Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Méthode et philosophie de Servius

Sur quelques passages de Servius

Étienne Wolff

Testo integrale

Sur quelques affirmations géographiques de Servius

  • 1 Nous parlons du seul Servius, dont le commentaire date du début du ve siècle, et non de Se (...)

1Servius1 dans l’introduction aux Géorgiques écrit que Hesiodus fuit de Ascra insula, « était originaire de l’île d’Ascra ». Servius prenait-il Ascra pour une île ? Apparemment non, puisqu’il dit ad Georg. II, 176 que Hesiodus de ciuitate Ascra fuit, « était originaire de la cité d’Ascra ». Rien n’empêcherait cependant qu’il prenne Ascra pour une petite île dont la ville principale porterait, comme c’est souvent alors le cas, le nom de l’île.

2Il qualifie également ad Georg. II, 64 Paphos d’île (a Papho insula), tout en disant ailleurs que c’est une ciuitas (ad Aen. I, 415 : Paphum ciuitatem Cypri ; ad Aen. X, 51 : Amathus et Paphos Cypri insulae ciuitates sunt Veneri consecratae). Ici il ne peut y avoir identité de nom entre la ville et l’île.

3Puis c’est la ville ionienne d’Érythrée, d’où était originaire la Sibylle de Cumes, qui est qualifiée d’île ad Aen. VI, 36 (apud Erythram insulam) et 321 (Erythraeam.insulam).

4Enfin ad Aen. IV, 426 c’est Aulis qui est traitée d’île (Aulis est insula).

5L’établissement du texte n’étant pas en cause, deux explications se révèlent possibles : soit Servius commet une erreur, soit insula admet parfois un autre sens.

  • 2 A. Blaise 1975, s.v.

6La seconde hypothèse n’est pas invraisemblable. En effet insula, qui peut désigner en latin classique un « pâté de maisons », un « bloc de maisons » à usage locatif, finit par avoir en latin médiéval le sens de « groupe de maisons à la campagne »2. Mais du sens de « groupe de maisons à la campagne » à celui de « bourg » il y a un pas, et d’autre part ce sens même de « groupe de maison à la campagne » ne semble pas attesté avant le xe siècle.

7La première hypothèse devient alors la seule envisageable. Prenons les cas un par un.

  • 3 Voir ThLL II, 1463, 32-36.

8Aulis est déjà considérée comme une île chez Manilius IV, 637-638 (Cycladas Delonque Rhodonque / Aulidaque et Tenedum). Servius reproduit donc une erreur dont on a un exemple à peu près contemporain dans l’Itinerarium Antonini (525 : insula Bœotiae Aulis) et d’autres exemples plus tardifs3.

9En ce qui concerne Paphos, l’affirmation de Servius n’est pas non plus isolée. On la retrouve chez Isidore de Séville, Étymologies XVII, 7, 64 (passage nettement influencé par Servius, ad Georg. II, 64, cité plus haut) : Paphiae [des sortes de laitues] a Papho insula dictae, unde prius adlatae sunt. Dans un autre passage, Étymologies XIV, 6, 14, Isidore semble établir une équivalence entre Cypros et Paphos : Cypros insula a ciuitate Cypro, quae in ea est, nomen accepit ; ipsa est et Paphos Veneri consecrata in Carpathio mari. L’erreur pourrait venir d’une mauvaise compréhension d’un vers d’Ovide, Métamorphoses X, 295 : Illa Paphon genuit, de qua tenet insula nomen, « Celle-ci [la jeune épouse de Pygmalion] mit au monde une fille, Paphos, dont l’île a retenu le nom ».

10Pour Érythrée, l’affirmation de Servius est reprise par le Premier Mythographe du Vatican (150 = II, 51, 2 Berlioz) et par le Deuxième Mythographe du Vatican (109), qui s’inspirent tous deux clairement de lui dans ce passage.

11S’agissant d’Ascra en revanche, on ne trouve nulle part ailleurs l’idée qu’il s’agirait d’une île, sauf dans la Breuis expositio Georgicorum (Hic autem Hesiodus fuit de Ascra insula), qui dépend de Servius.

12Plusieurs problèmes se posent ici. Le premier est celui des contradictions de Servius. Comment peut-il par exemple dire à la fois que Paphos est une île et une cité de Chypre ? Si la réponse n’est pas aisée, du moins relève-t-on d’autres contradictions dans son œuvre. Peut-être s’expliquent-elles par le recours à des sources différentes, ou par le fait que toutes les parties de son commentaire n’ont pas été composées à la même époque.

