Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Méthode et philosophie de Servius

Éloge et défense dans le commentaire de Servius à l’Énéide

Séverine Clément-Tarantino

Texte intégral

  • 1 Primum igitur et ante omnia sciendum est quod materiae genus Maro noster adgressus sit ; hoc enim (...)
  • 2 L’édition utilisée du commentaire de Servius est celle de H. Hagen et G. Thilo. Les citations en la (...)
  • 3 La visée encomiastique du poème est réaffirmée ensuite ad Aen. I, 286, à propos de la prophétie de (...)
  • 4 Ainsi, dans le commentaire au chant III, Servius atténue au début la « faute » de Virgile qui a emp (...)
  • 5 Thomas 2001, ch. 3, p. 93 sqq.
  • 6 Le commentaire servien peut quelquefois venir renforcer les arguments des « pessimistes », lorsque (...)

1Dans un autre commentaire de l’Énéide auquel celui de Servius peut être utilement confronté, les Interprétations virgiliennes de Tiberius Claudius Donat, la prise en compte des genres épidictique et judiciaire est telle que l’on peut penser que, contrairement à ce qui est écrit au début de ce commentaire, l’Énéide relève au moins autant du judiciaire que de l’épidictique, qu’elle est au moins autant un discours composé pour la défense d’Énée qu’un long éloge de ce dernier (et d’Auguste à travers lui)1. S’agissant du commentaire de Servius2, bien connue est la définition qui y est donnée, pour commencer, de l’intentio de Virgile dans l’Énéide : imiter Homère et louer Auguste à partir de ses ancêtres, a parentibus3 Connue aussi est la dimension apologétique du commentaire, mais s’agissant peut-être plutôt de la façon dont le poète se trouve défendu par le commentateur4. La façon dont, aux yeux du commentateur, le poète défend ses personnages, encore plus son héros, n’a, quant à elle, pas échappé aux lecteurs modernes de l’Énéide, surtout lorsqu’ils se sont trouvés dans la nécessité de « choisir leur camp » entre les deux courants d’interprétation du poème et de la poésie de Virgile, naguère qualifiés de « pessimiste » et « optimiste ». Comme Richard F. Thomas l’a rappelé dans un chapitre de son ouvrage sur la réception augustéenne de Virgile5, les « leçons » de Servius peuvent en effet fournir un appui précieux aux « optimistes », ou, plus précisément6, à ceux qui lisent l’Énéide comme une épopée « augustéenne », qui ne s’écarte pas (trop) du but reconnu par Tiberius Donat comme par Servius, l’éloge d’Auguste fondé sur l’éloge d’Énée.

  • 7 Thomas 2001, dans son chapitre sur Servius, s’intéresse plutôt aux critiques d’Énée que présupposen (...)
  • 8 Le commentaire servien peut également révéler des reproches que les anciens faisaient, notamment, à (...)
  • 9 Sur la théorie de la uenia (status que Cicéron désigne de préférence par le terme concessio tandis (...)

2Si j’ai choisi de prolonger l’exposé de Richard F. Thomas7, ce n’est cependant pas en tant que lectrice optimiste de Virgile en quête d’arguments. C’est plutôt, en tant que lectrice de Virgile, dans le but pratique de fournir une vision d’ensemble de la façon dont un lecteur ancien de l’Énéide comme Servius appréhendait tel agissement d’Énée qui paraît ambigu, telle action représentée dans l’œuvre dont le caractère glorieux ne paraît pas évident ou pas incontestable8 J’ai, pour ce faire, relu le commentaire en y recherchant ce qui y faisait explicitement l’objet d’une « excuse » ou d’une « justification », sinon d’une authentique défense. (Le terme, ou le couple de termes, le plus représenté dans le commentaire est, en effet, excusatio / excusare, loin devant purgatio / purgare et defensio / defendere.)9 Les excusationes que j’ai recensées, en général, répondent moins à de véritables accusations qu’à des uituperationes ou autres formes de critique. À côté de ce couple (excusatio / uituperatio), j’ai également relevé tout ce qui y a trait à l’éloge, et c’est de lui qu’il sera d’abord question.

L’épopée et ses éloges

  • 10 Voir notamment la Schol. Il. X, 14-16 (bT) et B. Hainsworth, The Iliad : a commentary. Books 9-12, (...)
  • 11 Un exemple peut être fourni par la première remarque présentée par le commentaire de Servius ad Aen(...)

3Les questions que je me suis posées en m’intéressant à ce qui relève de la laus sont, d’une part, si Servius peut avoir un caractère aussi « systématique » que Tiberius Donat dans sa façon d’identifier les passages élogieux (i.e. de voir de l’éloge, sinon partout, du moins dans beaucoup d’endroits où les modernes ne le soupçonneraient pas), d’autre part, en ayant à l’esprit les scholies homériques et la vision très partisane que les scholies à l’Iliade donnent d’un Homère absolument philhellène10, c’est la question de savoir si Énée et éventuellement, les Troyens, sont les seuls à être objets d’éloge d’après le commentaire, ou si celui-ci esquisse un portrait plus nuancé du poète à ce propos. À la première question, certaines scholies permettent au moins de ne pas répondre trop vite par la négative, ce « non » étant, en outre, sans doute à nuancer par la prise en compte du caractère plus « morcelé » (non continu et aux centres d’intérêt multiples) du texte de Servius par rapport à celui de Tiberius Donat11. La deuxième question a en fait davantage retenu mon attention, surtout en raison de la façon, de mon point de vue fort intéressante, dont le commentaire traite le personnage de Turnus.

  • 12 Voir ainsi ad Aen. II, 6 ; ad Aen. III, 57, où il s’agit des Troyens en général (de même pour Servi (...)
  • 13 Et sur le passage de l’Iliade où Achille prête ses armes à Patrocle (Il. XVI, 126 sqq.).

4À propos du v. 197 du chant II, Servius auctus met en valeur le fait qu’Énée reconnaît même le mérite de ses ennemis : bene utrique honorem uirtutis dat a quibus uictus est. « Il fait bien d’honorer le courage des deux guerriers par lesquels il a été vaincu » : le vers en question s’intègre à la remarque amère d’Énée selon laquelle la ruse de Sinon a eu raison d’un peuple que ni Achille ni Diomède, si forts fussent-ils, n’étaient parvenus à vaincre. Cette remarque demande sans nul doute à être appréciée par rapport au contexte énonciatif, c’est-à-dire le récit qu’Énée fait à Didon : au cours de ce dernier, comme cela est souligné à plusieurs reprises dans le commentaire, le héros cherche à donner de lui-même la meilleure image qui soit12. Qu’Énée veuille ainsi se présenter comme honnête et pour ainsi dire, bon perdant, ne diminue pas l’intérêt d’une scholie qui peut mettre sur la voie d’une impartialité de Virgile. Celui-ci ne serait pas pro-troyen au point de refuser de prêter des qualités aux adversaires d’Énée, Grecs ou Rutules. En réalité, il y a, dans le commentaire du même chant 2, une remarque qui invite à la nuance, et qui ne manque pas de faire sourire : elle concerne le v. 275, l’expression exuuias indutus Achillis en particulier. Hector qui apparaît en songe à Énée a sur lui les dépouilles d’Achille. D’après le commentateur, « il [Énée ou Virgile, comme souvent, il nous revient de choisir] a dissimulé la mort de Patrocle pour accroître encore son mérite » (celauit autem mortem Patrocli ad laudis augmentum). Je comprends que le silence gardé sur Patrocle13 a la capacité de créer l’illusion qu’Hector a vaincu Achille. Au milieu de tant de remarques où la défaite des Troyens est « excusée » par Servius autant que, selon lui, par Virgile (cf. infra), celle-ci se distingue, en assurant une sorte de revanche aux Troyens.

  • 14 Voir encore, toutefois, la scholie ad Aen. IX, 742, où Servius récuse les vues de non idonei commen (...)

