Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Servius et les autres scoliastes

Servius lecteur du Térence de Donat

Bruno Bureau

Texte intégral

  • 1 Non sans humour, ni intentions polémiques d’ailleurs, D. Daintree 1990, p. 66 évoquait ainsi ce com (...)
  • 2 Pour la commodité de l’exposé, je parlerai ici de l’auctor pour désigner le responsable des ajouts (...)

1Si la question des rapports entre le commentaire de Servius et celui des comédies de Térence attribué à Donat se pose en termes moins cruciaux que celle des liens entre le commentaire virgilien perdu de Donat1 et celui de Servius et de son auctor2, la comparaison des deux textes n’en demeure pas moins importante. En effet, s’agissant de comparer les méthodes des deux commentateurs, il est beaucoup plus aisé de le faire sur un texte complet comme celui du commentaire térentien que sur d’hypothétiques reconstructions de ce que contenait le commentaire virgilien perdu de Donat. De plus, l’existence de liens étroits entre les deux commentaires, malgré la différence de l’auteur traité, peut éclairer la manière dont Servius a lu Donat (y compris son commentaire virgilien), ce qu’il en a retenu, et la façon dont il a intégré ce matériau antérieur dans ses propres scolies. Enfin, comparer les apports de l’auctor par rapport au matériau térentien de Donat peut permettre de saisir éventuellement, sur le terrain certes limité, mais signifiant, de la lecture térentienne, des inflexions ou au contraire des convergences entre le texte de Servius et sa version augmentée.

2Toutefois, une telle comparaison n’est pas exempte de difficultés. Elles tiennent tout d’abord à la nature de ces textes dans lesquelles la part de récupération de matériau antérieur à la fois à Servius et à Donat est sans doute très grande. Comment savoir que Servius ou l’auctor s’inspirent de Donat commentant Térence et non d’une source commune ayant déjà opéré le rapprochement entre tel ou tel passage virgilien et tel ou tel vers de Térence ? Les difficultés proviennent également de la transmission de ces textes dont tout semble prouver que ce que nous en lisons aujourd’hui est le résultat de compilations successives de gloses opérées (quand et par qui ?) dans un matériau dont l’origine donatienne ou servienne est assez souvent hypothétique, ou peut mériter discussion.

3Or ces difficultés représentent en réalité une grande partie de l’intérêt de cette comparaison, la seconde en particulier. Car si la comparaison avec le commentaire térentien aide à mettre en évidence, par des critères de cohérence interne du matériau, de possibles strates rédactionnelles des deux commentaires, elle en éclaire également la genèse et l’histoire et permet sans doute de mieux comprendre comment se sont constituées les traditions interprétatives mises sous le nom des deux prestigieux grammairiens.

  • 3 Comme le note très finement R. Kaster 1978, p. 181 à propos des efforts faits par l’auctor pour com (...)
  • 4 Un relevé assez précis et complet des contacts entre le commentaire de Térence et le commentaire se (...)

4Il n’est évidemment pas possible, dans le cadre limité de cette contribution, de travailler sur l’ensemble du corpus servien, mais il importe cependant de déterminer un échantillon suffisamment large pour que les observations suivantes échappent à l’impressionnisme d’un choix arbitraire. Nous nous proposons d’évaluer l’influence du Térence de Donat sur le commentaire servien à partir des renvois possibles à ce texte dans le commentaire des quatre premiers livres de l’Énéide, le premier livre des Géorgiques et l’ensemble des Bucoliques. Nous partirons d’observations statistiques qui permettront une première approche des différences de traitement de Térence et de son commentaire par Donat suivant que nous lisons Servius ou l’auctor3. Puis nous tenterons de résoudre successivement les deux difficultés que nous venons de soulever, la question d’un emprunt direct ou d’un emprunt à une source commune et ce que les rapports entre Donat commentant Térence et Servius (et l’auctor) peuvent nous apprendre de la stratification textuelle qui est à l’origine de ce que nous lisons aujourd’hui4.

Térence et le Térence de Donat chez Servius et l’auctor

  • 5 Donat distille au fil de son commentaire des éléments bibliographiques concernant ses sources. Il c (...)

5La première distinction à opérer de manière évidente consiste à séparer ce qui est référence à Térence de ce qui peut être référence au commentaire de Térence par Donat. En effet, la citation d’un auteur n’implique pas obligatoirement que l’intertextualité ainsi constituée suppose un commentaire antérieur du passage, et en particulier ce commentaire précis. On sait que Donat n’était pas le premier à avoir commenté Térence5 et certains rapprochements entre Térence et Virgile chez Servius / auctor peuvent apparaître pour nous indépendants de commentaires antérieurs (Donat), sans l’être en réalité. Notre propos ici étant d’évaluer la présence et l’impact du commentaire térentien de Donat sur celui de Servius, nous ne tiendrons pas compte de cette distinction pourtant sans doute importante (mais invérifiable), et considèrerons que tout passage où le lien avec Donat n’est pas décelable, n’utilise pas ce commentaire, et donc est (pour nous qui ne connaissons pas les autres commentaires), une citation d’origine servienne.

  • 6 La situation complète de Térence chez Servius et l’auctor est bien résumée par R. Lloyd 1961, p. 31 (...)
  • 7 Le même argument pourrait d’ailleurs valoir pour quelques passages rangés dans les catégories précé (...)

6Dans les tableaux qui suivent6, nous considèrerons trois cas possibles : citation explicite de Térence sans aucun rapport décelable avec le commentaire de Donat (Tér.), citation explicite de Térence avec utilisation possible ou avérée du commentaire de Donat (Tér+Don.), citation du commentaire de Donat sans mention explicite de Térence autre que la citation d’un ou de plusieurs vers (Don.). Nous entendons par citation explicite une citation précisant soit le nom de l’auteur (ut est apud Terentium, ut Terentius..., Terentius.) soit le nom de la pièce (in Phormione, ut Eunuchus... etc.). En revanche un tour du genre ut illud : ueritas odium parit, bien que comprenant une citation térentienne sera exclu de la catégorie « Tér+Don. », et entrera dans la catégorie « Don. » si l’emploi de cette citation suppose la présence en arrière-plan du commentaire de Donat. La raison de ce choix, qui peut paraître arbitraire, est simple. Un grand nombre de vers de Térence étaient passés comme exemples de grammaire et, dans ce cas, leur auctorialité se dilue dans leur caractère démonstratif, et on ne peut en inférer que le commentateur cite Térence parce que c’est Térence et non parce que c’est par exemple un cas particulier de construction verbale7. On obtient alors le corpus suivant :

Fig. 1 : Tableau récapitulatif des citations.

  • 8 Ce qui est hautement probable. Eugraphius donne un commentaire à cette pièce et ne signale nulle pa (...)

7Sur les 99 passages où Térence est nommément cité à l’appui d’un passage d’une de ses comédies (Tér.), seul un peu plus du tiers (34) peut renvoyer au commentaire de Donat (Tér+Don.). Il faut évidemment tenir compte du cas particulier de l’Heautontimoroumenos qui est abondamment cité dans Servius, mais dont nous n’avons pas le commentaire. Si ce commentaire a effectivement existé8, les chiffres devraient logiquement être un peu plus élevés, mais ne pourraient en tout cas modifier sensiblement ces résultats. Il faut donc admettre que, dans au moins la moitié des cas, et peut-être les deux tiers, lorsque le commentaire de Servius cite Térence nommément, c’est bel et bien le texte du comique qu’il cite sans référence directe repérable à son commentaire par Donat.

8Or, s’agissant de l’auctor, les chiffres du renvoi au commentaire en cas de citations térentiennes (Tér.+Don.) sont relativement plus élevés :

Fig. 2 : La pratique de l’auctor concernant les citations explicites de Térence.

  • 9 Nous affectons d’un chiffre 0, 5 les passages où l’auctor et Servius s’enchaînent dans l’exploitati (...)

9L’auctor, même s’il ne fournit qu’un peu moins de 40 % des citations de Térence (39, 59 sur 99) contre 60 % pour Servius fournit cependant pratiquement 50 % des passages où une référence à Térence s’accompagne d’une référence au commentaire (16, 5 sur 34). On en conclut donc aisément que l’auctor a beaucoup plus nettement en tête le commentaire térentien de Donat, quand il cite Térence, que ne l’avait Servius. Le cas du livre I est particulièrement typique de ce phénomène. L’auctor cite nettement moins Térence que Servius (12 mentions contre 18), mais dans 66 % des citations explicites de Térence (8 sur 12) on trouve la trace de Donat alors qu’on ne le voit que dans à peine plus de 15 % des citations de Servius (3 sur 18). Toutefois ce qui apparaît comme une tendance très nette du livre I ne paraît guère se vérifier aussi nettement dans la suite, même si les très petits nombres invitent à la prudence. Il peut donc y avoir un « effet livre I », qui ne se confirmerait que de façon nuancée par la suite (voire s’infirmerait au livre 3), mais qui serait en tout cas propre au livre I de l’Énéide car le livre I des Géorgiques ne montre rien de semblable.

  • 10 Voir Serv. 1961a Aen. IV, 1 : est autem paene totus in affectione, licet in fine pathos habeat, ubi (...)

10Le cas du livre IV mérite d’être isolé, en raison du rapprochement explicite que Servius fait entre ce livre et les thématiques de la comédie nouvelle10 :

Fig. 3 : Présence de Térence dans le commentaire d’Én. IV.

11La fréquence du recours explicite à Térence (25 mentions explicites de lui dans ce livre), inouïe depuis le livre I, confirme qu’il y a là, plus qu’une remarque incidente de la part de Servius, une des clés de son interprétation de ce qu’on a pris coutume d’appeler le « roman de Didon et Énée ». On notera que l’auctor fournit ici encore 50 % environ des recoupements entre citation de Térence et commentaire de Donat (Tér. + Don.), mais qu’il a légèrement plus que dans le livre I cité Térence, même indépendamment du commentaire de Donat. Il faut donc considérer que sa pratique n’infléchit pas celle de Servius. Il adhère visiblement à la conception servienne de ce livre, sans toutefois en renforcer le caractère particulier (comme il aurait pu le faire par exemple en recourant de manière systématique à Térence, ou en accentuant la dépendance de ses citations térentiennes au commentaire de Donat), ni au contraire se singulariser du texte qu’il complète (comme il aurait pu le faire par exemple en réduisant systématiquement dans ses ajouts les renvois à Térence). Le livre 4 paraît donc, consensuellement dans les deux strates du texte, baigner dans un environnement térentien motivé par la remarque liminaire de Servius, sans montrer de différence sensible entre la lecture servienne du livre et celle de l’auctor.

12On a donc, s’agissant de la présence explicite de Térence (cité et nommé) une situation assez facile à résumer. Servius, quand il cite nommément Térence, utilise son texte dans une assez nette indépendance par rapport au commentaire de Donat. L’auctor, lui, se montre nettement plus proche du commentaire térentien, au moins au livre I. On voit donc la nécessité de séparer l’étude de la pratique servienne de celle de l’auctor. Le livre 4 représente dans les deux versions du commentaire une situation particulière motivée sans nul doute par ce que Servius en dit et qui en fait un livre tout à fait à part dans l’épopée virgilienne.

13Si l’on regarde maintenant les passages où Servius et l’auctor recourent au commentaire de Donat ou présentent des analogies manifestes avec lui, sans toutefois avoir cité le nom de Térence comme auteur de la citation généralement introduite (Don.), on observe des phénomènes très remarquables. Ceux-ci tiennent d’abord à la répartition de ces allusions au commentaire de Donat par rapport aux passages où Térence est explicitement cité :

Fig. 4 : Présence allusive du commentaire comparée aux citations térentiennes de type Tér. et Tér. + Don.

14Dans les deux premiers livres du commentaire de l’Énéide, les renvois au commentaire de Donat l’emportent nettement sur les passages où Térence est nommément cité. On a donc ici une particularité d’autant plus nette que, dans la suite, les chiffres s’effondrent, comme si le commentaire de Donat utilisé sous forme allusive tendait presque à disparaître. Même le livre 4, où les chiffres sont plus hauts qu’en Aen. III, Georg. I et Buc., n’inverse pas la tendance : (Don.) reste inférieur à la somme (Tér. joint à Tér. + Don.). On notera de plus qu’il s’agit d’une tendance servienne que l’auctor ne suit pas, puisque, pendant que Servius fait 33 fois allusion au commentaire alors qu’il ne cite Térence que 21 fois, l’auctor au contraire ne fait que 14 fois allusion au commentaire alors qu’il cite Térence 20 fois. Il y a donc par rapport à l’usage allusif du commentaire de Donat un changement de méthode au livre III imputable à la seule strate servienne du texte, l’auctor demeurant constant dans sa pratique.

15Si l’on ajoute maintenant, pour mesurer l’impact global du commentaire les passages relevant de (Don.) et ceux relevant de (Tér. + Don.), c’est-à-dire si l’on fait la somme de tous les passages dans lesquels le commentaire de Donat est présent, on obtient des résultats très remarquables :

Fig. 5 : Impact du commentaire de Donat sur Servius et Servius auctus.

16Chez Servius, en Aen. I et II, le théâtre de Térence est cité en lien avec le commentaire de Donat quasiment dans les deux tiers des cas. Aen. IV marque un net recul (55 % avec le commentaire, 45 % sans), mais entre Aen. II et III, le rapport s’inverse pour devenir celui des Bucoliques. Si l’on observe que Georg. I se trouve un peu en-dessous du niveau d’Aen. IV, il paraît difficilement contestable que Servius change de méthode au tournant du livre II, ce qui nous a été confirmé par d’autres éléments ci-dessus. Jusque là son recours à Térence demeure assez nettement dépendant de Donat et de son commentaire, mais il s’en affranchit très clairement en III, puis dans Georg. et Buc. avec une exception pour le livre IV, dont le caractère « térentien » paraît lui imposer un recours plus soutenu au commentaire.

