dicebatur. Vnde Iouem Anxurem colebant, cuius et Vergilius meminit cum ait ‘Iuppiter Anxyris aruis | Praesidet’.

Pseudo-Acron 1904, p. 65 (in Serm. I, 5, 26)

AnxvrTarracinam dicit ; Anxur autem dictum, quia ibi inberbis Iuppiter colitur.

27De ce tableau synoptique, il ressort que le commentaire de Servius explique l’épiclèse Anxurus avant d’aboutir au toponyme (Anxur) alors que les Adnotationes et les scolies à Horace suivent un chemin inverse qui va de façon quelque peu elliptique du mons Anxur à l’épiclèse. On constate également qu’il y a une proximité évidente entre les scolies horatiennes et les scolies lucaniennes qui renvoient d’ailleurs toutes les deux au vers de Virgile. Cette proximité peut s’expliquer a priori soit par un emprunt des unes aux autres, soit par l’utilisation d’une même source. En outre il est un élément qui rapproche les scolies d’Horace et celles de Servius : le fait qu’il soit question de Féronia. Ce détail pourrait être utilisé pour montrer que le texte des Adnotationes est la version abrégée d’une tradition plus complète mentionnant Jupiter Anxurus et Féronia, qui apparaît dans les scolies à Horace et que Servius reprend également mais avec d’autres mots.

  • 36 Et non l’inverse comme le pensaient les Anciens et comme le proposait encore Rossi 1912, p. 39.
  • 37 Samter 1891, p. 74-75, intègre le passage de Servius dans sa liste des emprunts à Varron.
  • 38 Grammatici Latini 1907, p. 473-480.
  • 39 Ibid., p. 528-533.
  • 40 Bunte 1846, p. 22 sqq. ; Grammatici Latini 1907, p. 533-536.
  • 41 Voir le cas d’Ardée (Servius 1961a, p. 156-157 (ad. Aen. VII, 412) = Hygin 1846, fr. 4) et de Caeré (...)
  • 42 Bunte 1846, p. 17-18 ; Vacher 1993, p. 161, n. 8.

28Quelle peut donc être cette source ? Contrairement à ce que pourraient laisser penser les scolies lucaniennes, le point de départ de la notice ne peut être géographique : il s’agit à l’origine d’une réflexion sur une épiclèse car il est évident que l’épiclèse Anxurus vient du toponyme Anxur36 et que l’étymologie par le grec est une création savante et artificielle due à un lexicographe ou un grammairien antérieur à Servius ; cette étymologie s’est ensuite disséminée dans la littérature exégétique. Si l’on tient à mettre un nom sur la source de cette information, on relèvera, parmi les bons candidats, Varron37, Cornificius38, Hygin – qui fut l’auteur non seulement de Commentarii in Virgilium39 mais aussi d’un De Italicis urbibus connu de Servius40, où se manifeste le goût des étymologies par le grec41 –, ou encore Julius Modestus, élève d’Hygin, qui appréciait les étymologies autant que son maître42.

  • 43 Servius 1961a, p. 279-280 (ad. Aen. VIII, 564).

29La réponse vient peut-être d’un autre passage de Servius43 relatif à Féronia :

Feronia maternympha Campaniae, quam etiam supra <VII, 799> diximus. Haec etiam libertorum dea est, in cuius templo raso capite pilleum accipiebant. Cuius rei etiam Plautus in Amphitryone <I, 1, 305 > facit mentionem ‘quod utinam ille faxit Iuppiter, ut raso capite portem pilleum’. In huius templo Tarracinae sedile lapideum fuit, in quo hic uersus incisus erat ‘bene meriti serui sedeant, surgant liberi’. Quam Varro <fr. 222 Cardauns> Libertatem deam dicit, Feroniam quasi Fidoniam.

  • 44 Varron 1976, fr. 222 (= Grammatici Latini 1907, fr. 369, p. 343). Les informations auraient pu appa (...)

30Autrement dit, si Servius et le deutéro-Servius tirent une partie de leurs informations sur les antiquités d’Anxur de Varron44 en VIII, 564, il pourrait également s’agir, en VII, 799, d’une information provenant de Varron. Le point de départ aurait été une exégèse de l’épiclèse Anxurus dans les Antiquitates rerum diuinarum et non une source sur les antiquités de Terracine.

  • 45 Pseudo-Acron 1904, p. 65 (in Serm. I, 5, 24). Voir aussi Porph. ad loc. Il est significatif que Por (...)
  • 46 Sur l’association dieu du Soracte / Féronia, voir Gage 1955, p. 85-87.

31Les témoignages d’Horace (Sat. I, 5, 24) et du pseudo-Acron45 pourraient également aller dans ce sens puisqu’ils associent Jupiter Anxur et Féronia46.

Fanum Feroniae est in tertio miliario a Tarracina. Haec est Iouis Anxuris uxor, cuius et Virgilius meminit <VII, 800> : ‘Viridi gaudens Feronia luco’. Anxur autem est Iuppiter Tarracinae colitur.

32D’un autre côté si la formulation de la scolie servienne est différente, celle-ci se distingue des autres parce qu’elle contient les éléments indispensables à la compréhension de l’exégèse. En effet, le raisonnement des scolies horatiennes est défiguré par les procédés d’abrègement et seule la scolie de Servius apporte l’explication véritable en des termes qui ne sont d’ailleurs pas ceux des deux autres groupes de scolies. Dans ces conditions on peut se demander si Servius n’aurait pas eu accès à un texte plus complet et s’il ne tiendrait pas cette étymologie directement de Varron, tandis qu’elle aurait été reformulée par les scolies horatiennes (Porphyrion ?).

33Venons-en maintenant à un autre exemple au fonctionnement assez différent. Dans le chant I de la Pharsale, Lucain évoque, lors de la lustration de Rome, quelques sacerdoces célèbres et notamment les Saliens :

  • 47 « le Salien <enjoué> portant à son cou les anciles » trad. (corrigée) Lucain 19674.

et Salius laeto portans ancilia collo47.

34On peut constater que si les Adnotationes n’offrent pas la même densité d’informations que la scolie servienne, il est néanmoins possible de conclure à la mise à profit, certes a minima, de la riche glose du deutéro-Servius relative aux Saliens.

Adnotationes 1909, p. 35 (I, 603) : Et Salivs hi Martis sacerdotes a Numa facti sunt ; nam ante Herculis fuerunt, ut ait Virgilius ‘Tum Salii ad cantus’.

Servius [Dan.] 1961a, p. 237-238 (ad Aen. VIII, 285) : Saliisalii sunt, qui tripudiantes aras circumibant. Saltabant autem ritu ueteri armati post uictoriam Tiburtinorum de Volscis. Sunt autem salii Martis et Herculis, quoniam Chaldaei stellam Martis Herculeam dicunt : quos Varro sequitur. Et Tiburtes salios etiam dicauerant. Quidam hos a saltu appellatos tradunt. Quos alii a Numa institutos dicunt, ut arma ancilia portantes saltarent : ergo bene a saltu appellati. Horum numerum Hostilius addidit ; nam duo sunt genera saliorum, sicut in saliaribus carminibus inuenitur : Collini et Quirinales, a Numa instituti, ab Hostilio uero pauorii et pallorii instituti. Habuerunt sane et Tusculani salios ante Romanos. Alii dicunt Salium quendam Arcadem fuisse, qui Troianis iunctus hunc ludum in sacris instituerit. Non nulli tamen hos a Dardano institutos uolunt, qui Samothracibus diis sacra persoluerent. Quidam etiam dicunt salios a Morrio, rege Veientanorum, institutos, ut Halesus, Neptuni filius, eorum carmine laudaretur, qui eiusdem regis familiae auctor ultimus fuit.

Commenta 1869, p. 39-40 (I, 602) : ET Salivscollegium XII sacerdotum Palatinum Numa instituit propter custodiam [armorum] ancilium quorum similia Mamurius fecit. Collinum instituit Hostilius ea causa quod in bello uotum nuncupauit.

Cf. Servius 1961a, p. 140-141 ( ad Aen. VII, 188) ; p. 295-296 ( ad Aen. VIII, 664).

  • 48 Cf. Tite-Live 198513, I, 20, p. 33. Il pouvait difficilement y avoir des Saliens avant la chute des (...)

35Le point fondamental est ici le fait que la mention d’Hercule, – qui est justifiée dans le commentaire servien parce que Virgile fait intervenir des Saliens lors du sacrifice que Potitius effectue pour le héros -, est totalement hors contexte dans le commentaire à Lucain. Le scoliaste est à tel point sous l’influence de Virgile que l’anachronisme des « Saliens d’Hercule », dont il a pourtant bien conscience (a Numa facti sunt)48, est aussitôt revendiqué comme une vérité historico-religieuse dont serait porteur le texte de l’Énéide : nam ante Herculis fuerunt.