5Quoiqu’il ne s’agisse jamais de la transformer en son contraire, c’est-à-dire en hostilité déclarée vis-à-vis des ennemis d’Énée et des siens, l’impartialité de Virgile n’est, globalement, qu’une apparence au sein du commentaire14, mais ce, essentiellement pour une raison logique et rhétorique. Il s’agit en effet d’affirmer que, s’il arrive au poète de faire l’éloge de l’ennemi, c’est en considération du fait que l’éloge de celui qui affronte cet ennemi, Énée, en sortira grandi. L’ennemi en question est, en premier lieu, Turnus, et, bien que la question ne se pose pas vraiment avant le chant VII, voire avant le chant IX, ce « principe » est invoqué très tôt dans le commentaire, à propos de la Nymphe que Junon promet en mariage à Éole en échange de son aide contre les Troyens. Au v. 71 du chant 1, toutes les nymphes parmi lesquelles celle-ci, Déiopé, sera choisie, sont qualifiées de très belles, praestanti corpore. L’éloge des autres est bienvenu, dit Servius, parce qu’il permet d’accroître la gloire qui réside dans la beauté de l’élue, Déiopé. Le procédé est ensuite généralisé et illustré par un autre exemple : laudabilius enim est superare laudatos ut ipse ad maiorem Aeneae gloriam laudat et Turnum (« l’emporter sur des gens dont on a fait l’éloge est encore plus digne d’éloge : c’est ainsi que lui-même [Virgile] loue aussi Turnus, pour accroître la gloire d’Énée »).

  • 15 Voir aussi ad Aen. IX, 702. Ad Aen. X, 644, l’on voit que Servius n’a pas de difficultés à traiter (...)
  • 16 « Ici est discrètement montrée la gloire de Turnus, dont le violent assaut ne put être repoussé que (...)

6Les éloges de Turnus par Virgile (ou, discrètement, par Servius) se rencontrent en particulier au chant IX, de façon à peu près attendue puisque c’est le chant de l’aristie du chef rutule et de l’absence d’Énée. La forme la plus décisive et, en même temps, la plus traditionnelle, que prend cet éloge, est l’invocation aux Muses qui se trouve au début du chant IX15, en ouverture au récit de la métamorphose des vaisseaux : la question que le poète commence d’adresser aux Muses au v. 76 – quel dieu a empêché l’incendie de la flotte d’Énée ? – est interprétée en référence à Turnus, auquel il s’agit ici, à mots couverts, de rendre gloire, vu qu’il a fallu une intervention divine pour le repousser (hic autem gloria Turni latenter ostenditur, cuius uis nisi a numinibus repelli non potuit16).

7Mais la caractérisation de Turnus subit un changement assez net à partir du commentaire au chant XI. Et une fois que l’on est parvenu au chant XII, à en croire Servius, Virgile ne ferait plus du tout un secret de la préférence, certes prévisible, qui le lie à Énée. Le commentateur donne en tout cas comme but à bon nombre de passages, l’établissement d’une comparaison entre Turnus et Énée – les héros protagonistes du duel devant permettre d’achever le conflit, et l’épopée. Et cette comparaison est toujours à l’avantage d’Énée. Cela n’est, certes, pas étonnant en soi : ce qui est en fait assez remarquable, c’est la fréquence à laquelle le commentateur se met alors à lire de façon plus qu’orientée des vers qui, à première vue, ne nous paraîtraient pas (toujours) aussi partiaux, et dans lesquels il repère, lui, une dévalorisation du chef rutule. Sont avant tout concernés les propos que Latinus adresse à Turnus au début de ce dernier chant de l’œuvre : sans remettre fondamentalement en cause sa carrure héroïque, le vieux roi laisserait entendre qu’il juge Turnus inférieur à Énée, et c’est pour cette raison qu’il cherche à le dissuader d’affronter le Troyen en combat singulier. Des trois passages que j’ai relevés, le premier (ad Aen. XII, 19) est le plus remarquable en ce qu’il semble ignorer la suite immédiate du discours de Latinus (Aen. XII, 19-21), où ce dernier ne doute pas de la uirtus du iuuenis :

  • 17 « Ô guerrier au grand coeur : … ce discours est d’une grande modération ; de fait, en même temps qu (...)

o praestans animi :... sane magnae moderationis est haec oratio, nam et laudat Turnum quasi uirum fortem et tamen eum a singulari certamine dehortatur : dicens enim’praestans animi’, latenter ostendit eum inferiorem17 esse uirtute.

  • 18 Aen. XII, 19-21 : « Ô guerrier magnanime, autant tu t’affirmes grand par la fierté de ton courage, (...)

O praestans animi iuuenis, quantum ipse feroci
uirtute exsuperas, tanto me impensius aequum est
consulere atque omnis metuentem expendere casus18.

  • 19 « Il compare Énée à Turnus de manière à faire comprendre qu’il lui est supérieur. »
  • 20 Ad Aen. XII, 684 : saxvm de vertice praeceps cvm rvit : comparatio ipsa futurum ostendit euentum. (...)
  • 21 Trepidi porte aussi vraisemblablement sur Troes : … exclamant Troes trepidique Latini, / arrectaeq (...)
  • 22 trepidi latini : atqui laeti esse debuerunt. Sed nimia Aeneae ostenditur uirtus : namque naturale (...)

8Plus avant dans ce dernier chant, au cœur du récit belliqueux, le narrateur ne se prive pas lui-même, selon Servius, de rendre compte de l’infériorité de Turnus et ce, par divers procédés : c’est, par exemple, en mettant en regard deux victimes, respectivement, de Turnus et d’Énée, et en disant seulement que sa main n’a pas suffi à préserver la première (Créthée), tandis que même les dieux ont été impuissants à arracher Cupencus à Énée (Aen. XII, 538-539 ; le commentaire au v. 538 dit : ita Aenean comparat Turno ut eum superiorem esse significet19). Un second procédé est repéré dans une authentique comparaison, celle des v. 684 sqq, où Turnus se ruant de nouveau au combat pour affronter Énée est comparé à un roc dévalant du sommet d’une montagne, alors qu’Énée va être comparé, non pas seulement à un roc, pars montis, mais à la montagne elle-même20. Enfin, ce peut être par le moyen d’une qualification inattendue, comme celle des Latins (et des Latins seuls, d’après Servius), trepidi alors qu’ils auraient dû être laeti en voyant leur champion brandir son épée contre le chef ennemi et frapper21 ; mais la force exceptionnelle d’Énée est ainsi montrée : « il est de fait naturel que lorsqu’un guerrier de moindre force fait preuve d’audace, ses compagnons ressentent de la peur ; c’est pour cela que les Latins sont présentement effrayés, Turnus ayant osé frapper quelqu’un de plus fort que lui » (ad Aen. XII, 73022).

9Plus intrigante que ces remarques m’a cependant paru celle qui se trouve dans une scholie de Servius auctus au tout début du chant XII, à propos du v. 11 (avec une sorte d’annonce dans la scholie au v. 3 où Virgile est salué pour avoir dit de Turnus qu’il s’enflamme ultro, de lui-même, autrement dit, sans attendre qu’on le lui demande ou impose) :

  • 23 Turnus parle ainsi de lui-même au tout début du discours qu’il adresse à Latinus.

nvlla mora in Tvrno23 : et bonum principium eius qui in suspicionem timiditatis inciderat.

10« C’est une bonne manière de commencer pour qui avait fait naître le soupçon qu’il avait peur » : à moins qu’une remarque ne m’ait échappé, je n’ai retrouvé de mention d’aucun soupçon semblable dans le commentaire des chants précédents. L’on peut alors se demander si, parmi les multiples accusations que les personnages se sont lancées les uns aux autres dans le cadre du Conseil agité du chant XI, les insinuations de Drancès à l’encontre de Turnus n’ont pas eu plus d’effet qu’il ne leur est reconnu dans le commentaire même. Une chose est cependant soulignée à la fois dans le commentaire du chant XI et dans celui du chant XII : c’est que Turnus n’accepte pas alors sua sponte de se battre en duel contre Énée.

  • 24 Ce sont les derniers mots que Drancès a adressés à Turnus : « regarde en face cet homme qui t’appel (...)
  • 25 Sur ductus, la manière de conduire l’ensemble d’une plaidoirie (d’après Consultus Fortunatianus I, (...)
  • 26 « Or si c’est moi seul que les Troyens reclament au combat : parce qu’il s’est entendu dire "regard (...)
  • 27 Cf. Servius auctus ad Aen. XI, 435 (idqve placet : hinc apparet eum nolle pugnare : si placet, inqu (...)

