Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Servius

 | 
Bruno Méniel
, 
Monique Bouquet
, 
Guiseppe Ramires

Méthode et philosophie de Servius

Un aspect méconnu du génie de Servius dans les propos de table des Saturnales de Macrobe : la nomenclature des fruits et des arbres

Charles Guittard

Texto completo

  • 1 Macrobe, Sat. I, 4-5.
  • 2 EPRO 58, Leyde, 1977, p. 78-84 ; Flamant 1968, p. 303-319. Kaster 1980a. Sur le genre sympotique e (...)
  • 3 À l’occasion de la défense de Virgile, les remarques sur quelques mots difficiles (uexare, illauda (...)
  • 4 Macrobe, Sat. VI, 6.
  • 5 Ibid., VI, 7-9.
  • 6 G. Wissowa, De Macrobii Saturnaliorum fontibus capita tria, diss., Breslau, 1880 ; H. Linke, Quaes (...)

1Dans les sept livres des Saturnales de Macrobe, émaillés de plusieurs lacunes, Servius intervient à trois reprises, à trois moments, dira-ton, dans le cadre du dialogue : au début du livre I, pour des questions grammaticales sur des formes particulières (Saturnaliorum, noctu futura, die crastini)1, au livre III et au livre VI, c’est-à-dire la veille (16 décembre), le deuxième et le troisième jours des festivités de décembre (18 et 19 décembre). Servius joue le rôle du savant grammairien, le plus savant de son temps même2. Au livre VI, Servius intervient en tant que spécialiste de Virgile3, et on le trouve là dans un emploi attendu : Servius étudie les figures stylistiques et rhétoriques de Virgile4, et quelques passages difficiles5 (la fin de l’exposé manque dans la tradition). Selon la Quellenforschung6, les développements grammaticaux de Servius sur des aspects particuliers des déclinaisons et de l’étymologie sont en grande partie inspirés des Nuits attiques d’Aulu-Gelle, que Macrobe suit fidèlement. Mais, au livre III, Servius intervient dans le cadre des propos de table et révèle un aspect singulier de son savoir : il apparaît comme un spécialiste de la nomenclature agronomique, un spécialiste des classifications des espèces de fruits et de leur appellation. C’est un aspect particulier, plus limité et moins connu de son savoir que Macrobe a voulu souligner et qui mérite de retenir notre attention ; et surtout c’est à Servius que l’on doit chez Macrobe, une des deux plus longues citations de l’Etrusca disciplina, puisque Servius se réfère dans ce développement à Tarquitius Priscus et cite le Traité Étrusque des Arbres, Ostentarium Arborarium. On trouve là, de nouveau, un rapprochement significatif.

  • 7 Voir Marinone 1946 ; Santoro 1946b ; Türk 1963.
  • 8 Flamant 1977, p. 233-252.
  • 9 CGL Keil, t. V, Leipzig, 1868 (réimpr. Olms 1961), p. 595-655.
  • 10 Voir Fontaine 1959, I, p. 38-40.

2Servius est l’un des douze interlocuteurs des Saturnales. La présence de Servius dans les Saturnales de Macrobe a retenu et retient encore aujourd’hui l’attention des chercheurs. La Quellenforschung s’est efforcée d’établir les rapports entre les trois grands commentateurs de Virgile, Macrobe, Servius, Donat et le Servius auctus ou Servius de Daniel7. Les questions grammaticales font partie du genre littéraire du banquet et leur présence est tout à fait justifiée, d’autant que Macrobe lui-même se range parmi les grammairiens8, étant l’auteur, non d’une ars grammatica, mais d’un traité Sur les différences et les ressemblances entre les verbes grec et latin9, faisant œuvre originale puisqu’il introduit le prédicat de différence, une notion dialectique usuelle chez le rhéteur, qui n’est passée chez le grammairien que pour étudier le sens des mots10.

  • 11 Voir les études réunies dans Momigliano 1963 ; Chuvin 1990.
  • 12 La chronologie traditionnelle (naissance vers 350-360, Commentaire et Saturnales entre 384 et 395, (...)

3Dans les Saturnales, le jeune grammairien a environ 25 ans : il n’est pas au premier rang, qui est occupé par Prétextat et Symmaque, sans parler de Nicomaque Flavien11 : les Saturnales mettent en scène les derniers défenseurs du paganisme à la fin du ive siècle. Servius est, historiquement, un personnage secondaire des Saturnales de Macrobe, compte tenu de son jeune âge, mais compte tenu de l’œuvre qu’il a accomplie, il revêt aux yeux de la postérité une importance particulière. Il faut supposer un décalage entre le récit fictif, à la fin du ive siècle et son élaboration littéraire entre 420 et 430 : ce qui permet à Macrobe d’anticiper sur la notoriété du grammairien. Servius est aussi un élément important intervenant dans la datation du banquet des Saturnales, puisque deux datations se sont longtemps affrontées sur la question12.

  • 13 Macrobe, Sat. I, 24, 8 ; I, 24, 20 ; VI, 6, 1 ; VI, 7, 4.

