Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Servius et les autres scoliastes

Servius et Donat

Louis Holtz

Texte intégral

Servius héritier d’une tradition

  • 1 Holtz 1981, in-4°, XIX + 750 p. + 8 pl., notamment p. 223-230.

1En étudiant la transmission des grammaires de Donat1, j’ai avancé l’hypothèse que Servius, une ou deux générations après Donat, avait trouvé l’Ars minor et l’Ars maior déjà bien ancrées dans la tradition pédagogique romaine. Et par « romaine », j’entends au premier chef la ville de Rome. Servius, grammaticus urbis Romae comme Donat, marche donc dans les pas de son prédécesseur pour l’enseignement théorique de la grammaire.

2C’est lui qui écrit le premier commentaire de l’Ars Donati, et même il complète l’enseignement de Donat, notamment pour la métrique, en publiant trois petits traités, l’un consacré à la prosodie, le De finalibus et deux aux schémas métriques, le De centum metris, et le De metris Horatii. Les écrits théoriques de Servius, formant corpus avec ceux de Donat ou transmis dans le voisinage de ceux de Donat, vont contribuer à diffuser l’Ars Donati dans tout l’Empire romain.

3Dès la fin du ive siècle dans la partie orientale la grammaire de Diomède avait déjà reflété partiellement celle de Donat à qui elle emprunte directement, et au début du siècle suivant le manuel du grammaticus urbis Romae trouvait également écho en Gaule avec l’Ars de Consentius. Au long du ve siècle la diffusion s’élargit avec l’Afrique grâce au commentaire de Pompée et à la fin du siècle, l’Ars Donati est commentée mot à mot à Constantinople même, près du Palais, par Clédonius. Enfin dans le premier quart du vie siècle toujours à Constantinople, Priscien évoque l’Ars Donati à plusieurs reprises dans son Ars. De plus, il se produit une sorte d’agglutination, au point que Pompée par exemple commente l’Ars Donati à travers le commentaire que Servius en avait écrit. Il semble du reste que le commentaire de Servius aux Artes de Donat ne nous soit parvenu que sous une forme condensée, incomplète donc.

4Ce qu’il en est pour l’enseignement théorique de la grammaire se répète pour le commentaire des auteurs, car la pédagogie du grammaticus est fondée depuis les temps hellénistiques sur le contact des élèves avec les poètes classiques et dans une moindre mesure, avec les historiens. Voilà quelle est, plus encore que les Artes, la véritable base de l’enseignement grammatical dans l’Antiquité tardive et quand on parle de Servius, il ne faut pas l’oublier, c’est un grammaticus. De la même façon que Servius a mis ses pas dans les Artes de Donat, il commente Virgile en ayant en mains le commentaire virgilien de Donat, aujourd’hui perdu, mais également le commentaire de Térence, que nous avons conservé pour la plus grande part.

  • 2 Environ 50 % pour Virgile, environ 25 % pour Térence.

5Rien de nouveau dans cette dualité de fonction. Et pendant toute l’Antiquité tardive il en sera ainsi du programme des classes de grammaire, jusques et y compris chez un maître comme Priscien qui, sans composer de commentaire suivi des œuvres de Virgile et de Térence, d’une part emprunte à ces deux seuls auteurs les trois-quarts des exempla latins de son Ars immense en 18 livres – ainsi dans son livre XVII, qui fonde la syntaxe latine, 75 % de ses exemples sont empruntés à Virgile et à Térence2 -, et d’autre part il consacre à l’un comme à l’autre une œuvre technique, portant pour Térence sur la métrique, le De metris Terentii, et pour Virgile sur l’analyse du vers initial de chacun des douze chants de l’Énéide, les Partitiones duodecim uersuum Aeneidos principalium.

6Le phénomène d’agglutination qui vaut pour les Artes vaut aussi pour les commentaires. Il est rendu possible par le triomphe du codex sur le uolumen à la fin de l’Antiquité : on peut désormais faire tenir sur un même support des textes d’auteurs différents relevant d’un même genre littéraire. La riche exégèse virgilienne de l’Antiquité tardive n’a pas disparu durant le haut Moyen Âge, mais elle est parvenue à l’époque carolingienne plus ou moins défigurée : certains textes se sont perdus, d’autres sont devenus anonymes, d’autres ont connu de fortes interpolations.

