Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman face à l'histoire

 | 
Sylvie Servoise

Deuxième partie. Transcrire et/ou faire l’histoire

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

1Tel que nous l’avons défini dans les pages précédentes, le roman engagé entretient un rapport étroit et pluriel avec l’histoire. Dès lors, deux questions peuvent se poser : d’une part, dans quelle mesure la transcription de l’histoire rend-elle compte du rapport qu’une époque entretient avec le temps – autrement dit comment s’écrivent tant l’histoire-praxis que l’histoire-héritage ? Et, d’autre part, quel sens doit avoir la relation entre littérature et régime d’historicité pour ne pas tomber dans le piège d’une conception analogisante de la littérature comme reflet d’une époque ?

  • 1 Néanmoins, nous avons vu précédemment que cette époque était explicitement perçue comme dérivant d (...)
  • 2 Sartre J.-P, Qu’est-ce que la littérature op. cit., p. 226.

2Les deux chapitres qui suivent tentent d’apporter une réponse à la première interrogation. Si, à l’exception des œuvres de Rolin et Volodine qui évoquent l’engagement des années 19701 la période historique transcrite est la même dans les deux pôles de notre corpus, l’histoire, en tant que référent du récit, n’est pas conçue pareillement : pour Sartre, Camus, Vittorini, Calvino et Pratolini, les événements évoqués s’inscrivent dans un passé récent et font partie de leur histoire personnelle. L’histoire est alors perçue essentiellement comme expérience, au double sens d’épreuve et de pratique acquise, qu’il s’agit de reconstituer dans sa « brutale fraîcheur2 ». L’écrivain engagé, s’il ne traduit pas forcément cette position historique en posture littéraire, est bien un témoin des événements racontés. En revanche, l’histoire mentionnée dans les récits du second corpus est perçue comme lointaine : même dans Tigre en papier, où est évoquée une période qu’a bien connue l’auteur, les événements sont tenus à distance, l’accent étant mis sur le caractère révolu de l’expérience. Le narrateur de ces récits adopte alors une posture d’historien, voué à interroger les témoins qui ont survécu aux épisodes rapportés et à chercher les traces du passé.

3Ne portant donc pas sur la même matière – l’histoire comme expérience, l’histoire comme trace – la transcription ne peut s’effectuer selon les mêmes paradigmes formels d’un pôle à l’autre. Dans le roman engagé d’après-guerre, l’histoire, entendue comme « situation » où s’inscrivent les personnages et leurs actions, semble constituer la matrice organisationnelle du récit, déterminant les modalités de la mise en intrigue et notamment la temporalité du récit. Dans le roman contemporain, c’est moins l’histoire qui s’est faite (Geschichte en allemand) que l’histoire qui est racontée (Historie), moins l’événement que son récit, qui semblent orienter les modalités de la transcription. Tout se passe en effet comme si l’écrivain s’inspirait de la démarche historiographique pour remonter le fil du temps, tout en subvertissant un modèle dont il ne partage pas l’ambition de vérité. Nous verrons d’ailleurs que la pratique historienne de l’écriture n’est pas la seule convoquée par les romans du second corpus, comme si la transcription de l’histoire ne pouvait s’effectuer que par l’enchevêtrement de discours ou de types de récits multiples (le témoignage, l’autobiographie, le roman policier…) qu’elle soumet à un détournement et à une remotivation systématiques.

4Enfin, on peut penser que ces différences entre les deux pôles de notre corpus, perceptibles autant dans l’objet que dans les modalités de la transcription de l’histoire, s’expliquent par le passage d’un régime d’historicité à l’autre. Mais, sans doute, l’analyse détaillée des textes à laquelle nous aurons procédé aura signalé certaines entorses que les œuvres du corpus font subir au régime moderne d’historicité d’une part, au régime présentiste de l’autre. Il sera alors temps de se concentrer sur la deuxième interrogation qui ouvrait le propos, autrement dit sur la capacité de la littérature à problématiser, réfléchir, annoncer ou freiner les glissements que nos sociétés enregistrent dans leur rapport à l’histoire.

Notes

1 Néanmoins, nous avons vu précédemment que cette époque était explicitement perçue comme dérivant de celle précédente, les jeunes révolutionnaires des années 1970 étant les fils des héros (Tigre en papier) ou des « bourreaux » (Lisbonne, dernière marge) des années 1940.

2 Sartre J.-P, Qu’est-ce que la littérature op. cit., p. 226.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540