  • 4 M. Hendry 1999 a proposé de corriger Epidaurus en Epidamnus.
  • 5 Sans doute par une confusion entre le lion du Cithéron et celui de Némée, tués l’un et l’autre par (...)
  • 6 La destruction d’Éleusis en 396 par Alaric, puis l’installation des chrétiens sur le sanctuaire ru (...)
  • 7 É. Thomas 1879, p. 138 ; A. Pellizzari 2003, p. 116-141.

13Le deuxième problème est celui de la culture de Servius et du public auquel il s’adresse. On sait qu’il juxtapose des éclaircissements sur des points très connus et des développements sur des questions pointues. Mais il est clair qu’il porte un intérêt limité aux questions géographiques, les commentaires sur ce sujet étant peu nombreux. Et il est singulièrement flou dans ce domaine. Il place Paestum en Calabre et non en Lucanie (ad. Georg. IV, 119), Sicyone en Laconie et non en Achaïe (ad Georg. II, 519), Élis en Arcadie et non en Élide (ad Georg. III, 202), le Parnasse en Thessalie et non en Phocide (ad Buc. VI, 29), le mont Tmaros en Thrace et non en Épire (ad Buc. VIII, 6), Épidaure en Épire et non en Argolide (ad Georg. III, 44)4, Némée près de Thèbes et non en Argolide (ad Aen. VIII, 295)5, l’Hyrcanie en Arabie et non près de la mer Caspienne (ad Aen. IV, 367). L’essentiel des imprécisions concerne la Grèce. Parallèlement il juge bon d’expliquer que le Tibre et l’Anio sont des fleuves d’Italie (ad Georg. IV, 367 : Tiberis et Anio Italiae sunt fluuii), la Germanie une province occidentale (ad Georg. I, 509 : Germania occidentis prouincia), et Éleusis une cité de l’Attique (ad Georg. I, 163 : Eleusin ciuitas est Atticae prouinciae, haud longe ab Athenis)6, comme si cela n’allait pas de soi. La précision sur le Tibre est d’autant plus surprenante qu’on considère habituellement, à partir de Macrobe (Saturnales VI, 6, 1 : cotidie enim enarrando eundem uatem [= Vergilium], necesse est habeat [Seruius] huius adnotationis scientiam promptiorem), du pseudo-Acron (ad Horace, Satires I, 9, 76 : Seruius magister urbis) et de passages de Servius lui-même sur des monuments romains7, qu’il enseignait à Rome. À qui de telles explications pouvaient-elles alors être destinées ?

  • 8 Martianus Capella, Noces de Philologie et de Mercure VI, 642.
  • 9 Par exemple Conrad de Mure (xiie siècle) dans son Fabularius fait d’Aulis une île (éd. T. (...)

14Deux petites conclusions peuvent être dégagées. D’abord, il est net que Servius répète des erreurs qu’il a lues sans prendre la peine de vérifier la qualité de l’information. Il reproduit la tendance des géographes tardifs à se servir de sources livresques obsolètes et à ne plus pratiquer l’autopsie. Ainsi un peu plus tard, Martianus Capella intègre le Latium dans une liste de villes8. Ces erreurs étaient répandues puisqu’on les retrouve chez plusieurs auteurs médiévaux9, qui ne sont pas dépendants de notre seul grammaticus. Ilyalà la trace d’une conception de la géographie comme pur trésor poétique. Ensuite, Servius est dans l’ensemble moins précis et exact en matière géographique que Servius Danielis (voir par exemple ad Buc. IV, 13 ; VIII, 6 ; X, 11 ; Georg. II, 519 ; IV, 119, 278). La chose n’est pas en soi étonnante, dans la mesure où Servius Danielis est une mosaïque faite de pièces diverses qui sont pour beaucoup postérieures à Servius.

15Enfin, on notera que les confusions historiques sont en revanche assez rares : ad Buc. VI, 6, Servius considère que l’églogue est dédiée à Quinctilius Varus, le vaincu de Germanie, alors qu’elle l’est à Alfenus Varus, gouverneur de Cisalpine après Pollion. Plus curieux : il place la mort de César la veille ou l’avant-veille des ides de mai, dans la préface aux Bucoliques (cum post occisum III iduum Maiarum die in senatu Caesarem) et ad Georg. I, 466 (constat autem, occiso Caesare in senatu pridie iduum Maiarum solis fuisse defectum ab hora sexta usque ad noctem), où la formulation ambiguë s’éclaire par rapprochement avec le texte précédent ; il s’agit bien d’une erreur de datation, facilitée peut-être par la proximité entre Martiarum et Maiarum.

