Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Destouches

 | 
Karine Bénac-Giroux

Quatrième partie. Philosophie et quête de soi

Chapitre XV. La singularité de Sanspair : vertu ostentatoire ou effet de leurre ?

Testo integrale

1Si Léandre fait véritablement figure de héros, si Ariste parvient à une transformation de soi, qu’en est-il de cette autre espèce de philosophe qu’est Sanspair, dont le nom porte si bien le projet de Destouches : mettre sur scène un homme au « caractère assez neuf sur le théâtre » et qui, à l’opposé du misanthrope

  • 1 Avertissement de L’homme singulier, Œuvres dramatiques de N. Destouches, tome quatrième, Par (...)

[…] est doux, tendre et compatissant ; il regarde les hommes en pitié, sans se fâcher contre eux, et n’a point d’autre défaut que la singularité, qui rend ses pensées, ses actions, ses projets ridicules, quoique la raison et la vertu en soient le fondement. J’ai prétendu prouver par ce caractère, dont j’ai longtemps étudié l’original, que la singularité est un vice de l’esprit, qui gâte les motifs et les sentiments les plus louables ; que le meilleur parti que puisse prendre un homme sage, c’est de ne point heurter de front les mœurs et les modes de son temps, et de se borner à gémir de la corruption et des ridicules, sans renoncer au commerce de ses contemporains ; et que tout ce qui est outré, même la vertu et la raison, paraît plutôt un travers qu’un sujet d’admiration1.

  • 2 Id.

2Comparant encore Sanspair à Alceste, Destouches souligne au sujet du premier que « ses actions, dans le cours de la pièce, sont conformes à ses discours ; et on ne peut voir un caractère plus humain2 […] ». Or c’est un des premiers points qui sera intéressant à analyser, dans la mesure où justement il nous semble y avoir fréquemment contradiction entre actions et discours du personnage, contrairement à ce qu’avance le dramaturge. La première question qui se pose est donc celle de savoir ce que signifient ces contradictions, ce qu’elles nous apportent pour la compréhension générale du personnage.

  • 3 Dans la lignée de Louis Van Delft dans Littérature et anthropologie. Nature humaine et caractère à (...)

3La deuxième question naît de l’idée que « vertu et raison » fondent le caractère du personnage, fussent-elles « outrées ». Dans la mesure précisément où vertu et raison sont excessives, ce qui est contraire même à leur définition, peut-on encore supposer que ces deux qualités constituent réellement le fonds même du personnage ? N’y a-t-il pas à chercher ailleurs les soubassements de ce « caractère » et le terme même de « caractère » convient-il encore ici, dans la mesure où les qualités supposées ne suffisent pas à le définir3 ?

4Ce qui nous amène à notre troisième question : quelle est cette singularité dont il est question ici et que Destouches revendique comme le mode d’être d’un personnage « qui rend ses pensées, ses actions, ses projets ridicules » ? Quels sont les constituants d’une « singularité » – c’est-à-dire un mode d’être fondé sur la revendication d’une différence visible et profonde vis-à-vis des autres êtres humains – qui à la fois manifeste vertu et raison et en même temps excès, démesure, inattention à l’autre ? Avons-nous là la manifestation d’une excessive humilité ou bien au contraire d’un amour-propre démesuré ? La singularité, qui suppose la revendication par le personnage d’une originalité le différenciant des autres, n’est- elle pas aussi la marque d’un sujet en quête d’une définition de soi ?

5L’ouverture de la comédie renvoie Sanspair à son homologue, Ariste, par le vêtement : la didascalie indique « Sanspair, en robe de chambre. » Comme Ariste, donc, Sanspair est marqué par le désir d’intimité et de solitude, symbole de son refus d’une société corrompue. Cependant, au lieu de se livrer à l’éloge de son existence paisible fondée sur l’étude de la philosophie, Sanspair entame au contraire un monologue où éclate sa colère contre le sommeil de domestiques traités avec trop de bonté selon ses dires. Ensuite, ayant réveillé Gorju, son maître d’hôtel, il finit malgré qu’il en ait par lui avouer ce qui le préoccupe et le fait agir ainsi, l’amour :

  • 4 L’homme singulier, I, ii, Œuvres de N. Destouches, tome IV, Paris, Tenré libraire, 1821, p. (...)

Gorju.
De bon cœur. Mon cher maître,
Vous avez du chagrin. Qu’est-ce que ce peut être ?
Sanspair, poussant un profond soupir.
Ah !
Gorju.
Parlez.
Sanspair.
Eh bien donc ! voyez-en le sujet.
Gorju.
Quel est-il ?
Sanspair.
Le voici.
Gorju.
Comment ? c’est un portrait !
La peinture en est fine, et ce qui l’environne
En relève le prix. Ô l’aimable personne !
Ô les beaux diamants ! Seriez-vous amoureux ?
Sanspair.
Hélas ! oui, je le suis ; et j’en suis bien honteux.
Gorju.
Eh ! pourquoi ?
Sanspair.
Me sied-il d’avoir cette faiblesse ?
Moi, je pourrais livrer mon cœur à la tendresse !
Moi, pousser des soupirs4 !

6Le cri final de Sanspair nous renvoie directement à celui de la comtesse de La Surprise de l’amour (1727), au moment précis des aveux à Colombine :

  • 5 On retrouve le même terme de « pressentiment » un peu plus loin chez Sanspair :
    « […]
    Dans un jardin (...)
  • 6 La Surprise de l’amour, III, ii, Marivaux. théâtre complet, tome premier, Paris, Dunod, coll (...)

La comtesse. – Quoi ! je pourrais tomber dans ces malheureuses situations, si pleines de troubles, d’inquiétudes, de chagrins ? moi, moi ! Non, Colombine, cela n’est pas fait encore, je serais au désespoir. Quand je suis venue ici, j’étais triste ; tu me demandais ce que j’avais : ah Colombine ! c’était un pressentiment5 du malheur qui devait m’arriver6.

7La même crainte de l’assujettissement au sentiment et à l’autre rassemble les deux personnages qui cherchent à s’exempter du lot commun et de ses souffrances autour de la répétition pathétique du pronom de première personne, « moi, moi ». Sanspair est donc, dès la scène d’exposition, en état de crise ; ce qui est l’aboutissement chez Marivaux (la reconnaissance du sentiment amoureux venant sanctionner les efforts des personnages pour y échapper et tenter d’esquiver l’autre) est au contraire chez Destouches le point de départ de toute l’intrigue, puisque nous sommes très exactement dans la scène d’exposition.

