Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Destouches

 | 
Karine Bénac-Giroux

Résumés des pièces analysées

Texte intégral

Le Curieux Impertinent, comédie en cinq actes

1Léandre, amant de Julie, ne cesse de différer le moment des noces et engage son ami Damon à feindre de se déclarer à la jeune femme pour éprouver sa fidélité. Il a peur, en effet, de la découvrir inconstante et craint sa propre jalousie. Damon tente de l’en dissuader puis se prête au jeu sur ses instances. Julie se sent peu à peu rebutée par l’indifférence que manifeste Léandre et par sa fausse inconstance. Damon, lui-même amoureux de Julie et ayant prévenu en vain son ami, finit par obtenir la préférence au dénouement.

L’Ingrat, comédie en cinq actes

2Damis, fils d’un père qui a été ruiné après avoir porté assistance à Géronte, est promis par ce dernier à sa fille, Isabelle, laquelle aime Cléonte. Celui-ci, qui a sauvé Damis de la mort, demande à celui qu’il croit son ami de l’aider à obtenir Isabelle. De son côté, Damis s’était engagé avec Orphise, qu’il trahit pour Isabelle. Après avoir tenté de mystifier Géronte, Damis se retrouve finalement banni tandis qu’Orphise, revenue le chercher, l’abandonne elle aussi à son sort.

L’Irrésolu, comédie en cinq actes

3Dorante, fils de Pyrante, loge chez Mme Argante et hésite à demander l’un ou l’autre de ses filles en mariage. Balançant entre Julie et Célimène, entre la vivacité de l’une et la douceur de l’autre, il est également courtisé par Mme Argante. De son côté le chevalier, fils de Lysimon, père autoritaire, se propose d’épouser cette dernière. Après avoir laissé croire à Mme Argante qu’il est prêt à l’épouser, Dorante annonce avoir choisi Julie, puis décide d’épouser Célimène, avant de revenir à Julie qu’il demande à sa mère, laquelle décide de se marier avec le chevalier. Au dernier acte, Lysimon, pour prouver à Pyrante que son fils veut lui complaire en tout, demande à Dorante de renoncer à Julie. S’il accepte, Pyrante devra faire épouser Célimène au chevalier. L’Irrésolu, qui craint l’inconstance possible de Julie commence par accepter avec empressement de se séparer d’elle avant de sentir son amour grandir sous l’effet de l’interdit. Découvrant son erreur, Dorante destiné à Julie se prend à regretter Célimène, désormais engagée avec le chevalier.

Le Médisant, comédie en cinq actes

4Damon, le médisant, cherche à épouser Marianne, soutenu par le frère et la mère de la jeune fille. Le baron, lui, soutient Richesource, riche financier. Léandre, premier amant de Marianne ravi à elle par son père, s’introduit dans la maison comme valet de Richesource, à qui il cache son identité. Il y est retrouvé par Frontin, envoyé par son père à sa recherche, et apprend l’existence de son rival. Damon, après avoir médit entre autres de son ami Valère (frère de Marianne) ridiculise Richesource venu rencontrer Marianne. Le baron, ayant décidé d’imposer sa loi, ordonne à son fils, sur le conseil de Lisette, le mariage avec Isabelle sœur de Richesource. Par chance, Isabelle se trouve être la belle inconnue dont il est tombé amoureux la veille lors d’un bal. La baronne revenue s’oppose à tous ces projets, cependant que Damon à force de médisances se fâche avec Valère ; de son côté, Marianne lui rapporte que tous ses amis se sont unis contre lui. Richesource propose ensuite à Léandre de jouer le rôle de son noble cousin pour le venger auprès de Damon. Le jeune amant se fait reconnaître de Marianne. Confronté à Lafontaine-Valère, Damon comprend qu’il y a supercherie en reconnaissant le valet, et médit allègrement du vrai cousin, qu’il connaît. Arrive le marquis, venu retrouver son fils, Léandre, et lui pardonner de s’être enfui. Après une série de scènes où la médisance de Damon culmine, il est pris sur le fait par Valère qui le désavoue, à la suite de quoi le marquis, reconnaissant son fils, l’absout et accepte le mariage avec Marianne. Richesource de son côté, donne sa sœur Isabelle à Valère sur la demande du baron affirmant peu à peu son autorité. La pièce s’achève sur le discrédit collectif jeté sur Damon, dont une lettre de la comtesse, sœur de la baronne, dénonce les agissements.