Sur le sens de l’adverbe uulgo et de l’adjectif uulgarew10 chez Servius

  • 10 A. Uhl 1998, p. 339-361, a consacré de bonnes pages à ces deux concepts.

16Voici les passages qui touchent notre propos, et que nous étudierons un par un :

(1)Ad Buc. I, 57 :palvmbescolumbae, quas uulgus tetas uocant. Et non dicuntur latine, sed multorum auctoritas latinum facit.
(2)Ad Buc. IV, 49 :iovis incrementvmnutrimentum : et est uulgare, quod bucolico congruit carmini.
(3)Ad Buc. V, 17 :salivncaherbae genus, quam orcitunicam uulgo uocant.
(4)Ad Georg. I, 1 : nam fimus, qui per agros iacitur, uulgo laetamen uocatur.
(5)Ad Georg. I, 215 : haec autem herba [= medica] uulgo dicitur scylla.
(6)Ad Georg. II, 68 : est enim abietis species apta nauibus, quam sappinum uulgo uocant.
(7)Ad Georg. II, 84 : [lotos] quae uulgo faba Syriaca dicitur.
(8)Ad Georg. III, 148 : οίστρος autem graecum est : latine asilus, uulgo tabanus uocatur.
(9)Ad Aen. I, 282 : recinus autem dicitur ab eo, quod post tergum reicitur, quod uulgo maforte dicunt.
(10)Ad Aen. I, 649 :acanthogenus uirgulti flexuosum, quod uulgo herbacanthum dicunt.
(11)Ad Aen. III, 466 :lebetasollas aereas. Graece dixit ; zemas enim uulgare est, non Latinum.
(12)Ad Aen. V, 602 : lusus ipse, quem uulgo pyrrhicham appellant, Troia uocatur.
(13)Ad Aen. XI, 671 : nam suffusi equi dicuntur quos uulgo incespitatores uocant.

  • 11 J. Andre 1967, p. 154.
  • 12 A. Uhl, op. cit., p. 71-72.

17Le passage 1 donne deux informations distinctes. La première porte sur le substantif teta, qualifié de uulgo, qui désigne peut-être l’oiseau titus11. Ensuite, Servius dénonce dans palumbes une incorrection qui touche, non le lexique mais la morphologie : il récuse la flexion de ce mot selon la troisième déclinaison12.

18Dans le passage 2, Servius critique l’emploi de incrementum au sens de « rejeton, descendant », et glose curieusement par nutrimentum. Pourtant incrementum se lit depuis Varron et Cicéron et ne paraît pas de registre bas. Le vulgarisme supposé est cependant accepté ici au nom du caractère rustique des Bucoliques.

  • 13 J. Andre 1985, p. 181.

19Dans le passage 3, le orcitunica de l’édition de référence doit être graphié Orci tunica, nom du nard celtique13. L’expression se rencontre dans un seul autre texte latin, le Pseudo-Dioscoride (II, 176), où elle désigne l’anémone coronaire. Cette périphrase imagée pourrait s’expliquer par l’usage d’enduire de parfums le corps des défunts.

20Le passage 4 qualifie de uulgo le substantif laetamen, attesté pourtant chez Pline l’Ancien et Palladius. C’est apparemment un mot technique ou spécialisé.

21Dans le passage 5, scylla (scilla) n’est pas un terme univoque. Varron, Pline l’Ancien, et Virgile lui-même (Georg. III, 451) l’emploient pour caractériser différentes plantes. Il s’agit sans doute également d’un mot spécialisé.

  • 14 Ibid., p. 226.

22Passage 6, sap(p)inus se rencontre chez Varron, Vitruve, Pline l’Ancien. C’est encore un mot spécialisé, d’origine pré-indo-européenne14.

  • 15 Ibid., 1985, p. 101.

23L’expression faba Syriaca, passage 7, qui désigne le micocoulier15, n’a pas de parallèle sauf chez Isidore (Etymologies XVII, 7, 9), qui reprend Servius, et chez le médecin Théodore Priscien (Euporiston faenomenon 64). C’est apparemment le nom courant par opposition au nom savant.