36Autrement dit les Adnotationes portent ici la trace d’un débat sur l’existence de Saliens d’Hercule qui se retrouve ailleurs dans d’autres remarques de Servius à propos des Saliens ainsi que chez Macrobe qui livre les grandes lignes du débat, antérieur à Virgile, mais relancé par ce vers de l’Énéide :

Servius 1961a, p. 235-236 (ad Aen. VIII, 275) : alii communem deum ideo dictum uolunt, quia secundum pontificalem ritum idem est Hercules, qui et Mars : nam et stellam Chaldaeis dicentibus unam habere dicuntur, et nouimus Martem communem dici : Cicero ‘Martemque communem’, Vergilius <XII, 118 > ‘et dis communibus aras’. Item paulo post dat salios Herculi, quos Martis esse non dubium est.

Servius 1961a, p. 295 (ad Aen., VIII, 663) : Salios qui sunt in tutela Iouis, Martis, Quirini. Dicti Salii ideo quod circa aras saliunt et tripudiant. Alii a Salio, Aeneae comite, dictos uolunt.

  • 49 « Quant aux Saliens, qu’il attribue à Hercule, il le fait en vertu d’une science étendue et profon (...)

Macrobe 1963, III, 12, 5-6, p. 191 : Salios autem Herculi ubertate doctrinae altioris adsignat, quia is deus et apud pontifices idem qui et Mars habetur. Et sane ita Menippea Varronis adfirmat quae inscribitur Ἄλλος οὗτος Ἡρακλῆς, in qua, cum de Inuicto Hercule loqueretur, eundem esse ac Martem probauit. Chaldaei quoque stellam Herculis uocant, quam reliqui omnes Martis appellant49.

  • 50 Pour des Saliens venus avec Énée, voir Festus 1913, p. 438-439 (s.v. Salios).

37Il est logique qu’il y ait eu des discussions savantes pour expliquer pourquoi Virgile avait fait intervenir ici des Saliens ; cependant le problème n’est pas qu’il ait existé des traditions divergentes à propos des Saliens50, mais bien que le texte des Adnotationes ne les expose pas et qu’il se range à une version virgilienne délicate qui, de plus, est hors-sujet dans le commentaire.

38Voilà qui illustre, une nouvelle fois, le poids du texte virgilien et des discussions initiées par Servius et également la méthode d’abréviation dont résultent certaines strates des Adnotationes. Les Commenta Bernensia, en revanche, exposent une matière simple et claire et, comme dans le cas de la glose Dictaei, on a l’impression que ce recueil conserve la glose « académique » tandis que les Adnotationes présentent des variantes érudites ou bien plus incertaines, voire douteuses. Cette discordance résulte sans doute de l’histoire compliquée de l’exégèse lucanienne.

  • 51 Voir Bayet 1926, p. 323-324 ; CÈbe 1972, p. 88-94 (part. p. 89).
  • 52 Cf. Servius 1961a, p. 279-280 (ad. Aen. VIII, 564).

39Mais l’intérêt de la confrontation entre le deutéro-Servius et la glose spécifique des Adnotationes est aussi de montrer que, sans exclure un recours direct des scolies lucaniennes à l’interpolateur, on peut distinguer à nouveau le rôle de Varron en arrière-plan. Varron avait en effet écrit une satire où il assimilait Hercule à Mars51 et il a pu être utilisé par Servius et son interpolateur52 : il y a d’ailleurs un lien assuré entre le passage de Macrobe qui rend compte de Varron et le passage du Servius où il est fait mention des rites des pontifes et de la science des Chaldéens :

Servius 1961a, p. 25-236 (ad Aen. VIII, 275)

Macrobe 1963, iii, 12, 6, p. 191

Alii communem deum ideo dictum uolunt, quia secundum pontificalem ritum idem est Hercules, qui et Mars : nam et stellam Chaldaeis dicentibus unam habere dicuntur, et nouimus Martem communem dici.

Salios autem Herculi ubertate doctrinae altioris adsignat, quia is deus et apud pontifices idem qui et Mars habetur. […] Chaldaei quoque stellam Herculis uocant, quam reliqui omnes Martis appellant.

Servius [Dan.] 1961ª, p. 238 (ad Aen. VIII, 285) : Sunt autem salii Martis et Herculis, quoniam Chaldaei stellam Martis Herculeam dicunt : quos Varro sequitur.

  • 53 Voir Ramminger 1985, p. 255-259.

40Dans la glose Et Salius figure donc un nouvel élément susceptible de remonter à Varron. Cette possibilité est corroborée par le fait qu’un autre passage des Adnotationes cite directement le savant romain (II, 356)53. Il semble donc possible que plusieurs parallèles entre les deux recueils de scolies s’expliquent par un recours à cette source.

41Un autre passage des Adnotationes présente une situation originale : les scolies font en effet un contresens géographique qui ne vient pas de Servius tout en étant assurément un indice de dépendance à l’égard de Servius. En II, 709-710, Lucain évoque ainsi le détroit de l’Euripe qui sépare la Grèce continentale de l’île d’Eubée :

  • 54 « Un étroit chenal conduisait les poupes vers la mer, plus resserré que l’eau de l’Eubée qui frapp (...)

Angustus puppis mittebat in aequora limes
Artior Euboica, quae Chalcida uerberat, unda54.

42Les Adnotationes, attirées par l’adjectif Euboicus, plaquent sur le texte de Lucain une interpretatio de Servius qui apparaît dans un contexte totalement différent.

Adnotationes 1909, p. 79 (II, 710) : Artior E. q. C. v. v. artior Euboica unda, quae uerberat Chalcida ; [id est] Cumas dixit, quae <urbs> condita est ab Eubois siue Chalcidensibus ; sic Virgilius ‘talis in Euboico Baiarum litore’.

Servius 1961a, p. 374 (ad Aen. IX, 707) : Evboico Baiarvm litorebene ‘Baiarum’ addidit, ne Euboeam insulam intellegeremus, unde Chalcidenses uenerunt, qui condiderunt Cumas, quae sunt Bais uicinae. Postumius de aduentu Aeneae et Lutatius communium historiarum Boiam Euximi comitis Aeneae nutricem, et ab eius nomine Boias uocatas dicunt : ueteres tamen portum Baias dixisse. Varro a Baio Vlixis comite, qui illic sepultus est, Baias dictas tradit.

Commenta 1869, p. 89 (II, 710) : Artior Evboica quae Calcida v. v. Euripus. Freto enim angusto Boeotia diuiditur ab Euboea quod Euripum uocant.

Svpplementvm 1979, II, 710 : EvboicaEuboea insula est in qua est Chalcis ciuitas, iuxta quam angustissimum est mare (ADRV1)

43Servius évoquait en effet la fondation chalcidienne de Cumes en Italie et les Adnotationes renvoie à Cumes alors qu’il est bien question de l’Eubée chez Lucain. La prudence dont avait preuve Servius (bene ‘Baiarum’ addidit, ne Eubœam insulam intellegeremus) ne se retrouve donc pas dans nos scolies. La situation est d’autant plus curieuse que les Commenta Bernensia ne se trompent pas sur ce point. On a, devant un tel exemple, du mal à croire que les deux commentaires à Lucain puissent remonter ici à un original commun, mais il ne faut pas perdre de vue que les Adnotationes ont été parasitées par des ajouts médiévaux. L’exemple peut donc être utilisé pour montrer qu’il y a, dans les Adnotationes, une strate très dépendante de Servius.

44Cette dépendance apparaît aussi à l’égard du deutéro-Servius comme on peut le constater à nouveau avec le cas d’une glose relative à Gaza : la précision fournie par les Adnotationes n’éclaire pas particulièrement le texte de Lucain, mais fait écho à une information transmise par le deutéro-Servius et cette fois-ci Adnotationes et Commenta Bernensia ne sont pas en désaccord.

Adnotationes 1909, p. 95 (III, 216) : Gazaqveciuitas Syriae, in qua Cambyses, rex Persarum, diuitias condidit.

Servius [Dan.] 1961a, p. 55 (ad Aen. I, 119) : GazaPersicus sermo est et significat diuitias, unde Gaza urbs in Palaestina dicitur, quod in ea Cambyses rex Persarum cum Aegyptiis bellum inferret diuitias suas condidit. Est autem generis feminini […]

Commenta 1869, p. 103 (III, 216) : Gazaqveciuitas in extremis Siriae a Persis condita, Gaza appellata quod ibi Cambises res thesauros reliquit et ita in Aegyptum abiit expugnandam.

  • 55 Maltby 1991, p. 254 (s.v. gaza, Gaza).
  • 56 Cf. Servius 1961a, p. 327 (ad. Aen. II, 763) : Gazacensus, Persarum lingua. Et est numeri singular (...)

45Dans cette glose étymologique55, ce sont l’origine et le sens du substantif gaza56 qui ont entraîné l’intervention des Perses et d’un trésor.

46On relèvera d’abord le fait que les Adnotationes ne renvoient pas, cette fois-ci, ici à un locus virgilien. De fait Virgile n’utilise que le substantif gaza et non le toponyme. Pourtant les Adnotationes ont manifestement connaissance de la glose du deutéro-Servius comme l’indique la reprise des termes Cambyses rex Persarum […] diuitias […] condidit. On peut même dire que les Adnotationes résument ici la glose du deutéro-Servius.