Le Triple Mariage, comédie en 1 acte

5Oronte, veuf et père de Valère et d’Isabelle, s’est secrètement marié et ne souhaite pas l’avouer à ses enfants, voulant à la fois sauvegarder les bienséances et son bien. Isabelle avoue à Lisette qu’elle est mariée à Cléon, lequel s’introduit chez Oronte costumé en danseur, accompagné de Lépine. Javotte, la jeune sœur d’Isabelle les menace de révéler leur secret avant de les aider. De son côté, Valère feint de revenir du château de Clitandre, mais son père évente le mensonge avec l’aide de la comtesse de la Ruffardière, tante du jeune homme et amoureuse de lui. Frère et sœur se confient l’un à l’autre leur mariage respectif. Oronte s’apprête à marier chacun de ses deux enfants qui, l’un après l’autre, lui avouent leur secret. Il leur présente alors leur belle-mère, qui était présente masquée, pour la fête organisée par le maître de maison.

L’Obstacle imprévu, comédie en cinq actes

6Valère, fils de Lisimon, est un petit-maître destiné par son père à Angélique, jeune fille douce et savante. Il lui préfère Julie, jeune orpheline vive et coquette hébergée par Lisimon, que ce dernier songe également à épouser. Julie, de son côté, refuse les deux hommes car elle aime Léandre qui, de retour d’un voyage où il a réussi à s’enrichir, lui raconte qu’il a épousé une vieille veuve se trouvant être la mère de Julie. Le mariage entre les jeunes gens n’est alors plus possible, ce qui rend à Valère des espoirs, jusqu’à ce que Julie apprenne bienheureusement qu’elle est en réalité la fille de Licandre, ce qui lui rend du même coup sa véritable identité et sa fortune. L’obstacle au mariage est donc levé, mais Valère quitte la maison, dépité de ne pas obtenir Julie après avoir rompu deux fois avec Angélique pour tenter de l’épouser

Le Philosophe marié, comédie en cinq actes

7Ariste est marié secrètement à Mélite, qui vit chez lui avec sa sœur, Céliante. Il craint les indiscrétions de sa femme et de sa belle-sœur, coquette avérée, d’une part parce qu’il a peur des railleries du monde, d’autre part et surtout parce qu’il attend l’héritage de son oncle Géronte, à qui il n’a pas demandé son avis pour choisir une épouse. L’ami d’Ariste, Damon, est l’amant de Céliante à qui il ne peut révéler sa haute naissance du fait d’un procès en cours. Le marquis du Lauret, enfin, autre ami d’Ariste, courtise Mélite sans que son époux ne se résolve à lui avouer la vérité. Géronte surprend son neveu auprès des deux femmes, alors qu’il amène avec lui la jeune fille qu’il destine à Ariste. Tandis que le marquis du Lauret s’étonne des refus de Mélite et que Damon et Céliante ne cessent de se défier, Géronte souhaite le départ des deux jeunes femmes. Le père d’Ariste, Lisimon, survient alors, à qui Ariste ne tarde pas à tout avouer et qui l’encourage à gagner du temps. Le marquis apprend ensuite à l’époux dissimulateur qu’il souhaite épouser la jeune fille de treize ans promise à ce dernier. Le philosophe lui découvre qu’ils sont rivaux, avant que le marquis ne lui laisse entendre clairement qu’il sait la vérité au sujet de son mariage et qu’il n’est pas le seul. Affolé, Ariste décide de s’enfuir tout en reprochant à sa femme son babillage. Apprenant par Damon que son oncle, au courant de toute l’affaire est furieux, il décide enfin de faire face. Après un quiproquo durant lequel Géronte croit que Céliante, qui le prend à parti, est la femme d’Ariste, Mélite finit par attendrir l’oncle, le marquis obtient la jeune belle-fille de Géronte et Damon, Céliante.

