Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Méthode et philosophie de Servius

L’autonymie et la connotation autonymique dans le Commentaire de Servius aux Bucoliques : quelques pièges pour les traducteurs

Christian Nicolas

Texte intégral

1Le procédé de l’autonymie est par essence surabondamment représenté dans un texte de commentaire. Ce que l’on s’apprête à dire de celui que Servius a donné aux Bucoliques de Virgile n’a rien de spécifique à ce texte. C’est le genre du commentaire qui est globalement en cause.

2En effet, la technique même de juxtalinéarité qui est employée par Servius dans ses commentaires virgiliens, identique dans sa méthode à celle, par exemple, de Donat commentant Térence, oblige à partir d’un matériau pré-existant, ici le texte virgilien. Ce texte, par bribes plus ou moins longues, est cousu à celui du commentaire lui-même. Or ces lemmes virgiliens cités pour eux-mêmes, objets du métatexte, sont des autonymes. Ne serait-ce que par cette omniprésence des lemmes commentés, le texte de Servius est truffé d’autonymes.

3Mais le genre même du commentaire, par une activation incessante de la fonction métalinguistique, notamment en raison de sa dimension grammaticale, mentionne presque à chaque phrase, en plus du lemme cité, un élément autonymique.

  • 1 Je présenterai systématiquement ici le texte de Servius de façon uniforme : le lemme virgilien en (...)

4La simple idée de devoir dénombrer tous les faits autonymiques dans le Commentaire aux Bucoliques est irréaliste. Et ce n’est pas seulement un problème de quantité, mais bien aussi de qualité. Il s’avère en effet, on va le voir, qu’il n’est pas si facile que cela, pour qui cherche les autonymes serviens, d’être absolument sûr de son fait à propos d’un texte qui, rappelons-le, a été transmis sans système décisif de démarcation des éléments en mention. La typographie distinctive (usage d’italiques, de caractères dilatés, de guillemets) qu’on peut trouver dans les éditions de Servius, de Thilo-Hagen à M. Bouquet 2008, est le fait de modernes, sur l’interprétation desquels on peut ne pas toujours être d’accord1. Quant à l’intention réelle de Servius, dans des passages d’interprétation ambiguë, elle est perdue pour jamais.

5Mais la question cruciale reste pour le traducteur : une fois décidé que tel segment doit être considéré comme autonyme, il faut se demander comment on va traduire l’énoncé qui le contient. Et là, il convient d’avoir un système traductologique.

Repérage de l’autonyme

6Commençons par la question du repérage. Le repérage de l’autonyme est en général évident dans les zones extrêmes, c’est-à-dire dans l’infiniment grand et dans l’infiniment petit.

  • 2 Voir J. Rey-Debove 1997, p. 64.

7L’autonyme de grande ampleur est constitué par exemple d’un groupe de plusieurs mots virgiliens, voire d’un vers entier, voire davantage, que Servius coud plus ou moins habilement à son propre énoncé et qui fonctionne comme un nom syntaxique. C’est la norme, rappelons-le : quelque forme qu’il recouvre pour la morphologie, un autonyme est toujours un substantif, pour la syntaxe2.

8Quelques exemples :

ad Buc. III, 76 : quod etiam sequentia indicant, ubi dicit cum faciam uitula frugibus id est cum pro frugibus sacrificare coepero ;
« c’est d’ailleurs ce qu’indique la suite, quand il dit cum faciam uitula frugibus, c’est-à-dire ‘quand j’aurai commencé à sacrifier pour mes récoltes’[…] ».
ad Buc. III, 106 : et captiose quibus in terris dixit ;
« Et son quibus in terris est insidieux ».

  • 3 Il existe en latin une relative souplesse de ces segments, a priori insécables. On voit ainsi Serv (...)

9Le phrasillon se reconnaît comme autonyme pour au moins deux raisons : il est identifié comme citation d’une part, d’autre part il empêcherait toute construction de l’énoncé si on le tenait pour un segment en usage : on ne peut comprendre la phrase que si on fait de cum faciam uitula frugibus (et de son expansion appositive en id est) un ersatz de nom à l’accusatif ; même chose avec quibus in terris qui est un bloc insécable en mention3, fonctionnant comme un nom syntaxique, objet de dixit.

10Il est facile aussi de reconnaître l’autonyme infiniment petit : un segment autonymique peut être ainsi constitué d’une seule lettre :

ad Buc. II, 11 : […] quae in Graeco aspirationem habent, nos pro aspiratione s ponimus ;
« […] pour les mots qui ont une aspirée initiale en grec, nous, nous mettons en guise d’aspirée un s ».
ad Buc. VII, 29 : multi per duas c scribi uolunt propter metrum ;
« Beaucoup veulent qu’on écrive deux c pour des raisons métriques ».

11Ou d’une seule syllabe :

ad Buc. VIII, 56 :delphinasnas ideo breuis est, quia Graeca declinatio est ; « nas est bref parce qu’il s’agit d’une déclinaison grecque ».
ad Buc. I, 36 : […] quotienscumque nominatiuus is terminatur, ut Amaryllis, Pieris ;
« […] à chaque fois que le nominatif se termine par -is, comme Amaryllis, Pieris ».
ad Buc. II, 31 :imitabere panasane sciendum Pana Pa habere accentum ;
« il faut savoir que dans Pana, c’est Pa qui porte l’accent ».
ad Buc. III, 79 :vale vale inqvitle corripit sequens uocalis ;
« le s’abrège à cause de l’hiatus ».
ad Buc. V, 21 : quae enim in is exeunt, neutrum in e mittunt ;
« Car les mots qui finissent en -is font leur neutre en -e ».
ad Buc. VII, 33 :sinvm lactissinus genus est uasis ; quod cum significamus, si producitur ; cum uero gremium significamus, si corripimus ;
« Sinus désigne un genre de récipient ; quand c’est ce sens-là que nous voulons activer, la syllabe si est longue ; si nous désignons le giron, nous abrégeons si ».

12Ou d’une succession de syllabes dépourvue de sens :

ad Buc. II, 65 : don o a antibacchius est ; sed o breuis fit, quia uocalis uocalem sequitur ;
« -don o A- forme un antibacchée ; mais le o est bref en raison d’un hiatus ».
ad Buc. II, 65 : reice caproceleumaticus estpro dactylo ;
« reice ca forme un procéleusmatique, au lieu d’un dactyle ».

  • 4 Dans l’ordre : c est un accusatif régime de per , s est un accusatif objet ; nas est un nominatif, (...)
  • 5 L’autonyme est logiquement un substantif neutre. Mais des phénomènes d’ellipse perturbent cette th (...)
  • 6 Il faut néanmoins rester attentif : certains de ces segments infra-verbaux peuvent prendre par has (...)

13Le statut indéniablement nominal de ces segments infra-verbaux, qui ont un cas virtuel, toujours une fonction substantivale dans la phrase4 et parfois un genre propre5, ne peuvent échapper à l’acribie du traducteur, en raison de leur caractère paradoxal de noms sans marque casuelle : ils ne peuvent être interprétés comme noms que parce qu’ils sont autonymes et fonctionnent dans le méta-latin, qui est doté de méta-règles. L’inexistence de ces « mots » dans le lexique d’usage fait d’eux automatiquement (grâce à la fonction métalinguistique innée) des segments en mention6. Leur réticence à la grammaticalité d’usage les dénonce comme autonymes.

14C’est plutôt dans les segments intermédiaires (mot entier ou lexie courte en mention) que peuvent apparaître des difficultés d’identification.

15Quand on reste dans les limites du mot le critère de l’agrammaticalité apparente, comme c’est le cas aussi pour les segments infra- ou supra-verbaux, est souvent une garantie de présence d’autonymie : là où le commentateur montre une entorse aux règles du latin, par exemple dans l’accord casuel, c’est sans doute qu’il écrit en méta-latin et que le solécisme est le lieu d’une mention. Les exemples sont nombreux, et nous ne les remarquons guère, tant ils sont conformes à notre usage moderne. Il ne reste souvent qu’à les présenter en italiques ou entre guillemets, comme on le ferait à l’égard d’une langue moderne, et le méta-latin ressemble dans sa méthode à l’égard de la mention à du méta-français.

