Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Méthode et philosophie de Servius

Servius et le nom de l’Italie

Mathilde Mahé-Simon

Texte intégral

  • 1 Sur les 45 occurrences du nom dans le corpus virgilien, moins d’un quart font l’objet d’un commenta (...)

1Servius constitue, avec Denys d’Halicarnasse et Strabon, l’une des sources qui nous informent sur le nom Italia, qu’il s’agisse de ses étymologies supposées ou dans une moindre mesure, de son extension. La récurrence du terme chez Virgile suffit à justifier l’existence des notices serviennes, qui sont cependant loin de concerner l’ensemble des occurrences du nom1. Nous voudrions ici examiner la nature du commentaire de Servius relatif à ce mot et le type d’information qu’il semble présupposer.

  • 2 Virgile, Georg. II, 138.

2Totalement absent des Bucoliques, cité de manière isolée dans les Géorgiques2, le nom Italia est fréquent dans l’Énéide, puisqu’il constitue le but du voyage d’Énée, rappelé par Hélénos au chant III, chanté par Achate puis désigné comme enjeu des combats dans le Latium. L’ethnique Italus, qu’il nous faut également prendre en compte, est particulièrement présent dans l’évocation des gentes qui s’affrontent dans la seconde partie de l’œuvre, qu’il s’agisse du substantif ou du nom du héros archégète, Italus, ou encore de l’adjectif, souvent accolé à urbes ou à gentes.

3Un premier type de commentaire concerne l’étendue géographique de l’Italie, ou plutôt ses caractéristiques physiques :

  • 3 Servius, ad Aen. I, 13 : constat tria latera habere Italiam, superi maris, inferi, Alpium.

Italia contra : Il est clair que l’Italie possède trois côtés, la mer supérieure, la mer inférieure, les Alpes3.

4Ce texte s’insère dans un développement justifiant l’expression virgilienne contra Tiberina ostia, renvoyant à l’un de ces côtés. Il s’inscrit dans le langage géographique antique le plus classique, qui définit par des frontières naturelles (mers, fleuves, chaînes de montagne) l’extension des territoires. Il est cohérent avec une autre notice servienne relative au nom des Alpes et qui précise :

  • 4 Ibid., ad Aen. X, 13 : Alpes [….] quae secundum Catonem et Liuium muri uice tuebantur Italia (...)

[les Alpes] qui, selon Caton et Tite-Live, protégeaient l’Italie à la manière d’un mur4.

  • 5 Voir Caton, f. 85 Peter = Chassignet IV, 10.
  • 6 Tite-Live, XXI, 30, 5 : quarum alterum latus Italiae sit.
  • 7 Ibid., XXX, 28, 5 ; l’expression est déjà présente, à propos de l’Étrurie, en I, 2, 5.

5Ce passage a fait l’objet de multiples commentaires, d’abord parce qu’il fournit un extrait précieux des Origines de Caton5, que nous avons perdu. Pour Tite-Live, si aucun passage, dans le corpus dont nous disposons, ne nous livre précisément l’expression muri uice sous une forme ou une autre, la confrontation avec le texte livien révèle surtout une plus grande proximité avec plusieurs expressions de la troisième décade, au sein d’évocations d’Hannibal prêt, par exemple, à franchir les Alpes « dont l’un des versants se trouve en Italie »6, ou parcourant l’Italie ab Alpibus ad fretum, « des Alpes au détroit »7. La qualité de frontière naturelle constituée par les Alpes est à plusieurs reprises mentionnée ou au moins sous-entendue par ces textes.

  • 8 Voir Mazzarino 1966 et Lepore 1963 et 1980.

6Cependant, loin d’être simplement descriptive, cette définition de l’Italia comme coïncidant avec l’ensemble de la péninsule est, au moins à l’époque de Caton et encore à celle de Tite-Live, une prise de position à l’égard de l’extension de l’Italie : en effet, comme l’ont montré les travaux fondateurs de S. Mazzarino et E. Lepore8, la notion d’Italie a connu une histoire sémantique complexe, marquée par un élargissement progressif de son référent géographique, interrompu par un rétrécissement qu’on a pu justifier par des motifs politiques. Désignant au départ, chez Hécatée de Milet, une partie très limitée du Bruttium, puis une zone un peu plus étendue chez Antiochos de Syracuse, l’Italie a peu à peu désigné l’ensemble du monde grec d’Italie, pour finir par représenter l’ensemble de la péninsule, sans doute dès le iiie siècle, et, bien entendu, à l’époque de l’unification augustéenne et de la création des regiones.

