Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint-Pol-Roux

 | 
Marie-Josette Le Han

Deuxième partie. Affinités littéraires et rencontres esthétiques

Le Magnifique et les surréalistes : un malentendu poétique ?

Mikaël Lugan

Texte intégral

1De l’aventure commune vécue par Saint-Pol-Roux et les surréalistes, l’historien ne retient, en général, que deux événements, les plus marquants ; l’un positif : l’hommage collectif, publié en cinquième page des Nouvelles littéraires du 9 mai 1925 ; l’autre négatif : le banquet houleux du 2 juillet de la même année à la Closerie des Lilas. Si ces deux moments « médiatiques » et contradictoires prouvent le caractère passionnel de la relation qu’entretinrent le Magnifique et ses admirateurs, ils en minimisent de façon caricaturale la portée ; de sorte qu’il n’est pas rare de lire que la reconnaissance de Saint-Pol-Roux procédait plus d’une stratégie surréaliste de redéfinition et donc de conquête du champ littéraire par ses marges, que d’une véritable admiration pour son œuvre et de la valorisation de son influence. Certes, il est indéniable que d’inscrire le poète des Reposoirs de la procession parmi les aînés, morts ou vivants, qui sont « surréalistes dans… » contribuait à envisager une autre histoire de la littérature dont le surréalisme eût été l’aboutissement ; mais il est tout aussi indéniable qu’il se joua quelque chose d’essentiel pour le jeune mouvement poétique, dans cette rencontre entre le Magnifique et les Surréalistes, André Breton en tête. Mais faut-il encore comprendre cette aventure commune dans sa durée, et en retracer les étapes. Ce que je me propose de faire au cours de cette communication où il apparaîtra que l’adhésion de Breton et de ses amis à l’œuvre idéoréaliste n’était pas feinte, ou purement stratégique, et au terme de laquelle j’émettrai l’hypothèse que cette relation, en raison de poétiques divergentes, n’eut, de toutes les façons, peut-être pas duré.

  • 1 Entretiens 1913-1952, Paris, Gallimard, coll. « Le Point du jour », 1952, repris dans Œuvres (...)
  • 2 « Lâchez tout », Littérature, nlle série, n° 2, avril 1922, en réponse à l’obstination que met Tza (...)
  • 3 Roger Vitrac, « André Breton n’écrira plus », Le Journal du peuple, 7 avril 1923, reproduit en gra (...)

2En septembre 1923, lorsque André Breton rencontre Saint-Pol-Roux, le mouvement flou, qui n’est pas encore le surréalisme, balbutie sur les cendres de Dada. Apollinaire et Vaché sont morts depuis cinq ans, Reverdy « replié sur son propre monde1 », Valéry décevant depuis La Jeune Parque, et Tzara n’est plus l’homme de la situation ; Breton est, pour ainsi dire, intellectuellement orphelin. Ces deux années, si riches en découvertes décisives pour la genèse du surréalisme (récits de rêves, mise en pratique systématique de l’écriture automatique, expérience des sommeils), sont également deux années de crise artistique et personnelle pour nombre de collaborateurs de la revue Littérature, parmi lesquels Desnos, Éluard et Breton. La rupture avec le milieu littéraire semble vouloir se réaliser définitivement au profit d’une vie plus exigeante, plus aventureuse – Jacques Vaché n’est pas oublié : « Lâchez tout2 » devient le mot d’ordre du groupe. Cette posture de renoncement se confirme le 7 avril 1923 dans l’entretien, significativement intitulé « André Breton n’écrira plus », que ce dernier accorde à Roger Vitrac pour Le Journal du peuple ; on peut y lire : « Seul, tout le système des émotions est inaliénable. Je ne puis donc reconnaître aucune valeur à aucun mode d’expression. […] Je n’aurai plus aucune activité littéraire3. »

  • 4 « À distance, il me semble que [ce qu’il y avait d’exemplaire chez ces poètes] c’était la tenue. E (...)
  • 5 Marguerite Bonnet, André Breton et la naissance de l’aventure surréaliste, Paris, éd. José Corti, (...)
  • 6 Lettre du 1er septembre 1923 à Saint-Pol-Roux, parue dans la revue L’Essai, Liège, n° 32, février- (...)
  • 7 Entretiens, op. cit., p. 429.
  • 8 André Breton, « Le maître de l’image », Les Nouvelles littéraires, 9 mai 1925, repris dans O.C., I (...)

3On comprend dès lors plus facilement ce qui pousse le fondateur du futur mouvement surréaliste à entrer en relation, cinq mois plus tard, avec le vieux poète retiré depuis vingt-cinq ans en Bretagne. Certes, Breton admire la « tenue4 » de son œuvre depuis l’adolescence, comme il apprécie celle d’un Royère, d’un Vielé-Griffin, d’un Ghil ou d’un Valéry, autant d’auteurs qu’il s’est très tôt empressé de rencontrer. Étrangement, alors qu’il passe presque chaque année ses vacances à Lorient, il a hésité longtemps avant d’envoyer une lettre à Saint-Pol-Roux et de réaliser « ce projet ancien5 ». Cette première lettre datée du 1er septembre fait part de « la plus profonde admiration » de Breton pour l’« attitude littéraire6 » de son aîné. Nous devons voir, semble-t-il, ici, le déclencheur réel de la relation qui va s’instaurer entre Saint-Pol-Roux et les surréalistes ; plus que tout autre poète de sa génération, Saint-Pol-Roux apparaît à Breton et ses amis comme celui qui, rejetant sa situation de littérateur, a su « lâche[r] la proie pour l’ombre », celui qui a su réaliser le programme de renoncement annoncé quelques mois auparavant dans Le Journal du peuple, et « se faire oublier ». « Comme tel vous êtes celui à qui nous portons le plus de respect et d’affection » ajoute Breton. Entre cette première missive et le fameux banquet du 2 juillet 1925, vingt-deux mois s’écouleront ; vingt-deux mois au cours desquels s’élabore, dans un renouvellement créatif, le surréalisme. Étudier la genèse du mouvement, au cours de ces vingt-deux mois, sans prendre en compte le rôle de catalyseur qu’a pu y jouer l’œuvre de Saint-Pol-Roux, c’est, d’une part, oublier de « remettre en place la courroie de transmission7 » qui lie symbolisme et surréalisme, et, d’autre part, refuser toute sincérité aux propos de Breton lui-même pour qui le mage de Camaret « a droit entre les vivants à la première place » et, qui, comme tel, doit être salué « parmi eux comme le seul authentique précurseur du mouvement dit moderne8 ».

  • 9 Dans sa notice sur Les Pas perdus (O.C., I), Marguerite Bonnet rappelle que « le second volume est (...)

4Dans sa première lettre au Magnifique, Breton se proposait déjà d’établir l’importance de l’œuvre idéoréaliste dans l’histoire récente de la poésie, signifiant sa volonté de lui consacrer « le premier article de réparation, lequel trouverait place dans le second volume de [s]on livre : Les Pas perdus, qui va paraître à la Nouvelle Revue Française9 ». La rencontre entre les deux hommes eut lieu le 7 septembre dans le manoir de Camaret. La deuxième lettre de Breton, datée du 18, nous renseigne sur le déroulement de l’entretien qui fut assez bref puisqu’il ne dura qu’une heure, et ponctué de silences : « Le malheur, écrit-il, est que j’ai trop conscience de certaines barrières et que, désireux de préserver nos premiers rapports, cette heure pour moi sans prix, et ce qui pouvait s’y introduire de factice, je ne me livrais pas assez ». Au cours de cette entrevue, Saint-Pol-Roux offrit à Breton un exemplaire d’Anciennetés qu’il lui dédicaça en ces termes :

  • 10 Collection particulière.

à
André Breton
« Le Verbe doit parler autrement
et dire autre chose ».
– en souvenir de sa visite
et de celle d’enchantement
de sa jeune Dame10

5Dédicace qui faisait écho sans doute aux ambitions rénovatrices du jeune poète. En retour, Breton lui demanda d’accepter la dédicace qui devait ouvrir son recueil, Clair de terre, à paraître :

  • 11 Clair de terre, Paris, sans nom d’éditeur, collection « Littérature », 1923 ; repris dans O. (...)