  • 57 Méla 1988, I, 11, 64, p. 19. Cf. Étienne de Byzance 1849, p. 193, s.v. Γάζα. μυθολογουσι δέ τίνες υ (...)

47Cette étymologie de Gaza n’est cependant pas une invention de Servius puisque l’information figurait déjà chez Pomponius Méla57, mais en des termes différents :

  • 58 « En Palestine, d’autre part, il y a la puissante ville bien fortifiée de Gaza – c’est ainsi que le (...)

ceterum in Palaestina est ingens et munita admodum Gaza : sic Persae aerarium uocant, et inde nomen est, quod cum Cambyses armis Aegyptum peteret, huc belli et opes et pecuniam intulerat58.

  • 59 On trouvera une analyse différente chez Esposito 2004c, p. 143.
  • 60 Nous verrons d’ailleurs plus loin, avec l’exemple de l’Hyrcanie, un enchaînement similaire Méla / A (...)
  • 61 Isidore 2004b, XV, 1, 16, p. 3.

48En revanche les Commenta Bernensia, qui présentent la même information avec une autre formulation59, se rapprochent davantage de ce que dit Isidore de Séville60 qui rapporte également l’anecdote (Cambises rex thesauros)61 :

  • 62 « La ville de Gaza, en Palestine, fut fondée par les Évéens, et habitée par les Cappadociens, après (...)

Gazam oppidum Palaestinae condiderunt Euei, in qua habitauerunt Cappadoces pristinis cultoribus interfectis. Vocata autem Gaza eo quod ibi Cambyses rex Persarum the[n]sauros suos posuit, cum bellum Aegyptiis intulisset : Persarum enim lingua thesaurum’gaza’nominatur62.

  • 63 Selon Isidore 2004b, p. 31, n. 37, l’évêque de Séville aurait ici combiné un passage de la Vulgate (...)
  • 64 Voir Gerard 1989, s.v. Awwites ; Isidore 2004b, p. 31, n. 36.

49Le texte des Commenta Bernensia semble donc de son côté être un résumé d’Isidore de Séville63. Les deux textes sont néanmoins en désaccord à propos d’une donnée cruciale : l’identité des fondateurs de Gaza. Pour les Commenta, la fondation de Gaza remonte aux Perses (a Persis condita), tandis que pour Isidore elle revient aux Évéens (condiderunt Euei), c’est-à-dire les Awwites qui sont des Cananéens installés dans cette zone64. Il est sans doute difficile de dire si la mention des Évéens est une innovation d’Isidore ou si l’attribution de la fondation aux Perses est une erreur des Commenta, mais il est tentant de penser que les Commenta et Isidore ont puisé à une source commune qu’Isidore a corrigée avec des informations bibliques.

50Cet exemple exceptionnel pourrait montrer qu’il existe dans les commentaires à Lucain une strate utilisant Isidore et une autre, éventuellement plus ancienne, utilisant Servius et le deutéro-Servius ; cependant, comme Isidore a eu également recours à Servius, il n’est pas toujours aisé de distinguer rigoureusement ces deux influences ; la glose Gaza permet de dire que le scoliaste a eu recours directement à Servius et non à du Servius passé par Isidore.

  • 65 Voir Silberman 1988, p. XXXI, XXXVIII.
  • 66 Pellizzari 2003, p. 234-236. Pour un dossier assez proche, voir Ottaviano 2008, p. 232-233.
  • 67 Ramminger 1985 ; 1986.
  • 68 Agahd 1898, p. 112-113, 149, 154, 157, 192.

51Il n’est pas anodin enfin, que parmi les sources utilisées par Méla, on ait parfois pensé à Varron65, Varron qui fait également partie des sources importantes de Servius66. En 1985-1986, Johann Ramminger67 a justement mis l’accent sur la présence d’informations remontant à Varron dans les Adnotationes. Ce savant est en effet cité une fois nommément dans les Adnotationes (II, 356) et les Commenta Bernensia portent également la trace de ses écrits philosophico-religieux68. L’existence de matériel varronien dans un commentaire à Lucain antérieur à Servius pourrait alors expliquer certains points communs, mais on ne peut sur ce point dépasser le stade de l’hypothèse.

Traces d’indépendance à l’égard de Servius

  • 69 Lucain 19674, III, 103.

52Ces quelques parallèles sont tempérés par de curieux exemples qui attestent un décalage avec les positions parfois défendues par Servius. Il est évident que les Adnotationes ne sont pas, dans leur rapport à Servius, dans une situation de dépendance servile. Ces scolies citent de mémoire de nombreux vers de l’Énéide sans utiliser le commentaire servien ad loc. et elles citent parfois Virgile en ajoutant des considérations qui ne viennent pas de Servius. On peut même déceler ici ou là une forme d’exégèse virgilienne qui ne remonte pas à Servius et qui témoigne probablement d’une réflexion personnelle sur l’œuvre du poète de Mantoue ou d’une tradition « alternative » : ainsi signalons le cas, au moment ou César entre dans Rome, des Phœbea palatia remplis de sénateurs69 :

  • 70 « Les palais de Phébus sont remplis d’une foule de sénateurs […] » trad. Lucain 19674.

Phœbea palatia conplet
turba patrum70.

  • 71 Voir Gage 1955, p. 524.
  • 72 Auguste 19772, XIX, 1, p. 106.
  • 73 Exemple typique de prolepse déjà chez Diomède 1857, II, p. 443-444.

53L’expression Phœbea palatia désigne le temple d’Apollon (= aedes Phœbi in Palatio ou Apollinis Palatini), mais ce n’est pas cet emploi poétique qui intéresse les scoliastes. Les Adnotationes signalent ici une prolepse puisque ce temple d’Apollon, qui fut dédié en 28 avant notre ère71, est une réalisation d’Auguste72 postérieure au bellum ciuile. Les Adnotationes renvoient à un procédé similaire chez Virgile en I, 2-3 à propos des Lauinia litora qui ont semblé anachroniques73.

Adnotationes 1909, p. 87 (III, 103) : Phoebea P. C. per prolempsin ; nam illo tempore haec non erat sedes. Ergo Phoebea palatia, quae postea Phoebea sunt dicta ; nam haec postea constituit Augustus ; sic Virgilius’Lauiniaque uenit litora’nunc Lauinia ; nam cum uenit Aeneas, Lauinia non fuerunt.

Servius 1961a, p. 8-9 (ad Aen. I, 2) : Postea Lauinium a Lauinia, uxore Aeneae. Ergo ‘Lauina’ legendum est, non ‘Lauinia’, qui post aduentum Aeneae Lauinium nomen accepit, et aut Lauinum debuit dicere, sicut dixit, aut Laurentum. Quamuis quidam superfluo esse prolepsin uelint.

Commenta 1869, p. 95 (III, 103) : Foebea palatiain Palatio templum Apollinis est.

Cf. Donat 1905, p. 8 (ad Aen. I, 2) : sed quaerendum est cur posuerit Lauiniaque uenit litora, cum nondum fuisset hoc loci nomen, eo scilicet tempore quo Aeneas uenit ad Italiam. Non ergo iam tunc fuerant Lauinia litora, sed tunc cum gesta ueteribus saeculis Vergilius replicabat.

  • 74 Aulu-Gelle 1978, X, 16, p. 169-172.
  • 75 Ibid., X, 16, 1-10, p. 169-170 (= Grammatici Latini 1907, fr. 7).

54L’examen de Servius ad loc. montre que le commentateur refusait cette analyse pour I, 2 et optait de son côté pour une correction (Lauina). Le décalage est significatif puisque la main des Adnotationes se retrouve parmi les quidam critiqués par Servius. Autrement dit les Adnotationes adhèrent ici à une tradition herméneutique pré-servienne à laquelle Servius ne souscrit pas. Or, grâce à un chapitre d’Aulu-Gelle consacré aux erreurs relevées par Hygin dans le livre VI de l’Énéide74, nous savons que ce grammaticus voyait en I, 2 (Lauina) comme en VI, 11 (Chalcidica) des prolepses acceptables uniquement parce que Virgile s’exprime alors ex sua persona75.

  • 76 Ibid., X, 16, 5-8, p. 169-170 : « C’est donc par extrême ignorance qu’il demande à Énée de recherc (...)

Inscitissime igitur petit ut Aeneas portum Velinum requirat, cum id nomen eo tempore fuerit nusquam gentium. Neque simile, inquit, illud uideri debet, quod est in primo carmine : ‘Italiam fato profugus Lauinaque uenit | Litora’et aeque in sexto libro : ‘Chalcidicaque leuis tandem superastitit arce’, quoniam poetae ipsi quaedam κατά πρόληψιν historiae dicere ex sua persona concedit solet, quae facta ipse postea scire potuit, sicut Vergilius sciuit de Lauinio oppido et de colonia Chalcidicensi76.

55Les Adnotationes sont donc ici curieusement en accord avec une exégèse virgilienne pré-servienne à laquelle Servius ne souscrivait pas.