  • 9 Voir Mahe-Simon 2003.
  • 10 Voir sur ce point les documents rassemblés par Campana 1987 et la synthèse de Briquel 1996.
  • 11 Nous avons tenté de retracer l’histoire de l’usage polémique du terme dans notre article, Mahe-Simo (...)
  • 12 Voir Pellizzari 2003, p. 224. Après le revival archaïsant du IIe siècle, la plupart des historiens (...)
  • 13 Voir Servius, ad Aen. VII, 563 : italiae mediohunc locum umbilicum Italiae chorographi dicun (...)
  • 14 Voir Servius, ad Georg. III, 475 et Strabon, IV, 6, 1 et 10 et VII, 5, 2 ; cf. Pellizzari 2003, p. (...)

7Dans la perspective de cette évolution sémantique, le nom Italia possède, ainsi que nous avons eu l’occasion de le rappeler9, une valeur polémique au cours des iiie, iie et ier siècles au moins ; elle apparaît très clairement dans le monnayage des insurgés de la Guerre sociale10 mais aussi, déjà, dans certains témoignages, en particulier oratoires, relatifs à la guerre contre Pyrrhus puis à celle d’Hannibal11. Sans doute, la connaissance très limitée que semble avoir Servius des annalistes et qui contraste avec le nombre élevé de notices annalistiques dans le Servius de Daniel12 permet d’expliquer à elle seule cette ignorance des enjeux liés à l’extension géographique du terme. Il ne retient que l’extension maximale de la notion et semble tenir compte de manière exclusive des données des chorographes relatives à la géographie interne de l’Italie, par exemple lorsqu’il situe l’ombilic de l’Italie, avec précision, chez les Hirpins13 ; mais le fait que l’histoire sémantique du nom soit présente chez Strabon, qu’on a pu rapprocher de Servius à propos des Iapydes, peuple habitant le versant occidental des Alpes orientales14, rend surprenant le silence de Servius à l’égard d’une histoire sémantique particulièrement riche.

8Celle-ci, ainsi que les enjeux idéologiques de la notion, peuvent cependant être retrouvés chez le grammairien, mais ils doivent être cherchés du côté des commentaires aux autres dénominations de l’Italie présentes chez Virgile. Il faut déjà noter que l’intérêt de Servius – et du Servius de Daniel – pour l’étymologie suscite naturellement la mention de l’origine controversée du nom Italie ; c’est le cas à propos du v. 533 du premier livre de l’Énéide, qui offre à Servius l’occasion de citer l’une des étymologies proposées – et au Servius de Daniel de multiplier les fiches – et s’inscrit dans un passage particulièrement précieux pour examiner l’attitude de Servius à l’égard de la toponymie virgilienne.

9Il vaut la peine de rappeler les vers mêmes de Virgile, qui paraissent presque serviens dans leur aspect de notice érudite ; Ilionée, qui s’adresse à Didon, évoque devant la reine la terre que recherchent Énée et ses compagnons :

  • 15 Virgile, Aen. I, 530-533 : « Il est une contrée que les Grecs appellent Hespérie, terre antique, pu (...)

Est locus, Hesperiam Grai cognomine dicunt,
Terra antiqua, potens armis atque ubere glaebae ;
Œnotri coluere uiri ; nunc fama minores
Italiam dixisse ducis de nomine gentem 15.

  • 16 Servius, ad Aen. I, 530 : est locvscomparatione orbis totius Italia locus est ; nam prouinci (...)

10Le commentaire de Servius s’articule en quatre lemmes, pour chacun des vers, qui naturellement viennent gloser les toponymes et les ethnonymes employés. Servius s’attache d’abord à préciser qu’il s’agit, dans est locus, d’une comparaison qui assimile l’Italie à la terre tout entière, car le terme locus ne peut être employé à propos d’une prouincia16. Puis, le grammairien commente le nom Hesperia :

  • 17 Servius, ad Aen. I, 530 : Hesperiae duae sunt, una quae Hispania dicitur, altera quae est in Italia (...)

hesperiam Il y a deux Hespéries, l’une qu’on appelle Hespérie, l’autre qui est en Italie. Voici par quel moyen on les distingue : soit on parle seulement d’« Hespérie » et on veut parler de l’Italie, soit on ajoute « la plus lointaine » et on veut parler de l’Hespérie qui se trouve à la limite de l’Occident, ainsi Horace : « qui, revenant maintenant de la plus lointaine Hespérie ». Et celle-ci est la vraie Hespérie, tirant son nom d’Hespéros, c’est-à-dire l’étoile du couchant. Mais l’Italie est appelée Hespérie à cause du frère d’Atlas qui, chassé par celui-ci, s’empara de l’Italie et lui donna le nom de la région précédente, comme nous l’apprend Hygin17.