Au grand poète
SAINT-POL-ROUX
À ceux qui comme lui
S’offrent
LE MAGNIFIQUE
Plaisir de se faire oublier11

  • 12 Cité par Marguerite Bonnet dans André Breton et l’aventure surréaliste, op. cit.
  • 13 J’emprunte le détail de la double enquête et la réponse de Saint-Pol-Roux aux commentaires de Marg (...)
  • 14 Gérard Legrand, André Breton en son temps, p. 81.

6À partir de cette date, Saint-Pol-Roux entre explicitement, et de son vivant, dans l’historiographie surréaliste. On retrouve, par exemple, son nom, dans la double page, intitulée « ERUTARRETIL » de la livraison du 15 octobre 1923 de la revue Littérature. Saint-Pol-Roux s’y trouve encadré, en haut par Lautréamont, en bas par Fantômas, à gauche par Ghil et Louys, à droite par Péladan. Des auteurs symbolistes qui y apparaissent – en plus de ceux déjà mentionnés, citons Maeterlinck, Huysmans et remarquons l’absence de Mallarmé – le nom du Magnifique se détache par sa taille et le type de caractère utilisé qui l’apparente, entre autres, à Cros, Reverdy, Borel, Nerval, Roussel, Radcliffe et Laclos. Cette liste qui compte soixante et onze noms de poètes, philosophes, romanciers, alchimistes ou personnages de fiction, élabore, un an avant le Manifeste, le premier arbre généalogique du Surréalisme. Ce qui unit tous ces auteurs, c’est leur capacité à prendre poétiquement à contre sens la littérature, à en brouiller les règles du jeu, les niant peut-être, pour accéder à une nouvelle réalité. Cette reconnaissance d’une ascendance poétique, aux nombreuses ramifications, appelle un élan positif et annonce une reconstruction prochaine sur le champ de ruines dadaïste. Rappelons qu’à l’époque de Dada, le nom du Magnifique n’était guère cité, victime de la politique de la table rase menée par Tzara et ses amis ; certains appréciaient d’ailleurs assez peu son œuvre, comme Picabia qui déclarera le 9 mai 1924 à Paris-Journal : « Saint-Pol-Roux, j’ai horreur de ce qu’il a pu faire et il a eu raison de foutre le camp en Bretagne12. » Quant au Magnifique, son appréciation de Dada avait trouvé sa synthétique expression, en mars 1921, dans la réponse qu’il fit à l’enquête lancée dans le n° 15 de la Revue de l’Époque : « Faut-il fusiller les dadaïstes ? » et qui réagissait à une précédente, parue dans L’Esprit Nouveau de novembre 1920 : « Faut-il brûler le Louvre ? ». Il avait répondu conjointement aux deux, non sans humour : « Ne pas fusiller Louvre / Ni brûler Dada / Car Dada est dans Louvre / Et Louvre dans Dada13 ». La réponse du poète n’était cependant pas une simple plaisanterie astucieuse. Sous l’aspect du paradoxe, Saint-Pol-Roux affirmait d’une part que l’œuvre d’art est par nature révolutionnaire – « Dada est dans Louvre » – et pressentait, d’autre part, l’institutionnalisation, la banalisation imminente, en germe dans les productions dadaïstes – « Et Louvre dans Dada ». Cette dernière critique, qui sera fatale au mouvement de Tzara, Breton l’exprimera à son tour dans plusieurs articles, « Après Dada », « Lâchez tout », justement recueillis dans Les Pas perdus. Réintroduire le nom de Saint-Pol-Roux dans le panthéon pré-surréaliste, c’était donc, pour André Breton, comme le remarque Gérard Legrand, l’« investir du renversement que laissait percer la distance prise à l’égard de Dada14 ».

7La présence de la dédicace imprimée au Magnifique en tête du premier recueil, à proprement parler, surréaliste, prend alors tout son sens. Et Saint-Pol-Roux ne s’y trompa pas, qui, dans une lettre demeurée inédite, datée du 29 décembre 1923, commenta Clair de terre avec lucidité :

  • 15 Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.

Mon cher Ami, au retour d’un voyage […], j’ai trouvé votre adorable « Clair de Terre » sur « tapis de table du Jugement Dernier » dont m’honorent si fraternellement les deux dédicaces, écrite, imprimée. […] et c’est comme une invitation à l’Espérance vers l’an qui va lever pour les poëtes. […] On découvre une énergie neuve dans tous ces reliefs qui semblent, pour les « occupés au dictionnaire » ne pas s’accorder, mais qui, à notre recul attentif, s’épousent aux fins magiques d’engendrer le joyau un. Votre désordre ancien est un ordre nouveau. […] Ignorons tout de règles que pratiquent ces autres qui ne savaient pas ce que vous leur apprenez. Ils savent en arrière, sachons en avant. Il y a une science sans traditions, mais qui en créera15.

8La dédicace manuscrite, dont j’ai retrouvé le texte, recopié par Saint-Pol-Roux, au dos d’une lettre conservée à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, clarifie plus encore le rôle d’initiateur qu’André Breton assigna au Magnifique :

  • 16 Au dos d’une lettre dactylographiée d’Émile Dermenghem, à en-tête du Journal Littéraire et datée d (...)

À Saint-Pol-Roux
dont l’œuvre géniale
et la fière attitude
commandent le nouvel âge poétique,
gloire et respect !
André Breton
14 décembre 192316

9La poésie idéoréaliste n’est plus, dès lors, considérée comme une branche du symbolisme, mais constitue bel et bien, pour Breton, la voie à suivre et à explorer. Une nouvelle ère poétique s’ouvre qu’on ne s’étonnera pas de voir placée sous le signe, parfois discret, de Saint-Pol-Roux. Ainsi, en juin 1924, paraît, huit mois après le précédent, le dernier numéro dit « démoralisant » de Littérature qui rompt définitivement avec Dada et annonce la Révolution surréaliste ; au sommaire, des fragments d’Un cœur sous une soutane de Rimbaud, un poème d’Apollinaire, des articles de Vitrac, Desnos et Baron, une « lettre à Francis Vielé-Griffin sur la destinée de l’homme » par Aragon, le « Carnet » d’André Breton où il cite La Dame à la faulx parmi les ouvrages que Jacques Doucet doit faire relier « avant tous autres », et clôturant la livraison, un court texte de la rédaction – mais qui selon Henri Béhar serait du seul Breton – intitulé « Nouveauté ». Dans un bref paragraphe, les futurs surréalistes exposent leur décision de délaisser la critique, jugée insignifiante :

  • 17 Littérature, nlle série, n° 13, juin 1924, p. 23-24.

Comme un certain nombre des modes de l’activité humaine, la critique a cessé de nous intéresser : elle est trop bête. Nous renvoyons donc nos lecteurs, comme tu dis, au comptoir de l’épicerie (Revue universelle, Revue hebdomadaire, N.R.F., Le Temps, Le Figaro, etc…). Nous nous bornerons désormais à publier quelques extraits des livres et de la conversation de nos contemporains les plus remarquables, aussi bien que des personnages qui ont su par eux-mêmes ou par la bonne volonté d’un éditeur garder au-delà de la mort un semblant d’actualité17.

10Et les extraits qui suivent ce préambule sont signés Gauguin, Sade, Delteil, Soupault, Rabbe et Saint-Pol-Roux. De ce dernier, Breton cite un passage d’une lettre que le Magnifique lui a adressée à la fin septembre 1923.

C’est la crainte et l’amour de la Beauté, les deux servantes qui firent mes malles, voilà 30 ans. Ayant élu le long silence, je ne saurais être un envieux, et j’accepte ma modeste destinée… Laissez-moi regagner cette solitude où je vins creuser jusqu’à l’os, bien avant le silex et l’ambre. Voyez-vous, nous sommes les prisonniers de la Raison. La Belle à délivrer, c’est l’Imagination : grande reine du Monde. Elle est la géniale Aventure, dont la Raison demeure le corps-mort.