8En d’autres termes, la crainte et le désir de se préserver de toute blessure d’amour-propre sont, dans cette comédie, un fil directeur apparent de l’action au lieu qu’ils soient cachés chez Marivaux. Si c’est aussi le cas d’Ariste, la chose est cependant encore plus évidente chez Sanspair. La parenté entre les craintes de la comtesse marivaudienne et celles de Sanspair pourrait alors nous amener à une lecture selon laquelle Sanspair ferait malgré tout preuve de plus de lucidité et d’honnêteté que la comtesse de Marivaux, puisqu’il reconnaît immédiatement sa faiblesse. Il n’en admettra pas pour autant cet amour par la suite, ni ne cherchera non plus à l’éviter, pris dans ses contradictions internes.

  • 7 « Gorju.[…]
    Vous avez l’esprit fort ; mais, malgré son courage,
    Le cœur veut à son tour le mettre en (...)

9Autrement dit, là où chez Marivaux les personnages luttaient dans l’aveuglement contre leur crainte de succomber à l’amour, chez Destouches le personnage semble lutter en connaissance de cause : les ressorts intérieurs de la lutte ne seront pas identiques Par conséquent, le plaisir du spectateur, fondé sur la complicité qui l’unissait aux personnages secondaires amenant les personnages principaux aveuglés là où il le fallait et créant ce « marivaudage dramaturgique » mis en évidence par Jean-Paul Sermain, ce plaisir-là ne peut exister en tant que tel chez Destouches dans la mesure où le personnage principal est d’emblée conscient de son sentiment, de sa faiblesse et de sa peur. Aussi le combat du personnage se manifeste-t-il comme celui de l’esprit contre le cœur, ce que résume magistralement Gorju7, celui aussi de la conception de l’existence que se fait l’homme singulier contre l’existence elle-même se manifestant dans sa toute-puissance.

10Ce combat, le Léandre des Philosophes amoureux le connaît bien, c’est aussi le sien, qui se résout par le renoncement et la dépossession. Mais Léandre est le seul à parvenir à cette maîtrise absolue. Sanspair, lui, va suivre le chemin semé de pierres précieuses qui le mènera à la caverne du tigre. La première contradiction ainsi posée, entre revendication du personnage (être fidèle à la raison) et réalité finale (mariage avec une femme lui imposant ses désirs) suppose déjà un déchirement de l’uniformité de « l’homme singulier » ainsi qu’une opposition entre ses paroles et ses actes.

  • 8 « Gorju.
    On veille nuit et jour pour tâcher de vous plaire ;
    Je tourmente vos gens, je les tiens tou (...)

11Remarquons aussi au passage que, quoique Sanspair ait fait vœu de raison et de vertu et cherche à traiter l’autre comme son égal, il règne en maître despotique sur une maison où tout le monde suit des règles toujours mouvantes8. Dès la scène d’exposition se manifeste donc cette dualité interne du personnage que nous retrouverons tout au long de la comédie. En outre, l’appel à la « raison » réitéré par le jeune homme est aussi contredit par le caractère outrancier de son discours. Sanspair en effet n’imagine que deux types de femme, la sage et la coquette, sans médiation entre les deux types et, par ailleurs, laisse son imagination battre la campagne pour lui dicter un arrêt souverain contre le mariage, comme le lui fait remarquer avec justesse Gorju :

  • 9 I, ii, p. 308.

Sanspair.
Il n’est, pour me guérir, qu’un moyen salutaire.
Gorju.
En quoi consiste-t-il ?
Sanspair.
À voir l’original
Des traits représentés dans ce portrait fatal.
D’un aveugle penchant je me rendrais le maître,
Si j’en voyais l’objet, s’il se faisait connaître.
Bientôt son caractère, offensant ma raison,
Deviendrait pour mon cœur un sûr contrepoison ;
Car, bien loin de trouver une femme parfaite,
Je verrais une folle, une franche coquette.
Gorju.
Vous en jugez, Monsieur, bien témérairement9.

  • 10 Projection qui rapproche ce personnage de l’Irrésolu.

12Ainsi, la « raison » de Sanspair est immédiatement sujette à caution. Ce n’est pas là la raison cartésienne, qui cherche à « éviter soigneusement la précipitation et la prévention » (Discours II), mais une projection de l’imagination supposant que la femme soit affectée de coquetterie par essence10 et l’homme de sagesse et de science.

  • 11 I, iv, p. 313.
  • 12 Voir I, viii, p. 324, le dialogue entre Gorju et Le baron, au cours de laquelle le baron se ridicu (...)
  • 13 Dans une réminiscence de la parabole évangélique Sanspair s’exprime ainsi :
    « L’homme pour son semb (...)

13Plus loin, dans une tirade exposant au marquis sa conception de l’existence, Sanspair commence par aligner des arguments rousseauistes afin d’expliquer pourquoi il fuit les hommes, avant de s’exclamer : « L’honneur, la probité, la candeur, la sagesse/Feraient naître en mon cœur la plus vive tendresse/Dans le plus vil objet je les adorerais,/Et pour les rendre heureux je me sacrifieraisf11. » Or, l’un des traits les plus comiques de la pièce viendra du choix, par Sanspair, du baron comme futur époux de sa sœur, baron dont toute l’intrigue dévoile la bêtise12 et, surtout, la fatuité et la lâcheté. Ainsi l’aveuglement de Sanspair s’affiche-t-il clairement, joint à un tempérament autoritaire et à des jugements définitifs qu’il condamne pourtant chez le genre humain13 :

  • 14 I, iv, p. 316.

Sanspair.
[…] J’ai d’immenses richesses,
Dont je veux à ma sœur faire quelques largesses
Pour la doter, malgré notre droit inhumain,
Pourvu qu’elle reçoive un époux de ma main.
C’est un de mes cousins à qui je la destine ;
Mais à la refuser cette folle s’obstine :
Car elle est haute, vaine, et tout son enjouement
N’a pu la garantir de quelque entêtement,
Du moins je le soupçonne. Et14

14En outre, le monologue qui suit la discussion avec le marquis, père de celle dont il est amoureux, dévoile encore la parenté entre Ariste et Sanspair, qui met un point d’honneur à différer des autres hommes et craint la risée publique, synonyme de blessure d’amour-propre :

  • 15 I, v, p. 320.

[…]
D’ailleurs, suis-je fait, moi, moi, pour le mariage ?
Après avoir longtemps évité le danger,
Sous un joug si commun je pourrais me ranger ?
Semblable à tant de sots dont j’ai fait la satire,
Faudra-t-il qu’à mon tour je leur apprête à rire ?
Moi, marié ! Parbleu ! cela me siérait bien !
Non, mon cœur, taisez-vous ; non, il n’en sera rien.
[…]15

  • 16 Le contraste est d’ailleurs frappant entre le riche habit dont Sanspair revête ses domestiques et (...)