  • 18 Voir Horace, Carm., I, 36, 4.
  • 19 Voir Servius 1961a, ad loc.
  • 20 Voir Denys d’Halicarnasse, I, 35.

11Le commentaire de Servius justifie l’emploi virgilien mais indique qu’en raison de l’étymologie de Hesperia, rapportée à l’étoile occidentale, Hespéros, l’identification de l’Hespérie avec l’Hispanie – identification qui est confirmée, avec la citation rappelée par Servius, chez Horace18 et reprise par la Souda et Isidore de Séville19 – est préférable. Servius ajoute cependant une donnée mythographique qui conforte l’affirmation virgilienne, et dont nous pouvons seulement remarquer qu’elle fait du nom Hesperia une appellation secondaire de l’Italie, due à une conquête grecque – ce qui entre en contradiction avec le témoignage de Denys d’Halicarnasse qui fait d’Hesperia et Ausonia les noms de l’Italie antérieurs à l’arrivée des Grecs20 ; mais le caractère grec du terme, souligné d’ailleurs par Virgile, et la mention possible de l’Hespérie chez Stésichore corroborent de toute façon l’ancrage du nom en milieu hellénique et sans doute dans le monde italiote.

  • 21 Voir Macrobe, Sat. VI, 1. Ce vers d’Ennius (Ann. 20) présente une variante intéressante puisqu’il s (...)
  • 22 Voir Virgile, Aen. III, 163.
  • 23 Elle fait intervenir, classiquement, un roi éponyme d’Hispanie, Hesperos.

12L’expression de Virgile rappelle ici l’époque de la colonisation grecque de l’Italie du Sud, alors même que l’Hesperia est ailleurs, dans les nombreux emplois du terme chez Virgile, présentée comme un équivalent d’Italia au sens large. Comme le remarque déjà Macrobe, le début du vers de Virgile est la reprise exacte d’un vers d’Ennius21, ce que, curieusement, ne précise pas Servius, et cette explication stylistique peut à elle seule rendre compte d’un emploi original chez Virgile, repris au chant III22 ; cette seconde occurrence permet à Servius de proposer une seconde étymologie pour Hesperia, sans reprendre les éléments d’explication de la première notice23.

13La mention par Virgile, au vers 532, des Œnôtres, infléchit en revanche le commentaire de Servius. Là encore, deux explications étymologiques sont proposées, auxquelles le Servius de Daniel ajoute une troisième :

  • 24 Oenotria autem dicta est uel a uino optimo, quod in Italia nascitur, uel ut Varro dicit ab O (...)

Œnotri colvere viri [...] L’Œnotrie tire son nom ou du vin excellent qui est produit en Italie ou, comme le dit Varron, d’Œnotrus, roi des Sabins ; † puisque d’autres racontent [qu’une partie de l’Italie s’appelle Œnotrie] car ( ?) [Œnotros] est venu d’Arcadie en Italie avec des Pélasges et lui a donné son nom24.

  • 25 Voir Servius, ad Aen. III, 165 : oenotriuel a rege uel a uino. Suit une explication de la se (...)

14Le deuxième toponyme, cité sans précision par Virgile, fait l’objet là encore d’une double explication étymologique, reprise de manière plus elliptique plus loin dans le commentaire, à propos du passage repris mot pour mot du précédent25. La seconde hypothèse est développée par le Servius de Daniel qui introduit la notice faisant intervenir la tradition de l’origine pélagique des Sabins. Celle-ci paraît documentée par Denys d’Halicarnasse, qui fait d’Œnotros le premier Grec venu se fixer en Italie, à la dix-septième génération avant la guerre de Troie. Toutefois, le rhéteur d’Halicarnasse livre une généalogie précise d’Œnotros, fils de Lycaon et petit-fils de Pélagos, en l’attribuant à Phérécyde d’Athènes, mais il n’assimile pas pour autant Œnôtres et Pélasges – il ne parle que d’Arcadiens – et ne mentionne pas Varron, qui est la source citée par Servius pour la filiation Œnotros, roi des Sabins / Œnôtres.