16Par exemple, Servius utilise une forme verbale non nominale comme régime d’une préposition :

ad Buc. V, 2 : dicere sane pro canere ;
« Dicere est clairement mis pour canere ».

17Ou encore, il neutralise sciemment le genre d’un substantif, dont il fait un neutre pour la circonstance :

ad Buc. II, 45 : sane calathis Graecum est ;
« Il est clair que calathis est un mot grec ».

18La chose est particulièrement nette avec les adjectifs : quelque forme qu’ils revêtent dans le lemme commenté, ils peuvent être représentés dans le commentaire par leur accusatif neutre singulier, qui paraît être leur meilleure forme étiquette. C’est une situation fréquente, mais non systématique, chez le lexicographe Nonius Marcellus, et on la trouve illustrée aussi chez Servius :

ad Buc. VIII, 16 :teretiteres est rotundum et oblongum, ut columna, arbor ;
« Teres signifie ‘rond et oblong’, comme par exemple une colonne, un tronc d’arbre ».

19Ou bien encore il cite une forme du lemme en l’état ou dans un état qui le rend incompatible avec la syntaxe de son énoncé :

  • 7 Dans ce lemme de commentaire, Sicelides est la forme de nominatif féminin, telle qu’elle est emplo (...)

ad Buc. IV, 1 : Sicelides autem Graecum est nam Latine Sicilienses facit id est Theocritiae ;
« Sicelides est une forme grecque, car le latin fait Sicilienses, c’est-à-dire Theocritiae »7.
ad Buc. III, 34 :alter et haedos[…] alter enim de duobus dicimus, non de tribus ;
« car nous disons alter pour parler de deux catégories, non de trois ».
ad Buc. III, 56 :partvrit arbos[…] nam parturiunt de pomiferis dicimus ;
« car nous disons parturiunt en parlant d’arbres fruitiers ».

20Dans toutes ces situations, une incongruité morpho-syntaxique signale qu’il faut activer le métalangage, dans lequel la faute apparente se mue en correction. L’autonyme, dans ces énoncés conformes à l’usage moderne (hormis pour ce qui concerne la démarcation typographique), se dénonce donc de lui-même.

21Mais à côté de cette manière métalinguistique de traiter l’autonyme, Servius utilise aussi, et de manière majoritaire, ce que j’appelle la méthode intégrationniste (cf. C. Nicolas 1999, p. 48 ; 2001 : 500 et G. Serbat 1996, p. 34 à qui j’emprunte l’expression), méthode qui est héritée au moins de Cicéron. Dans cette pratique, l’autonyme est privé de cette apesanteur syntaxique qui est sa marque par défaut et se trouve remplacé par une autre forme intégrable dans l’énoncé sans contravention à la morpho-syntaxe d’usage. Par exemple, Servius remplace un infinitif par un gérondif, qu’il peut ainsi accorder casuellement, ou le nominatif étiquette du substantif par un autre cas jugé nécessaire à la pleine correction grammaticale :

ad Buc. I, 68 :tvgvria tegendo dictum ;
« Dérivé de tegere ».

22Le substantif autonyme se retrouve au cas que sa fonction nécessite et les accords en genre et nombre sont directement induits par la forme que revêt l’autonyme, sans neutralisation :

ad Buc. VI, 54 : ruminatio autem dicta est a rumine.
« Ruminatio vient de rumen ».
ad Buc. VII, 11 : aut certe ipsi referamus ad haedos et caprum.
« Ou alors considérons que ipsi réfère à haedi et à caper [le texte virgilien, VII, 9, dit caper et haedi au nominatif, mais ils sont ici récrits à l’accusatif à cause du tour referre ad].

23Signalons que les deux méthodes, la métalinguistique et l’intégrationniste, peuvent se cumuler et que l’auteur tourne souvent sa phrase de façon à ce que l’autonyme ait à la fois la forme neutralisée qu’on attend qu’il ait dans le métalangage (la forme « moderne », donc) et la forme correcte qu’il doit avoir par rapport à son rôle dans l’énoncé normé :

ad Buc. II, 52 :castaneasqve nvcesbene speciem addidit dicens castaneas […].
« il a bien fait d’ajouter la précision spécifique en disant castaneas […]. » [castaneas est à la fois la forme virgilienne et l’accusatif attendu pour répondre à dicens] ;
ad Buc. III, 8 :hircis[…] alii […] legunt hirquis […] ut sit hypallage pro oculis in hirquos retortis.
« […] certains lisent hirquis en sorte qu’il y a hypallage pour oculis in hirquos retortis » [l’autonyme oculis in hirquos retortis est mis à l’ablatif à la fois parce qu’il remplace poste pour poste le lemme virgilien hircis, qui est à l’ablatif, et parce qu’il est sous la juridiction de la préposition pro] ;
ad Buc. IV, 44 :lvto[…] et est hypallage pro croco luteo ;
« et c’est une hypallage pour croco luteo » [même remarque].

24J’ai suffisamment parlé ailleurs de ce phénomène pour ne pas accumuler les exemples, innombrables chez Servius, comme ils le sont chez Nonius ou Isidore de Séville. Mais on voit pourquoi on est précisément là dans une zone à risque pour le traducteur : l’accord secondaire de l’autonyme, artificiellement mis par exemple à l’ablatif, ou entraînant un verbe au pluriel ou un participe au féminin, etc., masque la mention sous l’usage et le traducteur, tant l’inexpérimenté que le trop expérimenté d’ailleurs, risque de manquer l’autonyme sans le voir, ou de se tromper après réflexion sur son statut réel.

25Car, on peut aussi faire une erreur par excès. L’habitude de lire des textes de niveau métadonne de fait des réflexes qui peuvent mener à l’erreur. Le secteur métalinguistique est généralement balisé de termes codifiés : la préposition ab pour des indications d’ordre étymologique ou dérivationnel (sur laquelle, cf. C. Nicolas 2007), quasi, dans un rôle de délimiteur d’autonymie (cf. C. Nicolas 2005c, p. 45-54) ou d’approximation phonétique dans l’étymologie, les verbes métalinguistiques de désignation comme appellare, nominare, dicere, uocare, nuncupare, id est, etc. (C. Nicolas 2005c, p. 243-278). Du coup, on peut être tenté de voir plus d’autonymie qu’il n’y en a, trompé par la présence d’un contexte favorable. En voici trois exemples qui ne prêtent d’ailleurs pas vraiment à confusion :

  • 8 Sur cette terminologie, cf. C. Nicolas 2005c, p. 252, n. 16.

ad Buc. II, 15 :fastidiaex fastidio enim uenit omnis superbia ;
« c’est de la morgue que vient toute sorte d’orgueil » (et non pas « c’est de fastidium que vient superbia » : ex X uenit Y n’est pas ici l’indice d’une dérivation morphologique ou d’une étymologie : l’absence de connivence phonétique entre X et Y interdit une telle interprétation).
ad Buc. II, 51 : mala dicit Cydonea ;
« il parle des pommes de Cydon » (et non pas « il appelle les pommes Cydonia », ni « il les appelle mala Cydonia » : dicit n’a pas ici son emploi inauguratif8).
ad Buc. VII, 39 : repetent praesepiaid est uespere ;
« donc le soir » (et non pas « c’est-à-dire ‘le soir’» : il s’agit d’une explicitation et non pas d’une reformulation en id est).

26On verra plus bas d’autres illustrations plus nettement ambiguës.

  • 9 Sur cette terminologie, cf. J. Rey-Debove 1997, p. 81.