Servius genuinus et Servius auctus

  • 3 J’appelle Servius auctus le texte de Servius augmenté des suppléments, et Servius Danielis les supp (...)
  • 4 Je signale à cette occasion que le centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours et nommém (...)

7Je n’ai pas la prétention de régler aujourd’hui les problèmes posés par le commentaire virgilien de Donat, encore moins de ressusciter ce texte qui nous manque beaucoup. Nous avons de bonnes raisons de penser qu’il survivait encore au ixe siècle. Pour le commentaire virgilien de Servius a joué le phénomène d’agglutination, mais le texte authentique nous en est parvenu intact. Toutefois, dans une partie notable des manuscrits serviens, le texte est supplémenté par des extraits d’un autre commentaire, le Servius Danielis, du nom du prévôt de l’abbaye de Fleury-sur-Loire qui dans les années 1600 a mis au jour ce Servius auctus3. Pierre Daniel d’Orléans était un homme passionné de grammaire et nous reconnaissons encore abondamment sa main dans les manuscrits grammaticaux de Fleury qu’il a annotés et dont a hérité par l’intermédiaire du fonds Bongars la Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne. Pierre Daniel d’Orléans est une personnalité qui mérite une étude approfondie, et pour tout dire une thèse4, car son nom compte beaucoup dans la survie de la bibliothèque de Fleury.

  • 5 Ces gloses ont bénéficié récemment de deux éditions, cf. Baschera 1999, Lunelli 2001.
  • 6 Baschera 2000.

8L’hypothèse selon laquelle le texte ajouté au commentaire de Servius serait pour une large part formé d’éléments en provenance du commentaire perdu de Donat est loin de faire l’unanimité. Et certes il n’y avait pas dans l’antiquité tardive que deux commentaires virgiliens en circulation, ce que nous confirment les gloses de l’écriture inférieure du Virgile palimpseste de Vérone5, sans parler du commentaire de Iunius Philargyrius aux Bucoliques. Claudio Baschera a relevé des affinités entre le Servius Danielis et certaines des gloses de Vérone6.

9Et donc, délaissant le problème ardu et incertain que pose le Servius Danielis, ma contribution portera uniquement sur les relations que nous pouvons identifier entre le commentaire virgilien de Donat et celui de Servius : la comparaison des deux textes là où c’est possible, les citations que Servius fait du commentaire de Donat, sa source principale, et incidemment les informations sur la tradition exégétique de Virgile que Servius a pu recueillir de Donat.

La survie du début du commentaire virgilien de Donat

10Commençons par la mise en parallèle des deux commentaires. C’est possible sur un tout petit espace, celui de la vie du poète et de l’introduction aux Bucoliques.

11En effet dire que le commentaire virgilien de Donat s’est perdu n’est pas tout à fait exact, car il en subsiste le début, si l’on veut bien considérer le contenu du ms Paris BnF, lat. 11308 du ixe siècle. Ce manuscrit est un recueil d’exégèse virgilienne antique fait de pièces et de morceaux. Il provient, d’après François Dolbeau, de Saint-Remi de Reims, mais les gloses irlandaises qui accompagnent les deux premiers textes qu’il contient, le commentaire de Philargyrius aux Bucoliques et la Breuis expositio anonyme aux Géorgiques, lui confèrent, au moins partiellement, une ascendance insulaire indubitable. Le manuscrit contient ensuite la Vita Donati de Virgile précédée de la lettre de Donat à Flavius Munatius, enfin une collection de gloses à Aen. I-V.

  • 7 Imitant d’instinct Donat, saint Jérôme, son élève, complètera un peu plus tard la traduction latine (...)

12Au centre du manuscrit la partie proprement donatienne est brève et, comme la plupart des autres pièces, tronquée. La Vita Donati nous est transmise par plusieurs autres manuscrits, mais notre Parisinus 11308 est le seul à conserver, en tête de la Vita du poète, cette lettre-dédicace du commentateur. La Vita Donati, de son côté, est faite de deux parties, que les copistes n’ont pas su nettement séparer : la vie du poète d’une part, rédigée par Donat à partir de la biographie de Suétone7 et d’autre part le début du commentaire donatien aux Bucoliques.

  • 8 Elle manque en tête de la Vergilii uita de commentario Donati sublata dans ses Scholia Bernensia ad (...)