11La lettre de Saint-Pol-Roux rejoint les autres extraits proposés en ce qu’elle postule une certaine attitude littéraire, libre et peu soucieuse de la critique raisonnante. Elle indique surtout une sortie de crise, qui fut, un temps, la tentation du silence pour Breton et ses amis, les engageant à poursuivre, sans retenue, l’aventure poétique.

  • 18 André Breton, Manifeste du Surréalisme, Paris, éd. du Sagittaire, chez Simon Kra, 1924 (achevé d’i (...)
  • 19 Ibid., note de bas de page, p. 328.

12On sait que le Manifeste, acte de naissance officiel du mouvement surréaliste, qui paraîtra dans l’automne 1924, se revendiquera, en une étrangement discrète note de bas de page, des théories de Saint-Pol-Roux. En effet, Breton y fait précéder sa célèbre définition du Surréalisme, d’un rappel de ce qui l’a amené à choisir ce mot plutôt qu’un autre, « en hommage à Guillaume Apollinaire qui venait de mourir18 », précise-t-il, ajoutant qu’« à plus juste titre encore, sans doute, [auraient-ils] pu [s’]emparer du mot SUPERNATURALISME » de Gérard de Nerval ou de « l’IDÉORÉALISME » de Saint-Pol-Roux19. Malheureusement, contrairement à ce qu’il fit pour le concept nervalien, en citant la dédicace des Filles du feu, Breton ne produit aucun texte du Magnifique pour expliciter ce qui lie le surréalisme à l’idéoréalisme. Au lecteur donc de rétablir ce lien. Je me contenterai ici d’en signaler les éléments essentiels, ceux que l’auteur du Manifeste et de l’Introduction au discours sur le peu de réalité, qui le suit de peu, semble avoir consciemment ou inconsciemment réinvestis. Idéoréalisme et Surréalisme s’accordent d’abord sur le constat de l’insuffisance du réel :

  • 20 Saint-Pol-Roux, « Liminaire » de la première édition des Reposoirs de la procession (Paris, Mercur (...)

Le monde des choses, hormis telles concessions générales de primitivité, me semble l’enseigne inadéquate du monde des idées ; l’homme me paraît n’habiter qu’une féerie d’indices vagues, de légers prétextes, de provocations timides, d’affinités lointaines, d’énigmes20,

  • 21 André Breton, L’Amour fou, Paris, NRF, coll. « Métamorphoses », 1937 ; repris dans O.C., II, p. 68 (...)
  • 22 André Breton, « Introduction au discours sur le peu de réalité », O.C., II, p. 276.
  • 23 Louis Aragon, « Une Vague de rêves », Commerce, Paris, octobre 1924 ; repris dans Chroniques (1918 (...)

13avait écrit Saint-Pol-Roux en tête du « Liminaire » des Reposoirs de la procession, quand pour Breton la vie est une « forêt d’indices21 ». Il revient alors au poète d’agir sur ce réel, de transformer le monde, en opérant sur le langage, le mot et la chose étant liés : « La médiocrité de notre univers ne dépend-elle pas essentiellement de notre pouvoir d’énonciation ? […] Qu’est-ce qui me retient de brouiller l’ordre des mots, d’attenter de cette manière à l’existence toute apparente des choses22 ! », s’interroge Breton dans l’Introduction au discours sur le peu de réalité. On comprend que ce qui l’interpelle alors dans la poésie du Magnifique soit la place donnée aux images, qui, modifiant notre perception du réel et en révélant les propriétés cachées, le bouleverse et suscite des vues nouvelles. « Ce que Saint-Pol-Roux a voulu dire, soyez certain qu’il l’a dit », rétorque sévèrement André Breton au fantôme de Remy de Gourmont, qui, dans son Livre des Masques, avait dressé un petit dictionnaire des images du Magnifique. Pour le surréaliste, en effet, dire « mamelle de cristal » n’appelle pas la représentation mentale d’une carafe, mais bien celle d’une mamelle de cristal. Cette omniprésence de l’image, comme matériau poétique premier, désigne de facto l’œuvre idéoréaliste comme pré-surréaliste, voire même surréaliste, dans la mesure où la part de l’inconscient – l’imagination, pour Saint-Pol-Roux – y est prépondérante ; Aragon, dans « Une vague de rêves », de peu antérieur au Manifeste, avait élu le poète, avec quelques autres, « président de la République du rêve23 » ; quelques semaines plus tard, Breton donne la première définition du Surréalisme :

Automatisme psychique pur par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l’absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale.

  • 24 André Breton, op. cit., p. 328.

Le surréalisme repose sur la croyance à la réalité supérieure de certaines formes d’associations négligées jusqu’à lui, à la toute puissance du rêve, au jeu désintéressé de la pensée. Il tend à ruiner définitivement tous les autres mécanismes psychiques et à se substituer à eux dans la résolution des principaux problèmes de la vie24.

14La définition, à travers la pratique de l’automatisme, met l’accent à la fois sur une exploration du sujet afin d’élucider « le fonctionnement réel de sa pensée », et sur son utilité quant à « la résolution des principaux problèmes de la vie ». Le surréalisme se présente donc comme une méthode d’accès à la connaissance fondée sur le langage. On ne s’étonnera pas que cet exposé didactique du nouveau mouvement succède au petit historique du mot « surréalisme » qui faisait appel à Apollinaire, Nerval et Saint-Pol-Roux. Déjà ce dernier avait, en des termes approchants, formulé la nature de son inspiration, dans un poème manifeste de De la colombe au corbeau par le paon (1904) :

  • 25 Saint-Pol-Roux, « Le Poète », De la colombe au corbeau par le paon (Paris, Mercure de France, 1904 (...)

L’inspiration m’apparaît comme une dictée intérieure – dictée soumise en vérité aux amendements et aux apports personnels du poète à la merci de l’heure – et si absolue est quelquefois ma surprise de collaborateur effacé devant le mandataire responsable que tel poème mien me semble un emprunt25.

15Vingt-sept ans avant le Manifeste, Saint-Pol-Roux énonce le postulat surréaliste et donne une première définition de ce qui deviendra l’écriture automatique. En dehors des retouches ou ratures avouées corrigeant la coulée verbale qui s’impose à lui, le Magnifique annonce au moins deux éléments définitionnels du message automatique ; il constitue d’abord une dictée intérieure, c’est-à-dire qu’il présente un caractère impérieux et surgit, non pas d’une réalité extérieure, mais de l’esprit ou de l’inconscient même du poète : il est une dictée de la pensée ; il procède ensuite d’un autre, caché, qui dépossède l’auteur de sa création et la lui rend, parce qu’inouïe, comme étrangère. C’est ce même étonnement que Soupault et Breton ont ressenti en lisant les cahiers qu’ils n’avaient cessé de noircir, des heures durant, en 1919, et qui devaient devenir Les champs magnétiques. Car le texte automatique, comme le rappelle l’auteur du Manifeste, frappe avant tout celui qui l’a produit par son étrangeté :

  • 26 Op. cit., p. 327.

À vous qui écrivez, ces éléments, en apparence, vous sont aussi étrangers qu’à tout autre et vous vous en défiez naturellement. Poétiquement parlant, ils se recommandent surtout par un très haut degré d’absurdité immédiate, le propre de cette absurdité, à un examen plus approfondi, étant de céder la place à tout ce qu’il y a d’admissible, de légitime au monde26.

  • 27 Pour plus de détails, je renvoie à la préface d’Alain Jouffroy aux Plus belles pages de Saint-Pol- (...)

16On le voit, Breton a pu trouver dans l’œuvre de Saint-Pol-Roux, relue attentivement dans les semaines qui suivirent la rencontre du 7 septembre 1923, certains des fondements théoriques essentiels du Surréalisme27. De cette coïncidence de vues, de cette proximité poétique, Breton aura sans doute conclu à l’adhésion du Magnifique à son mouvement et aura voulu l’impliquer davantage encore dans l’aventure surréaliste.