L’Envieux, comédie en un acte

8Lycandre, homme de lettres envieux, adulé par Araminte qui lui laisse la possibilité de choisir entre ses deux nièces, Bélise ou Angélique, apprend avec consternation le succès du Philosophe marié et décide avec ses amis d’en entreprendre une parodie. Le marquis, amant d’Angélique, mais dissimulant son amour sur le conseil de Nérine, défend la pièce en montrant qu’il s’agit d’une comédie de caractère dans laquelle le mari montre par intermittences son tempérament de philosophe, jusqu’à le faire triompher totalement au dénouement. Lycandre, furieux d’apprendre qu’Araminte a invité l’auteur de cette comédie, lui en fait reproche et subit ses remontrances. Sommé devant le notaire de choisir malgré tout la nièce qu’il préfère, il élit Bélise. Apprenant par le marquis et Angélique soulagés qu’ils sont amoureux, il se rétracte et fait choix d’Angélique. Araminte comprend alors son erreur, tandis que l’envieux se reprend et se propose de nouveau à Bélise. Celle-ci le refuse, avec le soutien de sa tante qui bannit Lycandre, consacre l’union du marquis et d’Angélique et promet à Bélise un époux digne d’elle.

Les Philosophes amoureux, comédie en cinq actes

9Polémon et Lisidor ont choisi d’unir Léandre, jeune philosophe, fils aîné de Polémon et son héritier, à Clarice, jeune coquette, fille du second, qui souhaite l’enrichir le plus possible, ceci bien que Clarice préfère Clitandre, frère cadet de Léandre. Celui-ci et son ami Damis revendiquent leur qualité de philosophes contemplatifs, voués à l’étude de l’Antiquité. Tous deux s’avouent cependant avec inquiétude leur amour respectif pour Arténice, jeune fille savante et humble, et Clarice, toutes deux venues leur rendre visite avec Araminte, sœur de Lisidor et mère d’Arténice. Léandre et Clarice découvrent qu’ils ont une vision opposée du mariage, le premier s’opposant à l’amour à la mode qui consiste à laisser à sa femme toute liberté. Clarice et Clitandre s’unissent pour se moquer du jeune philosophe qui connaît la jalousie et la colère. Sur la demande de Damis craignant de succomber à l’amour d’Arténice, il accepte alors de feindre d’aimer la jeune savante, qui s’avoue à elle-même ses sentiments pour lui. N’ayant finalement pu se résoudre à abuser la jeune femme devant Damis tentant de masquer son ardeur, il finit par la défendre avec la plus grande vivacité contre les attaques de Clarice, provoquant ainsi la jalousie de Damis. Léandre décide alors de jouer les petits-maîtres afin de savoir si Clarice pourrait l’aimer sous une autre apparence. Parallèlement, Lisidor accepte de demander à Clarice de feindre plus de soumission jusqu’au mariage puis, averti des intentions de Léandre par Polémon, prévient Clarice de se montrer avisée et prudente. Après un moment de surprise et d’enchantement entre les deux jeunes gens contrefaisant qui le galant homme, qui la prude, Clarice perce le jeu de Léandre tout en poursuivant le sien. Léandre accepte donc d’épouser cette nouvelle Clarice qu’il croit acquise à sa cause, jusqu’à ce que son frère, frappé de sa générosité, lui affirme qu’elle ne l’épouse que par intérêt. Après avoir observé la réaction de Clarice lorsqu’il lui propose d’épouser son frère qu’il institue son héritier, Léandre se dégage du mariage en faveur de Clitandre, faisant l’admiration de tous. De son côté, Démis s’était résolu à se déclarer à Arténice.

Le Glorieux, comédie en cinq actes

10Lisette, compagne de couvent d’Isabelle, est devenue sa suivante et sa compagne après la mort de sa mère. Aimée de Valère, frère d’Isabelle, elle est également recherchée par Lisimon, le père des deux jeunes gens. La jeune femme s’est prise de sympathie pour le comte de Tufière, gentilhomme présomptueux qu’aime Isabelle, et souhaite l’aider à épouser celle-ci. Elle apprend par Lycandre, un vieil homme qui la protège depuis le couvent et l’engage au secret, que son père est vivant et qu’elle peut prétendre au mariage avec Valère, à qui elle avoue cette confidence. Philinte, autre amant malhabile d’Isabelle et ami de Valère, est éconduit sans égards par celle qu’il aime cependant que Tufière est invité à dîner par Lisimon, qui le somme de se faire à ses manières directes.

