Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrire pour la jeunesse

 | 
Mathilde Lévêque

Introduction

Texte intégral

1En 1929, dans le quotidien allemand Die Berliner Börsenzeitung, le journaliste Rudolf Pausen constate que

  • 1 Rudolf Pausen, « Revolution im Bücherschrank der Kinder », Berliner Borsenzeitung, 6 novembre 1929

l’ancienne écriture pour la jeunesse, qui lançait ses prêches sur la tête des enfants, souvent dans un style qui se voulait enfantin et qui, par conséquent, était parfaitement idiot, disparaît par-dessus bord : c’est la révolution dans la bibliothèque des enfants1 !

2À la fin des années 1920, la littérature pour la jeunesse connaît en Allemagne de profonds bouleversements. La révolution évoquée par Pausen est réelle et plurielle, à la fois esthétique, éditoriale et politique.

  • 2 Paul Hazard, préface de Rossignol des neiges de Marie Colmont, Bourrelier, Collection Primevère, 1 (...)

3En France, quelques années plus tard, en 1935, le grand comparatiste Paul Hazard, professeur au Collège de France, prend la plume pour préfacer un modeste roman pour enfants intitulé Rossignol des neiges, de Marie Colmont. Paul Hazard décrit sa rencontre avec un jeune éditeur, Michel Bourrelier, si jeune qu’il le prend d’abord pour un étudiant, avant de lui avouer « avec un mélange de confusion et de fierté », que la « littérature enfantine » est une de ses « douces manies2 ». Cette rencontre est à l’origine de la création du Prix Jeunesse, destiné à promouvoir et récompenser des ouvrages pour enfants nouveaux et de qualité, dans la perspective de participer au dynamisme de ce domaine littéraire, alors sujet à des transformations remarquables.

4Qu’un journaliste berlinois ou un éminent professeur au Collège de France s’intéressent tous deux, à une même période, aux transformations de la littérature pour enfants n’est sans doute pas un simple coïncidence. Au cours de l’entre-deux-guerres, romans et récits pour la jeunesse, en France comme en Allemagne, connaissent une évolution, voire, pour reprendre le terme de Pausen, une révolution dont on a sans doute peu conscience de nos jours. Si ce mouvement n’a pas une ampleur considérable, il est néanmoins bien réel, quoique peu connu. En France comme en Allemagne, écrire pour la jeunesse dans l’entre-deux-guerres soulève bien des questions et relève de multiples enjeux.

5L’entre-deux-guerres est cette période insaisissable dont les années sont comme prises en étau entre les masses des deux guerres mondiales. Le découpage chronologique s’avère ainsi paradoxalement évident et imprécis. La signature de l’armistice en novembre 1918 ne saurait en effet délimiter à elle seule le début de cette période, pas plus que l’invasion de la Pologne par les troupes de Hitler en 1939 ou la défaite de la France en mai 1940. L’entre-deux-guerres, ce sont deux décennies placées entre parenthèses, d’un point de vue chronologique, historique, voire littéraire. La littérature de l’entre-deux-guerres montre une diversité d’autant plus grande que la période est courte, riche, foisonnante. L’entre-deux-guerres est en effet aussi cette période mêlant euphorie et désenchantement, pacifisme et esprit de revanche, prospérité et misère, modernité et conservatisme, tendances qui viennent se refléter dans la littérature.

6La prise en compte croisée et conjuguée de la littérature française et de la littérature allemande n’est pas sans poser d’autres problèmes de périodisation : si la fin de la Première guerre mondiale offre un point de départ cohérent, déterminer la fin de la période d’étude s’avère plus complexe. En effet, 1933 est une date charnière pour la littérature allemande, pour adultes comme pour enfants, alors que cette date n’est pas pertinente pour la littérature française. 1933 ne marque néanmoins nullement la fin d’une création narrative allemande de qualité : littérature en exil, elle participe largement à la lutte contre le fascisme et le nazisme. La déclaration de guerre de 1939, qui marquerait la fin de l’entre-deux-guerres dans sa définition la plus stricte, ne semble pas non plus satisfaisante pour clore l’étude de la littérature pour la jeunesse de cette période troublée. Il faudrait sans doute plutôt prendre en considération l’année 1941, quand Milot de Charles Vildrac est interdit dans les écoles par le régime de Vichy. Une rupture forte et brutale intervient alors dans la littérature de jeunesse en France. Du côté des écrivains allemands, une autre date symbolique pourrait être celle de 1942, lorsqu’Erika Mann décide, au moins provisoirement, de ne plus écrire en allemand pour la jeunesse et d’adopter l’anglais comme langue romanesque dans A Gang of Ten. Langue de l’exil, l’anglais est aussi synonyme d’un refus de l’allemand, assimilé à la langue du nazisme. C’est donc de 1919 aux débuts des années 1940 que s’étend cette étude.