  • 28 Propos tenu par Aragpn dans sa collaboration au pamphlet collectif « Un cadavre » distribué lors d (...)
  • 29 La Révolution Surréaliste, n° 1, 1er décembre 1924, p. 17.
  • 30 Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.
  • 31 André Breton, « La dernière grève », La Révolution Surréaliste, n° 2, 15 janvier 1925, p. 1.

17Maurice Nadeau a assez justement défini les années 1923-1925, celles-là même durant lesquelles se nouent les relations entre le Magnifique et les surréalistes, comme la période héroïque du Surréalisme : l’action poétique domine et relègue au second plan toute autre considération, y compris politique. Fondés essentiellement sur une critique du langage et sur la définition d’une poésie nouvelle, les ouvrages et articles qui paraissent en 1924, « Une vague de rêves » d’Aragon, le Manifeste, « l’introduction au discours sur le peu de réalité » de Breton s’inscrivent alors dans la continuité d’un idéalisme philosophique. Les rédacteurs de La Révolution surréaliste qui succède à Littérature en décembre espèrent d’ailleurs, quelques semaines, la collaboration de René Guénon, l’auteur d’Orient et Occident, spécialiste de la tradition et initié lui-même. S’ils appellent de leurs vœux une révolution, ce n’est donc pas du côté de « Moscou la gâteuse28 » qu’ils comptent d’abord la trouver, mais bien du côté de l’esprit. Les surréalistes, à l’instar des poètes symbolistes à la fin du xixe siècle, se sentent, en réalité, plus d’affinités avec les anarchistes qu’avec les communistes. La page centrale du premier numéro de la nouvelle revue offre significativement les photos d’identité de ses vingt-sept membres (plus celles de Picasso, de Chirico, Savinio et Freud) entourant le portrait de Germaine Berton29, militante anarchiste, qui avait assassiné Maurice Plateau, secrétaire de rédaction de L’Action française. Le Cahier de permanence du Bureau de recherches30 surréalistes nous apprend, à la date du lundi 10 novembre 1924, que Breton avait envisagé, préparant cette page centrale, d’y insérer également des photographies de Fargue, Reverdy, Saint-John Perse et Saint-Pol-Roux, présentés comme collaborateurs de la revue à naître, prouvant une nouvelle fois l’importance accordée, en cette période décisive pour le mouvement, au Magnifique considéré comme surréaliste à part entière par ses jeunes admirateurs. Dans la livraison suivante, l’article de Breton intitulé « La dernière grève » marque plus encore la distance qui sépare le surréalisme vagissant d’avec le communisme ; l’écrivain y critique « le caractère sacré du travail » et remet en cause l’opposition entre « manuels et intellectuels31 ». Selon lui, la révolution sociale telle qu’elle est désirée par les ouvriers et le parti communiste ne saurait primer sur la révolution morale. La politique ne représente qu’un « mirage » ; aussi demande-t-il « l’abrogation des lois indéfendables visant les menées anarchistes », car « il importe que les hommes qui, sans vulgaire ambition, consacrent leur vie à assurer le triomphe de l’esprit, soient mis une fois pour toutes à l’abri des persécutions, qu’ils n’aient rien à craindre des puissants de ce monde ». Intellectuels et anarchistes se retrouvent dans une même volonté de libération de l’homme, de l’individu aux prises avec l’injustice sociale. Breton réclame pour les poètes ce qu’un ouvrier est en droit d’obtenir : une reconnaissance de l’humanité qu’ils servent et contribuent à améliorer. À cause de sa situation dramatique et exemplaire, c’est, sans le nommer, à Saint-Pol-Roux que fait appel Breton pour illustrer cette condition inique :

  • 32 Ibid., p. 2.

En ce qui nous concerne, en ce qui concerne tous ceux qui poursuivent avec un complet désintéressement leurs recherches dans le domaine de la pensée, nous aurions, si nous voulions, à régler avec la société un conflit autrement grave que celui qui met aux prises employeurs et employés. […] Les grands poètes fiers meurent dans l’indigence : la fin de Baudelaire, de Jarry ont beau faire verser des larmes de crocodile, il y a quelque part, en Bretagne, un homme adorable sur qui s’acharne un semblable destin. À soixante-quatre ans, cet homme, qui fut à tous égards une providence, voit le vent et la pluie crever son manoir. Il ne se plaint d’ailleurs pas (lui, se plaindre !) et pourtant, dans le même temps, l’absurde Henri de Régnier se prélasse à l’Académie française, pourtant il continue à être question de Mme de Noailles32 ?

  • 33 Lettre du 18 septembre 1923. L’article reprend en grande partie le thème développé dans cette lett (...)

18La promesse que Breton fit à Saint-Pol-Roux, dans ses deux premières lettres, de « réparer les torts qu’une absence pleine de grandeur [lui] a causés » et de défendre ses « intérêts moraux à Paris33 », connaît sa première réalisation avec cet article passionné qui redit son admiration pour le rôle décisif qu’a pu jouer le Magnifique, lui « qui fut à tous égards une providence », dans son évolution personnelle et celle du mouvement naissant. La description que fait le poète surréaliste de la situation de son aîné a beau le placer en tête de la longue liste des artistes maudits, il n’en reste pas moins qu’elle dépeint la stricte réalité.

  • 34 La Révolution Surréaliste, n° 4, 15 juillet 1925, p. 21.

19Un identique désir de transcrire l’environnement de Saint-Pol-Roux, mais cette fois sous son aspect d’enchantement, apparaît dans le n° 4 de La Révolution surréaliste, dirigé par le seul Breton. Il ne s’agit plus ici de dénoncer la précarité financière du poète, mais de révéler au public l’atmosphère de merveilleux qu’il a suscitée autour de lui et de ses proches. Ce n’est plus un texte mais une photographie que la rédaction insère dans ses pages. Le cliché représente « Mademoiselle Divine Saint-Pol-Roux34 », assise sur un rocher au bord de la mer et coiffée d’un chapeau sur lequel s’est posé un goéland aux ailes encore déployées. Cette image complète l’illustration de la revue : dessin médianimique, tableaux de Miro, Masson, Man Ray, Picasso, photographies de Man Ray et collages de Pierre Roy et Ernst, auxquels sa composition, son caractère d’étrangeté l’apparente. Mais sa nature même de cliché photographique lui confère une réalité que ne possède pas a priori le collage, et donne au merveilleux qui s’y manifeste une prégnance particulière. Et ce n’est sans doute pas un hasard si une citation de Giorgio de Chirico est placée, comme une légende ou un commentaire, sous la photographie :

  • 35 Ibid.

Il faut que la pensée se détache de tout ce qu’on appelle la logique et le sens, qu’elle s’éloigne tellement de toutes les entraves humaines, de sorte que les choses lui apparaissent sous un aspect nouveau comme illuminées par une constellation brillante pour la première fois35.

  • 36 Ibid., p. 26.
  • 37 Ibid., p. 27.

20La réflexion de Chirico donne une définition du merveilleux, réalité inédite et surprenante qui défie la raison. Conséquemment, à la manière du collage qui ébranle notre perception du réel en établissant visuellement des rapports étranges, la photographie, parce qu’elle représente un spectacle inattendu et cependant conforme à la réalité, est à proprement parler une image surréaliste. Il faut se rappeler que c’est dans ce même numéro 4 de La Révolution surréaliste que paraissent les premières réflexions de Breton sur le Surréalisme et la Peinture cherchant à déterminer les modalités d’existence d’une peinture surréaliste : « L’œil existe à l’état sauvage », peut-on lire ; « il y a […] ce que je vois différemment de ce que le voient tous les autres, et même ce que je commence à voir qui n’est pas visible36 ». Le cliché de « Mademoiselle Divine Saint-Pol-Roux », image édénique où l’humain cohabite harmonieusement avec l’animal, représente cette part de merveilleux, réalisation de l’invisible, cette « fenêtre dont [le] premier souci [du regardeur] est de savoir sur quoi elle donne37 ».