  • 77 Voir Martin 2001, p. 65-67.
  • 78 « Romulus remplit ses murailles des hôtes d’un asile décrié » trad. Lucain 19745.

56Il y a, du reste, d’autres différences curieuses ; ainsi, à propos de l’asyle romuléen77, la formulation de la scolie fait penser à une tradition différente de la « vulgate » livienne. Romulus infami compleuit mœnia luco78, dit Lucain en VII, 438. Les Adnotationes renvoient alors à Aen., VIII, 342 : hinc lucum ingentem quem Romulus acer Asylum | rettulit.

Adnotationes 1909, p. 275 (VII, 438) : Infami conplevit moenia l. id est conpleuit populo, quem adducebat ad lucum.
Lvco] cum adhuc raritas esset et inopia ciuium, Romulus omnes nocente set criminosos in eundem lucum inducebat inique eos crimine liberatos in numerum ciuium conferebat, ut ait Virgilius ‘hinc lucum ingentem, quem Romulus acer asylum rettulit’.

Servius 1961a, p. 249 (ad Aen. VIII, 342 : asylvm retvlitpostquam Hercules migrauit e terris, nepotes eius timentes insidias eorum quos auus adflixerat, Athenis sibi primi asylum, hoc est templum misericordiae, collocarunt unde nullus posset abduci, quod etiam Statius dicit, ut ‘Herculeos fama est fundasse nepotes’. Ideo ergo ait ‘quod Romulus acer asylum retulit’, hoc est fecit ad imitationem Atheniensis asyli : quod ideo Romulus fecit, ut haberet aduenas plures cum quibus conderet Romam. Ergo‘retulit’ aut restituit aut nominauit. Iuuenalis <VIII, 272>‘et tamen ut longe repetas longeque reuoluas nomen, ab infami gentem deducis asylo’. Sane hoc non ad Euandri personam adplicatur, quod ipse Aeneae retulerit.

Commenta 1869, p. 238 (VII, 438) : Infami conplevit | Moeniaasylo illo seruili de quo exercitum conflauit.

Svpplementvm 1984, VII, 438 : Romvlvs infami etc. Iuuenalis’quisquis primus fuit ille tuorum | aut pastor fuit aut illud quod dicere nolo’(D1).

Cf. Adnotationes 1909, p. 10 (I, 97) où le terme asylum entraîne aussitôt la citation d’Aen. VIII, 342 ; Servius 1961a, p. 326-327 (ad Aen. II, 761) ; Servius [Dan.] 1961a, p. 287 (ad Aen. VIII, 635).

  • 79 Tite-Live 198513, I, 8, p. 16 : Crescebat interim urbs munitionibus alia atque alia appetendo loca, (...)
  • 80 Denys 1998, I, 89, 1, p. 218.
  • 81 Briquel 1997, p. 117-136.
  • 82 Scolies à Juvénal 1931, p. 153 (in Sat. VIII, 275).

57Cet exemple est notable car la substance du texte des Adnotationes ne correspond ni à ce que l’on peut lire chez Servius, ni à ce que l’on trouve chez Tite-Live79. La formulation des Adnotationes se rapprocherait plus des traditions hostiles à Rome (omnes nocentes et criminosos) attestées indirectement par Denys d’Halicarnasse80 et remontant notamment à Métrodore de Scepsis81. A contrario le Supplementum porte la marque de l’utilisation de Servius à travers la citation de la huitième satire de Juvénal ce qui nous renvoie d’ailleurs aux scolies ad loc. où la tradition de l’asyle romuléen est là aussi exposé sans détours, assez loin d’ailleurs de l’euphémisme juvénalien82 :

58(illvd) quod dicere noloseruus aut infamis uel latro. Fertur nam latronum autperditorum collegisse populum.

59Dans certains cas, bien que plus rarement, les Adnotationes ne reproduisent pas une erreur de Servius. Ainsi, dans un passage du chant III (266-268) relatif aux Scythes, Lucain livre une précision à propos de l’Hyrcanie :

  • 83 « Les peuples de Scythie empoisonnèrent leurs flèches, eux que Bactros enferme de son gouffre gelé (...)

tinxere sagittas
errantes Scythiae populi, quos gurgite Bactros
includit gelido uastisque Hyrcania siluis83.

Adnotationes 1909, p. 99 (III, 268 : Hyrcaniaregio siluestris in Scythia, unde ait Virgilius ‘Hircanaeque admorunt ubera tigres’.

Servius 1961a, p. 529 (ad Aen. IV, 367 : Hyrcanaeque tigres Arabicae : nam Hyrcania silua est Arabiae.

Commenta 1869, p. 106 (III, 268) : -----

Cf. Verg., Aen., VII, 605 (Hyrcanisue Arabisue…) et Servius 1961a, p. 171 (ad Aen. VII, 605) : Hyrcanisvegens est dicta a silua Hyrcania, ubi sunt tigres ; Isid., Orig., XIV, 3, 33.

  • 84 On peut s’interroger sur l’origine de ce détail. S’agit-il de considérations sur le biotope des tig (...)
  • 85 Méla 1988, III, 5, 43, p. 79.

60L’exemple est particulièrement intéressant puisque chez Servius la localisation de l’Hyrcanie en Arabie est erronée et parce que le détail de la forêt (silua)84ne vient pas du texte virgilien ; il figure en revanche dans le texte de Lucain et c’est de là que Servius a pu le connaître à moins qu’il ne le tienne de Pomponius Méla85 :

  • 86 « Les forêts, entre autres animaux redoutables, comptent aussi, surtout celles d’Hyrcanie, des tigr (...)

siluae alia quoque dira animalia uerum et tigres ferunt utique Hyrcaniae86.

  • 87 Isidore 2004a, XIV, 3, 33, p. 178.
  • 88 Solin 1895, XVII, 4, p. 90. Voir aussi un peu plus loin XVII, 11, p. 91 (in his siluestribus et par (...)

61Quant à Isidore de Séville87 qui reprend aussi ce détail, il est certes tentant de penser qu’il puise à une source exégétique virgilienne, mais en réalité il l’a directement emprunté à Solin88 qui disait dans un passage où l’utilisation d’une citation virgilienne rappelle d’ailleurs beaucoup les gloses :

Hyrcania dicta a silua Hyrcana, quae Scythiae subiacet, habens ab oriente mare Caspium, a meridie Armeniam, a septentrione Albaniam, ab occasu Iberiam. Est autem gens siluis aspera, copiosa inmanibus feris, tigribus pantherisque et pardis. De qua Vergilius : Hyrcanaeque admorunt ubera tigres.

62Dans les Adnotationes, l’expression regio siluestris semble gloser le texte de Lucain (uastis […] si luis) et la localisation in Scythia – moins fautive que la mention de l’Arabie chez Servius – est également amenée par le texte de Lucain qui mentionne au vers précédent les populi Scythiae : le commentaire des Adnotationes n’est donc ici qu’une paraphrase, une glose tautologique qui tente pourtant de se donner l’aspect d’un commentaire savant, mais n’importe quel lecteur du vers 268 a compris, d’après le contexte, que l’Hyrcanie est une regio siluestris in Scythia ! Il cite un vers de Virgile comme un simple parallèle où apparaît la forme Hyrcania. Ses connaissances ne reposent donc pas ici sur des recherches spécifiques.

  • 89 Grimal 19889, s.v. Héraclès, p. 189 b.

63Dans la glose suivante, relative au lion de Cléones, on voit que les Adnotationes ont connaissance de la localisation précise de la cité de Némée là où Servius commet une erreur en localisant Némée en Béotie probablement parce qu’il confond ici l’épisode du lion du Cithéron (Béotie)89 et celui de Némée (Argolide).

Adnotationes 1909, p. 148 (IV, 612) : Ille CleonaeiCleonae regio iuxta Nemeam, ubi interemit leonem Hercules, ut ait Virgilius’et uastum Nemeae sub rupe leonem’.

Servius 1961a, p. 241 (ad Aen. VIII, 295) : Nemeae svb rvpeNemea silua est uicina Thebis, in qua Hercules interemit leonem, qui Lunae filius et inuulnerabilis dictus est.

Commenta 1869, p. 144 (IV, 612) : Ille Cleonei proiecit t. l.Cleonae urbsfinitima Corintho iuxta Nemeam ciuitatem in qua etiam silua hoc nomine appellatur, unde et leo Nemeaeus. Hanc ciuitatem quidam uolunt ab ipso Hercule conditam, quae initio fertur Leonae dicta, ut Aulonia quae est appellata Caulonia. Set Cleonae dicta ἀπò τοῦ κλέους hoc est a gloria uel a uirtute.

Svpplementvm 1979, IV, 612 : Cleonaeigloriosi (V1). Cleos Graece gloria inde Cleonaeus dicitur gloriosus (V1).

64Tout en renvoyant à l’Énéide (VIII, 295), les Adnotationes ne reprennent pourtant pas l’erreur de Servius ad loc. tout comme les Commenta Bernensia.