4Servius est présent dès le début du banquet et Macrobe met en valeur deux aspects de son personnage : son jeune âge et son savoir13. Ce sont ces deux traits qui définissent le personnage dans les Saturnales. Le choix de Macrobe s’explique parce que Servius jouissait, au moment où il rédigeait les Saturnales, d’une grande réputation de grammairien. Il existe, entre lui et les autres personnages, qui appartiennent à la fin du ive siècle, un décalage chronologique, que Macrobe justifie par la fiction littéraire. C’est au grammairien que revient le soin de clore les entretiens de la deuxième journée, le 18 décembre au soir.

  • 14 Macrobe, Sat. III, 1-12. La première partie de l’exposé, sur le droit pontifical (Sat. III, 1-9) p (...)
  • 15 Macrobe, Sat. III, 13-17. Cf. Wessner, in RE 14, 185, 30 sqq.

5Au matin de ce deuxième jour, le 18 décembre, ont commencé les discussions virgiliennes avec des exposés d’Eustathe, de Nicomaque Flavien, de Prétextat sur la science virgilienne en matière de philosophie, de droit augural et pontifical : il s’agit de questions de religion et de droit14. Au soir du deuxième jour, Servius intervient dans un exposé qui montre sa science en ce qui concerne les variétés de fruits. Cet exposé fait suite, assez logiquement, à un développement classique sur le luxe et le raffinement culinaire des tables romaines même dans les temps anciens, inspiré des Rerum reconditarum libri de Sérénus Sammonicus15.

6À la fin du livre III des Saturnales, Prétextat interrompt même assez vivement le long développement de Servius sur les variétés de fruits. On est au soir du 18 décembre, seconde journée consacrée aux festivités, et l’on croit percevoir chez Prétextat une certaine fatigue, un certain énervement. La jeunesse du grammairien autorise Prétextat, dont l’autorité règne sur cette docte assemblée, à interrompre l’invité pour qu’il ne poursuive pas plus avant. Il est temps d’aller se coucher pour reprendre les discussions le lendemain au petit matin, chez Symmaque.

  • 16 Macrobe, Sat. III, 18-20. Pour l’ensemble de ce passage, cf. Macrobe, Les Saturnales, Livres I-III (...)

7Servius vient donc de s’exprimer au cours de ce qui constitue trois longs chapitres des Saturnales, chapitres très homogènes et savamment construits, émaillés de citations16. Les développements du livre III ont un caractère particulier et montrent le jeune grammairien sous un jour assez original. La science grammaticale est ici au service d’un savoir technique, de la science agronomique. Mais ces discussions qui interviennent en fin de journée sont aussi un moment de détente en rapport avec les circonstances du banquet. Elles nous révèlent un aspect méconnu de Servius grâce à l’auteur des Saturnales. Servius s’inscrit ici dans la lignée des agronomes, des savants tels que Caton, Varron, Pline et Columelle, tout en donnant à son propos un tour littéraire et en restant soucieux d’une approche grammaticale et terminologique.

8Les développements portent d’abord sur les diverses espèces de noix, puis sur les espèces de pommes, de poires et enfin sur les espèces de figues, d’olives et de raisins. On trouve dans l’exposé servi en des références littéraires, encyclopédiques et surtout grammaticales. C’est l’occasion pour Macrobe de citer les références de Servius qui s’appuie en la matière sur un certain nombre de grammairiens qui l’ont précédé. Macrobe montre le jeune Servius au travail en quelque sorte.

  • 17 Homère, Odyssée V, 60 et V, 264 en Sat. III, 19, 5.
  • 18 Virgile, Buc. II, 52 en Sat. III, 18, 7 ; Georg. II, 127 en Sat. III, 19, 4 ; Georg. III, 299 en S (...)
  • 19 Macrobe, Sat. III, 18, 14 : qui e nuce nucleos esse uolt frangit nucem (= Plaut., curc. 55) [« Qui (...)
  • 20 Macrobe, Sat. III, 18, 9 : molluscam nucem / super eius dixit impendere tegulas. [« Un noyer de no (...)
  • 21 Macrobe, Sat. III, 20, 4 : Afranius in Sella : pomum, holus, ficum, uuam [« Chez Afranius, dans La (...)
  • 22 Macrobe, Sat. III, 18, 8 : Atta in supplicatione : nucem Graecam fauumque adde quantumlibet. [« At (...)
  • 23 Macrobe, sat III, 18, 11. Sueius, frag. 1 Morel (Fragmenta poetarum Latinorum, 1re éd. Stuttgart, (...)
  • 24 Macrobe, Sat. III, 20, 5 : Mattius : in milibus tot ficorum non uidebitis grossum, et paulo post : (...)

9Il est intéressant de voir comment Macrobe conçoit son personnage, qu’il connaît sans doute personnellement. Les références purement littéraires de l’exposé sont relativement peu nombreuses, mais néanmoins intéressantes. On relève deux références au chant 5 de l’Odyssée d’Homère17, trois références à Virgile18. De Naevius, sont cités le Bellum Punicum et une comédie, Le Devin (Ariolus). De Plaute, Servius cite la Cistellaria19 : en quoi il commet une erreur, car il s’agit en fait d’un vers du Curculio. L’erreur est imputable, bien sûr, à Macrobe, et non à Servius. Elle est corrigée, ou plutôt signalée, dans toutes les éditions. Servius nous préserve aussi un fragment d’une comédie perdue, le Calceolus20. À côté de Plaute, les deux auteurs de togatae, Afranius21 et Atta22 ont aussi droit à être mentionnés et cités. Très précieuses sont ses références au Moretum, une des Idylles de Sueius23, un grammairien du ier siècle av. J.-C. connu de Suétone, ainsi que deux vers des Mimiambes de Cnaeus Mattius24.