27L’indispensable repérage de l’autonyme doit s’accompagner d’une recherche complémentaire : il convient toujours de se demander de quel genre d’autonymie il s’agit, si autonymie il y a. Car on peut impliquer un signe linguistique dans sa globalité ou, en pratiquant la schize du signe9, seulement son signifié, seulement son signifiant, ou d’autres éléments spécifiques encore. J’ai fait ailleurs (C. Nicolas 2005b) une typologie de l’autonymie en latin, dont je rappelle les grandes lignes.

28On peut avoir de l’autonymie lexicale. Dans cette situation, c’est un signe linguistique dans toute son ampleur qui est mis en mention, avec toutes ses caractéristiques linguistiques. Le cas est fréquentiellement majoritaire et on en trouvera déjà nombre d’illustrations dans les exemples cités jusqu’ici. J’en ajoute un, écrit en syntaxe intégrationniste :

ad Buc. VIII, 86 :bvcvlabouis est diminutio ;
« Bucula est le diminutif de bos ».

29Il s’agit d’une remarque sur les deux signes bucula et bos dans leur complétude.

30S’il s’agit d’autonymie lemmatique, le commentaire porte alors non sur le signe global mais sur une forme spécifique d’un paradigme, lemmatisée sous cette forme exclusive.

ad Buc. I, 32 : sane peculi pro peculii per synaeresin dictum est ;
« Clairement il a mis peculi pour peculii, par synérèse » [cette remarque concerne le seul génitif du mot concerné].
ad Buc. I, 36 : Amarylli uocatiuus Graecus est ;
« Amarylli est un vocatif à la grecque ».
ad Buc. II, 50 : nam nisi luteola septimus sit casus, non stat uersus ;
« Car à moins que luteola ne soit à l’ablatif, le vers est faux » [donc, dans cette phrase, il faut que luteola soit à l’ablatif].
ad Buc. VII, 16 : et uidetur nominatiuum pro genetiuo posuisse, nam Corydonis facit ;
« Et il semble avoir mis le nominatif à la place du génitif, car le génitif fait Corydonis ».

31Dans tous ces cas, l’autonyme a une forme absolue, celle qu’il doit immanquablement avoir pour que le commentaire soit compréhensible, et l’accord secondaire à la manière intégrationniste est impossible.

32Dans le cas de l’autonymie phonotypique, le commentaire affecte spécialement un aspect phonologique ou prosodique d’une forme linguistique. C’est le signifiant qui est en cause explicitement.

  • 10 Il faut de toute évidence clarifier dans la typographie la traduction de ce segment. M. Bouquet 20 (...)
  • 11 Ici encore, par souci de clarification, il faut sans doute un usage typographique ad hoc qui consi (...)

ad Buc. Praef. : bucolica uel georgica, cum apud Graecos in fine habeant accentum, apud nos in tertia a fine ;
« Les mots bucolica ou georgica, alors qu’ils sont oxytons en grec, sont proparoxytons en latin ».
ad Buc. III, 85 : sane alii legunt Polio ut prima producatur, alii Pollio ;
« D’évidence, certains lisent Polio en allongeant la première syllabe, d’autres Pollio ».
ad Buc. VI, 78 :tereipro Terei : nam per synaeresin dictum est, sicut supra furtumque Promethei pro Promethei ;
« Il écrit terei pour Terei : car il fait une synérèse, comme ci-dessus furtumque Promethei, pour Promethei »10.
ad Buc. X, 1 : sane Arethusa secundum latinitatem in paenultima habet accentum, secundum rationem Graecam in tertia a fine, sicut Creusa et Kρέoυσa ;
« D’évidence, Arethusa est accentué à la latine sur la pénultième, mais à la grecque sur l’antépénultième, comme Creusa et Kρέoυσa »11.

33Plus subtile est l’autonymie prototypique, qu’on trouve dans des situations dans lesquelles l’autonyme représente non pas une forme spécifique du paradigme, comme dans l’autonymie lemmatique, mais le paradigme lui-même dans sa dimension morphologique, représenté par une forme (ou un volant de formes) emblématique(s). Par exemple :

ad Buc. III, 1 : antiqui dicebant sicut meus mea meum, sic cuius cuia cuium. « Les Anciens, comme ils disaient meus mea meum, disaient de la même façon cuius cuia cuium ».

34On voit que ce n’est pas ici seulement les formes de nominatif qui sont l’objet du commentaire, mais bel et bien les paradigmes complets et analogiquement comparables des déterminants meus et cuius.

35Enfin, avec l’autonymie conceptuelle ou sémiotypique, l’autonyme matérialise sous une forme commode et concrète une pure abstraction, non tant le signe linguistique lui-même (ce qui relèverait de l’autonymie lexicale simple) que l’idée sémantique que j’appelle sémiotype. Le sémiotype est en quelque sorte le point commun aux sémèmes de plusieurs lexèmes de même famille lexicale, et il est susceptible de s’incarner sous des formes variées qui en sont comme des avatars. C’est la forme la plus subtile d’autonymie, que je tâche d’illustrer d’exemples serviens :

ad Buc. VI, 27 : fauni ab effatione dicti.
ad Buc. VIII, 65 : omnia tamen haec a uiriditate uerbenae appellantur.

36Dans le premier cas, il est dit manifestement quelque chose de l’étymologie du mot faunus. S’il s’agit d’autonymie lexicale simple, alors l’étymon, sous une forme intégrée, est censé être effatio et l’on traduira « faunus vient de effatio ». Mais on sent bien que ce lien est bizarre. Je suis plutôt d’avis de comprendre qu’ici effatio est l’avatar du sémiotype’parler’, à la place duquel Servius aurait pu écrire tout aussi bien a fando, a fabula, a fari… Simple manière de dire, au fond, que faunus est de la famille de fari. Du coup, il ne faut sans doute pas utiliser le terme effatio dans la traduction de cette scolie.

37On dira la même chose du deuxième exemple. On peut comprendre :

381) « Pourtant tous ces végétaux sont appelés uerbena du fait de leur verdeur » : dans ce cas, on considère que uiridate n’est pas autonymique ;

39ou bien 2) « […] sont appelés uerbena, mot qui vient de uiriditas », en activant une autonymie lexicale simple.

40Je crois que ce n’est ni tout à fait la première solution ni tout à fait la seconde. Pour moi le mot uiriditas ici utilisé (en raison de sa nature substantivale, plus facile à intégrer dans un tel énoncé impliquant l’ablatif) est le sémiotype représentant le concept ‘vert’. C’est un autonyme, ce que ne marque pas la solution 1 ; et cet autonyme n’est pas spécifiquement uiriditas, comme il est induit par la solution 2. Peut-être faudrait-il préférer dans la traduction utiliser l’autonyme uiridis, sans doute l’avatar concret le plus emblématique de la notion ‘vert’, d’où :

413) « Pourtant tous ces végétaux sont appelés uerbena, mot qui vient de uiridis ‘vert’ ».

42De même quand, faisant une étymologie du nom des Camènes, Servius dit :

ad Buc. III, 59 :camenaemusae, quibus a cantu nomen est.

43il n’est pas sûr qu’il faille traduire, comme M. Bouquet 2008, t. I, p. 39, « Muses dont le nom a été formé à partir du mot cantus ». De fait, la forme de l’étymon ne se prête pas facilement à la dérivation proposée. Sans doute peut-on préférer voir dans cantus moins l’étymon précis qu’un avatar commode du sémiotype ‘chanter’ commun à la famille de canere, cantio, cantilena, cantor… Servius aurait sans doute pu écrire, sans changement notable de l’argument, a canendo, voire a cantilena.

44Un dernier exemple très comparable :

ad Buc. V, 66 :altaria phœbo[…] nouimus enim […] altaria […] esse supernorum tantum deorum, quae ab altitudine constant esse nominata.

45Servius, après avoir décrit ce que sont dans le monde les autels que les Latins appellent altaria (« car nous savons que ces autels appartiennent seulement aux dieux d’en haut »), donne dans la foulée l’étymologie du terme altaria. Mais quel est réellement l’étymon qu’il postule ? Est-ce altitudo ? Est-ce, par substitution d’avatars, le sémiotype’haut’, ce qui engagerait à traduire « altaria, terme qui dérive de toute évidence de altus » ? On voit alors qu’on est assez proche de la simple connotation autonymique, décrite ci-dessous : « […] altaria, ainsi appelés à cause de la hauteur » (comprendre « la hauteur des divinités qui y sont honorées »).