21Cette livraison de la revue, publiée treize jours après le houleux banquet de la Closerie des Lilas, signait la fin des relations personnelles entre le Magnifique et les surréalistes, qui avaient connu leur apogée passionné, deux mois plus tôt avec l’hommage collectif des Nouvelles littéraires. L’idée de ce projet semble avoir germé vers la mi-avril 1925 dans l’esprit de Breton, qui avait demandé à Saint-Pol-Roux, sans trop lui donner de détails sur le lieu de publication et le contenu, un texte inédit. Le poète lui répondit de Provence, par une lettre demeurée inédite :

  • 38 Lettre inédite du 23 avril 1925, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.

Grand ami, vous confirme mon télégramme et voici en hâte – car je randonne aujourd’hui à travers la Provence natale où, après une absence longue, suis venu embrasser ma très vieille Maman – un poëme modeste et tout chaud de ce dernier dimanche. Je ne sais s’il honorera votre journal mais je n’ai rien d’autre ici, voyageant sans nul impedimentum littéraire. Rapides impressions jetées, sous forme litaniale, devant le mas biblique de Baroncelli retiré, comme savez, dans la Camargue […] Heureux si ça pouvait vous suffire en dépit de certains mots provençaux […].
Excusez encore mon « rien » de poëme, je vous l’adresse comme un simple « fruit » de Provence38.

22Même si finalement, cet « Impromptu de la Camargue » trouvera place dans la cinquième page, on peut supposer qu’il ne correspondait guère aux attentes de Breton, car trop circonstanciel, trop local, trop christianisé aussi. Saint-Pol-Roux, cinq jours plus tard, mieux informé par un télégramme du surréaliste de ce que devait être l’hommage, adressa une nouvelle lettre à l’auteur du Manifeste :

  • 39 Lettre inédite du 28 avril 1925 (de Saint-Giniez), Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.

Jeune et grand Ami, retour de Nîmes (envoyé hâtives salutations à votre Âme en cours de route) j’ai trouvé l’intégral libelle de votre télégramme à Camaret expédié par ma fille Divine. Jusques-là ne savais qu’à demi de quoi il s’agissait. Crois maintenant deviner quelques mots vôtres sur moi peut-être aux Nouvelles Littéraires. Regrette n’avoir pu vous offrir qu’une modeste « impression de route ». Pour accroître ce peu je détache ce rien (l’ancienne maxime de ma vie) d’un vieux carnet qui par extraordinaire a suivi le pèlerin. Pouvez l’enchâsser au besoin, si jugez convenable39.

  • 40 Respectivement de Louis Aragon, Roger Vitrac, Robert Desnos, Michel Leiris, Benjamin Péret, Max Mo (...)

23La maxime : « Fuir les hommes pour mieux se rapprocher de l’humanité ; se rapprocher de la nature, pour, à force d’usage, la fuir ; puis, entre cette fuite et ce rapprochement, se fixer, se centraliser, comme à un point d’intersection, par une surcréation jaillie de soi-même – dans un oubli qui se souvient parfois », intègrera également l’hommage, complétant ainsi les contributions personnelles du poète à cette page des Nouvelles littéraires ; l’essentiel de son apport se composant, à défaut d’inédit satisfaisant du point de vue surréaliste, du poème symboliste d’Anciennetés, « La Première Femme ». Les neuf textes, plus un dessin automatique de Masson, qui constituent l’hommage, signés des membres les plus actifs du noyau surréaliste – exception faite d’Artaud, Crevel et Naville – ont pour vocation initiale la réhabilitation de Saint-Pol-Roux et de sa poésie dans l’histoire littéraire de son temps. Le double angle d’approche, manifesté par les deux apparitions du nom dans « la dernière grève » puis sous la photographie de Divine, structure la plupart des contributions. Très disparates par leur forme et leur longueur, les articles relèvent néanmoins d’une unité générique et tonale : tous, en effet, sont d’abord des hommages lyriques. Les seuls titres révèlent le caractère élogieux du contenu : « Inauguration du destin », « Prière à Saint-Pol-Roux », « Le rescapé de la méduse », « Hommage à Saint-Pol-Roux le véritable », « Portrait de Saint-Pol-Roux », « L’homme aux joues étoilées », « Le maître de l’image », « La perfection de l’homme », « Hommage à Saint-Pol-Roux40 ». Cette vénération élève le poète, le sacralise, voire le déifie. Pour Aragon, il est « incroyable […] que Saint-Pol-Roux ne soit pas revêtu de tous les insignes divins » ; et Jacques Baron commande : « Inclinons-nous, mes amis, inclinons-nous devant cette figure qui nous apparaît réellement parfaite » ; quand pour Éluard, il est simplement « Saint-Pol-Roux le Divin ». Cette idolâtrie faisant de la poésie l’objet d’un culte quasi-religieux leur permet en même temps de dénoncer la condition misérable de la civilisation et de l’humanité :

Il n’est pas de notre pouvoir que ce peuple, obsédé par mille tracasseries passagères, taise enfin ses caquets et ses jérémiades pour prosterner, comme il se doit, son front souillé devant les pieds purs du voyageur. (Aragon)

Saint-Pol-Roux, parmi eux, en conciliant la liberté et l’exil, vous avez retrouvé le sens salutaire de la solitude cependant que les hommes demeuraient les captifs de leur indifférence. (Vitrac)

Mais Saint-Pol-Roux serait à Paris dans quelques jours. Le grand solitaire revenant à ce monde d’étroitesse, d’ingratitude et de discorde ! (Breton)

Nous qui sommes les derniers trompés d’un siècle faux et pervers, nous à qui l’on enseigna toute la triste rigidité de l’existence, nous qui nous débattons, dans ce monde, avec cette froide rage des Hommes Libres, nous voilà enfin devant l’homme libre, le véritable et le magnifique prince de l’Esprit pur. (Baron)

24Cette condamnation générale de la société occidentale, constante dans l’histoire du Surréalisme, apparaît ici avec d’autant plus de force que les auteurs de l’hommage perpétuent à leur manière la légende du Magnifique, l’aura merveilleuse qui le ceint dans sa solitude et qui réalise poétiquement, au-delà même de l’œuvre, la transformation du monde réel. Pour les jeunes poètes, Saint-Pol-Roux vit en pleine surréalité. Celle-ci est un point de communication, central, entre l’univers et l’esprit pour Michel Leiris :

Entre les pierres de la légende, les toisons précieuses des mythes plus durables que les continents, un homme s’est dressé dont la voix se propose à travers les couches superposées de nos cerveaux géologiques comme le filon d’un métal rare et souterrain.

25un Eden renversé, lieu de récupération des pouvoirs perdus pour Max Morise :

Mais à peine approchent-ils de la région maudite qu’aussitôt ils sentent s’effacer en eux le souvenir des sensations humaines et qu’ils considèrent avec étonnement leurs mains et leurs jambes comme autant d’instruments sans utilité, vestiges et privilèges perdus et désormais énigmatiques.

26une extériorisation des rêves pour Éluard :

L’âme façonnée à toutes les transformations et les plus inattendues de la vie, voici un homme, qui n’a pas craint de se mêler au peuple insensé de son esprit, de se livrer entièrement au monde parfait de ses rêves.