  • 90 « Tyr l’instable et Sidon au précieux murex » trad. Lucain 19674.

65On voit aussi parfois les Adnotationes attester le poids de la tradition virgilienne, mais tenter en même temps de s’en éloigner : c’est le cas avec la glose suivante relative à la cité de Tyr. Dans une énumération de cités du Levant, Lucain dit en effet : et Tyros instabilis pretiosaque murice Sidon90. Les scoliastes renvoient à un vers de Virgile où les Tyriens sont qualifiés de bilingues.

Adnotationes 1909, p. 95 (III, 217) : Tyros instabilis siue propter fallaciam, ut Virgilius ‘Tyriosque bilingues’, siue quia terrae motu laborat.

Servius 1961a, p. 190 (ad Aen. I, 661) : Bilingvesfallaces ; nec enim ad linguam rettulit, sed ad mentem.

Commenta 1869, p. 103 (III, 217) : Et Tyros instabilisterrae motu, aut quoniam Dido inde nauigauit.

66L’intérêt de cette scolie est qu’elle propose une alternative à une explication fondée sur l’exégèse virgilienne. On notera que cette explication apparaît également dans les Commenta et que ceux-ci ajoutent une troisième explication pour le moins absconse. On pense de nouveau à une scolie originelle qui aurait pu énumérer trois explications possibles.

  • 91 Voir Pline l’Ancien 1906, V, 91, p. 399.
  • 92 Compte tenu du rôle de Pompée en Cilicie – notamment l’installation de pirates ciliciens en 67 à Po (...)

67Le vers 227 du chant ΙΙΙ de la Pharsale évoque l’activité de deux cités côtières de la partie orientale de la Cilicie Plane, Mallos et Aigeai91, des cités qui préparent alors des navires pour les forces de Pompée92 :

  • 93 « Mallos et la lointaine Aigeai résonnent du bruit des chantiers » trad. (corrigée) Lucain 19674.

Mallos et extremae resonant naualibus Aegae93

Adnotationes 1909, p. 96 (III, 227) : Navalibus AegaeAegae ciuitas est, quam significat uicinam mari, cum dixit’resonant naualibus Aegae’. Haec Neptuno est consecrata, ut ait Virgilius’et Neptuno Aegeo’.

Servius [Dan.] 1961a, p. 352-353 (ad Aen., III, 74) : Neptvno Aegeoquia in Aegeo mari haec insula posita est. Sane inter Hellespontum et Adriaticum mare omne illud mare Aegeum appellatur, quod nomen a patre Thesei Aegeo traxit. Cum enim in labyrintho Minotaurus esset inclusus […] qui extinctum filium credens se praecipitauit in mare, unde Aegeum pelagus appellatum est.

Commenta 1869, p. 103 (III, 227) : AegaeMallos et Aegae Ciliciae ciuitates. Aegae a capris dicta quibus abundat.

  • 94 Comme me l’a justement fait remarquer Christian Nicolas, ces mots signifient « une cité, dont il ve (...)
  • 95 Elle aurait quelque chose à voir avec αἰγιαλóς qui désigne le bord de mer, voir Maltby 1991, p. 11- (...)
  • 96 Voir Maltby 1991, p. 11 (s.v. Aegae). La documentation numismatique semble également la rattacher a (...)
  • 97 Sur ce processus, voir Werner 1998, p. 124 sqq.
  • 98 Scolies de Montpellier 1868, p. 24 (III, 755) : Navaliastationem nauium.
  • 99 Servius 1961a, p. 567 (ad. Aen. IV, 593) ; p. 519 (ad. Aen. XI, 329). Cf. Servius [Dan.] 1961a, p. (...)

68Il me semble d’abord que les Adnotationes fournissent ici une étymologie indirecte d’Aigeai (quam significat uicinam mari)94 qui repose une nouvelle fois sur le grec (Aigeai = uicina mari)95 et est en désaccord avec l’étymologie proposée par les Commenta Bernensia qui renvoient de leur côté au nom grec de la chèvre (αἴξ, αἰγός)96 sans d’ailleurs le préciser d’où un côté quelque peu nébuleux qui trahit la méthode des excerpta. On peut voir là, à mon sens, un nouvel indice de l’existence, à date ancienne, d’un commentaire long de Lucain où étaient énumérées différentes opinions que des abréviateurs successifs ont transformé en marginalia en privilégiant une seule des interprétations proposées. Les éditions glosées de Lucain ayant fini par venir à bout du commentaire long avant que ces marginalia ne soient elles-mêmes recomposées de façon autonome sous une forme continue qui finalement était celle des commentaires longs97… Il est donc possible, dans ces circonstances, qu’un ancien commentaire à Lucain (uariorum) ait énuméré plusieurs étymologies. Les scolies de Montpellier98 se distinguent ici en ajoutant un commentaire sur naualibus inspiré de Servius99.

  • 100 Cf. Homère 19615, XIII, 21, p. 4 (Aigai, toponyme mythique lié à Poséidon). Trois étymologies de la (...)
  • 101 Karola-Nollé 1994, p. 21.
  • 102 Robert, 1973, p. 163 (= 1990, p. 227).
  • 103 Sur la vocation portuaire d’Aigeai, voir Robert 1973, p. 170-171, 174 sqq.
  • 104 Levante 1993, 2344.
  • 105 Ibid., 2377.
  • 106 Voir Robert 1973, p. 176.
  • 107 Ibid., p. 171 ; Ziegler 1977, p. 62-63.
  • 108 Voir Tacite 1978, XIII, 8, 3, p. 11. À l’époque de Strabon 1929, XIV, 5, 18 (C 676), p. 354-355 Aig (...)
  • 109 Ziegler 1977, p. 63. Aigeai est également mentionnée lors de la campagne persique de Julien l’Apost (...)
  • 110 Sur Alexandre Sévère à Aigeai, voir Robert 1973, p. 195-197, n. 145.

69Second point, le renvoi à l’épiclèse poétique de Neptune en Aen., III, 74 est hors de propos tout comme la substance de la scolie du deutéro-Servius qui fait allusion à la mer Égée100. La scolie lucanienne laisse en effet penser que l’épiclèse Aegeus donnée à Neptune par Virgile s’expliquerait par les liens du dieu avec Aigeai de Cilicie, ce qui est erroné. Néanmoins la précision haec Neptuno est consecrata n’est pas totalement inintéressante. Devant le peu de matière transmis, il paraîtra utile de ne pas juger automatiquement cette précision des Adnotationes comme la fantaisie d’un scoliaste tardif. Le culte de Poséidon est en effet attesté en Cilicie, dans les villes côtières comme à Celenderis, et un Poséidon Asphaleios est attesté à Anazarbe101 ainsi qu’à Aigeai102. Les monnaies d’Aigeai, à partir du ier siècle, commencent à véhiculer les symboles de la rame ou de l’aplustre pouvant faire allusion à la vocation maritime de la cité103. Sous Macrin une monnaie représente le phare d’Aigeai surmonté d’une statue de Poséidon104, puis, sous Trajan-Dèce, une autre monnaie105 montre à nouveau le phare106 assorti d’une légende signalant qu’Aigeai possède une nayapxiΣ c’est-à-dire un statut de base navale de premier rang107. Si à l’époque de Lucain le rôle d’Aigeai a pu être d’actualité lors de la guerre contre les Parthes108, l’importance maritime d’Aigeai et l’importance d’Aigeai tout court s’est accentuée à partir du iiie siècle et notamment, si l’on en croit R. Ziegler, pendant la campagne persique109 d’Alexandre Sévère à partir de 230 / 231. L’importance du monnayage d’Alexandre Sévère à Aigeai va également dans ce sens110. Voilà qui explique peut-être aussi l’orientation de la remarque des Adnotationes à propos d’Aigeai.

Conclusion

70Tentons maintenant de renouer les fils dispersés de cette enquête aux résultats contradictoires. Les points communs et les différences entre les Adnotationes et le Commentaire à l’Énéide de Servius sont finalement, on l’a vu, difficiles à évaluer à cause de la nature et de l’histoire même des scolies lucaniennes. Les procédés d’abrègement, de réécriture et de recomposition mis en place par différents scoliastes à des époques diverses rendent difficile l’évaluation d’une dette des Adnotationes à l’égard de Servius. Si l’influence du grand commentateur est nettement visible dans certaines strates – en particulier les marginalia médiévales –, elle est plus évanescente ou problématique dans d’autres ; d’autres strates, par un cheminement plus complexe, transmettent même sans doute des matériaux pré-serviens remontant à d’anciens grammatici ayant utilisé des sources savantes des ier av. -ier siècles ap. J.-C. et parmi celles-ci Varron doit occuper une place de choix. L’impression donnée par plusieurs exemples étudiés ci-dessus est que le matériau varronien – d’ailleurs assez logiquement – s’est diffusé dans plusieurs traditions exégétiques et qu’à l’autre bout de la chaîne, dans un texte comme les Adnotationes, il est quasiment impossible de reconstituer le cheminement de l’information.