17Si l’on observe maintenant la pratique de l’auctor, on constate qu’il calque la pratique servienne, mais de manière assez libre, se comportant d’une façon qu’il est difficile d’apprécier exactement par les seules données chiffrées. Autant les tendances pour Servius pouvaient laisser penser à une nette inflexion du commentaire, autant l’auctor paraît ne pas avoir vraiment changé de méthode, ou peut-être ne pas avoir, sur ce point précis, de méthode du tout.

  • 11 Nous verrons infra qu’il n’en va pas de même de l’apport qualitatif de ces inserts.

18Cette première étape d’observation purement statistique invite à quelques remarques préliminaires à l’étude des modalités textuelles de la présence du commentaire térentien de Donat. Tout d’abord, il faut, pour traiter des rapports entre les deux textes, analyser de manière séparée la pratique de Servius et celle de l’auctor dans la mesure où ce dernier paraît avoir une certaine autonomie de pratique par rapport au texte qu’il amplifie. Ensuite, l’influence du Térence de Donat sur Servius et son auctor, sans être écrasante, est réelle, et, donc, les rapprochements entre les deux textes peuvent permettre de préciser le projet de Servius et ses rapports avec la méthode de commentaire de Donat, qui constitue l’un de ses prédécesseurs les plus illustres. Enfin on peut percevoir dans l’utilisation du commentaire de Donat une inflexion de la pratique servienne, qui paraît ne pas affecter l’auctor, celui ou ceux qui ont complété les scolies ne paraissant pas avoir, sur ce point précis de la quantité de Donat à insérer11, d’idées ou de méthode bien précises.

Modalités des emprunts

19La façon dont fonctionne l’intertextualité entre textes de commentaires est une question extrêmement complexe et qui demande beaucoup de prudence. En effet, quand on suppose un rapprochement direct, il peut s’agir dans certains cas du recours à une source commune, par exemple une ars grammatica, dont les deux auteurs empruntent un exemple ou une définition. Sachant de plus que de très nombreux commentaires ont sans doute disparu, il n’est absolument pas exclu que tel ou tel rapprochement puisse provenir d’Asper, de Probus ou de tel ou tel autre texte pour nous inconnu, qui nous masque finalement sous un rapprochement possible de Servius et de Donat une intertextualité autre.

  • 12 Voir le désormais classique ouvrage de G. B. Conte 1986.

20Est-ce à dire pour autant qu’il faut prendre son parti de la nature très spécifique de ces textes et renoncer à y appliquer des analyses intertextuelles dont on connaît par ailleurs l’importance pour interpréter les textes anciens12 ? Certainement pas, si l’on pose comme préalable, comme nous le faisons ici, que ces analyses intertextuelles sont le plus souvent des hypothèses, qui considèrent comme possible également la méditation par un texte tiers, mais fournissent quoi qu’il en soit un indice de contact conceptuel entre Servius et le commentaire de Térence par Donat. En effet, si Servius et Donat présentent le même commentaire, peu importe finalement pour leurs rapports que l’un ait copié l’autre ou que les deux aient copié la même source. Ce qui compte, c’est qu’ils ont jugé l’un et l’autre que cette remarque valait d’être faite.

  • 13 Pour la clarté de la lecture, quand nous citons sous le nom de Serv., nos citations excluent délibé (...)

21Le cas le plus simple de rapport entre les deux textes est évidemment celui du pur et simple retournement du commentaire de Donat. ce que Donat disait pour Térence en appuyant son commentaire d’un renvoi à Virgile devient ce que Servius13 dit de Virgile en appuyant son commentaire sur un renvoi à Térence. Un bon exemple de cette pratique se lit en Aen. II, 196 :

Serv. 1961a Aen. II, 196 : coactis [ ] ut Terentius « <una me hercule falsa lacrimola,> quam oculos terendo <misere>, uix <ui> expresserit ».

  • 14 coactis [ ] comme Térence « <una me hercule falsa lacrimola, > quam oculos terendo <misere>, uix <ui> expresserit (...)

Donat. 2008 Eun. 67, 2 : vna me hercle falsa lacrimvla...expressio ad αϋξησιν ducens : et non’uera’sed’falsa’et non ‘acrima’ ‘sed’ ‘acrimula’et non ‘ultro flens’ sed ‘oculos terendo’ et non ‘facile’ sed ‘ui’ et non ‘exstillauerit’ sed ‘expresserit’. Hinc Vergilius « captique dolis lacrimisque coactis »14.

  • 15 Thilo-Hagen (1961a) en l’espèce.
  • 16 Sur la lecture de Virgile par Donat dans son commentaire de Térence, voir quelques remarques dans B (...)

22Dans un pareil cas, le commentaire virgilien se contente purement et simplement d’adapter à son propre propos un rapprochement opéré par le commentateur de Térence. La restitution par les éditeurs modernes15 du membre de phrase una me hercule falsa lacrimola risque toutefois d’induire en erreur sur la nature exacte de l’intertextualité qui pourrait passer pour très formelle. Si l’on admet que le commentaire porte ut Terentius « quam oculos terendo uix expresserit », c’est-à-dire une citation incomplète du vers térentien, le rapport devient paradoxalement beaucoup plus signifiant, car le terme essentiel du commentaire térentien devient alors le hinc. Donat semblait dire en effet que Virgile avait tiré de ce passage de Térence l’idée de sa propre évocation, ce que semble comprendre également Servius. En glosant comme il le fait coactis, il souligne que nous sommes là dans un univers de théâtre, de comédie pourrait-on dire, si l’enjeu n’était pas si terrible. C’est en effet Sinon que ce commentaire rapproche de la courtisane Thaïs telle que la voit l’esclave Parménon, prête à tout pour séduire son benêt de maître. L’inversion du commentaire porte bien ici une inversion générique qui le construit en véritable intertextualité16 et exclut toute rencontre fortuite ou de simple érudition. Le rapprochement térentien et le recours au commentaire de Donat constituent ici évidemment la substance même du commentaire servien.

23Il ne faut donc pas se hâter de considérer ce type simple d’emprunt comme dépourvu d’intérêt autre que de souligner la présence du commentaire de Donat chez Servius. En effet, le commentateur virgilien paraît, comme ici avec And. 294, récupérer certes le rapprochement de son prédécesseur, mais en précisant plus clairement que ne l’avait fait Donat le sens de ce jeu intertextuel :

  • 17 L’auctor ici joue un rôle important, par rapport à la lecture servienne de la scolie de Donat, voir (...)

Serv. 1961a Aen. IV, 318 : dvlce mevmtegit rem inhonestam. sic Terentius « seu tibi morigera fuit in rebus omnibus » [ ]17.

  • 18 dvlce mevm il aborde un sujet malséant. Ainsi Térence « seu tibi morigera fuit in rebus omn (...)

Donat. 2008 And. 294 : sev tibi morigera fvithoc quasi amanti, ut ille « fuit aut tibi quicquam dulce meum »18.

  • 19 Chrysis sur son lit de mort confie, dans une scène pathétique, le sort de Glycère à Pamphile qui es (...)

24Apparemment la reprise est purement formelle et n’apporte rien. Pourtant si l’on y regarde de près, la structure des deux scolies met en évidence le travail de dépassement de Donat par Servius. On a en effet chez Donat une structure de type A+commentaire+B, où A et B désignent les deux citations (A= Térence, B= Virgile, le Poète par excellence, ille). Servius propose logiquement B+commentaire+A, invitant ainsi à comparer les deux sections qui sont proprement du commentaire. Donat écrivait hoc quasi amanti, pour expliquer seu tibi morigera fuit in rebus omnibus (« si elle s’est montrée complaisante en toute chose »). Le commentaire de Donat reste très vague, « c’est parler comme à un amant », mais Servius précise Donat en soulignant qu’il s’agit d’une litote pour parler de faveurs sexuelles. Or, de manière très révélatrice, il est probable que les deux auteurs se trompent et qu’il ne s’agit pas uniquement de faveurs sexuelles dans le cas de Térence19, alors que, de toute évidence, c’est le cas chez Virgile. On voit donc comment fonctionne ici l’intertextualité. Servius emprunte à Donat sa lecture de Térence où il a fait le lien entre le vers de l’Andrienne et celui de l’Énéide, mais en demeurant dans un vague qui s’accorde bien avec le fait qu’une interprétation sexuelle du vers térentien est possible mais non certaine. Comme elle est en revanche certaine pour le vers de Virgile, Servius reprend le parallèle térentien, mais va plus loin, à cause de Virgile, dans l’interprétation térentienne, puisqu’il donne au vers térentien une signification ouvertement sexuelle.

25On voit donc que les cas apparemment les plus simples et les moins susceptibles de préciser les intentions du commentateur, s’ils sont lus dans une logique d’intertextualité, soulignent que l’emprunt au commentaire térentien n’a rien de mécanique. Il est à chaque fois le fruit d’un choix réfléchi (jusque dans l’erreur parfois), et relève donc d’une véritable volonté de dialoguer à la fois avec Térence évidemment, mais aussi – et sans doute surtout – avec son commentateur, dont on sait que Servius ne l’épargne pas quand il renvoie à son commentaire virgilien.

26La logique de l’emprunt demande donc d’être à chaque fois précisée, d’autant qu’on perçoit parfois immédiatement un rapport entre les deux textes, mais sans pouvoir à première lecture le caractériser exactement. Ainsi pour ce commentaire de praerapidum en Aen. I, 644 :

Serv. 1961a Aen. I, 644 : non praemittitnec enim sequitur ipse, sed ‘praerapidum’, quod ex adfectu patris [ ], intellegendum est, non ex Achatae uelocitate. Et sic « praerapidum » dixit, quomodo Terentius « per pol quam paucos », hoc est perquam paucos ; « pol » enim ipsum per se plenum est iurantis aduerbium, cui praepositio separatim numquam cohaeret.

  • 20 Ce texte est une conjecture d’Estienne (1536) reprise par Wessner (1905), pour un texte des manuscr (...)
  • 21 non praemittit en effet il ne le suit pas, mais comprendre praerapidum à partir de l’affect (...)

Donat. 1905 Hec. 58, 4 : per pol qvam pavcos reperias ordo : « pol perquam20 paucos reperias » ; nam « perpol » non est Latinum, sed τò ἑξῆς ‘perquam’ id est nimis21.

  • 22 Par exemple J. Conington-h. nettleship 1884 ad loc. : « Rapidum explains praemittit. Achates is sen (...)

27Apparemment la scolie de Servius est incompréhensible, le vers de Virgile étant... rapidus ad nauis praemittit Achates et il faut évidemment comprendre qu’il envoie Achate en avant22. Toutefois, on peut ici mesurer à la fois l’impact d’autorité de la citation de Donat et aussi sans doute son effet dévastateur. En effet, en l’absence de source grammaticale commune identifiable, il est tentant de considérer que Servius utilise Donat comme garant à son interprétation pour le moins bizarre de ce vers, qu’il lit de toute évidence rapidus ad nauis prae mittit Achates. Or les deux commentaires n’ont qu’une ressemblance formelle qui rend évidemment le parallèle de Servius inopérant. Ce qui accrédite à coup sûr la tmèse chez Térence est bel et bien l’impossibilité de constuire pol avec per, ce que remarque Servius, qui donne une explication bien plus précise que celle de Donat : « pol est en lui-même un mot plein, un adverbe en fonction de juron, et on ne peut lui adjoindre de façon séparée une préposition ». Donat lui se contentait de dire que perpol était un barbarisme. Toutefois, cet emprunt à Donat masque en réalité la différence fondamentale des deux cas : prae devant mittit ne donne pas un barbarisme, mais un verbe composé (et sans doute est-ce la raison pour laquelle Servius ne conserve pas l’idée d’un barbarisme). Servius n’est donc nullement fondé à commenter comme il le fait, sauf à fournir, grâce à Donat, un pseudo-parallèle, dont il attend sans doute qu’il emporte l’adhésion. Ici Donat sert de caution grammaticale aux hypothèses serviennes.

28On touche de fait avec cet exemple, l’un des éléments les plus puissants de l’influence de Donat, commentateur de Térence, sur Servius, celui du commentaire rhétorico-grammatical. Chez Donat ce commentaire tient une place très importante, sans doute plus importante que chez Servius, et le commentateur de Virgile ne se prive pas d’aller se servir dans la masse des explications grammatico-rhétoriques de son prédécesseur.

29De manière assez régulière, Servius, dans ce cas, simplifie l’exposé de Donat. Il ne s’agit évidemment pas d’entendre derrière le mot « simplification » l’idée d’un amoindrissement de l’intérêt (Servius caricaturerait ou déformerait Donat), mais plutôt d’une concentration du matériau sur le phénomène le plus propre à éclairer le texte. Un cas très révélateur de la façon dont procède Servius est celui d’Aen. II, 598 et de son commentaire lexicographique :

Serv. 1961a Aen. II, 598 : ascanivsqve pver ‘filius’, ut « tuque puerque...tuus ». Horatius « puerosque Ledae ». et est Graecum, nam ‘παῖδας’ dicunt. Interdum tamen etiam ad aetatem refertur.

  • 23 Tous les manuscrits utilisés par Wessner donnent ici ce mot que Schopen a cru bon de supprimer. Il (...)
  • 24 Bien que très malmenée par les manuscrits, la restitution est certaine, puisque le texte généraleme (...)
  • 25 ascanivsqve pver fils, comme tuque puer que. tuus (ton fils et toi). Horace puerosque Ledae(...)

Donat. 2008 And. 400, 2-3 : pvervm avtem ne r.num diuinat an puerum pro quolibet sexu, ut Graeci’pueros’23 ‘παῖδας’ ? Homerus « Πριάμοιό τε παῖδες24 » et Horatius « dicam et Alcidem puerosque Ledae »25.