  • 26 Voir Briquel 1984, p. 474.
  • 27 Ibid., p. 474.
  • 28 Ibid., p. 599.
  • 29 Ibid., p. 600-601.

15Ce dernier point ne saurait surprendre, puisque, comme le remarque D. Briquel26, qui confronte ces passages à ceux qui mentionnent chez les deux auteurs les Aborigènes, futurs habitants de Rome, la théorie de Varron, pour qui « existe une liaison entre Œnôtres et Sabins, ennemis des Aborigènes », s’oppose à celle de Denys, pour qui « Œnôtres et Aborigènes se confondent27 ». Le Servius de Daniel fournit donc une notice qui semble compléter la première mais qui en fait la contredit. Ainsi que le met en évidence D. Briquel, le passage du Servius auctus, qui met clairement en relation Œnotros et les Pélasges, est totalement isolé28. Il témoigne d’une assimilation de légendes distinctes, d’un travail d’unification effectué par un érudit et attribué par D. Briquel à Éphore, qui a développé l’idée d’un enracinement arcadien des Pélasges29 ; si la notice du Servius de Daniel rend compte d’une telle synthèse, qui s’appuie sur l’information varronienne en la dépassant, elle entre en contradiction avec le texte de Servius même, qui cite pourtant explicitement Varron.

  • 30 Voir Hérodote, I, 167 et Étienne de Byzance, s.v. θυέλα, qui énumère, à la suite d’Hécatée de Milet (...)
  • 31 Voir Bayet 1920, p. 83-84.
  • 32 Voir Poucet 1963, p. 192 : « Quel rapport existe-t-il entre les Sabins d’une part, les habitants de (...)
  • 33 Voir Virgile, Aen. VII, v. 178-179. Voir aussi Jean le Lydien, Mens., I, 5.
  • 34 Voir Poucet 1963, p. 195-197.

16Le commentateur de Virgile, comme Denys, nous livre en tout cas un témoignage qui n’est pas idéologiquement neutre, et qui met en relation le nom Œnotria avec un territoire particulier de l’Italie, celui de la Sabine, ce qui ne manque pas de surprendre le lecteur dans la mesure où l’Œnôtrie, dans les sources les plus anciennes, désigne la zone de colonisation grecque de l’Italie du Sud, de Paestum à Tarente30. Ce point a été bien étudié d’abord par J. Bayet, qui dégage les étapes de la pénétration des « légendes œnotriennes depuis la Grande Grèce jusque dans le Latium31 » puis par J. Poucet32, qui met en évidence l’écart chronologique entre l’existence d’Œnotros et l’arrivée des Sabins en Sabine, et l’impossibilité, dans la pensée même de Varron, d’une alliance entre Arcado-Pélasges et Sabins. Pour le savant belge, la notice varronienne relève d’une « fantaisie étymologique » justifiée par la relation particulière entre les Sabins et le vin, telle que la décrit Virgile dans l’Énéide au chant VII où Sabinus est présenté comme le uitisator33, fantaisie qui reposerait sur un rapprochement entre Sabinus et serere (uitem)34. La Sabine, est, de fait, une terre vinicole, elle n’est cependant pas la seule.

  • 35 Sur les étymologies grecques chez Servius (mais sans que ce cas précis soit analysé), voir Uhl 1998 (...)
  • 36 Il faut d’ailleurs noter que J. Bayet, dans son article, s’appuie à plusieurs reprises sur le passa (...)
  • 37 Voir Varron, R. R., I, 2, 7 ; voir aussi Virgile, Georg. II, 136-176 et Denys d’Halicarnasse, I, 36 (...)

17Le rapport étymologique Œnotria / oinos paraît également simple, et est attesté précocement par les sources35 ; il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que le héros Œnotrus ait été rapproché de Sabinus. Mais nous voudrions dégager un aspect idéologique de la notice attribuée à Varron par le Servius de Daniel, qui ne nous semble pas relever seulement de son attachement bien connu à la Sabine, mais aussi d’une conception précise de l’Italie. S’il est possible d’expliquer le déplacement géographique progressif des héros et des ethnonymes par le biais de synthèses anciennes, de fusions, comme le fait J. Bayet pour les Œnôtres à propos de l’arcadisme romain36, la reprise par Virgile de ces dénominations nous semble relever d’une autre dynamique. Ainsi, l’excellence de la production vinicole italienne nous renvoie à l’un des thèmes privilégiés des éloges de l’Italie, dont les Res rusticae de Varron nous fournissent le premier exemple37.