7Si l’on réfléchit aux romans français ou allemands pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres restés célèbres, certains noms, peut-être, sortiront de l’ombre et de la confusion : Erich Kästner en Allemagne – mais se souvient- on que Emil und die Detektive a été écrit et publié en 1929 ? – Marcel Aymé et ses Contes du Chat Perché, publiés pour la première fois en 1934 par la N.R.F., avec les illustrations de Nathan Altman. Mais qui sait que Georges Duhamel ou André Maurois ont écrit pour les enfants ? Qui se souvient de Léopold Chauveau ? Qui, en France, connaît Lisa Tetzner ou Kurt Held, pourtant célèbres en Allemagne ? Dans les pays anglo-saxons, l’entre-deux-guerres voit naître de grands classiques : The Story of Doctor Dolittle (1920) de Hugh Lofting, Mary Poppins (1934) de Pamela L. Travers, Winnie-the-Pooh (1926) d’Alan A. Milne ou encore Little House in the big woods (1932) de Laura Ingalls Wilder en sont quelques exemples représentatifs, mais qui restent, pour la majorité des lecteurs, des œuvres difficiles à dater, dont l’origine se perd avec la mémoire collective : comme pour tout classique, chacun a l’impression que ces livres existent de tout temps, comme s’ils avaient perdu toute temporalité ou tout ancrage dans l’histoire littéraire.

  • 3 Annie Renonciat, Les livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931) : (...)
  • 4 Marc Soriano, Guide de littérature pour la jeunesse, Paris, Flammarion, 1975, p. 224-225.
  • 5 Isabelle Nières, Lewis Carroll en France (1870-1985) ; les ambivalences d’une réception littéraire(...)

8L’entre-deux-guerres est ainsi une période mal saisie, mal nommée, « période particulièrement méconnue et mal aimée de l’histoire des livres pour enfants3 », comme le souligne Annie Renonciat. « Marasme, décadence, déclin, ces mots reviennent avec insistance pour caractériser la situation de la littérature pour la jeunesse entre les deux guerres4 » écrivait Marc Soriano dans son Guide de littérature pour la jeunesse en 1975. Mais de quelle crise s’agit-il ? Parler de « marasme » peut en effet signifier une crise dans la vente des livres, mais la dimension économique n’est évidemment pas la seule à prendre en compte. Le mot « décadence », employé par Marc Soriano, suggère un aspect plus subjectif de crise des contenus : faut-il comprendre que la qualité des livres pour enfants est inférieure à celle des livres d’avant 1914 ? Mais dans ce cas, sur quels critères établir ce déclin ? Il faudrait encore considerer, comme l’indique Isabelle Nières-Chevrel, la « difficulté à prendre en compte l’éclatement des publics5 ». L’entre-deux-guerres est une période où la population change, entraînant une évolution de la population des enfants lecteurs, en France comme en Allemagne : y aurait-il

  • 6 Isabelle Nières, op. cit., ibid.

un conflit entre ceux qui détiennent l’appareil de production et de distribution et de nouvelles couches sociales qui ne se reconnaissent pas dans les attendus esthétiques et idéologiques qu’on leur propose6 ?

9Tous ces aspects, qu’ils concernent l’économie, les contenus, les publics, sont à prendre en compte conjointement.

10Annie Renonciat remarque pourtant que Marc Soriano est l’un des seuls à souligner que « le bilan de cette période est pourtant loin d’être négatif ». Il est en effet le seul

  • 7 Annie Renonciat, op. cit., p. 3

à porter au crédit de l’entre-deux-guerres des éléments positifs : les premières recherches systématiques sur la littérature et la lecture des enfants, l’apparition de bibliothèques enfantines, l’action personnelle de certains éditeurs. Mais, d’une façon générale, seule l’illustration a trouvé grâce aux yeux des critiques7.