11Tufière décide de mentir sur l’état de la fortune de son père en la proclamant encore très importante. Valère lui reproche son animosité envers Philinte, que sa mère et lui soutiennent. De son côté Isabelle tance Tufière pour son indifférence et sa fierté. Philinte vient reprocher au comte son attitude envers lui, tous deux se battent en duel avant d’être arrêtés par Lisimon qui chasse le premier. Lycandre révèle à Lisette qu’il est son père, qu’il vient d’être disculpé d’un assassinat et qu’elle est en réalité la sœur de Tufière. Il rend ensuite visite à son fils à qui il demande de proclamer qu’il est son père ; celui-ci le supplie de différer les aveux. Il refuse à Lisimon, venu lui demander de gagner sa femme, de d’obéir, et s’attire ses reproches.

12Isabelle apprend à Lisette que Tufière s’est exécuté de mauvaise grâce, soutenu par Valère soucieux de plaire à Lisette. Cependant Lisimon s’apprête à célébrer les noces. Alors que Tufière étale ses titres et noms devant le notaire en méprisant ceux de son futur beau-père, son propre père paraît et exige de son fils qu’il le reconnaisse devant tous. Comme celui-ci accepte de s’humilier, il lui annonce la réhabilitation de sa fortune, lui pardonne, le fait marquis et offre sa fille, Lisette- Constance en mariage à Valère. La pièce s’achève sur le repentir de Tufière.

Le Dissipateur, comédie en cinq actes

13Julie, jeune veuve maîtresse de Cléon, veut le guérir de sa prodigalité et de sa vanité en hâtant sa ruine complète – prodigalité qui attire au jeune homme les foudres du baron, père de la jeune femme. À cette fin, elle rachète une de ses terres à son insu et lui soutire de l’argent par tous les moyens. Le comte, ami de Cléon et amant de Julie qu’il croit déterminée à l’aimer lui, incite le dissipateur à aimer Cidalise. Sur l’injonction de celle-ci, Cléon charge le comte d’annoncer à Julie sa disgrâce. Survient Géronte, le vieil oncle de Cléon, venu savoir quelle vie mène son neveu. Finette et Pasquin le retiennent d’entrer chez lui et lui font croire qu’il mène une vie studieuse et économe jusqu’à ce que le baron dissipe le malentendu : furieux, Géronte fait de Julie son unique héritière. Julie avoue alors sa machination : elle a recueilli la plus grande part de la fortune de son amant dont elle veut qu’il se ruine complètement afin d’apprendre qui sont ses vrais amis. Elle propose alors à Géronte de feindre le pardon afin que Cléon consomme sa ruine, ce qui ne tarde pas. Julie lui ôte tous les biens qui lui restaient grâce au jeu. Il est alors abandonné par tous y compris par Cidalise, mais retrouve goût à la vie lorsque Julie lui apprend toute la vérité et lui restitue ses biens avec sa main.

L’Ambitieux et l’Indiscrète, tragi-comédie en cinq actes

14Don Félix est père de don Philippe, premier ministre à la cour du roi de Castille, époux de dona Béatrix, femme indiscrète qui a fait venir sa nièce Clarice avec elle à la cour, et de don Fernand, favori du roi, secrètement amoureux de Clarice qui l’aime en retour. Ce dernier encourage en cachette le roi, également amoureux de Clarice, à l’épouser alors qu’il est promis à l’Infante d’Aragon. Il envisage quant à lui d’épouser l’Infante et pousse Clarice à assurer le roi de son amour. Grâce à sa suivante, dona Béatrix apprend le stratagème et s’enorgueillit de l’avenir qui l’attend. À l’infante, venue secrètement à la cour sous l’identité de fille de l’ambassadeur don Louis, elle avoue indiscrètement ce secret et laisse également entendre maladroitement au roi que Clarice ne l’aime pas. Celui-ci finit par interroger Clarice et obtenir ses aveux, tandis que don Philippe, qui a reconnu l’infante, l’exhorte à la patience. Le roi, ayant découvert la trahison de son favori, qui croit se racheter en lui apprenant l’identité de l’infante et ce qu’il présente comme une trahison de don Philippe, le bannit mais sur les supplications de Clarice le lui accorde comme époux tandis que lui-même décide de s’unir à l’Infante.