  • 38 Voir Mahe-Simon 2009.
  • 39 Voir Virgile, Aen. VII, 178.

18Tous ces textes mettent en valeur la suprématie, sur tous les plans, de la péninsule, qu’il s’agisse de la situation géographique, du climat, de la faune, de la flore, et même de la géographie humaine. Mais, comme nous avons tenté ailleurs de le souligner38, le véritable objet de ces textes encomiastiques est l’Italie centrale, réduite parfois au Latium, qui représente le cœur même de l’Italie. La présentation, dans l’Énéide même, de Latinos comme descendant d’Italos, pourrait rendre compte de cette évolution toponymique, qui fait passer l’Italie d’un ancrage osque à une dimension avant tout sabine39. L’éloge des qualités naturelles de l’Italie va de pair, dans cette perspective, avec l’exaltation du mode de vie des populations de l’Italie centrale. Or nous retrouvons un écho de cette dimension anthropologique dans le commentaire que Servius propose pour le vers 600 du chant IX de l’Énéide :

  • 40 Italiae disciplina et uita laudatur : quam et Cato in Originibus et Varro in gente populi Ro (...)

dvrvm a stirpe genvs Les règles et le mode de vie de l’Italie sont loués ; ces deux aspects sont évoqués par Caton dans ses Origines et par Varron dans sa Provenance du peuple romain40.

  • 41 Voir Massa 1996, p. 27.
  • 42 Virgile, Georg. II, v. 167-170.

19L’allusion aux ouvrages de Caton et de Varron est ici explicite, et il semble être fait référence, précisément, aux passages que nous appelons laudes Italiae, même si Servius nous renvoie à un autre ouvrage, perdu, du polygraphe. Nous ne possédons plus de passage de Caton permettant d’appuyer précisément la notation de Servius, mais l’on sait qu’il se trouvait dans les Origines, qui proposaient, selon l’expression de G. Massa41, une mise en valeur de « l’Italie des mores romains » ; en tout cas l’éloge de l’Italie présent dans les Géorgiques nous livre une trace de ce motif, puisque la disciplina du genus acre uirum produit par l’Italie centrale est mise en valeur par Virgile – sans que d’ailleurs cela ne suscite aucun commentaire particulier chez Servius42.

20Un autre passage de Servius précise la valeur négative, polémique contenue dans cette exaltation de l’Italiae disciplina ; il concerne un discours d’exhortation que Turnus livre à ses troupes :

  • 43 Servius, ad Aen. XI, 420 : vrbes italaequia Diomedes peregrinus fuerat. Nam hoc dicit : habe (...)

21vrbes italae Puisque Diomède fut un étranger. Car il [Turnus] dit : nous avons des soldats italiens robustes, non une armée grecque, incompétente et débauchée43.

22Le commentaire vise à expliquer l’expression Italae urbes que Turnus emploie pour raviver le courage de ses troupes alors que la demande de secours des Latins auprès de Diomède a été un échec. Servius veut montrer que l’emploi de l’adjectif Italus est justifié par le fait que Brindes, la ville de Diomède, a été fondée par un peregrinus ; au contraire, l’aide recherchée par Turnus est celle que peuvent procurer les valeureux Italiens, qui sont opposés aux soldats grecs, incompétents et débauchés. L’opposition entre la vigueur des Italiens et la faiblesse militaire des Grecs est un thème récurrent, par exemple chez Tite-Live, à propos de la conquête de l’Italie du Sud puis dans le récit de la deuxième guerre punique. Mais ici elle ne trouve aucun point d’appui dans l’évocation de Diomède par Virgile, dans la première partie du chant, et ce commentaire du grammairien relève d’autre chose que de l’intertextualité virgilienne. Elle entre dans une conception ethnographique attestée à l’époque augustéenne et même chez les auteurs républicains mais que le grammairien semble reprendre ici à son compte pour expliquer les termes choisis par Turnus.

  • 44 Voir Mahe-Simon 2003.

23Dans cette perspective, l’Italie, identifiée à l’Œnôtrie, qui ne désigne plus le Sud de la péninsule colonisé par les Grecs mais constitue une dénomination archaïsante de l’Italie centrale, se définit au contraire comme tout ce qui n’est pas grec, comme ce qui concentre les qualités naturelles et morales du territoire national. C’est une évolution qui est perceptible dans l’ensemble de la littérature augustéenne, chez Tite-Live comme chez Virgile, et qui est le fruit d’une évolution sémantique dont nous avons ailleurs tenté de dégager les étapes44. Elle est le contrepoint d’une extension antérieure de l’Italia d’origine grecque à la péninsule tout entière par le biais des légendes mettant en jeu la suggeneia et permettant d’élargir le nomen Graecum à l’ensemble de l’Italie, contre les menées de Denys de Syracuse.