  • 111 Sur la fortune de Lucain à cette époque, voir Vinchesi 1979. Même si, comme le dit Pellizzari 2003, (...)

71Pour conclure je voudrais orienter différemment le propos. Il est intéressant de remarquer que, dans un des exemples étudiés par J. Ramminger, les scolies lucaniennes ne renvoient ni à Virgile ni à Servius, mais que Servius dans un passage sur le même thème cite Lucain à l’appui (II, 469). Cela nous amène à penser d’abord que l’enquête ne doit pas nécessairement prendre pour fil directeur les citations virgiliennes car l’assimilation de Servius a pu passer ailleurs et ensuite qu’il ne faut pas couper ce dossier de la question de la connaissance de Lucain par Servius. Cette dernière problématique a été bien dégagée par P. Esposito à propos du chant I : la connaissance de Lucain par Servius laisse penser que l’exégèse lucanienne a connu une phase décisive au ive siècle111, précisément à l’époque du commentateur qui le cite abondamment. Cette question rejoint en effet le problème connexe de la présence chez Servius de traces d’une exégèse lucanienne pré-servienne.

72Le cas d’une glose consacrée à fastus peut sembler significatif. Servius et une partie de l’exégèse lucanienne relèvent une faute de Lucain sur l’emploi du terme fastus.

Servius 1961a, p. 190 (ad Aen. III, 326) : Fastvssuperbiam. Et est quartae declinationis ; nam liber, qui dierum habet conputationem, secundae declinationis est : unde errauit Lucanus <X 187> dicendo ‘nec meus Eudoxi uincetur fastibus annus’.

Adnotationes 1909, p. 403 (X, 187) : Fastibvs annvm fastus * * * dicuntur. Vbi menses et dierum ordo conscriptus est.

Commenta 1869, p. 323-324 (X, 187) : Vincetur fastib. annvs‘fastus’superbia quartae declinationis est,‘fastus’autem libri II declinationis ergo male posuisse uidetur.

Svpplementvm 1979, V, 187 : Fastisdescriptionibus (a). Pro‘fastis’ (ADRV) abuse (V). Fasti dicuntur libri qui mensium et annorum cursus continent. Est autem hoc nomen secundae declinationis ; cum uero quartae declinationis est, superbiam significat. Ergo hoc loco fefellit Lucanus (aADR), sed tamen tantus poeta uenia donandus est (ADR).

Cf. Scolies de Montpellier 1868, p. 29 (X, 187) : Fastibvs annvspro errore dixit Lucanus hic ‘fastibus’ cum ‘fastis’debuerat dicere de annalibus. Sicut dicit Priscianus. Nam quando a ‘fastidio’ uerbo uenit, quartae est declinationis.

  • 112 Priscien 1855, p. 256, 12 H (VI, 72).

73Les Adnotationes ne renvoient ici à aucun passage virgilien tandis que le texte qui apparaît dans les Commenta et dans le Supplementum remonte assurément à la critique formulée initialement par Servius dans un passage de son commentaire où il commente fastus en renvoyant à Lucain (III, 326). Mais, comme l’indiquent clairement les scolies de Montpellier, le dossier a été ensuite repris et développé par Priscien qui, dans les Institutiones, nomme effectivement Servius112 :

‘fastus’ quando a ‘fastidio’est uerbo, quartae est, quando uero pro annali accipitur, a fastis et nefastis sic dictum, frequentius secundae est. Inuenitur tamen et quartae. Lucanus in X ‘nec meus Eudoxi uincetur fastibus annus’ quod tam errore Lucani prolatum dicit Servius in commentario tertii libri Vergiliani, cum antiquiores quoque similiter idem protulisse inueniantur. [Ouidius fastorum inscripsit libros] nam apud Horatium duplicem inuenio scripturam et fastos’et’fastus’in III carminum ‘Per memores genus omne fastos’ et ‘fastus’ in aliis codicibus. Varro in ephemeride : postea honoris uirtutum causa Iulii Caesaris, qui fastus porrexit, mensis Iulius appellatus est.

  • 113 Sur l’influence de Priscien sur ce groupe de scolies, voir Porro 1986.

74C’est donc Priscien qui a probablement servi de source aux gloses du Supplementum ; c’est lui qui a servi d’intermédiaire entre Servius et les commentateurs probablement médiévaux de ce vers113. Autrement dit la trace des anciens grammatici et du commentaire pré-servien à Lucain est bien difficile à retrouver et même l’utilisation directe de Servius à date ancienne difficile à étayer.

75La confrontation des scolies où Servius cite Lucain avec les passages correspondants des Adnotationes déçoit nécessairement. On constate qu’il y avait chez Servius de quoi construire un premier commentaire à Lucain et que cette matière n’a guère été mise à profit par les rédacteurs des Adnotationes qui ne se sont même pas pliés à réaliser des excerpta du maître où ils auraient pu trouver quelques lignes de force pour construire un commentaire. En réalité il ne faut pas profiter de cette confrontation décevante pour disqualifier l’exégèse lucanienne. On peut certes s’étonner au premier abord que, commentant l’œuvre d’un poeta doctus comme Lucain, les Adnotationes se signalent généralement par la faiblesse ou l’inconsistance du commentaire historique ou géographique, et qu’elles fassent si peu preuve de cet esprit d’antiquaire qu’on attend en général d’un scoliaste, mais ce défaut, comme celui que nous avons signalé précédemment, est dû aux innombrables transformations qui ont altéré la tradition. Elles ne permettent pas de replacer l’exégèse lucanienne à sa juste place et d’évaluer son influence sur Servius. Néanmoins certains exemples étudiés semblent montrer, quand on les confronte à l’ensemble des gloses lucaniennes, qu’il y avait bien à l’origine un commentaire long énumérant différentes explications et que les Adnotationes n’en sont que la version atrocement défigurée.

  • 114 Suétone 1924, p. 300.

76La tâche des commentateurs de Lucain n’a sans doute pas été facilitée par les éditions du poète. Grâce aux fragments du De poetis on sait qu’à l’époque de Suétone l’édition de Lucain – et sans doute le commentaire par la même occasion – se faisait avec des résultats contrastés – comme pour toutes les œuvres de l’Antiquité aurait-on envie de dire, mais sans doute plus intensément dans le cas de Lucain pour que Suétone trouve important de le signaler ici114 :

Poemata eius etiam praelegi memini, confici uero ac proponi uenalia non tantum operose et diligenter sed inepte quoque.

  • 115 Voir par exemple Quintilien, 1979, X, 1, 90, p. 95 ; Juvénal, 198312, VII, 79-80, p. 91 ; Martial, (...)
  • 116 Adnotationes 1909, p. 1-3.

77Qui plus est, la question de la réception de l’œuvre de Lucain se double de celle de son renom en tant que poète et en tant qu’homme115. En effet sa réputation a été changeante comme pourrait le montrer la comparaison des deux uitae Lucani aujourd’hui conservées : celle de Suétone dans le De poetis et celle qui figure en tête des Adnotationes et que l’on attribue à Vacca116. Dans ces conditions on comprend mieux pourquoi le « virgilien » Servius ne pouvait que regarder Lucain avec une certaine défiance.

Anmerkungen

1 L’origine de cette étude est un travail mené il y a quelques années autour d’une glose étymologique oubliée qui figurait dans les Adnotationes super Lucanum (Barbara 2006). Cette étude ponctuelle, qui m’avait amené à rechercher dans Servius la trace de traditions figurant également dans les Adnotationes, m’avait aussi fait prendre la mesure de la complexité presque désespérante du sujet. Le colloque « Servius et sa réception » était pour moi l’occasion d’approfondir le dossier et je remercie Monique Bouquet et Bruno Méniel pour leur aimable invitation ainsi que pour leur accueil à Rennes.

2 Le choix de ces deux commentaires précis est motivé, au départ, par l’inscription des deux textes de référence dans le genre épique, même si la question du genre pourrait se révéler plus problématique qu’il n’y paraît puisque Servius 1961a, p. 129 (ad. Aen. I, 382), dans un passage célèbre, rattache Lucain à l’historia et non au poema : Lucanus namque ideo in numero poetarum esse non meruit, quia uidetur historiam composuisse, non poema ; cf. Pétrone 19676, 118, 6, p. 134. Sur cette question, voir Esposito 2004c, p. 135-136 ; Bureau (à paraître). Il n’y a cependant pas lieu de penser que le croisement du commentaire d’une épopée mythologique et du commentaire d’une épopée historique ne soit pas une démarche pertinente : les allusions mythologiques et géographiques abondent dans la Pharsale et autorisent un exégèse aussi savante que dans le cas de l’Énéide.

3 Endt 1909.

4 Usener 1869.

5 Sur cet ensemble voir désormais Werner 1994 ; 1998, p. 124-172. On pourra se reporter également à la mise au point pratique d’Esposito 2004d, p. 11-24.