La Fausse Agnès, comédie en cinq actes

15Le baron et la baronne de Vieuxbois veulent faire épouser à leur fille Angélique, qui aime Léandre rencontré à Paris, monsieur des Mazures, bel esprit du Poitou. Mais Léandre et Lolive, déguisés en paysans, ont réussi à pénétrer chez la baronne où ils travaillent comme jardiniers, cependant que Léandre fait force compliments à la mère d’Angélique pour s’attirer ses bonnes grâces. Angélique lui expose son plan : elle va tenter de jouer l’ignorante et de dissuader des Mazures de l’épouser. Celui-ci arrive, accompagné du comte et de la comtesse, du président et de la présidente. Angélique joue parfaitement la comédie de sorte que des Mazures la croit idiote et s’en plaint à ses parents. La baronne demande alors au président d’en juger par lui-même, lequel propose de donner audience à Angélique en compagnie de sa femme, du comte et de la comtesse afin de juger de ses connaissances et talents. Le plan des jeunes gens est affiné : Angélique feindra de perdre l’esprit auprès de des Mazures, Léandre le provoquera par un billet. La petite sœur de la fausse Agnès conforte des Mazures dans l’idée de la sottise d’Angélique. Lors de son audience, Angélique laisse entrevoir une éducation accomplie et un savoir réel, avant de simuler des vapeurs et un délire, lequel se poursuit dans une mise en scène échevelée après le procès, devant des Mazures effrayé et une baronne prête à tout pour voir sa fille recouvrer sa raison. Léandre fait parvenir à des Mazures le billet le provoquant en duel. Une fois ce dernier disparu, peu désireux de se battre, le baron impose à sa femme le mariage d’Angélique avec Léandre qui, au grand dam de la baronne, se trouve être Nicolas, le jardinier tant apprécié.

La Belle Orgueilleuse ou l’enfant gâté, comédie en un acte

16M. de Bonnacueil, frère de Mme Argante, souffre de la préférence nette que sa sœur accorde à sa très jolie fille cadette, Pulchérie, dont le seul souhait est de devenir duchesse, au détriment de l’aînée, Sophie, douce et patiente. Sophie avoue à son oncle qu’elle aime le marquis de Ternon, qui n’a d’yeux que pour sa sœur. Les amants de Sophie se succèdent : elle les refuse un par un. Ne reste que le marquis, que Pulchérie agrée s’il obtient un duché. M. de Bonnacueil, outré par l’orgueil de sa nièce, la déshérite alors. De son côté, le marquis se détourne de Pulchérie au profit de Sophie, dont les vertus le frappent et à qui il apprend qu’il avait déjà obtenu le titre convoité par sa sœur. Ne reste plus alors au marquis qu’à annoncer à Pulchérie et sa mère son choix et leur défaite.

L’Amour usé ou le vindicatif généreux, comédie en cinq actes

17Lisidor et Isabelle, promis l’un à l’autre depuis vingt-cinq ans, ne s’aiment plus mais n’osent se l’avouer. Le premier aime Angélique, une jeune orpheline, la seconde aime le chevalier. Tous deux introduisent les deux jeunes gens dans la maison sous l’identité respective de nièce et de neveu. Damon, ancien amant d’Isabelle, ami de Lisidor et homme vindicatif, décide de contrecarrer les plans des deux protagonistes avec l’aide de Lisette. Apprenant qu’Angélique et le chevalier s’aiment et se sont retrouvés par hasard chez Lisidor, il entreprend de les réunir. Alors que les deux anciens amants s’avouent la fin de leur amour, Damon fait venir les notaires qui ont dressé le contrat de mariage des faux neveux et nièces. Il leur offre son bien et convainc les inconstants de s’épouser en signant la minute préparée depuis vingt-cinq ans.