  • 25 Macrobe, Sat. III, 18, 5 (frag. 44 Bolisani, Logistoricon libri, Padoue, 1937).
  • 26 Macrobe, Sat. III, 18, 13 (Favorino, Opere, Frag. 48 Barigazzi, Florence, 1966).
  • 27 Macrobe, Sat. III, 20, 4 : sed et Cicero oeconomicon libro tertio : neque serit uitem neque quae s (...)
  • 28 Macrobe, Sat. III, 20, 5 : et Postumius Albinus Annali primo de Bruto : ea causa sese stultum brut (...)
  • 29 Horace, Sat. II, 4, 34 (cf. Macrobe, Sat. III, 18, 13).

10En ce qui concerne les auteurs techniques et les savants, Varron occupe la première place, mais, curieusement, ce ne sont pas les res rusticae qui sont impliquées : il est question de l’un des logistoricon libri intitulé Marius de fortuna25. L’autre référence est dans une citation de Favorinus, un sophiste du deuxième siècle qui cite une œuvre inconnue de Varron dédiée à Scribonius Libon, auteur d’Annales26. Le maître de l’éloquence latine n’est pas oublié : on relève une intéressante citation de l’Économique de Cicéron27. On relève, enfin, une citation, en latin, des Annales, en grec, de Postumius Albinus28 et un renvoi à Horace29.

11Les références littéraires constituent une sorte d’ornement parmi les références. Elles constituent la partie la moins technique du passage, qu’elles tendent à agrémenter, et s’intègrent dans le genre sympotique. Macrobe situe Servius dans une longue tradition grammaticale et encyclopédiste qui est le fondement de son savoir.

  • 30 Macrobe, Sat. III, 18, 7 (à propos de la noix d’Héraclée) et III, 19, 4 (cf. infra). Cf. H. Bardon(...)
  • 31 Macrobe, Sat. III, 18, 2-3.
  • 32 Sur Véranius et Cloatius Vérus, cf. H. Bardon, Littérature latine inconnue, Paris, 1952-1956, I, p (...)
  • 33 Pour Cloatius, cf. Fest. 124, 7L ; 204, 25 ; 208, 26 ; 234, 3 ; 402, 26 ; 422, 6 ; pour Véranius, (...)

12En dehors des références littéraires, quelques traités de grammaire ou de droit religieux doivent retenir notre attention dans l’exposé de Servius. Le grammairien Oppius Charès, auteur, à la fin de la République, d’un De siluestribus arboribus, n’est cité qu’incidemment, à propos de la noix d’Héraclée, et, surtout, du cédrat et de la pêche30 Gavius Bassus, auteur d’un De significatione uerborum, est mentionné pour son étymologie de la nux iuglans, noix juglans31. Mais l’essentiel des références érudites est fourni par Cloatius Vérus et Véranius. C’est d’eux que Servius est le porte-parole. Cloatius Vérus a écrit, sous Auguste, deux traités de recherches lexicales, un ouvrage Sur les mots empruntés au grec (Libri uerborum a Graecis tractorum) et une Classification des termes grecs (Libri ordinatorum Graecorum) ; Véranius rédigea, à la fin de la République, des Libri auspiciorum et des Quaestiones pontificales32. Ces deux auteurs sont déjà souvent cités chez Festus. Véranius et Cloatius Vérus ne sont d’ailleurs cités par Macrobe qu’au livre III des Saturnales. L’ensemble se rattache, directement ou indirectement, à Verrius Flaccus33.

  • 34 Macrobe, Sat. III, 19, 2 : Quae Cloatius in ordinatorum libro quarto ita diligenter enumerat : Sun (...)

13Le chapitre 19 porte sur les noms des pommes et des poires. Il énumère d’abord 23 espèces de pommes34 :

  • 35 Mattius, ou Matius, était un ami d’Auguste, auteur d’un ouvrage culinaire et qui avait donné son n (...)
  • 36 Columelle (IV, 10, 9) en fait une variété de coing.
  • 37 Peut-être une déformation de tuber ou tubur, nom de l’azérolier.

Liste soigneusement dressée par Cloatius au livre IV de sa Classification des termes grecs : la pomme d’Améria, le coing, le citron (cédrat), la prune, la pomme de conserve, la nèfle, la pomme douce, la pomme de Mattius35, la pomme ronde, † la pomme « ogratiane », la pomme précoce, la pomme ridée, la pomme carthaginoise (grenade), la pêche (pomme de Perse), la pomme de Quirius (Quiriane), la « prosive », la pomme rouge, la pomme de Scaudium, la pomme sauvage, la pomme struthium36, la pomme Scantiane, la pomme tibur37, la pomme de Vérius.

  • 38 Caton, agr. VII, 3.
  • 39 Ciceron, de lege agr. I, 3.

14Plusieurs espèces ici mentionnées ne peuvent être identifiées : c’est le cas en particulier de « l’ogratriane » et de la « prosive ». La pomme Scantiane est mentionnée par Caton38, ainsi que la Quiriane ; il existait en Campanie une silua Scantia39 ; la Quiriane est peut-être une variété de Cures, en Sabine. On peut envisager une confusion entre Scaudianum et Scantianum.