6 Esposito 2004b, p. 77 : « non si può comunque negare che sull’esegesi a Lucano esercitò un’influenza decisiva il commentario serviano a Virgilio, come mediazione e complemento inscindibile della conoscenza della sua produzione poetica. »

7 Les Adnotationes montrent une connaissance précise de l’Énéide de Virgile (sur ce point précis, voir déjà Esposito 2004b) auquel elles font référence près de 335 fois – si mon décompte établi à partir de l’index de Endt (Endt 1909, p. 417-421 ; le tableau 1 d’Esposito 2004b, p. 78-94) est exact. L’index d’Esposito 2004b, p. 88-94 recense 337 loci virgiliens.

8 Sur ce point voir Esposito 2004b, p. 26-27.

9 Adnotationes 1909, p. 343 (IX, 68) : Plenas plangemvsmoris enim erat, ut si corpora suorum non haberent, [ut] simularent funus et facerent sepulturam, quod et hanc in duorum morte coniugum credo fecisse. Hoc est, quod Virgilius ait’ uiridi quem caespite inanem et geminas, causas lacrimis, sacrauerat aras’.

10 Voir Festus 1913, p. 86 (s.v. Gradiuus).

11 Adnotationes 1909, p. 37 (I, 660) : Gradive paterMars, ut Virgilius’Gradiuumque patrem’. Cf. Svpplementvm 1979, I, 660 : Gradiveo Mars (DRV).

12 Servius 1961a, p. 342-343 (ad. Aen. III, 35). Pareillement, en II, 437, à propos de Charybde et Scylla, les Adnotationes se contentent du minimum, semblant ignorer la riche glose de Servius 1961a, p. 417-418 (ad. Aen. III, 420) à ce sujet.

13 Lucain 19674, II, 610.

14 Adnotationes 1909, p. 74 (II, 610).

15 Supplementvm 1979-1990.

16 Lucain 19674, II, 393.

17 Werner 1998, p. 156 sqq.

18 Virgile 1977, II, 135.

19 « Marius exilé cacha sa tête dans les roseaux limoneux » trad. Lucain 19674.

20 Virgile 1977, II, 135-136.

21 « dans un marais fangeux, pendant la nuit, je suis allé me cacher, invisible au milieu des roseaux » trad. Virgile 1977.

22 Les commentateurs ne semblent pas avoir utilisé Isidore 2004a, XVII, 9, 100 : ulua et typhus herbae [quae] circa fontes et paludes stagnisque nascuntur. Ex quibus ulua, id est alga mollis et quodammodo fungus, dicta ab uligine.

23 Lucain 19674, III, 84.

24 « il avait déjà franchi les citadelles escarpées d’Anxur » trad. Lucain 19674.

25 « et le mont de Circé, champs où préside Jupiter Anxurus […] » trad. Virgile 1978.

26 Voir La Blanchere 1884, p. 24 ; Rossi 1912, p. 50 ; Koch 1937, p. 82-83.

27 Babelon 1885, Vibia 18 ; Crawford 1974, 449 / 1a-1c ; Sydenham 1952, 947-948. Voir La Blanchere 1884, p. 24-25.

28 Babelon, 1885, p. 544. Véjovis était en effet parfois perçu comme un Jupiter enfant, voir Festus 1913, p. 519 (s.v. Vesculi) ; Ovide 1992, III, 437, 447-448, p. 80 ; Gage 1955, p. 88-89. Sur l’étymologie favorisée par Ovide, voir notamment Porte 1985, p. 232-236.

29 Maltby 1991, p. 40 (s.v. Anxur, Anxurus).

30 BSB Clm 4610.

31 Ibid., f° 8r.

32 Alors que Pline 20042, III, 59, nous apprend que le toponyme Anxur est volsque : Dein flumen Aufentum, supra quod Tarracina oppidum, lingua Volscorum Anxur dictum : « Puis le fleuve Aufentum, au dessus duquel est la ville de Terracine appelée Anxur dans la langue des Volsques […] » trad. Zehnacker 20042. Cf. Festus 1913, p. 20 (s.v. Anxur) : Anxur uocabatur, quae nunc Terracina dicitur Vulscae gentis, sicut ait Ennius <Ann. 162 V> : ‘Vulsculus perdidit Anxur’.

33 Pseudo-Acron 1904, p. 65 (in Serm. I, 5, 26). Cf. Porphyrion 1874, p. 214-215 (in Serm. I, 5, 25) : Milia tvm pransi tria repimvs atqve svbimvs inpositvm saxis late candentibvs AnxvrQuae nunc Tarracina dicitur, olim Anxur dicebatur. Vnde Iouem Anxurem colebant, cuius et Vergilius meminit cum ait « Iuppiter Anxyris aruis | Praesidet ».

34 Celle-ci est pourtant tout à fait dans le style des étymologies rapportées et appréciées par Porphyrion, voir Diederich 1999, p. 123-140.

35 Selon Diederich 1999, p. 52, l’état du texte indique un emprunt à Festus et ne peut remonter au véritable Porphyrion.

36 Et non l’inverse comme le pensaient les Anciens et comme le proposait encore Rossi 1912, p. 39.

37 Samter 1891, p. 74-75, intègre le passage de Servius dans sa liste des emprunts à Varron.

38 Grammatici Latini 1907, p. 473-480.

39 Ibid., p. 528-533.

40 Bunte 1846, p. 22 sqq. ; Grammatici Latini 1907, p. 533-536.

41 Voir le cas d’Ardée (Servius 1961a, p. 156-157 (ad. Aen. VII, 412) = Hygin 1846, fr. 4) et de Caeré (Servius 1961a, p. 282 (ad. Aen. VIII, 597) = Hygin 1846, fr. 5)

42 Bunte 1846, p. 17-18 ; Vacher 1993, p. 161, n. 8.

43 Servius 1961a, p. 279-280 (ad. Aen. VIII, 564).

44 Varron 1976, fr. 222 (= Grammatici Latini 1907, fr. 369, p. 343). Les informations auraient pu appartenir au livre XV des Antiquitates rerum diuinarum.

45 Pseudo-Acron 1904, p. 65 (in Serm. I, 5, 24). Voir aussi Porph. ad loc. Il est significatif que Porphyrion 1874, p. 169 (in Ep., 16, 13) ait cité une tradition varronienne selon laquelle Romulus avait été enterré derrière les Rostres, voir Schilling 1982, p. 562.

46 Sur l’association dieu du Soracte / Féronia, voir Gage 1955, p. 85-87.

47 « le Salien <enjoué> portant à son cou les anciles » trad. (corrigée) Lucain 19674.

48 Cf. Tite-Live 198513, I, 20, p. 33. Il pouvait difficilement y avoir des Saliens avant la chute des anciles survenue sous Numa, phénomène évidemment connu des Adnotationes qui disent en IX, 480 : Nvmaehic enim cerimoniarum habetur inuentor.

49 « Quant aux Saliens, qu’il attribue à Hercule, il le fait en vertu d’une science étendue et profonde, parce que ce dieu, chez les pontifes également, est identifié avec Mars. La même interprétation se retrouve absolument dans la Ménippée de Varron intitulée l’Autre Hercule (allos houtos Hêraklês) où, parlant d’Hercule Invaincu, il a reconnu en lui le dieu Mars. Les Chaldéens eux aussi appellent « étoile d’Hercule » celle à qui tous les autres donnent le nom de Mars. » trad. Macrobe 1997.

50 Pour des Saliens venus avec Énée, voir Festus 1913, p. 438-439 (s.v. Salios).

51 Voir Bayet 1926, p. 323-324 ; CÈbe 1972, p. 88-94 (part. p. 89).

52 Cf. Servius 1961a, p. 279-280 (ad. Aen. VIII, 564).

53 Voir Ramminger 1985, p. 255-259.

54 « Un étroit chenal conduisait les poupes vers la mer, plus resserré que l’eau de l’Eubée qui frappe Chalcis. » trad. Lucain 1967 4.

55 Maltby 1991, p. 254 (s.v. gaza, Gaza).

56 Cf. Servius 1961a, p. 327 (ad. Aen. II, 763) : Gazacensus, Persarum lingua. Et est numeri singularis tantum ; Servius 1961a, p. 594 (ad. Aen. V, 40) : Gaza agrestiopibus rusticanis : nam gaza omnis fructus est ; Isidore 2004a, XX, 9, 1, p. 656 : gaza enim lingua Persarum thesaurum ; Souda 1928, p. 502, s.v. Γάζα’Γάζα γάρ θησαυρός.

57 Méla 1988, I, 11, 64, p. 19. Cf. Étienne de Byzance 1849, p. 193, s.v. Γάζα. μυθολογουσι δέ τίνες υπό Διός κτισθηναι και έν αύτη άπολιπειν την ιδίαν γάζαν, ούτω των Περσών τά χρήματα καλούντων.

58 « En Palestine, d’autre part, il y a la puissante ville bien fortifiée de Gaza – c’est ainsi que les Perses appellent leur trésor royal, et le nom lui vient de ce que Cambyse, allant combattre contre l’Egypte, y avait déposé son matériel et son trésor de guerre. » trad. Méla 1988.