27Rhétorique de l’hommage parfaitement maîtrisée, chacune des contributions rend à Saint-Pol-Roux la place poétique qui lui revient. Mais là où les uns citent un quatrain de tel poème d’Anciennetés, où les autres insistent sur le merveilleux et les rêves pointant, sans le nommer, un domaine commun, Breton synthétise dans sa contribution, la plus longue, tous les éléments qui font du Magnifique, sinon un poète surréaliste, du moins, le plus éminent des précurseurs. « Le maître de l’image » constitue bien l’article de réparation promis par l’auteur de Clair de terre à son aîné ; article de réparation dont l’objectif avoué est d’extraire l’œuvre idéoréaliste de la marginalité littéraire et de lui concéder un rôle de premier plan dans l’évolution des idées et de la poésie. Aussi est-ce à l’accusation d’inactualité que s’en prend d’abord Breton ; car, de tous les symbolistes, Saint-Pol-Roux s’inscrit seul dans le courant de la modernité :

De par son incessante clairvoyance et l’extrême pureté de son attitude, il demeure, affirme le fondateur du Surréalisme, de tous ceux de sa génération, le plus hautement, ou, pour mieux dire, le seul qualifié pour intervenir dans le débat qui nous passionne : ordre ou aventure, raison ou divination, Occident ou Orient, esclavage ou liberté, rêve ou non-rêve.

  • 41 Sur ces références, cf. Marguerite Bonnet, O.C., I, p. 1688, n. 2.

28Actuel, Saint-Pol-Roux, l’est, puisque sa voix, « la voix de la sagesse, mais de la vraie sagesse, celle qui n’a nullement le ton didactique et qui n’est pas incompatible, à la longue, avec le génie », guide les poètes surréalistes dans leurs choix ; choix entre les thèmes apollinariens de l’ordre et de l’aventure (« La Jolie Rousse ») ou du poète prophète (« Les collines »), entre les thèmes du Manifeste (esclavage ou liberté / rêve ou non-rêve), ou ceux, Orient ou Occident41, du n° 3 de la Révolution Surréaliste. Tous ces thèmes, l’œuvre du Magnifique n’a cessé de les aborder et d’exposer, à travers l’idéoréalisme, ses options. Mais la pertinence de son attitude littéraire éclate aussi dans le dépassement positif qu’il a su opérer, à la fin du xixe siècle, de ce nihilisme tentant qui devait, vingt ans plus tard, posséder Dada. Breton cite en effet une phrase du « liminaire » où perce cet « esprit négateur auquel on a tant sacrifié ces dernières années » :

L’œuvre, même excellente, n’est que le souvenir imparfait d’un instant parfait. Se confiner dans la jouissante contemplation, ne point réaliser, serait la meilleure conduite et la plus sûre manière.

29« M. Teste, un peu plus tard, ne dira pas mieux », ajoute Breton. La référence au personnage créé par Valéry pourrait élucider une partie du rôle que le théoricien surréaliste entend attribuer à Saint-Pol-Roux. Celui-ci pallie la déception causée par l’Académicien et son retour à l’activité littéraire. Aux vers raciniens, maîtrisés et froids de la « Jeune Parque », véritable reniement de M. Teste, André Breton oppose la poésie du mage de Camaret, guidée par l’émotion, « l’émotion, ce sillon du vrai », considérée comme la plus juste expression de la modernité :

Il sait que toute émotion lui est bonne puisque aussi bien le choix de cette émotion ne dépend pas de lui. Non content d’affirmer à nouveau le droit de se contredire, il semble qu’il tienne pour rien cette contradiction et, d’une conscience quasi divine de son rôle, qu’il dégage une certitude capitale, à savoir que rien ne peut le mettre en conflit avec lui-même. « Toutes les opinions éparses m’habitent tour à tour. » N’est-ce pas cette gratuité, à laquelle il est si difficile de parvenir, qui nous livre le plus sûrement la beauté ? Depuis un demi-siècle, sans contredit, toute l’évolution poétique en fait foi.

30Et, pour Breton, ce qui fonde le plus sûrement l’actualité de Saint-Pol-Roux, c’est la force active qu’il a su rendre à l’image, celle-là même qui « ne trompe pas », grâce à laquelle « pourraient bien s’accomplir les vraies révolutions ». Quelques mois auparavant, le Manifeste avait réaffirmé la confiance et l’espoir mis dans la toute-puissance de l’image, capable tout à la fois de bouleverser l’ordre apparent des choses et de générer une réalité nouvelle. « Tremblement de terre », « vertige », « souffle » – telles sont les qualifications qu’on rencontre dans « Le maître de l’image » – elle est chez Saint-Pol-Roux, comme chez les surréalistes, un noyau énergétique, source des plus spectaculaires transformations. Dans son article, le poète de Clair de terre cite alors une de ces longues énumérations dont le Magnifique est coutumier, à l’appui de sa définition de l’image comme émotion, le mot étant à comprendre dans son double sens de trouble interne et d’agitation d’un corps collectif :

  • 42 L’énumération est extraite de « Chorélogie », parue initialement dans le n° 1 de Montjoie, janvier (...)

Voici la courbe lasse des travailleurs du sol ambitieuse de se détendre vers l’azur, les plateaux des hanches du marin débarqué balançant des îles inconnues ; les gestes du citadin à la campagne et du campagnard à la cité ; les grimaces pleurées des héritages ; l’effet de brouillard d’une désillusion ; le goût de citron d’une trahison ; le regard affamé qui, longeant un palais, y laisse son écharde ; sur les joues la poignée de verre de la bise, la décharge algide d’un velours touché42

31avant de conclure par ce jugement qu’ont retenu les dictionnaires et ouvrages d’histoire littéraire sans jamais éprouver, pour la plupart, le besoin de suivre le chemin qu’il leur indiquait :

À quoi bon le contester plus longtemps ? Saint-Pol-Roux – c’est à qui sur ce point fera le plus honteux silence – a droit entre les vivants à la première place et il convient de le saluer parmi eux comme le seul authentique précurseur du mouvement dit moderne. Il serait aisé […] d’établir qu’à son insu peut-être son influence, avouée ou non, qu’elle s’exerce directement par son œuvre ou à travers quelque autre, n’a fait depuis vingt ans que se révéler plus déterminante et grandir.

32Confrontés à de telles déclarations enthousiastes, les deux lettres de Saint-Pol-Roux précédemment citées, et les poèmes communiqués pour l’hommage, semblent quelque peu dissonants et tendraient à prouver que le Magnifique prit assez tardivement conscience de l’enjeu représenté par la reconnaissance surréaliste, qui fut sans ambiguïté de septembre 1923 à la fin juin 1925, date à laquelle Saint-Pol-Roux revint à Paris. Il avait annoncé ce retour à Breton, dans sa lettre du 28 avril :

Pense vous voir en mai à Paris où ferai sans doute une conférence chez les Etudiants : Le Trésor de l’Homme. Bien entendu, je tiens à passer modestement, selon ma nature de sauvage solitaire ; ce qui ne me défendra point de « rotonder », « dômer » ou « closerier » quelques soirs avec les bons camarades. Me permets vous signaler sur votre vieil ami, au Caméléon, une prochaine conférence de l’adorable Madame Magda Tarquis, fondatrice des « Chevaliers de la Table Ronde » en Bretagne. Portez-y vos cœurs, if you please. Excusez ces lignes promptes, je ne cesse d’aller et venir en l’affollement (sic) des cités…

Ferveurs
Saintpolroux

  • 43 Gérard Macé, Le Trésor de l’Homme, Mortemart, Rougerie, 1970, p. 25.

33Son arrivée fut retardée d’un mois. Le poète, après avoir pris connaissance de l’hommage, avait-il souhaité retoucher le texte de sa conférence, et lui donner un tour plus surréaliste ? Pure hypothèse. Gérard Macé note néanmoins dans sa préface au Trésor de l’Homme publié chez René Rougerie, que le premier carnet contient, outre le brouillon de l’« Impromptu de la Camargue », composé le 19 avril, la liste des contributeurs à l’hommage43, dont la lettre du 28 laisse à penser qu’il l’aura découverte en détails à parution du numéro des Nouvelles littéraires, le 9 mai. C’est le 31 que Saint-Pol-Roux arrive dans la capitale ; le 11 juin, il assiste au Caméléon, où se tient l’Université Alexandre Mercereau, à la conférence de Magda Tarquis, intitulée « Saint-Pol-Roux, semeur d’idées » ; d’après certains échos, s’y retrouvent également mêlés au public Rachilde, Henri Mazel, Jean de Gourmont, Marinetti, Jean Cassou, et des représentants des nouvelles écoles. Le 19, il donne, à la Maison des Etudiants, sa conférence sur l’imagination, « Le Trésor de l’homme », devant un parterre de surréalistes conquis. Simone Breton, l’épouse d’André, écrira le lendemain à Denise Lévy :

  • 44 Simone Breton, Lettres à Denise Lévy, édition établie par Georgiana Colvile, Paris, éd. Joëlle Los (...)