11qvod si me solvm Tevcri in certamina poscvnt :quia audiit ‘illum aspice contra qui uocat24. Etiam utitur ductu25 : nam oblique promittit se singulari certamine dimicare uelle cum nolit. Similiter etiam in XII [v. 15] agit dicens inrisorie ‘sedeant spectentque Latini’26. (Serviusad Aen. XI, 43427)

  • 28 « LesLatins n’ont qu’a s’asseoir et a regarder : c’est un discours figuré (ductus), comme nous l’a (...)

sedeant spectentqve Latini : ductus est, ut diximus supra [ad Aen. XI, 434] : pollicetur enim se singulari certamine dimicare uelle, cum nolit : nam dicens ‘sedeant spectentque’ latenter eos ignauiae arguit quod solus, omnibus quiescentibus, dimicet : quam rem plenius sequens uersus indicat’et solus ferro crimen commune refellam’, id est commune fugae ac timoris dedecus solus meis uirtutibus comprimam28. (Serviusad Aen. XII, 15)

  • 29 Ad Aen. XII, 572, Servius auctus remarque qu’Énée transfère sur les Latins le crimen Turni. Est su (...)

12Dans le commentaire des deux derniers chants, enfin, l’accent est mis sur les accusations qui font de Turnus le responsable et la cause du sang répandu au cours d’une guerre qui était tellement évitable et qui, sans lui, aurait pu être évitée29.

  • 30 Ad Aen. X, 107 : qvae cviqve est fortvna hodie : specialiter Iuppiter pro Troianis agit sed hac ar (...)

13En somme, à bien lire Servius, on peut sans problème appliquer à Virgile la remarque qui est faite à propos de Jupiter et de son discours du début du chant X, quand il affirme ne pas vouloir prendre parti30 : « en y regardant de plus près, on comprend bien que Virgile est pour les Troyens ». Le Virgile du commentaire de Servius n’est certes pas aussi hostile à l’ennemi que l’Homère des scholies bT àl’Iliade ; il y a beaucoup moins d’identifications de propos voués à blâmer l’ennemi. Reste la dévalorisation de Turnus qui a retenu mon attention pour autant qu’elle se trouve rarement telle quelle sous la plume des commentateurs modernes.

Virgile en patronus d’après le commentaire de Servius à l’Énéide

  • 31 Ad Aen. III, 180 Servius auctus rebondit sur l’emploi de gemini pour dire qu’ici comme là (en II, (...)

14Les mises en cause d’Énée sont, à l’inverse, nombreuses dans les lectures modernes du poème. Elles ne devaient pas manquer dans les commentaires antiques, comme Servius permet de le soupçonner en prenant régulièrement la défense du héros en plus que du poète. Sans que cela donne lieu à un jeu de miroir aussi constant que chez Tiberius Donat, ces deux défenses se superposent quelquefois, comme à propos de l’emploi de gemini en parlant des Atrides au chant II. Au v. 415, cet emploi est justifié par la considération de la ressemblance d’Agamemnon et de Ménélas (ne pouvant être utilisé comme l’équivalent du chiffre « deux », gemini signifie ainsi forcément, « nés en même temps », « jumeaux ») ; au v. 500, le commentaire enregistre comme un usage virgilien l’emploi de gemini au sens de « frères31 », puis traite de la justification (excusatio) opérée par Énée (en insistant sur le nombre des ennemis, Énée « excuse » à juste titre la défaite des siens ; il apporte cette justification en raison de la honte qu’il éprouve comme vaincu).

  • 32 Voir Galinsky 1994, p. 191, qui souligne la différence de réaction entre lecteurs païens et lecteur (...)

15Mais la défense d’Énée par Servius ou, selon Servius, par Virgile, ne se trouve pas toujours où on l’attendrait le plus : si l’on ne devait en juger que par le commentaire de Servius stricto sensu, ni le furor sanguinaire d’Énée au chant X ni l’inclémence du héros tuant Turnus au chant XII ne faisaient problème pour les lecteurs anciens del’Énéide32. Tout au plus, la capture de quatre jeunes gens pour les immoler sur le bûcher de Pallas est indirectement qualifiée de « cruelle » (ad Aen. X, 519) :

  • 33 « Pour les immoler en victimes aux ombres infernales : […] C’était la coutume que de faire mourir d (...)

inferias qvos immolet vmbris :[…] sane mos erat in sepulchris uirorum fortium captiuos necari. Quod postquam crudele uisum est, placuit gladiatores ante sepulchra dimicare, qui a bustis bustuarii appelati sunt33.

16Quant au comportement d’Énée à la fin du poème, il n’est pas justifié, mais simplement loué. Ainsi, de la fameuse hésitation finale du héros, Servius dit (ad Aen. XI, 940) :

  • 34 « comme il hesitait, les paroles de turnus avaient commence a le flechir : tout tend ici à la gloir (...)

cvnctantem flectere sermo coeperat :omnis intentio ad Aeneae pertinet gloriam : nam et ex eo quod hosti cogitat parcere, pius ostenditur, et ex eo quod eum interimit, pietatis gestat insigne : nam Euandri intuitu Pallantis ulciscitur mortem34.

  • 35 Des éléments de défense restent néanmoins décelables dans le commentaire, sous une forme implicite  (...)
  • 36 « Saevvs : "courageux" selon l’usage du poète ou "grand" » (uel magnus appartient à Servius auctus)
  • 37 Le cas est signalé par Thomas 2001, p. 96, qui fait référence à l’étude de Knox 1997.

17Qu’il tue Turnus ou qu’il l’épargne, Énée est de toute façon louable pour sa piété. Comme cette scholie peut le laisser entendre, tout ce qui est dit d’Énée au chant XII semble en fait être au service de sa gloire35 : dans le fait que l’épée de Turnus se brise parce qu’en réalité, ce n’est pas la sienne, mais celle de son cocher, il y a volonté de louer Énée parce qu’il ne vaincra pas un Turnus mal armé (celui-ci devant récupérer l’épée héritée de son père : voir ad Aen. XII, 734) ; Turnus suppliant Énée contribue aussi à sa gloire en s’avouant vaincu devant tous (ad Aen. XII, 936). Mais surtout : lorsque, après la conclusion du traité au début du chant, pour faire face à un Turnus furieux qui vient d’être comparé à un taureau, il est dit d’Énée qu’il n’est pas moins saeuus et qu’il cherche à faire monter en lui la colère, non seulement l’adjectif saeuus reçoit, comme ailleurs, une interprétation positive (saevvs : fortis more suo uel magnus36)37, mais le contraste est encore souligné entre l’effort qu’Énée doit faire pour atteindre un état de colère suffisant pour combattre, et l’absence de mesure de Turnus que rien ni personne ne peut plus arrêter (ad Aen. XII, 101). Encore et enfin, au moment où, après avoir soigné sa blessure, Énée revient dans un combat qui est malheureusement devenu combat de masse, il s’abstient de s’en prendre à l’ennemi, qui pourtant fuit, parce qu’il ne cherche que Turnus. Servius souligne (ad XII, 465) :

  • 38 « Et il ne poursuit pas non plus ceux qui lui lancent des traits » : c’est-àdire qu’il ne juge pas (...)

nec tela ferentes inseqvitvr :id est nec fugientes, nec contra stantes dignatur occidere. Et magna Aeneae ostenditur pietas, qui nec uulneratus irascitur, ut uelit contra legem foederis in bellum moueri38.

  • 39 Cf. n. 33 supra pour l’interprétation élogieuse donnée dans la scholie ad Aen. X, 518. La remarque (...)
  • 40 Voir la scholie de Servius auctus au v. 904, et surtout celle de Servius au v. 905 (et bene petit a (...)

18Au chant X, une fois prises en compte les remarques contrastées de Servius auctus39, un constat similaire peut être fait, à savoir qu’au lieu d’une défense d’Énée, Servius nous donne à lire un éloge du héros qui ne se trouve pas lui-même là où on l’attendrait le plus : là où la pietas d’Énée est en effet le plus remarquée et réaffirmée, c’est en rapport avec l’affrontement avec Mézence (qui sait par exemple que, si honni soit-il, il peut demander à Énée de ne pas maltraiter sa dépouille) plus qu’avec Lausus (qu’Énée, on le sait, tue avec regret)40.