24Le commentaire qui suit presque immédiatement les deux précédents, et qui concerne cette fois non plus l’Hespérie et l’Œnôtrie mais l’Italie, nous fournit un aspect de l’érudition du commentateur tout à fait différent : Servius mentionne la dérivation de l’Italie à partir de l’éponyme Italos, roi de Sicile, dans des termes proches du commentaire au v. 2 du même premier chant, et rappelle le rapport entre Sicanos, frère d’Italos, et les Sicanes, mais le Servius de Daniel ajoute une série de notices relatives au nom de l’Italie particulièrement riche :

  • 45 Servius, ad Aen. I, 533 : Alii Italiam a bubus quibus est Italia fertilis, quia Graeci boues ἰταλού (...)

D’autres pensent que le nom Italie vient des bovins qui sont très nombreux en Italie, car les Grecs appellent les bovins italoi, et nous uituli ; d’autres d’un Italos roi des Ligures ; d’autres d’un étranger Molosse ; d’autres d’un étranger de Corcyre ; d’autres d’un fils de Vénus, roi des Lucaniens ; d’autres, d’un augure qui vint en ces lieux avec les Sicules [...]45.

25La suite est difficilement compréhensible, en raison de la corruption du texte :

† quamque his regionem inaugurauerit ; plures f atare tenari nepote de satura Minois, rege Cretensium, filia Italiam dictam.

26Le passage, qui n’offre aucun sens acceptable dans sa dernière section, a fait l’objet de plusieurs conjectures ; la première, due à Schœller, restitue pour :

plures † atare tenari nepote de satura

27la séquence suivante :

a Talo, Ariadne nepote de satu Bacchi,

  • 46 Servius 1961a, ad loc. ; Pausanias, VII, 4, 8.
  • 47 Jahn 1848.

28rattachant Talos à Italos et s’appuyant sur l’information donnée par Pausanias pour une telle filiation46. Schœller renonce à la dernière partie de la notice, Minois [...] filia. Cette restitution, qui malmène le texte proposé par les manuscrits, ne renvoie à aucune légende connue relative au nom de l’Italie. Aussi, O. Jahn47 propose-t-il la séquence suivante, en conservant le texte jusqu’à filia :

Plures a Tarente, Taenari nepote, de Saturia, Minois regis Cretensium filia, [Italiam dictam],

  • 48 Probus, ad Georg. II, 176.
  • 49 Voir la présentation synthétique de Wuilleumier 1939, p. 36.
  • 50 Voir Herodote, I, 24, qui fait précisément revenir Arion de Tarente ; Plin., Nat., IX, 28.
  • 51 Cf. étienne de Byzance., s. v. Ταίναρος.

29s’appuyant sur Probus, qui, dans son commentaire aux Géorgiques, indique la naissance d’un fils issu de cette union entre Taras et Saturia, sans que le nom Italus soit cité48. La justification de la leçon Taenari est justifiée, selon le savant allemand, par le rapprochement qui peut être fait49 entre les célèbres monnaies de Tarente représentant Taras chevauchant un dauphin, et la statue analogue se trouvant au cap Ténare et représentant un autre héros, Arion, dans la même position50 ; O. Jahn invoque aussi un notice du lexique d’Etienne de Byzance51 qui fait de Ταίναρος le frère de Kalabros, ce qui appuie la filiation entre Taras et la fille de Ténaros.

  • 52 Cf. Lepore 1963, p. 110-111.

30Nous ne pouvons dans le cadre de cet article reprendre ces hypothèses que la corruption du texte rend fragiles, mais nous pouvons seulement noter que le catalogue d’étymologies proposées par le Servius auctus pour le nom Italia met souvent en jeu des traditions liées à la Grande Grèce – en particulier Tarente – et à son histoire : c’est le cas, particulièrement, pour l’étymologie rapprochant Italia d’un « étranger Molosse », dans lequel E. Lepore, qui offre l’un des très rares commentaires à cette notice du Servius de Daniel pourtant très riche, reconnaît le neveu du Conquérant, Alexandre le Molosse, venu à l’appel de Tarente prêter main-forte à la colonie dans les années 330 av. J.-C.52 ; c’est aussi le cas, à propos de l’étranger corcyréen, Cléonymos, arrivé au début du iiie siècle ; l’identification d’Italos avec le roi épirote serait appuyée par la référence aux Lucaniens, dans la mesure où celui-ci est entré tôt en contact avec ce peuple.