La connotation autonymique

  • 12 Voir J. Rey-Debove 1997, p. 251 sq .

46Outre l’autonymie proprement dite, le lecteur de Servius (ou de Donat et d’autres auteurs de métatextes) est confronté au phénomène plus insidieux de la connotation autonymique12, qui « offre l’intérêt de signifier en bloc la chose et son nom, et de mettre en relation deux niveaux de langage dont l’un est hors code », pour citer J. Rey-Debove 1997, p. 254. C’est un « mode bâtard » comme elle dit encore, ibid.

47C’est la situation dans laquelle on semble faire un discours en usage tout en faisant un retour métalinguistique plus ou moins explicite sur tel terme de l’énoncé. Ainsi dans des phrases comme « Il m’a présenté à sa petite femme, comme il l’appelle » ou, à l’écrit, « Il m’a présenté à sa ‘petite femme’», on raconte une expérience personnelle extra-linguistique et corollairement on focalise sur l’expression petite femme.

48Le procédé est sûrement encore plus complexe dans un énoncé latin dépourvu de toute démarcation typographique.

49Voici un exemple de difficulté causée par la connotation autonymique :

ad Buc. III, 36 :insanire[…] nam insani dicunturpoetae.

50Servius dit à la fois quelque chose des poètes, dans un énoncé usuel sans métalangage, et en même temps quelque chose du mot insani, qui fait le lien avec le lemme commenté, qui part du verbe insanire. Il dit donc à la fois « les poètes passent pour être fous » et « on appelle les poètes du nom d’insani ». Le traducteur, qui n’a droit qu’à une seule option, est condamné à signaler dans une note de traducteur son incapacité à traduire l’intégralité des effets de sens de ce segment qui ne présente pourtant, a priori, aucune difficulté de compréhension.

51Voici un autre extrait sans doute plus pernicieux :

ad Buc. VII, 61 : Homerus ἀχɛρωι,δα dicit, ab Acheronte ad superos translatam.

52La présence d’un mot grec dans l’énoncé latin produit au minimum de la connotation autonymique (« l’achéroïs, comme Homère appelle le peuplier […] »). Mais peut-être y a-t-il même autonymie stricte. La question est de savoir quelle valeur donner à dicit (déclaratif ou inauguratif ? « Il dit ἀχερωι,δα » ou « il <l’>appelle <du nom d’> ἀχερωι’̗˪ » ?), mais aussi à ab et à translatam, autant de termes qui peuvent être métalinguistiques ou non. Bien sûr, le complément ad superos semble faire de ab Acheronte un complément de lieu de type unde ?, et donc donner à translatam un sens de verbe de mouvement : « Homère dit que le peuplier (ἀχερωι’̗˪) a été transporté de l’Achéron au monde du dessus ». C’est donc un commentaire mythologique et archéo-botanique. Mais peut-on vraiment ignorer le rapport entre le nom de cet arbre et celui de l’Achéron ? Certes non. Ici encore se trouvent mêlés inextricablement deux énoncés : « le peuplier a été transplanté des rives de l’Achéron jusqu’aux zones du monde aérien » et « le nom ἀχερωι’̗˪ vient du nom de l’Achéron ».

La traduction des segments mis en mention ou en connotation autonymique

53Venons-en à certaines difficultés qui se posent au traducteur de ce type de métatexte à cause de la présence de segments autonymiques ou à connotation autonymique.

54Quand on a, après réflexion et en connaissance de cause, reconnu tel segment pour autonyme, il faut lui donner dans sa traduction, la forme qu’il doit avoir. On sait que l’autonyme ne doit pas être traduit en français. Mais il arrive souvent qu’il doive être transposé d’une manière ou d’une autre.

55Si l’on a affaire à de l’autonymie lemmatique, la forme qu’a l’autonyme en latin est absolue ; c’est la seule sorte d’autonymie dont on peut dire à coup sûr qu’on doit la maintenir telle quelle dans le passage au français. Par exemple le rendu de ad Buc. IV, 5 : SAECLORVM synaeresis pro saeculorum doit nécessairement garder en l’état les deux autonymes : « Saeclorum est une synérèse (c’est-à-dire ici une forme syncopée) pour saeculorum », l’un parce qu’il est le lemme de la citation virgilienne, l’autre parce qu’il est la forme de même cas sans syncope. La forme du premier entraîne automatiquement la forme du second.

56Mais dans d’autres types d’autonymie, on peut être amené à modifier la forme de l’autonyme latin. Quand Servius pratique la méthode intégrationniste (ce qu’il fait couramment par exemple dans l’autonymie lexicale), il utilise des autonymes qu’il casualise secondairement. Mais en français, c’est systématiquement la forme étiquette qu’il faut choisir :

ad Buc. III, 16 : nam pro seruo furem posuit ;
« Car il a mis seruus (‘esclave’) pour fur (‘voleur’) » (et non pas « il a mis seruum pour furem »).

57D’où l’importance de bien distinguer un autonyme lemmatique d’un autonyme lexical. Voici par exemple deux passages qui se ressemblent beaucoup en apparence :

ad Buc. V, 68 :dvo uetuste dixit, ut ambo […] nam hodie hoc significatu duos et ambos dicimus ;
ad Buc. VI, 17 :…cum hodie sub eadem significatione ambos et duos dicamus.

58Dans ad Buc. V, 68, Servius fait une remarque morphologique, qui implique une autonymie lemmatique :

ad Buc. V, 68 : « il dit par archaïsme duo à l’accusatif, comme ambo.
Aujourd’hui nous disons duos et ambos ».

59C’est en effet une comparaison qui est en cause entre les formes d’accusatif duo / ambo (réputées archaïques) et duos / ambos (réputées modernes) ; les deux couples d’autonymes doivent être laissés en l’état, chacun ayant une valeur absolue.

60En revanche, dans ad Buc. VI, 18, il s’agit d’autonymie lexicale, sur la différence de sens, devenue à l’époque de Servius, indiscernable, entre duo et ambo :

ad Buc. VI, 18 : « […] alors qu’aujourd’hui nous disons ambo et duo sans distinction de sens ».

61Du coup, il ne faut pas, dans la traduction, laisser les accusatifs duos et ambos, que Servius utilise sans nécessité, selon la méthode intégrationniste, à la place des formes étiquettes que nous devons, nous, restituer.

62On se heurte aussi, quand on traduit des textes métalinguistiques, à des différences de codes entre les deux langues qui peuvent nous inciter à modifier la forme de l’autonyme.

63Par exemple, les Latins ont parfois le souci de démarquer le segment autonymique au moyen de délimiteurs. Il peut s’agir de marquages morphologiques de type lexicographique. Ainsi lorsque le genre d’un nom est signalé par le déterminant hic, haec, hoc :

ad Buc. V, 21 : nec hoc teste nec haec testia dicimus ;
ad Buc. V, 25 : hic et haec quadrupes dicimus ;
ad Buc. VI, 31 : dicimus autem haec atomus et hae atomi.

  • 13 Avec parfois duplication de l’information générique : Ad Buc. III, 31 : Mvlctram et feminino gener (...)

64Dans tous ces exemples, le déterminant ne sert qu’à indiquer le genre du nom13. Il fait partie du segment autonymique en latin, certes, mais fonctionne en réalité comme une marque lexicographique d’accompagnement de l’autonyme, qu’il faut transcoder, si l’on peut dire, c’est-à-dire adapter selon une codification qui a cours en métalangage moderne. Il ne faut ainsi pas traduire « nous ne disons ni hoc teste ni haec testia » mais plutôt « nous ne disons pas teste ni testia, neutres » ; il faut comprendre, de même, et traduire respectivement et dans l’ordre : « nous utilisons quadrupes tant au masculin qu’au féminin », « nous utilisons atomus et son pluriel atomi au féminin ».