Hier St Pol Roux c’était très beau. Nous avons applaudi. Il était d’une noblesse et d’une élévation incomparables. J’espère qu’on fera paraître sa conférence et tu la verras. Une totale communion d’idées avec nous. Il a 65 ans et il ne pense qu’à la poésie, au génie, à l’avenir. Pas la moindre trahison même de faiblesse44.

34La thématique choisie était évidemment commune à l’idéoréalisme et au surréalisme, et la conférence constituait un développement du mot d’ordre lancé à Breton par Saint-Pol-Roux dans leurs premiers échanges, et relayé par le surréaliste dans l’ultime numéro de Littérature : « La Belle à délivrer, c’est l’Imagination ». Il convient cependant de préciser que dans la lettre d’où Breton avait extrait cette citation, figurait un développement qu’il choisit de ne pas retenir, peut-être parce qu’il ne trouvait pas d’écho dans la pensée surréaliste :

D’abord il faudrait repartir de la faute d’Orphée, écrivait Saint-Pol-Roux. À dater de lui le Verbe se perdit, le Verbe total. Oppressé, incapable d’exprimer verbalement sa douleur, Orphée emprunta la matière, roseaux, boyaux, écailles de tortue, et s’y incarna. Il ne parla plus, mais fit parler la matière : d’où la musique, cette dégénérescence du Verbe. On a bien tenté d’amender la faute initiale, Eschyle surtout, mais ça ne prit que partiellement. Une belle occasion se présenta avec Josquin de la bataille de Marignan, Monteverdi, Rameau, mais nos grands poètes n’osèrent et restèrent les grands valets de Louis XIV. La vérité n’est pas dans la Harpe morte (instrument, musique) mais dans la Harpe vivante (l’homme, le Verbe). Tout cela dit en raccourci. Et en marge : Le poète n’est pas un virtuose, il est un orchestre. Aussi bien ai-je entrevu le spectacle futur avec orchestre vivant.

35Long développement qui rendait compte des plus actuelles préoccupations poétiques de Saint-Pol-Roux et de l’évolution de son idéoréalisme vers un simultanéisme, proche du dramatisme théorisé par Henri-Martin Barzun des années plus tôt, et qui tendait à l’éloigner a priori du terrain surréaliste. Le poète en était-il conscient lorsqu’il rédigea sa conférence d’où ses considérations sont absentes ? C’est probable, puisqu’une seconde, reproduite par René Rougerie, faite quelques jours plus tard, sans les surréalistes, tout en résumant la substance de la première, accordait une large place à sa théorie du Verbe total reconquis :

Le Verbe n’est pas quelque chose, le Verbe est quelqu’un. Le Verbe n’est pas un chiffre, le Verbe est une somme. Le Verbe n’est pas un fragment d’analyse, le Verbe est une synthèse. Le Verbe n’est pas un chant de flûte, le Verbe est une symphonie. Le Verbe n’est pas une statue, le Verbe est une cathédrale.

Cette masse dramatique ou charmante d’émotions sonores agitant la terre de son rythme gigantesque et multiple, mes frères en la Beauté vraie, c’est le Verbe de demain, c’est la Poésie future.

  • 45 Lettre d’André Rolland de Renéville à Saint-Pol-Roux du 13 janvier 1928, reproduite comme les suiv (...)
  • 46 Lettre de SPR à André Rolland de Renéville, non datée, probablement de la fin janvier 1928.
  • 47 Lettre de SPR à André Rolland de Renéville du 7 février 1928.
  • 48 Lettre de SPR à André Rolland de Renéville du 17 septembre 1928.

36Il est légitime de s’interroger sur les réactions qu’aurait pu manifester Breton, qui ne cachait pas sa « surdité musicale », à l’audition de cet exposé et surtout des Litanies de la mer, synthèse légendaire et polyphonique des pêcheurs de Camaret, qui en fut la réalisation poétique, l’année suivante. Peut-être les relations de Saint-Pol-Roux, trois ans plus tard, avec une autre avant-garde, celle du Grand Jeu, en donnent-elles une juste idée. On sait qu’André Rolland de Renéville écrivit au Magnifique pour lui réclamer sa collaboration à la revue45. Le poète lui adressa un poème de circonstance, « Au bout du monde », composé après la récitation des Litanies de la mer sur la pointe Saint-Mathieu ; puis, trois semaines plus tard, non sans lui avoir proposé d’abord de modifier le titre de la revue, Le Grand Jeu, en « La Grande Harpe, plus explicite, plus large, plus poëte, plus Verbe46 », il lui envoya des notes sur « le Verbe Total et Vivant », surtitrées « À l’usage des poètes nouveaux47 ». Seul le poème en prose parut dans la livraison inaugurale de l’été 1928. À la lecture de ce numéro, Saint-Pol-Roux écrivit à de Renéville que ses notes, finalement, « [lui] paraiss[ai]ent bien en dehors de [leur] juvénile revue48 », qu’elles dénoteraient, et qu’il vaudrait mieux qu’en leur place il lui adresse « quelque chose de plus cadrant ». Le poète avait vu juste puisque le 14 octobre, de Renéville lui répondit :

Je vous envoie également vos belles pages sur le Verbe, qui peut-être ne cadrent pas avec les préoccupations actuelles de mes amis, mais qu’en revanche j’ai personnellement appréciées d’autant plus que je travaille actuellement cette question énorme : le Verbe, tant au point de vue poétique que métaphysique.

  • 49 Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Ms-23008.

37Il y avait donc eu, à l’évidence, malentendu poétique entre le Magnifique et le Grand Jeu, malentendu dont on peut supposer qu’il eut fini par éclater également entre les surréalistes et Saint-Pol-Roux, trois ans plus tôt, si le Banquet du 2 juillet 1925, qui marquait l’entrée du Surréalisme en politique, n’avait mis un terme violent à leurs relations. Car l’admiration sincère de Breton et de ses amis s’était entièrement portée sur l’œuvre du Magnifique publiée entre la période symboliste et l’avant-guerre, ignorant les évolutions les plus récentes de ses théories et de sa poésie qui aboutiront dans les années 1930 au projet de la Répoétique. Le Saint-Pol-Roux rencontré en septembre 1923 n’était pas, n’était plus, le Saint-Pol-Roux fantasmé par le jeune Breton à la lecture des Reposoirs de la procession ou d’Anciennetés. Ce hiatus explique la difficulté éprouvée par le poète de Camaret à donner à ses admirateurs le texte nouveau qui convînt, répondant à leurs aspirations propres, pour l’hommage des Nouvelles littéraires ; comme il explique qu’ils auront préféré alors accorder une meilleure visibilité à « La première femme », poème symboliste écrit en 1890. Dans le même temps, l’aventure surréaliste de Saint-Pol-Roux illustre parfaitement sa place, unique, dans l’histoire littéraire, celle de ce passeur entre deux mondes, entre symbolisme et modernité en constante redéfinition. Et le poète avait conscience de ce rôle inconfortable, qui, quelques semaines après le scandale de la Closerie des Lilas, écrivit une « Allégorie du Banquet49 », demeurée inédite et dédiée à Paul Éluard, absent le 2 juillet, poème en prose où l’on peut lire :

Après que j’eus épreint ta suave rosée aux fins de baptiser le troupeau du futur, ces louveteaux croisés par le lys et l’obscur éblouirent mon front d’un bêlement si pur !

Comme d’anciens béliers au semblable adultère ignoraient sous les herbes leur postérité, je fus élu pour les ressusciter de terre, en vue d’un los commun à la paternité !