13Il est étonnant que Hagen, grand éditeur de ces textes, n’ait pas donné toute son importance à la lettre de Donat à Munatius8 Car la suite formée 1) par la lettre-dédicace 2) la Vita Donati et 3) le début du commentaire aux Bucoliques restitue dans ce codex les premiers feuillets du commentaire perdu de Donat, avec sa structure de type hellénistique et l’ordre adopté des œuvres commentées, c’est-à-dire l’ordre chronologique de composition, justifié (a posteriori) par une certaine conception de l’histoire même de l’humanité prêtée au poète.

L’ordre du commentaire servien

  • 9 cela ne fait aucun doute : outre les manuscrits, nous avons le témoignage de Servius lui-même qui é (...)

14Servius, lui, adopte un ordre différent, et place en tête de son commentaire l’Énéide9, mais sans apporter dans ses textes liminaires de justification à ce changement. Et pourtant ce changement de disposition est très significatif. Servius vit dans le sillage des grands aristocrates de son temps, les acteurs de ce qu’on a appelé « la réaction païenne », qui prônent le retour aux traditions du passé et l’exaltation de la gloire de Rome, de ses dieux tutélaires, ainsi que de la grande littérature classique, en réaction contre les chrétiens, leur puissance envahissante et le poids toujours plus grand de leur littérature. Pour lui, Virgile c’est avant tout l’auteur de l’Énéide.

  • 10 Ce rappel ne se lit pas dans la vita vergilii de Servius en tête de son commentaire à l’Énéide.
  • 11 Et dicit Donatus, quod etiam in poetae memorauimus uita, in scribendis carminibus naturalem ordine (...)

15Cela ne l’empêche pas de rappeler, dans l’introduction à son propre commentaire des Bucoliques, le plan de Donat : « Et précisément, écrit-il, comme nous l’avons rappelé dans la vie du poète10, Donat dit qu’en écrivant ses poèmes, Virgile a suivi l’ordre de la nature : en effet on a eu d’abord la vie pastorale dans les montagnes, puis la passion pour la culture des champs et ce n’est qu’en dernier lieu qu’on a connu le souci des guerres11 ». Il ne s’agit pas à proprement parler d’une citation mais d’un résumé. Voici ce qu’avait écrit Donat :

Il sera tout à fait probable que le poème bucolique tire son origine des premiers temps de l’humanité, où régnait la vie pastorale et que de ce fait c’est une espèce de siècle d’or que l’on reconnaît dans la simplicité des personnes et que Virgile, qui avait l’intention de passer à d’autres genres poétiques ne pouvait commencer que par la vie qui avait été la première sur la terre. Car par la suite les champs ont été cultivés et finalement des guerres entreprises pour la conquête des champs cultivés et fertiles. C’est ce que Virgile, semble-t-il a voulu montrer, dans la succession même de ses œuvres en chantant d’abord les bergers, puis les agriculteurs et finalement les guerriers.

  • 12 Cf. Georg. iv, 566 faisant écho à Buc. I, 1.
  • 13 Sur les attestations de ces vers supposés dans l’Antiquité, je renvoie à l’édition complète de Virg (...)

16En fait, cette conception de l’évolution de l’humanité qui aurait guidé la création poétique de Virgile a pour origine première le fait que la critique scolaire a voulu relier l’Énéide aux deux œuvres précédentes de la même façon que le poète lui-même avait pris soin de relier les Géorgiques aux Bucoliques en terminant les Géorgiques par l’écho du premier vers de la première Bucolique12. D’où l’interpolation de quatre vers en tête de l’Énéide, qui selon la Vita Donati seraient authentiques13 mais qu’aurait supprimés Varius :

  • 14 « C’est moi celui qui après avoir fredonné mon poème sur un sobre pipeau et être sorti des forêts, (...)

Ille ego qui quondam gracili modulatus auena
Carmen et egressus siluis uicina coegi
Vt quamuis auido parerent arua colono
Gratum opus agricolis, at nunc horrentia
Martis Arma uirumque cano14.

Comparaison des deux rédactions

  • 15 Donat, introduction aux Bucoliques, in h. HagenScholia Bernensia p. 70 sq., § 47 (80), Servius, in (...)