L’Homme singulier, comédie en cinq actes

18Le comte de Sanspair, homme singulier, est amoureux de la comtesse dont il a trouvé le portrait mais lutte contre cet amour. Il veut obliger sa sœur Julie à épouser le baron de la Garouffière, gentilhomme de province très sot, alors qu’elle est aimée du comte d’Arbois, frère de la comtesse, petit-maître aux façons opposées à celles de Sanspair. Venu chercher le portrait de sa fille, le marquis d’Arbois apprend à Sanspair que sa fille, femme savante, est veuve, et qu’il la destine au marquis de Beausang, qui se trouve être le neveu de l’homme singulier. Pasquin, valet du comte d’Arbois, devient celui de Sanspair en se recommandant de la mère de celui-ci. De mise avec Lisette, il aide son maître à rendre visite à Julie. Pasquin prévient Julie que son frère veut l’éprouver : déguisant Pasquin en petit-maître, il veut avoir la preuve que pour elle, seules les manières à la mode importent et qu’elle peut aimer n’importe quel petit-maître. La comtesse survient, venue récupérer son portrait. Sanspair, qui a surpris une discussion futile entre elle et sa sœur lui reproche sa coquetterie, tandis qu’elle l’exhorte à vivre avec son siècle. Survient le marquis, annonçant qu’il a promis le portrait à Beausang. Sanspair refuse de le rendre et la comtesse de se décider en faveur de Beausang : elle s’en remet à l’avis de Sanspair. Confronté à Julie, Pasquin en petit-maître essuie donc son mépris feint ; parallèlement, le comte déguisé en homme singulier vient présenter ses hommages à Sanspair. Confronté au baron, il s’apprête à se battre mais s’enfuit en voyant entrer son père. Celui-ci, qui l’a reconnu, désavoue sa sagesse simulée et demande à l’homme singulier de se déterminer. Celui-ci rend le portrait tout en refusant de signer le contrat de mariage de son neveu (non encore majeur). La comtesse adopte la même attitude. Après avoir finalement convaincu son père, elle obtient les aveux de Sanspair et sa promesse d’abandonner sa singularité. De son côté le comte, qui a convaincu le baron de lui céder la place, obtient la main de Julie.

La Force du naturel, comédie en cinq actes

19Julie, qui fait le désespoir de la marquise et du marquis d’Oronville par son tempérament très franc et sans façons, est en réalité la fille de Mathurine, tandis que la jeune Babet, jeune fille accomplie en tous points, se trouvera être celle du marquis.

20L’intrigue commence alors que Julie, mariée secrètement à Guérault, intendant du marquis, a résolu de s’enfuir avec lui. Elle déplaît au comte d’Oronville à qui elle est destinée et avec lequel elle se montre conforme à son naturel. Pour détourner tout soupçon, Guérault feint de vouloir épouser Babet, laquelle plaît tant au marquis qu’il décide de la protéger. Le comte, quant à lui, succombe à ses charmes. Présentée à la marquise, elle la séduit tant que cette dernière décide la garder auprès d’elle et de la revêtir des habits de sa « fille ». Le comte, ayant découvert les intentions d’enlèvement de Julie, en informe le marquis qui, furieux, veut la déshériter. La jeune fille confie ses projets à sa nourrice Mathurine, qui lui avoue alors sa vraie filiation et sa propre trahison envers ses maîtres. Ravie, Julie endosse un habit de paysanne et révèle la vérité au marquis au moment où il prend Guérault à parti. Admiratif de sa noblesse d’âme, le marquis la reconnaît comme sa fille adoptive et lui pardonne tout, offrant Babet, rendue à son rang, au comte.