  • 26 Pverosqve Led<a>e. Graeca consuetudinepueros’ profiliis’ Castorem et Pollucem significat.
  • 27 Une confirmation indirecte se trouve dans la forme très différente que prend la même observation ch (...)

30La parenté de ces deux scolies ne fait aucun doute, même si le rapprochement horatien peut laisser penser que Donat développe ici un commentaire dont on voit trace chez Porphyrion 1967 (Carm. I, 12, 2526). La phrase et est Graecum, nam παῖδας dicunt est en effet trop proche de celle de Donat ut Graeci pueros παῖδας pour que le doute soit permis27. On notera toutefois que Servius élimine la citation homérique, qui est remplacée par une autre citation virgilienne (Aen. 4, 94), et simplifie la citation horatienne qui reprend la forme qu’elle a chez Porphyrion. De même, et de façon parfaitement logique, la première partie de l’alternative chez Donat num diuinat est éliminée car son utilité est purement dramaturgique dans le contexte de l’Andrienne. Servius se concentre sur le phénomène dans le domaine latin et élimine tout ce qui n’éclaire pas exactement le texte virgilien. Même le rapprochement homérique qui aurait pu être utilisé comme marqueur générique est remplacé par le marqueur générique épique romain par excellence, Virgile. Il ne s’agit donc pas encore une fois ici d’un simple « copier / coller » de notices, mais d’un travail d’adaptation qui relève nettement de l’intertextualité critique. Cette activité critique culmine dans les moments où, de manière très nette, Servius corrige Donat et son goût (qu’il paraît juger parfois immodéré) pour les renvois virgiliens. Ainsi quand Servius commente Aen. IV, 83 et le rapproche de Ter., Ad. 668 :

Serv. 1961a Aen. IV, 83 : absens absentem [ ]. Terentius « praesens praesentem eripi, abduci ab oculis ».

  • 28 Le titre de la pièce de Cécilius est conjectural, ainsi qu’une partie de la citation, mais cela n’i (...)
  • 29 Apparemment Donat lit ici nunc (n.).
  • 30 absens absentem Térence praesens praesentem eripi, abduci ab oculis (présent, qu’on la lui (...)

Donat 1905 Ad. 668 : praesens praesenti eripi : adiuuant significationem haec ex abundanti addita, ut « illum absens absentem auditque uidetque » et « et fratrem ne desere frater ». Sic Caecilius in Exhautuhestoti28 « <est> haec caterua plane gladiatoria, cum suum sibi alius socius socium <sauciat> ». 2 totus hic locus est translatus a Vergilio in quarto Aen. « quis tibi nunc ( ?29), Dido, cernenti talia sensus, » etc30.

  • 31 Le passage n’est apparemment pas cité par les grammairiens comme exemple de figure de style.
  • 32 Mais voir infra pour une attitude très différente de l’auctor.
  • 33 On en concluera donc que la portée exacte de la scolie servienne peut s’exprimer ainsi : Absens abs (...)

31Le renvoi simplifié d’un texte à l’autre ne paraît faire aucun doute31, mais le reste est fort étrange. On comprend que Servius ait éliminé la citation de Cécilius, mais pourquoi n’a-t-il rien tiré de la scolie suivante, où pourtant Donat paraît formel. Selon lui, Virgile a imité dans l’apostrophe du poète à Didon ces vers de Térence : quid illi tandem creditis / fore animi misero, quicum ea consueuit prius / (qui infelix hauscio an illam misere nunc amet), / quom hanc sibi uidebit praesens praesenti eripi / abduci ab oculis ?, puisque pour les vers concernés (IV, 408-409), il ne fait absolument aucun renvoi à Térence32. La raison en est en fait très simple. Le vers précis que commente Servius (IV, 83) présente un strict rapport syntaxique avec celui de Térence, alors que le vers de Térence présente lui un rapport, thématique, avec la seconde citation virgilienne de Donat (IV, 408-409). Servius, qui ne reprend ici à son compte que le commentaire grammatical de Donat élimine donc son commentaire littéraire (comme il le fera encore en 408-409, signe que cela ne l’intéresse pas). On passe donc d’un schéma de commentaire à un autre : chez Donat on avait Ad. 668 = pour la forme Aen. IV, 83 + pour l’effet oratoire IV, 408-409, chez Servius on aura seulement Aen. IV, 83 = Ad. 668 pour la forme. Servius a ici accordé à Donat le bénéfice de l’analyse grammaticale, non celui du commentaire littéraire33.

  • 34 On remarquera que les critiques adressées par Servius à Donat (voir dans le présent volume la contr (...)

32Toutefois, dans un cas, comme Aen. IV, 292, ce n’est pas tant Donat qu’il critique qu’une tradition interprétative qui aurait tendance à généraliser la lecture de Donat, faussant ainsi la pensée du commentateur. On a ici sans doute une amorce de critique non de Donat lui-même, ce qui peut se trouver ailleurs, mais de la réception du commentaire de Donat et des abus auxquels il a pu conduire34 :

Serv. 1961a Aen. II, 292 : etiammulti distinguunt, ut sit ‘adhuc’, ut [ ] « etiam arma tenentem » : sed melius est ‘etiam hac’, ut et particeps gloriae sit Aeneas, et Hector uitet superbiam.

  • 35 etiam beaucoup ponctuent pour que ce soit équivalent d’adhuc et que cela se comprenne comme (...)

Donat. 2008 And. 503 : non satis me pernosti etiam qvalis sim simo : ‘etiam’ pro ‘adhuc’, ut Vergilius « Idaeumque etiam currus, etiam arma tenentem »35.

  • 36 D’ailleurs les principales critiques portées contre Donat dans notre corpus et qui traitent de métr (...)

33Servius adopte en réalité exactement la position de Donat ; en Aen. VI, 485 (Idaeumque etc.), etiam a exactement le sens d’adhuc, mais non dans le passage qui l’intéresse. Or multi ont été moins prudents que Donat et ont étendu à Aen. II, 292, ce qui était vrai de VI, 485. On aimerait évidemment savoir qui sont ces multi, s’ils sont antérieurs à Donat ou si ce sont des lecteurs trop zélés du maître. Ce qui est certain en tout cas, c’est que, même s’il ne le dit pas, Servius rend ici discrètement hommage à la finesse de Donat, par rapport aux autres commentateurs36. En réalité, jamais Servius ne s’oppose directement dans notre corpus à une analyse proposée par Donat dans son commentaire de Térence.

34Quel bref bilan tirer des liens entre Donat commentateur de Térence et Servius ? Tout d’abord Servius utilise de manière évidente ce commentaire, mais essentiellement dans ses aspects techniques (grammaire, lexique, étymologie). Il ne cherche absolument pas à mettre en relation, comme le fait souvent Donat la dramaturgie térentienne et l’épopée virgilienne. Parce que Térence est l’autre poète scolaire par excellence, Servius l’utilise comme mine d’exemples pour des notions précises. Dans ce cas, la distance critique de Servius par rapport à Donat est assez délicate à interpréter, parce que le commentateur virgilien paraît hésiter entre une fidélité à Donat, qui le conduit parfois à aller même plus loin que le commentaire de Térence, ou au contraire une réserve prudente qui ne va jamais jusqu’à marquer une critique ouverte. Globalement, donc, l’impact de Donat commentant Térence sur Servius est certes limité, mais il est réel et, quand il intervient, profond. Servius réfléchit sur les notes de Donat, les retravaille pour ses propres fins, et use, avec ce commentaire, d’une véritable pratique intertextuelle qui suppose évidemment, par-delà la différence de génération, un dialogue savant (et respectueux) établi par Servius avec son prédécesseur.

35La pratique de l’auctor demande évidemment une double analyse. En effet, en tant qu’auteur (un ou multiple, peu importe ici), il procède à sa propre lecture qui n’est pas forcément celle de Servius ; mais en tant qu’auctor, il situe évidemment ses emprunts par rapport au texte qu’il vient compléter. Ainsi, on peut dire que l’auctor emprunte à la fois pour son propre compte, c’est-à-dire pour rédiger ses propres scolies, mais aussi par réaction au traitement par le travail qu’il complète du matériau de Donat qu’il possède aussi et dont il peut éventuellement contester la mise en œuvre par Servius.

  • 37 Sur le cas spécifique et bien connu des notices mythographiques, voir infra.

36Un premier élément de la pratique spécifique de l’auctor réside dans sa tendance, assez rare chez Servius, pour ne pas dire exceptionnelle, à présenter de petits exposés inspirés par un détail du texte, mais qui en débordent largement le propos37. Il y a souvent alors, spécialement dans les cas d’ajouts grammaticaux, derrière l’auctor une source artigraphique qui peut être la même que celle de Donat (ou Donat artigraphe), mais qui, dans plusieurs cas, s’identifie clairement au commentaire térentien lui-même.

37Cette tendance à importer une notice artigraphique (qui est typique de Donat dans bien des cas) se retrouve chez l’auctor soit qu’elle provienne de la reprise de la notice de Donat soit qu’elle emprunte à la même source artigraphique. Un bon exemple se lit en Aen. II, 324 :

Servius auctus 1961a, Aen. II, 324 : svmma diesultima, ut « supreme Iuppiter ». ‘Dies’ autem si feminino genere ponatur, tempus significat, ut « quam nec longa dies » : si masculino, ipsum diem. Et de masculino genere tria obseruanda sunt : in qualitate, numero, aduerbio ; in qualitate ‘serenus dies’ dicitur, non ‘serena’; numero « bis quinos silet ille dies », non ‘bis quinas’; aduerbio ‘hodie’ non ‘hac die’. Ceterum’diecula’nihil praeiudicat, quia multa deminutiua recedunt a nominibus primae positionis, ut‘scutum’‘scutula’,‘canis’ ‘canicula’,‘rana’ ‘ranunculus’.

  • 38 svmma dies le dernier, comme supreme Iuppiter (suprême Jupiter). Dies quand il est féminin, (...)

Donat. 1905 Ad. 584 : est pistrilla : ueteres absolute dicebantpistrinam ut sutrinam et medicinam, ad tabernam referentes ; nam pistrino pistrilla non conuenit, etsi multa diminutiua diuersa sunt a genere nominum primae positionis, ut rana ranunculus, scutum scutella, canis canicula38.

38La longue scolie est typique de la manière didactique de l’auctor, mais ici seule la fin sur les diminutifs nous intéresse directement. La source peut bien être Donat lui-même qui s’autociterait dans son commentaire (Ars Mai. Holtz, 621) : sunt alia diminutiua, quae non seruant genera, quae ex nominibus primae positionis acceperunt, ut scutum scutula scutella, pistrinum pistrilla, canis canicula, rana ranunculus, mais on retrouve ce développement sous la même forme chez Diomède (GLK, I, 326). On est donc là dans une tradition artigraphique avérée, dont l’auctor peut s’inspirer. Toutefois, l’énoncé étant affirmatif à la fois chez l’auctor et dans le commentaire de Donat alors qu’il est négatif dans l’ars, c’est sans doute au commentaire que l’auctor l’a pris, complétant ainsi Servius par, entre autres souvenirs artigraphiques, Donat commentant Térence.

39En réalité ce qui est en jeu ici est bel et bien le rapport particulier que l’auctor entretient avec une tradition grammaticale ou de commentaire dans laquelle s’inscrit Donat et avec laquelle l’auctor, même s’il en est tributaire sait prendre ses distances. On voit clairement cette assimilation possible avec une tradition artigraphique remise en question dans un cas comme celui-ci :

Servius auctus 1961a Aen. II, 269 : dono divvmquidam donum ex uoluntate dicunt uenire, munus ex officio. ‘Donaria’ uero loca in templis, in quibus dona ponuntur.

  • 39 dono divvm certains disent que le donum est volontaire, le munus répond à un devoir. Donari (...)

Donat. 2008 Eun. 1057 : qvod vis donvm p. a. m. o.‘donum’ praemium est ‘munus’ praemium. 2 Sed ‘donum’ praemium dis datur, ‘munus’ praemium hominibus. Nam separatim ‘donum’ deorum est, ‘praemium’ uirorum est fortium, ‘munus’ hominum. 3 Et ‘donum’ ‘munusque’ tam ante factum quam post factum datur, ‘praemium’ non nisi post factum est. 4 ‘Donum’ uoluntarium est, ‘praemium’ debetur39.

  • 40 Munus et donum. ‘Munus’ quod amicus uel cliens uel libertus officii causa mittunt, uel ‘mun (...)

40Selon son habitude, Donat insérait une longue série de differentiae provenant probablement d’une source lexicographique, puisqu’on en trouve trace dans Anon. Diff. 524, 1640. L’auctor, à la différence de Donat, opère un véritable tri dans le matériau et élimine la seule explication qui ne tienne pas compte de la dimension religieuse du donum. Mais, paradoxalement, il est peut-être imprudent de postuler un recours de l’auctor à la source lexicographique sans la médiation de Donat. En effet, le commentaire virgilien n’est compréhensible que si l’on a en tête l’explication de Donat. Car la seconde phrase donaria uero loca in templis, in quibus dona ponuntur suppose clairement que l’on fait droit au moins à une partie de sa scolie, le raisonnement logique se reconstruisant ainsi : dono divvm : donum praemium dis datur, donaria uero loca in templis, in quibus dona ponuntur. Entre la première et la seconde phrase du commentaire se place de toute évidence le contenu de l’analyse de Donat. Que penser alors ? Il est possible que Donat ait fait un commentaire en ce sens, dans son explication virgilienne, et que ce soit lui que reprenne l’auctor, mais cela demeure indémontrable. En revanche, ce qui est certain en examinant la façon dont la note est présentée, c’est qu’il existe quelque part, et à un niveau de rédaction difficile à déterminer, une influence de la notice de Donat (commentant Térence ou Virgile) sur l’annotation de l’auctor.