24Le passage 8 est extrêmement intéressant. Le mot tabanus est attesté chez Nigidius Figulus (Servius Danielis, ad Georg. III, 146), Varron et Pline l’Ancien. On semble avoir affaire à un mot spécialisé. Cependant, l’opposition explicite dans le texte de Servius entre latine et uulgo oriente vers une distinction entre langue littéraire et langue courante. Un extrait de Sénèque (Lettres à Lucilius 58, 2) indique qu’asilus n’est plus usité : il a donc été remplacé, et le mot de remplacement, que Sénèque ne donne pas, est à l’évidence tabanus. Le mot courant a alors chassé le mot littéraire.

  • 16 Voir ThLL VIII, 49, 75 sq.

25Passage 9, maforte ou mafortium est un mot tardif et surtout chrétien16. C’est Nonius Marcellus qui paraît le mentionner pour la première fois (542, 1) : Ricinum, quod nunc mafurtium dicitur, palleolum femineum breue. Il s’agirait alors, non d’un mot familier, mais d’un mot contemporain.

  • 17 Passio IV coronatorum (ve siècle ?), voir ThLL VI, 3, 2623, 37-43.

26Passage 10, herbacanthus, « acanthe », est un mot qui ne se lit autrement que dans un texte tardif17. On ne peut déterminer à quel registre de langue il appartient.

27Dans le passage 11, Servius explique que Virgile a recouru à un mot grec, lebes, glosé par olla, parce qu’il ne pouvait employer zema, qui est uulgare ; zema, très rare en latin, ne se lit guère que chez Apicius. Mais comme ce zema est lui aussi d’origine grecque, c’est bien sur le niveau de langue qu’insiste Servius. Quoi qu’il en soit, le recours au grec paraît néanmoins anoblir le propos et l’élever au-dessus des réalités ordinaires : ainsi ad Aen. I, 726, à propos de lychni, Servius écrit : Graeco sermone usus est, ne uile aliquid introferret (le mot que Servius félicite Virgile d’avoir évité est sans doute lucerna).

28Dans le passage 12, Servius fait une confusion entre le lusus Troiae, concours de cavaliers enfants, et la pyrrhique, danse guerrière.

29Le incespitator du passage 13 est un hapax signifiant manifestement « qui trébuche [sur le gazon] ».

  • 18 C’est ce que suppose R. Maltby 2003, p. 271-272 pour tabanus.
  • 19 Ce sont les lemmes où Servius oppose antiqui et hodie, nunc ou modo ; sur les antiqui, voir A. Uhl(...)

30Il apparaît à travers ces exemples que uulgo et uulgare peuvent renvoyer à des réalités assez différentes : la langue contemporaine, la langue familière et quotidienne (urbaine ou rurale), la langue technique et spécialisée, avec éventuellement des interférences entre ces catégories. Il est possible aussi que des mots d’abord techniques soient devenus ensuite familiers18. Cependant, à supposer que tel soit le cas, si Servius ne mentionne pas ce changement c’est qu’il n’en a pas conscience. On sait en effet qu’il est attentif à l’évolution de la langue, de nombreux passages le montrent19. Et il ne conçoit pas cette évolution comme une dégradation : la norme du bien parler n’est pas chez lui fixée définitivement par référence aux auteurs classiques (du iie siècle avant au ier siècle après notre ère).

31Dans les passages 8 et 11 uulgo et uulgare sont opposés à latine et Latinum. La latinitas (« latin correct ») est la norme, mais c’est un concept qui n’est pas figé. D’abord, parce que cette correction comporte des degrés. Ainsi ad Georg. IV, 296, Aen. I, 460 et Aen. VII, 247, il est respectivement melius de faire de imbrex un féminin plutôt qu’un masculin, d’employer plenus avec le génitif et de dire tiara plutôt que tiaras. Ad Aen. I, 47, les deux formulations tota nocte legi et totam noctem legi sont acceptables, mais la seconde est honestior elocutio. Ad Aen. I, 599, la construction de egeo avec le génitif est honestius que celle avec l’ablatif. Il n’y a donc pas d’absolu, mais des préférences.

32Ensuite, parce que l’auctoritas multorum, comme on l’a vu dans le passage 1, rend latinum ce qui auparavant ne l’était pas. Certes ces multi sont évidemment de bons auteurs, non la masse des locuteurs latins, mais on a là l’indication que la notion de correction peut évoluer.