15Toutes ces remarques nous amènent à une première conclusion, qui est que la singularité de Sanspair repose en effet et contrairement aux assertions de Destouches, sur des contradictions permanentes entre paroles et actes du personnage, qui se veut célibataire et cède à l’amour, qui se veut sage et tremble devant l’amour par amour de soi et vaine gloire, qui prône l’égalité entre les conditions mais impose à ses valets une servitude douloureuse16, qui proscrit le genre humain au nom de la médisance de celui-ci mais l’exerce contre tout le genre féminin et en particulier contre sa sœur. Le personnage est ici travaillé par les antagonistes, humilité et présomption, douceur et colère, acceptation et refus de l’autre.

  • 17 I, iv, p. 314.

16On peut inférer de là que cette « singularité » revendiquée est moins une représentation de soi fondée sur la sagesse et la raison qu’une manière de vivre fondée sur une pratique expérimentale de la relation à l’autre, sur la crainte d’exposer son amour-propre et, enfin et paradoxalement, sur la revendication d’une supériorité : c’est dans la mesure où il se considère comme au-dessus du genre humain que Sanspair le bien-nommé impose à tous ses décisions, ou son absence de décision, incarnée par son refus de signer l’acte de mariage parallèle à son refus de s’engager avec la comtesse, preuve de la souveraineté de son amour-propre sur l’amour de l’autre. Se voulant unique (« Moins j’aurai de pareils et plus j’aurai raison17. ») il fait de sa singularité une qualité qui le met au dessus du genre humain.

  • 18 Le fait même que chaque personnage propose sa vision de la singularité offre une pluralité de poin (...)
  • 19 Littérature et anthropologie. Nature humaine et caractère à l’âge classique., op. cit., p. 1 (...)

17Cet ensemble de contradictions nous paraît bien prouver combien la notion de « caractère », que Destouches continue à employer, ne permet pas de circonscrire véritablement le personnage. Qu’est-ce que le caractère de l’homme singulier ? Nous serions bien en peine de le dire, dans la mesure où, comme nous venons de le montrer, la raison et la vertu en paraissent moins le fondement que l’amour-propre, l’imagination, les préjugés, l’autorité, mais également la largesse et le désir d’équité étrangement présents dans le choix d’un époux stupide pour sa sœur, ou encore dans le choix de riches habits pour des valets qu’il subordonne pourtant aux caprices de ses désirs18. Nous rencontrons par conséquent bel et bien en Destouches un dramaturge s’inscrivant dans la lignée des moralistes remettant en question l’unicité du moi. Louis Van Delft insiste, à propos de La Rochefoucauld, sur le décalage entre la forme utilisée pour la représentation de l’amour-propre, forme figée s’il en est, et le thème traité : l’amour-propre : « L’inadéquation est flagrante, de la forme au fond : l’amour-propre est en perpétuel devenir, polymorphe ; la peinture relève de la caractérologie la plus “fixiste”19. »

  • 20 Cf. note 306.
  • 21 V, vii, p. 425.
  • 22 Cf. Marivaux. Théâtre complet., tome 1, Paris, Bordas, coll. « Classiques Garnier », 1996, III, iv(...)

18La comédie de Destouches est sans doute une forme beaucoup plus ouverte pour représenter ce « perpétuel devenir » de l’amour-propre, par le biais de la confrontation du personnage aux autres et à soi-même, par la possibilité des renversements de situation des péripéties… De fait, le monologue, comme nous l’avons constaté, est le premier lieu où le personnage pressent qu’il s’échappe à soi-même et un monologue de Sanspair ouvre et clôt le quatrième acte, moment essentiel de la crise. Le contrepoint offert par les différents points de vue des personnages en est un autre20. Un troisième moyen de réflexion sur cette « singularité » vient du noyau majeur de l’action formé par les hésitations de Sanspair devant l’engagement marital et ce que l’on pourrait appeler la manipulation de la comtesse. Celle-ci, avouant à son père avoir « su faire tomber [son] portrait » dans les mains de Sanspair21, explicite du même élan l’enjeu de sa bataille : « […] je voulais, au contraire,/Que lui-même il cessât d’être extraordinaire. » avant d’affirmer, suivant ici la leçon de la Silvia du Jeu de l’amour et du hasard22 :

  • 23 V, viii, p. 426

La comtesse.
[…] mais, mon père, s’il m’aime
Autant que je le crois, autant que je le veux,
Il doit m’immoler tout, pour devenir heureux.
En un mot, je veux voir jusqu’où va sa tendresse ;
Et je dois cette épreuve à ma délicatesse23.

  • 24 De même que Le Prince de La Double Inconstance ne prétend aimer en Silvia que ce qu’il n’a de cess (...)
  • 25 V, ix, p. 431.
  • 26 Ses derniers mots sont les suivants, V, xii, p. 437-438 :
    « […]
    Vous voulez qu’au dehors je change d (...)

19Si la comtesse affirme de Sanspair qu’il est bon et qu’il est « son héros » en tant qu’homme singulier, elle veut paradoxalement qu’il se dessaisisse de cette manière d’être pour l’épouser et souhaite régner sur lui en maîtresse absolue24. On assiste donc, au fil de l’intrigue, aux hésitations de plus en plus poussées de Sanspair jusqu’au dénuement final qui fait de lui un autre homme, prêt à changer d’habits, de lieu de résidence, à voir du monde, bref, prêt à ce que, selon les mots de la comtesse, « tout rentre céans dans l’usage ordinaire25 ». Ce dénouement doit-il nous amener à blâmer avec le marquis la singularité de Sanspair et à penser que le retour à la norme est bon ? Pourtant, comment comprendre que la marquise, qui a aimé en Sanspair sa singularité lui demande in fine d’y renoncer ? Anti-Célimène et Anti-Clarice, la jeune femme obtient ici l’impossible, la réformation des mœurs du personnage, du moins en apparence26. C’est donc avec la Silvia de Marivaux qu’elle a le plus de points communs, toutes deux triomphant des résistances de l’homme aimé et l’amenant à abandonner tout ce qu’il est pour l’épouser.

  • 27 À moins que de considérer comme « délicatesse » les efforts que déploie la comtesse pour obtenir q (...)

20De même que René Démoris soulignait le narcissisme de Silvia et Dorante se regardant eux-mêmes au dénouement, de même la satisfaction dont la comtesse fait preuve envers son propre stratagème (dont on voit mal quelle délicatesse27 il cache au vu de l’intensité du sacrifice demandé) semble dévoiler un amour de soi symétrique à celui de Sanspair.