  • 41 Thomas 2001, p. 106-108, mentionne et commente les cas des scholies ad Aen. VI, 354 (où Servius pre (...)
  • 42 Sur cette tradition, voir notamment Ussani 1947.
  • 43 Ad Aen. I, 242 : antenor potvit : non sine causa Antenoris posuit exemplum, cum multi euaserint Tr (...)
  • 44 Ad Aen. I, 488 : se qvoqve principibvs permixtvm agnovit achivis : aut latenter proditionem tangit (...)
  • 45 En me limitant au commentaire du chant II, je rappellerai le cas des scholies de Serviusad Aen. II (...)

19Les objets de « vraie » défense ou tout au moins d’excuse sont à rechercher, de préférence, ailleurs que dans la seconde moitié de l’Énéide, et sont de nombre relativement restreint41. Énée est surtout, et massivement, défendu contre un grief bien connu, mais dont on (les lecteurs modernes de l’Énéide) ne perçoit peut-être pas toujours pleinement l’extrême importance : c’est celui qui fait de lui un fugitif, doublé éventuellement d’un traître à sa patrie42. Les scholies les plus citées entre toutes sont sans doute celles qui se rapportent au v. 242 et au v. 488 du chant I de l’épopée : la première montre un Servius qui ne balaie pas d’un revers de la main, mais s’efforce de composer avec des témoignages, bien réels et considérables, sur la trahison d’Énée43 ; la seconde offre une alternative à la lecture qui veut que Virgile lui-même intègre pareille tradition en représentant, sur le temple de Junon à Carthage, son héros « mêlé aux » premiers Achéens44. Mais le nombre des remarques qui consistent à préciser que, par exemple, par tel vers, Virgile a voulu « excuser », Énée pour sa fuite et les Troyens pour leur défaite, est proprement impressionnant45. Le caractère crucial de cette apologie entraîne même une redéfinition de l’intentio du poète en ce sens à l’orée du chant II (ad Aen. II, 13) :

  • 46 « Brises par la guerre : dans ce livre, l’intention est double : éviter que la défaite de Troie aus (...)

fracti bello :in hoc libro duplex intentio est : ne uel Troiae quod uicta est, uel Aeneae turpe uideatur esse quod fugit46.

  • 47 La justification des Troyens est en outre prolongée à l’occasion ; ainsi, à propos du v. 223 du cha (...)

20Et quand, beaucoup plus loin, des personnages se feront encore l’écho de pareille accusation dirigée contre le héros (ainsi de Turnus traitant Énée de desertor Asiae au v. 15 du chant XII), la portée de leurs dires sera nettement amoindrie en référence à la réhabilitation accomplie au chant II et renforcée par quelque déclaration du chant IV47 :

  • 48 « Deserteur de l’Asie : comme "est-ce à des sans-patrie que Lavinia va être donnée en mariage, à de (...)

Desertorem asiae : ut [VII, 359] ‘exsulibusne datur ducenda Lauinia Teucris ?’Vnde est praemissa illa excusatio et in tota secundi oeconomia et in quarto ubi dicit [v. 340-343] ‘me si fata meis paterentur ducere uitam auspiciis et sponte mea componere curas, urbem Troianam… colerem’48.

  • 49 L’amour qu’Énée peut lui-même ressentir pour Didon apparaît comme un problème plutôt gênant dans le (...)
  • 50 Ad Aen. IV, 465, alors que Didon, s’emportant contre Énée, exprime des doutes quant à son ascendan (...)

21Le chant IV est un autre lieu crucial où le comportement d’Énée – se liant d’amour à Didon – fait espérer quelques réactions de la part des commentateurs anciens, à commencer par Servius. Or chez ce dernier la justification de l’égarement d’Énée perdant de vue sa mission à Carthage semble loin d’être centrale49. D’autres « excuses » prennent le dessus, surtout celles de Didon, sur qui la faute est rejetée en partie50. En ce qui concerne le chef troyen, un grief est retenu, tandis que son comportement est par ailleurs, et comme ailleurs on l’a vu, objet d’éloge. Ce grief est toujours le même, le même qu’aux chants I puis II : il concerne une fuite qui ne doit pas être considérée comme telle et que le héros lui-même re-nomme, de ce fait, profectio. À propos du v. 333 du chant IV, il est dit :

  • 51 « Pour moi, toutes ces choses, si nombreuses, qu’en parlant : c’est une authentique controverse dan (...)

ego te, qvae plvrima fando :controuersia est plena, in qua et purgat obiecta, remouens a se crimen ingrati, et ueniali utitur statu, profectionem suam retorquens in uoluntatem deorum. Habet etiam finem : nam purgat obiectam fugam nomine profectionis51.

  • 52 Cf. Serviusad Aen. IV, 281 ; Servius auctus ad Aen. IV, 393 ; Serviusad Aen. IV, 439 (où il s’agi (...)
  • 53 On se souviendra qu’Ovide (qui, en tant qu’élégiaque, est surtout attentif à la pietas erga puellam(...)

22Tant dans le commentaire de Servius que de Servius auctus, il s’avère de fait important de montrer qu’Énée n’est ni ingrat ni insensible à la souffrance de la reine amoureuse52, qu’à cet égard aussi – à l’égard d’autrui – sapietas est intacte 53.

  • 54 Pour ce qui est de l’emblématique « piété » d’Énée envers son père, Servius auctus note à son propo (...)
  • 55 Ad Aen. II, 326, Servius précise que Virgile veille à ne jamais laisser Énée s’emporter contre les (...)
  • 56 … [Creusa] comites natumque uirumque fefellit. / Quem non incusaui amens hominumque deorumque ?

23L’intégrité de la piété – pietas erga deos cette fois54 – d’Énée, et de Virgile avec lui, apparaît comme un bien extrêmement précieux pour Servius, qui se fait un devoir de la préserver. Renouant, en quelque sorte, avec les origines de l’exégèse homérique, le commentateur applique systématiquement une excusatio aux propos des personnages qui pourraient apparaître comme sacrilèges. C’est le cas de Panthus (ad Aen. II, 326) et de Didon (ad Aen. IV, 376). C’est aussi le cas, mais de façon tout à fait exceptionnelle, d’Énée, lorsqu’il perd son épouse à la fin du chant II55. Dans le commentaire de Servius auctus, on trouve, à propos du v. 74556, les remarques suivantes :

  • 57 « En disant "qui n’accusai-je pas, et des dieux et des hommes", il s’attribue un état de déraison, (...)

dicendo autem ‘quem non incusaui amens hominumque deumque’ dat sibi amentiam, quia in furore incusauit deos etiam, quod numquam ; cum enim dixit ‘quem non’, intellegimus etiam deos57.

24L’excuse qui est ici implicitement fournie – dans sa très grande peine, Énée a connu un moment de démence – s’applique à un comportement – le fait de s’en prendre aux dieux – qui a en fait été signalé à propos de ce qui précède (Servius auctus ad Aen. 2, 144) :

  • 58 « et a son epoux < soustraite  : il paraît justifier son oubli et rejeter la faute sur les dieux. »

virvmqve <fefellit> :uidetur excusasse obliuionem suam et culpam ad deos rettulisse58.

  • 59 Cf. la scholie ad Aen. II, 746.

25Cette faute exceptionnelle – l’emportement, qui ne se rencontre nulle part ailleurs, d’Énée contre les dieux – en cachait ainsi une autre, discrètement évoquée par le commentaire : Énée, qui l’aimait pourtant59, a en effet été capable d’oublier son épouse au milieu de l’incendie de sa patrie.

  • 60 Un exemple a été touché précédemment dans les notes : c’est celui de la iactantia ou de l’adroganti (...)
  • 61 Une appréciation similaire du travail de Virgile se trouve, e.g., pour les anciens, chez Tiberius D (...)
  • 62 Tiberius Donat (I. V. I, 5, 26 sqq. Georgii) demande à son fils de ne pas se laisser troubler par l (...)