  • 41 Cette rareté s’explique évidemment d’abord par la rareté même des allusions mythologiques dans le m (...)
  • 42 Servius auctus 1961a Aen. IV, 99 : pactosqve hymenaeoslicet fabula de Hymenaeo in p (...)

41Un cas tout à fait particulier est représenté par les notices mythographiques. On sait que l’auctor est friand de ce genre de développements, alors qu’ils sont pour le moins rares dans le commentaire térentien de Donat41. On pourrait donc penser qu’il n’y aura pas là de possibles rapprochements. Pourtant, il en va tout autrement dans le très long et double commentaire que celui-ci consacre à la figure d’Hyménée, à peine relevée par Servius42.

42Ces notices, bien plus complètes que ne l’exige la simple explication des vers virgiliens, paraissent empruntées à un manuel de mythologie et donc échapper à toute possibilité d’intertextualité précise en l’absence dudit manuel. Pourtant des éléments renvoient assez directement à la notice de Donat sur le personnage en Ad. 904, 2, notice assez exceptionnelle par son développement :

  • 43 Hyménée est, selon certains, le fils de Liber et de Vénus, qui le premier a institué la cérémonie d (...)

Donat. 1905 Ad. 904, 2 : Hymenaeum quidam Liberi ac Veneris filium dicunt esse, qui primus certas nuptias instituerit. Ideo per laudem cantatur uirginalibus nuptiis ob eius modi meritum. Alii uirum fortem Atticum dicunt fuisse, qui raptas praedonibus uirgines oppressis latronibus intactas patriae restituerit. Alii, quod hymen dicitur membrana quaedam, qua est munita uirginitas, quae primo corrumpitur coitu, hymenaeum putant ueluti hymnum uocari uirginalium nuptiarum. 3 Ergo sic accipe hymenaeum in nuptiis, quemadmodum θρῆνσν in funere et in sacris hymnum43.

  • 44 Lucius Cornelius Balbus minor (ier s. av. J.-C.) est cité chez Macrobe Sat. III, 6 comme l’auteur d (...)
  • 45 Ce goût est pointé par J. Jones 1961, p. 221, mais il en réduit beaucoup trop la portée.

43La scolie de IV, 127 de l’auctor montre clairement l’influence directe de Donat au moins à un premier stade de la rédaction. La phrase Nam alii hunc Veneris et Liberi filium dicunt primum nuptiis prospere usum décalque en effet assez clairement Hymenaeum quidam Liberi ac Veneris filium dicunt esse, qui primus certas nuptias instituerit. S’il ne s’agit pas d’un emprunt direct, il faut à coup sûr supposer une source unique. À ce fondement commun, l’auctor ajoute une référence à Cornelius Balbus qui lui fournit un élément légendaire inconnu de Donat44. Ce mouvement de complément d’un squelette issu de Donat (ou de la même source que Donat) culmine dans la première scolie où le roman d’Hyménée devient source de développements nouveaux et incomparablement plus développés. On remarquera cependant qu’en toute logique le licet superius iam dictum sit de la seconde scolie a toutes les chances de signaler en réalité un travail par strates. Dans un premier temps l’auctor paraît n’avoir disposé que d’une seule notice, l’espèce de roman qu’il expose en 99 ; puis il découvre chez Donat ou sa source d’autres références possibles, qu’il insère en 99 pour la notice gynécologique et en 127 pour les autres versions du mythe, avec un nouvel ajout tiré cette fois de Balbus. Il profite ainsi d’une seconde mention d’Hyménée pour placer une scolie qui complète la première. Ce faisant, il paraît prendre également clairement position par rapport à Donat, en montrant, dans sa première scolie, un certain goût pour les théories évhémeristes45, ce qui ne semble guère concerner Donat qui se contente de résumer les opinions en présence. Toutefois ce possible evhémérisme de l’auctor doit, dans ce cas précis, sans doute être tempéré par ce que nous venons de postuler comme processus de rédaction. Si l’auctor ne dispose d’abord que de la notice qu’il place en 99, la question ne se pose pas. Faute de mieux peut-être (comme le montrent les ajouts), il recopie ce qu’il a sous la main.

  • 46 On notera que sur le plan de la mythologie, le rapport entre concentration sur le texte et excursus(...)

44Dans les deux cas évidemment, il est clair que les deux commentateurs, Donat et l’auctor ne poursuivent absolument pas les mêmes buts. Donat vise à l’essentiel, l’auctor à une forme d’exhaustivité savante46. Or il est tout aussi clair que, dans et par son usage de Donat, l’auctor infléchit nettement le sens du commentaire servien, comme nous allons le voir dans des passages où l’auctor glisse du Donat dans les interstices d’un commentaire servien.

  • 47 En droit dans cette citation et celles qui suivent et qui comprennent à la fois du Servius (italiqu (...)

45Deux passages du livre 4 que nous avons déjà examinés se prêtent particulièrement bien à cette observation. Revenons sur le commentaire servien d’Aen. IV, 318 en observant maintenant ce que fait l’auctor47 :

  • 48 Voici la traduction de cet ajout : « D’autres ne prennent pas dulce meum dans un sens sexuel mais a (...)

Serv / auct. 1961a Aen. IV, 318 : dvlce mevm tegit rem inhonestam. Sic Terentius « seu tibi morigera fuit in rebus omnibus ». Alii non accipiunt de re ueneraria ‘dulce meum’ sed ita :‘si ea quae in te contuli, grata fuerunt et dulcia’. Alii pro ‘si ego tibi quicquam dulcis fui’. Vel quia amantes amores suos ‘dulcia sua’ dicunt, id est, ‘si talis in te fui, ut mererer quam tu diceres tuum dulce’48.

46L’auctor ici doit être très clairement mis en rapport avec le commentaire de Donat (And. 294) qui proposait de lire ainsi : sev tibi morigera fvithoc quasi amanti, ut ille « fuit aut tibi quicquam dulce meum ». Servius, nous l’avons vu, avait choisi délibérément d’insister sur le côté de litote sexuelle du passage. L’auctor avec l’aide de Donat le reprend et le corrige. On notera évidemment le terme amantes écho direct au participe amanti de Donat. Dans les alii qui comprennent autre chose qu’une res ueneraria, l’auctor range de toute évidence Donat, entrant ainsi en contradiction avec l’analyse de Servius qui, lui, voyait dans le vers de Térence la preuve des connotations sexuelles du vers virgilien. Ce processus de correction de Servius par Donat opéré par l’auctor est encore plus net dans la seconde scolie où nous avions mis en réserve plus haut l’examen de la version longue du commentaire (Aen. IV, 83). On se souvient que Donat liait l’explication de ce vers aux vers 408-409, lien que Servius ne reprenait pas à son compte. Voici maintenant ce que l’auctor fait de ces deux scolies :

Serv / auct. 1961a Aen.. IV, 83 : absens absentemunum suffecerat : sic « et fratrem ne desere frater ». Terentius « praesens praesentem eripi, abduci ab oculis ».

  • 49 absens absentemun seul suffisait, ainsi « et fratrem ne desere frater » (en frère, (...)

Serv / auct. 1961a Aen. IV, 408 : qvis tibi tvnc dido cernentitotum hoc magna prosphonesi dictum est : plus enim est in re, quam in uerbis : quamuis enim totum dictum non sit, tamen et cogitatur et capitur ab auditore : haec est enim magna emphasis, quae perpetuam personam conplectitur. Terentius « quid illi tandem credis fore animi misero, qui cum illa consueuit prior ? »49.

47Si l’on compare cet ensemble au commentaire de Donat aux deux endroits cités de Térence, le mécanisme de composition de l’auctor devient transparent :

  • 50 praesens praesenti eripi : ce sont des auxiliaires du sens que ces ajouts superflus, comme (...)

Donat 1905 Ad. 668 : praesens praesenti eripi : adiuuant significationem haec ex abundanti addita, ut « illum absens absentem auditque uidetque » et « et fratrem ne desere frater ». Sic Caecilius in Exhautuhestoti « <est> haec caterua plane gladiatoria, cum suum sibi alius socius socium <sauciat> ». 2 Totushic locus est translatus a Vergilio in quarto Aen. « quis tibi nunc, Dido, cernenti talia sensus, » etc50.

  • 51 Rappelons qu’il est indifférent pour cette analyse qu’il y ait un seul auctor ou plusieurs auctores(...)

48Les emprunts sont en effet évidents. Comme l’avait fait Donat, l’auctor rajoute pour commenter absens absentem le tour frater ne desere fratrem que Servius n’avait pas retenu, et surtout, il rétablit en 408 (que Servius n’avait pas commenté du tout) le rapport entre la prosphonesis virgilienne et celle de Térence, faisant ainsi pleinement droit à la remarque de Donat qui considère que Virgile, ici, imite le procédé térentien. Dans ce cas, évidemment, l’auctor recourt à Donat pour pallier ce qu’il considère comme des insuffisances de Servius. Il le fait à l’aide d’une intertextualité maîtrisée qui montre qu’il a conscience à la fois des parentés et des différences entre le commentaire térentien de Donat et le commentaire virgilien de Servius et qu’il joue sur cette distance élastique pour infléchir à son tour, grâce à Donat, le propos de Servius. Ainsi, il peut s’affirmer non comme un simple auctor, mais comme un (ou plusieurs) auteur(s) commentateur(s) à part entière51.

49Ainsi ses emprunts à Donat sont intimement liés à sa propre lecture de Servius, de ses manques, voire de ses erreurs. Or l’usage du commentaire donatien permet de cerner sans doute mieux la personnalité (ou certaines des personnalités) de cet auctor mystérieux.

50Dans le cas le plus simple, l’auctor remarque une citation de Donat chez Servius et il la complète, retirant ainsi à Servius son caractère extrêmement ciblé et concentré sur la matière virgilienne, et lui substituant le rôle d’une sorte d’anthologie de savoirs divers :

Serv / auct. 1961b Georg. I, 93 : avt boreae penetrabile frigvs advrat’adurat’et ad solem et ad frigus pertinet : nam uno sermone duo diuersa conclusit, quae tamen unum effectum habent. Nam et frigoris finis est caloris initium, et summus calor frigoris est principium : unde quasi unus effectus est et frigoris et caloris. Hoc est quod Graeci dicunt ἀκρότητες ἰσότητες.

  • 52 avt boreae penetrabile frigvs advratadurat se rapporte à la fois au soleil et au fr (...)

Donat. 2008 Eun. 84 : tremo horreoqveex amore nimio. Nimius ignis effectum frigoris reddit, ut ex frigore nimio effectus ignis exsistit, secundum illud quod physici aiunt ἀκρότητες ἰσότητες, hinc et Vergilius aut Boreae p. f. adu. inquit52.

  • 53 L’expression se trouve en ce sens dans le commentaire au Parménide de Damascius (243) et chez Alexa (...)
  • 54 On notera d’ailleurs que Donat indiquait explicitement ce déplacement dans sa propre scolie avec le (...)

51Les deux notices sont de toute évidence liées, et sans doute Servius emprunte-t-il à Donat. L’auctor, quant à lui, croit utile (ce qui n’est pas vraiment le cas pour commenter Virgile, ni d’ailleurs Térence) de réintroduire le « nom savant » (donc forcément grec) du phénomène observé qu’il va évidemment chercher chez Donat. Le phénomène est d’autant plus frappant que l’expression n’est pas si fréquente, même si elle est qualifiée par Cassien Conf. I, 2, 1653 de uetus sententia, ce qui paraît indiquer que chez Donat il peut déjà s’agir d’un commentaire hérité. En réintroduisant ce passage de Donat, l’auctor souligne par une notule de physique l’enjeu bel et bien didactique du texte virgilien54.

52Toutefois les passages les plus intéressants sont ceux où l’auctor entre réellement en dialogue avec Servius, par le jeu sur l’intertextualité de Donat. Un exemple comme Aen. I, 573 permet de saisir ce mécanisme :

Serv / auct. 1961a Aen. I, 573 : vrbem qvam statvo vestra est multi antiptosin uolunt, accusatiuum pro nominatiuo, ut sit pro ‘urbs quam statuo uestra est’. Sed si sic intellegamus, ‘quam’ nihilominus sequitur et syllepsis fit per casus mutationem ; debuit enim dicere ‘urbs quae statuitur uestra est’. Melius ergo est ‘uultis’ bis intellegere, ut sit’uultis regnis considere ? uultis urbem quam statuo ? uestra est’, ut est « eruet ille Argos Agamemnoniasque Mycenas ipsumque Aeaciden » : subaudis ‘ille’. Alter enim Pyrrhum uicit, alter Mycenas. Item « non ignara mali miseris succurrere disco ». vrbem qvam statvo vestra est hoc schema de antiquioribus sumptum possumus accipere ; ait enim Cato in legem voconiam « agrum quem uir habet tollitur » et Terentius « eunuchum quem dedisti nobis, quas turbas dedit ».

  • 55 vrbem qvam statvo vestra est beaucoup veulent voir ici une antiptosis, accusatif pour nomin (...)

Donat. 2008 Eun. 653, 1-2 : evnvchvm qvem dedisti nobis qvas tvrbas deditaut σύλληψις, ut ‘urbem quam statuo, uestra est’, aut ‘quem’ cum interrogatione pronuntiandum, ut sit ‘qualem’. 2 Quidam uolunt ‘quem’ subdistinguere, quasi dicat ‘qualem’, sed nesciunt hac figura multum ueteres usos esse ; ‘eunuchum’ enim ad ‘dedisti’ uerbum rettulit nunc. Ad ‘dedit’ ergo propter aliud ἀξίωμα adsumendum extrinsecus ‘is eunuchus’; nam quotiens uno nomine aut pronomine diuersae declinationis enuntiationes comprehenduntur, necesse est quod alteri accommodatum fuerit ab altero discrepare55.