21En même temps, c’est peut-être en accédant aux désirs de la comtesse que Sanspair acquiert sa grandeur et affiche sa véritable singularité, celle d’homme capable de se transformer et de faire preuve de mobilité, celle de mari aimant dans un siècle où l’amour est galvaudé – ainsi prendraient tout leur sens les derniers mots de Lisette :

  • 28 V, xii, p. 438.

Lisette, à la comtesse.
Laissez penser Monsieur en toute liberté ;
Il sera bon mari, par singularité28.

  • 29 Au sujet de qui il rappelle que « La plupart des critiques semblent aujourd’hui bien d’accord pour (...)
  • 30 « Le moi est dépossédé, et ce que nous prenons pour notre « être » n’offre guère plus de ressembla (...)

22Les méandres de l’intrigue, les dissensions opposant les personnages au fil des dialogues permettent donc que se déploient les métamorphoses d’un personnage qui finit par devenir autre tout en se déclarant identique. Cette comédie de Destouches nous apparaît ainsi comme un lieu extrêmement riche de réflexion sur la subjectivité dans la mesure où les contradictions se multiplient entre être et paraître, dérobant l’identité de Sanspair, donnant sur elle des éclairages successifs et mouvants au point que, comme le conclut Louis Van Delft au sujet de La Rochefoucauld29, le « caractère » n’est plus vraiment un concept éclairant pour désigner le personnage30.

  • 31 V, xi, p. 435.
  • 32 « D’où lui vient une telle boutade ?/
    Et qui peut m’attirer cette sotte incartade ? » V, xi, p. 435
  • 33 « Lisette, au marquis
    Les marier tous deux, c’est faire leur bonheur :
    Ils ont le même goût, (...)

23Ce qui est sûr, c’est que les jugements sans sommation de Sanspair envers le monde indiquaient bien une forme d’aveuglement, qui évolue au dénouement. Il repousse de ce fait le comte de manière presque instinctive, par « répugnance » (« […] il est d’un caractère/Qui me répugne trop31 »), cependant qu’il découvre brutalement la bêtise du baron dont tous avaient conscience32 et le bien-fondé du mariage entre le jeune homme et sa sœur, ce qu’il refusait d’admettre et que souligne Lisette33.

  • 34 Art. cit., p. 87. « Une vision pessimiste du monde d’une part, et une conduite envers autrui impré (...)
  • 35 Ce qui nous prouve combien Sanspair n’échappe pas au lot commun de l’humanité fondé sur la médisan (...)

24Quant à son désir d’éprouver sa sœur, en proposant à Pasquin de se faire passer pour un petit-maître, il indique à quel point Sanspair est victime de ses préjugés : pour lui un petit-maître égale un autre petit-maître et surtout, à l’entendre, un valet peut imiter un maître au point d’abuser une jeune femme. La portée contestataire de son propos, que souligne Michèle Bokobza-Kahan34 et que nous avions déjà rencontrée, est ici renouvelée. Limitée en son sein même dans sa première manifestation, dans la mesure où les ordres despotiques étaient donnés en proportion inverse à la richesse du costume des valets, la contestation, dans cette deuxième occurrence, est difficilement distinguable de ce qui ressemble fort à du mépris envers sa sœur35, censée être en admiration devant tout type d’homme qui tiendrait le langage à la mode, ce qui avait été épargné à la Silvia du Jeu de l’amour et du hasard. Le fait, donc, que ce travestissement se rattache à un motif connu du théâtre l’entache de connotations peu glorieuses pour celui qui en est l’auteur, aux yeux du spectateur.

  • 36 Et l’occasion pour Pasquin d’une longue tirade parodiant le langage à la mode, sur le modèle du (...)

25Agissant ainsi, il se place de fait sous l’égide du Lucidor de L’Épreuve de Marivaux (1740) qui propose à Angélique d’épouser son valet Frontin pour vérifier son désintéressement. Après avoir été malencontreusement reconnu par Lisette, Frontin s’expose au refus d’Angélique à la scène XV, puis à un « congé » en bonne et due forme à la scène XVI, avec Lucidor pour témoin. Or cette épreuve est assez étrange, dans la mesure d’une part où l’amour d’Angélique était avéré, où d’autre part Lisette ayant reconnu Frontin avait ôté toute crédibilité à son travestissement – si tant est que son langage pas toujours très fin lui en ait accordé. Par ailleurs, dans Le Jeu de l’amour et du hasard (1730), la crédibilité d’Arlequin était encore plus problématique dans la mesure où le personnage multipliait des grossièretés inattendues de la part d’un futur époux. De fait, la tentative effectuée par Sanspair pour prendre sa sœur en flagrant délit de ridicule, du fait même qu’elle échoue et soit prise à contrepied par Pasquin qui se trouve être le valet de l’amant refusé par Sanspair, du fait aussi qu’elle s’inscrive dans la lignée de travestissements comiques, peu crédibles et sans effet, font de cette demande un motif franchement comique36 et de Sanspair le dindon de la farce doublé d’un personnage peu clairvoyant pour le spectateur.

26D’ailleurs, il se laisse convaincre de la métamorphose de sa sœur et, surtout, il se prend au jeu de reflets, corroborant les dires de Pasquin qui l’a percé à jour :

  • 37 III, iii, p. 363.

Pasquin.
Voulez-vous obtenir votre aimable maîtresse ?
Usez avec Sanspair et d’esprit et d’adresse.
Sous de graves habits cachez l’air cavalier,
Pour paraître à ses yeux bizarre et singulier,
Et, de la tête aux pieds tout autre que vous n’êtes.
Vous gagnerez son cœur, si vous le contrefaites ;
Sinon, tenez-vous sûr qu’il vous rebutera.
Le comte.
Je veux bien l’imiter ; mais qui me l’apprendra ?
Pasquin.
Moi. Je le sais par cœur ; et je vais vous instruire.
Soyez sage un quart d’heure, et laissez-vous conduire37.

27Le fait que le valet soit capable d’enseigner en « un quart d’heure » les manières de Sanspair au comte suggère que tout le mode d’être de Sanspair se résume dans des manières schématiques, faciles à contrefaire ou, en d’autres termes, que sa prétendue singularité manque en somme de profondeur puisqu’elle se résume à quelques attitudes caractéristiques.

  • 38 Cf. IV, v

28Cette remarque, qui désacralise aux yeux du spectateur les prétentions de Sanspair, gagne en force avec la confrontation au comte. L’idée qu’un homme qui a les mêmes manières que lui est forcément digne d’estime suppose que Sanspair juge sur les apparences – ce qui est contraire à l’esprit philosophique – et n’accepte de commerce avec l’autre que s’il y a possibilité d’identification. Or cette identification est feinte, comme l’indiquent les didascalies marquant, dans cette scène très amusante, les efforts du comte pour rester fidèle à son rôle38. Ce leurre indique combien Sanspair est victime de son amour-propre, puisque seule une figure identique à soi lui plaît. Nous retrouvons là encore une convergence entre cette intrigue et la philosophie de Helvétius soulignant la supériorité numérique des gens jugeant de l’autre par rapport à soi :

  • 39 Discours 1, chapitre 3, « De l’esprit par rapport à un particulier », op. cit., p. 62.