31Servius auctus rend compte de notices d’origine grecque, remontant pour certaines à l’historiographie du ive siècle, dont certaines semblent nous échapper totalement, en même temps qu’il se fait l’écho de préoccupations idéologiques beaucoup plus récentes, sans doute nées dès le iie siècle, reconnaissables chez Caton puis Varron, et trouvant une actualité particulière dans la Rome d’Auguste. Ces différentes strates du savoir coexistent dans le commentaire de l’érudit, qui a toutefois conscience de la dimension idéologique de certains emplois virgiliens et dès lors, oriente sa notice en fonction de la portée de l’expression choisie par le poète.

Notes

1 Sur les 45 occurrences du nom dans le corpus virgilien, moins d’un quart font l’objet d’un commentaire grammatical ou historique.

2 Virgile, Georg. II, 138.

3 Servius, ad Aen. I, 13 : constat tria latera habere Italiam, superi maris, inferi, Alpium.

4 Ibid., ad Aen. X, 13 : Alpes [….] quae secundum Catonem et Liuium muri uice tuebantur Italiam.

5 Voir Caton, f. 85 Peter = Chassignet IV, 10.

6 Tite-Live, XXI, 30, 5 : quarum alterum latus Italiae sit.

7 Ibid., XXX, 28, 5 ; l’expression est déjà présente, à propos de l’Étrurie, en I, 2, 5.

8 Voir Mazzarino 1966 et Lepore 1963 et 1980.

9 Voir Mahe-Simon 2003.

10 Voir sur ce point les documents rassemblés par Campana 1987 et la synthèse de Briquel 1996.

11 Nous avons tenté de retracer l’histoire de l’usage polémique du terme dans notre article, Mahe-Simon 2003, p. 245-250.

12 Voir Pellizzari 2003, p. 224. Après le revival archaïsant du IIe siècle, la plupart des historiens républicains étaient connus sans doute à travers des excerpta conservés dans des répertoires comme celui de Nonius Marcellus.

13 Voir Servius, ad Aen. VII, 563 : italiae mediohunc locum umbilicum Italiae chorographi dicunt. Est autem in latere Campaniae et Apuliae, ubi Hirpini sunt (« Les chorographes disent que là se trouve l’ombilic de l’Italie. Mais il se trouve aux confins de la Campanie et de l’Apulie, où demeurent les Hirpins »). Cette localisation de l’ombilic s’explique non par des mesures géographiques mais par la présence d’eaux sulfureuses à proximité ; cependant, c’est bien un argument géographique qui est utilisé par Servius, à la fin de cette notice, pour récuser l’identification faite par Donat, peut-être après Varron, de l’ombilic de l’Italie avec le fleuve lucanien Calor : quod ideo non procedit, quia ait ‘Italiae medio’.

14 Voir Servius, ad Georg. III, 475 et Strabon, IV, 6, 1 et 10 et VII, 5, 2 ; cf. Pellizzari 2003, p. 47, spéc. n. 61.

15 Virgile, Aen. I, 530-533 : « Il est une contrée que les Grecs appellent Hespérie, terre antique, puissante par les armes comme par la fécondité de la glèbe ; les OEnôtres l’ont habitée ; on dit que par la suite cette nation a pris d’un de ses chefs et porte maintenant le nom d’Italie » [trad. J. Perret dans la CUF].

16 Servius, ad Aen. I, 530 : est locvscomparatione orbis totius Italia locus est ; nam prouincia locus non potest dici. L’Italie apparaît donc bien, au sens strict, comme une prouincia pour Servius.

17 Servius, ad Aen. I, 530 : Hesperiae duae sunt, una quae Hispania dicitur, altera quae est in Italia. Quae hac ratione discernuntur : aut enim Hesperiam solam dicis et significas Italiam, aut addis ‘ultimam’ et significas Hesperiam, quae in Occidentis est fine, ut Horatius qui nunc Hesperia sospes ab ultima. Et haec est uera Hesperia, ab Hespero dicta, id est stella occidentali. Ceterum Italia Hesperia dicitur a fratre Atlantis, qui pulsus a germano Italiam tenuit eique nomen pristinae regionis inposuit, ut Hyginus docet.