65Ce marquage sert également, éventuellement en association avec ab pour l’ablatif, au marquage du cas. Là non plus, il ne faut pas le traduire sur le même plan que le substantif déterminé :

ad Buc. VIII, 75 : impare autem propter metrum ait ; nam ab hoc impari dicimus ;
« Il dit impare pour des raisons métriques ; car nous disons à l’ablatif impari » (et non pas « […] nous disons ab hoc impari »).
ad Buc. VIII, 86 : sane bos anomalum nomen est : nam hic bos et o bos producitur, sicut his bubus et ab his bubus. Nam reliqui omnes casus breuem habent syllabam primam.
« D’évidence, bos est un mot anomal : car au nominatif et au vocatif singuliers, bos, il y a une voyelle longue, de même qu’aux datif et ablatif pluriels bubus. Car aux autres cas, la première voyelle est brève » (et non pas « nous disons hic bos et o bos […] et ab his bubus »).

66Le délimiteur d’autonyme est parfois volumineux et ne sert qu’à l’insertion de l’autonyme dans le tissu phrastique. Il faut se garder de lui donner une valeur quelconque et il doit simplement disparaître de la traduction. Il en va ainsi avec des tours en quod ait, quod dicit, id quod est qui servent à présenter un segment autonymique, notamment si ce segment est peu maniable en l’état. Par exemple si Servius (suivant là un usage qui se trouve par exemple dans les traités de dialectique d’Augustin) veut faire dériver quelque terme d’un verbe sous sa forme étiquette, au lieu d’écrire un peu compréhensible ou trop incorrect ab amo, il pourra être tenté d’écrire ab eo quod est amo. Mais cette présentation métalinguistique ne présente aucun intérêt dans l’argument et n’a pas vocation à passer en français. Par exemple :

ad Buc. V, 69 :hilarans participium est ab eo quod est hilaro ;
« C’est le participe de hilaro » (et non pas « c’est le participe de ce qui est hilaro » : il n’y a pas besoin de délimiteur d’autonyme en français).
ad Buc. VI, 76 : quod Probus uult hac ratione defendere, dicens uexasse uenire ab eo quod est ueho uecto uexo, ut uexasse sit portasse ;
« Probus défend ce point de vue de cette manière : selon lui, uexasse vient de la série ueho uecto uexo, en sorte que uexasse est synonyme de portasse ».

67Le délimiteur en ab eo quod est peut aussi être un marquage par défaut, notamment si le substantif autonyme, qu’on voudrait mettre à l’ablatif par intégrationnisme, n’a pas d’ablatif, parce que c’est par exemple un mot grec. D’où :

ad Buc. X, 19 : et Graeco usus est schemate, sicut illi dicunt οὔνομα pro eo quod est ὄνομα et οὔρη pro eo quod est ὄρη ;
« <Et il> a eu recours à une figure grecque : ceux-là disent οὔνομα pour ὄνομα et οὔρη pour ὄρη » (trad. M. Bouquet 2008, ad loc. ).

68On voit que ce segment id quod est a uniquement un intérêt syntaxique : il permet, à sa droite, de laisser l’autonyme sous une forme de nominatif étiquette, où il fonctionne comme attribut du sujet, et présente sur sa gauche une plasticité casuelle qui permet l’insertion du segment n’importe où dans l’énoncé, puisque l’ensemble se décline (id quod est ὂνομα, eius quod est ὄνομα, ab / ex /pro eo quod est ὄνομα, etc.). Pour nous qui n’avons pas les mêmes contraintes syntaxiques, la suppression de ce présentateur s’impose.

69Ailleurs, comme chez saint Augustin, la relative en quod fonctionne comme un substitut de mot métalinguistique, équivalent de uerbum, accompagnant souvent le lemme virgilien cité :

ad Buc. I, 17 : quod autem ait tactas […] (« le mot tactas ») ;
ad Buc. II, 21 : et quod ait agnas […] (« quant au mot agnas ») ;
ad Buc. VI, 47 : ad hoc pertinet quod ait solatur (« c’est à cela que se rapporte solatur ») ;
etc.

70Il faut se garder aussi de confondre l’autonyme et son exemplification. La manière peu technique qu’a Servius de traiter avec le métalangage fait qu’on peut parfois se tromper dans l’interprétation de tel segment.

71De temps en temps, comme les lexicographes aiment à le faire, Servius, après une définition, donne une illustration. Quand l’illustration est littéraire, elle se laisse facilement reconnaître. Mais il peut se faire aussi que, après une définition en intension, où il cherche à caractériser les sèmes génériques et spécifiques du lexème, il passe (comme dans les dictionnaires modernes) à une définition en extension, consistant à lister quelques éléments prototypiques de nature à nous faire comprendre de quoi il parle. On en a vu un exemple plus haut, que je reprends ici :

ad Buc. VIII, 16 :teretiteres est rotundum et oblongum, ut columna, arbor ;
« Teres signifie ‘rond et oblong’, comme par exemple une colonne, un tronc d’arbre ».

72Rotundum et oblungum décrivent assez techniquement le sémème de teres (définition en intension), en revanche ut columna, arbor sont deux exemples d’objets cylindriques qu’on peut qualifier de teres (définition en extension).

73Mais il peut arriver que l’exemple donné en extension soit lui-même métalinguistique, et vaille cette fois non pas comme un modèle de la chose définie, mais comme un modèle de son nom. Par exemple :

ad Buc. III, 11 : et arbustum quidam locum in quo arbores sunt uolunt accipere, sicut salictum.

74Je ne crois pas qu’ici il faille comprendre « Quant à arbustum, pour certains, il désigne un lieu planté d’arbres, comme une saussaie » (trad. M. Bouquet 2008, ad loc). Car salictum n’est pas là pour caractériser ce qu’est un arbustum dans le réel, comme le faisaient les exemples ‘tronc d’arbre’ ou ‘colonne’ visant à éclairer la description du sens de teres ; salictum est là pour des raisons formelles, c’est sa formation morphologique qui est en cause : salic-tum est à salix (‘saule’) ce que arbus-tum est à arbor. Simplement salix est absent de ce raisonnement analogique (sans quoi il n’y aurait aucune ambiguïté). Je crois qu’il faut donc traduire « Quant à arbustum, certains sont d’avis qu’il désigne un lieu planté d’arbres (arbor), comme salictum <est un lieu planté de saules (salix)> ». Cela ne dispense sans doute pas d’une note, qui précise que l’objet du commentaire est la valeur du suffixe -tum quand il est adapté à une base représentant un nom de végétal.

75Le cas particulier des étymons est de nature aussi à gêner le traducteur. Lorsque Servius propose une étymologie, il active de l’autonymie lexicale. Dans un énoncé comme « X vient de Y », X et Y sont des autonymes de signes dans toute leur ampleur. Il faut, le cas échéant, restituer dans la traduction leur forme étiquette. On l’a déjà dit. Mais dans le cas, loin d’être rare, où l’étymon est un mot grec, la formulation de l’énoncé étymologique prend parfois des allures étranges, qu’il est nécessaire d’adapter à nos usages.

76Par exemple, au lieu de donner l’étymon grec sous sa forme étiquette au nominatif, il préfère, en intégrationniste qu’il est, respecter la syntaxe des prépositions. Il faut donc que le mot grec se mette à l’ablatif. Et là, c’est la morphologie du grec qui le coince. D’où plusieurs solutions :

  • soit il peut utiliser (ce qu’il fait rarement) un délimiteur en id quod est, qui se décline à l’ablatif, comme on l’a vu plus haut avec pro eo quod est ὂνομα ;
  • soit il met en conformité le mot grec étymon et la préposition qui l’introduit, et il traduit donc en grec la préposition, ce qui lui permet de casualiser le mot grec au cas rendu nécessaire. Le tour ab Y passe donc à άπό suivi du génitif grec :

ad Buc. I, 1 : homines glandibus uescebantur, unde etiam fagus dicta ἀπò τοῦ φαγεῖν.
« Les hommes se nourrissaient de glands, d’où le nom du hêtre, fagus, tiré de φαγεῖν (‘manger’) ».