Il est d’autres hommes, et, dans ce nombre, je les comprends presque tous, qui sont animés d’une vanité moins noble ; ceux-là ne peuvent estimer dans les autres que des idées conformes aux leurs et propres à justifier la haute opinion qu’ils ont tous de la justesse de leur esprit. C’est sur cette analogie d’idées que sont fondés leur haine ou leur amour39.

29Supposant que l’habit fait le moine, l’homme singulier fait la preuve de son absence complète de pénétration puisqu’il ne saisit et n’apprécie d’autrui que ce qui est conforme à sa conception et sa construction de l’identité personnelle, se confortant ainsi dans son amour de soi. Le texte suggère habilement combien l’apparence de la singularité est pure affectation, pur leurre. La satisfaction de Sanspaur à rencontrer un autre soi-même suppose bien aussi que ses bons sentiments envers l’autre se fondent essentiellement sur l’image que l’autre lui renvoie de soi.

30Le fait même que ce leurre fonctionne et que Sanspair s’y fasse prendre au point de devoir être détrompé par le marquis insuffle par conséquent l’idée que toute la contenance et tout le maintien de Sanspair ne sont aussi que construction – la comédie devenant alors extrêmement subversive.

  • 40 Ce qui nous renvoie aux commentaires de l’opinion publique sur Sanspair développés par lui- même e (...)
  • 41 Ce qu’expose clairement Sanspair au marquis, se définissant uniquement par rapport à ses semblable (...)
  • 42 La cour et la ville au siècle des Lumières, op. cit., p. 133 : « La notion de moi excentriqu (...)

31Le titre L’Homme singulier possède du reste une double perspective ou, pourrait-on dire, un double point de vue : il peut signifier en effet un type, un homme différent des autres, original, comme il existe « L’Avare » ou « le Misanthrope » ; mais il contient aussi implicitement le jugement d’autrui : « homme singulier » équivalant à « original » au sens péjoratif du terme. Le terme de « singulier » suppose donc à la fois une définition du « caractère » de ce personnage (caractère qui se dérobe d’ailleurs à toute tentative pour le saisir) doublée d’un constat de la différence séparant le personnage des autres, mais également un jugement de valeur d’autrui sur le mode d’être étrange de ce personnage auquel on ne peut s’identifier40. Les tentatives permanentes de définition du personnage par lui-même se doublent d’ailleurs, nous l’avons remarqué, de celles de personnages secondaires tentant à leur tour de circonscrire ce caractère si déroutant. Ainsi, dans le titre même de la comédie on trouve à la fois une définition montrant combien l’homme échappe à toute catégorie fixiste et la marque du regard d’autrui. Ce qui est fascinant ici c’est que la singularité du personnage ne s’exprime et ne prend son sens que dans un double mouvement de relation à soi-même et à autrui. Que serait une singularité dans la solitude ? Que serait une singularité non constatée par autrui ? La singularité suppose, dans sa définition même, le rôle d’autrui dans la constitution de soi41, ce qui prouve combien l’intersubjectivité est au cœur de cette comédie de Destouches. Aussi voyons-nous s’agencer ici le « moi excentrique » défini par Elena Russo42, venant tempérer peut-être l’âpreté de la relation entre l’homme et son amour-propre rencontrée par ailleurs chez le même dramaturge et formulée par Helvétius.

32Sanspair faisant passer le sentiment amoureux avant sa singularité révèle peut- être alors précisément sa véritable identité, pressentie par la comtesse, la bonté et la douceur. La singularité est-elle en ce cas véritablement constitutive du personnage ou construction intellectuelle ? Quelle que soit la réponse proposée, il aura fallu que l’homme singulier soit confronté à la souffrance de voir la comtesse lui échapper, à celle de renoncer à sa vision du monde et du mariage, à la crainte d’être raillé du monde pour devenir « bon mari par singularité ». La singularité ne disparaît pas, elle demeure à la fin. Sans doute ne sera-ce plus la même dans la mesure où le personnage a accepté, au fil de l’intrigue, d’en abandonner les stigmates et la représentation physique. Cette singularité est-elle un leurre ? La question mérite d’être posée dans la mesure où celle-ci n’est ni clairement définissable, ni finalement indispensable au personnage. Elle demeure alors un outil d’expérimentation dramaturgique venant rendre compte de la dualité interne au sujet.

33Que serait-elle encore ? Ne pourrait-on y voir la marque d’un questionnement du personnage sur soi-même et sur l’autre, la manifestation, en somme, d’un mode d’émergence du sujet auquel son moi ainsi que celui d’autrui ne cesse d’échapper mais qui, pour tenter de s’y retrouver, cherche à se définir sans cesse par rapport à l’autre, fût-ce par la négative ? Le sujet, rappelons-le, c’est d’abord un être incarné, qui existe sous le regard de l’autre, ce que cette comédie manifeste au plus haut point et jusque dans son titre même.

  • 43 A. Thomès, Le Sujet, Paris, Ellipses, 2005, p. 99.

Le sujet est conscience incarnée, même s’il faudrait dépasser la tournure dualiste de cette expression. Ce corps doué de pensée n’est jamais non plus un corps seul, il ne se débat pas dans un solipsisme que le cogito cartésien semblerait accréditer : il est un corps au contact d’autres corps, un sujet pris dans les réseaux de l’intersubjectivité. Le sujet est, en effet, comme nous avons tenté de le montrer, un sujet constitué : il est constitué par le regard des autres, par leurs mots, par leurs fantasmes43.

  • 44 « La comtesse.
    […]
    J’idolâtre en secret ses vertus singulières.
    Pour le connaître à fond, je n’ai rie (...)

34Si l’homme singulier est donc représenté, dès la scène d’exposition, comme pris dans les rets de l’amour malgré sa revendication de singularité, de solitude et de sagesse matérialisées en partie par la robe de chambre, c’est bien la preuve que sa singularité ne l’excepte pas de la relation à l’autre et même, qu’elle tisse la toile de fond sur laquelle peut se construire la relation amoureuse et peuvent se projeter les fantasmes de la femme amoureuse (nous renvoyons ici à la tirade de la comtesse racontant comment, devenue amoureuse des « vertus singulières » de Sanspair, elle a tout manigancé pour le rendre amoureux d’elle44).