  • 8 Livre mon ami. Lectures enfantines, 1914-1954, catalogue établi et rédigé par Annie Renonciat, ave (...)
  • 9 Il resterait aussi tous ces livres que j’ai trouvés mentionnés dans des listes de collections, mai (...)

11Peut-on néanmoins rejeter tous les romans et les récits pour la jeunesse et les considérer comme indignes d’intérêt ? Se repencher sur cette période mal connue de l’histoire de la littérature pour la jeunesse n’est peut-être pas une vaine entreprise. En repartant de Livre mon ami, Lectures enfantines, 1914-1954, catalogue extrêmement précis et rigoureux établi par Annie Renonciat8, dont j’ai lu la plus grande partie des ouvrages répertoriés, j’ai pu sélectionner les œuvres qui me semblaient nouvelles, originales, innovantes, dans leurs thèmes comme dans leurs formes. J’ai pu ainsi me forger une idée globale de la production pour la jeunesse française de l’entre-deux-guerres, connaissance indispensable pour dégager et cerner des notions comme celles de modernité, d’innovation, d’originalité. Puis, à partir des ouvrages retenus, j’ai tenté de retrouver les collections qui se présentaient comme les plus modernes, telles la collection « Maïa » des éditions Stock, la collection « Mon Camarade » des Éditions Sociales Internationales ou les choix éditoriaux de Michel Bourrelier9.

  • 10 « Charles Vildrac, écrire pour l’enfant », exposition, 18 septembre – 29 décembre, Paris, biblioth (...)
  • 11 À deux exceptions près : le troisième et le quatrième tomes de la série ont été traduits et publié (...)
  • 12 À ce jour, seul le roman Das fliegende Klassenzimmer (1934), La classe volante, a été retraduit en (...)
  • 13 Réédition à La Joie de lire en 2001 des Deux font la paire (1937).
  • 14 « Léopold Chauveau, l’Art et la Littérature : les deux font la paire », exposition du 5 novembre a (...)

12Mais à l’exception d’Erich Kästner et, peut-être, de Lisa Tetzner ou de Kurt Held en Allemagne, la plupart des écrivains pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres, en France comme en Allemagne, sont méconnus, voire oubliés : si l’on reparle depuis peu de Charles Vildrac, c’est à l’initiative de la Bibliothèque de l’Heure Joyeuse, qui lui a consacré une remarquable exposition en 2001-200210. À cette occasion, deux textes fondamentaux, L’Île Rose et Les Lunettes du Lion ont été réédités par les éditions Phoenix, mais dans des formats malheureusement éloignés des originaux. Les éditions Thierry Magnier ont également réédité L’Île Rose, ainsi que le roman de Nanine Gruner Isabelle et la porte jaune, à la fin de l’année 2006. En Allemagne, le grand roman de Lisa Tetzner, Die Kinder aus Nr. 67, épopée en neuf tomes racontant les aventures d’un groupe d’enfants avant, pendant et après le nazisme et la guerre, a été réédité en 2004 par Carlsen Verlag ; mais ces romans demeurent malheureusement non traduits en français11, en dépit des demandes répétées de traducteurs passionnés, comme François Mathieu, qui cherche également à convaincre les éditeurs de la nécessité de retraduire les romans d’Erich Kästner12. Un dernier exemple peut être celui de Léopold Chauveau, dont certains textes ont également été réédités13 et dont l’œuvre littéraire et graphique a fait l’objet de deux expositions à la fin de l’année 201014. Mais de telles initiatives restent rares.

  • 15 Annie Renonciat, op. cit.

13Et pourtant que d’interrogations et de réflexions sur l’enfance, sur les livres, sur la pédagogie dite nouvelle, sur le roman ! Un bref regard sur l’entre-deux-guerres suffit pour saisir l’importance de cette période, « Années charnières, années pionnières », explique Annie Renonciat15, dont les travaux sont une référence incontournable pour comprendre cette période. Ainsi, au lendemain de la Première guerre mondiale, la littérature de jeunesse, en France et en Allemagne, se trouve dans une situation similaire de marasme, à la fois économique et créatif. Face à cette situation, des énergies se rassemblent et mobilisent divers spécialistes attachés aux intérêts de l’enfance, universitaires, psychologues, pédagogues, éditeurs, bibliothécaires : il s’agit de défendre et de promouvoir le livre d’enfance et de jeunesse, d’affirmer son rôle dans l’épanouissement de la personnalité et de stimuler la création littéraire. C’est en 1924 qu’est créée la bibliothèque de l’Heure Joyeuse. Il s’opère au cours des années 1920 et 1930 un renouveau de la littérature pour la jeunesse, en France et en Allemagne, de façon parallèle et parfois croisée. Le monde moderne entre dans la littérature de jeunesse, bouleversant la vision de l’enfant mais aussi les modalités de l’écriture narrative. Repenser l’écriture pour la jeunesse, tel est l’enjeu et le défi relevé par un certain nombre d’écrivains, éditeurs, bibliothécaires, universitaires de l’entre-deux-guerres, en France et en Allemagne, soucieux et désireux de voir se lever un vent nouveau.