17Comparons maintenant le déroulement initial des deux commentaires15, puisque nous pouvons mettre en parallèle chez nos deux auteurs à la fois leur Vita poetae, le plan de leur introduction et le début de leur commentaire aux Bucoliques :

18Pour les deux Vitae respectives, le contraste entre les quelques notations laconiques de Servius et l’ampleur de la Vita Donati est le plus frappant. Celle-ci est riche de renseignements sur la transmission de l’œuvre de Virgile et notamment de l’Énéide et reflète une partie de l’érudition antique sur le poète. La mise en page de l’édition Thilo-Hagen I, 1, 3 à 3, 22 + 22 app. cr., de Vergilii haec uita est à pascua rura duces, fait mal apparaître la brièveté de la vie du poète chez Servius, incomplète dans les mss. les plus anciens.

19Le même contraste caractérise l’introduction méthodologique chez les deux commentateurs :

Donat
Quoniam de auctore summatim diximus de ipso carmine iam dicendum est, quod bifariam tractari solet, id est ante opus et in ipso opere. Ante opus titulus causa intentio. ‘Titulus’in quo quaeritur cuius sit quid sit ; ‘causa’, unde ortum sit et quare hoc potissimum sibi ad scribendum poeta praesumpserit ; ‘intentio’in qua cognoscitur, quid efficere conetur poeta. In ipso opere sane tria spectantur : numerus, ordo, explanatio.

Servius
In exponendis auctoribus haec consideranda sunt : poetae uita, titulus operis, qualitas carminis, scribentis intentio, numerus librorum, explanatio.

20Chez Donat cette partie technique est, là aussi, beaucoup plus développée. Il est un point sur lequel les deux plans divergent, au moins en apparence : causa de Donat (les circonstances qui ont motivé la création de l’œuvre) n’explique pas qualitas (le genre de l’œuvre) chez Servius. Mais en fait, concernant les Bucoliques, Servius et Donat traitent l’un et l’autre de l’origo, qui, comme Donat l’indique fait partie de ‘causa’.

21Si nous comparons maintenant le contenu de l’introduction aux Bucoliques chez les deux auteurs, la dépendance de Servius par rapport à Donat apparaît nettement :

Donat
‘causa’ dupliciter inspici solet, ab origine carminis et a uoluntate scribentis.
Originem autem bucolici carminis alii ob aliam causam ferunt.
Sunt enim qui a Lacedaemoniis pastoribus Dianae primum carmen hoc redditum dicant, cum eidem deae per bellum quod toti Graeciae illo tempore Persae inferebant, exhiberi per uirgines de more non posset.

Servius
Huius autem carminis origo uaria est. Alii dicunt eo tempore quo Xerxes, Persarum rex, inuasit Graeciam, cum omnes intra muros laterent nec possent more solito Dianae sacra persolui, peruenisse ad montes Laconas rusticos et in eius honorem hymnos dixisse.

22On constate par ce premier exemple que nous sommes en présence d’une réécriture de la part de Servius de ce qu’il trouve chez Donat. Les autres origines possibles du carmen bucolicum sont énoncées chez les deux auteurs dans le même ordre :

232) chants d’origine sicilienne en l’honneur de Diane liés à un épisode de la vie d’Oreste

  • 16 Rédaction tout à fait proche. Donat (Hagen, Scholia Bernensia p. 72, § 53) : alii Apollini Nomio pa (...)

243) en l’honneur d’Apollon Nomios, dieu des bergers16

254) en l’honneur de Liber, dieu des nymphes et des Satires

  • 17 Omis par Servius, mais en fait joint par lui à l’hypothèse suivante, dans la mesure où Daphnis appa (...)

265) en l’honneur de Mercure, père de Daphnis17

276) en honneur de Pan, de Silène, de Silvain et des Faunes.

28Le commentaire de Servius nous apparaît donc, rien qu’à ces quelques exemples de confrontation, comme le raccourci ou la rédaction simplifiée de celui de Donat. Mais Servius le plus souvent récrit sa source.

Mentions de Donat chez Servius

29Servius Danielis ne mentionne jamais Donat. Cette constatation peut s’interpréter de deux façons : il peut s’agir soit d’un texte de Donat luimême, soit d’extraits d’un commentaire antérieur à Donat, ce qui est le plus probable.

  • 18 Les gloses ont été étudiées par Pierre-Yves Lambert, Les Gloses celtiques aux commentaires de Virgi (...)

30Tout autrement se présente par rapport à Donat l’authentique Servius, tel qu’il est transmis par les manuscrits18 qui n’ont pas été interpolés et ne comportent pas les suppléments. Chez Servius le nom de Donat est prononcé 48 fois, 4 fois dans les Bucoliques, 9 fois dans les Géorgiques, 35 fois dans l’Énéide. Aucune autre source n’est mentionnée par Servius aussi souvent, et de plus, c’est la plus récente, la plus proche de lui, ce qui amène à conclure logiquement que Donat est la source principale de Servius lorsqu’il commente Virgile.