Le Jeune homme à l’épreuve, comédie en cinq actes

21Léandre, fils de Géronte, entré depuis six ans dans le monde, a dilapidé son temps et sa fortune et se trouve criblé de dettes. Lisimon, ancien ami de Géronte, lequel a payé toutes les dettes, lui propose de faire croire à son fils qu’il est désormais ruiné et ne peut rien pour lui, afin que le jeune homme se repente de son attitude. Léandre, acculé, menace de se donner la mort tout en se déclarant à Isabelle, jeune et pauvre orpheline, logée par son père. Lisimon range Pasquin, valet du fils prodigue, de son côté : le valet doit feindre de réussir avec succès les affaires dont le charge son maître, tandis qu’en réalité c’est Lisimon qui arrange tout. Lisette, elle, assure à Géronte que sa maîtresse Isabelle ramènera Léandre à la raison. Celle-ci lui confisque ses armes, puis Lisimon garde les habits que Léandre voulait faire vendre tout en engageant Géronte à les payer et en gardant le portefeuille du jeune homme. Il fait acquitter ses billets, afin de pouvoir observer la réaction du jeune homme une fois pourvu d’une grosse somme. Isabelle demande alors à Léandre de l’accompagner à l’opéra, chose doublement impossible et qui le désespère car il n’a plus d’habit et croit que les archers sont prêts à fondre sur lui. Tous se cachent finalement pour observer le jeune homme, à qui Pasquin fait croire qu’il est libre de se rendre à l’opéra, sur le bon vouloir des créanciers. Ayant récupéré plusieurs sacs d’argent comptant, Léandre décide de se dessaisir en faveur de son père et de se vouer à la lecture et le dépouillement. La mise en scène de Lisimon se poursuit : on rapporte à Léandre son habit, dans lequel il trouve son portefeuille, lui-même garni des quittances de tous ses créanciers. Pasquin lui explique qu’il les doit à son père. Les autres surviennent, qui lui avouent la supercherie. Lisimon dote Isabelle, que Géronte fait épouser à son fils trop heureux.

Le Trésor caché, comédie en cinq actes

22Dorimon, père de Léandre et d’Hortense, est parti aux Indes pour tenter de faire fortune, car la prodigalité de son fils l’a ruiné. Il a laissé ses enfants chez Géronte, qui a racheté la maison mise en vente par Léandre, afin d’y préserver le trésor, enterré dans le jardin, dont Dorimon lui avait confié l’existence. Clitandre, fils de Lucidor, ami de Géronte, est prêt à épouser Hortense bien qu’il la pense pauvre, mais Léandre refuse de lui accorder sa sœur sans la doter de la seule terre qui lui reste. Géronte et Lisimon, qui excluent de le dépouiller, demandent à Crispin de se faire passer pour un capitaine ami de Dorimon ayant fait fortune aux Indes et chargé de cinquante mille écus. Léandre promet à Julie, fille de Géronte qu’il aime, de s’amender. De retour des Indes, Dorimon rencontre devant chez lui Crispin jouant son rôle de capitaine, qui lui annonce que son fils a vendu sa maison à Géronte. Géronte explique la vérité à Dorimon qui refuse de pardonner à son fils. Celui-ci ayant accepté de se dépouiller entièrement en faveur de sa sœur sur la demande de son père, Dorimon finit par l’absoudre et accepter son union avec Julie ainsi que celle d’Hortense avec Clitandre.

Le Mari confident, comédie en cinq actes

23Le baron a forcé sa fille aînée, qui aimait le marquis de Florange, à épouser le comte. La comtesse, qui souhaite guérir son ancien amant de son amour et sait que sa sœur Julie aime Florange, propose à son père d’amener ce dernier à l’épouser. Elle écrit donc un billet à Florange pour lui donner rendez-vous et lui exposer son idée tandis que Julie se déclare prête à le conquérir en se faisant passer pour son propre frère. Florange rencontre successivement le comte et lui confie ses peines sans savoir son identité, puis le baron et enfin Julie travestie en chevalier qui cherche à l’empêcher de voir sa sœur. Julie demande alors à la comtesse de mentir à Florange en lui déclarant qu’elle ne l’aime plus et l’a rapidement oublié. La comtesse s’exécute, puis Julie demande à Florange mortifié une épreuve pour obtenir Julie : il doit certifier à la comtesse par écrit qu’il ne l’aime plus. Ayant entendu la lecture du billet, la comtesse donne définitivement son congé à Florange, cependant que le baron souhaite finalement faire épouser à Julie le riche duc d’Albon. Le comte, ému de la fidélité de sa femme, lui avoue son amour. Florange, qui les surprend, découvre qui est son confident. Le chevalier-Julie lui annonce qu’il a un rival, ce qui incite encore le jeune homme à demander une rencontre avec Julie elle-même. Le chevalier-Julie lui promet la préférence de Julie sur son rival s’il demande à la comtesse son appui. Mis au fait, le comte sert d’intercesseur. La comtesse accepte le tête-à-tête et se trouve mortifiée de la demande de Florange mais accepte de l’aider. Julie apparaît alors enfin sous sa véritable apparence, à la grande surprise de Florange qui croit à la mystification. Le baron, qui souhaite donner sa fille cadette au duc, apprend par la comtesse qu’elle l’a congédié et se rend enfin aux vœux de Julie.