26Ce dernier cas me pousse à réaffirmer pour conclure que, sur un mode plus implicite, il est possible de trouver, dans le commentaire de Servius, bien plus d’accusations ou de reproches que ceux qui ont été considérés ici60. Les défenses explicites, en particulier du héros, sont moins nombreuses que les éloges. Le commentaire valorise néanmoins le travail que Virgile a dû faire, en particulier, pour transformer Énée en héros, en digne héros de sa propre épopée et ancêtre de César : le poète a su, comme il le fallait, affronter les soupçons relatifs à la fuite et à la traîtrise d’Énée, et rendre son statut originel de vaincu, honorable61. Quant aux éloges, surtout lorsqu’ils interviennent massivement à propos d’un passage crucial du poème – comme sa fin -, ils ont peut-être été conçus pour faire taire certaines uoces inimicae62, voix qui, si elles ne sont totalement étouffées, demeurent alors passablement assourdies. Éloge et défense se trouvent ainsi, comme chez Tiberius Donat, étroitement unis chez Servius, avec un avantage pour la laus.

Notes

1 Primum igitur et ante omnia sciendum est quod materiae genus Maro noster adgressus sit ; hoc enim nisi inter initia fuerit cognitum, uehementer errabitur. Et certe laudatiuum est, quod idcirco incognitum est et latens, quia miro artis genere laudationis ipse, dum gesta Aeneae percurreret, incidentia quoque etiam aliarum materiarum genera complexus ostenditur, nec ipsa tamen aliena a partibus laudis ; nam idcirco adsumpta sunt, ut Aeneae laudationi proficerent (I. V., t. I, p. 2, l. 7-15 Georgii) ; très peu après, aux l. 20-25, le commentateur précise la tâche de Virgile : présenter Énée comme le digne ancêtre de César et fondateur de Rome ; il ajoute que, pour ce faire, le poète devait préalablement démontrer qu’Énée était au-dessus de tout soupçon et méritait même le plus grand éloge). Pour l’importance du genre judiciaire dans ce commentaire, voir Moretti 1998. Pirovano 2000, en particulier p. 217-221, rappelle à ce sujet que les frontières entre genus iudiciale et genus laudatiuum n’étaient pas, dans la pratique, toujours très nettes, et illustre ce rappel par une analyse de Quintilien, I. O. III, 7, 1-2 ; voir aussi Gioseffi 2000, p. 160 et n. 22.

2 L’édition utilisée du commentaire de Servius est celle de H. Hagen et G. Thilo. Les citations en latin étant ici toutes présentées en italique, je signalerai explicitement les cas où les remarques citées sont de Servius auctus. Lorsque des caractères gras apparaissent dans ces citations, ils sont miens.

3 La visée encomiastique du poème est réaffirmée ensuite ad Aen. I, 286, à propos de la prophétie de Jupiter, à laquelle sont associés les deux autres passages fameux que sont la revue des héros au chant VI et la description du bouclier au chant VIII : et omnis poetae intentio, ut in qualitate carminis diximus, ad laudem tendit Augusti, sicut et in sexti catalogo et in clipei descriptione. Éloge et défense sont intimement liés, la remarque suivante étant : haec autem Iouis adlocutio partim obiecta purgat, partim aliquid pollicetur (cf. ad Aen. I, 257, parce metv : quotiens in causis arguimur, ante nos purgare debemus et sic ad actionem descendere ; ante enim obiecta purgat et sic uenit ad promissionem et ad Aen. I, 562, où il s’agit du discours de Didon accueillant les Troyens. Obiecta purgare apparaît par ailleurs en deux passages dont est proposée une lecture plus précisément rhétorique : ad Aen. IV, 31 et IV, 333). L’expression se retrouve ad Ecl. III, 10 où le fait de « justifier ce qui nous est reproché » est présenté comme étranger aux rustici, surtout s’ils sont en colère ! Enfin, la justification de Virgile lui-même est en cause dans la scholie ad Aen. I, 450, qui est d’ailleurs remarquable, et même étonnante (Servius s’applique à résoudre le problème posé par la peur que Virgile prête, à cet endroit, à Énée – alors que ce dernier aurait dû être rassuré après la rencontre avec sa mère – et affirme pour finir) : sciendum tamen est in Vergilio interdum ualidiora esse obiecta purgatis, uel contra, ut hoc loco.

4 Ainsi, dans le commentaire au chant III, Servius atténue au début la « faute » de Virgile qui a employé deux épithètes pour un nom (lenis crepitans auster, v. 70), en soulignant que le poète ne commet cette faute, en tout et pour tout, qu’en dix endroits ; à la fin, en revanche, le commentateur ne cherche pas d’excuses à Virgile lorsque, risquant un anachronisme dans le récit d’Énée, il prête au personnage un savoir (et même, une omniscience) invraisemblable (ad Aen. III, 703, à propos du catalogue des villes de Sicile – qui n’existent pas encore). On se souvient de la thèse de Georgii 1891 interprétant les occurrences des adverbes comme bene ou recte comme des preuves que, en général, les notices de Servius répondent à des critiques adressées au poète. Scaffai 2006, p. 21-23, rappelle la polémique suscitée par cette thèse et les illustrations récentes d’une lecture plus mesurée, attentive aux cas particuliers.

5 Thomas 2001, ch. 3, p. 93 sqq.

6 Le commentaire servien peut quelquefois venir renforcer les arguments des « pessimistes », lorsque ceux-ci soulignent, par exemple, le caractère « décevant » des prophéties (voir O’Hara 1990). Un exemple se trouve dans la scholie ad Aen. III, 154 : Servius auctus mentionne la gêne ressentie par certains face à l’avertissement tardif des Pénates au sujet de la Crète (Cur enim ante pestilentiam non monuerunt mutandas sedes ?).

7 Thomas 2001, dans son chapitre sur Servius, s’intéresse plutôt aux critiques d’Énée que présupposent certaines scholies, comme elles le font régulièrement de toutes formes de quaestiones. Tel est le cas du commentaire qui est fait à propos de cunctantem, appliqué au rameau d’or en Aen. VI, 211 : l’idée que le rameau résiste et hésite est repoussée, mais, souligne le savant, c’est elle qui commande toute la scholie.

8 Le commentaire servien peut également révéler des reproches que les anciens faisaient, notamment, à Énée, et que l’on ne retrouve plus, sauf rares exceptions, dans la critique moderne. C’est le cas de ceux qui peuvent être impliqués dans un ensemble de scholies considéré par Thomas 2001, p. 103 sqq., celles qui définissent ou engagent la définition du uir fortis : sont en cause deux manifestations émotives qui, aux yeux des modernes, contribuent plutôt à humaniser, de façon positive, le héros épique ; mais Servius se sent contraint d’intervenir toutes les fois qu’il est question de la peur ou de des larmes d’Énée, afin de les expliquer et les rendre plus convenables.

9 Sur la théorie de la uenia (status que Cicéron désigne de préférence par le terme concessio tandis que excusatio se trouve chez Quintilien, I. O. VII, 4, 14-15) dans la tradition rhétorique antique, l’on pourra se référer utilement aux p. 93 sqq. de Pirovano 2006. L’auteur rappelle qu’il s’agit de la forme la plus faible de défense, précise les deux types (purgatio et deprecatio) que distinguent les rhéteurs latins avant de souligner (p. 94) qu’il s’agit sans doute du status le plus utilisé par les commentateurs anciens. Avant de traiter précisément le cas de Tiberius Donat, il donne l’exemple de Servius qui y recourt nommément (par la remarque ueniali utitur ou sim.) à trois occasions, « sempre con riferimento alla scusante della necessitas e sempre in [p. 95] pieno accordo con la tradizione manualistica latina » : un des trois cas a déjà été mentionné supra n. 3 (ad Aen. IV, 333, cité plus loin dans le texte) et un autre (ad Aen. VI, 456) a le même objet (dans les deux cas en effet, il s’agit d’Énée se justifiant d’abandonner, ou d’avoir abandonné, Didon) ; le troisième (ad Aen. III, 615) concerne Achéménide, forcé de s’enrôler – et d’être, au départ, l’ennemi des Troyens – parce qu’il était pauvre.

10 Voir notamment la Schol. Il. X, 14-16 (bT) et B. Hainsworth, The Iliad : a commentary. Books 9-12, Cambridge University Press, 1993, p. 158.