  • 40 Virgile, Georg. II, 127.
  • 41 J. André 1985, p. 68.
  • 42 Sur ce difficile problème d’identification (et de traduction), cf. Andre 1961, p. 79-81 ; C. Guitt (...)

15On retrouve ici incidemment la présence de Virgile, qui mentionne la pomme de Perse (malum Medicum) dans les Géorgiques40, pour son efficacité contre les poisons. Selon Macrobe, ce que Virgile cite sous le nom de felix malum, Cloatius le dénomme citreum. Le passage recèle une difficulté qui repose sur le double sens du latin citrus qui désigne le cédratier ou le thuya41 ; de plus, les éditeurs et commentateurs des Géorgiques font référence au citronnier pour ses vertus. Les Romains connaissaient le cédrat et la pomme de Perse, c’est-à-dire la pêche ; le citron, variété de cédrat, fut importé plus tardivement dans l’empire romain et en Europe occidentale. Le cédratier et le citronnier appartiennent à la même famille, le cédrat étant plus gros et d’une autre consistance que le citron42.

  • 43 Macrobe, Sat. III, 19, 6 : idem Cloatius Verus sic eorum uocabula describit : Anicianum, cucurbiti (...)

16Ensuite, Servius énumère 30 espèces de poires43 :

Le même Cloatius énumère leurs dénominations : Aniciane, cucurbitive (en forme de courge), cirrite, ceruisque, « graveleuse », de Crustuméria, décimane (grosse poire), grecque, de Lollius, de Lanuvium, poire laurier, de Latérium, parfumée, de Milet, parfumée de myrte, de Névius, ronde, précienne, « rubile », de Signia, de Tullus, de Titius, parfumée au thym, poire de Turanius précoce, volème (grosse comme la main), nèfle tardive, sémentive tardive, de Sextilius tardive, Tarentine tardive, de Valérius tardive.

  • 44 Cicéron, ad Att. I, 6, 2 ; phil. III, 25.

17Les espèces appelées cirrite, ceruisque, « graveleuse », rubile ne sont pas autrement connues, pas plus que les poires de Lollius et de Lanuvium. L’onomastique ne nous éclaire guère plus : Tullus, Titius, Sextilius, Valérius ne peuvent être identifiés. Turanius Niger, ami de Cicéron et de Varron était un agriculteur réputé44.

18Toutes ces références dépendent largement des Ordinatorum Graecorum libri de Cloatius Vérus : les fruits sont énumérés selon l’ordre alphabétique.

  • 45 Macrobe, Sat. III, 20, 6 : olearum genera haec enumerantur : Africana, albigerus, Aquilia, Alexand (...)

19Au cours du chapitre suivant, Servius énumère, selon l’ordre alphabétique, seize espèces d’olives45 :

Quant aux olives, on énumère les variétés suivantes : Africaine, blanchâtre, Aquilia, d’Alexandrie, d’Egypte, « culminia » (de Colminium), de conserve, Licinienne, orchade, sauvage (oléastre), pausia, paulia, grande navette, Sallentine, Sergiane, Termutia.

20On retrouve dans les dénominations les références géographiques, de couleur, ou encore de forme.

  • 46 Macrobe, Sat. III, 20, 7 : sicut uuarum ista sunt genera : Aminea – scilicet a regione ; nam Amine (...)

21Le développement se clôt par l’énumération de vingt-trois espèces de raisins46 :

De même pour les raisins, voici les différentes espèces : Aminée, – d’après le pays d’origine, car les Aminéens habitèrent là où est maintenant Falerne – asinusca, atrusca, albiuerus, albena, raisin des abeilles, d’Apicius, à gros grains ou, comme disent les grecs, boumasthos, à peau dure, lambruche, mélampsithien, de, Maronée, de Nomentum, de Maréotide, précoce, pramnien, psithien, palleolata, Rhodien, à couronne, uenucula, uariola lagea.

  • 47 Virgile, Georg. II, 91-93.

22Ici encore, plusieurs espèces échappent à la sagacité des chercheurs (pilleolata, uariola lagea). Certaines variétés peuvent trouver une explication dans la couleur, noire (atrusca) ou blanche (albiuerus, albena), voire grise (asinusca, d’après le nom de l’âne). Maronée, en Thrace, et Nomentum, dans le Latium, sont des villes réputées pour leur vin. Virgile cite le raisin blanc du Lac Maréotide et le raisin psithien47.

23Ces énumérations ont des parallèles ou trouvent des échos chez Caton, Varron et Pline : les listes peuvent se recouper partiellement. Or, paradoxalement, ces références sont absentes de l’exposé, car il est peu probable que Macrobe s’y soit référé. L’ensemble est cohérent en dépit des variations lexicales dans le détail. Ces énumérations comme les précédentes dépendent vraisemblablement de Cloatius Vérus.

24Dans ce même chapitre 20, les variétés de figues amènent à découvrir un autre aspect du travail des grammairiens, qui ouvre des perspectives qui iront au-delà de l’intérêt grammatical, car, en fonction de leur couleur, blanche ou noire, les figuiers peuvent être des arbres de bon ou de mauvais augure. Le savant procède ici en trois étapes.