  • 45 Sanspair affirme à Gorju, à la scène II de l’acte I, p. 309-310 :
    « Vous pensez d’après d’autres,
    Et (...)
  • 46 « […]
    Je vous mets au-dessus de la plupart des hommes ;
    Mais vivons, croyez-moi, pour le siècle où n (...)
  • 47 « Le comte.
    […]
    J’ai l’air d’un étourdi ; mais, ô futur beau-frère !
    L’air ne décide pas toujours du (...)
  • 48 A. Tomès, Le Sujet, op. cit., p. 130.

35En ce sens nous pourrions supposer que la singularité affichée au début de la comédie suppose davantage chez Sanspair une conscience de soi, voire une « haute opinion de soi » (pour reprendre les termes de Helvétius) qu’une vraie connaissance de soi, celle-ci étant d’ailleurs impossible selon le même philosophe. En se définissant sans cesse45 Sanspair propose de lui une vision que le lecteur peut trouver fausse et que la comtesse, d’ailleurs, récuse qui, usant quatre fois en trois répliques (III, vii) du terme « d’affectation » lui suggère que la vraie sagesse consisterait à ne pas se montrer sage avec tant d’ostentation et que sa sagesse, en somme, confine au rôle et à la mascarade46. Par conséquent, l’attitude finale de Sanspair acceptant par amour un changement de rôle ainsi que le comte pour beau-frère – au point même de trouver sensées ses paroles47 –, cette attitude peut laisser supposer combien la conscience de soi se montre capable ici d’« accepter les limites de sa connaissance48 ».

  • 49 V, xii, p. 437.

36Se défaisant ainsi des attributs qui faisaient de lui un « homme singulier », acceptant de ne l’être plus que de l’intérieur Sanspair, qui « change de système49 » pour adopter celui de celle qu’il épouse nous démontre, là encore, combien tout cheminement vers une tentative de connaissance de soi ne peut se faire qu’au sein de la relation interpersonnelle. Ce que Sanspair découvre, c’est d’une part qu’il est capable d’abnégation totale devant l’autre (« Oui, Madame, à vos pieds ma raison s’humilie ;/Et vous méritez bien qu’on fasse une folie. » V, ix, p. 430) ; d’autre part que ce qu’il prenait justement pour humilité extrême et refus de tout artifice, la singularité, le conduisait peut-être à se montrer lui-même artificieux en attirant sur lui les regards. Helvétius souligne fortement, sur ce point, combien pour ne pas relever du « ridicule » la condition d’homme singulier doit prendre l’autre en considération et faire preuve de sens de l’adaptation et de la mesure.

  • 50 De L’esprit, Discours 4, chapitre 10, « Combien l’on est sujet à se méprendre sur les motifs (...)

Pour soutenir le personnage de singulier, de quelle activité faut-il être doué ? quelle connaissance du monde faut-il avoir, et pour choisir précisément un ridicule qui ne nous rende ni méprisables ni odieux aux autres hommes, et pour adapter ce ridicule à notre caractère et le proportionner à notre mérite ? Car enfin, ce n’est qu’avec une telle dose de génie qu’il est permis d’avoir un ridicule50.

  • 51 III, vii, p. 376.
  • 52 « Mutations culturelles et construction du personnage du philosophe chez Destouches », art. cit., (...)

37« Prendre du beau monde l’air et les manières51 » tout en pensant différemment revient en somme à accepter véritablement l’altérité, à composer avec la différence au lieu de la rejeter. Ce qui pourrait être compris comme de l’hypocrisie devient une forme de civilité nécessaire, car c’est seulement parmi ses semblables, au sein de la société, que l’homme du xviiie siècle peut s’épanouir et se connaître. Nous retrouvons ici Michèle Bokobza-Kahan : « De fait, le philosophe qui construit sa morale à partir de l’intellect n’est qu’un demi-philosophe, le reste du chemin doit se faire au sein de la société52. »

  • 53 De L’esprit, Discours 1, chapitre 3, « De l’esprit par rapport à un particulier », op. cit., (...)

38Cependant, cette même civilité dont les rouages ont été démontés par Helvétius donne tout de même à penser : soit que la comtesse transforme Sanspair, soit qu’ils se reconnaissent l’un en l’autre, on ne saurait évacuer dans tous les cas, au fil de cette analyse, l’idée capitale qui émerge toujours aussi et qui semble guider ici les relations humaines où chacun cherche à s’imposer à l’autre : « En fait de mœurs, d’opinions et d’idées, il paraît donc que c’est toujours soi qu’on estime dans les autres ; et c’est la raison pour laquelle les César, les Alexandre et généralement tous les grands hommes ont toujours eu d’autres grands hommes sous leurs ordres53. »

Note

1 Avertissement de L’homme singulier, Œuvres dramatiques de N. Destouches, tome quatrième, Paris, Tenré, 1821, p. 298-299.

2 Id.

3 Dans la lignée de Louis Van Delft dans Littérature et anthropologie. Nature humaine et caractère à l’âge classique, nous aurions tendance à inscrire Destouches dans la lignée des « pionniers » : Montaigne, Pascal, dont « les questions “dénoncent l’artifice de l’idée d’unité” ; La Rochefoucauld qui “plus il progresse dans sa plongée moins il rencontre un fond stable” » et « ne détecte plus qu’une “matière” en fusion, se décomposant et se recomposant sans cesse, d’“éternels mouvements” que lui-même compare au flux et au reflux de la mer. » Op. cit., p. 36-37.

4 L’homme singulier, I, ii, Œuvres de N. Destouches, tome IV, Paris, Tenré libraire, 1821, p. 305-306.

5 On retrouve le même terme de « pressentiment » un peu plus loin chez Sanspair :
« […]
Dans un jardin public j’ai trouvé ce portrait.
Dès que je l’eus trouvé, je cherche à qui le rendre,
Comme si j’eusse craint de me laisser surprendre,
Sage pressentiment ! exprès, ou par hasard,
Un laquais me suivait. […] » I, ii, p. 307.

6 La Surprise de l’amour, III, ii, Marivaux. théâtre complet, tome premier, Paris, Dunod, coll. « Classiques Garnier », 1996, p. 229.

7 « Gorju.[…]
Vous avez l’esprit fort ; mais, malgré son courage,
Le cœur veut à son tour le mettre en esclavage ;
En dépit de l’esprit vous le sentez vainqueur ;
Et c’est ce revers-là qui vous aigrit l’humeur.
N’est-il pas vrai, mon maître ? À coup sûr je devine. » I, ii, p. 306.