77Il est clair, dans cette situation habituelle chez Isidore de Séville par exemple, et que j’ai proposé ailleurs de nommer créolisation, qu’on ne doit pas confondre l’appareil métalinguistique grec avec l’autonyme proprement dit, que l’autonyme reste le seul dernier mot du segment, qu’il faut, si nécessaire, restituer sous une forme étiquette. L’entourage en ἀπò τοῦ doit être adapté en français (« tiré de », par exemple).

78– soit (comme le fait Cicéron, qui ne pratique pas la créolisation) il traduit en latin l’étymon grec, ce qui rend le propos absurde, puisque cela devient une étymologie grecque sans grec :

ad Buc. IV, 34 : sane quidam Argo a celeritate dictam uolunt, unde uerso in Latinum uerbo argutos, celeres dici.

79Sous ab celeritate se niche, crypté, l’étymon postulé du nom du navire Argo, à savoir l’adjectif ἀργός qui signifie « brillant » mais aussi « rapide ». On peut tenter de traduire « D’évidence, certains sont d’avis que Argo est tiré de ἀργός (‘rapide’, d’où, après passage au latin, on qualifie les gens rapides de l’épithète argutus ».

80La situation est parfois vraiment désespérée à force d’implicite :

ad Buc. X, 62 : sane ab ouibus nymphae perimelides, a fluminibus naides, a pratis limonides, ab alimonia infantum curotrophae nominantur.

81Sous chaque mot latin régime de ab se déguise un mot grec qui participe de la formation des noms grecs inventoriés de nymphes. Peut-être faut-il traduire « D’évidence, les nymphes appelées Perimelides tirent leur nom de μῆλον (‘mouton’), celles appelées Naides de νᾶμα (‘ruisseau’), celles appelées Limonides de λειμών (‘pré’), celles appelées Curotrophae de τροφή (‘nourriture’) et κοῦρος (‘jeune garçon’) ». Mais on voit que la traduction tient davantage de la note de traducteur que de la traduction !

82En outre, le commentateur peut cumuler plusieurs de ces possibilités. Par exemple il donne l’étymon en grec, sous forme créolisée, puis il traduit en latin l’étymon. Mais en général, il traduit aussi, contre la logique, l’appareil métalinguistique grec du segment créolisé, ce qui donne :

ad Buc. VIII, 55 : vlvlaeaues, ἀπò τοῦ ὀλολύζειν, id est a fletu.

83Et dans l’ordre inverse des langues :

ad Buc. Praef. : bucolica, ut ferunt, dicta sunt a custodibus boum, id est ἀπò τῶν βουκόλων.

84La première formulation confine à l’absurde, parce que, par la transitivité qu’implique id est, on pourrait croire que ululae a pour étymon fletus ; la seconde commence par de l’implicite, le grec étant déguisé en latin, puis finit par de l’explicite créolisé.

85La difficulté de traduction est dans les représentants latins de l’étymon grec. Comment les traduire ? Voici plusieurs tentatives, toutes plus ou moins défectueuses :

  1. « ululae désigne des oiseaux dont le nom vient de ὀλολύζειν, c’est-à-dire de fletus (‘gémissement’) » ;
  2. « ululae désigne des oiseaux dont le nom vient de ὀλολύζειν, c’est-à-dire fletus (‘gémissement’) » ;
  3. « ululae désigne des oiseaux dont le nom vient de ὀλολύζειν, qui signifie fletus (‘gémissement’) ».

86La solution 1 se contente de décalquer la phrase servienne, en important son incongruité logique majeure, qui consistait à traduire aussi ἀπò τοῦ, et non pas seulement ὀλολύζειν. Ici « […] vient de ὀλολύζειν, c’est-à-dire de fletus » est foncièrement absurde.

87La solution 2 supprime cette absurdité, sans en corriger une autre : de fait, pour des raisons morphologiques, fletus n’est pas l’équivalent de ὀλολύζειν.

88La solution 3 est plus satisfaisante : en traduisant id est par « qui signifie », elle signale bien que l’équivalence entre le mot grec et le mot latin est de type sémantique. Mais elle n’abolit pas l’erreur morphologique : fletus est un substantif, et ne saurait signifier ὀλολύζειν, qui est un verbe.

89En réalité, il est clair ici que fletus (accordé secondairement à l’ablatif) est un autonyme sémiotypique. Ce n’est pas le mot fletus en tant que tel qui vaut, mais en tant qu’il représente concrètement la notion de ‘gémissement’ qu’il partage avec flere, ὀλολύζειν et le nom d’oiseau ulula (« chat-huant »). Du coup, on peut être amené à faire disparaître fletus de la traduction pour ne garder que ce qu’il représente sémantiquement, d’où : 4) « ululae désigne des oiseaux dont le nom vient de όλολύζειν, qui signifie ‘gémir’».

90C’est sans doute aussi la solution qui conviendrait pour l’énoncé ci-dessus, sur les noms des nymphes, à condition de signaler au minimum une connotation autonymique :

ad Buc. X, 62 : sane ab ouibus nymphae perimelides, a fluminibus naides, a pratis limonides, ab alimonia infantum curotrophae nominantur.
« D’évidence, les nymphes dites Périmélides s’appellent ainsi par ce qu’elles s’occupent des ‘moutons’, celles dites Naiades parce qu’elles habitent les ‘cours d’eau’, celles dites Limonides parce qu’elles habitent les ‘prés’, celles dites Curotrophes parce qu’elles ‘nourrissent les jeunes enfants’».

91Mais, une fois la chose faite ainsi, on voit qu’on ne peut éviter de s’expliquer en note.

92Passons aux difficultés engendrées par la simple connotation autonymique. Voici un exemple facile en apparence, mais malaisé à rendre :

ad Buc. I, 28 : aut certe est mutanda distinctio, ut sit non barba candidior, sed libertas.

93Le commentateur évoque une question d’interprétation du texte et de ponctuation. Pour lui, il y a une ambiguïté qui doit être levée par l’emploi de signes typographiques. Commentant Verg. Buc. I, 27-28 : libertas, quae sera tamen respexit inertem, / candidior postquam tondenti barba cadebat, Servius se demande à quel nom rapporter l’épithète. On pourrait être tenté de traduire la scolie selon trois techniques différentes :

  1. « Ou il faut au moins modifier la ponctuation, de sorte que ce ne soit pas la barbe qui soit blanche, mais la liberté » (énoncé apparemment entièrement en usage) ;
  2. « Ou il faut au moins modifier la ponctuation, de sorte que ce ne soit pas la ‘barbe’ qui soit ‘blanche’, mais la ‘liberté’» (connotation autonymique signalée en français par l’usage de guillemets) ;
  3. « Ou il faut au moins modifier la ponctuation, de sorte que ce ne soit pas le mot barba qui soit qualifié de candidior, mais libertas » (marquage autonymique fort).
  • 14 Voir J. Rey-Debove 1997, p. 255-256.
  • 15 Imaginons une phrase française à connotation autonymique comme « Nous nous souvenons de quelque ch (...)

94Des trois phrases, on sent que la première est insuffisamment marquée et la dernière trop fortement marquée. La préférence peut donc aller vers la seconde, qui propose un amalgame sémiotique, selon la terminologie de J. Rey-Debove 1997, p. 276 : on dit à la fois que la barbe est (ou n’est pas) blanche, ce qui est un énoncé usuel, et que barbe a pour épithète blanche, ce qui est un énoncé métalinguistique. La phrase 2 traduit la connotation autonymique de Servius par un codage typographique précis. Mais on n’échappe pas à un reproche de la part des purs logiciens : de fait, on connote ‘barbe’, ‘blanche’ et ‘liberté’ comme étant les mots de Virgile repris par Servius, alors que ces mots sont en réalité barba, candidior et libertas… La traduction des paroles rapportées rend la proposition logiquement fausse14. Signalons d’ailleurs qu’il ne serait pas toujours possible de trouver les bons ersatz en français15. Reste qu’une quatrième solution est techniquement possible :

954) « Ou il faut au moins modifier la ponctuation, de sorte que ce ne soit pas la ‘barba’ qui soit ‘candidior’, mais la ‘libertas’».