25La première liste, tirée de Cloatius Vérus, énumère 25 espèces de figues, selon l’ordre alphabétique, et les dénominations reflètent la provenance du fruit, le nom de son inventeur, sa forme ou sa couleur :

  • 48 Macrobe, Sat. III, 20, 1 : admonent nos et fici aridae ut enumeramus genera ficorum, eodem Cloatio (...)

Les figues sèches nous engagent à énumérer les diverses espèces de figues, en nous fondant, sur ce point comme en d’autres domaines, sur les indications de Cloatius. Voici les différentes variétés de figues qu’il énumère, avec la précision qui le caractérise : figue d’Afrique, blanche, mouchetée, “asinastre”, noire “palusca”, d’Auguste, bisannuelle, de Carie, de Chalcis blanche ou noire, de Chios blanche ou noire, de Calpurnius blanche ou noire, figue citrouille, à peau dure, d’Herculanum, de Livie, lydienne, petite lydienne, Marsique, Numidique brune, de Pompéi, figue précoce, Tellane noire48.

  • 49 La figue « asinastre », la figue de Calpurnius et l’atra palusca ne sont pas autrement connues. On (...)

26Si l’on excepte les dénominations géographiques, plusieurs noms de cette longue liste constituent des hapax et certaines espèces sont difficiles à identifier49. Cette fois encore domine l’ordre alphabétique dans la mise en forme.

27Puis, dans un deuxième temps, il est question des arbores felices, et, dans la nomenclature des arbores felices, Véranius, qui n’est pas grammairien, mais un spécialiste du droit religieux, contemporain de César, adopte un ordre différent, en mentionnant 14 espèces d’arbres méditerranéens :

  • 50 Macrobe, Sat. III, 20, 2 : ait enim Veranius De uerbis pontificalibus : felices arbores putantur e (...)

Véranius dit en effet dans ses Formules pontificales : sont estimés être des arbres de bon augure le chêne, le chêne rouvre, l’yeuse, le chêne liège, le hêtre, le coudrier, le sorbier, le figuier blanc, le poirier, le pommier, la vigne, le prunier, le cornouiller, le micocoulier50.

  • 51 Sur ces listes, voir Andre 1964.

28Cette liste reflète la science pontificale et les indigitamenta. La constitution de cette liste ne repose plus sur les mêmes principes, les mêmes exigences. La vigne est classée, comme il est de règle, parmi les arbres. Véranius énumère d’abord les différentes espèces de chênes (chêne Farnetto ou rouvre, chêne ordinaire, chêne vert, chêne liège), puis les autres espèces comprenant les arbres qui ont joué un grand rôle dans l’alimentation des peuples de l’Italie antique ; ne sont pas mentionnés les arbres d’introduction récente, ni même l’olivier51.

29Enfin, sont énumérés, d’après Tarquitius Priscus, les arbores infelices :

  • 52 Macrobe, Sat. III, 20, 3 : Tarquitius autem Priscus in Ostentario Arborario sic ait : arbores quae (...)

Quant à Tarquitius Priscus, il s’exprime ainsi dans son Traité des prodiges relatifs aux arbres : les arbres qui sont placés sous la protection des dieux infernaux et des dieux qui détournent les périls sont appelés arbres de mauvais augure ; ce sont l’alaterne, le cornouiller sanguin, la fougère, le figuier noir et les arbres qui produisent des baies et des fruits noirs, de même le houx, le poirier sauvage, le fragon, les ronces et arbrisseaux à tiges épineuses, avec lesquels il faut prescrire de brûler monstres et prodiges funestes52.

30Dans la liste de Tarquitius Priscus, qui présente des arbres de mauvais augure à baies et à fruits noirs et un ensemble d’épineux, on relève plusieurs principes de groupement et en particulier la recherche de groupes binaires, de groupes allitérants et assonants. Transcrite de l’étrusque à la fin de la république, la liste, qui n’est plus une simple énumération, s’avère profondément latine dans son élaboration. Elle soulève des problèmes d’exégèse religieuse, en particulier pour définir les dieux mis en cause par l’expression inferum deorum auertentiumque et l’élimination de certains prodiges ou monstres de la cité. Ici se révèle en particulier la difficulté d’une transcription des sources étrusques en latin. On doit ainsi à Servius, ou à Macrobe, une précieuse référence à l’Etrusca disciplina avec une traduction latine, due à Tarquitius Priscus, de l’Ostentarium arborarium. La classification des arbres en arbores felices et infelices relèvent de la science pontificale dans le cadre du ritus Romanus, de l’Etrusca disciplina et de l’expérience séculaire des paysans de l’Italie primitive.

31La référence à l’Etrusca disciplina et à l’Ostentarium arborarium nous offre un autre aspect du savoir de Servius : elle n’est pas exceptionnelle et l’on en relève un autre exemple dans les Saturnales. Cet intérêt est confirmé par une référence à un autre traité étrusque des prodiges, Ostentarium Tuscum, traduit lui aussi par Tarquitius Priscus en latin.

32Au début du livre III, Prétextat, dans un développement sur la science pontificale de Virgile, a déjà fait référence à un Traité étrusque des prodiges (Ostentarium Tuscum) à propos de la coloration pourpre de la toison d’un bélier annonciatrice d’un nouvel âge d’or, en rapport avec les célèbres vers de la quatrième bucolique.