  • 16 Isabelle Nières-Chevrel, Lewis Carroll en France : les ambivalences d’une réception littéraire, do (...)

14Des modèles existent en effet. En Grande-Bretagne, ce renouveau intervient plus tôt, dès la fin du xixe siècle, quand Stevenson renouvelle les canons du roman d’aventures avec Treasure Island (L’Île au trésor, 1883), quand Kipling bouleverse les traditionnelles histoires d’animaux avec The Jungle Book (Le Livre de la Jungle, 1894) et les Just So Stories (Histoires comme ça, 1902), quand James M. Barrie repense le merveilleux avec Peter Pan (1904) ou quand Lewis Carroll opère avec Alice’s Adventures in Wonderland (Les Aventures d’Alice au Pays des Merveilles, 1865) un tournant radical pour toute l’histoire de la littérature de jeunesse. Or c’est précisément au cours de l’entre-deux-guerres – s’en étonnera-t-on ? – que l’œuvre de Lewis Carroll a commencé à faire l’objet d’un réel intérêt en France, comme l’a montré Isabelle Nières-Chevrel16.

15Dans cette période de transformations et de changements, dans un monde en mutation et en péril, suscitant tour à tour enthousiasme ou inquiétude, l’écriture pour la jeunesse cherche ses propres marques, interroge son propre fonctionnement, tente de trouver de nouveaux dispositifs narratifs. En France comme en Allemagne, des écrivains pour la jeunesse expérimentent de nouvelles façons d’écrire, dans des espaces fictionnels devenus plus complexes où la représentation du monde moderne côtoie le merveilleux, l’absurde, les idéaux politiques, l’utopie, l’Histoire ou l’aventure.

  • 17 Sauf indication de ma part, j’ai moi-même traduit les citations extraites des livres allemands. Po (...)
  • 18 Winfred Kaminski, « Servir la nation, une aventure », in Le nazisme et les jeunes, Actes du colloq (...)

16Un corpus d’une quarantaine d’ouvrages, romans ou recueils de récits courts, constitue le socle de cette étude17. J’ai d’emblée écarté la littérature nazie pour la jeunesse, qui ne présente pas un réel intérêt littéraire, mais qui est bien plus un objet d’étude historique, politique et idéologique. Cette littérature orientée, nationaliste, raciste et antisémite, « s’épuise vite dans d’incessantes répétitions et les variantes y sont peu nombreuses18 », et se caractérise par la pauvreté de son contenu et sa médiocrité formelle. Le corpus allemand se divise ainsi en deux : d’une part la littérature pour la jeunesse publiée sous la République de Weimar, d’autre part la littérature postérieure à 1933, qui est souvent une littérature d’exil. Une bibliographie tenant compte de ces deux aspects, établie par Frithjof Trapp dans le cadre d’un cours proposé à l’université de Hambourg au premier semestre 2000-2001 m’a donné les premières pistes de recherche. Des lectures à la bibliothèque universitaire de Hambourg, notamment spécialisée dans la littérature d’exil, mais aussi à la bibliothèque de l’Institut Suisse Jeunesse et médias de Zurich ont prolongé cette première sélection. Voyageant entre les livres comme entre la France, l’Allemagne et la Suisse, j’ai vu progressivement se dessiner des tendances similaires, des recoupements plus ou moins inattendus, dessinant peu à peu les contours de mon corpus de recherche. Mon intérêt s’est porté sur des livres, des écrivains ou des collections qui m’ont paru proposer des thématiques et des formes originales et innovantes par rapport à l’ensemble de la production et aux modèles dominants hérités du xixe siècle. J’ai pu ainsi voir se mettre en place des échos et des réseaux de correspondances, entre la France et l’Allemagne comme à l’intérieur de chaque pays. Dans ces maillages textuels et intertextuels, des lignes directrices sont apparues, qui structurent la démarche de ce livre : les échos de la modernité, introduisant dans l’écriture de nouvelles conceptions de l’enfance et de nouvelles représentations du monde, dessinent ainsi de nouveaux espaces fictionnels et conduisent à l’analyse de nouvelles modalités d’écriture, dans des recherches parfois balbutiantes mais toujours surprenantes, vouées à une postérité littéraire problématique.