31Ces références à Donat puisées directement par Servius dans l’œuvre de son prédécesseur sont suffisamment nombreuses pour nous laisser entrevoir un peu sinon ce qu’était le commentaire virgilien de Donat, du moins dans quel esprit Servius utilise cette source.

32Les 48 mentions de Donat chez Servius peuvent être rangées en trois catégories :

  • ou bien Servius approuve Donat, soit qu’il se range à son avis explicitement, ce qui est rare car une seule fois seulement il le félicite en écrivant bene dicit Donatus, soit qu’il adopte son interprétation sans la commenter : 10 occurrences en tout ;
  • ou bien Servius cite l’interprétation de Donat à côté d’une autre, sans prendre parti : 8 occurrences ;
  • ou bien, et c’est de loin la majorité des cas, Servius critique Donat et rejette son interprétation : 28 occurrences.

Servius, critique de Donat

33Je ne passerai pas en revue chacun des renvois de Servius à Donat, mais je vais me borner à méditer sur la critique que Servius fait de l’exégèse donatienne.

34Les formules employées par Servius pour rejeter l’interprétation de son prédécesseur ne sont pas tendres, comme on le voit à la lecture du tableau suivant :

Quod dicit (ait) Donatus [...] non procedit : Aen. VII, 563 ; VIII, 373 ; IX, 361 ; IX, 760 ; XII, 514 ; Georg., II, 4.
Quod dicit (ait) Donatus [...] non probatur : Aen. III, 242.
Quod dicit (ait) Donatus [...] ratione caret : Aen. II, 557.
Donatus contra metrum sensit : Aen. II, 798 ; VIII, 642.
Secundum Donatum ‘late patet’ non stat uersus : Aen. III, 535.
Male sentit Donatus : Aen. III, 636.
Donatus contra metrum sentit : Aen. VIII, 642.
Donatus male ait : Aen. VI, 623 ; X, 331 ; XII, 366 ; Georg., I, 425.
Male intellexit Donatus, dicens : Aen. IX, 672.
Non, ut Donatus ait : Aen. VII, 1.
Donatus stulte sensit : Aen. XI, 31.
Donatus errauit, dicens : Aen. XI, 316.
Sciendum errasse Donatum : Aen. XII, 365.
Frustra ait Donatus : Aen. XI, 124.
Superfluum est quod ait Donatus : Aen. XI, 318 ; XII, 529.
Donatus dicit [...] sed melius : Aen. IX, 544 ; X, 463 ; Georg., II, 324.

35Ces critiques, formulées sans ménagement à l’égard d’un prédécesseur pourtant largement célèbre, ressortissent à plusieurs griefs plutôt dispersés, mais il en est un qui est plus spécifique et sur lequel je m’arrêterai parce qu’il porte sur la prosodie et donc sur la métrique.

36Je donnerai deux exemples. Ainsi Aen. II, 557 :

regnatorem Asiae. Iacet ingens litore corpus

37Il s’agit du vieux Priam, que Pyrrhus vient d’exécuter sauvagement : « Il gît sur le rivage, tronc énorme ». Donat ayant par le contexte dans l’idée que Pyrrhus vient d’immoler Priam à Achille son père voit dans le mot litore un dérivé du verbe litare, un terme de la langue religieuse, qui signifie obtenir un présage favorable de la part d’un sacrifiant. Peut-être influencé par le mot lituus, il invente un sens religieux de litus litoris qui signifierait l’espace devant l’autel du sacrificateur, sans voir que la syllabe li dans litare est brève, alors que dans litus, -oris elle est longue. Or au dactyle cinquième c’est bien une longue qui est nécessaire pour l’équilibre du vers. Un vrai contre-sens donc, doublé d’une cacophonie rythmique si l’interprétation de Donat était la bonne.

Quod autem Donatus dicit,‘litus’ locum esse ante aras a litando dictum, ratione caret, nam a litando ‘li’ breuis est et stare non potest uersus.

Ce que dit Donat, que litus est l’espace devant les autels, dérivé du verbe litare, est dépourvu de raison car ‘li’ de litare est bref et le vers est en déséquilibre (stare non potest). Il est bancal.