L’Archimenteur ou le vieux fou dupé, comédie en cinq actes

24Le comte, fils du marquis, libertin avéré qui recherche Clarice aimée de son fils, a monté une supercherie, se surpassant ainsi dans l’art du mensonge. Supposant que le marquis veut donner sa fille Julie au baron, frère de Clarice, dans l’idée d’obtenir quelque faveur de celle-ci, il va faire paraître Clarice déguisée en Fanchon suivante de Julie, afin de pousser le marquis, surpris d’une telle ressemblance, à trahir son intérêt pour la jeune femme. Aider sa mère à confondre le marquis lui permettrait ensuite d’obtenir la main de Clarice. En effet, le marquis lui défend de voir Clarice, qui a fait croire qu’elle partait chez sa tante. Son ami Dortière, autre amant de sa sœur Julie, déguisé en valet, doit le seconder dans ses projets.

25Le marquis, qui veut à toute force donner sa fille au baron, invente un dédit signé entre eux pour obliger sa fille à l’épouser. Le marquis et le baron sont stupéfaits de la ressemblance entre Clarice et Fanchon, et entre Dortière et La Fleur. Le comte cherche à profiter de la prétendue ressemblance pour que son père, séduit par Fanchon, lui accorde Clarice et donne sa fille à Dortière. C’est alors que survient Montval, l’amant de Julie dont l’archi-menteur lui a fait croire qu’il était mort. Galant homme, Montval se montre prêt à payer le prétendu dédit invoqué par le comte, pour épouser celle qu’il aime. Battant en retraite, Dortière déclare sa flamme à Clarice et la persuade de répondre à son amour. L’archi-menteur, ignorant cela, persuade son père de le laisser épouser Clarice sous peine de révéler à sa mère sa conduite indigne. Celui-ci accepte, pensant se satisfaire de Fanchon. Clarice, pour gagner du temps, déclare dépendre de son frère. Le marquis demande à La Fleur-Dortière de servir sa cause auprès de Fanchon. Ce dernier, apprenant que Montval l’a définitivement supplanté, s’apprête à se venger : il demande au baron Clarice en mariage. Le baron accepte en réparation des mépris du comte et de la perte de Julie. Effrayé par la bravoure de Montval, il lui avoue que le dédit était un mensonge. Dortière-La Fleur organise avec le comte une dernière machination contre le marquis : feignant de lui préparer une entrevue avec Clarice, il le fait rencontrer en réalité sa femme cachée soue une coiffe. Le marquis dévoile ses ardeurs et sa femme son identité. Le comte lui apprend ensuite qu’il a puni La Fleur et que sa mère a chassé Fanchon. Le marquis cherche une dernière fois à imposer sa loi sur tous, en refusant notamment le mariage de son fils et de Clarice, ainsi que celui de Julie et de Montval. Julie dévoile alors à son frère l’alliance de Clarice et de Dortière. L’archi-menteur avoue toute la vérité à son père qui finit par lui pardonner, se réconcilier avec sa femme, accorder Julie à Montval et accepter pour le comte la sœur de Montval.

Le Dépôt, comédie en un acte

26Géronte, ami de la marquise d’Orcy, garde un trésor qu’elle lui a confié, destiné à ses deux neveux. Clitandre, le seul survivant, qui aime Angélique la fille d’Oronte et en est aimé, est parti tenter sa fortune en Martinique. Le marquis d’Esbignac, neveu du comte d’Orcy, souhaite épouser Angélique et revendique la possession du dépôt, ce que lui refuse Géronte. Ce dernier annonce à Clitandre, n’ayant rien gagné en Martinique, qu’il est riche, que le baron son voisin lui offre sa nièce et qu’il réserve son neveu à Angélique. Ce neveu, le comte, se montre extrêmement fat. Clitandre finit par avouer à Géronte qu’il aime Angélique et obtient gain de cause.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540