  • 53 Macrobe, Sat III, 7, 2 : Traditur autem in libris Etruscorum, si hoc animal insolito colore fuerit (...)

Selon la tradition transmise dans les livres sacrés des Etrusques, si cet animal (brebis ou bélier) a pris dans sa toison une couleur inhabituelle, c’est, pour celui qui détient le pouvoir, le présage d’une félicité qui l’accompagnera dans toutes ses entreprises. Il existe sur ce sujet un livre de Tarquitius, traduit du Traité Étrusque des prodiges. On y relève le passage suivant : « Si la toison d’une brebis ou d’un bélier se parsème de taches de pourpre ou d’or, c’est l’annonce, pour le chef de l’ordre ou de la nation, d’une prospérité accompagnée du plus grand bonheur ; la nation accroît sa descendance dans la gloire et la rend plus heureuse. » Telle est donc la condition que le poète, au passage, prédit à celui qui détient le pouvoir53.

  • 54 Enking 1959 ; Briquel 1991.

33Les deux citations sont généralement associées et constituent deux rares et précieux témoignages de l’Etrusca disciplina. Comme Prétextat, Servius est un spécialiste de science religieuse et Macrobe a tenu à rendre hommage à cet aspect de son savoir. Servius nous a préservé nombre de références à l’Etrusca disciplina : il suffit de parcourir l’ouvrage classique de C. O. Thulin pour en mesurer l’importance et l’étude complète reste à faire, sur les foudres et leur nature, sur les rituels de fondation. Servius a contribué à faire de Virgile un uates Etruscus54 ; il a souligné les liens du poète de Mantoue non seulement avec la science pontificale mais avec l’Etrusca disciplina. Macrobe a dû pressentir l’intérêt du jeune Servius pour cet aspect oublié dans les religions de l’antique Italie.

34Les trois chapitres conclusifs du livre III des Saturnales nous placent donc dans un contexte différent des commentaires virgiliens. On voit se dessiner ici deux types des citations grammaticales : d’une part des énumérations qui suivent strictement l’ordre alphabétique, sans précisions particulières, des classifications purement grammaticales, d’autre part des traductions qui s’efforcent de rendre en latin le rythme et le sens de l’original étrusque pour respecter la forme des carmina. Une communauté se dessine qui marque une longue tradition qui part de Cloatius Vérus et Véranius, s’appuie sur Verrius Flaccus et Festus, sur Tarquitius Priscus, pour aboutir à Servius ; l’intérêt de Servius pour l’agronomie s’épanouira dans le commentaire des Géorgiques ; l’intérêt pour l’Etrusca disciplina se confirmera dans le commentaire à l’Énéide. À travers Virgile, Servius a été un commentateur particulièrement sensible à l’Etrusca disciplina pour laquelle il constitue une source très précieuse. C’est un autre aspect du savoir de Servius qui est mis ici en évidence, une curiosité qui n’est plus celle du simple érudit, du grammairien.

Notas

1 Macrobe, Sat. I, 4-5.

2 EPRO 58, Leyde, 1977, p. 78-84 ; Flamant 1968, p. 303-319. Kaster 1980a. Sur le genre sympotique en général, cf. Martin 1931.

3 À l’occasion de la défense de Virgile, les remarques sur quelques mots difficiles (uexare, illaudatus, squalere), sur l’expression maturare fugam et sur quelques étymologies (uestibulum, bidentes) permettent à Servius de montrer un prodigieux savoir grammatical (Macrobe, Sat. VI, 7-9).

4 Macrobe, Sat. VI, 6.

5 Ibid., VI, 7-9.

6 G. Wissowa, De Macrobii Saturnaliorum fontibus capita tria, diss., Breslau, 1880 ; H. Linke, Quaestiones de Macrobii fontibus, diss., Breslau, 1880.

7 Voir Marinone 1946 ; Santoro 1946b ; Türk 1963.

8 Flamant 1977, p. 233-252.

9 CGL Keil, t. V, Leipzig, 1868 (réimpr. Olms 1961), p. 595-655.

10 Voir Fontaine 1959, I, p. 38-40.

11 Voir les études réunies dans Momigliano 1963 ; Chuvin 1990.

12 La chronologie traditionnelle (naissance vers 350-360, Commentaire et Saturnales entre 384 et 395, proconsulat d’Afrique en 410) a été soutenue par Georgii 1912 et E. Türk 1963. La chronologie basse (naissance vers 385-390 ; préfecture du prétoire en 430 ; Commentaire et Saturnales en 430-440), suggérée par Mazzarino 1938 a été admise par Cameron 1956, et N. Marinone (éd. des Saturnales, Turin, 1967, p. 14-27). Voir Doepp 1978.

13 Macrobe, Sat. I, 24, 8 ; I, 24, 20 ; VI, 6, 1 ; VI, 7, 4.

14 Macrobe, Sat. III, 1-12. La première partie de l’exposé, sur le droit pontifical (Sat. III, 1-9) présente des analogies avec le Servius auctus et remonte peut-être à Donat ; la seconde dépend plutôt d’un commentaire ad versus.

15 Macrobe, Sat. III, 13-17. Cf. Wessner, in RE 14, 185, 30 sqq.

16 Macrobe, Sat. III, 18-20. Pour l’ensemble de ce passage, cf. Macrobe, Les Saturnales, Livres I-III, éd. C. Guittard, Paris, 1997.