53Dans ce cas précis, Servius et l’auctor ont une attitude totalement différente par rapport au matériau présent chez Donat.

  • 56 Par exemple Diomede 1857, au troisième type de solécisme, par changement de cas (GLK1, 454) : terti (...)

54Servius rejoint d’abord Donat sur un point de définition : contrairement à une partie de la tradition artigraphique, les deux commentateurs s’accordent pour classer le vers urbem quam statuo... dans la catégorie des syllepses et non dans celle des solécismes56. Toutefois Servius marque rapidement sa distance avec l’interprétation de Donat par la syllepse, en soulignant qu’il est meilleur (melius est) de supposer une autre construction dans laquelle urbem est à l’accusatif en tant que complément d’objet direct de uultis placé plus haut. Ce faisant, il répond en quelque sorte à la remarque de Donat, qui critiquait la position des quidam, qui, par méconnaissance de la figure de syllepse, tentaient de construire sans elle. Servius montre qu’il connaît la figure (à la différence des quidam stigmatisés par Donat), mais qu’il la juge peu pertinente ici, à la différence de Donat lui-même.

  • 57 On peut d’ailleurs légitimement se demander s’il ne va pas chercher cette citation de Caton dans le (...)

55L’auctor, quant à lui, tranche le débat en faveur de la syllepse et donc de Donat dont il rapporte l’exemple d’Eun. 653. Il le complète, comme nous l’avons vu le faire pour la notice sur Hyménée, d’une autre citation fort savante empruntée à un autre auteur archaïque, Caton57. Ainsi, là où Servius marque une réserve par rapport à l’analyse de Donat, l’auctor y ramène et contredit donc en quelque sorte le texte qu’il complète. Dans tous ces cas, Donat sert bel et bien de point de référence pour corriger Servius.

56Que peut-on conclure de cet examen de l’auctor ? Au fond, même s’il cite moins Donat que Servius, son imprégnation par le commentaire térentien est beaucoup plus profonde que celle de Servius. Quand il recourt à Donat c’est généralement (sauf en mythologie où il a ses options propres, et sans doute d’autres outils de travail que Donat que la question intéresse assez peu) pour replacer le commentaire servien dans une dépendance plus étroite au commentaire de Donat. De ce fait, l’attitude de Servius et de l’auctor par rapport à Donat montre clairement qu’ils n’ont pas la même vision de ce que doit être un commentaire, ni de la part que doit y occuper l’érudition pure. Pour Servius, le commentaire virgilien doit avant tout éclairer Virgile, et dire seulement ce qui contribue à ce but. Pour l’auctor, le commentaire peut prendre appui (prétexte ?) sur le texte virgilien pour développer tout un enseignement sur des sujets variés, et constituer une forme de répertoire de notions et de personnages, certes présents chez Virgile, mais exposés dans une logique qui excède les besoins d’élucidation du texte virgilien dans le sens d’une érudition littéraire et rhétorique. Ce faisant l’auctor montre qu’il a une vue de Donat assez différente de celle de Servius. Pour Servius, Donat est avant tout un auteur technique que l’on peut décalquer sur des points précis, mais en l’instrumentalisant au commentaire virgilien. Pour l’auctor, Donat paraît avoir une valeur magistérielle en soi et son usage relever non de la simple récupération d’un matériau intéressant, mais d’une valeur référentielle assez marquée. Quand on cite Donat, on introduit dans le texte une autorité qu’il est difficile de réfuter. Dans plusieurs cas, où Servius avait manifesté des réticences ou des réserves par rapport à Donat, l’auctor rétablit le prestige du maître en revenant prudemment à ses analyses. Si l’auctor n’est certainement pas Donat, son attitude par rapport à Donat souligne une allégeance que la liberté servienne ne connaissait guère.

Donat, Servius, et l’auctor : dialogue intertextuel et strates rédactionnelles

  • 58 D. Reeve 1978, mais déjà C. Beeson 1922.

57Toutefois, les mécanismes intertextuels supposent dans le cas qui nous occupent bien autre chose qu’un mécanisme d’emprunt par Servius et son auctor du matériau de Donat, car la constitution même du texte tel que nous le lisons aujourd’hui est pour les deux auteurs une donnée problématique. Pour Donat, on pense généralement que le commentaire que nous possédons représente une version abrégée d’un commentaire plus vaste, qui aurait transité probablement par l’Irlande pour revenir ensuite sur le continent58. Toutefois, il est difficile de savoir exactement quand a été effectué le travail d’abrègement, et surtout si les abréviateurs n’ont pas rajouté d’autres scolies en même temps qu’ils en supprimaient certaines, adultérant ainsi plus ou moins gravement le commentaire de Donat. Les deux textes tels que nous lisons aujourd’hui sont sans doute le fruit d’une succession de compilations et retouches qui nous demeurent assez souvent invisibles, mais qui apparaissent parfois dans l’usage de l’intertextualité entre les deux commentaires.

58Sur ce point évidemment, l’étude des parallélismes et emprunts d’un texte par l’autre nous renseigne non seulement sur le mécanisme de commentaire des deux grammairiens, mais aussi sur certains mécanismes de transmission des données que la tradition manuscrite a mises sous leur nom. Pour conclure cette étude, nous voudrions en relever quelques exemples particulièrement troublants qui posent à notre sens le problème de l’intégrité du texte et de sa transmission dans un contrepoint intéressant avec la reconstitution de la tradition manuscrite.

59Ainsi en Serv. Aen. I, 318-319, le commentateur paraît s’inspirer de Donat. Eun. 315, pour commenter ces deux vers de Virgile :

Namque umeris de more habilem suspenderat arcum uenatrix, dederatque comam diffundere uentis,

60Servius commente ainsi :

  • 59 namqve vmeris de more pour montrer la chasseresse. Habilem adapté à son sexe. Chacun a en e (...)

Serv. 1961a Aen.. I, 318-319 : namqve vmeris de moreut ostendatur esse uenatrix. habilemaptum sexui. Vnusquisque enim arcum habet pro uiribus suis59.

  • 60 En droit les ajouts de la « seconde main », sur ces ajouts, voir infra.

61en reprenant apparemment l’essentiel de son commentaire à Donat60 :

  • 61 si qva est habitior : de là vient le mot habitudo, comme quae habitudo est corporis (quelle (...)

Donat. 2008 Eun. 315 : Si qva est habitior : inde et habitudo dicitur, ut quae habitudo est corporis ! 2 Namhabilioraptior intellegitur, ut namque humeris de more habilem suspenderat arcum Vergilius. Ergo habitior legendum est61.

  • 62 Le rapprochement s’opère sous la forme d’une synonymie : figuramque corporis habilem et aptam. (...)
  • 63 Voir sur ce point l’apparat de Lindsay-Kauer 1973 ad loc.
  • 64 Certains soupçonnent ces notations de masquer en réalité des corrections postérieures, mais sans vr (...)
  • 65 V, qui souvent pourtant fournit un bon texte, se trompe de manière révélatrice sur le lemme (...)

62Le lien entre les deux commentaires paraît évident, habilem aptum sexui faisant directement écho à habilior aptior. Sur le fond, les deux commentaires peuvent d’ailleurs avoir copié l’un sur l’autre ou avoir puisé à une source commune, puisqu’ils reprennent un rapprochement que l’on trouve déjà chez Cicéron Leg. I, 26, 9 par exemple62. Toutefois ce qui est troublant, c’est qu’habilior chez Donat repose sur une variante textuelle habitior / habilior dont on peut se demander si elle n’est pas induite en réalité par le souvenir virgilien, même si on en trouve trace dans le manuscrit de Térence Vat. Lat. 3226 (ve siècle)63. On peut donc avec une certaine vraisemblance supposer les strates suivantes : une première version commente habitior et constitue la scolie 1 du commentaire actuel de Donat. Puis le commentateur (le même, un autre, le compilateur ?) découvre le texte habilior et, pour le commenter, s’inspire du commentaire servien pour composer ce qui deviendra la scolie 2. Plusieurs éléments confirment cette lecture : tout d’abord on ne trouve entre les deux scolies aucune mention de variante textuelle du type legitur et qui indiquerait que Donat disposait des deux textes64. Ensuite la proximité du texte de la scolie 2 avec Servius et de son texte avec un Térence du ve siècle pourrait s’expliquer par la pure et simple copie de la scolie servienne par un commentateur pris au dépourvu par cette étrange variante65. Bien plus tard sans doute, le compilateur qui complète le manuscrits V de Donat s’aperçoit de l’incongruité à la fois de la scolie 2 par rapport à la scolie 1 et du texte habilior par rapport au sens en contexte et annule purement et simplement la scolie 2, en tranchant la question : « il faut bel et bien lire habitior », et il a tout aussi raison que Donat (ou la strate 1), car le texte habilior est de toute évidence incompréhensible.

  • 66 Aucune variante significative n’est à noter chez Servius dont le texte est ici consensuel, alors qu (...)

63Ici évidemment seule la constitution du texte de Donat paraît en cause66, mais très souvent, par un intéressant mouvement de balancier, les deux textes se trouvent liés dans une histoire commune dont l’intertextualité laisse entrevoir les avatars, et implique les diverses strates rédactionnelles des deux commentaires. Soit le commentaire d’Aen. IV, 99 :

Quin potius pacem aeternam pactosque hymenaeos exercemus ?

64Servius ne commente que pacem aeternam, mais l’auctor ajoute une notule extrêmement proche de certaines versions d’un commentaire térentien de Donat :

Servius auctus 1961a Aen. IV, 99 : qvin potivs pro’cur non’.

Donat. 1905 Ad. 856, 1 : qvin res : quin modo cur non significat.
cur VD cui CLPM :

  • 67 On peut aussi considérer que Donat faisait ce commentaire dans son commentaire virgilien et que le (...)
  • 68 Il nous semble qu’il faut voir là encore un exemple de l’acribie de cette copie (la seule ou presqu (...)
  • 69 Nous préférons ce terme à celui d’archétype pour des raisons qui se trouvent clairement exposées da (...)

65Le texte cur se recommande de l’autorité habituelle du manuscrit V. On pourrait penser que c’est là le meilleur texte à condition de comprendre la scolie ainsi : « quin signifie parfois <ailleurs> cur non », car le texte de Térence prend bel et bien quin au sens de cui non : numquam ita quisquam bene subducta ratione ad uitam fuit, / quin res aetas usus semper aliquid adportet noui. Dans ce cas, l’auctor peut avoir tout simplement repris ce commentaire de Donat pour l’adapter à un passage où, effectivement, il convient mieux67. En réalité, il faut sans doute rechercher ailleurs et commencer par faire droit à la leçon consensuelle de CLP et M cui qui convient mieux au texte térentien. Toutefois, dans ce cas, c’est modo qui se comprend mal, car Donat utilise généralement cet adverbe pour désigner un sens qui se rencontre à côté du sens qu’il accepte. On pourrait le traduire par « dans d’autres contextes ». Sans doute alors faut-il supposer un double mécanisme de simplification que le texte de l’auctor nous dévoile. Donat portait sans doute quin cui non modo cur non significat qui donne un sens parfait : « quin signifie ici cui non, ailleurs cur non ». L’auctor a logiquement récupéré dans l’alternative de Donat le sens qui convenait le mieux au passage de Virgile. Mais les copistes de Donat ont pu simplifier ce texte pour au moins trois raisons : 1) le texte cur a pu leur paraître absurde et devoir être corrigé en cui en fonction du vers de Térence ; 2) le texte cui a pu être corrigé en cur par influence du texte de l’auctor, comme le fait V, dont on notera qu’il est le seul (avec D) à rendre compréhensible le modo68 ; 3) un des manuscrits source69 pouvait porter une leçon absurde du genre cur non modo cur non significat sur laquelle les branches de la tradition ont travaillé comme elles le pouvaient.

66Dans tous les cas, le point de contact entre l’auctor et Donat attire notre attention sur un désordre de la transmission manuscrite du commentaire térentien et a pu éventuellement intervenir dans ce désordre même. Cette éventualité est d’autant plus plausible qu’il existe des cas avérés de contamination successive des deux commentaires, comme dans l’intertextualité évidente de ces deux scolies :

  • 70 Schoell athétise le mot petitores et ce choix est repris par Thilo-Hagen, mais la suite de notre an (...)

Serv / auct. 1961a Aen. I, 536 : procacibvs avstris perseverantibus.Et ‘procax’ proprie ‘petax’ est, nam ‘procare’ est ‘petere’, unde et ‘proci’ petitores70dicuntur. Alii ‘procacibus’ ‘inpudentibus’ tradunt.

  • 71 Les passages en droit dans Donat signalent, comme plus haut, la version augmentée qui se lit dans l (...)
  • 72 procacibvs avstris perseverantibus.Procax au sens propre petax (demandeur) ; de fai (...)

Donat. 1905 Hec. 159, 271 : procax ‘dispoliatrix’ et ‘petax’ ; ‘procare’ enim est ‘petere’ 3 Vergilius « procacibus austris » id est ‘impudentibus’ ; nam qui multum petit, impudens est et procax. Vnde et proci dicti sunt, qui filias alienas in matrimonium petierunt72.

  • 73 Encore que le manuscrit de Servius L selon la nomenclature de Thilo-Hagen donne bien uxorum petitor (...)