  • 16 Et encore, ici, le résultat est presque acceptable. Mais imaginons qu’il faille impliquer des verb (...)

96Dans ce cas, on signale qu’on a remarqué la connotation autonymique en utilisant les guillemets, et l’amalgame sémiotique est marqué par le maintien des déterminants du français (comme en usage) et le respect de l’élément cité (comme en métalangage). Mais si cette formulation est sur le plan logique la plus satisfaisante, elle est quasiment inacceptable en réalité à cause du bilinguisme16. C’est donc à la solution 2 que je me rallierais personnellement dans le cas présent ; en cas d’impossibilité (comme pour les phrases françaises signalées en note 15 et qui seraient des pièges à traducteurs dans à peu près toutes les langues), il faudrait se rallier à la proposition 3, qui force la note du côté du métalangage, mais qui n’est pas limitée, elle, par la morpho-syntaxe ni le lexique.

97Un autre cas tout simple en apparence est une vraie gageure pour le traducteur. Ce sont les situations, très nombreuses, où le commentateur donne la définition d’un terme qui se trouve chez le poète. Faut-il traduire ledit terme, ou le laisser en latin ?

98Imaginons qu’on se forge un système rigide. Par exemple si, comme dans le cas du programme HyperDonat, qui présente en parallèle un vers de telle pièce de Térence en latin et son commentaire en latin par Donat, d’un côté, la traduction du vers de Térence en français et la traduction du commentaire de Donat en français, de l’autre, on considère que le texte du commentateur est indissociable du texte du poète dont il part, on peut alors estimer que le rapport du Commentarius de Servius aux Bucolica de Virgile est identique au rapport qui existe entre la traduction du Commentaire et la traduction des Bucoliques. Cette proportionnalité peut forcer la main du traducteur. Pour le mot x de Virgile, le traducteur propose le mot y ; puisque Servius réutilise le mot x dans son commentaire, il suffit, dans la traduction du commentaire, d’utiliser le mot y, par un simple système d’implication.

99Ainsi quand Servius explique le mot seruitium, parce qu’il a trouvé seruitio chez Virgile :

ad Buc. I, 40 :servitioseruitium est condicionis indicium.

100il pourrait suffire pour nous de reprendre le terme même dont on s’était servi pour traduire ce passage de Virgile, par exemple esclavage, d’où :

  • 17 Éventuellement, même, en marquant la connotation autonymique (puisque Servius renvoie au mot de Vi (...)

ad Buc. I, 40 : esclavage. « L’esclavage est une marque sociologique » 17.

101Mais cette solution ne peut convenir à tout énoncé servien. Même ici, au demeurant, il n’est pas du tout sûr que seruitium ne soit pas un autonyme, ce qui oblige à comprendre, comme M. Bouquet 2008, t. I, p. 12, à laquelle on se rallie : « Seruitium désigne la condition d’esclave ».

102Et la méthode proportionnelle (si je traduis le x de Virgile par y, alors le même x chez Servius doit être lui aussi rendu par y) ne convient évidemment pas dans le cas particulier de commentaires lexicologiques, car la correspondance bilingue x=y peut ne fonctionner que dans un type précis d’occurrences, non dans tous. Par exemple, imaginons que je traduise Verg. Buc. I, 7-8 : illius aram / saepe tener nostris ab ouilibus imbuet agnus par « Son autel, souvent un tendre agneau issu de mes bergeries l’imprègnera ». Cela m’obligerait à traduire le lemme de Servius ad loc. d’une façon absurde :

ad Buc. I, 8 : […]imbvet agnvsinbuere est proprie inchoare et initiare ; « Imprégner signifie proprement ‘débuter’ et ‘commencer’».

103Cela est faux : si inbuere a sa polysémie propre, elle n’a aucune raison de recouper celle du verbe français imprégner. Il faudra donc que la traduction considère inbuere comme autonymique et non traduisible.

104Et même si, dans d’autres cas, on peut estimer que la reprise que fait Servius d’un mot virgilien n’est pas de statut autonymique, on peut être confronté très vite à une impossibilité traductologique, comme dans le cas suivant :

ad Buc. I, 33 :exiret victima saeptissaepta proprie sunt loca in campo Martio […]

105On peut comprendre : « Les enclos sont, au sens propre, des endroits situés sur le Champ de Mars […] » (où les électeurs étaient enfermés pour voter), en réutilisant le mot enclos qui peut très bien avoir servi pour traduire le vers de Virgile (« bien que de nombreuses victimes soient sorties de mes enclos […] »). Servius fait ici, apparemment, un excursus sur le mode de scrutin lors des comices centuriates. Mais sa phrase continue de la sorte :

Ibid. : sed quoniam haec saepta similia sunt ouilibus, hoc loco saepta pro ouilibus posuit.

106Comment traduire ce segment ? Le début ne pose pas de problème de cohérence : « Mais comme ces enclos ressemblent à des bergeries […] » ; la suite, en revanche, est pleinement métalinguistique : « il a mis saepta pour ouilia ». On aurait tort de traduire « il a mis enclos pour bergeries » ; mais en laissant les autonymes sous forme de mot latin, on perd la cohérence avec le début de la scolie. Or c’est bien la fin qui nous fait comprendre l’intention du commentateur dans cette scolie, qui traite d’un emploi métaphorique du mot saepta. Dès le début, le propos est métalinguistique. Il faut traduire au moins avec de la connotation autonymique tous les termes en cause dans ce raisonnement lexicologique :

ad Buc. I, 33 : « Les ‘enclos’ (saepta) sont à proprement parler des lieux sur le Champ de Mars… […]. Mais comme ces ‘enclos’ ressemblent à des bergeries (ouilia), il a mis saepta à la place d’ouilia ».

107On peut préférer une version plus marquée sur le mode métalinguistique :

108« Saepta (‘enclos’) désigne à proprement parler des lieux sur le Champ de Mars etc. ».

109Mais, quelque solution qu’on choisisse (la légère, avec connotation autonymique, ou la lourde, avec autonymie), on ne sera vraiment clair qu’en explicitant la relation bilingue entre enclos et saepta, entre bergerie et ouilia.

110Le phénomène se produit aussi avec le remploi dans un contexte très court, du même mot, une fois en usage (ou en connotation autonymique, reprise de Virgile), une autre en mention. En latin cela se remarque à peine, puisqu’on reste dans le même code linguistique. Mais pour le traducteur, que faire ? Voir par exemple :

ad Buc. VII, 53 : Verrius Flaccus iuniperum iuuenem pirum dicit. Vere autem iuniperus est quasi aculeis praedita, bacas adpiperis speciem gerens.

111Comment traduire les deux occurrences de iuniperus ? La première est un autonyme lexical et ne se traduit donc pas (on rétablit simplement un nominatif) : « Verrius Flaccus dit que iuniperus vaut pour iuuenis pirus ». Mais la phrase suivante signale des caractéristiques du genévrier, sans plus rien dire de son nom ; cette fois, il faut traduire « le genévrier ». Et si l’on n’a pas précisé, pour le lecteur qui ne lirait que la version française du commentaire, que iuniperus est le nom latin du genévrier, le rapport entre les deux phrases est illisible. On ne peut donc guère s’épargner l’obligation de signaler le sens du mot autonyme, en même temps qu’on traduit l’étymologie, ni la forme latine qui correspond à la forme française, pour marquer la connotation autonymique dans la seconde phrase : « Verrius Flaccus dit que iuniperus (‘genévrier’) vaut pour iuuenis pirus (‘jeune poirier’) ; mais pour de vrai, le genévrier (iuniperus) ».