Lorsqu’un geste des dieux divisa mon pauvre être à croire que ma force en deux lois se cassait, j’étais cette senestre et j’étais cette dextre entre quoi, dévorant, pourtant je caressais.

Éperdu, j’ai laissé ma détresse en la ville en rayant d’avenir ses prunelles de morte, mais tandis que j’offrais la palme de la vie, la gloire se mourut entre mes cornes d’or.

38Telle fut donc l’intenable place du poète, en ces temps de révolution : berger tentant de concilier en un même champ littéraire « anciens béliers » du Symbolisme et « louveteaux » surréalistes.

Notes

1 Entretiens 1913-1952, Paris, Gallimard, coll. « Le Point du jour », 1952, repris dans Œuvres Complètes, III, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1999, p. 450. Nous abrègerons désormais les Œuvres Complètes en O.C.

2 « Lâchez tout », Littérature, nlle série, n° 2, avril 1922, en réponse à l’obstination que met Tzara à défendre Dada, s’achève sur l’expression de ce désir d’aventure : « Lâchez au besoin une vie aisée, ce qu’on vous donne pour une situation d’avenir. / Partez sur les routes. »

3 Roger Vitrac, « André Breton n’écrira plus », Le Journal du peuple, 7 avril 1923, reproduit en grande partie dans O.C., I, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1988, p. 1214-1215.

4 « À distance, il me semble que [ce qu’il y avait d’exemplaire chez ces poètes] c’était la tenue. Encore une fois, ils ne mettaient rien au-dessus de la qualité, de la noblesse d’expression », Entretiens, op. cit., p. 429.

5 Marguerite Bonnet, André Breton et la naissance de l’aventure surréaliste, Paris, éd. José Corti, 1975, p. 300.

6 Lettre du 1er septembre 1923 à Saint-Pol-Roux, parue dans la revue L’Essai, Liège, n° 32, février-mars 1965, numéro & Hommage à Saint-Pol-Roux.

7 Entretiens, op. cit., p. 429.

8 André Breton, « Le maître de l’image », Les Nouvelles littéraires, 9 mai 1925, repris dans O.C., I, p. 899-902.

9 Dans sa notice sur Les Pas perdus (O.C., I), Marguerite Bonnet rappelle que « le second volume est annoncé dans Clair de terre, en novembre, en même temps que deux autres ouvrages qui n’ont jamais vu le jour ». Il devait recueillir des articles sur les méconnus de la littérature. Seuls « Le maître de l’image » et un texte sur Pétrus Borel seront réalisés.

10 Collection particulière.

11 Clair de terre, Paris, sans nom d’éditeur, collection « Littérature », 1923 ; repris dans O.C., I, p. 148.

12 Cité par Marguerite Bonnet dans André Breton et l’aventure surréaliste, op. cit.

13 J’emprunte le détail de la double enquête et la réponse de Saint-Pol-Roux aux commentaires de Marguerite Bonnet sur le texte inédit de Breton, « Les enfers artificiels / Ouverture de la saison dada 1921 », dans O.C., I, note 1 de la page 628, p. 1484-1485.

14 Gérard Legrand, André Breton en son temps, p. 81.

15 Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.

16 Au dos d’une lettre dactylographiée d’Émile Dermenghem, à en-tête du Journal Littéraire et datée du 12 avril, demandant de « transcrire à l’intention du Journal Littéraire les plus belles dédicaces que des écrivains éminents ont mises sur les livres qu’ils vous ont adressés », Saint-Pol-Roux a recopié quatre envois de Paul Fort, Victor Segalen, Alfred Jarry et André Breton. J’ignore si la réponse du poète fut publiée.

17 Littérature, nlle série, n° 13, juin 1924, p. 23-24.

18 André Breton, Manifeste du Surréalisme, Paris, éd. du Sagittaire, chez Simon Kra, 1924 (achevé d’imprimer 15 octobre 1924) ; repris dans O.C., I, p. 327.

19 Ibid., note de bas de page, p. 328.

20 Saint-Pol-Roux, « Liminaire » de la première édition des Reposoirs de la procession (Paris, Mercure de France, 1893), repris dans Tablettes, Mortemart, Rougerie, 1986, p. 146.

21 André Breton, L’Amour fou, Paris, NRF, coll. « Métamorphoses », 1937 ; repris dans O.C., II, p. 685.

22 André Breton, « Introduction au discours sur le peu de réalité », O.C., II, p. 276.

23 Louis Aragon, « Une Vague de rêves », Commerce, Paris, octobre 1924 ; repris dans Chroniques (1918-1932), Paris, éd. Stock, 1998, p. 197-198.

24 André Breton, op. cit., p. 328.

25 Saint-Pol-Roux, « Le Poète », De la colombe au corbeau par le paon (Paris, Mercure de France, 1904 et Mortemart, Rougerie, 1980).

26 Op. cit., p. 327.

27 Pour plus de détails, je renvoie à la préface d’Alain Jouffroy aux Plus belles pages de Saint-Pol-Roux (Mercure de France, 1966) et à mon mémoire de DEA, Saint-Pol-Roux, « seul authentique précurseur » du Surréalisme (sous la direction de M. Jean-Pierre Lassalle, Université de Toulouse-le-Mirail, juin 2001).

28 Propos tenu par Aragpn dans sa collaboration au pamphlet collectif « Un cadavre » distribué lors des funérailles d’Anatole France, « le littérateur que saluent à la fois le tapir Maurras et Moscou la gâteuse ».

29 La Révolution Surréaliste, n° 1, 1er décembre 1924, p. 17.

30 Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.

31 André Breton, « La dernière grève », La Révolution Surréaliste, n° 2, 15 janvier 1925, p. 1.

32 Ibid., p. 2.

33 Lettre du 18 septembre 1923. L’article reprend en grande partie le thème développé dans cette lettre : « Je suis depuis longtemps outré de certaines mœurs littéraires, je suis las de voir tant d’honneur payer tant de bassesse et, comme toujours les attitudes désintéressées de Baudelaire à vous, parfaitement inconnues et en butte à ce qui peut le mieux les ruiner. Vous êtes, de tous les vivants, celui que cette vieille malédiction atteint le plus, et je vous honore comme tel. »

34 La Révolution Surréaliste, n° 4, 15 juillet 1925, p. 21.

35 Ibid.

36 Ibid., p. 26.

37 Ibid., p. 27.

38 Lettre inédite du 23 avril 1925, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.

39 Lettre inédite du 28 avril 1925 (de Saint-Giniez), Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.

40 Respectivement de Louis Aragon, Roger Vitrac, Robert Desnos, Michel Leiris, Benjamin Péret, Max Morise, André Breton, Paul Éluard, Jacques Baron.

41 Sur ces références, cf. Marguerite Bonnet, O.C., I, p. 1688, n. 2.

42 L’énumération est extraite de « Chorélogie », parue initialement dans le n° 1 de Montjoie, janvier-février 1914, p. 2-4. Saint-Pol-Roux avait prêté son exemplaire à Breton.

43 Gérard Macé, Le Trésor de l’Homme, Mortemart, Rougerie, 1970, p. 25.

44 Simone Breton, Lettres à Denise Lévy, édition établie par Georgiana Colvile, Paris, éd. Joëlle Losfeld, 2005, p. 189. La lettre est par erreur datée par Mme Colvile du 20 juin 1924 ; elle fut écrite le lendemain de la conférence « Le Trésor de l’Homme », soit le 20 juin 1925.

45 Lettre d’André Rolland de Renéville à Saint-Pol-Roux du 13 janvier 1928, reproduite comme les suivantes par Jean-Philippe Guichon en annexe de sa thèse, André Rolland de Renéville, critique et théoricien : sources et développements d’une poétique (sous la direction de M. Michel Murat, Paris IV, 2002).

46 Lettre de SPR à André Rolland de Renéville, non datée, probablement de la fin janvier 1928.

47 Lettre de SPR à André Rolland de Renéville du 7 février 1928.

48 Lettre de SPR à André Rolland de Renéville du 17 septembre 1928.

49 Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Ms-23008.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540