67Le mécanisme de contamination successive des deux textes est ici très clair. Dans un premier temps, Servius et Donat ont exactement le même commentaire, en substance :‘procax’ proprie ‘petax’ est, nam ‘procare’ est ‘petere’ unde et ‘proci’ petitores dicuntur, avec simplement une adaptation de Servius qui a pu renoncer à la partie proprement comique de l’énoncé (ceux qui recherchent des épouses73). Cette explication se trouve en écho chez Festus Verb. 274, 60 : Reciprocare pro ultro citroque poscere usi sunt antiqui, quia procare est poscere. Pourtant l’emprunt direct de synonymie de Servius à Donat paraît probable en raison de l’identité du verbe choisi comme synonyme et de la forme même de la scolie extrêmement voisine.

68À partir de là les choses se compliquent, car de toute évidence les ajouts successifs de l’auctor et de la « seconde main » de Donat sont liés entre eux. Deux options sont alors possibles et il est très difficile de trancher entre elles : soit l’auctor connaît le texte de Donat sous sa forme augmentée et il complète Servius en ajoutant le deuxième sens possible de procax. Soit au contraire, c’est la « seconde main » de Donat qui complète le commentaire térentien avec un ajout pris à l’auctor.

  • 74 La synonymie proposée par l’auctor peut provenir de Charisius 1964 (GLK 1, 423, ou 437), mais on en (...)

69La seconde hypothèse est en réalité de loin la plus plausible. Dans un premier temps, l’auctor, qui connaît l’autre sens de procax74 l’ajoute, selon son habitude et par souci d’exhaustivité, à un commentaire servien qui se contentait du sens propre de l’adjectif, sans souligner qu’il y a évidemment une métaphore chez Virgile. D’ailleurs le sens de l’auctor convient mieux. Quant à la « seconde main », elle découvre ce commentaire chez Servius auctus, et le récupère, mais de manière extrêmement maladroite, comme souvent : dans un premier temps, comme l’aurait fait Donat, elle colle la citation virgilienne donnant ainsi l’exact décalque du commentaire servien :‘petax’ ; ‘procare’ enim est ‘petere’. Vergilius « procacibus austris ». Mais, comme elle a bien lu l’auctor et sait que le sens impudens convient mieux à Virgile que celui de petax, elle continue en glissant du commentaire de Térence à celui de Virgile id est ‘impudentibus’. Le problème alors est que le commentaire ne « cadre » plus avec le début de la scolie où procax était assimilié à petax. La « seconde main » tente alors un sauvetage in extremis en complétant par une explication lexicographique : nam qui multum petit, impudens est et procax. Ce qui la trahit toutefois, c’est qu’elle n’a pas mis son ajout au bon endroit et que, de ce fait, la suture avec la reprise du commentaire de Donat ne se fait pas. Là où l’auctor s’était glissé de manière presque invisible dans le texte servien, la « seconde main » montre au contraire qu’elle n’a pas su se faire oublier. En tout cas, cette inadvertance du compilateur qui augmente Donat nous fournit un élément très important de chronologie relative : la « seconde main » et tout ou partie du matériau qu’elle apporte est postérieure à la version augmentée de Servius puisqu’elle s’en inspire pour ses propres ajouts. Il faut donc exclure toute autorité directe de Donat sur ces ajouts. S’il y a là-dedans du Donat, c’est à travers le filtre de médiations mal connues, mais dont l’une peut être l’auctor servien.

  • 75 Sans doute faut-il mettre cela en lien avec la présence massive et inédite de Térence. Voir R. Lloy (...)
  • 76 Nous excluons ici la « seconde main » de Donat encore postérieure, mais dont les ajouts n’ont rien (...)
  • 77 Sur cette notion et ses variations, voir R. Kaster 1978 et R. Kaster 1988.

70On le voit, par ces quelques bribes d’analyse, il y a là un vaste champ d’études pour arriver à synthétiser, en dehors de la question de la présence du commentaire virgilien de Donat chez Servius, ces relations très complexes entre deux textes à bien des égards complémentaires l’un de l’autre. En effet, il est absolument évident que Servius et son auctor non seulement connaissent le commentaire térentien de Donat, mais s’en inspirent profondément75, tout en affirmant d’ailleurs leurs propres conceptions de ce que doit être un commentaire. On entre alors dans le dialogue entre trois commentateurs (au moins car l’auctor peut ne pas être unique) qui réfléchissent chacun pour sa part à la manière de gérer au mieux une tradition interprétative sans doute déjà foisonnante et passablement contradictoire. Les deux plus récents, Servius et son auctor76 ne peuvent, dans ce travail de sélection et de classement des traditions, ignorer la figure sans doute déjà emblématique du grammaticus par excellence qu’est en train de devenir Donat. En même temps, le va-et-vient qui s’opère ainsi entre l’épopée virgilienne et la comédie térentienne est en lui-même révélateur d’une vision sans doute globalisante du savoir littéraire dans lequel les auteurs « du programme77 » se complètent et s’éclairent mutuellement, la vraie culture ne pouvant résulter que de la parfaite maîtrise de tous les auteurs et de la parfaite conscience à la fois de leurs particularités et du fonds commun de latinitas qu’ils illustrent. À travers ce dialogue des commentateurs, c’est aussi une partie l’histoire des débats pédagogiques de l’Antiquité tardive qui s’écrit en filigrane.

71Mais, en même temps qu’il nous éclaire, ce travail de comparaison met en lumière bien des zones d’ombres tant sur le sens même de certaines scolies que surtout sur les mécanismes très compliqués qui nous ont conservé et transmis ces traces de l’érudition littéraire tardo-antique. Espérons que la mise à disposition prochaine d’une traduction intégrale du commentaire de Donat qui fera le pendant de celles en cours ou déjà réalisées de Servius, permettra de poursuivre dans cette voie et d’éclairer mieux encore les rapports que nous avons ici à peine esquissés. Souhaitons aussi que Donat bénéficie assez rapidement d’une édition qui prenne en compte les acquis d’une étude de la tradition plus complète que celle opérée par Wessner et, par un juste retour des choses, qui puisse s’appuyer sur le travail ecdotique particulièrement soigné dont bénéficie actuellement Servius.

Notes

1 Non sans humour, ni intentions polémiques d’ailleurs, D. Daintree 1990, p. 66 évoquait ainsi ce commentaire : « The first <comparison> comes from astronomy ; it is the image of the ‘black hole’, the old star collapsed upon itself, so massive that not even light can escape its gravitational field. We know that it is there, we can discern its powerful influence, but we cannot see it, and we have to accept that we never shall. And secondly, there is the image of Pere Joseph, Cardinal Richelieu’s chaplain, an ‘eminence grise’, without formal authority, yet ever-present and immensely powerful ».

2 Pour la commodité de l’exposé, je parlerai ici de l’auctor pour désigner le responsable des ajouts au commentaire dit de Servius. En mettant ce terme au singulier, je ne lui donne qu’une valeur générique et ne préjuge absolument pas ni de l’unité de la main qui a opéré les ajouts, ni de la cohérence même de ces ajouts. De la même façon, écrire Servius ou Donat implique que le lecteur comprenne ces termes non comme une marque certaine d’auctorialité (car la question de l’auctorialité est extrêmement complexe pour ces textes, comme on le sait bien), mais simplement comme une étiquette qui renvoie pour Donat à la substance de la seule édition critique moderne (P. Wessner 1902-1905) et pour Servius à ce qui n’appartient pas à l’auctor.

3 Comme le note très finement R. Kaster 1978, p. 181 à propos des efforts faits par l’auctor pour compléter Servius sans le dénaturer et par les modernes pour séparer ces deux matériaux : « An important consequence of these efforts is our ability to view with some confidence the commentary of Servius himself in the clarity of isolation, the better to appreciate and evaluate its individuality ».

4 Un relevé assez précis et complet des contacts entre le commentaire de Térence et le commentaire servien est fourni par G. Waldrop 1927, mais ce travail appelle deux observations : 1) Il vise à appuyer la thèse d’une autorité de Donat sur le commentaire servien, qui engage en particulier la question de savoir si l’auctor est Donat (et dans quelle mesure il l’est). De ce fait certains rapprochements retenus sont assez ténus. 2) c’est évidemment le nombre qui importe pour Waldrop compte tenu de son présupposé de départ, et non la méthode et la fonction de l’emprunt. Il ne fournit donc aucune analyse de son matériau en termes littéraires. Or, plus que la question d’une autorité de Donat sur l’auctor qui aboutit au fond à un indécidable, la manière dont le commentaire servien utilise le matériau de Donat peut permettre d’éclairer non pas l’impact quantitatif de Donat sur les scolies serviennes, mais l’imprégnation (parfois critique) des notes serviennes par le commentaire de Donat.

5 Donat distille au fil de son commentaire des éléments bibliographiques concernant ses sources. Il cite Asper et Probus, ainsi qu’un mystérieux Edesonius dont les manuscrits ont probablement corrompu le nom (voir B. Bureau, M. Ingarao, C. Nicolas et E. Raymond 2008) ; on sait également qu’Evanthius (R. Jakobi 1996, p. 152), le maître auquel Donat rend hommage en insérant à titre de préface à son ouvrage des fragments de deux de ses traités, avait écrit un commentaire du comique. Tous ces textes ne subsistent qu’à l’état de fragments souvent d’interprétation délicate. Cependant le commentaire intégral d’Eugraphius, sans doute postérieur d’environ un siècle et demi à celui de Donat (R. Jakobi 1996, p. 142, mais la controverse avec Macrobe supposée par cet auteur est invérifiable), peut parfois permettre d’accéder indirectement à cette tradition interprétative disparue.

6 La situation complète de Térence chez Servius et l’auctor est bien résumée par R. Lloyd 1961, p. 318 : « There are 222 references to Terence in the Servian corpus, of which 137 are in S and 85 in the D scholia. It is immediately apparent that Terence is cited more than any other Republican author here discussed. Moreover, a far greater percentage of the total number of quotations appears in S than has been the case before : 62 per cent, as compared with 52 per cent for Ennius, 53 per cent for Cato, 46 per cent for Varro, and 39 per cent for Plautus. Lines from all six plays are cited in both commentaries, but in spite of the great frequency of quotations from Terence there are fewer specific references than we would expect ».

7 Le même argument pourrait d’ailleurs valoir pour quelques passages rangés dans les catégories précédentes de Tér., ou Tér.+Don. ; toutefois, il me semble que le fait de nommer l’auteur introduit dans la citation une forme de contextualisation (fût-elle minime) qui n’apparaît pas dans le pur exemple de grammaire anonyme.

8 Ce qui est hautement probable. Eugraphius donne un commentaire à cette pièce et ne signale nulle part une anomalie chez Donat. Le commentaire a dû disparaître à date assez ancienne, car les plus anciens manuscrits répertoriés par Wessner n’en portent aucune trace.

9 Nous affectons d’un chiffre 0, 5 les passages où l’auctor et Servius s’enchaînent dans l’exploitation d’une même citation térentienne ou d’un passage identique du commentaire de Donat.

10 Voir Serv. 1961a Aen. IV, 1 : est autem paene totus in affectione, licet in fine pathos habeat, ubi abscessus Aeneae gignit dolorem. Sane totus in consiliis et subtilitatibus est ; nam paene comicus stilus est : nec mirum ubi de amore tractatur.

11 Nous verrons infra qu’il n’en va pas de même de l’apport qualitatif de ces inserts.

12 Voir le désormais classique ouvrage de G. B. Conte 1986.

13 Pour la clarté de la lecture, quand nous citons sous le nom de Serv., nos citations excluent délibérément les additions de l’auctor s’il s’en trouve. Nous les signalons uniquement par le signe [ ].

14 coactis [ ] comme Térence « <una me hercule falsa lacrimola, > quam oculos terendo <misere>, uix <ui> expresserit » » (avec une seule larmette feinte qu’elle aura eu toutes les peines du monde à se tirer en se frottant les yeux).
vna me hercle falsa lacrimvla : l’expression amène à l’amplification (αὒξησις) : non pas uera (vraie) mais falsa (fausse) ; non pas lacrima (larme) mais lacrimula (larmette), non pas ultro flens (en pleurant spontanément) mais oculos terendo (en frottant ses yeux), non pas facile (facilement) mais ui (en se forçant), non pas exstillauerit (fondre en larmes) mais expresserit (arracher une larme). D’où chez virgile captique dolis lacrimisque coactis (pris au piège de ruses et de larmes feintes).

15 Thilo-Hagen (1961a) en l’espèce.

16 Sur la lecture de Virgile par Donat dans son commentaire de Térence, voir quelques remarques dans B. Bureau (à p.). Donat introduit déjà Virgile dans son commentaire térentien avec une fonction qui dépasse assez régulièrement la simple fonction illustrative. Comparer les mécanismes épiques et les mécanismes comiques lui paraît de nature à éclairer le génie très particulier de Térence.

17 L’auctor ici joue un rôle important, par rapport à la lecture servienne de la scolie de Donat, voir infra.

18 dvlce mevm il aborde un sujet malséant. Ainsi Térence « seu tibi morigera fuit in rebus omnibus » (si elle s’est montrée pour toi complaisante en toutes choses).
sev tibi morigera fvit : cela comme à un amant, comme le Poète : fuit aut tibi quicquam dulce meum (si tu as trouvé en moi quelque douceur).

19 Chrysis sur son lit de mort confie, dans une scène pathétique, le sort de Glycère à Pamphile qui est certes son amant, mais qui surtout a mené avec elle une véritable vie de couple. La mourante insiste d’ailleurs davantage sur la gentillesse et la prévenance des deux tourtereaux l’un pour l’autre que sur leurs relations intimes. L’auctor (voir infra) lit sans doute mieux le texte.

20 Ce texte est une conjecture d’Estienne (1536) reprise par Wessner (1905), pour un texte des manuscrits qui répète très exactement l’ordre de Térence. La scolie n’ayant aucun sens si Donat répète purement et simplement le texte térentien, la conjecture d’Estienne est certaine.