38Examinons un second exemple : Aen. II, 798 :

Collectam exilio pubem, miserabile uolgus

39Énée est allé à la recherche de Créüse, il ne l’a pas retrouvée mais elle lui est apparue, lui a prédit son avenir en Hespérie. Il retourne alors auprès de ses compagnons. « J’eus la surprise, dit-il, de trouver leur nombre grossi de nouvelles recrues...

[...] matresque uirosque
Collectam exilio pubem, miserabile uolgus
des mères, des guerriers, une jeunesse rassemblée exilio, foule misérable.

40Comment interpréter exilio ? Donat l’écrit en deux mots, une foule rassemblée hors d’Ilion, en provenance d’Ilion, autre mot pour désigner Troie. Interprétation logique, mais erronée, comme le remarque Servius : Donatus contra metrum sensit, « Donat a compris à l’encontre du mètre » dicens exilio quasi de Ilio, « en disant ex Ilio comme s’il y avait de Ilio », nam longa est, « car le (premier) i (de Ilion) est une longue », or il faut une brève pour former le dactyle. Noter le style télégraphique, qui prouve que les élèves de Servius, formés à la métrique, saisissent à demi-mot ces problèmes. Et donc il faut comprendre, en fonction de l’exigence du mètre : « une foule rassemblée » exilio, datif de exilium, « pour l’exil ».

41Là encore, Donat s’est laissé influencer par le sens, sans tenir compte du mètre, et c’est une faute grave, surtout pour un grammaticus, et un grammaticus de sa trempe, de ne pas être gêné par un hexamètre qui comporterait le schéma crétique d’une brève coincée entre deux longues.

42Il faut pourtant se rappeler (mais cela n’excuse pas Donat) qu’à partir du iiie siècle de notre ère dans le monde romain, sous l’influence du monde grec où c’est commun, les livres sont écrits en scriptio continua (c’est le cas de nos mss de Virgile de l’Antiquité tardive). Dans l’exemplaire de Donat, on pouvait lire aussi bien en deux mots ex Ilio qu’en un seul mot ce qu’on voyait écrit, puisque les mots n’étaient pas séparés par des blancs.

  • 19 Outre les deux exemples cités, Servius corrige Donat pour les mêmes erreurs portant sur les exigenc (...)

43Nous retrouvons donc ici peut-être un Servius auteur de traités de prosodie et de métrique, réagissant contre la perte de conscience de la quantité des syllabes, qui commençait à caractériser son époque, ce qui finira par exemple par réduire dans le haut Moyen Âge les comédies de Térence à des ouvrages en prose. Il est quand même difficile d’admettre qu’un grammairien comme Donat, qui rappelle à la fin de son introduction aux Bucoliques les règles de l’hexamètre, puisse être accusé d’ignorance en ces matières. Servius accuse, mais ne cite pas vraiment Donat dans ces passages. De plus dans l’ensemble de son commentaire Servius ne reprend Donat sur un point de métrique que cinq fois19. Il ne faut donc pas se laisser impressionner et en tirer des conclusions alarmantes sur l’enseignement de Donat.

44Par rapport à ce reproche les autres critiques de Servius à l’égard de son prédécesseur semblent mineures, car elles concernent des détails souvent microscopiques : étymologie fallacieuse (mais qui en ce domaine est sans reproche ?), erreurs portant sur la géographie ou la mythologie, emploi contestable d’un comparatif, différences d’appréciation. Tout cela est sans conséquence et l’on est en droit de s’interroger sur ce qui distinguait vraiment les deux commentaires.

45D’une part le commentaire de Servius nous apparaît suivre à la trace celui de Donat, tout en étant en réduction par rapport à lui, et d’autre part l’auteur semble vouloir se mettre en valeur par rapport à son prédécesseur.

Servius et ses sources

46Il est quelques points sur les quels l’interprétation de Virgile diverge fortement et à propos desquels Servius fait appel à plusieurs sources à la fois, Donat d’une part, Probus et / ou Asper de l’autre. Ces deux auteurs sont beaucoup plus éloignés de lui dans le temps que Donat. Probus vivait au ier siècle de notre ère, Asper au iiie.

47Voici un passage qui pourrait rendre compte de la position de Servius par rapport à ses devanciers.

  • 20 Dans la tradition proprement virgilienne seul le Mediceus offre le bon texte, ce qui suggère que l’ (...)