11 Un exemple peut être fourni par la première remarque présentée par le commentaire de Servius ad Aen. VII, 167 (ingentes : ex stupore nuntii laus ostenditur Troianorum), à rapprocher, e.g., d’une remarque de Tiberius Donat à propos de aduena dans l’invocation du chant VII de l’Énéide : aduena participe de l’éloge des Troyens parce que, grâce à leur vaillance et à la prospérité dont ils jouissent spécialement, même étrangers, même en des lieux qui leur étaient inconnus, ils sont venus à bout de guerriers qui, eux, étaient chez eux et avaient à leur disposition d’abondantes ressources. (On pourra relever en passant à quel point laus et excusatio sont étroitement liées dans ce commentaire : pour Tiberius Donat, en effet, à cet endroit, les Troyens sont aussi excusés de leur défaite à Troie : puisque, avec peu de moyens, ils viennent à bout des Latins, qui sont si riches en armes et en hommes et luttent sur leur propre terre, il est évident que leur défaite à Troie ne dépendait pas d’eux). Dans le commentaire servien, une tendance à l’éloge systématique est observable à propos de la peritia de Virgile en matière religieuse, et, s’agissant des personnages du poème, au sujet de la pietas d’Énée.

12 Voir ainsi ad Aen. II, 6 ; ad Aen. III, 57, où il s’agit des Troyens en général (de même pour Servius auctus ad Aen. II, 243). Ad Aen II, 746, il est précisé qu’Énée se présente à son auditrice comme un bon mari potentiel (lui qui a vraiment aimé l’épouse perdue à Troie, Créüse) ! Ad Aen. II, 721, une explication de latos umeros consiste à identifier l’éloge de soi, sinon comme un trait constitutif du genre épique, du moins, comme un usage héroïque (latos vmeros : aut more heroum se laudat aut certe sternendo latos facit). Une remarque de Servius auctus (ad Aen. III, 149) suggère que cet « usage » pouvait néanmoins être critiqué (Énée racontant le rêve dans lequel lui sont apparus les Pénates rappelle qu’il les a arrachés aux flammes de l’incendie de Troie) : hoc quibusdam uidetur ad maiestatem potius deorum referendum quam ad iactantiam uirtutis Aeneae.

13 Et sur le passage de l’Iliade où Achille prête ses armes à Patrocle (Il. XVI, 126 sqq.).

14 Voir encore, toutefois, la scholie ad Aen. IX, 742, où Servius récuse les vues de non idonei commentatores selon qui Virgile a déformé l’histoire en ne faisant pas mourir Turnus à cet endroit et ce, afin de réserver toute la gloire de cette mort à Énée (Servius rappelle ensuite quelle est la ueritas historiae sur ce point). Cf. ad Aen. IX, 813, où est défendue la cohérence de l’attitude de Tiberis (la quaestio tenant au fait que, étant pourtant pro-troyen, le fleuve laisse partir Turnus sain et sauf) en vertu d’une explication semblable (soluitur ista ratione : nam ob hoc Turnum esse liberatum, ut maior Aeneae gloria seruaretur).

15 Voir aussi ad Aen. IX, 702. Ad Aen. X, 644, l’on voit que Servius n’a pas de difficultés à traiter Turnus comme un uir fortis, voire comme un autre Énée (Servius note que Junon est contrainte de recourir à une ruse pour écarter son favori des combats, parce que, si elle lui demandait ouvertement de s’enfuir, en tant que uir fortis, il préférerait sans hésiter la mort à la fuite – comme l’avait fait Énée, dans un premier temps, au chant II).

16 « Ici est discrètement montrée la gloire de Turnus, dont le violent assaut ne put être repoussé que par des forces divines. »

17 « Ô guerrier au grand coeur : … ce discours est d’une grande modération ; de fait, en même temps qu’il loue Turnus comme un héros, il cherche à le détourner du combat singulier : en disant "guerrier au grand coeur", il montre discrètement qu’il est inférieur en force. » Les deux autres passages pertinents sont les scholies ad Aen. XII, 21 (expendere casvs : ne ex abrupto de eius uirtute desperare uideatur, casuum uarietatem se timere commemorat) et ad Aen. XII, 43 (respice res bello varias : ne eum ignauiae uideatur arguere admonet eum casuum ut supra [v. 21]).

18 Aen. XII, 19-21 : « Ô guerrier magnanime, autant tu t’affirmes grand par la fierté de ton courage, d’autant plus soigneusement moi, je dois réfléchir et peser non sans appréhensions toutes les chances » (trad. J. Perret).

19 « Il compare Énée à Turnus de manière à faire comprendre qu’il lui est supérieur. »

20 Ad Aen. XII, 684 : saxvm de vertice praeceps cvm rvit : comparatio ipsa futurum ostendit euentum. Simul notandum quod, sicut supra in proelio, ita nunc etiam in comparatione praefertur Aeneas : nam Turnum parti comparat montis, montibus exaequat Aenean.

21 Trepidi porte aussi vraisemblablement sur Troes : … exclamant Troes trepidique Latini, / arrectaeque amborum acies… (Aen. XII, 730-1).

22 trepidi latini : atqui laeti esse debuerunt. Sed nimia Aeneae ostenditur uirtus : namque naturale est ut sociis timori sit inferioris audacia ; unde nunc Latini sunt territi ex eo quod superiorem ferire ausus est Turnus.

23 Turnus parle ainsi de lui-même au tout début du discours qu’il adresse à Latinus.

24 Ce sont les derniers mots que Drancès a adressés à Turnus : « regarde en face cet homme qui t’appelle » (Aen. XI, 374-375).

25 Sur ductus, la manière de conduire l’ensemble d’une plaidoirie (d’après Consultus Fortunatianus I, 6 p. 71 Calb. Mont.), voir Calboli Montefusco 2003 ; l’usage du terme par Servius (qui se trouve encore dans les scholies ad Aen. X, 617 et ad Aen. V, 687), chez qui il désigne l’intention qu’un locuteur a de déguiser sa pensée – il ne s’agit donc alors que d’une manière figurée de parler – est commenté p. 121-122.

26 « Or si c’est moi seul que les Troyens reclament au combat : parce qu’il s’est entendu dire "regarde en face cet homme qui t’appelle". Il use aussi de discours figuré (ductus) : de fait, il promet indirectement d’accepter de se battre en duel, alors qu’il ne le veut pas : il agit de façon similaire au chant XII quand il dit par moquerie : "Les Latins n’ont qu’à s’asseoir et à regarder". »

27 Cf. Servius auctus ad Aen. XI, 435 (idqve placet : hinc apparet eum nolle pugnare : si placet, inquit, uobis hoc fieri quod hostis postulat) et 438 (ibo animis contra : ac si diceret si desunt corporis uires. Commendat autem gratiam certaminis ne inuitus uideatur adduci).

28 « LesLatins n’ont qu’a s’asseoir et a regarder : c’est un discours figuré (ductus), comme nous l’avons dit plus haut. Il s’engage, en effet, à accepter de se battre en duel, alors qu’il ne le veut pas. De fait, en disant ‘ils n’ont qu’à s’asseoir et à regarder’, il les accuse discrètement de lâcheté, sachant qu’il va être le seul à se battre pendant que tous se reposent ; et c’est ce qu’exprime plus complètement le vers suivant : "et seul je réfuterai l’accusation qui pèse sur nous tous", c’est-à-dire seul, en comptant sur mes seules forces, je mettrai un terme au déshonneur dont la fuite et la peur nous ont tous couverts. »

29 Ad Aen. XII, 572, Servius auctus remarque qu’Énée transfère sur les Latins le crimen Turni. Est surtout concerné le discours de Drancès au chant XI, où ce dernier présente Turnus comme la cause de tous les maux.

30 Ad Aen. X, 107 : qvae cviqve est fortvna hodie : specialiter Iuppiter pro Troianis agit sed hac arte ut uideatur totum pro Iunone loqui. Et re uera uerba pro Iunone sunt, sed altius intuens deprehendit Troianorum fauorem : nam dicendo’nulli fauebo’et in eo statu res fore in quo sunt hodie significat se fauere Troianis, quorum ducis aduentu statim uictoria consequitur.

31 Ad Aen. III, 180 Servius auctus rebondit sur l’emploi de gemini pour dire qu’ici comme là (en II, 415) gemini signifie bien « deux ».