59 On trouvera une analyse différente chez Esposito 2004c, p. 143.

60 Nous verrons d’ailleurs plus loin, avec l’exemple de l’Hyrcanie, un enchaînement similaire Méla / Adnotationes / Isidore de Séville.

61 Isidore 2004b, XV, 1, 16, p. 3.

62 « La ville de Gaza, en Palestine, fut fondée par les Évéens, et habitée par les Cappadociens, après l’extermination des anciens occupants. Elle s’appelle Gaza parce que Cambyse, roi de Perse, y plaça ses trésors au moment de porter la guerre chez les Égyptiens ; car en langue perse, le trésor se dit gaza. » trad. Isidore 2004b.

63 Selon Isidore 2004b, p. 31, n. 37, l’évêque de Séville aurait ici combiné un passage de la Vulgate et l’extrait de Pomponius Méla. À propos de l’utilisation d’Isidore par les Adnotationes, voir Endt 1908.

64 Voir Gerard 1989, s.v. Awwites ; Isidore 2004b, p. 31, n. 36.

65 Voir Silberman 1988, p. XXXI, XXXVIII.

66 Pellizzari 2003, p. 234-236. Pour un dossier assez proche, voir Ottaviano 2008, p. 232-233.

67 Ramminger 1985 ; 1986.

68 Agahd 1898, p. 112-113, 149, 154, 157, 192.

69 Lucain 19674, III, 103.

70 « Les palais de Phébus sont remplis d’une foule de sénateurs […] » trad. Lucain 19674.

71 Voir Gage 1955, p. 524.

72 Auguste 19772, XIX, 1, p. 106.

73 Exemple typique de prolepse déjà chez Diomède 1857, II, p. 443-444.

74 Aulu-Gelle 1978, X, 16, p. 169-172.

75 Ibid., X, 16, 1-10, p. 169-170 (= Grammatici Latini 1907, fr. 7).

76 Ibid., X, 16, 5-8, p. 169-170 : « C’est donc par extrême ignorance qu’il demande à Énée de rechercher le port Vélien, alors que ce nom n’existait à ce moment-là nulle part. Et on ne doit pas considérer comme semblable ce qui est dit dans le premier chant : « Chassé par le destin, il vint en Italie aux bords de Lavinium […] » ni non plus dans le sixième livre : « Et léger, il se posa enfin sur la citadelle chalcidienne » puisqu’il est concédé habituellement au poète lui-même, parlant en son propre nom, de mentionner par anticipation de l’histoire certains points qu’il a pu connaître par la suite, comme Virgile a eu connaissance du bourg de Lavinium et de la colonie de Cumes. » trad. Aulu-Gelle 1978.

77 Voir Martin 2001, p. 65-67.

78 « Romulus remplit ses murailles des hôtes d’un asile décrié » trad. Lucain 19745.

79 Tite-Live 198513, I, 8, p. 16 : Crescebat interim urbs munitionibus alia atque alia appetendo loca, cum in spem magis futurae multitudinis quam ad id quod tum hominum erat munirent. Deinde ne uana urbis magnitudo esset, adiciendae multitudinis causa uetere consilio condentium urbes, qui obscuram atque humilem conciendo ad se multitudinem natam e terra sibi prolem ementi. Eo ex finitimis populis turba omnis sine discrimine, liber an seruus esset, auida nouarum rerum perfugit, idque primum ad coeptam magnitudinem roboris fuit.

80 Denys 1998, I, 89, 1, p. 218.

81 Briquel 1997, p. 117-136.

82 Scolies à Juvénal 1931, p. 153 (in Sat. VIII, 275).

83 « Les peuples de Scythie empoisonnèrent leurs flèches, eux que Bactros enferme de son gouffre gelé et l’Hyrcanie de ses vastes forêts. » Cf. Lucain, Ph., WIII, 343 (Hyrcais…siluis) ; trad. Lucain 19674.

84 On peut s’interroger sur l’origine de ce détail. S’agit-il de considérations sur le biotope des tigres ou sur la topographie de l’Hyrcanie ? N’y aurait-il pas eu confusion autour de Hercynia (silua)Hyrcania ? Quinte-Curce 2009, VI, 4, 3, p. 154 accrédite aussi l’idée d’une Hyrcanie boisée (nemus praealtis densisque arboribus umbrosum est). Cf. déjà Aristobule, fr. 19 in Historiens d’Alexandre 2001, p. 386.

85 Méla 1988, III, 5, 43, p. 79.

86 « Les forêts, entre autres animaux redoutables, comptent aussi, surtout celles d’Hyrcanie, des tigres […] » trad. Méla 1988.

87 Isidore 2004a, XIV, 3, 33, p. 178.

88 Solin 1895, XVII, 4, p. 90. Voir aussi un peu plus loin XVII, 11, p. 91 (in his siluestribus et pardi sunt). Sur Solin et les scolies lucaniennes, voir Paniagua 2009.

89 Grimal 19889, s.v. Héraclès, p. 189 b.

90 « Tyr l’instable et Sidon au précieux murex » trad. Lucain 19674.

91 Voir Pline l’Ancien 1906, V, 91, p. 399.

92 Compte tenu du rôle de Pompée en Cilicie – notamment l’installation de pirates ciliciens en 67 à Pompéiopolis (Strabon 1929, XIV, 3, 3 (C 665), p. 314-315 ; Méla 1988, I, 13, 71, p. 20 ; Plutarque 1972, Luc., 21, 4, p. 87) – l’information est sans doute authentique. Selon Robert 1973, p. 178-179, la présence de chantiers navals était même antérieure à Pompée.

93 « Mallos et la lointaine Aigeai résonnent du bruit des chantiers » trad. (corrigée) Lucain 19674.

94 Comme me l’a justement fait remarquer Christian Nicolas, ces mots signifient « une cité, dont il veut dire qu’elle est proche de la mer en disant […] ». Je me suis néanmoins demandé s’il n’y avait pas ici un raccourci de pensée et s’il ne fallait pas voir, derrière ce quam significat uicinam mari assez faible sur le plan exégétique, une étymologie de Aigeai à travers Aegeus. Il existe aussi une étymologie varronienne de la mer Égée a scopulis ‘aeges’ nomine, voir Maltby 1991, p. 11 (s.v. Aegeum mare).

95 Elle aurait quelque chose à voir avec αἰγιαλóς qui désigne le bord de mer, voir Maltby 1991, p. 11-12 (s.v. Aegialos).

96 Voir Maltby 1991, p. 11 (s.v. Aegae). La documentation numismatique semble également la rattacher au nom de la chèvre : voir Levante 1993, 2289 ; 2305 ; 2314 ; 2327 etc. ; contremarque caprine sous les Sévères (Howgego 20052, 313). Voir Robert 1978, p. 145-150 (= 1990, p. 277-282).

97 Sur ce processus, voir Werner 1998, p. 124 sqq.

98 Scolies de Montpellier 1868, p. 24 (III, 755) : Navaliastationem nauium.

99 Servius 1961a, p. 567 (ad. Aen. IV, 593) ; p. 519 (ad. Aen. XI, 329). Cf. Servius [Dan.] 1961a, p. 519 (ad. Aen., XI, 326).

100 Cf. Homère 19615, XIII, 21, p. 4 (Aigai, toponyme mythique lié à Poséidon). Trois étymologies de la mer Égée sont proposées par Festus 1913, p. 22 (s.v. Aegeum) dont une implique des chèvres. Cf. Varron 1985, II, 1, 8, p. 16 (= Grammatici Latini 1907, fr. 377, p. 345)

101 Karola-Nollé 1994, p. 21.

102 Robert, 1973, p. 163 (= 1990, p. 227).

103 Sur la vocation portuaire d’Aigeai, voir Robert 1973, p. 170-171, 174 sqq.

104 Levante 1993, 2344.

105 Ibid., 2377.

106 Voir Robert 1973, p. 176.

107 Ibid., p. 171 ; Ziegler 1977, p. 62-63.

108 Voir Tacite 1978, XIII, 8, 3, p. 11. À l’époque de Strabon 1929, XIV, 5, 18 (C 676), p. 354-355 Aigeai semble encore assez modeste (πολίχνιον ὓφορμον).

109 Ziegler 1977, p. 63. Aigeai est également mentionnée lors de la campagne persique de Julien l’Apostat, voir Robert 1973, p. 189.

110 Sur Alexandre Sévère à Aigeai, voir Robert 1973, p. 195-197, n. 145.

111 Sur la fortune de Lucain à cette époque, voir Vinchesi 1979. Même si, comme le dit Pellizzari 2003, p. 241, Servius ne peut être considéré comme le « riscopritore tardoantico della letteratura postaugustea ».

112 Priscien 1855, p. 256, 12 H (VI, 72).

113 Sur l’influence de Priscien sur ce groupe de scolies, voir Porro 1986.

114 Suétone 1924, p. 300.

115 Voir par exemple Quintilien, 1979, X, 1, 90, p. 95 ; Juvénal, 198312, VII, 79-80, p. 91 ; Martial, 19733, XIV, 194, p. 249.

116 Adnotationes 1909, p. 1-3.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540