33Par ailleurs, certains emplois et figures sont possibles en poésie mais exclus en prose (voir sur cette opposition prose-poésie ad Aen. I, 30, 251, 318, 451), même si la poésie parfois influence la prose (ainsi pour le génitif pluriel uirum, ad Aen. II, 18 : qua figura etiam in prosa utimur, ou pour mage au lieu de magis, ad Aen. X, 481 : quod adeo in usum uenit, ut etiam in prosa inueniatur).

  • 20 On sait que dans la terminologie de Servius les idonei (auctores) sont les « bons auteurs », voir (...)

34Enfin, il arrive qu’on ne voie pas bien selon quels critères cette latinitas est parfois refusée. J’en prendrai un exemple : ad Georg. III, 124, Servius indique que Virgile emploie pingue de manière substantivée, et ajoute : ita in omnibus idoneis20 inuenitur ; nam nec pinguedo nec pinguetudo latinum est. Or pinguedo se rencontre chez Pline l’Ancien, et pinguetudo (pinguitudo) chez Caton, Varron, etc., et il s’agit de mots dont la formation est tout à fait banale.

Sur quelques remarques lexicales de Servius

35Certaines gloses de Servius témoignent soit de confusions de sa part soit d’une évolution de la langue qui nous échappe en partie.

36Ad Georg. I, 192 (alibi :’nequiquam seros exercet noctua cantus’, id est non), il glose nequiquam (« en vain, sans raison ») par non, ce qui paraît une confusion avec nequaquam (« nullement ») ; même chose ad Georg. I, 403. Nous n’avons trouvé qu’un passage en latin où nequiquam ait le sens de nequaquam, chez Varron, Res rusticae II, 10, 10 ; encore la plupart des éditeurs corrigent-ils le texte.

37Ad Georg. IV, 202, il donne la lecture refigunt (refigo signifie « enlever, abolir, annuler »), contrairement aux éditeurs modernes qui écrivent refingunt, et la glose par figunt, ce qui convient pour refingo, pas pour refigo. On notera que ad Georg. IV, 57, il donne de même figunt là où les éditeurs modernes écriventfingunt. Il n’est pas exclu qu’il ait jugé le -n- indifférent et pensé que fingo et figo étaient équivalents, par confusion avec le problème de la chute du -n- devant -s-. Il écrit en effet ad Georg. I, 262 : Antiqui’n’addebant, quod nos propter euphoniam in aliquibus detraximus, ut’obtusus’; in aliquibus enim remansit, ut’tunsus’et répète la chose ad Aen. I, 480. Cependant pour les autres passages où Virgile emploie fingo ou refingo, il reproduit la forme correcte.

38Ad Georg. II, 59 (modo’degenerant’uertuntur in peius ; alias in melius), il fait état d’un sens exceptionnel du verbe degenerare, celui d’un changement en mieux. Ce sens est attesté dans le ThLL V, 1, 382, 6-8, exclusivement chez Ennode de Pavie (vie siècle). Peut-être l’état contemporain de la langue se fait-il jour ici.

Sur deux derniers passages de Servius

  • 21 Cf. néanmoins Molière, George Dandin I, 4 : « george dandin – Puisqu’il faut donc parler catégoriq (...)
  • 22 Servius, on le sait, a commencé par étudier l’Énéide, avant de poursuivre avec les Bucoliques puis (...)

39Ad Georg. IV, 321, où Aristée s’adresse à sa mère par les mots Mater, Cyrene, mater, Servius commente : inuidiosum est nomine parentes uocare, « il est révoltant d’appeler ses parents par leur nom ». Cette étrange remarque21 s’éclaire par ad Aen. I, 76, où, commentant le vocatif regina par lequel Éole s’adresse à Junon, Servius avait22 écrit : inferioris personae reuerentia est maiorem meritis appellare, non nomine ; contra maioris est minorem nomine tantum uocare. Il ajoute que seule une violente émotion peut entraîner l’oubli de cette règle, ainsi dans Aen. XII, 652, où Sacès blessé implore Turnus en l’appelant par son nom ; et de fait à ce vers il écrit : nam contumelia est nomine suo superiorem uocare. Aristée manque donc de respect à sa mère. L’importance du nom même d’une personne ou d’une entité est illustrée par l’anecdote (ad Aen. I, 277) selon laquelle le nom véritable de Rome est tenu secret, un tribun ayant été mis en croix pour l’avoir divulgué.