48En Aen. VII, 543 les manuscrits de Virgile et semblablement les commentateurs divergent sur l’établissement comme sur l’interprétation du texte du poète20. Allecto s’adresse à Junon :

  • 21 Firmiani est une addition de Servius Danielis. est-ce le vrai nom de l’auteur de ce commentaire ?

Et caeli convexa per avrasProbus, Asper, Donatus dicunt hoc loco ‘per’ bis accipiendum, ut ‘adloquitur Iunonem per caeli conuexa et per auras’. Potest tamen esse exepegesis ‘per auras’ id est ‘per caeli conuexa’. Nec enim aliud sunt aurae. Dicit etiam quidam commentarius – Firmiani21 - ‘conuecta’ legendum, ut sit ‘ipsa conuecta’ : quod difficile in exemplaribus inuenitur.

Probus, Asper, Donat disent qu’en ce passage la préposition ‘per’ doit recevoir une double valeur : « elle s’adresse à Junon à travers la voûte du ciel et à travers les airs ». En effet les airs ce n’est rien d’autre. On peut avoir aussi le recours à la figure explicative : « à travers les airs, c’est-à-dire à travers la voûte du ciel ». Un commentaire (celui de Firmianus) dit également qu’on doit lire ‘conuecta’ « transportée », au sens de ‘Allecto s’étant transportée’, leçon qu’on trouve difficilement dans les manuscrits ».

  • 22 Les éditeurs modernes rétablissent caeli conuersa per auras. seul G.B. conte (teubneriana 2009) en (...)

49Il s’agit en fait de savoir si le participe en -a (on a le choix entre conuexa, conuecta et conuersa) représente un neutre pluriel à l’accusatif ou un nominatif féminin singulier en accord avec le sujet Allecto. L’interprétation des trois commentateurs est surprenante car grammaticalement inacceptable. Firmianus, lui, propose une conjecture de bon sens mais elle se heurte aux témoins manuscrits. Seule la première main du Mediceus conserve la bonne leçon, conuersa22.

50Les trois sources auxquelles se réfère Servius sont ici indiquées dans l’ordre chronologique. Vraisemblablement Donat lui-même se ralliait à l’hypothèse de ses deux prédécesseurs et c’est chez lui que Servius aura recueilli leur témoignage. On sait que Donat utilisait également les commentaires térentiens de Probus et d’Asper.

51On retrouve les doubles témoignages de Probus et d’Asper en Aen. X, 539, d’Asper et de Donat en Georg. II, 324, de Probus et de Donat en Aen. VI, 177.

52Ces rencontres donnent à penser que les 20 références de Servius à Probus et ses 16 références à Asper sont toutes issues du commentaire perdu de Donat alors même que le nom de l’intermédiaire qu’est Donat n’est que çà et là mentionné. La constatation que l’on trouve également cité Probus 15 fois et Asper 3 fois dans le Servius Danielis ne s’oppose pas à cette hypothèse si le Servius Danielis est bien, comme je le pense, un commentaire antérieur à celui de Donat.

53On peut facilement admettre qu’il en est ainsi pour tout le commentaire servien : son auteur utilise abondamment sa source principale, Donat, beaucoup plus riche que lui en dépit de ses critiques et de ses réécritures, mais est loin de renvoyer à Donat chaque fois qu’il lui fait un emprunt.

Notes

1 Holtz 1981, in-4°, XIX + 750 p. + 8 pl., notamment p. 223-230.

2 Environ 50 % pour Virgile, environ 25 % pour Térence.

3 J’appelle Servius auctus le texte de Servius augmenté des suppléments, et Servius Danielis les suppléments eux-mêmes. Dans l’édition Hagen le Servius auctus correspond à l’ensemble texte en romain et texte en italique : en romain le Servius authentique, en italique le Servius Danielis.

4 Je signale à cette occasion que le centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours et nommément le professeur Marie-Luce Demonet a lancé, en collaboration avec madame Nebbiai Dalla Guarda, directeur de recherche émérite à l’institut de recherche et d’histoire des textes, un candidat sur ce sujet, qui portera à la fois sur la correspondance de Pierre Daniel et sur les mss qu’il a possédés et annotés.