21 non praemittit en effet il ne le suit pas, mais comprendre praerapidum à partir de l’affection d’un père et non de la célérité d’Achate. Et ainsi praerapidum de même que Térence per pol quam paucos autrement dit perquam paucos ; pol en effet se suffit à lui-même comme juron et ne se lie jamais à une préposition.
per pol qvam pavcos reperias ordre des mots : « pol perquam paucos reperias » ; de fait, perpol » est incorrect en latin, mais le contexte montre que c’est perquam autrement dit “trop”.

22 Par exemple J. Conington-h. nettleship 1884 ad loc. : « Rapidum explains praemittit. Achates is sent express to bring Ascanius in time for the feast which is about to begin ».

23 Tous les manuscrits utilisés par Wessner donnent ici ce mot que Schopen a cru bon de supprimer. Il doit au contraire être maintenu comme équivalent parfait de la forme grecque.

24 Bien que très malmenée par les manuscrits, la restitution est certaine, puisque le texte généralement fourni par les témoins est priamo eo te pedes (avec quelques variantes non significatives).

25 ascanivsqve pver fils, comme tuque puer que. tuus (ton fils et toi). Horace puerosque Ledae (les fils de Léda). Et c’est un tour grec car ils disent παίδες. Parfois cela se rapporte cependant aussi à l’âge.
pvervm avtem ne resciscat : est-ce une prédiction ou le mot puer peut-il s’appliquer à l’un ou l’autre sexe, comme les Grecs disent [pour les enfants] παῖδες ? Homère : Πριάμοιό τε παῖδες (les enfants de Priam) et Horace : dicam et Alcidem puerosque Ledae (je dirai Alcide et les enfants de Léda).

26 Pverosqve Led<a>e. Graeca consuetudinepueros’ profiliis’ Castorem et Pollucem significat.

27 Une confirmation indirecte se trouve dans la forme très différente que prend la même observation chez Charisius 1964, 106 :‘puer’et in feminino sexu antiqui dicebant, ut Graeci ‘ὁ παῖς καὶ ή παῖς’, ut in Odyssia uetere, quod est antiquissimum carmen, « mea puer, quid uerbi ex tuo ore audio ? ». Et in Nelei carmine aeque prisco « saucia puer filia sumam » ; ubi tamen Varro cum ‘a’ ‘puera’ putat dictum, sed Aelius Stilo, magister eius, et Asinius contra.

28 Le titre de la pièce de Cécilius est conjectural, ainsi qu’une partie de la citation, mais cela n’influe en rien sur nos analyses.

29 Apparemment Donat lit ici nunc (n.).

30 absens absentem Térence praesens praesentem eripi, abduci ab oculis (présent, qu’on la lui enlève en sa présence, qu’on la soustrait à ses yeux).
praesens praesenti eripi : ce sont des auxiliaires du sens que ces ajouts superflus, comme dans : illum absens absentem auditque uidetque (elle absente, lui absent, elle croit l’entendre et le voir), et : fratrem ne desere frater (en frère, n’abandonne pas un frère). Ainsi Cécilius, dans L’Exhautuhestôs : <est> haec cateruaplane gladiatoria, cum suum sibi alius socius socium <sauciat> (c’est vraiment une escouade de gladiateurs, quand chacun blesse son ami, camarade contre camarade). 2 Et l’ensemble de ce passage est transposé par Virgile dans le livre 4 de L’Énéide : quis tibi tum, Dido, cernenti talia sensus, etc. (quel est ton sentiment, Didon, pendant que tu regardes un tel spectacle, etc.).

31 Le passage n’est apparemment pas cité par les grammairiens comme exemple de figure de style.

32 Mais voir infra pour une attitude très différente de l’auctor.

33 On en concluera donc que la portée exacte de la scolie servienne peut s’exprimer ainsi : Absens absentem.Terentius "praesens praesentem eripi, abduci ab oculis". Adiuuant significationem haec ex abundanti addita.

34 On remarquera que les critiques adressées par Servius à Donat (voir dans le présent volume la contribution de L. Holtz) ne portent jamais sur des commentaires issus de Térence.

35 etiam beaucoup ponctuent pour que ce soit équivalent d’adhuc et que cela se comprenne comme etiam arma tenentem (tenant encore ses armes) : mais il est mieux de construire etiam hac, pour rendre à Énée une part de gloire et éviter de donner de l’orgueil à Hector.
non satis me pernosti etiam qvalis sim, simo : etiam équivaut à adhuc (encore), comme chez Virgile : Idaeumque etiam currus, etiam arma tenentem (Idéus qui tenait encore son char, qui tenait encore ses armes).

36 D’ailleurs les principales critiques portées contre Donat dans notre corpus et qui traitent de métrique ne sont pas exemptes d’une certaine mauvaise foi. En Aen. III, 535 et III, 636, tout porte à croire que Servius n’a pas compris la scolie de Donat qui proposait une synonymie patescit : late patet, et qu’il a pris cela pour une remarque textuelle ce qui lui permet sans vergogne de conclure contra metrum et non stat uersus. Mais comment peut-on admettre que Donat ignore les règles de l’hexamètre ? Quant au problème d’Aen. II, 798, faut-il lire exilio ou ex Ilio, Servius peut avoir raison, mais Donat aussi, comme le montrent les hésitations des commentateurs modernes. Cf. J. Conington-H. Nettleship 1884 ad loc. : « Donatus read ex Ilio, which Heins. prefers ; but it could only be scanned by assuming a synizesis, and exsilio was evidently read by Silius, who imitates it, Dux erat exsilio collectis Marte Metellus (10. 420, cited by Forb.) ». Pour le reste, ce sont de simples divergences d’interprétation qui ne remettent pas en cause les compétences du commentateur.

37 Sur le cas spécifique et bien connu des notices mythographiques, voir infra.

38 svmma dies le dernier, comme supreme Iuppiter (suprême Jupiter). Dies quand il est féminin, est un nom de temps comme quam nec longa dies (que ni une longue journée...) : s’il est masculin, c’est le jour lui-même. Et, pour le masculin, il faut observer trois règles : une sur la qualification, une sur le nombre et une sur l’usage adverbial ; pour la qualification on dit serenus dies, non serena ; pour le nombre, on dit bis quinos silet ille dies (pendant dix jours il garde le silence), non bis quinas’; pour l’emploi adverbial hodie’, non hac die. En outre, on ne peut rien préjuger de la forme diecula’, parce que beaucoup de diminutifs n’ont pas le même genre que le nom dont ils dérivent, comme scutum scutula, canis canicula, rana ranunculus.est pistrilla : les Anciens disaient dans l’absolu pistrina (boulangerie) comme sutrina (cordonnerie) et medicina (cabinet médical), pour désigner la boutique de l’artisan ; car le féminin pistrilla (petite boulangerie) ne concorde pas avec le neutre pistrinum (moulin), même si l’on a beaucoup de diminutifs qui ont un genre différent du nom dont ils dérivent, comme rana (grenouille), féminin, qui fait ranunuculus (rainette), masculin, scutum (bouclier), neutre, qui fait scutella (écuelle), féminin, canis (chien),masculin, qui fait canicula (petite chienne).

39 dono divvm certains disent que le donum est volontaire, le munus répond à un devoir. Donaria désigne, dans les temples, les lieux où l’on place les dons (dona).qvod vis donvm p. a. m. o. : un don et un présent sont tous deux une récompense. 2 Mais un don est donné comme récompense aux dieux, un présent comme récompense aux hommes. De fait, si l’on prend les choses séparément, un don appartient aux dieux, une récompense aux hommes courageux, un présent aux gens du commun. 3 Et on fait un don et un présent aussi bien avant qu’après l’accomplissement d’un acte, on ne donne une récompense qu’après l’accomplissement de l’acte. 4 Un don est volontaire, une récompense est due.

40 Munus et donum. ‘Munus’ quod amicus uel cliens uel libertus officii causa mittunt, uel ‘munus gladiatorium’ ; ‘donum’ quod diis datur : inde ubi dona ponuntur, ‘donarium’ appellatur. Possunt et illa nihilo minus dona dici, quae donant pauperibus diuites uel potentes. Illud quoque donum putandum est, quod militibus donatur in castris, ut uallaris corona.

41 Cette rareté s’explique évidemment d’abord par la rareté même des allusions mythologiques dans le matériau commenté. La comédie térentienne ne laisse aux dieux et aux fabulae que peu d’espace. Mais force est de reconnaître que dans les passages mêmes où Donat pourrait en profiter pour se livrer, si cela l’intéressait, à des développements mythologiques, il s’en abstient presque totalement. Ainsi dans l’Eunuque, un tableau mythologique orne la chambre de la jeune fille que Chéréa va violenter. Mais il est à peine commenté (585, 1) sur le plan mythologique, l’analyse se concentrant sur une lecture psycho-dramaturgique de la manière dont la peinture excite le jeune homme : Qvo pacto danaae misisse aivnt qvondamquae aptior pictura domui meretricis ad amatorum illecebras quam haec, quae exemplum continet amoris et amoris puellae et amoris ad Iouem pertinentis et amoris non gratuiti nec paruo propositi, sed auro in gremium fluente uenalis ? Tum quod in gremium Danaae ipse ut splendidus imber illabitur, nonne uidetur meretrix docere adulescentulos illam corporis partem auctore Ioue uelut inauratam fuisse ? De même la plaisanterie « je suis Dave et non Œdipe », dans l’Andrienne (194, 2) n’attire qu’un commentaire sur le mécanisme de la comparaison : davvs svm non oedipvsmultiplex contumelia : potest enim senem quasi sphingam dixisse, id est deformem monstrique similem ; potest etiam inhumanum et ferum ut sphinx ; potest etiam per Oedipodem se ultorem promittere futurum atque oppressorem sapientiae senis. 3davvs svm non oedipvsfacete se negat Oedipodem, ut senem sphingam esse confirmet.

42 Servius auctus 1961a Aen. IV, 99 : pactosqve hymenaeoslicet fabula de Hymenaeo in primo libro narrata sit breuiter, tamen plenior talis est : Hymenaeus, Atheniensis, adeo pulcher fuit, ut adulescens puella putaretur. Is cum unam uirginem nobilem ipse mediocriter ortus adamasset eiusque nuptias desperaret, quod unum poterat, sequendo puellam amori satis faciebat. Sed cum Atheniensium nobilissimae uirgines Eleusinae Cereri sacra facerent, subito aduentu piratarum raptae sunt : inter quas etiam Hymenaeus, qui illo amatam fuerat secutus, tamquam puella raptus est. Sed cum piratae praedam per maria longinqua portassent, in desertam regionem delati ac fatigati somno se dederunt : quos cum uniuersos occidisset Hymenaeus, relictis ibi uirginibus Athenas reuersus est petiitque a ciuibus, ut, si uirgines quae raptae fuerant reduxisset, dilectae nuptias impetraret. Quas cum reduxisset, optatam in matrimonium uirginem meruit. Quod coniugium quia felix fuerat, placuit [omnibus] Atheniensibus omnibus nuptiis Hymenaei nomen interesse. Est etiam alia ratio uocabuli : nam hymen quaedam membrana quasi uirginalis puellae esse dicitur : qua rupta quia desinat esse uirgo, hymenaei nuptiae dictae. (pactosqve hymenaeos bien que le mythe d’Hyménée ait été l’objet d’un bref récit au livre 1, voici cependant la version complète : Hyménée d’Athènes était un jeune garçon si beau qu’adolescent on le prenait pour une jeune fille. Comme, alors qu’il était de naissance modeste, il s’était épris d’une jeune fille noble et désespérait de pouvoir l’épouser, il faisait la seul chose en son pouvoir, il la suivait pour satisfaire son amour. Mais, comme les plus nobles jeunes filles d’Athènes rendaient un culte à Cérès, des pirates survinrent et les enlevèrent : parmi elles, Hyménée aussi – qui avait suivi sa bien-aimée – fut pris pour une jeune fille et enlevé. Mais, après avoir transporté au loin sur mer leur butin, les pirates abordèrent une région déserte et, épuisés, s’abandonnèrent au sommeil. Hyménée les tua tous et, laissant là les filles, retourna à Athènes où il fit cette requête : s’il ramenait les jeunes filles enlevées, il obtiendrait d’épouser celle de son choix. Il les ramena et obtint d’épouser la jeune femme qu’il voulait. Le bonheur de cette union fit décider à [tous les] Athéniens de faire figurer dans tout mariage le nom d’Hyménée. Autre explication du mot : l’hymen désigne une membrane qui est le propre d’une jeune fille vierge : parce que, quand on la déchire, la jeune femme cesse d’être vierge, on appelle les noces hyménée).
Servius auctus 1961a Aen. IV, 127 : hic hymenaevs eritid est, hae erunt nuptiae. Sane de Hymenaeo licet superius iam dictum sit, tamen sunt etiam aliae opiniones : nam alii hunc Veneris et Liberi filium dicunt primum nuptiis prospere usum, ob quod in nuptiis uocatur : unde nuptiale carmen Hymenaeus. Alii nuptiarum inuentorem tradunt et ideo carminibus decorari ; quod exemplum ab eo proditum ubique seruatur. Cornelius Balbus Hymenaeum ait, Magnetis filium, musicae artis peritum, pulchritudine muliebri, dum nuptias Liberi patris et Althaeae religiosis cantibus celebrat, exspirasse : propter quod ei talis honor in nuptiis adtributus est, ut celebratio nominis eius nuptiarum iungendarum perpetuum omen esset.
(hic hymenaevs erit c’est-à-dire “ il y aura des noces” Même si on a parlé déjà plus haut d’Hyménée, il y a cependant aussi d’autres opinions à ce sujet : d’autres sources en font le fils de Vénus et Liber qui, disent-ils, fut le premier à faire un mariage heureux, raison pour laquelle on l’invoque dans les mariages : d’où le nom d’Hyménée donné au chant nuptial. D’autres en font l’inventeur du mariage, et expliquent ainsi qu’on le célèbre par des chants ; c’est qu’on suit partout l’exemple qu’il a donné. Cornélius Balbus fait d’Hyménée le fils de Magnès et un expert en art musical, aussi beau qu’une femme, qui rendit l’âme en célébrant par des chants religieux les noces de Liber Pater et Althée : ce serait la raison pour laquelle on lui aurait attribué un tel honneur dans les mariages que le fait de répéter son nom serait un présage de durée pour l’union matrimoniale).