32 Voir Galinsky 1994, p. 191, qui souligne la différence de réaction entre lecteurs païens et lecteurs chrétiens (à l’exemple de Lactance et à l’exception, mentionnée n. 2, de Corippe).

33 « Pour les immoler en victimes aux ombres infernales : […] C’était la coutume que de faire mourir des prisonniers sur les tombes des héros. Mais cela parut ensuite cruel et l’on décida de faire combattre devant les tombes des gladiateurs qui furent appelés bustuarii d’après le nom des bûchers, des sépultures (bustum). » Cette scholie est relevée et identifiée comme une justification par H. Georgii 1891. Ce dernier ne mentionne pas, cependant, la remarque précédente, de Servius auctus qui, loin de consister en une « excuse », présente une interprétation élogieuse des vers décrivant Énée en train de se saisir des ennemis qu’il va immoler en l’honneur de Pallas (ad Aen. X, 518 qvattvor hic ivvenes : emphasis uirtutis quod multos, quod iuuenes, quod armatos, quod rapit : minus enim fuerat si dixisset’capit’, unde in [XI, 81-82]’uinxerat et post terga manus, quos mitteret umbris inferias’).

34 « comme il hesitait, les paroles de turnus avaient commence a le flechir : tout tend ici à la gloire d’Énée ; de fait, lorsqu’il songe à épargner son adversaire, il est présenté comme juste (pius) ; mais quand il le tue aussi, il fait preuve de piété (pietas) : en pensant à Évandre, il venge la mort de Pallas. »

35 Des éléments de défense restent néanmoins décelables dans le commentaire, sous une forme implicite : voir ainsi la glose par Servius de latro dans la première comparaison du chant XII (ad Aen. XII, 7), relevée par Thomas 2001, p. 97, et qui se présente comme une réplique à ceux qui pouvaient (ou pourraient) mettre l’accent sur cette identification indirecte d’Énée à un voleur.

36 « Saevvs : "courageux" selon l’usage du poète ou "grand" » (uel magnus appartient à Servius auctus).

37 Le cas est signalé par Thomas 2001, p. 96, qui fait référence à l’étude de Knox 1997.

38 « Et il ne poursuit pas non plus ceux qui lui lancent des traits » : c’est-àdire qu’il ne juge pas digne de tuer ni ceux qui fuient [cf. v. 464] ni ceux qui lui font face. Est ainsi montrée la grande piété d’Énée qui, même après avoir été blessé, ne se courrouce pas au point de se laisser emporter dans la guerre et de violer les dispositions du pacte. »

39 Cf. n. 33 supra pour l’interprétation élogieuse donnée dans la scholie ad Aen. X, 518. La remarque de Servius auctus au v. 556 révèle que le furor sanguinaire d’Énée après la mort de Pallas soulevait bien une quaestio : svper haec inimico pectore fatvr : quaeritur quid tantum iste commiserat ut sic saeuiret Aeneas. Mais la solution vient tout de suite : sed ubique de morte Pallantis obicitur dolor. C’est une des deux explications, retenues et acceptées par Servius, du geste final d’Énée tuant Turnus, l’autre tenant à la nécessité de sanctionner le viol du traité (ad Aen. XII, 949). Le commentaire de Servius auctus au chant XI contient au reste un témoignage intéressant relatif à une critique d’Énée… blâmable parce qu’il n’a pas encore vengé Pallas, en tuant Turnus (ad v. 93, il s’agit d’expliquer pourquoi les Arcadie leurs armes pointées vers le sol ; ce peut être parce qu’ils s’estiment désormais vaincus, mais d’autres personnes disent qu’il s’agit d’un usage militaire, l’armée exprimant ainsi tacitement – sans faire courir le risque d’une insurrection – sa désapprobation : ergo uel Aeneas ab Arcadibus arguitur quod Pallas non sit uindicatus, uel Euander quo noui hospitis gratia adulescentem temere in bella proiecerat.)

40 Voir la scholie de Servius auctus au v. 904, et surtout celle de Servius au v. 905 (et bene petit ab Aenea sepulturam quod scit eum ultro concedere ut probauit in filio : petit autem non de eius pietate dubitans sed timens iram suorum).

41 Thomas 2001, p. 106-108, mentionne et commente les cas des scholies ad Aen. VI, 354 (où Servius prend soin de dissiper tout soupçon de critique, ou, du moins, de doute à l’égard des capacités d’Énée comme pilote, dans les propos de Palinure) et ad Aen. V, 488 (où il s’agit de montrer à quel point il est vain de blâmer Énée pour avoir choisi l’oiseau de sa mère comme cible pour le tir à l’arc ; Thomas fait intervenir le commentaire qui se trouve, à propos du même vers, dans les Scholies de Vérone et qui impute cette uituperatio à Cornutus). On peut ajouter le cas d’un épisode qui a souvent retenu l’attention des « pessimistes » parmi les interprètes modernes du poème : c’est l’épisode de Polydore, avec les « excuses » relevées ou apportées (peut-être en réponse à des critiques non dites), par Servius ad Aen. III, 42 et Servius auctus ad III, 22 et 31.

42 Sur cette tradition, voir notamment Ussani 1947.

43 Ad Aen. I, 242 : antenor potvit : non sine causa Antenoris posuit exemplum, cum multi euaserint Troianorum periculum, ut Capys qui Campaniam tenuit, ut Helenus qui Macedoniam, ut alii qui Sardiniam secundum Sallustium ; sed propter hoc, ne forte illud occurreret, iure hunc uexari tamquam proditorem patriae. Elegit ergo similem personam ; hi enim duo Troiam prodidisse dicuntur secundum Livium, quod et Vergilius per transitum tangit, ubi ait ‘se quoque principibus permixtum agnouit Achiuis’, et excusat Horatius dicens ‘ardentem sine fraude Troiam’, hoc est sine proditione :quae quidem excusatio non uacat ; nemo enim excusat nisi rem plenam suspicionis. Sisenna tamen dicit solum Antenorem prodidisse. Quem si uelimus sequi augemus exemplum : si regnat proditor, cur pius uagatur ?

44 Ad Aen. I, 488 : se qvoqve principibvs permixtvm agnovit achivis : aut latenter proditionem tangit, ut supra diximus [Servius auctus : ut excusatur ab ipso in secundo ‘Iliaci cineres’ et cetera] aut uirtutem eius uult ostendere ; nimiae enim fortitudinis est inter hostium tela uersari, ut Sallustius ‘Catilina longe a suis inter hostilia cadauera repertus est’. Cornutus tamen dicit uersu isto ‘uadimus inmixti Danais’ hoc esse soluendum. L’alternative en cause est celle offerte par Cornutus en référence à l’épisode du chant II où les Troyens se font passer pour des Grecs ; elle précise la lecture purement positive et élogieuse que Servius a rapportée juste avant (aut uirtutem eius uult ostendere…).

45 En me limitant au commentaire du chant II, je rappellerai le cas des scholies de Serviusad Aen. II, 17 et 298, relativement aux soupçons d’une traîtrise d’Énée, de Serviusad II, 320 et 431, en ce qui concerne plus précisément la fuite – ou plutôt le départ forcé – de Troie, de Servius auctus ad Aen. II, 617 et 688 sur le même point. C’est du côté de Servius auctus que l’on trouve le plus d’excusationes relatives à la défaite des Troyens (voir ad II, 424, 402, 408 et les cas liés des schol. ad II, 201, 485, 565) ; cf. Serviusad II, 415.

46 « Brises par la guerre : dans ce livre, l’intention est double : éviter que la défaite de Troie aussi bien que la fuite d’Énée ne paraissent honteuses. » Servius auctus explicite l’idée de défense : bene defendit causam suorum, quod in bello non inpares fuerint.

47 La justification des Troyens est en outre prolongée à l’occasion ; ainsi, à propos du v. 223 du chant VII : per transitum et excusat Troianos et Graecorum laudem minuit. Cela vaut aussi dans le cadre de la guerre contre les Latins (voir les scholies ad Aen. IX, 39 et IX, 775, où, d’une part, les Troyens sont dits être excusés d’avoir fermé les portes du camp, et où, d’autre part, l’indication que les chefs n’étaient pas sur les lieux où nombre de Troyens ont été massacrés par Turnus, est lue comme une garantie du respect des convenances, du prepon). D’après le commentaire au v. 757 du même chant, Turnus lui-même est « excusé » de n’avoir pas pris le camp troyen alors que toutes les conditions étaient réunies.