8 « Gorju.
On veille nuit et jour pour tâcher de vous plaire ;
Je tourmente vos gens, je les tiens toujours prêts ;
Tous vos ordres ici sont comme des arrêts
Dont on n’appelle point, et qu’on suit à la lettre,
Tout singuliers qu’ils sont, sans jamais se permettre
De les interpréter, ni tarder un instant :
Et, malgré tous nos soins, vous êtes mécontent ! » I, ii, p. 303.
On retrouve la même plainte à l’acte II scène III, où Gorju répond ainsi à Pasquin lui demandant si son « poste ordinaire est bien lucratif » :
« Oui, mais très fatigant : car, dans cette demeure,
Il faut que je sois prêt à servir à toute heure,
Jour ou non ; à Monsieur cela n’importe pas,
Et son appétit seul est l’heure du repas.
Point de repos pour nous, à moins qu’il ne s’endorme. »

9 I, ii, p. 308.

10 Projection qui rapproche ce personnage de l’Irrésolu.

11 I, iv, p. 313.

12 Voir I, viii, p. 324, le dialogue entre Gorju et Le baron, au cours de laquelle le baron se ridiculise en prenant pour de l’amour les commentaires pourtant très brutaux de Julie : « […] Ou bien elle me dit : « Ah ! que vous êtes sot !/ L’ennuyeux campagnard ! » Et tout cela m’enchante. »

13 Dans une réminiscence de la parabole évangélique Sanspair s’exprime ainsi :
« L’homme pour son semblable est un vrai basilic ;
Animal venimeux, son regard empoisonne ;
Toujours taupe à l’égard de sa propre personne,
Méprisant tout le monde, et n’admirant que lui,
Il a des yeux perçants sur les défauts d’autrui. » I, iv, p. 314.

14 I, iv, p. 316.

15 I, v, p. 320.

16 Le contraste est d’ailleurs frappant entre le riche habit dont Sanspair revête ses domestiques et l’assujettissement à ses moindres désirs qu’il leur demande, déclenchant ainsi le « ah je souffre » de Gorju. N’est-ce pas là aussi faire toucher du doigt aux domestiques une liberté, une dignité à laquelle ils ne peuvent en aucun cas atteindre ? N’est-ce pas là en somme leur montrer la liberté et l’égalité comme un rêve chimérique ?

17 I, iv, p. 314.

18 Le fait même que chaque personnage propose sa vision de la singularité offre une pluralité de points de vue qui interdit de trancher. Pour Julie, Sanspair est « libéral » et « bon » mais conservateur au possible (« […] Pour pouvoir avec lui s’accorder,/Jusqu’à nos trisaïeux il faut rétrograder […]. » II, i, p. 328. Selon Lisette, la singularité s’explique par désir de se différencier des autres, ce qui ressemble fort à une surenchère d’amour-propre, nous faisant songer au marquis des sincères : « […] Tout ce que l’on n’est point, il se pique de l’être,/Homme particulier dans ses opinions,/Comme dans ses discours et dans ses actions. » II, ii, p. 337-338. Cette opinion de Lisette va d’ailleurs dans le même sens que celle de Sanspair sur soi-même assurant au marquis : « […] Je ne redoute rien que la comparaison./Moins j’aurai de pareils et plus j’aurai raison. […] » I, iv, p. 314. Selon Gorju, nous l’avons vu, Sanspair est fantasque et économe à la fois (II, iii, p. 141). Pour le marquis « c’est un sage outré » tandis que sa fille trouve à l’excuser en

tout et fait son panégyrique : « [.]
Il est doux, complaisant ; sa singularité,
Effet de sa candeur et de sa probité,
Ne met dans son esprit ni travers, ni caprice.
Ami de la vertu, fier ennemi du vice,
Il ose ouvertement pratiquer la vertu ;
Ouvertement par lui le vice est combattu.
Son cœur, noble et hardi, jamais ne dissimule,
Aimant mieux être cru bizarre et ridicule,
Que de paraître aimable et charmant comme il est,
En feignant d’applaudir à ce qui lui déplaît.
Pour moi, c’est mon héros ; et, malgré ses manières,
J’idolâtre en secret ses vertus singulières. » V, vii, p. 424.
Dans cet éloge, la comtesse est une anti-Célimène, puisqu’elle loue la franchise de Sanspair. Cependant, on voit là les compliments d’une femme amoureuse et sûre de le mener là où elle le souhaite, car « la douceur » et « la complaisance » de Sanspair n’ont pas trouvé à s’exercer avec sa propre sœur.

19 Littérature et anthropologie. Nature humaine et caractère à l’âge classique., op. cit., p. 133.

20 Cf. note 306.

21 V, vii, p. 425.

22 Cf. Marivaux. Théâtre complet., tome 1, Paris, Bordas, coll. « Classiques Garnier », 1996, III, iv, p. 836 :
« Silvia. – Ce qui lui en coûte à se déterminer ne me le rend que plus estimable : il pense qu’il chagrinera son père en m’épousant, il croit trahir sa fortune et sa naissance. Voilà de grands sujets de réflexions : je serai charmée de triompher. Mais il faut que j’arrache ma victoire, et non pas qu’il me la donne : je veux un combat entre l’amour et la raison. » Et au dénouement, acte III, scène dernière, p. 845 :
« Silvia. – […] vous m’aimez, je n’en saurais douter, mais à votre tour jugez de mes sentiments pour vous, jugez du cas que j’ai fait de votre cœur par la délicatesse avec laquelle j’ai tâché de l’acquérir. »

23 V, viii, p. 426

24 De même que Le Prince de La Double Inconstance ne prétend aimer en Silvia que ce qu’il n’a de cesse de lui faire perdre, son être naturel.

25 V, ix, p. 431.

26 Ses derniers mots sont les suivants, V, xii, p. 437-438 :
« […]
Vous voulez qu’au dehors je change de système :
Mais permettez qu’au fond je sois toujours le même. »

27 À moins que de considérer comme « délicatesse » les efforts que déploie la comtesse pour obtenir que leur couple soit aussi abouti qu’il puisse l’être selon ses vues.

28 V, xii, p. 438.

29 Au sujet de qui il rappelle que « La plupart des critiques semblent aujourd’hui bien d’accord pour reconnaître en [lui] un des premiers explorateurs de l’inconscient. » Littérature et anthropologie. Nature humaine et caractère à l’âge classique., op. cit., p. 131.

30 « Le moi est dépossédé, et ce que nous prenons pour notre « être » n’offre guère plus de ressemblance qu’une très imparfaite copie avec le mystérieux maître d’œuvre qui nous régit du fond de notre labyrinthe intérieur. “Cette nuit qui le couvre”, “cette obscurité épaisse, qui le cache à lui-même”, cette “profondeur” qu’“on ne peut sonder”, cette “longue agitation” et cette “succession turbulente” qui ne sont encore que quelques-unes des caractéristiques de l’amour-propre, les difficultés mêmes de l’analyse à caractériser la “magie”, la “chimie”, les “métamorphoses” qui sont la véritable essence du moi, tout cela signale, en même temps que la naissance d’une “anthropologie nouvelle” (W. G. Moore), la désagrégation de l’antique et fruste notion de caractère. L’anthropologie nouvelle ne coïncide plus avec le moule reçu de la tradition. » Ibid., p. 132.