Notes

1 Rudolf Pausen, « Revolution im Bücherschrank der Kinder », Berliner Borsenzeitung, 6 novembre 1929.

2 Paul Hazard, préface de Rossignol des neiges de Marie Colmont, Bourrelier, Collection Primevère, 1935, n. p.

3 Annie Renonciat, Les livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931) : années charnières, années pionnières, doctorat d’Histoire et Sémiologie du texte et de l’image, sous la direction d’Anne-Marie Christin, université Paris-7, 1997, Introduction, p. 1.

4 Marc Soriano, Guide de littérature pour la jeunesse, Paris, Flammarion, 1975, p. 224-225.

5 Isabelle Nières, Lewis Carroll en France (1870-1985) ; les ambivalences d’une réception littéraire, doctorat d’État, université de Picardie, 1988. Chapitre III : La découverte de Lewis Carroll, 1930-1950, p. 183.

6 Isabelle Nières, op. cit., ibid.

7 Annie Renonciat, op. cit., p. 3

8 Livre mon ami. Lectures enfantines, 1914-1954, catalogue établi et rédigé par Annie Renonciat, avec la collaboration de Viviane Ezratty et de Françoise Lévèque (Exposition 1991), ville de Paris, direction des Affaires culturelles, 1991.

9 Il resterait aussi tous ces livres que j’ai trouvés mentionnés dans des listes de collections, mais dont je n’ai jamais pu trouver aucun exemplaire, comme l’édition française de Émile et les détectives dans la collection « Mon Camarade », ou encore Julot, le petit Communard, de Georges Sadoul, dans cette même collection, publiée par les Éditions Sociales Internationales.

10 « Charles Vildrac, écrire pour l’enfant », exposition, 18 septembre – 29 décembre, Paris, bibliothèque municipale de l’Heure Joyeuse.

11 À deux exceptions près : le troisième et le quatrième tomes de la série ont été traduits et publiés en Suisse. Erwin kommt nach Schweden (1941) a été traduit en français par Flueler sous le titre Gérald en Suède, Neuchâtel, Paris, Delachaux et Niestlé, 1945, et Das Schiff ohne Hafen (1943) a été traduit par Gabriel Junod sous le titre Le Bateau errant, Delachaux et Niestlé, 1947.

12 À ce jour, seul le roman Das fliegende Klassenzimmer (1934), La classe volante, a été retraduit en 1999 par François Mathieu. À l’automne 2007, une nouvelle traduction de Emil und die Detektive a été publiée par Hachette dans la collection du Livre de Poche Jeunesse, sans tenir compte des travaux de François Mathieu.

13 Réédition à La Joie de lire en 2001 des Deux font la paire (1937).

14 « Léopold Chauveau, l’Art et la Littérature : les deux font la paire », exposition du 5 novembre au 22 décembre 2010, Orly, Centre Culturel Aragon Triolet. Une exposition d’aquarelles et de dessins a été également présentée à la librairie de Michèle Noret (145 rue Saint-Dominique, Paris 7e) du 24 novembre au 18 décembre 2010.

15 Annie Renonciat, op. cit.

16 Isabelle Nières-Chevrel, Lewis Carroll en France : les ambivalences d’une réception littéraire, doctorat d’État, université de Picardie, 1988.

17 Sauf indication de ma part, j’ai moi-même traduit les citations extraites des livres allemands. Pour chaque ouvrage, l’édition de référence et, le cas échéant, sa réédition figurent dans la première note de bas de page où le livre en question est référencé.

18 Winfred Kaminski, « Servir la nation, une aventure », in Le nazisme et les jeunes, Actes du colloque franco-allemand tenu à Nancy les 18 et 19 novembre 1983, Presses Universitaires de Nancy, 1985, p. 43.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540