5 Ces gloses ont bénéficié récemment de deux éditions, cf. Baschera 1999, Lunelli 2001.

6 Baschera 2000.

7 Imitant d’instinct Donat, saint Jérôme, son élève, complètera un peu plus tard la traduction latine de la chronique d’Eusèbe de Césarée, en empruntant comme lui à Suétone les traits saillants de la biographie des grands écrivains de la Rome classique.

8 Elle manque en tête de la Vergilii uita de commentario Donati sublata dans ses Scholia Bernensia ad Vergilii Bucolica atque Georgica Leipzig, 1867, reprod. olms, Hildesheim, 1967, p. 64.

9 cela ne fait aucun doute : outre les manuscrits, nous avons le témoignage de Servius lui-même qui écrit dans son introduction au commentaire des bucoliques : poetae uitam in aeneide diximus (II, 3, 24).

10 Ce rappel ne se lit pas dans la vita vergilii de Servius en tête de son commentaire à l’Énéide.

11 Et dicit Donatus, quod etiam in poetae memorauimus uita, in scribendis carminibus naturalem ordinem secutum esse Vergilium : primo enim pastoralis fuit in montibus uita, post agriculturae amor, inde bellorum cura successit.

12 Cf. Georg. iv, 566 faisant écho à Buc. I, 1.

13 Sur les attestations de ces vers supposés dans l’Antiquité, je renvoie à l’édition complète de Virgile de Mario Geymonat. Leur invention semble tardive et nous savons que dès le début l’épopée virgilienne était désignée par son incipit Arma uirumque.

14 « C’est moi celui qui après avoir fredonné mon poème sur un sobre pipeau et être sorti des forêts, ai contraint les campagnes voisines à obéir au cultivateur en dépit de son avidité, une œuvre faite pour la joie des habitants des champs, mais voici qu’à présent ce sont les armes horrifiantes de mars que je chante et le héros […] ». Le premier de ces vers est cité par un grand nombre de traités de grammaire pour la jointure spécifique ille ego qui... (7 occurrences dans l’ars de Priscien dont 5 pour le seul livre XVII), savoir une gestion deïctique du pronom personnel de la première personne.

15 Donat, introduction aux Bucoliques, in h. HagenScholia Bernensia p. 70 sq., § 47 (80), Servius, introduction à l’Énéide ; Thilo-Hagen I, 1, 1-3. Chez Donat l’introduction générale du commentaire se trouve placée en tête des bucoliques, chez Servius en tête de l’Énéide.

16 Rédaction tout à fait proche. Donat (Hagen, Scholia Bernensia p. 72, § 53) : alii Apollini Nomio pastorali scilicet deo, qua tempestate Admeto pecora pauerat. Servius (Thilo-Hagen, III, 1, 1sq.) : Alii non Dianae, sed Apollini Nomio consecratum carmen hoc uolunt, quo tempore Admeti regis pauit armenta.

17 Omis par Servius, mais en fait joint par lui à l’hypothèse suivante, dans la mesure où Daphnis appartient à ce qu’il nomme les rustica numina.

18 Les gloses ont été étudiées par Pierre-Yves Lambert, Les Gloses celtiques aux commentaires de Virgile, « Études celtiques » 28, 1986, p. 81-128, notamment p. 86 sq. Des trois témoins transmettant les mêmes textes et les mêmes gloses, l’auteur note que le Parisinus lat. 11.308 est le plus complet en ce qui concerne ces gloses. cette remarque concerne aussi les autres aspects du ms.

19 Outre les deux exemples cités, Servius corrige Donat pour les mêmes erreurs portant sur les exigences de l’hexamètre en aen. III, 535 où le texte adopté par son prédécesseur late patet offre un schéma crétique en début de vers ; même erreur de donat sur la scansion de l’adverbe late en Aen. III, 636 ; en Aen. VIII, 642, le reproche fait à donat d’avoir confondu citae avec un i long et citae avec i bref est moins fondé.

20 Dans la tradition proprement virgilienne seul le Mediceus offre le bon texte, ce qui suggère que l’erreur est très ancienne.

21 Firmiani est une addition de Servius Danielis. est-ce le vrai nom de l’auteur de ce commentaire ?

22 Les éditeurs modernes rétablissent caeli conuersa per auras. seul G.B. conte (teubneriana 2009) en s’inspirant de th. Schaper (6e édition des œuvres de Virgile par th. Ladewig, Berlin 1876) corrige caeli en caelo, datif de destination, et voit dans la forme caelo, rétablie par conjecture, la véritable origine de l’altération de conuersa en conuexa.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540