48 « Deserteur de l’Asie : comme "est-ce à des sans-patrie que Lavinia va être donnée en mariage, à des Troyens ?" D’où vient que la justification a été donnée au préalable, à la fois dans toute l’organisation du livre II et au livre IV quand il dit "Moi, si les destins permettaient que je conduise ma vie sous mes propres auspices et que j’ordonne selon mon gré mes travaux, en premier lieu, c’est la ville de Troie que j’habiterais…". »

49 L’amour qu’Énée peut lui-même ressentir pour Didon apparaît comme un problème plutôt gênant dans le commentaire de Servius : ad Aen. IV, 287, concession est faite qu’Énée a aimé Didon, ou du moins, que ce vers en porte un indice, même si l’important est qu’il a su privilégier le vouloir des dieux ; ad Aen. VI, 474, on apprend que, en tout cas, Énée n’a pas aimé Didon autant qu’elle l’a aimé. Ad Aen. IV, 395, Servius auctus cherche un moyen de ne pas faire d’Énée celui qui aime (ou qui, en l’occurrence, est ébranlé par l’amour qu’il ressent). À propos d’un passage aussi problématique que celui dans lequel Mercure trouve Énée occupé, « en bon mari », par les travaux de construction à Carthage, on voit Tiberius Donat (selon qui Énée n’a pas aimé Didon), et non Servius, développer l’idée qu’il s’agit d’un rêve (voir Starr 1991, p. 31) ; Servius cependant trouve, quant à lui, une bonne excuse pour le sommeil, manifestement contestable (voir Scaffai 2006 p. 292, commentant la Schol. Veron. ad Aen. VIII, 29), dans lequel Énée se trouve plongé à la fin du chant (ad Aen. IV, 555) : c’est, précisément, pour lui permettre de voir Mercure en rêve (ou parce que le héros a déjà tout prêt pour le départ).

50 Ad Aen. IV, 465, alors que Didon, s’emportant contre Énée, exprime des doutes quant à son ascendance divine (nec tibi diua parens…), Servius note : non est sola in Aeneam uituperatio, sed etiam in se obiurgatio quia dixerat [au v. 12]’credo equidem, nec uana fides, genus esse deorum’! Au début du chant, plusieurs justifications sont analysées dans le commentaire, à propos des manifestations prises par l’amour de la reine pour le héros troyen, Servius étant visiblement soucieux de montrer que Virgile la fait se comporter encore avec décence (voir ainsi les scholies aux v. 4, 11, 30). À la fin, il discerne une justification du recours de Didon à la magie (ad Aen. IV, 493), et de son suicide (IV, 653). Ad Aen. IV, 548, Servius souligne que Didon a raison de rejeter elle-même la faute sur sa soeur, mais tout en excusant celle-ci à son tour (les larmes de Didon avaient poussé Anna à encourager le « mariage » de la reine avec Énée).

51 « Pour moi, toutes ces choses, si nombreuses, qu’en parlant : c’est une authentique controverse dans laquelle, à la fois, il cherche à se disculper de ce qui lui a été reproché, en repoussant l’accusation d’ingratitude, et il plaide la faute vénielle, en faisant retomber son départ sur la volonté des dieux. Il y a aussi recours à la définition : il cherche à se disculper, en effet, de la fuite qui lui a été reprochée en la nommant "départ". » Voir ad Aen. VI, 456 (infelix Dido : ueniali utitur. Et excusat se per necessitatem, ne mortis causa fuisse uideatur) ; Pirovano 2006, p. 158 sq. commente l’usage que Servius fait des deux status différents, la uenia et la definitio, dans la scholie ad Aen. IV, 333. L’on remarquera qu’ici, la défense d’Énée par Servius se fond, en quelque sorte, avec la propre auto-défense du héros, accusé par Didon qu’il a décidé de quitter. De fait, s’il est un « procès » d’Énée en jeu dans le commentaire du chant IV, ce n’est autre que celui que Didon fait à son amant « parjure » dans Virgile. Une description en termes de rhétorique judiciaire est faite par Servius auctus ad Aen. IV, 305 : dissimvlare etiamhic quasi reus Aeneas a Didone accusatur : [ingrati ergo dissimulare] et quasi ab actu criminis coepit : nam qui dissimulat, aliquotiens cogitat : et, quasi non sit dubium, cum proficiscendo Didonem laedat Aeneas, ita incipit : dissimulare, id est, non tantum proficisci, quod est per se malum ; sed ut me falleres ; ad Aen. IV, 308 : nec moritvra tenetet reliqua. Secundus locus accusationis est : magis enim augere iniuriam non potuit, quam si se morituram ostenderet. Pirovano 2006, p. 160, parle de « l’inconsueto affolarsi di interpretazioni retoriche’radicali’nei commenti di Servio e del Danielino » à propos de la controuersia entre Didon et Énée, avant d’analyser la lecture, naturellement encore plus rhétorique, qu’en fait Tiberius Donat.

52 Cf. Serviusad Aen. IV, 281 ; Servius auctus ad Aen. IV, 393 ; Serviusad Aen. IV, 439 (où il s’agit d’abord de résoudre une apparente contradiction dans les termes) ; Servius auctus ad IV, 440.

53 On se souviendra qu’Ovide (qui, en tant qu’élégiaque, est surtout attentif à la pietas erga puellam) met en doute la pietas d’Énée à propos et à cause de l’abandon de Didon (voir Héroïdes III, 39-40).

54 Pour ce qui est de l’emblématique « piété » d’Énée envers son père, Servius auctus note à son propos ad Aen. II, 804 qu’Énée ne laisse jamais passer une occasion d’en témoigner.

55 Ad Aen. II, 326, Servius précise que Virgile veille à ne jamais laisser Énée s’emporter contre les dieux, même dans un cas de summa necessitas comme celui qui fait que le prêtre Panthus qualifie ici Jupiter de ferus. Voir encore Servius ad Aen. II, 428 (diis aliter visvm : in ingenti indignatione Aeneae tamen nihil sacrilegum datur) et III, 2 (visvm svperis : […] et bene accusatio in deos habet quandam uenerationem ; alioquin sacrilegium est).

56 … [Creusa] comites natumque uirumque fefellit. / Quem non incusaui amens hominumque deorumque ?

57 « En disant "qui n’accusai-je pas, et des dieux et des hommes", il s’attribue un état de déraison, parce que, dans sa fureur, il est allé jusqu’à accuser les dieux, ce qu’il ne fait jamais. De fait, lorsqu’il dit "qui… ne… pas ? ", nous comprenons "même les dieux" ».

58 « et a son epoux < soustraite > : il paraît justifier son oubli et rejeter la faute sur les dieux. »

59 Cf. la scholie ad Aen. II, 746.

60 Un exemple a été touché précédemment dans les notes : c’est celui de la iactantia ou de l’adrogantia dont pouvaient témoigner, aux yeux de certains, les passages dans lesquels le héros décline – à la manière épique – son identité en mettant en avant sa renommée ou son ascendance. En plus des exemples cités supra n. 12, voir le début du commentaire de Servius ad Aen. I, 378 (svm pivs aeneas), traité par Scaffai 2006, p. 337.

61 Une appréciation similaire du travail de Virgile se trouve, e.g., pour les anciens, chez Tiberius Donat (dès l’introduction des I. V., lorsqu’il est dit que le lecteur qui veut apprécier toutes les facettes du génie virgilien se doit de considérer, pour commencer, de quel héros Virgile a choisi de faire l’éloge et quelle tâche dangereuse – quamque periculosum opus – il a ainsi entreprise : talem enim monstrare Aenean debuit, ut dignus Caesari, in cuius honorem haec scribebantur, parens et auctor generis praeberetur…, I. V. I, p. 2, l. 15 sqq. Georgii) et, pour les modernes, chez N. Horsfall, l’epopea in alambicco, Naples, 1991, p. 84 sqq.

62 Tiberius Donat (I. V. I, 5, 26 sqq. Georgii) demande à son fils de ne pas se laisser troubler par les uoces inimicae des imperiti ou des obtrectatores Vergiliani carminis, qui soulignent en particulier les incohérences et contradictions du poème.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540