18 Voir Horace, Carm., I, 36, 4.

19 Voir Servius 1961a, ad loc.

20 Voir Denys d’Halicarnasse, I, 35.

21 Voir Macrobe, Sat. VI, 1. Ce vers d’Ennius (Ann. 20) présente une variante intéressante puisqu’il se présente sous la forme : est locus, Hesperiam quem mortales perhibebant. Virgile, lui, insiste sur l’ancrage grec de cette dénomination, qui n’est peut-être pas encore, à l’époque d’Ennius, une curiosité toponymique. En tout cas, cela n’intéresse pas Servius.

22 Voir Virgile, Aen. III, 163.

23 Elle fait intervenir, classiquement, un roi éponyme d’Hispanie, Hesperos.

24 Oenotria autem dicta est uel a uino optimo, quod in Italia nascitur, uel ut Varro dicit ab Oenotro, rege Sabinorumquia alii partem Italiae Oenotriam tradunt ex Arcadia profectum in Italia uenisse cum Pelasgis et eam sibi cognominem fecisse.

25 Voir Servius, ad Aen. III, 165 : oenotriuel a rege uel a uino. Suit une explication de la seconde hypothèse à partir de la mention de Saturne uitisator.

26 Voir Briquel 1984, p. 474.

27 Ibid., p. 474.

28 Ibid., p. 599.

29 Ibid., p. 600-601.

30 Voir Hérodote, I, 167 et Étienne de Byzance, s.v. θυέλα, qui énumère, à la suite d’Hécatée de Milet, un certain nombre de cités œnotriennes. Cf. aussi Strab., V, 1, 1 ; VI, 1, 4 : ps.-Scymn., 247-248.

31 Voir Bayet 1920, p. 83-84.

32 Voir Poucet 1963, p. 192 : « Quel rapport existe-t-il entre les Sabins d’une part, les habitants de l’extrême sud de la péninsule italique d’autre part ? Quand l’éponyme des œnôtriens a-t-il pu porter ce titre de roi des Sabins ? »

33 Voir Virgile, Aen. VII, v. 178-179. Voir aussi Jean le Lydien, Mens., I, 5.

34 Voir Poucet 1963, p. 195-197.

35 Sur les étymologies grecques chez Servius (mais sans que ce cas précis soit analysé), voir Uhl 1998, p. 505-515.

36 Il faut d’ailleurs noter que J. Bayet, dans son article, s’appuie à plusieurs reprises sur le passage qui nous intéresse, Servius, ad Aen. I, 532-533, pour justifier l’élargissement sémantique de l’Œnôtrie, Servius indiquant, par exemple, qu’Italos, Œnôtre, est roi des Ligures.

37 Voir Varron, R. R., I, 2, 7 ; voir aussi Virgile, Georg. II, 136-176 et Denys d’Halicarnasse, I, 36, Strabon, VI, 1, 4, Pline, N. H., III, 5.

38 Voir Mahe-Simon 2009.

39 Voir Virgile, Aen. VII, 178.

40 Italiae disciplina et uita laudatur : quam et Cato in Originibus et Varro in gente populi Romani commemorat.

41 Voir Massa 1996, p. 27.

42 Virgile, Georg. II, v. 167-170.

43 Servius, ad Aen. XI, 420 : vrbes italaequia Diomedes peregrinus fuerat. Nam hoc dicit : habemus robur Italum, non Graecum militem, inertem et dissolutum.

44 Voir Mahe-Simon 2003.

45 Servius, ad Aen. I, 533 : Alii Italiam a bubus quibus est Italia fertilis, quia Graeci boues ἰταλούς, nos uitulos dicimus ; alii a rege Ligurum Italo ; alii ab aduena Molossio ; alii a Corcyreo ; alii a Veneris filio, rege Lucanorum ; alii a quodam augure qui cum Siculis in haec loca uenerit

46 Servius 1961a, ad loc. ; Pausanias, VII, 4, 8.

47 Jahn 1848.

48 Probus, ad Georg. II, 176.

49 Voir la présentation synthétique de Wuilleumier 1939, p. 36.

50 Voir Herodote, I, 24, qui fait précisément revenir Arion de Tarente ; Plin., Nat., IX, 28.

51 Cf. étienne de Byzance., s. v. Ταίναρος.

52 Cf. Lepore 1963, p. 110-111.

Auteur

École normale supérieure, Paris

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540