43 Hyménée est, selon certains, le fils de Liber et de Vénus, qui le premier a institué la cérémonie des noces. Aussi est-il célébré dans des chants lors des noces des vierges, en raison de ce mérite. D’autres disent qu’il s’agit d’un héros de l’Attique qui, alors qu’on avait enlevé des vierges pour des brigands, après avoir battu les voleurs, ramena les jeunes filles intactes dans leur patrie. D’autres, du fait qu’on appelle hymen une membrane qui protège la virginité et qui se rompt au premier rapport sexuel, pensent que hymenaeum est le nom qu’on donne aux hymnes qu’on chante aux noces. 3 Donc sachez que l’hyménée est aux noces ce que le thrène est aux funérailles et l’hymne aux cérémonies sacrées.

44 Lucius Cornelius Balbus minor (ier s. av. J.-C.) est cité chez Macrobe Sat. III, 6 comme l’auteur d’au moins dix-huit livres d’Exegetica. La présence de cet auteur chez Macrobe attesterait pour cette référence de l’auctor une origine au ve siècle, car il est plus que probable que l’œuvre de Balbus ait ensuite disparu. Sur ce personnage chez Servius, voir C. Murgia 2003, p. 60.

45 Ce goût est pointé par J. Jones 1961, p. 221, mais il en réduit beaucoup trop la portée.

46 On notera que sur le plan de la mythologie, le rapport entre concentration sur le texte et excursus érudit est inversé par rapport à ce que nous avons montré de l’usage par Servius des notices grammaticales de Donat.

47 En droit dans cette citation et celles qui suivent et qui comprennent à la fois du Servius (italique) et des ajouts de l’auctor (Serv / auct).

48 Voici la traduction de cet ajout : « D’autres ne prennent pas dulce meum dans un sens sexuel mais ainsi : ‘si les choses que je t’ai apportées t’ont plu et t’ont été douces’. D’autres ‘si j’ai été pour toi de quelque douceur’. Mais, parce que les amants nomment l’objet de leur amour ‘ma douce’, il faut comprendre ‘si j’ai été à ton égard telle que j’ai mérité que tu me nommes ‘ta douce’».

49 absens absentemun seul suffisait, ainsi « et fratrem ne desere frater » (en frère, n’abandonne pas un frère). Térence praesens praesentem eripi, abduci ab oculis (présent, qu’on la lui enlève en sa présence, qu’on la soustrait à ses yeux). qvis tibi tvnc dido cernenti tout cela est dit avec une grande exclamation, car il y a plus dans le fond que dans la forme. En effet bien que tout ne soit pas dit, l’auditeur comprend et saisit. C’est une grande emphase que de revenir toujours sur la même personne. Térence quid illi tandem credis fore animi misero, qui cum illa consueuit prior (que crois-tu enfin qu’il va éprouver, pauvre cœur, lui qui a le premier eu une relation avec elle).

50 praesens praesenti eripi : ce sont des auxiliaires du sens que ces ajouts superflus, comme dans : illum absens absentem auditque uidetque (elle absente, lui absent, elle croit l’entendre et le voir), et : fratrem ne desere frater (en frère, n’abandonne pas un frère). Ainsi Cécilius, dans l’Exhautuhestôs : <est> haec caterua plane gladiatoria, cum suum sibi alius socius socium <sauciat> (c’est vraiment une escouade de gladiateurs, quand chacun blesse son ami, camarade contre camarade). 2 Et l’ensemble de ce passage est transposé par Virgile dans le livre 4 de l’Énéide : quis tibi tum, Dido, cernenti talia sensus, etc. (quel est ton sentiment, Didon, pendant que tu regardes un tel spectacle, etc.).

51 Rappelons qu’il est indifférent pour cette analyse qu’il y ait un seul auctor ou plusieurs auctores éventuellement issus d’époques différentes. Ce qui importe ici, c’est de montrer que les ajouts utilisent Donat d’une manière telle qu’ils imposent un style de commentaire finalement assez différent de celui choisi par Servius.

52 avt boreae penetrabile frigvs advratadurat se rapporte à la fois au soleil et au froid : car avec un seul mot il tire la conclusion d’un effet unique de deux causes opposées. De fait, la fin du froid marque le début de la chaleur, et le plus haut degré de chaleur est le principe du froid : d’où vient l’idée d’un effet unique pour le froid et la chaleur. C’est ce que les Grecs nomment ἀκρότητες ἰσότητες (équivalence des extrêmes).
tremo horreoqve : marques d’un excès d’amour. Un feu excessif fait sentir le froid comme un froid excessif fait éprouver l’effet du feu, selon la propriété que les physiciens décrivent par la formule ἀκρότητες ἰσότητες (équivalence des extrêmes). C’est pourquoi Virgile écrit aut Boreae p. f. adu. (<pour éviter> que le froid pénétrant de Borée ne le brûle).

53 L’expression se trouve en ce sens dans le commentaire au Parménide de Damascius (243) et chez Alexandre d’Aphrodise (Probl. 4) : Διὰ τί ἡ χιὼν ψυχρά οὖσα καίει ; Καθ’ ὑπερβολὴν πυκνώσεως· ἔμπυκνος γὰρ ἡ χιών, aἱ δ’ ἀκρότητες ἰσότητες θερμή τε καὶ ψυχρά.

54 On notera d’ailleurs que Donat indiquait explicitement ce déplacement dans sa propre scolie avec le mot physici qui motivait le recours à un poème didactique, en l’occurrence le passage de Virgile, pour une scolie qui commençait comme un commentaire psychologique.

55 vrbem qvam statvo vestra est beaucoup veulent voir ici une antiptosis, accusatif pour nominatif, pour que l’on ait’urbs quam statuo uestra est’. Mais si nous comprenons ainsi, il n’y en a pas moins quam et il y a syllepse de cas ; il aurait dû dire en effet urbs quae statuitur uestra est. Le mieux est donc de comprendre deux fois uultis (voulez-vous), pour avoir « voulez-vous vous installer dans mes états ? Voulez-vous la ville que je construis ? Elle est à vous ». De la même façon eruet ille Argos Agamemnoniasque Mycenas ipsumque Aeaciden (il renversera Argos, la Mycènes d’Agamemnon et l’Éacide lui-même). On sous-entend ille. L’un en effet a vaincu Pyrrhus, l’autre Mycènes. Ou encore non ignara mali miseris succurrere disco (n’ignorant rien du malheur j’apprends à secourir les malheureux). « vrbem qvam statvo vestra est » nous pouvons saisir que cette figure a été empruntée aux Anciens ; Caton dit en effet dans le discours contre la Loi Voconia « agrum quem uir habet tollitur » (le champ qu’un homme possède lui est enlevé) et Terence « eunuchum quem dedisti nobis, quas turbas dedit »(l’eunuque que tu nous a donné, il a fait du joli !).
evnvchvm qvem dedisti nobis qvas turbas dedit : ou bien il s’agit d’une syllepse (σύλλημψις), comme urbem quam statuo, uestra est (la ville que je décide de fonder est à vous), ou bien quem est prononcé sur un ton interrogatif, comme si c’était qualem. 2 Certains veulent mettre une ponctuation sur quem comme s’il disait qualem, mais ils ne savent pas que les Anciens utilisaient beaucoup cette figure ; de fait, eunuchum se rapporte ici au verbe dedisti. Donc à dedit il faut ajouter un autre énoncé pris à côté, hors de la proposition : is eunuchus. Car chaque fois que l’énoncé emploie en déclinant différemment un même nom ou un même pronom, il est nécessaire que l’accord se fasse avec l’un sans se faire avec l’autre.

56 Par exemple Diomede 1857, au troisième type de solécisme, par changement de cas (GLK1, 454) : tertius modus fit per inmutationem casuum sic, cum in sermone alium casum pro alio ponimus, ut « urbem quam statuo uestra est » : accusatiuum casum pro nominatiuo posuit.

57 On peut d’ailleurs légitimement se demander s’il ne va pas chercher cette citation de Caton dans le commentaire perdu de Donat qui se serait en quelque sorte autocité dans le commentaire térentien. Sur la présence des auteurs républicains chez l’auctor et Servius, voir R. Lloyd 1961.

58 D. Reeve 1978, mais déjà C. Beeson 1922.

59 namqve vmeris de more pour montrer la chasseresse. Habilem adapté à son sexe. Chacun a en effet un arc approprié à ses forces.

60 En droit les ajouts de la « seconde main », sur ces ajouts, voir infra.

61 si qva est habitior : de là vient le mot habitudo, comme quae habitudo est corporis (quelle prestance) ! 2 De fait habilior se comprend comme aptior (plus adapté), comme namque humeris de more habilem suspenderat arcum (Car, à la manière d’une chasseresse, elle portait un arc souple suspendu à son épaule) virgile. Donc c’est habitior qu’il faut lire.

62 Le rapprochement s’opère sous la forme d’une synonymie : figuramque corporis habilem et aptam.

63 Voir sur ce point l’apparat de Lindsay-Kauer 1973 ad loc.

64 Certains soupçonnent ces notations de masquer en réalité des corrections postérieures, mais sans vraiment convaincre, voir D. Reeve 1978 et D. Reeve 1979.

65 V, qui souvent pourtant fournit un bon texte, se trompe de manière révélatrice sur le lemme et recopie habitior alors qu’il écrit correctement habilem dans le commentaire.

66 Aucune variante significative n’est à noter chez Servius dont le texte est ici consensuel, alors qu’on voit bien combien la transmission de ce passage de Donat est désordonnée.

67 On peut aussi considérer que Donat faisait ce commentaire dans son commentaire virgilien et que le modo du commentaire térentien est en fait un renvoi à son autre commentaire, ou bien encore que, dans une version plus développée du commentaire térentien dont le commentaire actuel est l’abrégé, le modo était éclairé d’un ut Vergilius suivi du vers commenté par l’auctor. Tout cela demeure évidemment indémontrable.

68 Il nous semble qu’il faut voir là encore un exemple de l’acribie de cette copie (la seule ou presque à tenter de restituer le grec) et de la valeur de son texte et de ceux qui se rapprochent de lui, voir à ce sujet D. Reeve 1979.

69 Nous préférons ce terme à celui d’archétype pour des raisons qui se trouvent clairement exposées dans D. Reeve 1979 et D. Reeve 1978. La transmission des commentaires est bien plus complexe que ne le pensait Wessner et rend sans doute nécessaire la reprise au moins partielle de son édition.

70 Schoell athétise le mot petitores et ce choix est repris par Thilo-Hagen, mais la suite de notre analyse va montrer qu’il est absurde de le faire.

71 Les passages en droit dans Donat signalent, comme plus haut, la version augmentée qui se lit dans le manuscrit V et que l’on désigne d’ordinaire sous le nom de « seconde main ». Sur cette main, voir Wessner 1902, xi. Souvent parfaitement inutiles, les ajouts de cette « main » sont parfois, comme ici, d’un intérêt certain. Il est toutefois extrêmement difficile de la dater et même d’en déterminer l’origine. Wessner lui-même n’est pas très clair sur la manière dont il traite ces passages. Il n’est pas lieu ici d’ouvrir ce débat. Nous nous bornons à considérer ces « ajouts » comme une strate de rédaction de ce que nous lisons aujourd’hui.

72 procacibvs avstris perseverantibus.Procax au sens propre petax (demandeur) ; de fait, procare est synonyme de petere (demander), d’où vient le mot proci qui désigne les demandeurs. D’autres disent que procax ici vaut pour « impudent ».
procax « voleuse », « demandeuse » ; procare est en effet synonyme de petere (demander) 3 virgile procacibus austris autrement dit « impudents » ; car celui qui demande beaucoup est impudent et demandeur. C’est pour cela qu’on appelle proci ceux qui réclament en mariage les filles des autres.

73 Encore que le manuscrit de Servius L selon la nomenclature de Thilo-Hagen donne bien uxorum petitores qui paraît raisonnablement plausible.

74 La synonymie proposée par l’auctor peut provenir de Charisius 1964 (GLK 1, 423, ou 437), mais on en voit trace chez Porphyrion 1967, Ep. I, 17, 43 : Iam praecipit dicens uerecundiam plus prodesse apud maiores amicos, quam procacem inpudentiam, praesertim cum tacentibus magis quam poscentibus largiantur.

75 Sans doute faut-il mettre cela en lien avec la présence massive et inédite de Térence. Voir R. Lloyd 1961, p. 322 : « These factors indicate some special interest in Terence on the part of the source commentary. Nowhere among grammarians before Servius do we find a preponderance of quotations from Terence over Plautus ».

76 Nous excluons ici la « seconde main » de Donat encore postérieure, mais dont les ajouts n’ont rien de l’ampleur du travail opéré par l’auctor.

77 Sur cette notion et ses variations, voir R. Kaster 1978 et R. Kaster 1988.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Tableau récapitulatif des citations.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 2 : La pratique de l’auctor concernant les citations explicites de Térence.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38289/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 3 : Présence de Térence dans le commentaire d’Én. IV.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38289/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 4 : Présence allusive du commentaire comparée aux citations térentiennes de type Tér. et Tér. + Don.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38289/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 5 : Impact du commentaire de Donat sur Servius et Servius auctus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/38289/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540