112On voit donc qu’il faut adapter sa méthode en fonction de ce que le lemme de commentaire veut effectivement dire. Si Servius réagit sur tel nom propre virgilien pour faire un excursus mythologique ou géographique, il ne faut pas marquer le passage comme métalinguistique. Le correspondant français du nom propre est la seule bonne solution : ainsi quand, à propos de Buc. VI, 42, rebondissant sur furtum Promethei, Servius raconte l’histoire de Prométhée, c’est du nom propre Prométhée sous sa forme française que nous nous servirons évidemment en français, non de Prometheus qui n’est pas en mention ni en connotation autonymique dans ce passage.

113Si le propos de Servius est en revanche lexicologique (ou au moins en partie), on ne devra pas faire l’économie d’un marquage : ainsi quand il parle de la forme Promethei, prononcé avec synérèse (ad Buc. VI, 78), c’est d’un autonyme pur qu’il s’agit cette fois, non transposable.

114Et dans toutes les zones moins tranchées, où la connotation autonymique et l’amalgame sémiotique abondent, il faut tâcher d’adopter une méthode souple, certes, mais réelle, qui fasse la part belle aux correspondances interlinguistiques (« les ‘enclos’ (saepta) » ou « Saepta (‘enclos’) désigne […] »), sans lesquelles le propos du commentateur restera souvent incompréhensible. Enfin, dans les cas franchement désespérés sur le plan traductologique, on se résoudra, le moins souvent possible, à apposer une note de traducteur.

Notes

1 Je présenterai systématiquement ici le texte de Servius de façon uniforme : le lemme virgilien en petites capitales, le texte du commentaire en minuscule italique, sans aucune autre démarcation. C’est seulement dans la traduction du texte de Servius que je tâcherai d’appliquer les usages techniques qui valent pour le métalangage.

2 Voir J. Rey-Debove 1997, p. 64.

3 Il existe en latin une relative souplesse de ces segments, a priori insécables. On voit ainsi Servius, un peu cavalièrement, séparer le cas échéant les mots d’un tel bloc pour la correction de son énoncé. Par exemple s’il faut relier à la phrase précédente par autem ou enim , la syntaxe de ces particules oblige à les insérer au milieu du lemme autonymique : ad Buc. III, 106 : nomina regvm (…) regum autem nomina.. (avec en outre inversion des mots de la citation) ; ad Buc. VII, 5 : et cantare pares et respondere parati (…) cantare autem parati pro parati ut cantarent ; ad Buc. IX, 28 : nimivm vicina cremonae (…) nimium autem uicina … Cette manière de faire s’apparente tout à fait à la méthode intégrationniste, dont il est parlé plus bas : le métalangage se conforme ici aux règles standard de la langue, qui veulent que autem soit le deuxième mot de la phrase sans considérer le phrasillon autonyme comme un seul mot.

4 Dans l’ordre : c est un accusatif régime de per , s est un accusatif objet ; nas est un nominatif, is un ablatif, Pa un accusatif sujet d’infinitive, le un accusatif objet, is un accusatif régime de in, si un nominatif puis un accusatif objet ; don o a et reice ca des nominatifs ; le tout virtuellement, bien sûr.

5 L’autonyme est logiquement un substantif neutre. Mais des phénomènes d’ellipse perturbent cette théorie : on voit ci-dessus que c est clairement un féminin (per duas c), is un féminin aussi (is ideo breuis est) : dans les deux cas est sous-entendu le mot métalinguistique de référence, ici littera, là syllaba, et c’est par rapport à ce terme générique, féminin dans les deux exemples, que se fait l’accord. Mais on trouve aussi, abondamment, des marques de neutralisation du genre de l’autonyme : cf. C. Nicolas 2005a.

6 Il faut néanmoins rester attentif : certains de ces segments infra-verbaux peuvent prendre par hasard l’apparence d’un mot réel du lexique. Dans les énoncés ci-dessus, les noms de syllabes is et si sont ainsi homonymes de l’anaphorique et de la conjonction de subordination. Mais aucune interprétation grammaticale ne serait possible avec ces mots-là : par exemple pour quod cum significamus, si producitur « quand nous voulons dire cela, si on l’allonge », l’énoncé serait acéphale.

7 Dans ce lemme de commentaire, Sicelides est la forme de nominatif féminin, telle qu’elle est employée par Virgile. Du coup Sicilienses et Theocritiae sont des formes de féminin également, susceptibles de remplacer le terme de départ « poste pour poste ». Cela ne les empêche pas de fonctionner syntaxiquement comme l’objet de facit, d’une part, et on doit noter la neutralisation de genre et de nombre marquée par Sicelides (…) Graecum est.

8 Sur cette terminologie, cf. C. Nicolas 2005c, p. 252, n. 16.

9 Sur cette terminologie, cf. J. Rey-Debove 1997, p. 81.

10 Il faut de toute évidence clarifier dans la typographie la traduction de ce segment. M. Bouquet 2008, ad loc ., ne le fait pas dans le corps du texte, mais s’en explique en note. Je plaiderais pour une démarcation typographique dès la traduction. Par exemple « Il écrit te-rei pour Te-re-i […], Pro-me-thei pour Pro-me-the-i » , ce qui ne dispense pas, de fait, d’une note explicative, ou, en glosant un peu : « Il écrit Terei en deux syllabes, pour Terei en trois syllabes, etc. », ce qui peut dispenser d’une note de traducteur.

11 Ici encore, par souci de clarification, il faut sans doute un usage typographique ad hoc qui consiste à marquer la place de l’accent (objet même du commentaire), voire la quantité de la pénultième. Ainsi fait d’ailleurs M. Bouquet 2008, t. I, p. 137 : Creúsa .

12 Voir J. Rey-Debove 1997, p. 251 sq .

13 Avec parfois duplication de l’information générique : Ad Buc. III, 31 : Mvlctram et feminino genere dicimus haec mulctra et neutro hoc mulctrare .

14 Voir J. Rey-Debove 1997, p. 255-256.

15 Imaginons une phrase française à connotation autonymique comme « Nous nous souvenons de quelque chose mais nous nous rappelons quelque chose » ; ce que nous voulons dire, et ce que comprend le récepteur d’un tel message, c’est : « on dit ‘se souvenir de quelque chose’ mais ‘se rappeler quelque chose.’». Mais pourra-t-on traduire cela dans n’importe quelle autre langue ? Et une phrase comme « on dessine ‘un cheval’ mais on dessine ‘des chevaux’ » ? Voici un exemple comparable chez Servius : ad Buc. VII, 47 : defendite prohibete, excludite (…). Duo ergo significant : nam aliter patriam dicimus defendere, aliter hostes . Ce que dit Servius, c’est que defendere signifie « repousser » ou « défendre », selon le type de complément qu’il sécrète. Mais peut-on traduire son énoncé avec une simple connotation autonymique ? « Nous defendimus la patrie ou bien nous defendimus les ennemis » ? ? ? Il serait plus que nécessaire de passer ici par la technique n°3, avec autonymie pure : « On dit defendere patriam dans un autre sens que defendere hostes »  ; la technique 1, utilisée ici par M. Bouquet 2008, t. I, p. 104 : « Ce verbe est à double sens : en effet nous disons défendre la patrie et repousser les ennemis », ne convient guère, car on ne comprend la phrase que si on a le texte original sous les yeux et la raison même de ce lemme, à savoir le double sens de defendere , est occultée par la traduction.

16 Et encore, ici, le résultat est presque acceptable. Mais imaginons qu’il faille impliquer des verbes (« ce sont les mammiferi , non les pomiferi qui parturiunt »), des prépositions, des adverbes d’une autre langue, et l’énoncé n’est plus interprétable ni assignable à aucune langue réelle.

17 Éventuellement, même, en marquant la connotation autonymique (puisque Servius renvoie au mot de Virgile), par le codage consacré : « L’‘esclavage’ est… ».

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540