40Ad Georg. IV, 507, Servius dit du Strymon, auprès duquel Orphée passa les derniers mois de sa vie, que fluuius est Thraciae, circa quem ad extinguendum amoris morabatur calorem. Il confère donc à ce fleuve la propriété habituellement attribuée au Saut de Leucade, nom de la falaise de cette île d’où l’on se jetait pour guérir de l’amour (cf. Servius Danielis, ad Aen. III, 274 : De hoc Leucate amatores se in mare ad excludendum amorem praecipitare dicebantur ; ad Buc. VIII, 59 : apud Leucaten soliti erant se praecipitare qui aut suos parentes inuenire cupiebant, aut amari ab his desiderabant quos amabant).

En guise de conclusion

41Nos remarques, fruit d’une lecture soigneuse de Servius par un non-linguiste, ont pu paraître un peu dispersées et pointillistes. L’idée était d’abord de montrer la dépendance de Servius, dans certains domaines, envers des sources antérieures (car il intègre le travail des savants qui l’ont précédé) dont il ne vérifie pas la pertinence ni la compatibilité : c’est net pour la géographie, une matière qui ne l’attire manifestement pas ; mais on aurait pu le montrer aussi pour l’étymologie, un sujet en revanche qui lui tient à cœur. Ensuite, nous voulions souligner son intérêt pour la question des variations d’états et de niveaux de langue, notamment son attention à l’évolution historique et à l’écart entre la langue littéraire et l’usage quotidien. Si le but principal de Servius est d’expliquer et de justifier Virgile, il a également d’autres perspectives (par exemple, en faisant revivre la civilisation et la culture romaines antiques, il cherche à redonner des forces à la tradition païenne) : l’investigation grammaticale et linguistique est l’une d’elles. Et il ne reste absolument pas figé dans le conservatisme linguistique, contrairement à ce que son statut de grammaticus et son portrait dans les Saturnales de Macrobe (Aviénus lui reproche son passéisme en I, 5, 1-3) pourraient faire croire. Il n’est pas le gardien du langage, il en est plutôt l’observateur.

Note

1 Nous parlons du seul Servius, dont le commentaire date du début du ve siècle, et non de Servius Danielis, qui a un statut hétérogène. L’édition utilisée est celle de Thilo-Hagen 1961a et 1961b.

2 A. Blaise 1975, s.v.

3 Voir ThLL II, 1463, 32-36.

4 M. Hendry 1999 a proposé de corriger Epidaurus en Epidamnus.

5 Sans doute par une confusion entre le lion du Cithéron et celui de Némée, tués l’un et l’autre par Hercule.

6 La destruction d’Éleusis en 396 par Alaric, puis l’installation des chrétiens sur le sanctuaire ruiné afin d’en empêcher la restauration, avaient pourtant mis la ville sur le devant de l’actualité.

7 É. Thomas 1879, p. 138 ; A. Pellizzari 2003, p. 116-141.

8 Martianus Capella, Noces de Philologie et de Mercure VI, 642.

9 Par exemple Conrad de Mure (xiie siècle) dans son Fabularius fait d’Aulis une île (éd. T. Van De Loo, Turnhout, Brepols, 2006, p. 63, 369 et 263, 71).

10 A. Uhl 1998, p. 339-361, a consacré de bonnes pages à ces deux concepts.

11 J. Andre 1967, p. 154.

12 A. Uhl, op. cit., p. 71-72.

13 J. Andre 1985, p. 181.

14 Ibid., p. 226.

15 Ibid., 1985, p. 101.

16 Voir ThLL VIII, 49, 75 sq.

17 Passio IV coronatorum (ve siècle ?), voir ThLL VI, 3, 2623, 37-43.

18 C’est ce que suppose R. Maltby 2003, p. 271-272 pour tabanus.

19 Ce sont les lemmes où Servius oppose antiqui et hodie, nunc ou modo ; sur les antiqui, voir A. Uhl, op. cit., p. 419-420.

20 On sait que dans la terminologie de Servius les idonei (auctores) sont les « bons auteurs », voir A. Uhl, op. cit., p. 237-239.

21 Cf. néanmoins Molière, George Dandin I, 4 : « george dandin – Puisqu’il faut donc parler catégoriquement, je vous dirai, Monsieur de Sotenville, que j’ai lieu de… monsieur de sotenville – Doucement, mon gendre. Apprenez qu’il n’est pas respectueux d’appeler les gens par leur nom, et qu’à ceux qui sont au-dessus de nous il faut dire ”Monsieur” tout court. »

22 Servius, on le sait, a commencé par étudier l’Énéide, avant de poursuivre avec les Bucoliques puis les Géorgiques.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540