31 V, xi, p. 435.

32 « D’où lui vient une telle boutade ?/
Et qui peut m’attirer cette sotte incartade ? » V, xi, p. 435.

33 « Lisette, au marquis
Les marier tous deux, c’est faire leur bonheur :
Ils ont le même goût, ils ont la même humeur,
Tous les deux n’en font qu’un. Et, quand on se ressemble,
Le diable est bien malin, s’il vous met mal ensemble. » V, xii, p. 437.

34 Art. cit., p. 87. « Une vision pessimiste du monde d’une part, et une conduite envers autrui imprégnée des idéaux les plus audacieux des Lumières d’autre part, déterminent non seulement le caractère du héros, le comte de Sanspair, mais également la perception que l’autre a de lui. »

35 Ce qui nous prouve combien Sanspair n’échappe pas au lot commun de l’humanité fondé sur la médisance, autre manière de se louer soi-même selon Helvétius : « D’ailleurs, la médisance est maintenant l’unique ressource qu’on ait pour faire l’éloge de soi et de sa société. Or chacun veut se louer : soit qu’on blâme ou qu’on approuve, qu’on parle ou qu’on se taise, c’est toujours son apologie qu’on fait : chaque homme est un orateur qui, par ses discours ou ses actions, récite perpétuellement son panégyrique. Il y a deux manières de se louer ; l’une, en disant du bien de soi ; l’autre, en disant du mal d’autrui. […] Ce n’est que par le mal qu’on dit d’autrui qu’il est maintenant permis de faire son éloge. » Discours 4, chapitre 7, « De l’esprit du siècle », op. cit., p. 474.

36 Et l’occasion pour Pasquin d’une longue tirade parodiant le langage à la mode, sur le modèle du Méchant de Gresset.

37 III, iii, p. 363.

38 Cf. IV, v

39 Discours 1, chapitre 3, « De l’esprit par rapport à un particulier », op. cit., p. 62.

40 Ce qui nous renvoie aux commentaires de l’opinion publique sur Sanspair développés par lui- même et par le marquis à l’acte I scène iv, p. 313.

41 Ce qu’expose clairement Sanspair au marquis, se définissant uniquement par rapport à ses semblables :
« […]
Sans vouloir le guérir [l’homme] de son erreur extrême,
Je borne tous mes soins à me guérir moi-même ;
Et, pour joindre aux efforts un salutaire effet,
Je tâche à devenir son contraste parfait :
Pour être original j’évite sa manière,
Et crois que la meilleure est la plus singulière. » I, iv, p. 314.

42 La cour et la ville au siècle des Lumières, op. cit., p. 133 : « La notion de moi excentrique n’apparaît pas seulement dans les manuels de civilité, on la retrouve partout, sous une forme ou sous une autre, dans les textes philosophiques, dans les romans, les mémoires du xviiie siècle, qui traitent de la nature du lien social et de la façon dont le moi s’adapte à une communauté donnée. Dans les textes de Marivaux, Hume, Diderot ou Rousseau, l’individu apparaît comme un produit de son environnement ; il se constitue dans la relation à autrui ; il ne parvient à l’identité que par sa rencontre avec une communauté qui le forme. Au fur et à mesure que l’obsession des moralistes classiques pour l’amour-propre diminue, elle est remplacée au siècle suivant par une insistance sur la sympathie, auquel s’ajoute le thème de la projection identificatrice à autrui. […] Dans les romans de Marivaux, l’amour-propre n’est plus un sentiment premier ; il est subordonné à l’intérêt que le moi suscite chez autrui. »

43 A. Thomès, Le Sujet, Paris, Ellipses, 2005, p. 99.

44 « La comtesse.
[…]
J’idolâtre en secret ses vertus singulières.
Pour le connaître à fond, je n’ai rien oublié :
Mœurs, sentiments, façons, on m’a tout confié.
Lisant, sans qu’il le sût, jusqu’au fond de son âme,
J’ai vu qu’il était né pour une honnête femme :
Et, voulant assurer son bonheur et le mien,
Pour lui donner mon cœur, j’ai recherché le sien.
Mais comment l’attaquer, et me faire connaître ?
À ses yeux vainement j’affectais de paraître,
Il ne me voyait point : pour venir à mes fins,
J’ai su faire tomber mon portrait en ses mains.
Voilà de mon amour l’innocent stratagème.
[…] » V, vii, p. 425.

45 Sanspair affirme à Gorju, à la scène II de l’acte I, p. 309-310 :
« Vous pensez d’après d’autres,
Et moi, d’après moi seul. »
Cette assertion est d’autant plus comique ici que Sanspair vient de se référer à la tradition littéraire des "caractères" qui critique systématiquement la coquetterie féminine (cf. La Bruyère, Les Caractères, « Des femmes », 8).

46 « […]
Je vous mets au-dessus de la plupart des hommes ;
Mais vivons, croyez-moi, pour le siècle où nous sommes ;
Tâchons de nous sauver de la corruption,
Sans donner toutefois dans l’affectation.
Imiter dans ce temps la candeur du vieux âge,
Ses modes, ses façons, c’est être outrément sage. […] » p. 374.
À propos de cette tirade de la comtesse, Michèle Bokobza-Kahan souligne combien « la civilité reste une vertu chère au philosophe de l’Encyclopédie, comme on a pu le voir dans l’article de Dumarsais », art. cit., p. 87.

47 « Le comte.
[…]
J’ai l’air d’un étourdi ; mais, ô futur beau-frère !
L’air ne décide pas toujours du caractère ;
Même en beaucoup de gens il cache l’opposé :
Et souvent les plus fous ont l’air le plus posé.
Sanspair.
Sur ce principe-là, vous êtes donc bien sage ;

Et nous allons conclure un double mariage.
(à la comtesse.)
Voyez jusqu’où sur moi, s’étend votre crédit ! » V, xii, p. 437.

48 A. Tomès, Le Sujet, op. cit., p. 130.

49 V, xii, p. 437.

50 De L’esprit, Discours 4, chapitre 10, « Combien l’on est sujet à se méprendre sur les motifs qui nous déterminent », op. cit., p. 498.

51 III, vii, p. 376.

52 « Mutations culturelles et construction du personnage du philosophe chez Destouches », art. cit., p. 86.

53 De L’esprit, Discours 1, chapitre 3, « De l’esprit par rapport à un particulier », op. cit., p. 65.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540