17 Homère, Odyssée V, 60 et V, 264 en Sat. III, 19, 5.

18 Virgile, Buc. II, 52 en Sat. III, 18, 7 ; Georg. II, 127 en Sat. III, 19, 4 ; Georg. III, 299 en Sat. III, 18, 5.

19 Macrobe, Sat. III, 18, 14 : qui e nuce nucleos esse uolt frangit nucem (= Plaut., curc. 55) [« Qui veut manger des noix commence par briser la coque »].

20 Macrobe, Sat. III, 18, 9 : molluscam nucem / super eius dixit impendere tegulas. [« Un noyer de noix tendre domine son toit. »] = Frag. 47 Götz-Schöll (Fragmenta, Leipzig, 1re éd. 1895).

21 Macrobe, Sat. III, 20, 4 : Afranius in Sella : pomum, holus, ficum, uuam [« Chez Afranius, dans La Chaise : Fruits, légumes, figues, raisins. »]. = Frag. 304 Daviault, Comoedia togata. Fragments, CUF, Paris, 1981.

22 Macrobe, Sat. III, 18, 8 : Atta in supplicatione : nucem Graecam fauumque adde quantumlibet. [« Atta dans La Supplication : « Ajoute la noix grecque et du miel à volonté ». »]. = Frag 17 Daviault.

23 Macrobe, sat III, 18, 11. Sueius, frag. 1 Morel (Fragmenta poetarum Latinorum, 1re éd. Stuttgart, 1963).

24 Macrobe, Sat. III, 20, 5 : Mattius : in milibus tot ficorum non uidebitis grossum, et paulo post : sumas ab alio lacte diffluos grossos. [« On lit chez Mattius : « Parmi tant de milliers de figues, vous n’en verrez aucune qui ne soit à maturité » et, un peu plus loin : « Prends des figues « grossi », gonflées d’un lait différent. »] = Frag. 14-15 Morel.

25 Macrobe, Sat. III, 18, 5 (frag. 44 Bolisani, Logistoricon libri, Padoue, 1937).

26 Macrobe, Sat. III, 18, 13 (Favorino, Opere, Frag. 48 Barigazzi, Florence, 1966).

27 Macrobe, Sat. III, 20, 4 : sed et Cicero oeconomicon libro tertio : neque serit uitem neque quae sata est diligenter colit : oleum ficos poma non habet. [« De même Cicéron, au livre III de son Économique, écrit : « Il ne sème pas de vigne et ne cultive pas avec soin celle qui est déjà semée : il n’a ni huile, ni figues, ni fruits ». »]

28 Macrobe, Sat. III, 20, 5 : et Postumius Albinus Annali primo de Bruto : ea causa sese stultum brutumque faciebat, grossulos ex melle edebat. [« Enfin, Postumius Albinus, au livre I de ses Annales, écrit, à propos de Brutus : « Pour cette raison, il simulait folie et stupidité, il mangeait de petites figues grossuli enduites de miel. » ] = frag. 13 Jacoby.

29 Horace, Sat. II, 4, 34 (cf. Macrobe, Sat. III, 18, 13).

30 Macrobe, Sat. III, 18, 7 (à propos de la noix d’Héraclée) et III, 19, 4 (cf. infra). Cf. H. Bardon, Littérature latine inconnue, I, Paris, 1952, p. 304.

31 Macrobe, Sat. III, 18, 2-3.

32 Sur Véranius et Cloatius Vérus, cf. H. Bardon, Littérature latine inconnue, Paris, 1952-1956, I, p. 310-311 et II p. 114

33 Pour Cloatius, cf. Fest. 124, 7L ; 204, 25 ; 208, 26 ; 234, 3 ; 402, 26 ; 422, 6 ; pour Véranius, cf. Fest. 148, 20L ; 152, 6 ; 221, 8 (Paulus) ; 222, 14 ; 296, 22 ; 298, 1 ; 298, 12 ; 366, 10.

34 Macrobe, Sat. III, 19, 2 : Quae Cloatius in ordinatorum libro quarto ita diligenter enumerat : Sunt autem genera malorum : Amerinum, cotonium, citreum, coccymelum, conditiuum, epimêlis, musteum, Mattianum, orbiculatum, †ogratianum, praecox, pannuceum, Punicum, Persicum, Quirianum, prosiuum, rubrum, Scaudianum, siluestre, struthium, Scantianum, tibur, Verianum. Frag. 7 Funaioli, Grammaticae Romanae Fragmenta, Leipzig, 2e éd. 1967 (= Plin. Nat. XV, 37-60).

35 Mattius, ou Matius, était un ami d’Auguste, auteur d’un ouvrage culinaire et qui avait donné son nom à une variété de pommes.

36 Columelle (IV, 10, 9) en fait une variété de coing.

37 Peut-être une déformation de tuber ou tubur, nom de l’azérolier.

38 Caton, agr. VII, 3.

39 Ciceron, de lege agr. I, 3.

40 Virgile, Georg. II, 127.

41 J. André 1985, p. 68.

42 Sur ce difficile problème d’identification (et de traduction), cf. Andre 1961, p. 79-81 ; C. Guittard, éd. des Saturnales, 1997, p. 255-256 et 351.

43 Macrobe, Sat. III, 19, 6 : idem Cloatius Verus sic eorum uocabula describit : Anicianum, cucurbitiuum, cirritum, ceruisca, calculosum, Crustuminum, decimanum, Graeculum, Lollianum, Lanuuinum, laureum, Lateresianum, myrapium, Milesium, murteum, Naeuianum, orbiculatum, Praecianum, rubile, Signinum, Tullianum, Titianum, timosum, Turranianum, praecox, uolemum, mespilum serum, sementiuum serum, Sextilianum serum, Tarentinum serum, Valerianum serum. Frag. 10 Funaioli. Cf. Plin. Nat. XV, 53-56.

44 Cicéron, ad Att. I, 6, 2 ; phil. III, 25.

45 Macrobe, Sat. III, 20, 6 : olearum genera haec enumerantur : Africana, albigerus, Aquilia, Alexandrina, Aegyptia, culminea, conditiua, Liciniana, orchas, oleaster, pausia, paula, radius, Sallentina, Sergiana, Termutia. Cf. Caton, agr. 6-7 ; Varron, res rust. I, 24 sqq. ; Pline, Nat. XV, 13-20. L’Aquilia n’est pas autrement connue ; la culminea peut servir à fabriquer des parfums ; l’orchade doit son nom à sa grosseur ; la pausia est de couleur pourpre ; la paulia (cf. grec phaulia ?) est une sorte d’olive charnue mais cotonneuse selon Pline (Nat. XV, 15).

46 Macrobe, Sat. III, 20, 7 : sicut uuarum ista sunt genera : Aminea – scilicet a regione ; nam Aminei fuerunt ubi nunc Falernum est – asinusca, atrusca, albiuerus, albena, apiana Apicia, bumamma aut, ut Graeci dicunt, boumasthos, duracina, labrusca, melampsithia, Maronia, Mareotis, Numentana, precia, pramnia, psithia, pilleolata, Rhodia, stephanitis, uenucula, uariola lagea. Cf. Caton, agr. 6-7 ; Varron, res rust. II, 5 sqq. ; Pline, Nat. 14, 15-75.

47 Virgile, Georg. II, 91-93.

48 Macrobe, Sat. III, 20, 1 : admonent nos et fici aridae ut enumeramus genera ficorum, eodem Cloatio nos de his ut des aliis instruente. Sic enim diuersas ficos diligentiae suae more dinumerat : Africa, albula, harundinea, asinastra, atra palusca, Augusta bifera, Carica, Calcidica alba nigtra, Chia alba nigra, Calpurniana alba nigra, cucurbitua, duricoria, Herculanea, Liuiana, ludia, leptoludia, Marsica, Numidica, pulla, Pompeiana, praecox, Tellena atra. Frag. 9 Funaioli. Cf. Pline, Nat. XV, 68-72, qui mentionne 29 espèces.

49 La figue « asinastre », la figue de Calpurnius et l’atra palusca ne sont pas autrement connues. On sait qu’Auguste aimait les figues fraîches (l’Augusta et la Liviana sont peut-être la même espèce). Cf. C. Guittard, éd. de Macrobe, Les Saturnales, p. 352-353.

50 Macrobe, Sat. III, 20, 2 : ait enim Veranius De uerbis pontificalibus : felices arbores putantur esse quercus, aesculus, ilex, suberies, fagus, corylus, sorbus, ficus alba, pirus, malus, uitis, prunus, cornus, lotus. Frag. 5 Huschke, Iurisprudentiae Anteiustinianae Reliquiae, Leipzig, 1908-1927.

51 Sur ces listes, voir Andre 1964.

52 Macrobe, Sat. III, 20, 3 : Tarquitius autem Priscus in Ostentario Arborario sic ait : arbores quae inferum deorum auertentiumque in tutela sunt, eas infelices nominant : alternum, sanguinem, filicem, ficum atram, quaeque bacam nigram nigrosque fructus ferunt ; itemque acrifolium, pirum siluaticum, pruscum, rubum sentesque, quibus portenta prodigiaque mala comburi iubere oportet. Frag. 6 Thulin. Sur cette catégorie d’arbres, voir Guittard 1990 ; et aussi Thulin 1909 ; Guittard 2007. Sur Tarquitius, cf. CIL XI, 3370 and 7566 ; Heurgon 1953 ; Torelli 1975 ; Kroll 1931.

53 Macrobe, Sat III, 7, 2 : Traditur autem in libris Etruscorum, si hoc animal insolito colore fuerit inductum, portendi imperatori omnium rerum felicitatem. Est super hoc liber Tarquitii transcriptus ex Ostentario Tusco. Ibi reperitur : purpureo aureoue colore ouis ariesue si aspergetur, principi ordinis et generis summa cum felicitate largitatem auget, genus progeniem propagat in claritate laetioremque efficit. Huiusmodi igitur statum imperatori in transitu uaticinatur (= frag. 5 Thulin, Scriptorum disciplinae Etruscae fragmenta, Berlin, 1906). Voir C. Guittard, « Signes du destin et pouvoir dans les pratiques étrusco-italiques », in Signes et destins d’élection dans l’Antiquité, Actes du Colloque international, 16-17 novembre 2000, Besançon, 2006, p. 71-82.

54 Enking 1959 ; Briquel 1991.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540